• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

sweach

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 708 0
1 mois 0 70 0
5 jours 0 8 0

Derniers commentaires



  • sweach 7 décembre 17:38

    @Eric F
    *je suis quand même étonné qu’un car avec les péages autoroutiers et un chauffeur pour 50 passagers max revienne à ce point moins cher que le train.*

    En effet on peut s’interroger, car visiblement il y a quand même des voyages à perte, visiblement due à une agressivité et une concurrence féroce des différents opérateurs.
    En attendant une chose est sur, ils ne pourront pas maintenir ces prix éternellement, mais si le but est de tuer une ligne RER concurrente, ils peuvent rapidement arriver à leur fin.

    Calculons vite fait ^^ :
    Un bus fait 34L au 100Km, avec une vitesse moyenne de 80km par heure, le bus parcourt 560 km pour 1 jour de travail du chauffeur qui coute environ 140 euro pour le patron.
    - le prix des autoroutes est d’environ 0,13 euros du km donc environ 73 euros pour 560 km
    - le prix du Litre de carburant est d’environ 1,23 euros donc environ 235 euros pour 560 km

    Cout pour une journée d’exploitation du bus 140 + 73 + 235 = 448 euros

    Il faut donc que les 50 place disponible rapporte au moins 9 euros par jours par place pour être rentable. Après ils ont peut être des tarifs sur le carburant ? et je ne serai pas étonné qu’il y est des arnaques subventionné sur ce point et on voit rapidement que si les chauffeurs ne respectent pas des horaires de travail décente on peut facilement réduire les coûts au prix de la sécurité.


  • sweach 7 décembre 15:29

    @Panoramix
    LOL panoramix Eric F ^^


    *les gens qui sont obligés d’utiliser le train mais ont « loupé »*
    Ce cas de figure me semble minoritaire sur la totalité du trafic, la plupart des gens qui utilise de façon récurrente le rail ont souvent des tarifs fixe et utilise des abonnements.

    *je veux dire qu’il y a des types de clients pour lesquels ça convient*
    Le seul client que je vois avec ce profil, c’est le jeune qui n’a pas une tune, qui ne peut même pas se payer un blablacar
    Ça reste quand même honteux que ce type de client n’est pas accès au train pour une histoire de coût, alors que des fonts public sont justement là pour ça. Les Bus macron exploitent la misère au prix d’une pollution accrue, c’est tout sauf une bonne chose.


  • sweach 7 décembre 15:18

    @pipiou
    *Les ordonnances n’ont pas eu d’effet sur l’emploi, c’est l’évidence*

    Ce n’est qu’une question de temps, mais l’effet ne sera pas celui escompté.
    Dans mon secteur j’ai observé malheureusement un gel, alors que ça commençait à repartir.


    Quand est-ce que vous comprendrez que c’est avec l’impôt et les salaires qu’on fait tourner une économie ....

    Les salaires donnent du pouvoir d’achats aux gens, les impôts font tourner la société et ses services, puis l’état est un gros client pour les entreprises.

    En licenciant et en ne payant plus d’impôt, les entreprises se tire une balle dans le pied.


  • sweach 7 décembre 15:00

    @Eric F
    *a été remplacée par le marketing d’une société commerciale, avec des « effets d’aubaines »*

    Oui mais pour le cas de la SNCF ça ne fonctionne tout simplement pas.

    Le but principal d’une politique tarifaire c’est de faire le maximum de profit, hors vu que les trains de la SNCF circulent trop souvent à vide, il y a de très gros manque à gagner, surtout si les rares clients profitent uniquement des « tarifs aubaines »

    Pourquoi continuer de proposer un billet à 100 euros pour le lendemain quand on sait pertinemment que son train est vide ?

    *il y a quelques bénéficiaires et de nombreux grugés !*
    Non il n’y a pas vraiment de grugés car les utilisateurs se reportent sur d’autres moyen de locomotion, il y a surtout de nombreux frustrés qui ne peuvent utiliser le train car le prix demandait est trop important.

    C’est un peu comme les places cinéma, le plein tarif c’est 12 euros, mais en réel personne ne paye un prix pareille.

    Ryanair est un bon exemple à suivre pour une bonne gestion de la politique tarifaire, il y a deux algorithme qui s’affronte, un qui diminue le prix en s’approchant de la date et un autre qui monte le prix en fonction de la demande, résultat au décollage l’avion est plein. (bon après leur subventions et politique sur l’emploi sont pourri)

    *Les cars Macron c’est bien*
    Non ça ne l’ai pas vraiment, leur taux d’occupation n’est pas franchement meilleur que celui de la SNCF et au vu de nos infrastructures en France (tout raille) c’est un comble de proposer un service moins performant et plus polluant.

    En attendant la SNCF a un besoin urgent de changer ses algorithmes pour le calcul du prix des billets.

    Ouigo enregistre un taux d’occupation de 95% contre 64% en moyenne sur les TGV classiques, en claire 36% des TGV sont vide (je pense que c’est bien pire), il y a donc de la place pour baisser les prix et monter le nombre d’utilisateurs, surtout quand on sait que c’est le prix qui freine l’utilisation du train.


  • sweach 7 décembre 12:20

    @Petit Lait
    Vous êtes d’un pragmatisme


    *Les ordonnances Macrcon sont déjà entrées en vigueur ?*
    Oui, elles commencent à avoir des répercutions au sein de mon entreprise on va avoir 65 postes supprimés, c’était bien plus complexe à faire avant les ordonnances.

    *les employeurs sont tellement méchants que leur seul intérêt, c’est de licencier des employés ?*
    Méchant n’est pas le bon terme, ils sont juste capitaliste, ils appliquent l’économie de marché, achète bas, vend haut. Si on ne met pas des freins ou des gardes fou, on arrive vite à la guerre du plus fort et à l’esclavagisme.

    *si ils licencient aujourd’hui, c’est aussi qu’il y a une raison, non ?* 
    Oui, mais il y en a des bonnes (ou plutôt qui se comprenne) et des mauvaises (totalement injustifiable)
    Si un employeur ne parvient pas à vendre ses produits ou ses services (quand c’est réel), on peut comprendre le licenciement.
    Mais si un employeur licencie pour réduire ses coûts alors même qu’il fait des bénéfices, on est en pleine injustice.


    La politique du mouvement « en marche » ne peut pas fonctionner, mais en réalité la situation est encore plus préoccupante car avant 2008 (hors dette) les budgets étaient à l’équilibre, mais depuis on perd près de 40 milliard par an, pour le moment on est copain copain avec la BCE, mais on va finir par le payer chère quand la banque ne suivra plus.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès