• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Vincent Verschoore

Vincent Verschoore

Blogueur intéressé par (presque) tout mais expert en rien. Cursus technique et commercial. Photographe. Sujets de prédilection : les économies locales, la physique et la cosmologie, le désenfumage politique et médiatique, l'éducation non formelle. 

Tableau de bord

  • Premier article le 24/10/2008
  • Modérateur depuis le 29/09/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 177 758 5491
1 mois 7 37 374
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 186 127 59
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 4 décembre 18:34

    Anne Dufourmantelle :

    La colère reste une pulsion de vie. Il s’agit pour un sujet de tenter de faire entendre quelque chose qui lui apparaît légitime. Elle est liée au manque de reconnaissance. Avant qu’il y ait réparation, il doit y avoir reconnaissance. Pour désarmer une colère, il faut d’abord prendre en compte d’où l’autre parle et reconnaître sa parole comme légitime, même si celle-ci est dans l’erreur. Tant que cette position n’est pas reconnue, il ne peut y avoir de dialogue et de résorption de la colère.
    Comment peut-on dépasser sa colère ?

    On en sort par le langage, le dialogue avec l’autre pour obtenir la reconnaissance de la légitimité de son point de vue. Et là, nous nous heurtons à une difficulté pratiquement insurmontable dans notre société, c’est la perversion du langage. C’est moins des expressions que le sens des mots qui est retourné ou dévoyé. On dit « réaliste » quelqu’un qui se conforme à l’idéologie dominante, on dit « évaluer » quand, en réalité, on dévalue en encourageant la délation, on appelle « progrès » toute transgression quelle qu’elle soit, on parle « de protéger les gens » quand, en réalité, on les contrôle, on qualifie soudain de « plébiscite » ce qui était un « barrage » la veille, on dit « se mettre en disponibilité » quand on est placardisé en entreprise et que celle-ci ne licencie pas mais se « restructure », on appelle « réforme » des dérégulations et « révolution » l’actualisation de l’hégémonie économique sur la politique.



  • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 4 décembre 18:05

    @Doume65 Très bien merci, et je ne renie pas l’aspect provocateur du propos. Mais c’est quand même le G20, in fine, qui finance le GIEC, donc si c’est pour ne pas prendre en compte ses conclusions, c’est pour quoi ? 



  • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 4 décembre 18:02

    @Doume65 Ok je me suis mal exprimé : Trump et Bolsonaro n’utilisent pas le catastrophisme en tant qu’instrument de contrôle social, on est bien d’accord. C’est pourquoi  selon cette logique qui n’en en rien prouvée  qu’ils peuvent quitter le navire si facilement. 



  • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 4 décembre 11:37

    @Arogavox Je pense qu’on est d’accord : il n’y a pas de candidat commun pour prendre la place du chauffeur ivre, pas même l’ombre d’un programme commun.



  • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 21 novembre 10:31

    @Milieudumonde
    Votre conclusion est parfaitement logique, mais la maison de Saud est un tel panier de crabes que ce qui semble improbable peut parfaitement y avoir sa place. 

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès