• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Xtf17

Xtf17

Docteur en sciences et ingénieur chimiste spécialisé dans les substances végétales. Intérêts : musicien, aquariophilie, potager, astronomie, ski, tennis, lectures (Lordon, Michéa, Todd, Marzano, Huxley, Orwell, Sun Tzu, Baudrillard, La Boetie, Tolkien, Rowling...) et @si, Canard Enchaîné, les blogs de JLM, O. Berruyer, Korben...
Sun tzu
« La meilleure stratégie est celle qui permet d’atteindre ses objectifs sans avoir à se battre".
Rosa Luxembourg
« La liberté, c’est toujours la liberté de celui qui pense autrement. »
Machiavel
" Mais la distance est si grande entre la façon dont on vit et celle dont on devrait vivre, que quiconque ferme les yeux sur ce qui est et ne veut voir que ce qui devrait être apprend plutôt à se perdre qu’à se conserver ... »

Tableau de bord

  • Premier article le 10/04/2010
  • Modérateur depuis le 16/04/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 36 391 1539
1 mois 0 2 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 1175 435 740
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Xtf17 Xtf17 22 décembre 2017 17:15

    @Garibaldi2
    Whao, quelle confiture... j’aime toujours être témoin d’un tel amour pour son prochain...



  • Xtf17 Xtf17 21 décembre 2017 20:48

    Quelle fiabilité accorder aux témoignages : comme dans Douze Hommes en Colère.

    Sinopsis :

    Un huis clos entre les jurés du procès d’un adolescent noir de seize ans accusé d’avoir poignardé son père. S’ils rendent le verdict « coupable », plus rien ne s’opposera à la peine de mort. Tout accuse le suspect : la voisine d’en face l’a vu, le vieil homme du dessous l’a entendu, un commerçant lui a vendu le soir même du meurtre le couteau que l’on a retrouvé dans le corps de son père. Pourtant lors du vote qui doit décider du verdict final, un juré ne lève pas la main pour le désigner coupable. Sa raison : « il n’est pas sûr ». L’unanimité étant requise, ont lieu deux heures de débat où chacun prend une position qui ne cesse de changer au rythme des arguments qui apparaissent, des révélations qui se font, des faits établis qui se désagrègent.

    Spoil :

    Aux États-Unis, un jury de douze hommes doit statuer, à l’unanimité, sur le sort d’un jeune homme accusé de parricide. S’il est jugé coupable, c’est la chaise électrique qui l’attend.

    Onze jurés le pensent coupable. Seul le juré no 8, un architecte, n’est pas certain de la culpabilité de l’accusé et fait part de sérieux doutes. Il les expose les uns après les autres. Des failles existent dans l’enquête, comme le couteau qui a été utilisé. Selon les enquêteurs c’était une pièce unique alors que ce couteau à cran d’arrêt est trouvable pour six dollars dans une boutique de prêt sur gages.

    Après une discussion de quelques minutes, le juré no 8 propose un nouveau vote en secret sans qu’il y prenne part et propose que si tous votent coupable il se rangera à la décision majoritaire. Dans le cas contraire, ils discuteront de l’affaire. Le juré no 9 vote non-coupable car il comprend les doutes exprimés et lors du premier vote a semblé être emporté par le vote des 10 autres jurés qui ont voté coupable.

    Le débat arrive ensuite sur le témoin auditif qui dit avoir entendu le corps tomber et le garçon crier : « Je vais te tuer », alors que le bruit du métro ne permettait pas d’entendre. Le juré no 5 change d’avis et vote non coupable bien que le juré no 3 ait fait pression sur lui de manière agressive auparavant.

    Le juré no 11, qui avait déjà des doutes, interroge l’assemblée sur la pertinence d’expliquer par la simple panique le fait que le garçon ait laissé son couteau sur les lieux du crime. En effet, il n’y a pas d’empreintes sur le couteau, dont le manche a été essuyé. Cela voudrait donc dire que, paniqué, il essuie le manche de son couteau, et le laisse sur les lieux. Ce qui semble peu crédible. Un nouveau vote est décidé autour duquel, après une hésitation, le juré no 11 vote non-coupable.

    Le débat se prolonge à nouveau sur le témoin auditif qui dit également avoir vu le garçon s’enfuir après le crime. Pourtant, lorsque le juré no 8 fait une reconstitution du trajet entre le lit du vieillard et sa porte, il s’avère que le temps est beaucoup plus long en réalité que celui établi dans le témoignage. Le juré no 3 perd son calme et veut s’en prendre physiquement au juré no 8 en lui disant qu’il va le tuer, ce qui démontre que cette phrase peut être prononcée sans vouloir passer à l’acte. Deux jurés, les no 2 et no 6, changent leur vote et sont en faveur de la non-culpabilité.

    Le débat se poursuit ensuite sur l’attitude de l’accusé qui est revenu chez lui trois heures après le crime et qui s’est fait interpeller, les jurés partisans de la non-culpabilité démontrent que l’accusé n’aurait pu agir ainsi s’il avait réellement commis le crime.

    Vient ensuite la façon dont l’arme a été utilisée ; l’accusé savait apparemment bien s’en servir. Pourtant, le juré no 5 démontre que l’arme du crime a été employée d’une façon maladroite car il sait comment les jeunes manipulent ce type d’arme dans le quartier où a eu lieu le meurtre. Trois nouveaux jurés changent d’avis et votent « non-coupable ». Il ne reste que trois jurés à retourner pour obtenir l’unanimité et prononcer le verdict : le juré no 3 maintient vigoureusement son accusation contre le jeune homme et veut son exécution rapide, le juré no 10 explique que l’accusé vient d’un quartier pauvre et donc qu’on ne peut lui faire confiance, et tente de convaincre les autres qu’il a raison, utilisant des arguments ouvertement racistes, mais plus personne ne l’écoute et tous lui tournent le dos pour montrer leur désapprobation.

    Le juré no 4 se fie au témoignage oculaire d’une femme qui dit avoir vu le crime. Pourtant, le juré no 9 a remarqué qu’elle avait lors de l’audience des traces sur le haut du nez, démontrant qu’elle porte des lunettes, or, elle disait s’être couchée et être dans son lit au moment où le crime s’est produit, donc qu’elle ne devait pas les porter, et donc qu’il y a un doute sur le fait qu’elle ait pu voir nettement la scène.

    Les jurés no 4 et no 10 votent non-coupable. Le juré no 3, isolé, tente de défendre sa position mais face au silence réprobateur des onze autres jurés, il éclate en sanglots et l’on s’aperçoit que c’est son conflit avec son propre fils qu’il projetait dans cette affaire.

    Le scénario du film sert de révélateur des motivations et des préjugés d’hommes issus de milieux différents.

    Le verdict final est la non-culpabilité et les jurés sortent du tribunal.





  • Xtf17 Xtf17 24 avril 2016 14:19

    @C’est Nabum
    Va donc eh, sans béquille smiley



  • Xtf17 Xtf17 19 mars 2016 19:59

    @Croa
    C’est juste l’expérience CLOUD du CERN, dont les premiers résultats viennent d’être publiés dans Science.
    http://home.cern/fr/about/updates/2014/05/cern-experiment-sheds-new-light-cloud-formation
    http://science.sciencemag.org/content/344/6185/717.abstract

    Mais à part ça vous avez l’air super calé. Comme un moteur. Calé.@Croa

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès