• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

skirlet

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1741 0
1 mois 0 28 0
5 jours 0 6 0

Derniers commentaires



  • skirlet 4 septembre 17:57

    @Christelle Néant
    Mon grand-père l’avalait méga-brûlant smiley Moi, je bois plus lentement, mais le thé tiède beurk smiley



  • skirlet 4 septembre 17:40

    @Septime Sévère
    En Russie, on sert normalement du thé chaud (quand il ne s’agit pas du thé glacé, bien entendu). Genre versé bouillant dans une tasse (ou autre contenant). Servir du thé refroidi est un geste méprisant, et on voit que la secrétaire ne s’est pas promenée dans tout l’aéroport avec le gobelet, ni versé quoi que ce soit dans celui-ci. Il est très improbable qu’elle ait versé le poison devant les yeux du futur empoisonné. Conclusion : si le poison y était, il a dû entrer en contact avec le liquide très chaud.



  • skirlet 4 septembre 16:54

    @cevennevive
    En fait, il est facile de trouver sur la Toile la description de Novitchok et ses effets... Rien que cette lecture indiquera à quel point ces affirmations sur « l’empoisonnement » sont absurdes. Sans parler de plusieurs autres choses.



  • skirlet 4 septembre 16:46

    @JPCiron
    Dès le début de cette histoire, l’Occident a déjà désigné le coupable. Preuves ? Hypothèses ? Enquête ? Mots inconnus quand il s’agit de la Russie.



  • skirlet 4 septembre 16:42

    @Opposition contrôlée
    C’est marrant, la fréquence avec laquelle la presse « officielle » dégaine ce chiffre d’il y a 7 ans pour la municipale de Moscou... Premièrement, 27% ce n’est pas la majorité. Ça fait penser à la blague suivante : un type pleure très fort sur une quai de la gare. Un passant lui demande pourquoi.
    J’ai raté mon train !
    De beaucoup ?
    De cinq minutes seulement !
    Eh ben, à vous voir pleurer, on pourrait croire que vous l’avez raté de trois heures...
    Autrement dit, s’il perd avec 27, 5 ou 45%, c’est perdu quand même.
    Et deuxièmement, ne comparons pas le sucré et le tiède. On ne peut pas le qualifier de « principal opposant à Poutine », parce qu’il n’a aucune chance aux élections présidentielles avec ses 2%, et Poutine n’est pas le maire de Moscou. Tout au plus on pourrait, de façon capillotractée, appeler Navalnyï « principal opposant au maire de Moscou », bien que ce n’est pas du tout certain. Quant a sa « lutte » anti-corruption... rien à ajouter à ce qui est déjà écrit.
    En somme, ces vociférations dans le style « highly likely » sont basées sur l’axiome « la Russie est méchante, on y tue les opposants ». Brancher un petit peu la logique pour se poser la question des anciens Latins (restée actuelle) « Cui prodest ? » est probablement trop dur pour les cerveaux atteints de russophobite au stade terminal. Faites donc cet effort salutaire, ça ne fera que du bien.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité