• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

sweach

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 810 0
1 mois 0 55 0
5 jours 0 10 0

Derniers commentaires



  • sweach 22 février 11:24

    *peut-on encore se nourrir sainement, à notre époque ?*

    Pour ma part je suis issus d’une famille de chasseur et nous sommes très chasseur-cueilleur

    J’ai donc put profiter dans mon alimention d’une parti issus de ce qu’on trouve dans la nature et aussi une bonne parti de l’agriculture « maison ».

    Il serait bon que nous revenions tous à la terre, ce secteur a du potentiel pour fournir de l’emploi à tout le monde.

    Le gros problème, c’est qu’on fait n’importe quoi, toutes nos plantes sont des clones stériles quand ce ne sont pas des monstres triploïdes. 
    Impossible de vendre un oeuf s’il n’a pas son petit coup de tampon, de toutes façon un restaurateur ne peut même plus faire une omelette car cassé des oeufs c’est interdit.

    C’est bien beau d’avoir une agriculture BIO, si les graines sont issus de l’industrie, puis le BIO est trop souvent un prétexte pour monter les prix, le BIO marocain des grandes surface est juste un foutage de gueule.

    Donc à moins de devenir Amish, on va se coltiner les produits industriel pendant longtemps.


    Si on prend l’aspect purement économique de la chose :
    Nous n’avons clairement pas « le temps » de nous occuper nous même de faire un potagé et il est très étonnant que nous ne puissions pas faire appel à des prestataires avec des cahiers décharges etc ...

    Prenon l’exemple de la société parc&suite, il est possible d’acquérir un logement qui est ensuite géré par cette organisme pour la location.
    Pourquoi il n’existe pas des fermes qui fonctionneraient sur ce model économique ? On deviendrait actionnaire d’une ferme et les dividendes ça serait les fruit et les légumes et en tant qu’actionnaire on aurait notre mot à dire sur les stratégies de production.


  • sweach 22 février 10:18

    Etre de « gauche » ne veut rien dire aujourd’hui, certain pense que être de gauche c’est donner toujours plus d’aides à des gens qui ne le méritent pas, ils pensent que la gauche distribue la nationalité à tout va, ils pensent que la gauche empêche l’entreprenariat, etc ...


    Bref une mauvaise image bien encré totalement artificiel et lier aux médias.
    Ces dernières décennies aucun homme politique au pouvoir qui se dit « de gauche » n’a fait une politique social, le sens du terme ’de gauche« a donc du plomb dans l’aile.

    Pour retrouver les vrai politique social, il faut remonter à Jaures, ensuite il y a eu la période année 68 avec De-Gaule et enfin les débuts de Mitterrand.

    Oui De-Gaule a fait une politique de gauche tout comme Mitterrand a fait une politique de droite.


    *Tous considèrent que l’endettement favorise les développements et la croissance*
    Tant qu’on ne rembourse pas cette dette, c’est effectivement le cas

    Tout nous pousse a penser que la dette ne sera jamais remboursé, car depuis les années 70 et la création de cette bulle, la dette est financé par une autre dette et la bulle grossie toute seul

    Quel risque a t’on de ne pas rembourser notre dette ? Le seul risque est qu’on ne nous prêtera plus. Il faut donc être à l’équilibre ou bien maîtriser la banque et sa money.

    Hors depuis l’europe on ne maîtrise plus ni la banque ni la money et jusqu’à 2008 la France ne devait rien à personne, du moins la dette n’avait rien financé et les compte était à l’équilibre (hors dette), mais depuis l’endettement est utilisé pour financer les entreprises en ne leur prélevant plus suffisamment d’impôt, c’est la BCE qui joue ce rôle.
    On a un déficits de 70 Milliard par an depuis 10 ans.

    Dans un jargon financier on appel cela du Dumping et c’est le rôle de la BCE.

    On a ainsi un jeu de chaise musical qui prend et rend l’argent aux entreprises, l’état prend 138 Milliard et redistribue 108 Milliard, évidemment tout ceux qui ne peuvent défiscaliser donne sans pouvoir reprendre. Au rythme ou ça chute bientôt les entreprises coûteront au gouvernement au lieu de leur rapporter.

    Grosso modo il faudrait augmenter les impots de 15%, redevenir maître de notre money et de nos frontières et envoyer chier la BCE et l’europe pour nous sortir de cette situation. 

    Mais pour le moment tout le monde préfère laisser cette situation en l’état, ce qui donne du pouvoir à la BCE, avec le risque que si un jour ils disent »non" il faudra trouver 70 Milliard sous le sabot d’un cheval.


  • sweach 21 février 15:37

    @JL
    1996 ça date un peu non ?


    *En fait ces cellules présentent peu de défauts génétiques et ressemblent beaucoup aux cellules normales*
    Je ne peux que vous invitez à regarder une biopsie et vous verrez par vous même que la taille ainsi que le nombre de chromosome est souvent nettement plus grand dans une cellule cancéreuse que dans une cellule normal, de plus le taux de mutation explose et il faut généralement quelques mois pour voir apparaître des mutations qui favorisent l’expansion du cancer.

    Après Mr Schipper n’a pas totalement tord, beaucoup d’approche thérapeutique contre le cancer consiste à traiter les conséquences et bien souvent on ignore totalement les causes.

    *un modèle dérivé de la microbiologie qui considère les cellules cancéreuses comme des sortes de bactéries*
    J’ai une théorie un peu farfelu sur ce sujet, nous savons que le génome humain possède de l’ADN viral, principalement utilisé pour le développement du placinta et la tolérance du bébé.
    Les mécanismes du cancer font penser a ceux des virus, désactivation du system immunitaire, utilisation de la machine cellulaire, prolifération accéléré, taux de mutation important.

    Peut être que nous avons ce génome viral déjà en nous qui n’attend qu’un facteur extérieur pour s’activer ?


  • sweach 21 février 14:37

    @Debrief
    L’exemple de l’huile n’est qu’un exemple qui illustre le principe et l’utilité d’un test, qui forcement sera remis en question surtout à ses débuts.


    Pour le cancer on est très loin d’être dans un domaine fiable, reproductible et généralisé.

    Mais naviguer à l’aveugle fait parti du lot des oncologues, ils demandent donc des outils de diagnostique qui ne va souvent guère plus loin que la question qui leur est posé.

    Qu’elle est le taux de PSA d’un patien ? 

    Après il y a lien indéniable entre ce taux de PSA et le cancer de la prostate, l’inefficacité des traitements ne remet pas en question l’utilité et la véracité du test qui permet de voir l’état de la prostate.

    Pour le cas de la prostate, il faut s’orienter vers les cellules présentatrices d’anti-gène (CPA) qui ne font pas leur boulot, actuellement un traitement qui consiste à rendre compétent les CPA en laboratoire puis à les réinjecter aux patiens permet de relancer la machine immunitaire et nul doute qu’on finira par comprendre pourquoi elles ne font pas leur boulot.

    C’est l’IMMUNOTHÉRAPIES ACTIVES

    Effectivement ce genre de technologie à moins de 10 ans, on n’a aucun retour d’expérience, les outils de diags sont mal adaptés, l’industrie se gave au passage mais pourtant les chiffres sont là et ils sont plutôt bon.

    Le chiffre clef, c’est le taux de survie, vue que ceux qui ont bien répondu au traitement son toujours en vie, ce chiffre monte d’année en année.

    *S’il suffisait d’un geste certain du type « ajouter de l’huile » pour tuer dans l’œuf un cancer naissant réel ou supposé, je dirais, faites passer la bouteille !*
    Personnellement je pense que les points de contrôle immunitaire ont ce potentiel mais on est au tout début, puis c’est triste à dire mais quand il ne vous reste que quelques mois à vivre généralement les gens sont moins regardant sur un test fiable à 80%


  • sweach 21 février 11:30

    @sweach
    On peut noter que vous critiquez toutes l’industrie qui tourne autour du cancer, OK c’est loin d’etre parfais mais quelles solutions vous proposez ?

    Plusieurs de vos affirmations sont fausse, vous déplorez des manques d’études ou de preuves mais celle-ci sont fourni est indispensable pour une commercialisation, suffi de les chercher un peu, après c’est sur que ce n’est pas mirobolant en matière de cancer.

    Il faut être réaliste un outil de diagnostique, reste un outil de diagnostique, généralement on donne un ordre de fiabilité au test en fonction d’une étude clinique, 95% pour le cas du test ISET (qui est intéressant cela dit en passant)

    Puis mettre en évidence un facteur de risque ne prouve pas que vous allez forcement vous prendre ce risque en pleine figure.


    Pour suivre votre logique je vais vous donner un exemple parlant.
    Pourquoi vérifie-on le niveau d’huile d’une voiture ?
    Avant qu’on vous dise que votre voiture manque d’huile, elle roulait très bien et vous pouvez parfaitement continuer, sauf qu’on vous préviens qu’il y a un fort risque de brûler le join de culasse mais vous avez la solution de rajouter de l’huile, sauf que c’est à vous de voir.

    1) Vous ne faite pas confiance au test et au garagiste qui à vérifier le niveau d’huile qui veut juste vendre son huile.
    2) Même si ce test est positif, votre voiture roule déjà très bien comme ça pourquoi changer, vous avez prit conscience du problème mais vous préférez attendre la panne.
    3) Vous avez peur et vous rajouter de l’huile et tout va bien ou rien ne change
    4) Vous avez peur mais vous rajoutez trop d’huile et vous crée un autre problème

    Cela ouvre effectivement des questions : 
    - Est-ce qu’il est utile de vérifier le niveau d’huile de sa voiture ? 
    - Ce n’est pas les lobbies des vendeurs d’huile qui me prennent pour un gogo ?
    - Qu’elle confiance donner à ce test de vérification ? 
    - Qu’elle risque si je rajoute de l’huile ?

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès