• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > à propos des 50 000 syriennes emprisonnées et violées dans “Syrie, le (...)

à propos des 50 000 syriennes emprisonnées et violées dans “Syrie, le Cri étouffé” (FRANCE2 jeudi 7 déc. 2017 23h00)

JPEG

PREMIERE REMARQUE : Les conditions de diffusion de ce documentaire-choc déjà primé à Genève montrent que ce documentaire est utilisé à des fins de propagande pour torpiller la conférence de Genève en cours entre coalition victorieuse (Syrie - Russie - Iran - Liban) et coalition vaincue (USA - UE - OTAN - Golfe - Israél). Avec au milieu du gué Turquie, Caucase, Italie et Grèce (en filigranes car confrontées aux migrants), Chine et BRICS. Cette heure et date de diffusion permettra aux diplomates en négociation à Genève, de voir le film le soir dans leurs hôtels. Il influera donc directement sur l’atmosphère des jours suivants à la table des négociations. Cela s’apparente à la fiole d’anthrax brandie par Colin Powell à l’ONU (5 février 2003), ou à la jeune fille en pleurs qui racontait à la tribune d’une commission de l’ONU aussi (10 octobre 1990), que des bébés avaient été jetés hors de leurs couveuses dans un hôpital koweïtien par des soldats irakiens. Pour ces 2 guerres du Golfe, en fait la fiole contenait de la “poudre de perlimpinpin” et il n’y avait pas d’ADM en Irak, et la jeune fille était la fille de l’ambassadeur du Koweït à Washington, et avait reçu une formation spéciale pour pleurer et faire pleurer l’audience. Il n’y a jamais eu d’hopital détruit par Saddam Hussein. De la basse propagande donc. Sauf que cette fois, c’est la France qui s’en charge, et qu’elle inonde la Suisse au passage, pays neutre, dans un contexte de neutralité internationale battu en brèche par des méthodes de mafieux des ondes.

DEUXIEME REMARQUE : l'armée d'Assad est une armée de conscription, dont beaucoup d'appelés ne veulent pas aller faire la guerre. Ils sont mal payés et 100 000 sont morts au front. Mais ils sont en majorité SUNNITES, donc de même faction religieuse que les "rebelles" très grassement payés par les Monarchies du Golfe. Pourquoi ne pas envisager que certains d'entre eux aient été "retournés" pour opérer des abominations sous uniforme de l'armée syrienne ? Il est avéré qu'une pluie de dollars a inondé la Syrie au début de la campagne de déstabilisation. De nombreux officiers de l'armée régulière syrienne ont alors déserté. La loi martiale a été appliquée et les fidèles au gouvernement Assad ont été sérieusement encadrés et contraints sous menace de mort, de rester fidèles. Dès le début de cette sale guerre, un attentat a liquidé TOUTE la tête du Renseignement syrien devant leur Ministère ( 6 morts). La Syrie a répliqué en blessant gravement le chef du renseignement saoudien à Riyad (attentat iranien ?). Aujourd'hui il survit retiré de toute vie politique (Prince Bandar Ben Sultan). Dans ces conditions, pensez-vous que le Gouvernement syrien contrôle efficacement la totalité de son armée ? Lire SUN ZU "L'Art de la Guerre" ( écrit en - 400 avant Jésus Christ)

TROISIEME REMARQUE : de toute façon, si ces faits sont avérés et commis par des "membres du régime syrien", alors leur nombre est fortement exagéré. C'est TOUJOURS le cas dans les médias de pays à la fois juges et partis. On en a un bon exemple avec l'affaire de la tentative d’établir un califat à Hama en Syrie, en février 82 (déjà). TOUS nos journaux ont parlé d'une répression ayant fait 30 000 morts... sauf qu'en décembre 82, la DIA américaine a conclu à 3000 morts, dont 1000 civils égorgés en place publique devant femmes et enfants chaque jour à midi pendant 2 semaines, par des Moudjahidines (jihadistes Frères Musulmans) venus d'Egypte. Hafeez Al Assad a alors envoyé son frère Rifaat Al Assad mater ce massacre. Je me demande ce que Sarkozy ou Hollande aurait fait à sa place... Voilà un exemple concret d'EXAGERATION dans la proportion de 10 (médias les plus propagandistes dont bien sûr Le Monde) pour 1 (réalité la plus probable). A l'époque, cela n'avait pas effrayé TF1 qui jugeait Hafeez Al Assad à la pointe du progressisme au Moyen Orient... Vous me direz "ça fait encore 5000 cas"... certes. Mais lors d'actes de guerre, tout est à recouper par une institution dans laquelle aucun pays n'est lié à l'un des 2 bords... vous comprenez la complexité de la démarche judiciaire dont France2 ne vous parlera pas ?

QUATRIEME REMARQUE qui rebondit sur la troisième : Il y a eu au début de la guerre une vague de terreur dans les campagnes suite à une autre vague d'attentats dans les grandes villes qui "ne prenait pas" et dont nos médias ont peu parlé car elle pointe vers l'origine maffieuse (OTAN-Golfe) du soulèvement lorsque celui-ci a pris les armes et s'est fondu aux manifestants (comme en Ukraine et en Libye...). Des villages entiers ont été décimés par des écorcheurs égorgeurs violeurs. Les journalistes qui voulaient enquêter sur ces actes ont été menacés, ou sont morts, toujours à cause des pseudos rebelles qui les pourchassaient ou les attiraient dans des zones de tirs de l'armée syrienne (témoignage de Alex Thomson, Channel 4)... cette situation n'a pas permis à aujourd'hui de savoir QUI a commis ces atrocités.... mais à votre avis... QUI est soupçonnable ?

CINQUIEME REMARQUE : Rappelons qu’a contrario nous avons aidé depuis le début de cette campagne de déstabilisation une constellation effarante de bataillons et katibas rebelles aux doux noms exotiques impossibles à retenir, tous poreux, tous plus ou moins inféodés aux égorgeurs, car sur le terrain c’est toujours la loi du plus fort qui prévaut entre tribus de mercenaires n’appartenant pas à une armée régulière. Nous avons financé des armées moyenâgeuses, volatiles et peu fiables, car cupides et toutes en concurrence pour faire main basse sur la manne des pétrodollars saoudiens, qataris ou OTAN. Et pour se faire bien voir de nous (au propre comme au figuré), leurs monstruosités ont été tellement atroces, notamment auprès des femmes, que même nos médias furent obligés d’admettre qu’ils étaient absolument coupables de dizaines de milliers d’assassinats, tortures, viols, et même des évicérations, dans des conditions toutes plus sordides les unes que les autres. D’où ma question ici ; Sommes-nous en droit de donner des leçons au “camp d’en face” ? La vraie communauté internationale comprend 192 pays je crois. Que vont penser les 170 autres pays non impliqués dans cette campagne de déstabilisation ?

SIXIEME REMARQUE : Tout "géopolitologue amateur" peut observer les mêmes schémas d'opérations paramilitaires qui s'appuient sur des formes variées de fascisme sanguinaire, lors de la mise en oeuvre de campagne de déstabilisation d'un gouvernement ou d'un pays entier par la CIA ou comme en Syrie, par une troïka multinationaliste. Ainsi les mêmes schémas s'appliquent parfaitement au coup d'état contre Allende au Chili, contre Mossadec en Iran, contre Najibulah en Afghanistan, contre Zelaya au Salvador, contre Chavez puis Maduro au Vénézuéla, contre Kadhafi en Libye, et depuis Assad, contre Ianoukovitch en Ukraine, et j'en oublie une dizaine d'autres. Dans ces schémas, on retrouve toujours parmi les éléments de diabolisation de l'ennemi, le sort réservé aux femmes... (sort dont le camp du bien USA - UE - OTAN - Golfe - Israél ne se préoccupe pas ou peu ou mal en Palestine, en Arabie Saoudite et dans le Golfe, en Afrique francophone, ou dans l'ancien Commonwealth...). Dans le discours des diaboliseurs, les femmes sont toujours victimes d'atrocités et mettent en pleurs les chaumières occidentales. Pourquoi diable voudriez-vous qu'en Syrie il en aille différemment ?

SEPTIEME ET ULTIME REMARQUE : Elle est récurrente et procède de l'évidence même. "Cui bono ?" Tout chef d'état dans la ligne de mire des Etats-Unis et de l'OTAN sait qu'il va aussi être la cible d'attaques sans relâche des médias "occidentaux", de loin les plus puissants en termes de diffusion satellitaire tout autant que sur le web où opérent la chasse aux fake-news du "camp d'en face", le triage via des algorythmes affutés, et l'injection désormais massive de "contenus" à charge. Dans ces conditions, pour quelles raisons Bachar Al Assad et son gouvernement iraient-ils se compromettre sur des dossiers aussi sensibles que la ligne rouge de l'usage d'armes chimiques, ou la maltraitance des minorités comme les Kurdes, ou la maltraitance des femmes, des enfants et des déshérités ? C'est parfaitement absurde. Et d'ailleurs il me vient ce souvenir tout aussi absurde qui a concerné Muammar Kadhafi : Les journaux occidentaux ont dit qu'il avait importé un cargo de préservatifs et d'excitants sexuels pour son armée... voilà qui rappelle le captagon saoudien dont les femmes syriennes se souviennent sans doute aussi... et mon propos n'est pas d'en rire. Il est de comprendre la machine "en marche". Alors "Cui bono ?" Il est absolument évident que "le camp d'en face", celui qui négocie sa reddition à Genève, a lui toutes les bonnes raisons de se frotter les mains d'un tel timing médiatique.

Je ne dis pas que les faits sont faux ni ne veut sous-estimer leur gravité bien sûr. Je dis : Retenons les leçons de l'Histoire, de Sun Zu (-400) à aujourd'hui. Extrême prudence devant des témoignages et des productions venant de tiers à la fois juges et partis. La sincérité peut cacher des mensonges malgré elle. Exagération, distorsion des faits, camouflage des identités, manipulation et instrumentalisation des témoins, des médias et de l’opinion publique, récurrence de schémas narratifs agissent pour détruire la vérité, toujours dans le sens des maitres.


Moyenne des avis sur cet article :  4.84/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

78 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 3 décembre 11:35

    Donne un cheval à celui qui dit la vérité, il en aura besoin pour s’enfuir.


    • Christian Labrune Christian Labrune 3 décembre 12:20

      @Jeussey de Sourcesûre

      Je vous serais bien obligé de m’expliquer ce que signifie le fait que j’aie été empêche d’écrire à la suite de vos trois derniers artticles, pour « NON RESPECT DE LA CHARTE ».

      Je voudrais bien savoir en quoi ce que j’avais écrit pourrait contrevenir à la charte d’AgoraVox, que je connais par coeur. Est-ce que l’IRONIE, dont je fais régulièrement le plus grand usage, serait désormais interdite sur AgoraVox ?

      Je vous accorde qu’il est quelquefois bien difficile de s’en tirer quand on manque d’arguments. La même mésaventure m’est arrivée avec Takadoum qui avait fait disparaître l’une de mes interventions et usé du même procédé. Mal lui en avait pris puisqu’aussi bien, dès le lendemain, il se trouvait confronté à une semblable contestation, mais plus grossièrement formulée.

      Quand on ne peut pas assumer ses propos et faire face à la critique, il me semble qu’il vaudrait mieux ne pas intervenir sur un site de DISCUSSION.


    • Christian Labrune Christian Labrune 3 décembre 12:39

      @Christian Labrune
      Eh bien, ça y est, le commentaire de Choucas a déjà disparu. On pouvait lui reprocher d’être une simple suite de phrases, une parataxe, mais il ne comportait aucune injure à l’endroit de l’auteur. Il posait simplement un désaccord radical semble-t-il, avec le contenu d’un article dont je n’ai encore lu que la moitié.

      Si on supprime tous les commentaires qui sont une contestation, on peut être sûr d’avoir raison.

      N.B. Je ne prends pas toujours la peine de sauvegarder mes interventions, mais ces trois-là, je les ai copiées. On ne sait jamais....


    • bluerider bluerider 3 décembre 12:49

      @Christian Labrune > pouvons-nous revenir au sujet de l’article ? Merci.


    • bluerider bluerider 3 décembre 12:59

      @Christian Labrune ce n’était pas de la censure à ce stade. Du reste j’ai averti Choucas, et ce n’est pas moi qui ai supprimé son post si vous voulez tout savoir. Par principe, j’avertis et je vois ce qui se passe. Dans son cas c’est profitable à mon sens puisqu’à la suite, son nouveau post est déjà bien plus intelligible. Ceci dit j’eusse quelque part préféré voir son premier post maintenu afin que chacun puisse se faire son idée. 


    • Christian Labrune Christian Labrune 3 décembre 13:14

      pouvons-nous revenir au sujet de l’article ? Merci.
      ==============================
      @bluerider
      Votre thèse, qu’on a déjà lue bien des fois sur AgoraVox, est que la guerre en Syrie est une fabrication d’un Occident résolu à déstabiliser le Moyen-Orient. Plus de 350 mille morts en Syrie, mais le régime d’Assad n’y est pour rien, le pauvre. Les responsables sont les chefs d’état occidentaux, et une presse partout aux ordres, qui passerait son temps à crétiniser des populations crédules.

      Je vais donc répéter ce que j’ai déjà écrit des dizaines de fois sur ce site : les états occidentaux n’ont plus de colonies, et il serait temps d’en finir avec une idéologie colonialiste qui tendrait à nous faire croire que nous continuons, tout seuls, à tirer les ficelles de l’histoire, que les gouvernants des pays autrefois colonisés ne seraient que des pantins à notre solde, d’éternels exécutants inconscients et irresponsables. A la limite, quand les petits soldats du Califat égorgent à l’envi leurs prisonniers, ils ne sauraient pas même ce qu’ils font. ils seraient comme des bêtes fauves échappées de leur cage, ils n’auraient aucune autonomie de jugement ; ils ne disposeraient peut-être même pas d’un cerveau, ces sous-hommes !
       Un Bachar el-Assad, par exemple, il est tout à fait exclu qu’il ait voulu gazer des populations, cela ne se serait jamais vu, et quand Saddam Hussein gazait les Kurdes, c’était donc probablement aussi à la demande des Américains ou des Européens ?

      Quand l’explication des faits historiques, qui sont toujours d’une infinie complexité et donneront lieu plus tard à d’infinies querelles d’historiens soucieux d’établir les faits, commence à illustrer une thèse manichéenne des plus simples, il me semble qu’il est toujours urgent de se méfier.


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 3 décembre 13:15

      @Christian Labrune

      Dans les « sites de discussion », il existe des gens qui trollent.Le mot « troller » signifie : créer artificiellement une controverse qui focalise l’attention aux dépens des échanges et de l’équilibre habituel de la communauté.Désigner un « troll » est un jugement subjectif, certes, mais cela permet de localiser un élément sciemment perturbateur pour le discréditer et l’éviter. L’argumentation caricaturale et récurrente sont les « empreintes typiques d’un troll ». Ils sont la preuve d’une mécommunication, et d’une impossibilité d’échange dans la compréhension mutuelle.Le « trollage » présume en plus des provocations intentionnelles et le but de nuire.


    • Christian Labrune Christian Labrune 3 décembre 13:20

      Donne un cheval à celui qui dit la vérité,
      =========================================
      @Jeussey de Sourcesûre

      je comprends mieux que vous optiez désormais pour la censure de tout ce qui pourrait vous contredire : si vous êtes dépositaire de la seule Vérité vraie, après vous il faut nécessairement tirer l’échelle !


    • bluerider bluerider 3 décembre 13:30

      @Christian Labrune - je comprends parfaitement votre point de vue. Je n’excuse pas Assad pour ce qu’il aura vraiment commis et son degré de responsabilité est à établir pour les faits qui lui seront reprochés par les historiens. Mais je le redis avec force : nous n’avons aucune leçon à donner à ce chef d’état, fusse-t-il un dictateur, car nous avons fait bien pire que lui, y compris et à commencer par nos opérations de déstabilisation avérées dans son propre pays, bafouant le droit international non pas au nom des droits de l’homme, mais au nom de nos propres intérêts stratégique et économiques (oléoducs gazoducs, pétrodollars, système bancaire, dette pas assez élevée en dollars etc...). La Syrie fait partie des 7 pays désignés par les néo-conservateurs sous Rumsfeld Wolfowitz Armitage Perle et j’en passe, qui devait être réintégrée au système des pétrodollars. Point barre. Vous ne manquez pas de simplisme vous non plus... croire que le colonialisme s’en est allé avec quelques signatures en bas de traités ne vaut pas mieux que d’exonérer Assad de toute responsabilité. Du côté d’Assad, même la presse française a reconnu que le gouvernement Assad avait privilégié les villes (comme chez nous) et que les campagnes avaient souffert de 3 années consécutives de mauvaises récoltes, point de départ du mécontentement pacifique et des marches des campagnes vers les villes... mais lorsque un type comme Malterre dans son docu fielleux lui aussi, commente des tirs sur « la marche des oliviers » en disant qu’on entend soudain des armes crépiter, sans se demander QUI (en plus ce sont semble-t-il des armes automatiques de guerre, pas des mousquetons de cinéma) , ce qui fait croire que ce sont des soldats de l’armée syrienne ou des snipers gouvernementaux... c’est LA MEME CHOSE que ce que je décris dans cet article : de la propagande en marche sans l’ombre d’une preuve établie factuellement... donc : je répète ici PRUDENCE avec ce genre de documentaire « à charge ». Il est excessivement facile - et suspect- de le faire dérailler au bon endroit puis d’attirer les médias et les diplomates dessus !


    • Christian Labrune Christian Labrune 3 décembre 13:37

      Ils sont la preuve d’une mécommunication, et d’une impossibilité d’échange dans la compréhension mutuelle.Le « trollage » présume en plus des provocations intentionnelles et le but de nuire.
      ======================================
      @Jeussey de Sourcesûre
      Le troll se contente de deux ou trois phrases, d’une simple parataxe. Son discours n’est pas construit, ses phrases ne constituent même pas des paragraphes. Si vous prenez soin de consulter la suite de mes interventions, vous verrez aisément que la plupart
      sont fort longues et argumentées, telle la réponse, cette fois relativement brève, que je viens de faire à l’auteur qui me demandait de revenir à son article.

      Les idées que vous développez sur ce site et que je ne suis pas le seul à critiquer ; sont une parfaite illustration d’un ISLAMO-GAUCHISME des plus pernicieux et NUISIBLE. Vouloir les démolir, et de la manière la plus efficace, c’est de l’ordre de l’impératif catégorique. C’est pour cette raison que je continue à m’emmerder, quelquefois plusieurs heures par jour, à écrire sur ce site, malgré le profond dégoût qu’il m’inspire.

      Vous feriez mieux de ne pas parler « d’échange dans la compréhension mutuelle » : lorsqu’on vous pose des questions embarrassantes, vous faites comme les plus radicalisés des islamistes, vous préférez ne pas répondre et laisser croire que vous n’avez pas vu la question. La censure, c’est encore plus radical, qui vous permet de débiter tranquillement vos « vérités » à deux sous.


    • Jelena Jelena 3 décembre 13:38

      @Christian Labrune : Pour poster sur les articles de « Rachid ben Jeussey al-Jazeera », il faut prier ou tout au moins respecter Allah, sinon c’est bannissement (j’en sais quelque chose).


    • Christian Labrune Christian Labrune 3 décembre 14:14

      car nous avons fait bien pire que lui, y compris et à commencer par nos opérations de déstabilisation avérées dans son propre pays, bafouant le droit international non pas au nom des droits de l’homme, mais au nom de nos propres intérêts stratégique et économiques
      ========================================
      @bluerider

      J’aimerais bien que vous me citiez des pays qui, dans l’histoire, n’ont pas agi « au nom de [leurs] propres intérêts stratégiques et économiques » et auront pu réaliser, par là, de grandes choses ! L’intérêt national a toujours été au principe de la plupart des politiques étrangères. C’est plutôt lorsqu’une pseudo-morale commence à s’en mêler que les choses dégénèrent et prennent un tour catastrophique, on l’aura bien vu avec la Libye où il s’était agi de libérer un pays de son affreux dictateur. Je n’ai pas l’impression que, depuis, la situation des Libyens se soit beaucoup améliorée ni que la France ait gagné beaucoup à l’élimination de Kadhafi !
      Le projet qui fut un temps commun à ces deux irresponsable qu’étaient Obama et Hollande d’écarter el-Assad aura aussi été une stupidité. La politique des Russes, uniquement préoccupés de leurs intérêts, et fort peu soucieux des droits de l’homme aura été au fond plus efficace et peut-être pas moins calamiteuse, mais il faudra bien du temps avant qu’on puisse en juger.
      Cela dit, je trouve drôle que, prenant plutôt le parti des Russes qui n’ont que faire des droits de l’homme et du bonheur ou du malheur des Syriens, vous reprochiez aux Occidentaux de ne pas avoir agi selon une morale d’essence kantienne.


    • bluerider bluerider 3 décembre 14:35

      @Christian Labrune > la réponse est dans votre question.


    • robert robert 3 décembre 16:24

      @Christian Labrune
      la doctrine de la Nation of Islam est basée sur la diabolisation des blancs qui toujours avec de bonnes raisons guerroient de par le monde et ce depuis toujours, comme cet exemple : (petit Larousse 2000) ou on cite le maréchal Roberts of Kandahar qui se distingua en Afghanistan (déjà !) en 1880 puis en Afrique du Sud


    • leypanou 3 décembre 18:10

      @Jeussey de Sourcesûre
      Donne un cheval à celui qui dit la vérité, il en aura besoin pour s’enfuir : je n’ai pas lu que Colin Powell a eu besoin de s’enfuir ni qu’il s’est suicidé. Par contre, Ahmed Chalabi des fameuses armes de destruction massive a effectivement fui en Allemagne, et celui de l’Opération Caesar mener une vie « tranquille » dans un pays nordique.


    • Ouallonsnous ? 3 décembre 19:08

      @bluerider

      Ce qui représente un danger au moyen orient est l’entité sioniste, et tout ce qui la menace et peux contribuer à son éradication est le bienvenu, non seulement pour la région du moyen orient mais également pour la paix du monde !


    • OMAR 3 décembre 19:26

      Omar9

      @bluerider
      .

      Ce qui est assez révélateur chez ces psychopathes nazisionistes, est qu’ils chialent quand leurs abjectes méthodes, l’ostracisme et la censure, sont utilisées justement contre eux.
      .
      Deux illustres et extrémistes « contributeurs » m’interdisent totalement l’accès à leurs « articles » propagateurs de haine et d’exclusion et dans lesquels, les mots les plus méprisants, les plus ignobles ; sont utilisés pour désigner les musulmans, l’Islam, le Coran et les citoyens français musulmans, de manière ostentatoire et décomplexée..
      Alors, qu’il y est interdit de prouver leur ignominie et racisme ou d’écrire simplement « Palestine », par exemple...
      C’est comme pour l’arsenal nucléaire : Israël a le droit de posséder plus de 200 bombes A et H, mais interdit à l’ensemble des pays arabo-musulmans d’en posséder une seule...
      Avec, bien sûr, la complicité, la fourberie et les menaces de l’Occident...


    • eau-du-robinet eau-du-robinet 3 décembre 19:32

      @Christian Labrune
      .
      « Votre thèse, qu’on a déjà lue bien des fois sur AgoraVox, est que la guerre en Syrie est une fabrication d’un Occident résolu à déstabiliser le Moyen-Orient. Plus de 350 mille morts en Syrie, mais le régime d’Assad n’y est pour rien, le pauvre. »
      —fin de citation —
      .
      Je me tiens au faits (mes informations sont source) et pas à vos allégations mensongères reprise dans la grande presse occidentale servent à désinformer les gens. La désinformation est un des outils utilisé par les néo-conservateurs qui accompagne les guerres et elle à pour objectif de justifier leur intervention pour faire tomber des régimes non vassaux des États-Unis et de Israël.
      .
      Année 2013
      SYRIE - Les rebelles ont utilisé du gaz sarin, affirme Carla Del Ponte (ONU)
      http://www.dailymotion.com/video/x13xqff_syrie-les-rebelles-ont-utilise-du-gaz-sarin-affirme-carla-del-ponte-onu_news
      .
      année 2013
      Les rebelles syriens ont utilisé du gaz sarin, selon Carla Del Ponte
      http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2013/05/06/les-rebelles-syriens-ont-utilise-du-gaz-sarin-selon-carla-del-ponte_3171289_3218.html
      .
      toujours l’année 2013
      Carla Del Ponte : « Plus de 50% des rebelles syriens sont djihadistes »
      http://www.rts.ch/info/monde/5215779-carla-del-ponte-plus-de-50-des-rebelles-syriens-sont-djihadistes-.html
      .
      Toujours l’année 2013
      Attaque chimique en Syrie : le rapport qui dérange
      Une étude du prestigieux MIT affirme que le massacre chimique d’août 2013 a été perpétré depuis une zone rebelle, contredisant les affirmations occidentales.
      http://www.lepoint.fr/monde/attaque-chimique-en-syrie-le-rapport-qui-derange-19-02-2014-1793755_24.php

      2017
      Accusant Damas d’avoir commis une attaque au gaz dans la province d’Idlib, qui a coûté la vie à des dizaines de civils, la Maison-Blanche oublie le fait que les armes chimiques possédées par la Syrie ont été détruites en 2014 par des professionnels civils et militaires sous contrôle des États-Unis eux-mêmes, rappellent des experts à Sputnik.
      http://french.almanar.com.lb/339799
      .
      toujours en 2017
      « Des laboratoires de production de gaz sarin ont été retrouvés à Alep. Je pense que des laboratoires similaires se trouvaient également à Hama. C’est probablement un laboratoire de ce type qui a été bombardé, ce qui explique un si grand nombre de victimes », conclut Igor Nikouline.
      http://french.almanar.com.lb/339799
      .
      toujours en 2017
      « Il n’y aura aucune enquête, ce n’est qu’une intox politique afin de taper sur les nerfs de Bachar el-Assad. Regardez les bulletins d’informations, on dit constamment que Bachar el-Assad a utilisé des armes chimiques », a déclaré Oleg Glazounov à Sputnik.

      L’expert militaire russe Vladimir Bogatyrev estime de son côté que « plus la situation en Syrie progresse vers la paix, plus de telles accusations seront fréquentes ».
      http://french.almanar.com.lb/339799
      .
      toujours en 2017
      En outre, au lendemain de cette attaque chimique, le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov a annoncé que l’aviation syrienne avait porté des frappes près de la ville de Khan Cheikhoun contre un entrepôt de terroristes où étaient entreposées des armes chimiques, destinées à être livrées en Irak.
      http://french.almanar.com.lb/339799
      .
      Selon un député turc, Daech se serait approvisionné en gaz sarin grace à la Turquie
      Selon les confessions d’un parlementaire turc à RT, la Turquie aurait permis à l’Etat islamique en Syrie de se procurer les matériaux nécessaires à la fabrication de gaz sarin.
      https://francais.rt.com/international/12156-exclusif—daech-se-serait
      .
      SYRIE, ARMES CHIMIQUES : derrière la propagande de masse
      https://www.youtube.com/watch?v=O4jmGERBXMw


    • Fanny 3 décembre 21:02

      @Christian Labrune

       Oui, l’histoire est infiniment complexe « quand l’explication des faits historiques … commence à illustrer une thèse manichéenne des plus simples, il me semble qu’il est toujours urgent de se méfier. »


      Bien d’accord avec ce propos..

      C’est pourquoi il faut se poser la question centrale concernant cette guerre atroce : oui ou non y a-t-il eu, avant 2011, et de la part d’un certain nombre d’Etats un projet de chasser du pouvoir Bachar El Assad par différents moyens, incluant les plus violents ?

      Si vous répondez négativement, tout le reste s’enchaîne : El Assad est un dictateur monstrueux qui a réprimé une révolte, une guerre civile au prix de 350 000 mille morts et de millions de déplacés. C’est la thèse de nos politiques (pour leur communication) et de nos médias (en appui de la communication des politiques au pouvoir).

      Si au contraire vous répondez oui, au vu des indices dont vous avez connaissance (avis de Roland Dumas, plan US de déstabilisation du MO, déclarations de Sarkozy sur El Assad …), vous cherchez ensuite à comprendre comment les Etats arabes du Golfe et les Occidentaux ont procédé pour tenter d’obtenir la peau de El Assad. Et à la lumière de cette hypothèse (oui, il y avait bien un plan) et de cette recherche (quels moyens ils ont utilisé), vous en concluez que El Assad a mené une guerre défensive, certes atroce, contre une agression extérieure utilisant un début de guerre civile pour le chasser du pouvoir. Pas besoin d’idéologie colonialiste pour mettre en œuvre un tel plan, il suffit d’avoir la puissance militaire et financière (pour payer des mercenaires) permettant de faire la guerre en Irak, Afghanistan, Libye, Syrie afin d’atteindre des objectifs géostratégiques.

      Pour ma part, je pense que cette dernière hypothèse est la plus probable et reflète mieux les réalités observables, connues, que la première. Cela ne veut pas dire que El Assad, en l’absence d’intervention extérieure, n’aurait pas réprimé sans état d’âme, comme l’avait fait son père, un début de guerre civile. C’eut été beaucoup plus court mais tout aussi violent.

      Les soldats du Califat savent parfaitement pourquoi ils se battent (pour le Califat). Ils ont simplement profité de puissants alliés. Classique (cf. Afghanistan).

      Oui, Saddam Hussein a gazé les Kurdes irakiens. Concernant El Assad, j’ai encore un doute quant à son utilisation du gaz sarin. Mais je comprends qu’une personne qui ne voit pas d’agression extérieure en Syrie (car il n’y a plus de colonies, comme vous l’écrivez) charge El Assad de tous les crimes.


    • bluerider bluerider 3 décembre 22:11

      @Fanny > il y a trop d’indices qui vont dans le sens d’un plan OTAN. Comme la Libye, victime d’exercices militaires « Southern Mistral » qui comme par magie se sont transformés en campagne réelle (Harmattan pour la France - nom de la campagne britannique oublié) 30 minutes AVANT l’adoption définitive de la résolution 1973 (je tiens ce détail d’un étudiant libyen dont la famille libyenne aujourd’hui dispersée et en partie décimée l’a vécu par téléphone entre le sud de la France et la capitale libyenne). 100% des libyens savent qu’ils se sont faits avoir par la France et UK. Comment lancer une campagne avec des 10aines de bateaux, des chasseurs, des hélicoptères, des AWACS juste après le vote dune résolution ? C’est absolument là, devant nos yeux... c’est prémédité et le grand public ne le voit même pas ! Refaire ici la liste pour la Syrie serait fastidieux. Mon article y fait allusion à plusieurs reprises. / Merci pour ce rappel qui pose clairement la bonne question pour enchainer correctement ses idées.


    • njama njama 3 décembre 23:07

      @bluerider
      « Southern Mistral » suffit de lire le programme sur opex360.com
      http://www.opex360.com/2011/03/16/southern-mistral-sur-la-france/

      Résolution 1973du Conseil de sécurité des Nations unies adoptée le 17 mars 2011
      « ...une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Libye pour protéger la population civile, et de « prendre toutes mesures nécessaires, nonobstant le paragraphe 9 de la résolution 1970 (2011) (voir (en) Résolution 1970), pour protéger les populations et les zones civiles menacées d’attaque en Jamahiriya arabe libyenne ». »
      https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9solution_1973_du_Conseil_de_s%C3%A9curit%C3%A9_des_Nations_unies

      Bien sûr, les coïncidences sont trop fortes pour qu’il n’y ait pas de lien entre les deux


    • njama njama 3 décembre 23:14

      @Fanny

      Juppé sur l’intervention en Libye : « Oui, c’est un fiasco et un chaos »
      Après le crime, le mea culpa pour pas cher
      Publié le : jeudi 4 février 2016

      Juppé a fait ces aveux devant des journalistes algériens qui l’ont interrogé alors qu’il fut le chef de la diplomatie française. « Oui, c’est un fiasco et un chaos », a-t-il reconnu, bon joueur contrairement aux autres responsables français notamment Nicolas Sarkozy qui se vante à ce jour d’avoir « libéré » la Libye de Kadhafi.

      https://www.egaliteetreconciliation.fr/Juppe-sur-l-intervention-en-Libye-Oui-c-est-un-fiasco-et-un-chaos-37601.html


    • njama njama 3 décembre 23:40

      @Fanny
      Cela ne veut pas dire que El Assad, en l’absence d’intervention extérieure, n’aurait pas réprimé sans état d’âme, comme l’avait fait son père, un début de guerre civile.

      C’est ce que retient la propagande, et ceux qui en sont insidieusement victimes.

      D’une certaine manière on peut dire que les islamistes ont réussi en 2011 avec des appuis extérieurs plus conséquents, ce qu’il avait tenté de faire du temps de Hafez de 1979 à 1982.
      Je ne pense pas que l’on puisse appeler cela une guerre civile, c’était de la sédition, une tentative de coup d’État armé pour renverser le régime syrien.
      Il faut prendre en compte que le gouvernement syrien de l’époque était face à des actes de terrorisme.Qui peut envisager qu’il resta les bras croisés ? et que ces putschistes islamistes étaient des enfants de chœur ?

      Historique de l’insurrection des frères musulmans de 1976 à 1982.
      Menée contre l’autorité du Parti Baas, elle a été surnommée la « longue campagne de terreur »1. Durant le conflit, les islamistes ont à la fois attaqué des civils (Alaouites, baassistes, laïques, nationalistes et communistes) et des militaires. « Les bombes placées dans les gares, les attentats contre les membres du parti Baas et leurs familles ou encore le massacre de sang froid de 83 cadets alaouites à l’école militaire d’Alep en 1979 demeurent solidement ancrés dans la mémoire collective syrienne. Ces atrocités, comparables à celle des guerres en Algérie ou en Irak, confie le journaliste Robert Fisk, atteindront leur paroxysme lorsque les Frères liquident près de 300 membres du parti Baas à Hama à la veille du bombardement de la ville par l’artillerie syrienne »2.

      Des civils ont également été tués par les forces syriennes lors des raids de représailles. Le soulèvement islamiste atteint son point culminant en 1982 avec le massacre de Hama perpétré par les forces du président syrien Hafez el-Assad, lorsque plusieurs milliers de personnes ont été tuées dans le siège de la ville par les troupes de l’armée régulière syrienne.

      ---------------------------------

      Quant à ce que l’on appelle le massacre de Hama, du côté syrien le pouvoir était face à des irrédentistes islamistes ultra-violents et déterminés, et du côté occident, cette tragédie syrienne a servi la propagande contre la Syrie, contre Bachar (dit le sanguinaire, ou le boucher, comme son père ...) pour au final soutenir les mêmes islamistes salafistes qui « font du bon boulot » comme a dit Fabius !

      Si les estimations les plus basses parlent de 10 000 morts, les plus élevées, comme celle établie par le Conseil syrien des droits de l’homme[Qui ?], parlent de 40 000 morts lors de cette bataille7. En revanche, un rapport officiel initialement secret de la Defense Intelligence Agency (DIA)8 américaine, estime le nombre total de victimes à environ 2 000. 2 500 soldats ont en outre été tués durant les combats3.

      ------------

      Le rapport officiel de la Defense Intelligence Agency (DIA) américaine, déclassifié en 2012, peu suspect de complaisance, estime le nombre total de victimes à environ 2 000 morts ce qui doit correspondre aux combattants islamistes ... et autant du côté des forces du gouvernement
      voir Conclusion page 7 >> « The total casualties for the Hama incident probably number about 2000. »
      page précedente 6 : « On the same date, Muslim Brotherhood sources in Vienna claimed 2000 governement forces had been killed and another 3 000 wounded ... »


    • bluerider bluerider 4 décembre 00:43

      @njama > j’ai noté 3000 dont 1000 victimes civiles... Merci pour ces précisions qui correspondent à la réalité que je voulais rappeler afin de nous préparer à des chiffres astronomiques jeudi prochain, assenés certainement sans preuves factuelles ou crédibles. Ceci dit je m’attends à ce genre de démonstration exagérée sans préjuger de la gravité des faits mêmes ni de la culpabilité réelle des auteurs réels. L’Histoire jugera, à commencer par les crimes commis par ces hordes d’égorgeurs sur des 10aines de milliers de femmes car de leur côté, cela semble par contre certain : selon l’état major russe, 250 000 à 300 000 mercenaires tous plus ou moins sanguinaires ont infiltré la Syrie depuis 2011... et la moitié en sont morts certes, mais non sans avoir commis leurs actes odieux. Si un sur cinq a sévit contre une femme, cela fait potentiellement 50 000 victimes aussi. Saura-t-on un jour quelle est l’exacte comptabilité de l’horreur de cette guerre que nous avons fait trainer en longueur uniquement par espoir de retours sur investissements juteux ? 


    • njama njama 4 décembre 08:22

      @Fanny

      Témoignagne d’Ibrahim Moussa, Syrien, 42 ans, vit en Belgique depuis 1999. Né dans une famille alaouite de sept enfants à Mkharam el Fouqani dans la province de Homs, il a décidé de rentrer au pays pour aider sa famille et son pays malgré la guerre.

      D’après vous, comment a commencé cette guerre ?

      La guerre n’a pas commencé en 2011. Elle était déjà palpable en 2005. Les terroristes takfiris ont creusé des tunnels dès cette époque, notamment à Homs.
      Avant 2011 déjà, il existait deux Homs : une Homs terrestre et une Homs souterraine.
      Les djihadistes ont acheminé des armes via ces tunnels. Mon cousin germain (fils de ma tante maternelle dont je tairai le nom pour des raisons de sécurité) était ingénieur hydraulique à Homs.
      Il m’a dit que sous Homs, il y avait 2 tunnels (l’un suivant un axe Nord-Sud, l’autre Est-ouest) servant à réparer les conduits d’eau, les égouts etc.
      Mon cousin a découvert un réseau impressionnant de galeries au début du prétendu printemps syrien en 2011. Des experts russes ont été dépêchés sur les lieux. Ils ont estimé le début des travaux de creusement suspects à l’année 2005.
      Au début, les Homsiotes n’ont pas compris ce qui se tramait. Quand vous demandez aux habitants de la ville s’ils ont noté les moindres agissements étranges, ils se souviennent quasi tous des bruits venant du sol mais ne s’imaginaient pas à l’époque que ces tunnels allaient servir à une guerre souterraine contre la Syrie.
      Entre 2005 et 2011, les milieux djihadistes se passaient le mot : « Bientôt, nous allons passer à l’action en Syrie ». Certains ont mis leurs familles à l’abri bien avant le début des événements.


    • njama njama 4 décembre 08:29

      suite

      Pourquoi à Homs ?

      Homs est située à un endroit stratégique, à mi-chemin entre Alep et Damas, et entre Deir-ez Zor et la côte.
      Homs est au centre de la Syrie. Elle est comme le cœur qui pompe le sang et le redistribue dans tout le corps.
      Homs est un carrefour qui relie toutes les villes syriennes situées aux extrémités du pays.
      Sa proximité avec le Liban (à peine 40 km) fait de Homs une plateforme du trafic d’armes. Homs a deux frontières avec le Liban : l’un du côté de Tall Kalakh et l’autre du côté de Qousseir.
      La fourniture en armes a été assurée par les agents de Saad Hariri, notamment Okab Saqr (*)
      Pour les terroristes, la prise de Homs permettait de couper le pays en deux.
      A l’époque, deux organisations djihadistes terrorisaient le Liban : Fatah al Islam au Nord, Jund al Cham au Sud. Elles étaient surtout actives dans les camps palestiniens de Nahr el Bared à Tripoli (Nord) et Aïn el Heloué au Sud, près de Saïda.

      (*) Un député libanais dirige le trafic d’armes vers la Syrie http://www.voltairenet.org/article176853.html


    • popov 4 décembre 08:41

      @OMAR

      mais interdit à l’ensemble des pays arabo-musulmans d’en posséder une seule...

      Faut pas mettre un rasoir dans les mains d’un singe.


    • njama njama 4 décembre 08:47

      suite

      Avant même le « printemps syrien », ces organisations ont commis des attentats en Syrie ainsi que des assassinats ciblés relativement peu médiatisés. Certains journalistes occidentaux racontent qu’il n’y avait aucun djihadiste en Syrie en 2011.
      C’est un mensonge odieux. Les djihadistes de Fatah al Islam et Jund al Cham étaient très actifs, à la fois en Syrie et au Liban.
      Ils étaient entretenus par le clan Hariri et les services secrets saoudiens notamment par Bandar Ben Sultan et avaient pour mission d’affaiblir le Hezbollah et ses soutiens, notamment l’Etat syrien.
      Entre 2005 et 2011, les djihadistes des camps palestiniens du Liban étaient en lien avec les djihadistes irakiens liés à Zarqaoui, le fondateur de L’EI d’Irak. Ils étaient en phase préparatoire pour une insurrection d’envergure contre le gouvernement et le peuple syriens.
      Ils étaient le Daech et le Front al Nosra de l’époque.
      Rappelons-nous qu’en 2007, ils décapitèrent des dizaines de soldats libanais (*). Mais les médias occidentaux évitent de parler de tout cela. Ils veulent empêcher leur opinion publique d’établir une quelconque connexion entre les mouvements djihadistes du Liban, d’Irak et de Syrie pour faire admettre l’idée qu’en mars 2011, l’opposition syrienne était unanimement démocratique.

      http://www.investigaction.net/malgre-la-guerre-un-migrant-syrien-rentre-au-pays/

      (*) LIBAN Qui est responsable du massacre de Tripoli ? Mercredi 23 mai 2007, par Robert Fisk http://www.alterinter.org/spip.php?article865


    • baldis30 4 décembre 09:15

      @njama
      bonjour,

      j’ai apprécié vos interventions et notamment sur les problèmes de souterrains ...

      mais vous n’êtes pas allé assez ... profond ..... parce que le problème fondamental de cette guerre n’a pas grand-chose à voir avec telle ou telle tendance religieuse, sauf à trouver caché on ne sait où, le dieu Pétrole .... Parce que le sous-sol est peut-être propice au creusement de tunnels mais encore plus aux forages bien plus profonds ....

      Tout le reste est littérature .... comme en Lybie !

      Comment se peut-il que seuls les russes aient eu l’idée de s’attaquer au commerce illégal de pétrole entre les factions rebelles et la Turquie ... Sont-ils les seuls intelligents ? ou bien ce commerce menaçait-il leurs intérêts de proximité ( en d’autres termes le glacis militaire qu’ils souhaitent installer au Sud, comme ils l’installèrent en Europe de l’Est avant de l’abandonner sous Gorbatchev )


    • njama njama 4 décembre 10:51

      @baldis30
      Je suis bien d’accord, c’est comme les icebergs, il y a la partie émergée et bien plus qu’on ne voit pas
      Je répondais à Fanny
      "C’est pourquoi il faut se poser la question centrale concernant cette guerre atroce : oui ou non y a-t-il eu, avant 2011, et de la part d’un certain nombre d’États un projet de chasser du pouvoir Bachar El Assad par différents moyens, incluant les plus violents ?"

      C’est évident que tout cela n’a pas démarrer en mars 2011, qui n’était que l’allumette craquée par un petit quarteron de snipers
      Roland Dumas confirme d’ailleurs...


    • njama njama 4 décembre 11:06

      @baldis30

      Il faut aussi noter la concordance de faits, si pas toujours dans leur exacte simultanéité, mais dans leurs enchainements...
      Ce que des protagonistes n’arrivent pas à obtenir d’un côté, ils essaient d’un autre ... Israël est en guerre permanente, CQFD !
      Il s’est fait expulsé du Liban sud en 2000 et s’est pris une déculottée par le Hezb en 2006

      Intervention militaire israélienne au Liban de 1982
      L’invasion du Liban 
      l’armée israélienne envahit le Sud du Liban à partir du 6 juin 1982
      ----------------
      Massacre de Hama Déroulement
      Dans la nuit du 2 au 3 février 1982, un commando des Frères composé de 200 hommes armés investit la ville de Hama afin de la libérer de la présence du régime syrien. 70 personnes sont ainsi assassinées par les Frères musulmans.
      12 000 soldats se déploient autour de la ville5. L’armée coupe l’ensemble des communications entre Hama et le reste du pays, puis procède à d’importants bombardements d’artillerie et d’aviation de la ville. Une partie importante de la ville — comptant de nombreux joyaux architecturaux — est alors détruite dans les combats, dont le tiers du centre historique6.
      Le 15 février, le ministre de la défense, Mustafa Tlass, déclare le succès de la répression et le démantèlement du mouvement des Frères Musulmans.
      La ville de Hama reste néanmoins assiégée pendant 27 jours par l’armée, avec des accrochages réguliers entre l’armée et les sympathisants des Frères encore en liberté.
      Après la levée de l’état de siège, le retour à la normale s’effectue progressivement, mais le régime laisse des forces de sécurité importantes dans la ville pour prévenir toute nouvelle révolte.
      -----------------------------------


    • mazig 4 décembre 12:16

      @Christian Labrune
      Je tiens d’abord à remercier l’auteur de l’article pour sa vision géopolitique objective , bien argumentée et non teinte des absurdités propagandistes telles que Labrune ne cesse de les répéter à longueur de temps , sauf que cela ne dupe plus personne.

      Pour ta gouverne , le bordel et l’anarchie qui règnent au Moyen Orient ne sont pas le fruit du hasard ,preuve en est que les pays détruits par les vassaux à la solde d’Israel , à savoir la Syrie , l’Irak , la Libye et le Yemen ,sont les seuls qui n’ont jamais reconnu l’état fantoche d’Israel , et c’est pour cela qu’ils en payent le prix. Donc tes thèses fallacieuses disant que ces pays là sont en guerre de leur propre chef , tu dois être les seul à les gober.

    • Fanny 4 décembre 13:26

      @bluerider

      « Saura-t-on un jour quelle est l’exacte comptabilité de l’horreur de cette guerre que nous avons fait trainer en longueur uniquement par espoir de retours sur investissements juteux ? » 

      Si l’on voulait caricaturer les fondamentaux politiques, éthiques et moraux de nos démocraties occidentales, on écrirait :

      -  Etat de droit et droits de l’homme « at home », réalité incontestable.

      -  Mensonges énormes et abrutissement de la population concernant les opérations « abroad », fondées sur l’accaparement de richesses, l’élimination par la ruse ou les armes de régimes politiques hostiles ou non soumis, la manipulation cynique des oppositions locales débouchant sur des massacres avec des armes sélectivement livrées par nos soins. Tout ceci au nom des « droits de l’homme », un cache sexe convoité par l’industrie de la pornographie.

      Une majorité (2/3) de nos compatriotes croit à la « narrative » de nos opérations extérieures, sans trop y croire, mais en y croyant quand même. Cette croyance repose sur l’idée que nos politiques agissent à l’extérieur pour nos intérêts, fondamentalement. Pourquoi agiraient-ils contre nos intérêts ? A cout terme, cela se défend. Sur le long terme, ce cynisme et cette violence créent des rancoeurs pour des décennies voire des siècles qui nous (nos enfants …) reviennent ensuite à la figure, tels des boomerangs. Pourquoi nous haïssent-ils ? On ne comprend plus.


    • Fanny 4 décembre 14:18

      @Fanny

      J’ajoute à mon commentaire ci-dessus que cette « narrative » destinée à couvrir nos opérations extérieures est en train d’infiltrer progressivement notre politique intérieure. Cette « narrative a un nom : c’est la pensée unique. Elle a un but : nous convaincre des bienfaits de la mondialisation, en tant que processus incontournable qu’il faut accepter comme un « package », y compris tous ses effets collatéraux. Nos compatriotes y croient pour leur majorité (2/3 cf. Macron), convaincus qu’ils sont que le maintien de notre niveau de vie passe par là. Mais la montée d’effets collatéraux négatifs impose à la « narrative » de se faire plus agressive, et aux tribunaux de réduire nos libertés. Cette tension, cet équilibre est instable. 


    • damocles damocles 5 décembre 09:19

      @bluerider
       

       Ce n’est pas la peine de chercher des « indices » il y a des PREUVES !
       Il suffit de visionner la conference de presse du GENERAL WESLEY CLARK sur youtube qui declare que Wolfowitz lui a dit : 

         « Nous allons PRENDRE  7 pays en 5 ans , IRAK ,SYRIE ,LIBAN, LIBYE, SOMALIE , SOUDAN , IRAN »
       Video suivre en entier (8mn) : Wesley Clark 7 pays en 5 ans 

    • alvares9 alvares9 6 décembre 10:27

      La Syrie était un pays en paix avant et tous les crimes commis, que ce soit par ceux bien connus fait par les islamistes ou ceux possiblement commis par l’armée syrienne, les principaux responsables sont ceux qui ont déstabilisé le pays, les USA, Israël, les saoudiens et les Européens complice :

      Des armes pour vaincre le terrorisme islamique

      Cela fait penser à d’autres criminels qui sont entièrement coupables mais qui accusent d’autres pays qui eux ont collaboré parce qu’ils n’ont pas eux le choix, et tout cela pour pouvoir les rançonner :

      Pourquoi le mouvement sioniste a besoin de l’antisémitisme

       


    • Doume65 3 décembre 12:32

      Comme on peut l’apprendre dans ce documentaire d’ARTE (qu’on ne peut pas taxer de complotisme), cela fait bientôt 70 ans que la CIA utilise les services des publicitaires pour refaire l’Histoire à la sauce US. Notons d’ailleurs que le mot Histoire est devenu tellement peu sûr qu’on préfère souvent parler de narrative.


      • JL JL 3 décembre 12:35

        @Doume65
         
         ’’(Arte) qu’on ne peut pas taxer de complotisme’’
         
         Puisque vous le dites !
         
         smiley


      • bluerider bluerider 3 décembre 12:56

        @Doume65 il est désolant de constater que l’amnistie est proclamée par nos médias lorsqu’il est trop tard pour intervenir. Internet tente de changer cette donnée absurde, mais la résistance acharnée du système médiatique montre la hauteur impossible à atteindre de la tâche. De tous temps je lisais que les pacifistes antiguerre antiimpérialisme ne représentaient que 2 à 4% de la population dans les pays occidentaux. Cela n’a pas changé. Alors que je viens d’écrire ces lignes, combien de clics sur des sites plus puissants à la solde « du capital » et « du pain et des jeux » ? 


      • Christian Labrune Christian Labrune 3 décembre 13:56

        De tous temps je lisais que les pacifistes antiguerre antiimpérialisme ne représentaient que 2 à 4% de la population dans les pays occidentaux.
        ========================================
        @bluerider
        Les « pacifistes » sont souvent des irresponsables. En 38, Marcel Déat, au nom du pacifisme, refusait de « mourir pour Dantzig ». Quelques années plus tard, cet ancien soccialiste deviendrait un des principaux piliers de la collaboration avec la très « pacifiste » Allemagne nazie.

        Les « pacifistes » qui se réjouissent aujourd’hui du traité de Vienne sur le nucléaire iranien risquent de précipiter l’Europe et le monde dans une guerre atroce. Trump avait demandé à Macron de voir s’il ne serait pas possible de renouer le dialogue diplomatique avec l’Iran. Les mollahs lui avaient ri au nez. Quelques semaines plus tard, le pacifique Macron, qui veut bien discuter avec tout le monde, avait timidement protesté contre une politique de l’Iran « mal maîtrisée » concernant les missiles balistiques. Réponse de Rohani : on peut sans trop de difficultés augmenter leur portée. Ce qui signifie, dans sa vision des choses d’inspiration néo-nazie, frapper l’Europe aussi bien qu’Israël.

        A la fin de votre article, vous citez Sun Tzu, mais si vous l’avez lu vous aurez vu que son premier principe est de « savoir qui sont nos ennemis ». Si on le sait, on est en position de gagner les guerres. Si on ne le sait pas, dit-il, on les perdra toutes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires