• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’agriculture biologique est-elle durable, pourrait-elle nourrir (...)

L’agriculture biologique est-elle durable, pourrait-elle nourrir toute l’humanité à venir ?

L'agriculture bio gaspille le premier bien le plus précieux de tous, de plus en plus rare, la terre !

Du bio ou rien ! réclament les bio exigeants.

Ce pourrait être rien. Parce que l’agriculture bio n'a pas pris la précaution élémentaire de s'assurer qu'elle pourrait nourrir l'humanité, toute l'humanité. On sait pourtant les famines d'autrefois, lorsque tout le monde mangeait bio.

L'agriculture bio est-elle durable ? - L'agriculture bio gaspille la terre

De nombreuses études ont évalué les performances de l'agriculture biologique. Évidemment il faut comparer ce qui est comparable : les rendements pour de mêmes variétés, dans des sols et des climats comparables, avec les mêmes méthodes de culture (avec ou sans rotation de cultures par exemple, qui n'est pas une exclusivité bio), etc. Lorsque cette exigence élémentaire de bonne méthodologie n'est pas respectée – ça arrive – on peut obtenir n'importe quel résultat, ce qui permet à des sites militants d'affirmer n'importe quoi. Mais lorsqu'on compare ce qui est comparable, pas des choux et des navets, on mesure que les rendements bio sont plus faibles que ceux de l'agriculture "conventionnelle".

« L’analyse montre que l’AB souffre d’un handicap de productivité physique (moindres performances agronomiques et zootechniques.) » (Vers des agricultures à hautes performances. Volume 1. - Analyse des performances de l’agriculture biologique, Inra - 2013)

« Notre analyse des données disponibles montre que les rendements bio sont globalement inférieurs aux rendements conventionnels » (Comparing the yields of organic and conventional agriculture - Seufert - 2012)

« Nous avons analysé 362 études comparant les rendements de l'agriculture bio et de l'agriculture conventionnelle ► L'écart est de 20 %, mais diffère selon les cultures et les régions » (The crop yield gap between organic and conventional agriculture - de Ponti - 2012)

Cette dernière étude précise que les différences de rendement dépendent grandement du contexte, et de ce que l'on compare :

« Les différences varient entre des rendements bio inférieurs de 5 % (légumes non irrigués et plantes vivaces sur les sols faiblement acides ou faiblement alcalins), 13 % de rendement inférieur (lorsque les meilleures pratiques organiques sont utilisées), à des rendements 34 % moins élevés (lorsque les méthodes classiques et organiques sont le plus comparables). »

Les différences de rendement selon les cas permettent, en choisissant bien les exemples, à des sites militants de faire croire à d'excellents rendements du bio. Mais la réalité globale est que "lorsque les méthodes classiques et organiques sont le plus comparables", les rendements bio sont inférieurs de 34 %.

L'agriculture bio gaspille le premier bien le plus précieux de tous, de plus en plus rare, la terre.

 

Les vendeurs de bio prétendent que l'agriculture bio préserverait la terre, contrairement à l'agriculture conventionnelle qui la dégraderait. Toutefois, sur cette terre dite dégradée, la réalité est que les rendements de l'agriculture conventionnelle se maintiennent ou progressent, et sont bien supérieurs à ceux de l'agriculture bio.

Ce qui n'empêche pas les vendeurs de bio de demander quand même plus de subventions pour l'agriculture biologique, en raison de ses externalités positives supposées, dont la supposée préservation de la terre.

La même "logique" demanderait de taxer l'agriculture biologique pour ses "externalités négatives" : le bio gaspille la terre, c'est la réalité mesurée – et ce gaspillage aggrave l'urgence alimentaire sur la planète.

Nourrir toute la planète en bio nécessiterait ainsi de nouvelles terres cultivables ; où les trouver ? La terre manque déjà, et manquera de plus en plus pour de multiples raisons :

• Parce que la population mondiale continue de croître. Sept milliards aujourd’hui, neuf milliards bientôt ; il faut donc construire de nouveaux logements, de nouveaux bureaux, de nouveaux commerces, de nouvelles routes... Cinq pour cent des surfaces cultivées disparaissent ainsi tous les dix ans. Il y a peu de siècles, les New-yorkais campaient dans leur tipi au bord de l'Hudson, et les Champs-Élysées furent tracés au milieu des champs et des bois.
Méfions-nous des idées simplistes : ce ne sont pas quelques infrastructures spectaculaires mais ponctuelles, telles que le futur ex aérodrome de Notre Dame des Landes, qui dévorent la terre. Elle est grignotée petit à petit, inexorablement, par les innombrables petits coups de dents des nouveaux petits pavillons, des nouvelles petites résidences, des nouveaux petits quartiers, chacun avec leurs nouveaux accès routiers.

• Parce que le niveau de vie croît également. Ce qui se traduit par une demande encore plus importante, au-delà du seul accroissement numérique de la population 1.

• Parce que nous avons mangé notre pain blanc – ou plutôt nos terres noires, les meilleures, les plus productives ; il faudra donc une plus grande surface de terres nouvelles pour produire la même quantité de nourriture.

• Parce que les biocarburants transforment la terre nourricière en champ de pétrole 2.

GIF - 7.4 ko
Terre arable par personne dans le monde

Source : D'après données Banque Mondiale

La Chine, le Japon, la Corée du Sud, les Émirats arabes unis, etc., manquent déjà de terre, alors ils en achètent ou en louent, en Afrique, en Amérique du Sud, là où il y en a encore. La Chine dispose de 10% des terres arables mondiales pour nourrir 20% de la population mondiale. Elle achète donc des terres – pour nourrir les Chinois, pas pour les gaspiller en bio.

Le défi alimentaire qui s’annonce pour les années à venir est gigantesque 3. Il faudra produire plus de nourriture, comment faire ? Le bon sens seul permet de répondre : en augmentant les rendements ou en augmentant les surfaces cultivées, ou les deux. Le PNUD n'a pas beaucoup de mérite à le confirmer :

« Répondre à la demande alimentaire mondiale croissante impliquera soit une agriculture intensifiée (en utilisant davantage de produits chimiques, d'énergie et d'eau et des cultures et des espèces plus efficaces) ou de cultiver plus de terres. » (Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) - rapport 2007 "Global Environment Outlook" (GEO-4))

• "Agriculture intensifiée" par des espèces plus efficaces. Des espèces plus efficaces ça existe, ça s'appelle des OGM. Mais l'agriculture biologique refuse les OGM – non pour leurs qualités ou défauts, mais pour des raisons idéologiques.
Il ne reste donc que l'autre possibilité :

• "Cultiver plus de terres". C'est une autre façon de dire : "abattre des forêts". C'est déjà commencé ! Dans la forêt amazonienne, en Afrique équatoriale, en Asie...

« En fait, c'est une meilleure science des pesticides qui a permis à l'Amérique du Nord de tripler sa production de nourriture tout en maintenant sa couverture en forêts à un niveau équivalent à celui d'il y a un siècle. » (Comment les pesticides sauvent le monde, dans le journal canadien National Post du 20 avril 2006, par Patrick Moore, cofondateur de Greenpeace, ayant ensuite rompu avec cette organisation)

 

Plus de bio, c'est moins de forêt.
Ce n'est pas durable

http://ecologie-illusion.fr/agriculture-bio-peut-elle-nourrir-humanite.htm

 

1 « On observe aussi durant cette période [entre 1982 et 2003] un décrochage entre l’accroissement de la population et la "consommation" d’espace, traduisant une augmentation annuelle des "besoins" par habitant de 7 m2 : maison individuelle au lieu de l’habitat collectif, surface plus grande des maisons (+ 15 m2 entre 1984 et 2006) et des jardins (510 m2 avant 1974 et 720 m2 après 1999), surfaces en espaces verts et de loisirs, diminution du nombre de personnes par logement entraînant une demande supplémentaire de logements (de 2,9 en 1984 par maison individuelle à 2 en 2006, et de 2,4 en logement collectif à 2) ». (Courrier de l’environnement de l’INRA n° 57, juillet 2009)
Traduction : la petite maison dans la prairie ce n'est pas durable, le petit pavillon grignoteur de terre ce n'est pas durable. Il faut se résoudre à, ou choisir, l'urbanisation verticale.

2 Pour la production de biocarburants [...] d’ici 2020, les pays industrialisés pourraient consommer jusqu’à 150 kilos de maïs par habitant et par an en vue de la transformation en éthanol – à parité avec la consommation alimentaire de céréales dans les pays en développement (FAO - 2011)


Moyenne des avis sur cet article :  1.55/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

172 réactions à cet article    


  • Francis JL 12 mars 2018 08:32

    Pardon mais je ne peux pas lire un article qui pose a priori cette affirmation, je cite : ’’L’agriculture bio gaspille le premier bien le plus précieux de tous, de plus en plus rare, la terre !’’
     
    Pour vous ce sont les agriculteurs bio qui ont tué la fertilité de la terre là où on ne peut plus rien faire pousser sans les engrais de Monsanto et Bayer  ?!!!
     
    La terre, de plus en plus rare ? Vous voulez dire : la terre encore vivante ?


    • Diogène Diogène 12 mars 2018 09:00

      @JL

      Deuxième « a priori » faux :

      « On sait pourtant les famines d’autrefois, lorsque tout le monde mangeait bio. »

      Autrefois, on ne mangeait pas « bio », ce terme faisant référence à un protocole ou une charte qui s’appliquent à des méthodes agricoles utilisant des technologies mécaniques et chimiques inconnues « autrefois » (terme qui peut aussi bien concerner les chasseurs-cueilleurs que le les éleveurs-jardiniers du néolithique ou les agronomes de Colbert et Parmentier !).

      « Autrefois », « on » ne mangeait pas la même chose dans les chateaux et dans les chaumières.

      La question qui se pose est la capacité de la planète à subvenir aux besoins d’une population d’hominidés dont la prolifération n’est plus contrôlée pas la sélection naturelle... Pour ce qui est de la destruction de la planète en question, d’autres acteurs que les agriculteurs « bio » ont fait certains dégâts : urbanisation, autoroutes, aéroports, pétroliers (navires et foreurs), complexes touristiques, j’arrête....

    • Francis JL 12 mars 2018 09:19

      @Jarnicoton
       
       ce n’est pas à moi qu’il faut dire ça, mais à Pierre Yves, c’est lui qui a écrit gaspille.
       
       Ceci dit, accapare ne me paraît pas plus adapté à la réalité.


    • écologie réaliste Pierre Yves 12 mars 2018 10:14

      @JL

      "Pardon mais je ne peux pas lire un article qui pose a priori cette affirmation, je cite : ’’L’agriculture bio gaspille le premier bien le plus précieux de tous, de plus en plus rare, la terre  !’"’

      En effet, vous n’avez pas lu la suite de l’article.

      Dans la suite des référence de recherche sont données qui montrent que l’agriculture bio nécessite plus de terre arable pour produire la même quantité de nourriture. C’est ce qui s’appelle gaspiller la terre.

      Vous semblez mettre en doute le fait que la terre arable est de plus en plus rare. Certainement parce que vous n’avez pas lu la suite de l’article qui montre la surface de terre arable par habitant, voyez le diagramme. Ce phénomène est expliqué.

      Conclusion, avant de commenter un article, il vaut mieux le lire.

      Pierre Yves


    • écologie réaliste Pierre Yves 12 mars 2018 10:15

      @Diogène

      "Autrefois, on ne mangeait pas « bio », ce terme faisant référence à un protocole ou une charte, etc."

      Vous jouez avec les mots, sans faire progresser la discussion.

      Vous avez pourtant compris le problème que je pose, puisque vous le répétez : "La question qui se pose est la capacité de la planète à subvenir aux besoins d’une population d’hominidés dont la prolifération n’est plus contrôlée pas la sélection naturelle..."

      Et alors, que proposez-vous ?

      Pierre Yves.


    • pemile pemile 12 mars 2018 10:21

      @Pierre Yves "C’est ce qui s’appelle gaspiller la terre."

      Un rendement très légèrement inférieur peut aussi s’appeler préserver la terre sans l’épuiser, non ?


    • nono le simplet nono le simplet 12 mars 2018 10:26

      @pemile
      Un rendement très légèrement inférieur peut aussi s’appeler préserver la terre sans l’épuiser, non ?

      meuh non ! le court terme à tout prix, y a que ça de vrai !

    • Attila Attila 12 mars 2018 10:41

      @Diogène
      « 

      Deuxième « a priori » faux :
      « On sait pourtant les famines d’autrefois, lorsque tout le monde mangeait bio. »
      Autrefois, on ne mangeait pas « bio » »

      Exact. Affirmer que nos ancêtres mangeaient « bio » est de l’ignorance crasse, voire de l’escroquerie intellectuelle.
      Le « bio » est un mode de production alimentaire conforme aux dogmes religieux de l’écologie, le culte de la Nature, Comme le casher pour le judaïsme ou le halal pour les musulmans.

      Nos ancêtres étaient chrétiens. Un minimum de respect serait de ne pas les affubler d’une religion qui n’était pas la leur.

      .


    • écologie réaliste Pierre Yves 12 mars 2018 10:59

      @Attila

      Je ne sais pas si tout le monde saisira votre second degré.

      J’en rajoute une couche.

      La religion de nature ; catéchismes, diables, saints, interdits alimentaires, inquisitions

      Comme toute autre, cette nouvelle religion a son catéchisme, ses diables, ses saints [*], ses interdits alimentaires, son inquisition. Les faucheurs volontaires sont ses moines-soldats, faucille au poing, Monsanto est son diable. Ses fidèles ne lisent, ne croient, et ne récitent que le catéchisme des sites militants. Tout comme les adeptes d’autres religions ne lisent, ne croient, et ne récitent que leurs vieux livres saints.

      Contredire les vérités révélées d’un livre saint, c’est la signature de celui qui a vendu son âme au diable.

      Contredire les vérités révélées des sites militants, c’est la signature de celui qui a vendu son âme au diable Monsanto.

      Mais l’inquisition veille, ses tribunaux fonctionnent. On a mis en service une certain « Tribunal International Monsanto », sur le modèle du bon vieux temps de l’inquisition. Il a tenu séance à La Hague en Octobre 2016 ; toutefois, en ce qui concerne les peines, les bûchers sont maintenant interdits par la loi.

      Il y avait les aliments halal, ou cachère ; il y a maintenant, aussi, les aliments « bio – sans OGM ». Les rayons spécialisés « bio – sans OGM », « halal », « cachère », sont souvent côte à côte ; c’est la traduction en pratique du ressenti inconscient qu’il s’agit de spécificités différentes, mais de même nature, de nature religieuse.

      [*] Dans le cas des OGM, il s’agit de quelques chercheurs-militants qui tentent de découvrir des méfaits des OGM

      http://ecologie-illusion.fr/OGM-controverse-science-ou-religion.htm

      Pierre Yves


    • pemile pemile 12 mars 2018 11:38

      @Pierre Yves "Ses fidèles ne lisent, ne croient, et ne récitent que le catéchisme des sites militants."

      Faux, j’ai lu votre article et quelques uns de votre blog.

      Vous aimez la science, moi aussi, alors vous allez nous apporter une étude scientifique récente qui démontre que sans OGM et sans pesticides il est impossible de nourrir la population mondiale actuelle ? Et chiffrer quel serait le seuil démographique pour la nourriture, MAIS AUSSI pour les autres ressources ?

      Et que OGM et pesticides sont pérennes sur le long terme ?


    • Francis JL 12 mars 2018 11:42


      @Pierre Yves
       
       j’ai bien dit que je ne commentais pas l’article mais un propos.
       
      Si j’avais commenté l’article j’aurais dit que l’agriculture bio ne nécessite pas plus de terre arable pour produire la même quantité de nourriture. Au contraire même, puisque la nourriture industrielle est de piètre qualité.
       
      "Un bon nombre de dirigeants de l’industrie agricole, de scientifiques spécialisés dans l’environnement et dans l’agriculture et d’experts agricoles internationaux pensent qu’une transition à grande échelle vers l’agriculture biologique permettrait non seulement d’augmenter l’approvisionnement alimentaire mondial mais serait peut-être même la seule manière d’éradiquer la famine."
       
      Je sais bien que la population du globe s’accroit, mais ce n’est pas pour autant que la terre arable est en diminution : si elle diminue c’est à cause des pollutions. Les biens les plus précieux pour l’humanité c’est l’eau et la qualité de notre environnements.


    • Rmanal 12 mars 2018 11:57

      @JL
      3ème stupidité : « les terres arables disparaissent » : non, rien ne disparait, il n’y a pas de trou dans la terre smiley
      Ce sont les agriculteurs eux mêmes qui en augmentant leur productivité délaissent des parcelles de champ. En france la surface de la forêt croit : ce n’est pas un cause, mais une conséquence.
      Rien de plus facile que de la récupérer, si c’était rentable.
      Même l’affreuse FNSEA, productiviste parmi les productivistes, poussent ses agriculteurs à se diriger vers le bio.
      Bref un ramassis de données analysées par un ignare du sujet.


    • Francis JL 12 mars 2018 12:03

      @Rmanal
       
      est-ce que j’ai écrit cette stupidité ?
       
      Je sais lire, mais pas ce qui est mal exprimé, même nuancé par un émoticône ; désolé.


    • Attila Attila 12 mars 2018 12:15

      @Pierre Yves
      Bonjour Pierre-Yves,

      Il n’y a aucun second degré dans mon message, tout est exact et vérifiable. Les phénomènes religieux sont très anciens, probablement nés avec l’humanité, et sont étudiés depuis longtemps.
      Dans une étude du Groupe de Sociologie des Religions du CNRS intitulé « Religion et écologie », Danièle Hervieux-Léger écrit : « L’écologie est un phénomène religieux ».
      Dans l’ouvrage de référence d’Émile Durkheim « Les formes élémentaires de la vie religieuse », édité chez P.U.F., Il décrit trois critères que l’on constate toujours dans tous les phénomènes religieux.
      L’écologie correspond parfaitement aux critères d’Émile Durkheim.

      .


    • Attila Attila 12 mars 2018 12:18

      @Attila
      Je précise que je suis pour une approche laïque des questions d’environnement.

      .


    • Alren Alren 12 mars 2018 12:37

      @Diogène

      Rien à ajouter !


    • pemile pemile 12 mars 2018 12:37

      @Attila « Je précise que je suis pour une approche laïque des questions d’environnement. »

      Moi aussi ! On enlève la religion de productivisme quelqu’en soit le prix environnemental, la religion scientiste de « l’amélioration » génétique de la nature, la religion du pesticide chimique indispensable depuis 50 ans dans une nature âgée de quelques milliards d’année, que reste-t-il ?


    • Attila Attila 12 mars 2018 12:43

      @pemile
      Vous êtes un fanatique religieux adorateur de Mère Nature.

      .


    • pemile pemile 12 mars 2018 12:54

      @Attila « Vous êtes un fanatique religieux adorateur de Mère Nature. »

      Et vous allez faire l’effort de justifier cette accusation ridicule ?

      C’est de vous avoir contredit sur votre reprise grotesque que le sel de table est plus toxique que le glyphosate ?

      « Vous êtes un fanatique religieux adorateur du glyphosate. »

      « Vous êtes un fanatique religieux adorateur de la thèse de Georgette Mouton. » (vous l’avez posté au moins dix fois sur la plupart des sujets relatifs à l’écologie ! smiley )

      « Vous êtes un fanatique religieux adorateur de l’anti-écologie. »

      Etc, etc, je continue ?


    • Attila Attila 12 mars 2018 12:58

      @pemile
      « Et vous allez faire l’effort de justifier cette accusation ridicule ?  »
      Il n’y a qu’à relire vos messages.

      .


    • pemile pemile 12 mars 2018 13:02

      @Attila « « Et vous allez faire l’effort de justifier cette accusation ridicule ? » Il n’y a qu’à relire vos messages. »

      Ne bottez pas en touche, citez, citez, svp smiley


    • Alren Alren 12 mars 2018 13:11

      @Alren 

      Rien à ajouter sinon que l’agriculture productiviste mobilise en Europe de la terre pour la production de denrées que la médecine considère comme plutôt mauvaises pour la santé :

      - le sucre (betteraves à sucre) qui est cancérigène et provoque obésité et maladies cardiovasculaires.

      - le lait, particulièrement le lait de vache, qui ne convient ni aux nourrissons ni aux adultes. Les vaches de l’agriculture productiviste sont gavées de substances médicamenteuses qui se retrouvent dans le lait. Certains expliquent ainsi que la taille des jeunes d’aujourd’hui est en forte augmentation du fait qu’ils absorbent des hormones de croissance qu’on a fait ingurgiter aux vaches pour qu’elles produisent davantage.
      Si le beurre et le fromage fermenté ont un intérêt, le volume de leur consommation avec leurs graisses saturées est excessif dans l’alimentation actuelle. De plus pour obtenir ce lait, il faut que les vaches enchaînent les vêlages d’où une production de viande bovine excédentaire par rapport aux besoins de la diététique : on incite ainsi les gens à manger trop de viande.

      - le blé « moderne » trop riche en gluten, mais ainsi plus facile à panifier rapidement par la boulangerie industrielle, un gluten de plus qui semble différent de celui d’autrefois et qui provoque des intolérances visibles et des irritations plus discrètes du tube digestif.
      Ce blé est aussi utilisé pour la nourriture de « fermes de mille vaches », allant ainsi à l’encontre de l’alimentation naturelle de ces ruminants qui est l’herbe et ses plantes variées.

      Mais le grand crime contre l’humanité de l’agriculture chimique, c’est d’introduire dans le circuit de l’alimentation les perturbateurs endocriniens que la revue scientifique La Recherche, dans son numéro de ce mois de mars, présente comme endommageant le cerveau !
      On les soupçonnait, avec de fortes raisons, de provoquer des cancers, mais ils pourraient aussi être la cause de cette baisse de l’intelligence moyenne constatée dans la nouvelle génération !

      L’agriculture ne manque pas de terres en France si nous prospectons les zones de moyenne montagne pour y cultiver des légumineuses riches en protéines végétales.
      Ce que l’on ne pouvait pas faire en cultivant avec des chevaux, on peut le réussir aujourd’hui avec le matériel moderne et de nouvelles techniques qui se passent de labour.

      Et pour nourrir l’humanité je ne parle pas des cultures d’algues et de récupérer des protéines en élevant des insectes etc.


    • Christ Roi Christ Roi 12 mars 2018 13:19

      l’auteur de cet article devrait nous enfin nous avouer POUR QUI il travaille. La plupart de ces articles sont de magnifiques argumentaires pro-industriels pro-gouvernementaux et c’est très curieux. Ils sentent le think-tank transatlantique à plein nez. 

      @ l’auteur, ça paye bien de travailler pour les lobbies ? smiley

    • joletaxi 12 mars 2018 13:33

      @Christ Roi

      la pertinence de votre argumentaire nous laisse sans voix.
      sinon, des commentaires sur le dernier match du PSG ?


    • Rmanal 12 mars 2018 13:56

      @JL
      Désolé pour le malentendu : je rebondissais sur votre premièrement pour le compléter et abonder dans votre sens.


    • Francis JL 12 mars 2018 14:15

      @Rmanal
       
      pas de soucis.


    • Attila Attila 12 mars 2018 14:27

      @pemile
      J’ai assez perdu de temps avec un gugusse comme vous !

      .


    • pemile pemile 12 mars 2018 14:37

      @Attila « J’ai assez perdu de temps avec un gugusse comme vous ! »

      Vous ne faites plutôt que démonter qu’il est plus facile de balancer des « Vous êtes un fanatique religieux adorateur de Mère Nature. » et de se défiler dès qu’on vous demande de vous justifier smiley

      A bientôt sur un autre article où vous viendrez pondre votre écolo = nazi smiley


    • pemile pemile 12 mars 2018 14:38

      @Attila

      PS : toujours à voter 3 étoiles à vos propres commentaires smiley


    • Attila Attila 12 mars 2018 14:46

      @Attila
      Citation du gugusse : « votre reprise grotesque que le sel de table est plus toxique que le glyphosate ? » Lien

      Qu’est-ce qu’il dit le gugusse ? « Vous aimez la science, moi aussi, alors vous allez nous apporter une étude scientifique récente . . . » Lien
      Pour évaluer la toxicité d’une substance, il existe une procédure scientifique normalisée universellement reconnue : la dose létale médiane ou DL50. Pour le sel de cuisine, la DL50 est de 3,3 grammes par kilo de poids corporel. Pour le glyphosate, la DL50 est de 5 grammes. C’est-à-dire que la quantité de glyphosate nécessaire pour tuer les rats de laboratoire est plus importante que celle du sel. On a besoin de plus de glyphosate pour tuer les rats de laboratoire que de sel. Si la DL50 du glyphosate était de 5 microgrammes ce serait un poison, mais elle est de 5 grammes. Il n’y a pas de doute.
      Le gugusse persiste à vouloir nous faire gober que le glyphosate est un poison alors que les études scientifiques montrent le contraire. Il est aussi ubuesque que ceux qui persistent à croire que la Terre est plate.

      .


    • pemile pemile 12 mars 2018 14:56

      @Attila

      Merci de reprendre encore et toujours cet argumentaire de Monsanto ! smiley


    • écologie réaliste Pierre Yves 12 mars 2018 16:17

      @JL

      "Un bon nombre [...] éradiquer la famine"

      Longue citation... sans aucune référence des chercheurs !

      "La terre arable ne serait pas en diminution"

      Vous n’avez jamais entendu parler de l’extension des villes, de nouveaux lotissements, etc ? Et vous n’avez pas vu le diagramme dans l’article  ?


    • pemile pemile 12 mars 2018 16:41

      @Pierre Yves "Vous n’avez jamais entendu parler de l’extension des villes, de nouveaux lotissements, etc ? "

      Vous nous donnez ce que l’artificialisation (espaces bâtis et infrastructures) représente dans la diminution des terres arables ?


    • écologie réaliste Pierre Yves 12 mars 2018 17:26

      @Christ Roi

      Il y a des gens comme ça, qui n’ont aucun idéal et croient qu’on n’agit que pour l’argent, le fric, le flouze.

      Pour ma part j’ai la passion de savoir et de faire savoir, de détecter les idées fausses, les pièges des idéologies, et de les faire savoir.

      Je n’ai pas besoin qu’on me paye pour ça.


    • Attila Attila 12 mars 2018 17:43

      @pemile
      « Merci de reprendre encore et toujours cet argumentaire de Monsanto !  »
      Ben tiens, le résultat des études scientifiques ne vous convient pas ? C’est un coup de Monsanto !

      .


    • V_Parlier V_Parlier 12 mars 2018 18:01

      @Pierre Yves
      Je lis : "nécessite plus de terre arable pour produire la même quantité de nourriture. C’est ce qui s’appelle gaspiller la terre« 
      -> Non. Gaspiller la Terre c’est la polluer et/ou la rendre stérile.
      En plus c’est faux. C’est la méthode de récolte qui empêche de faire du bio »productif« au niveau des mètres carrés. Tout jardinier amateur »bio" qui mélange les espèces sur un très petit espace disponible peut faire des récoltes stupéfiantes (et si ce n’est moi, c’est mon épouse, donc je suis aux premières loges pour le constater). On va me dire : oui mais ça coute trop de main d’oeuvre ! En effet, c’est là qu’est la différence : payer le cout du travail rebute le consommateur moyen. Mais toutefois, si un jour on décide de faire de la technologie utile au lieu de faire du gadget et du transhumanisme, on pourra faire des robots récolteurs petits et légers qui récolteront sur des espaces jugés jusqu’alors non mécanisables et le rendement au mètre carré pourra être spectaculaire.

      NB : Parler d’accaparement de terres dans un pays où tous les champs sont de plus en plus abandonnés, il faut le faire...


    • V_Parlier V_Parlier 12 mars 2018 18:08

      @Attila
      La dose létale c’est celle qui tue tout de suite.
      Or on sait très bien que le glyphosate à doses plus faibles tue plus tard. Votre argument complètement à côté de la plaque témoigne d’une mauvaise foi sans nom.


    • nono le simplet nono le simplet 12 mars 2018 18:13

      @Attila
      la dose létale médiane ou DL50. 

      pour un sac tombé de 6 m de haut la dose létale de glyphosate est de 12 kg comme pour le sel mais pas comme pour la plume !-))

    • pemile pemile 12 mars 2018 18:19

      @Attila « Ben tiens, le résultat des études scientifiques ne vous convient pas ? »

      Mais si, c’est bien pour cela que ne prendre que la DL50 et la comparer à celle d’un aliment indispensable à la survie, comme le sel de table, est une manipulation honteuse, que seul Monsanto pouvait oser et des benêts reprendre comme argument scientifique.

      Comparée à la DL50 de 5g/kg, on reparle de la dose de 0.002g/kg sur le long terme ?


    • Attila Attila 12 mars 2018 18:20

      @V_Parlier
      «  Or ON sait très bien que le glyphosate à doses plus faibles tue plus tard »

      Là aussi c’est faux : une étude de cohorte portant sur 89000 (quatre vingt neuf mille) personnes suivies médicalement pendant vingt ans n’a trouvé aucun lien entre le glyphosate et les cancers.
      Glyphosate : un nouvel amiante ?
      .

      Encore un coup de Monsanto ?

      .


    • Christ Roi Christ Roi 12 mars 2018 18:52

      @Pierre Yves
      Votre idéal coincide très exactement avec ceux des lobbies gouvernemento-industriels. Pensez vous que nous vous croyons quand vous dites qu’ils ne vous payent pas ?


    • Slipenfer 1er Ratatouille 12 mars 2018 19:51

      @nono le simplet
      ou une bouteille d’1 litre de mercure,mais il faut casser plein de thermomètres  smiley


    • fatallah 12 mars 2018 19:54

      @JL
      ’’L’agriculture bio gaspille le premier bien le plus précieux de tous, de plus en plus rare, la terre !’’
       
      pour l’auteur la terre = l’hectare. Il n’imagine même pas l’érosion et la baisse de qualité de la terre en agriculture chimique.

      Article à oublier , vite !


    • pemile pemile 12 mars 2018 20:12

      @Attila « n’a trouvé aucun lien entre le glyphosate et les cancers. »

      Cette étude ne fait que valider que l’épandage en tenue de cosmonautes ne présente pas de risques smiley

      Par contre, en Argentine, les villages en bordure de champs où se pratique l’épandage aérien, c’est pas la même histoire smiley


    • V_Parlier V_Parlier 12 mars 2018 20:38

      @Attila
      Donc tout ce qu’on trouve dans ce genre https://www.nature.com/articles/srep39328 c’est moins valable que votre lien vers un blog ? (J’ai chopé un exemple parmi d’autres, sans le sortir d’un site militant « anti-OGM »).


    • mmbbb 12 mars 2018 20:47

      @Pierre Yves j ai survole votre il est vrai Votre raisonnement est specieux Vous ne tenez pas compte que les terres arables ne sont plus arables tant elles sont devenues mortes apres l usage de l agriculture intensive . Il n y a plus aucun lombric rien ,De la terre morte Par ailleurs, cette methode atteint un pallier ; le rendement stagne Vous omettez aussi la pollution et la destruction des biotopes. Il y a eu un article dans le monde, dont le titre etait significatif « des Champs sans chant » . Vous n egligez ou ne comptabilisez pas les multiples traitements durant l annee et les litres de gazoil engloutis et les tonnes d engrais deverses Tout ceci a un cout monetaire et ecologique Les especes plus rustiques ne demandent pas autant de traitement . L Inde a adopte la revolution verte mais n a pas su ou voulu reduire la demographie La demographie epouse une courbe exponentielle, le rendement agricole non Donc il y a hiatus .. Quant au Moyen Age c ’est un probleme de stockage des denrees alimentaires qui ne permettaient pas aux populations de survivre exemple le ble n ’etaient pas transforme en pate c ’est con mais bon un aleas climatique pouvait etre dramatique . Ce type de raisonnement est largement repandu et quelque peu erroné . NB Gaspiller DEF Larousse ; Faire un mauvais emploi de quelque chose, de telle sorte qu’il se perd en partie : Gaspiller la nourriture. ; Cela s ’applique plutot a l agriculture intensive me semble t il ? Je vous ferais remarquer que selon divers rapports 70 % des cours d eau francais sont desormais pollues . In fine je ne vois guere le rendement puisque si nous faisions une comptabilité analytique nous devrions tenir compte de la dépollution et l integrer dans le cout de production, ce qu aucun etat ne fait evidemment.
       


    • Le421 Le421 13 mars 2018 09:00

      @nono le simplet
      Je vous sent caustique !! smiley

      Salut nono !!

      Effectivement, avec ce genre de raisonnement, ça craint...


    • écologie réaliste Pierre Yves 13 mars 2018 09:32

      @pemile

      "@Pierre Yves "Vous n’avez jamais entendu parler de l’extension des villes, de nouveaux lotissements, etc ?

      Vous nous donnez ce que l’artificialisation (espaces bâtis et infrastructures) représente dans la diminution des terres arables ?"


      Le diagramme donné dans l’article ne vous suffit pas ?

      Autres infos pour la France :

      « Les sols artificialisés continuent de s’étendre, avec 490 000 hectares gagnés entre 2006 et 2014. Après un pic entre 2006 et 2008, leur progression se stabilise autour de 55 000 hectares par an depuis 2008. Ils constituent désormais 9,3 % du territoire métropolitain. Cette extension s’est effectuée pour deux tiers aux dépens des espaces agricoles. Les sols imperméabilisés – bâtis ou non – occupent deux tiers de l’ensemble des sols artificialisés. Près de la moitié des terres artificialisées entre 2006 et 2014 sont destinées à l’habitat individuel et 16 % aux réseaux routiers. » (http://agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/primeur326.pdf)

      http://agreste.agriculture.gouv.fr/enquetes/territoire-prix-des-terres/teruti-lucas-utilisation-du/

      - Les surfaces urbanisées ont doublé en 50 ans.

      - Les zones artificialisées occupent 4,9 millions d’hectares en 2010, soit près de 9 % de la métropole. La moitié correspond à des sols revêtus ou stabilisés (routes, parkings), dont l’imperméabilisation a notamment des impacts négatifs sur le cycle de l’eau.

      - Les espaces artificialisés se sont étendus d’environ 260 000 hectares entre 2006 et 2009, en grande partie aux dépens de terres agricoles, mais aussi de milieux semi-naturels.

      -  l’artificialisation se porte majoritairement sur les meilleurs sols, avec une pression forte le long du littoral, autour des grandes agglomérations et des axes de communication.

      (https://www.planetoscope.com/sols/1370-disparition-de-terres-agricoles-en-france.html)


      Relisez également la première note en bas de l’article et la conclusion de cette note :
      "la petite maison dans la prairie ce n’est pas durable, le petit pavillon grignoteur de terre ce n’est pas durable. Il faut se résoudre à, ou choisir, l’urbanisation verticale."


    • pemile pemile 13 mars 2018 15:46

      @Pierre Yves "Relisez également la première note en bas de l’article et la conclusion de cette note : "la petite maison dans la prairie ce n’est pas durable, le petit pavillon grignoteur de terre ce n’est pas durable. Il faut se résoudre à, ou choisir, l’urbanisation verticale."

      C’est vous qui le déclarez, mais vous ne le chiffrez pas pour le territoire français !

      A vous de démontrer qu’avec les terres arables disponibles en France et avec les rendement d’une agriculture bio il n’est pas possible de nourrir la population (et d’offrir des surplus au pays nécessiteux) ?


    • pemile pemile 13 mars 2018 15:51

      @Pierre Yves "Le diagramme donné dans l’article ne vous suffit pas ?"

      Le diagramme concerne le monde et vous me donnez des chiffres uniquement pour la France.

      Je vous repose donc la question : Vous nous donnez ce que l’artificialisation (espaces bâtis et infrastructures) représente dans la diminution des terres arables dans le monde ?



    • écologie réaliste Pierre Yves 13 mars 2018 17:06

      @pemile

      Manifestement vous ne savez rien faire d’autre que de demander aux autres de faire le boulot, en vous tournant les pouces sans rien apporter.

      "A vous de démontrer qu’avec les terres arables disponibles en France et avec les rendement d’une agriculture bio il n’est pas possible..."

      Démontrer qu’une chose est impossible... est impossible. Instruisez-vous (ainsi que sur la charge de la preuve)

      Pour ma part, je constate que l’agriculture « conventionnelle » réussit à nourrir les Français et tant bien que mal sept milliards de Terriens. C’est un fait, il n’est plus besoin de le démontrer.

      A vous de démontrer que l’agriculture bio pourrait le faire, parce que ça, ce n’est pas démontré.

      Sur votre autre post concernant l’artificialisation des sols, je ne peux rien pour vous si vous n’avez pas compris que comparé à ce qui se passe en France où l’accroissement de population et de niveau de vie est limité, ce qui se passe dans les pays émergents est pire.


    • pemile pemile 13 mars 2018 20:31

      @Pierre Yves "Démontrer qu’une chose est impossible... est impossible. Instruisez-vous« 

      Pas chez vous, qui confondez avec la démonstration de l’inexistence de quelque chose, je peux tout a fait démontrer qu’il est impossible de nourrir 1 personne pendant 1 an avec une seule carotte smiley

       »ainsi que sur la charge de la preuve« 

      Idem, vous avez du mal avec le principe de démonstration, c’est vous qui nous affirmez que les rendements l’agriculture bio ne peuvent permettre de nourrir la population, à vous de le prouver ! smiley

       »Sur votre autre post concernant l’artificialisation des sols [...] ce qui se passe dans les pays émergents est pire"

      Sauf que vous continuez à ne parler que de l’artificialisation mais jamais de l’érosion et de l’épuisement des sols ! smiley


    • écologie réaliste Pierre Yves 13 mars 2018 21:49

      @pemile

      "je peux tout a fait démontrer qu’il est impossible de nourrir 1 personne pendant 1 an avec une seule carotte"

      Vous démontrez surtout que vous n’avez pas compris ce qu’est une démonstration.
      Vous pouvez montrer qu’il est impossible de nourrir une personne pendant un an avec une seule carotte ; impossible aujourd’hui, dans les conditions que vous connaissez aujourd’hui. Mais vous ne démontrez pas que ce ne sera jamais possible, que c’est impossible. Sans faire de science fiction, les baleines vivent sans carottes ; et un être humain congelé ? et etc. Le possible de l’impossible est dans ce « etc. »

      Il y a deux cent ans le premier venu pouvait montrer que la télévision était impossible, que le temps était absolu et n’avait aucun rapport avec la gravité. Ce qui ne démontrait rien.

      "nous affirmez que les rendements l’agriculture bio ne peuvent permettre de nourrir la population, à vous de le prouver  !"

      Non j’ai posé le problème et à partir de là je pose la question : dans ces conditions l’agriculture bio pourrait-elle nourrir toute l’humanité ? Ceux qui pensent que c’est possible, qu’ils s’activent.

      "Sauf que vous continuez à ne parler que de l’artificialisation mais jamais de l’érosion et de l’épuisement des sols !"

      Dans mes divers messages, que vous n’avez peut-être pas lu, j’ai demandé à ceux qui parlent d’épuisement des sols en agriculture conventionnelle, de donner des références. Y a-t-il par exemple épuisement des sols en Brie, en Beauce ?
      Je n’ai reçu aucune réponse.

      J’ai aussi donné des extraits de rapports selon lesquels l’un des problèmes de l’Afrique est l’insuffisance d’engrais.
      Je n’ai reçu aucun message pour contredire.

      Bref, je ne trouve ici aucune contradiction sur les faits ; seulement des idéologies.


    • Doume65 14 mars 2018 01:30

      @Pierre Yves
      « Vous jouez avec les mots, sans faire progresser la discussion. »
      Le problème, c’est que tu l’a tuée dès le départ avec des affirmations que je vais éviter de qualifier, la colère étant mauvaise conseillère. Je n’en vais citer ici que trois, puisque j’ai arrêté de lire après le troisième.

      « L’agriculture bio gaspille le premier bien le plus précieux de tous, de plus en plus rare, la terre ! »
      En quoi utiliser du sol pour produire des céréales (par exemple) saines dont l’homme peut se nourrir gaspille moins que dix fois plus de surfaces utilisées pour faire du soja qu’on va filer à des animaux en cage pour ensuite nourrir l’homme ? Et puis c’est bien gentil de s’inquiéter du sol, mais qu’en est-il du phosphate, dont les gisements s’épuisent, sans parler des kilomètre-cubes de pétrole dépensés pour la production agricole. Et combien nous coûte la dépollution de l’eau , Et combien coûte aux agriculteurs les maladies aviaires qui s’abattent depuis quelque temps sur des élevages d’un peu partout sur terre ?

      « On sait pourtant les famines d’autrefois, lorsque tout le monde mangeait bio »
      Les famines venaient principalement d’un manque de science en conservation. L’appertisation, les moyens de stockage, la réfrigération, la paix, les moyens de transport, les recherches agronomes, etc., ont bien plus fait contre la faim que l’agriculture intensive. Les bénéfices (encore que) de cette agriculture sont dans le besoin de main d’œuvre bien inférieur.

      « Évidemment il faut comparer ce qui est comparable : les rendements pour de mêmes variétés, dans des sols et des climats comparables »
      Non, monsieur ! Pourquoi devrait-on utiliser en bio des variétés fabriquées pour de l’agriculture intensive ? Pourquoi, en suivant ta logique, ne pas comparer en utilisant en intensif des variétés adaptées au bio ? Quant à cultiver sur le même sol, certainement pas non plus. Le bio a besoin d’un sol vivant. Du reste, il n’y a plus de sol en intensif. Il y a un support.

      Tu veux de l’intensif, tu as le droit. On peut continuer à venter les mérites de la surproduction qui maltraite les paysans et dont on jette un tiers. Mais il faudra trouver des arguments plus sérieux pour nous entrainer dans ton cauchemar.


    • écologie réaliste Pierre Yves 14 mars 2018 10:09

      @Doume65

      Le défi alimentaire devant nous est gigantesque : nourrir neuf milliards de Terriens avec moins de terre. Moins de terre en raison de l’artificialisation inévitable des sols pour faire vivre des Terriens, de plus en plus nombreux, de moins en moins pauvres.

      Le bio a des rendements plus faible, donc le bio gaspille la terre.
      Vous contestez cette affirmation en faisant diversion sur le fait que nous mangeons trop de viande.Cette façon de discuter en mélangeant les sujets tue la discussion.

      a) Le bio de faible rendement gaspille la terre. C’est un fait.
      b) La consommation excessive de viande est aussi un gaspillage.
      Mais le fait que b) soit vrai n’empêche pas que a) est vrai également.

      Le problème de la consommation de viande a déjà été abordé ici. J’en parle plus en détail dans ce lien que j’ai déjà donné : 

      http://ecologie-illusion.fr/la_viande_rouge_nest_pas_verte_vegetarien.htm
      Vous y trouverez même une recette végétarienne !Vous y trouverez également cet avertissement : Oui les deux milliards de Terriens développés consomment trop de viande. Mais attention à ne pas nous focaliser seulement sur cet aspect, parce qu’il y a cinq milliards de pauvres et émergents qui consomment peu de viande, mais en consomment de plus en plus.

      "Les famines autrefois venaient d’un manque de science en conservation."
      Elles venaient plus largement d’un manque de science. Il n’y avait pas autrefois les variétés nouvelles d’aujourd’hui, il n’y avait pas les engrais d’aujourd’hui, ni les pesticides d’aujourd’hui, ni les trains d’aujourd’hui.
      Avant de conserver, il faut produire.

      "il faut comparer ce qui est comparable"
      Evidemment, pour avoir une base de discussion incontestée.

      - à paramètres égaux, le bio a de plus faibles rendements que l’agriculture conventionnelle.
      - Si on compare les rendements de variétés prisées en bio, variétés anciennes par exemple, à ceux de variétés modernes, en agriculture conventionnelle, les différences sont encore plus fortes.Mais dans ce dernier cas toutes les discussions sont ouvertes, du genre "Oui, le bio produit moins, mais c’est meilleur au goût, ou plus sain, ou etc."

      Je ne veux pas l’intensif.

      Je rappelle que dans cet article le sujet est de nourrir neuf milliards de Terriens sur moins de terre.
      Je constate que beaucoup dans cette discussion refusent de voir le problème, esquivent la question et dévient sur d’autres sujets, (trop de viande, gaspillage... ces sujets ne sont pas essentiellement des sujets techniques, ils sont liés à la nature humaine, aux hommes-tels-qu’ils-sont. On ne manoeuvre pas facilement les hommes-tels-qu’ils-sont, il ne suffit pas de leur demander de manger moins de viande, ou de réglementer... Rappelez-vous, la prohibition aux Etats-Unis n’a pas été une franche réussite. Je développe ces sujets dans le livre dans des chapitres qui ne sont pas en ligne).

      Personne ici ne veut voir cette chose évidente que sans augmentation des rendements on se dirige vers la disparition des forêts - c’est déjà commencé.


    • pemile pemile 14 mars 2018 11:42

      @Pierre Yves "Vous démontrez surtout que vous n’avez pas compris ce qu’est une démonstration« 

      Je vous en prie, sourcez donc d’où vous sortez que  »Démontrer qu’une chose est impossible... est impossible."  ?

      Ce qui m’amuse c’est que vous sortez cette pseudo science dès que l’on vous demande de prouver qu’il est impossible de nourrir la population mondiale avec les rendements d’une agriculture bio alors que vous nous écrivez un article qui tente d’affirmer que c’est impossible pour nous vendre des OGM ! smiley


    • pemile pemile 12 mars 2018 08:54

      Enfin quelqu’un ayant une vision d’avenir : plus de pesticides et une urbanisation verticale, youpi ! smiley


      • Francis JL 12 mars 2018 09:20

        @pemile
         
         les mots sont confondants : vous voulez dire : pluss de pesticides ? Ou bien plu de pesticides ?


      • nono le simplet nono le simplet 12 mars 2018 09:32

        @pemile
        Pierre Yves est écolo sensible ce qui veut dire que ça lui file des boutons smiley


      • pemile pemile 12 mars 2018 09:39

        @nono le simplet « Pierre Yves est écolo sensible ce qui veut dire que ça lui file des boutons »

         smiley smiley


      • Slipenfer 1er Ratatouille 12 mars 2018 11:48

        @pemile

        Cette ferme verticale va produire des légumes locaux pour 24 millions d’habitants Pour nourrir l’ensemble de sa population et palier le manque de terres agricoles, la ville chinoise de Shanghai a pour projet d’ériger la plus grande ferme verticale au monde : cent hectares.

        ces deux dernières décennies, la Chine a perdu 123 000 kilomètres carrés de terres agricoles au profit de l’urbanisation. Sur les surfaces cultivables restantes, le ministère de la Protection de l’environnement chinois signale qu’un sixième (environ 200 000 kilomètres carrés) est contaminé par la pollution.
         
        Contrairement à l’Europe, où l’agriculture se développe à grande échelle, loin des agglomérations, l’Asie cultive traditionnellement à plus petite échelle, dans les zones périurbaines. Mais la croissance rapide des villes vient menacer cet équilibre.

        À cela, le cabinet internationale d’architecture Sasaki entend apporter une solution : la construction d’une ferme verticale de 100 hectares ayant la capacité de nourrir 24 millions de personnes au cœur de la ville de Shanghai, le Sunqiao Urban Agricultural District.

        Cette ferme sera constituée de plusieurs bâtiments composés de différentes plateformes : des fermes d’algues, des serres flottantes, et même des bibliothèques de semences.
         
        56 % des légumes consommés par les habitants de Shanghai sont des légumes verts comme les épinards, le chou frisé, le bok choy ou encore le cresson. Ces feuilles vertes se prêtent parfaitement à l’agriculture verticale : elles n’ont pas besoin de beaucoup d’attention, grandissent vite et ne pèse pas lourd. De parfaites candidates aux modes de culture hydroponique et aquaponique.
         
        Sunqiao entend aussi faire de ce lieu un laboratoire pour l’innovation et l’éducation. Cette immense ferme aura une vocation pédagogique pour les nouvelles générations d’urbains, afin de les sensibiliser à la question de la provenance de leur nourriture.
         
        Située entre l’aéroport international de Shanghai et son centre ville, cette ferme devrait entrer en construction courant 2017. Bien plus vaste que l’AeroFarms du New Jersey, qui reste aujourd’hui la ferme verticale la plus importante du monde avec ses 6 500 mètres carrés, Sunqiao pourrait tracer le sillon de l’agriculture de demain. 

         

      • mmbbb 12 mars 2018 20:56

        @Ratatouille Vous oubliez une chose la valeur nutritive des ces aliments est nulle C’est uniquement du bol alimentaire ou presque Les oligoélements sont tires de la terre Un chercheur americain a mesure la perte de la valeur nutritive d e ces aliments depuis l apres guerre . La différence de consommation d un pain industriel et d un pain dont le ble est bio Les amerloques se bourrent de suppléments alimentaires C’est quand con de consommer des legumes et d acheter conjointement des complements 


      • Slipenfer 1er Ratatouille 12 mars 2018 23:35

        @mmbbb
        j"aime pas du tout le goût des pétro - tomates ,mais tout est comme ça dans les super marchés.sinon ,sait-on jamais


        Cette tomate (non OGM) est plus goûteuse, se conserve mieux et résiste à huit maladies.Après de longues années de recherche, des scientifiques de l’Institut National de la Recherche Agricole (INRA) ont conçu une nouvelle variété de tomate sur mesure, beaucoup plus juteuse et allégée en pesticides. Destinée aux restaurateurs elle pourrait vite arriver dans nos assiettes.

        Rondes, bien rouges et charnues : les nouvelles tomates présentées par l’INRA, le 7 juillet dernier, ont belle allure. Fruit de 10 ans de recherche, cette variété – qui n’a pas encore été baptisée – est issue d’un croisement entre d’anciennes variétés et de la tomate Garance, création rustique de l’INRA née il y a cinq ans. Plus en chair, elle pèse 40g de plus que son aînée.

        "Depuis quelques années, je m’attelle à goûter tous les pieds de tomates que j’ai en culture pour ma sélection", raconte René Damidaux, sélectionneur de tomates à l’Inra au micro de France info. "Une tomate ça doit être rouge, frais et juteux. C’est un bon équilibre entre le sucre et l’acide et ça doit laisser en bouche une persistance au niveau des arômes qui va durer".

        Plus de goût moins de pesticides
        Pour obtenir une qualité gustative parfaite, ces tomates sont récoltées au « stade rouge » quand le fruit est bien mûr alors que la plupart des tomates sont cueillies au « stade vert ». Récoltées à maturité, elles peuvent ainsi être stockées pendant huit jours à température ambiante.
         
        Et ce n’est pas tout. Cette nouvelle variété est résistante à huit pathologies, ce qui permet d’utiliser moins de pesticides pour les faire pousser.

        On est donc loin des fruits créés en laboratoire par manipulation génétique de l’ADN, puis cultivés à grand renfort d’engrais.

        Bientôt dans nos assiettes ?
        Au stade expérimental, la production de cette nouvelle variété doit encore être testée hors laboratoire. Pour cela, 70 tonnes de ces tomates seront fournies à un réseau de restaurateurs professionnels dès cet été et plus de 1000 tonnes dans le courant de l’année 2018.
         
        Il faudra encore être patient pour voir ces savoureuses tomates arriver dans nos rayons, alors que les consommateurs sont de plus en plus critiques avec le goût des tomates dans le commerce. Avec 12kg consommés par habitant chaque année, la tomate reste néanmoins le fruit-légume préféré des Français.


      • Le421 Le421 13 mars 2018 09:02

        @Ratatouille
        Restera plus qu’à lui mettre des gros pétards au cul pour l’envoyer sur Mars !!  smiley


      • nono le simplet nono le simplet 12 mars 2018 09:28

        en France la rotation des cultures c’est colza, blé, tournesol ou mais, colza, blé, tournesol ou mais ...

        dans mon coin le colza a déjà été traité aux pesticides 5 ou 6 fois, voire plus à cause d’une météo trop douce ... génial ! 
        les rendements en blé stagnent à 70 q/h avec des valeurs nutritives basses ... pareil pour le maïs ...et des traitements, et des traitements ... et pour en faire quoi ? des aliments pour les vaches ...
        en plus les comparaisons sont malhonnêtes puisqu’on compare les mêmes variétés cultivées  dans des régions tempérées ...
        quand aux déforestations massives c’est pour faire pousser des palmiers avec à la clé des sols ruinés pour des dizaines d’années .... 
        un ramassis de caricatures ...

        • pemile pemile 12 mars 2018 09:38

          @nono le simplet « un ramassis de caricatures »

          Mais très « sérieux » vu le profil de l’auteur : écolo sensible mais pas écolo rêveur ! -))

          PS : La « science » de jarnicoton va aussi nous en rajouter une couche ! smiley


        • pemile pemile 12 mars 2018 09:42

          @nono le simplet

          PS : ce que l’auteur « oubli » de préciser c’est que notre système agricole actuel produit beaucoup plus de nourriture qu’il n’en est nécessaire pour subvenir aux besoins de la planète mais que le gaspillage alimentaire représente près du tiers de la production.


        • nono le simplet nono le simplet 12 mars 2018 09:44

          @pemile
          La « science » de jarnicoton va aussi nous en rajouter une couche !

          le quel s’est fait dire par Baldi qu’il n’avait pas les connaissances élémentaires en physique nucléaire  smiley

        • nono le simplet nono le simplet 12 mars 2018 10:12

          @Jarnicoton
          Baldi est un scientifique reconnu bardé de diplômes et de sexe masculin depuis toujours ... pour le reste ...


        • pemile pemile 12 mars 2018 10:17

          @nono le simplet « Baldi est un scientifique reconnu bardé de diplômes »

          Gaffe, ses diplômes il les a un peu froissé lors de débats sur les éoliennes smiley

          https://www.agoravox.fr/commentaire5064251


        • nono le simplet nono le simplet 12 mars 2018 10:18

          @pemile
          je sais, j’attendais ta réponse smiley


        • nono le simplet nono le simplet 12 mars 2018 11:14

          @pemile
          notre système agricole actuel produit beaucoup plus de nourriture qu’il n’en est nécessaire

          y a quelques temps j’ai vu à la télé un mec broyer un hectare de poireaux invendus qui allaient monter ...

        • nono le simplet nono le simplet 12 mars 2018 11:19

          @Jarnicoton
           les merdes du charbon on s’en moque, mais on surveille à fin de dénonciation tout becquerel issu d’une centrale nucléaire.

          on parle culture ... fais nous plutôt une tirade sur les bienfaits du glyphosate et des OGM !

        • nono le simplet nono le simplet 12 mars 2018 11:20

          @Jarnicoton
          C’était pour Pemile,

          trop tard ! smiley

        • pemile pemile 12 mars 2018 11:27

          @Jarnicoton « C’était pour Pemile »

          Vous allez encore vous ridiculiser ! Ou justifier où vous m’avez vu chipoter dans le comptage de becquerels ou promouvoir le charbon ?


        • nono le simplet nono le simplet 12 mars 2018 11:33

          @pemile
           où vous m’avez vu chipoter dans le comptage de becquerels ou promouvoir le charbon ?

          « si ce n’est toi c’est donc ton frère » disait le loup à l’agneau ...

        • pemile pemile 12 mars 2018 11:43

          @nono le simplet

          Les agneaux y’a pas photo, c’est ces anti-écolos TOUS pro nucléaire, pro OGM, pro glyphosate et pro pesticides ! Tous si calme, si poli, si plein d’empathie, humour et de compassion smiley


        • pemile pemile 12 mars 2018 12:30

          @Jarnicoton "Je vous suggère de rester en retrait de Pemile. Vous êtes deux manipulateurs, mais lui est intelligent tandis que vous êtes sot. "

          Désolé nono, mais là, dès qu’on flatte mon ramage, je suis 100% d’accord avec Jarnicoton smiley smiley

          Quand à vous chère Sarcastelle sachez que votre retour en Jarnicoton s’accompagne d’une puanteur très désagréable smiley

          Du peu que je connais nono, je pense que nous sommes tout deux plus des manuels que des manipulateurs.


        • pemile pemile 12 mars 2018 12:40

          @Jarnicoton « Je vous ai déjà donné mon avis sur votre façon de traquer les virgules »

          Venant de vous qui nous faites des calculs en nano sur l’ingestion de plomb par le biais du radon, ça me fait bien rire smiley

          « ainsi que de sauter du coq à l’âne quand une diversion est utile. »

          Un exemple ?


        • nono le simplet nono le simplet 12 mars 2018 12:58

          @jarnicoton

          lui est intelligent tandis que vous êtes sot

          je préfère « simplet » ... un simplet qui a fait le rapport entre Sarcastelle et Jarnicoton au bout de 10 commentaires ... bon, j’ai pas tout pigé dés le début, c’est vrai mais il faut dire que c’était tordu ... et si j’aime bien pemile c’est effectivement parce qu’il est intelligent et, en plus, il lâche pas le morceau facilement smiley 

        • pemile pemile 12 mars 2018 13:09

          @nono le simplet «  il lâche pas le morceau facilement »

          Ce qui est plutôt une belle démonstration de ma conneries lorsque c’est face à un article tel que celui ci ! smiley

          Mais bon, silence, mépris, ne font pas le poids contre ma colère devant de telles manipulations pseudo-scientifiques smiley


        • pemile pemile 12 mars 2018 13:12

          @Jarnicoton « Vous feignez de n’avoir pas compris le sens de mon commentaire sur irradiation et saturnisme »

          Non, je constate que la virgule sur les normes de sécurités dans mon oeil vous occulte les poutres de tous vos propres nano-calculs smiley


        • Nestor 12 mars 2018 13:49

          Salut vous ...

          Comme l’impression que la cagouille vous fait une crise hormonale ! smiley

          Peut-être bien la cause d’une surdose de monsanto sur une salade OGM ... smiley

          Aller je retourne au taf avec ce temps de merde, du vent et de la flotte ... smiley

          Ps : Pemile n’oublie pas de corriger mes fautes ... Ailleuuuux ça fait mal ! smiley


        • pemile pemile 12 mars 2018 14:20

          @Nestor « Ailleuuuux ça fait mal »

          Un retour de fessée que je vais payer cher ! smiley


        • nono le simplet nono le simplet 12 mars 2018 15:42

          @Nestor
          salut Nestor !

          la cagouille vous fait une crise hormonale
          la cagouille ... smiley

        • Loatse Loatse 12 mars 2018 09:42

          Il est très intéressant cet article, car il soulève plusieurs points importants concernant notre devenir alimentaire mais pas que....



          j’aime les lucides moi... ;)

          et la lucidité, c’est de reconnaitre que si l’on continue à se reproduire comme des lapins, à polluer comme des sagouins, à s’étendre en lieu et place des terres agricoles (mon village par exemple hyperbétonné en mode lotissements) créant ainsi des ilots de chaleurs supplémentaires non arborés (de VRAIS arbres pas des bidules rachitiques de déco !) on est mal barrés...

          en plus on vit de plus en plus longtemps, la mortalité infantile régresse grâce à la généralisation de la vaccination (rhaaa, je vais facher quelques ayatolah anti vaccins), à l’hygiène, bien qu’il reste encore beaucoup à faire notamment en accès à l’eau potable..

          (il suffit de jeter un oeil sur le compteur joint à mon commentaire pour s’apercevoir qu’au niveau de la reproduction en comparaison avec les décès dans le monde, celui ci s’emballe, c’en est effrayant..


          Bref, oui l’auteur a raison à ce rythme si l’on veut sauvegarder non seulement des terres agricoles au niveau local et des arbres, il faudra construire en hauteur (mais autrement pensé, de manière à ne pas reproduire l’effet clapier des cités hlm nids à mal être..)

          perso je mélange bio et pas bio.. soupe poireaux et patates non bio : carottes bio.. citrons bio et pommes pas bio. bananes bio et endives pas bio.. champignons pas bio...et oeuf bio pour omelette.. le tout provenant (sauf citrons car ils ne sont pas bons) d’espagne.. sinon je ne pourrais pas me le permettre.

          et je ne connais personne dans mon entourage surtout pas les retraités pressés comme des citrons qui consomment tout bio !

          L’important pour moi est ailleurs que le recours à des ogm (dont l’usage est intéressant pour éviter le stress hydrique les années de sécheresse, et d’être bouffés par les bestioles meme si un ver dans la pomme ca va, c’est quand il y en a beaucoup que ca cause problème... ;), l’important c’est de garantir à l’humanité une nourriture NUTRITIVE ! (oligo éléments, vitamines, tout ce qui est vital et qu’une terre appauvrie ne fournit plus....

          c’est là que je ne suis pas d’accord, nos anciens eux, ne jetaient pas leurs excréments dans de l’eau potable qui les emmène dans les rivières puis dans les mer mais recyclaient (le fumier d’origine humaine enrichissait la terre que l’on laissait en jachère une année de temps en temps) bref CE N EST PAS TOUT DE PRODUIRE UN BEAU CITRON OU UNE BELLE TOMATE SANS DEFAUT SI CELLE CI N APPORTE RIEN OU QUASI RIEN A NOTRE ORGANISME ! LA DENUTRITION NOUS GUETTE A L ECHELLE MONDIALE !


          ET PUIS BORDU toutes ces surfaces cultivables qui produisent du tabac et du pavot (ca se mange pas ca ! ) on y gagnerait à les transformer en champs de blé, de seigle ou autre...selon la nature du sol, l’exposition du terrain, l’ensoleillement etc..

          Heureusement que certains ne baissent pas les bras... et qui sait ? demain ce sont les déserts, tous les déserts qui refleuriront...


          compteur démographie/environnement... 




          • écologie réaliste Pierre Yves 12 mars 2018 10:39

            @Loatse

            Vous êtes un des rares commentateurs qui tente vraiment d’affronter le problème.

            Nous ne sommes pas d’accord sur deux points.

            1] vous semblez considérer que l’alimentation dite « conventionnelle » serait moins nutritive que l’alimentation bio.

            Ce n’est pas ce que trouvent les chercheurs.

            « Il ne peut être conclu à l’existence de différences remarquables des teneurs en nutriments entre les aliments issus de l’agriculture biologique et ceux de l’agriculture conventionnelle. » (Rapport AFSSA, Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments, Évaluation nutritionnelle et sanitaire des aliments issus de l’agriculture biologique – 2003.)

            « Un petit nombre de différences dans le contenu nutritif a été relevé entre les produits alimentaires bio et ceux de l’agriculture ordinaire ; mais il est improbable qu’elles soient d’une importance quelconque pour la santé publique. » (Dangourt AD, Dodds SKI, Hayek A, et al. Nutritional quality of organic foods : a systematic review. Amr J Clin tr. 2009 July 29 - Méta-analyse, c’est-à-dire une synthèse des différentes études sur le sujet, commandée par la Food Standards Agency, l’agence alimentaire britannique - La "Food Standards Agency" est « une agence indépendante créée par le parlement pour la protection de la santé publique et des intérêts du consommateur en relation avec la nourriture »)

            « Les qualités nutritionnelles, sanitaires et organoleptiques des produits issus de l’AB et de l’AC n’apparaissent pas significativement différentes. » [...]

            « Il est peu probable que les consommateurs de ces produits en tirent un bénéfice significatif en termes de santé, toutes choses égales par ailleurs » (Vers des agricultures à hautes performances – Comment rendre l’agriculture biologique française plus productive et plus compétitive ? – INRA Septembre 2013)

            2] Vous semblez rejeter les OGM. Pour moi, compte tenu de leurs résultats, c’est l’une des possibilités les plus sérieuses pour affronter le PB.

            Pierre Yves


          • UnLorrain 12 mars 2018 11:52

            @Loatse

            J’ai bien aimé votre « bidule rachitique » pour décoration alentours de pavillons modernes smiley En effet,des « arbres » ou « arbustes » d’une laideur inégalable telle celui ci,une forme de vrille a bois,une vis,moche a faire peur.

            Je suis a m’interroger...pourquoi existe t il,exista t il, des « crudivoristes » ? (Lu ce nom dans un guide médical pour la famille..des gens,optent de manger tout ce qui a leurs yeux peut l’être,cru,préservant ainsi TOUS les nutriments )

            Un jour je vole a mon frère Pierre-Yves.. une carotte,difforme,de son jardin,l’egratignant,aussitôt effluve de bonne senteur ( carotène ? ) Un autre jour,pour en exprimer toute la senteur de cette autre carotte made in hard discount,je la passe sous un rouleau compresseur...absolument aucune odeur !

            En bref : s’alimenter cru ( y compris viandes..on a peut-être vu cet Inuit ouvrant la panse du bébé phoque et mordant goulûment le foie tiède..) préservation des nutriments. Cuissons : dégradations,destructions des nutriments.


          • aimable 12 mars 2018 14:20

            @Loatse
            nourrir la planète ?
            l’homme est le plus stupide des animaux !
            dans la nature quand la nourriture se fait rare, l’animale ne se reproduit pas, alors que l’homme lui met les bouchées doubles ce qui donne une démographie galopante , il faudra bien un jour ou l’autre y mettre un frein sinon c’est toute l’humanité et le vivant qui disparaîtra  !
             


          • Jeff Parrot Jeff Parrot 12 mars 2018 09:45

            typique de la propagande :

            on change le « scope » (le « cadre ») du debat.

            On passe de l’individu a l’echelle de la planete a volonte en fonction du message que l’on veut faire passer.

            En quoi le francais moyen, les debats d’agoravox, voire l’etat francais au service des francais, ou encore les grands capitalistes seraient concernes par nourrir la planete ?


            • Zolko Zolko 12 mars 2018 09:57

              @Jeff Parrot : « En quoi le français moyen [...] seraient concernés par nourrir la planète ? »
               
              passque c’est un gôchiste qui le dit.


            • écologie réaliste Pierre Yves 12 mars 2018 10:47

              @Jeff Parrot

              "En quoi le francais moyen, les debats d’agoravox, voire l’etat francais au service des francais, ou encore les grands capitalistes seraient concernes par nourrir la planete ? "

              En effet il y a des gens qui se posent ce genre de question.

              Sans commentaire.


            • Zolko Zolko 12 mars 2018 09:54

              "Parce que la population mondiale continue de croître. Sept milliards aujourd’hui, neuf milliards bientôt ; il faut donc construire de nouveaux..."
               
              article d’une stupidité rare. Il y a de plus en plus d’humains donc la solution c’est qu’il faut bétonner de plus en plus la Terre, tuer de plus en plus d’insectes avec des pesticides, détruire de plus en plus la biodiversité avec des herbicides, et trafiquer le vivant avec de plus en plus d’OGM.


              • écologie réaliste Pierre Yves 12 mars 2018 10:45

                @Zolko

                "article d’une stupidité rare. Il y a de plus en plus d’humains donc la solution c’est qu’il faut bétonner de plus en plus la Terre, tuer de plus en plus d’insectes avec des pesticides, détruire de plus en plus la biodiversité avec des herbicides, et trafiquer le vivant avec de plus en plus d’OGM."

                Vous avez ici une superbe occasion de montrer que vous n’êtes pas stupide, vous ; il suffit d’exposer vos solutions (vous avez oublié de le faire dans votre message).

                Pierre Yves


              • Zolko Zolko 12 mars 2018 10:50

                @Pierre Yves : pour pouvoir exposer mes solutions faudrait déjà savoir quel est le problème. Et je soupçonne que nous ne serons pas d’accord là-dessus. Mais pour éviter de parler du problème vous imposez directement la – votre – solution. Car parler du vrai problème mettrait à mal toutes vos idéologies.


              • écologie réaliste Pierre Yves 12 mars 2018 17:36

                @Zolko

                "faudrait déjà savoir quel est le problème"

                Si vous ne savez pas quel est le problème traité dans cet article que vous vous permettez de commentez... je ne peux vraiment rien pour vous. Désolé.

                Sinon, quel superbe bottage en touche ; qui ne masque pas que vous n’avez rien à dire.


              • Zolko Zolko 13 mars 2018 00:50

                @Pierre Yves : justement, vous énoncez le mauvais problème dans l’article. Comme d’autres l’ont déjà dit, il y a surpopulation humaine dans certaines régions de la Terre, sur certains continents. C’est ça le problème. Et vous ne résoudrez pas ce problème avec des pesticides et des OGM en France.
                 
                Et je le dis juste après en réponse à Montdragon, qu’il a l’air d’avoir pris au second degré alors qu’en fait je suis d’accord avec lui.


              • Montdragon Montdragon 12 mars 2018 10:14

                N’hésitons pas à zoomer sur le paradigme : le bio peut-il nourrir les français ?
                Réponse, oui.
                Quant au reste, RAB, rangez vos braguettes et cultivez vos champs.


                • Zolko Zolko 12 mars 2018 12:45

                  @Montdragon : « le bio [français] peut-il nourrir les français ? Réponse, oui. »
                   
                  donc en fait, il n’y a pas de problème. L’auteur de l’article cherche à résoudre un problème qui n’existe pas. Ou plutôt, il cherche des problèmes pour qu’il puisse y apporter des solutions. Un pompier pyromane en quelque-sorte.
                   
                  Je suis bien content de voir que la plupart des commentateurs ont repéré la contradiction.


                • Montdragon Montdragon 12 mars 2018 16:45

                  @Zolko
                  Vous raisonnez global, ce qui est plus que complexe, voire impossible, car vous vous heurtez à des politiques locales et politiques spécifiques, antagonistes souvent.
                  Je vous parle d’un territoire qui peux nourrir + de 200 millions de personnes en bio..a-t-on besoin d’en nourrir plus ?
                  Pour engraisser qui ?


                • Zolko Zolko 13 mars 2018 00:58

                  @Montdragon : euh ... j’ai du mal m’exprimer, car je suis d’accord avec vous. La France doit nourrir les Français, et globalement toutes les régions du monde devraient être plus-ou-moins autosuffisantes pour la nourriture. Les uns exporteront des fruits et d’autres du fromage, mais une région qui ne produit pas assez pour nourrir sa population continuellement va au devant de très très très gros problèmes. Et si une telle région exigeait que d’autres régions sacrifient leur environnement pour les nourrir, on friserait l’indécence.


                • Dan22 12 mars 2018 11:24

                  Quand on examine le problème sous toutes les coutures ; on n’entrevoit aucune solution , sauf à produire de plus en plus de « m.... » .
                  Si on commençait par réguler la natalité mondiale , on percevrait peut-être des solutions viables !
                  Mais ça ........JAMAIS ! Pour soumettre tous les individus , et en faire des consommateurs décérebrés , il faut une courbe démographique exponentielle .
                  Personnellement , avec ma petite retraite , j’arrive à manger bio ; mais j’habite à la campagne et j’ai fait l’impasse sur tout un tas de « gadgets » inutiles . Mais je suis très inquiet pour l’avenir de nos enfants ....


                  • écologie réaliste Pierre Yves 12 mars 2018 17:15

                    @Dan22

                    "Si on commençait par réguler la natalité mondiale"

                    ... Hé bien ça ne changerait pas grand-chose.

                    Parce qu’une bonne part des consommateurs de 2050… est déjà née ; et les futurs parents de ceux qui naîtront en 2050 sont déjà là, seront opérationnels : les futures naissances de 2050 sont déjà « dans le tube ».

                    http://ecologie-illusion.fr/surpopulation-mondiale-nourrir-la-planete-Malthus.htm


                  • Zolko Zolko 13 mars 2018 01:08

                    @Pierre Yves : "Parce qu’une bonne part des consommateurs de 2050… est déjà née"
                     
                    En France – et plus généralement en Europe – il n’y a pas de problème avec ça. Et j’imagine que les pays où ça pose un problème ont prévu quelque-chose pour y remédier. Je ne peux pas imaginer que des pays qui avaient déjà du mal à nourrir leur population il y a 50 ans, et qui ont vu cette population doubler depuis, n’aient pas prévu comment nourrir toutes ces bouches.
                     
                    Faudrait peut-être plutôt leur demander au lieu de faire des plans sur la comète, non ?


                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 mars 2018 11:48

                    Ce n’est pas l’agriculture qui peut sauver l’humanité, mais la culture. Elle même, intégrant l’idée de qualité par rapport à la quantité. Pour comprendre le déclin de la civilisation, il faut remonter au fameux Songe de Poliphile (celui qui aime et dirige sa vie vers le NORD), marquant le passage du Moyen-Age à la modernité (rationaliste et cartésienne). https://fr.wikipedia.org/wiki/Hypnerotomachia_Poliphili


                    • Slipenfer 1er Ratatouille 12 mars 2018 11:55
                      Dans le New Jersey, cette ferme urbaine produira bientôt 900 tonnes de nourriture

                      vidéo

                      .https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=-_tvJtUHnmUL’entreprise AeroFarms, spécialisée dans l’agriculture urbaine va exploiter à partir de septembre la plus vaste ferme verticale au monde. Avec son système d’aéroponie très peu coûteux en terre et en eau, ce modèle vise à répondre aux nouveaux défis de l’agriculture.

                      Des plantes cultivées dans des tours, à la lumière de lampes. C’est le modèle d’agriculture mis au point par AeroFarms, une entreprise spécialisée dans l’agriculture urbaine, pour économiser l’eau et préserver les sols.
                       

                      "L’agriculture commerciale s’efforçant de produire suffisamment de nourriture pour notre population en hausse, les sols ont été éprouvés au point de devenir toxiques dans certains cas", lit-on sur le site de l’entreprise.
                      En septembre, AeroFarms commencera à semer dans la plus vaste ferme verticale au monde : un espace de 6 500 m² aménagé dans une ancienne usine qui abrite déjà le siège de l’entreprise à Newark, en périphérie de New York, dans le New Jersey. Une superficie qui dépasse celle de la ferme hors-sol du groupe Mirai à Miyagi, au Japon, qui était jusqu’ici la plus grande exploitation urbaine au monde. Construite après le séisme de 2011 afin de protéger l’agriculture d’éventuelles futures radiations nucléaires, elle s’étend sur 2 500 m².

                      Cofondé en 2004 par trois américains, AeroFarms a déjà développé trois fermes hors-sol dans le New Jersey. Toutes produisent des denrées locales aujourd’hui vendues dans les environs. La nouvelle ferme devrait quant à elle permettre de produire plus de 900 tonnes de plantes par an, à raison de trente récoltes chaque année. Pour l’instant, l’entreprise ne cultive que des herbes et des salades, mais elle dit pouvoir produire plus de 250 variétés différentes avec son système. 

                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 mars 2018 12:03

                        A l’agriculture biologique, je préfère le terme d’agriculture traditionnelle, respectueuse des racines et origines des produits de la terre (animaux ou végétaux). L’agriculture traditionnelle suppose de respecter les rythmes naturels et astraux. L’être humain inscrivant son action dans le temps et les cycles. Petit rappel mythologique. GAIA la terre avant la « civilisation » subissait la assauts perpétuels, chaotiques de son mari Uranus (le ciel). Uranus est associé au signe du verseau et de la technologie (la modernité). GAÏA épuisée par son infatigable amant a suscité l’intervention de son fils SATURNE qui a castré son père Ouranos. C’est ainsi que débuta la civilisation. Introduisant : les cycles, les saisons, le temps (CHRONOS), les calendriers. La planète Uranus fut observée au moment de l’Amérique qui correspond aussi à l’entrée dans le monde moderne,... signant la fin de l’humain et le dedut de la robotisation. Ce n’est pas par hasard que le mouvement homosexuel a détourné la noble origine de l’arc en ciel. Uranus étant aussi lié à l’homosexualité. les débats sur la bio-éthique commencent ces semaines. ,...


                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 mars 2018 12:12

                          Lire : au moment de la découverte de l’Amérique.


                          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 mars 2018 12:15

                            Je n’ai jamais lu une telle connerie. Si la terre disparaît, c’est avant tout parce que l’être humain ne contrôle plus ses naissances.


                            • Eric F Eric F 12 mars 2018 12:19

                              L’article a le mérite de poser la question de savoir si on pourra nourrir 10 milliards d’humains avec de l’agriculture exclusivement bio.
                              Mais regardons déjà la France : on ne peut pas à ce stade parler d’accaparement ou de gaspillage de terres, puisqu’au contraire il y a de plus en plus de terres anciennement cultivées laissées désormais à l’abandon (friche, jachère, ronciers...). Il y a donc suffisamment de quoi remettre en culture avec une moindre productivité à l’hectare. Même sans viser le « bio pur et dur » pour la totalité des productions, il est possible d’avoir une « agriculture raisonnée », utilisant moins de fertilisants chimiques et de pesticides. C’est semble-t-il la voie dont les agriculteurs eux-mêmes conviennent, car ils sont les premières victimes des méfaits de l’excès de produits chimiques dans les pratiques agricoles.


                              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 mars 2018 12:24

                                J’ai répertorié au moins 10 tendances totalement incompatibles ches les écologistes. Des Décroissants aux écolos-bobos gentils avec les homos (PMA et GPA), nous passons de charybde en scylla. Entre la carpe et le lapin (si je puis dire,...).


                                • Cadoudal Cadoudal 12 mars 2018 12:30

                                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                                  La conservation de la nature et du paysage sont placés à partir de 1936 sous la direction du ministre des Forêts Hermann Goering, aussi appelé « commissaire en chef pour la protection de la nature ».

                                  https://fr.wikipedia.org/wiki/Protection_de_la_nature_et_des_animaux_sous_le _Troisi%C3%A8me_Reich


                                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 mars 2018 12:33

                                  @Cadoudal


                                  Et les Lebensborn en sont une parfaite illustration,... Ceci exprimé sans aucun cynisme,...

                                • Cadoudal Cadoudal 12 mars 2018 16:05

                                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                                  Je disais en plaisantant à des amis que seul Hitler avait traité de manière efficace la question Rom au cours du dernier siècle. Apparemment, ça fait de moi un réac, mais franchement, pour un peuple éternellement à l’agonie, je trouve qu’ils se portent plutôt pas mal d’un point de vue démographique.

                                  http://www.fdesouche.com/968767-poissy-78-une-immense-decharge-setend-a-perte-de-vue-les-autorites-accusent-les-roms

                                  Les écolosocialobobos adorent les Roms, l’inverse est il vrai ?

                                  « Une ville sans Roms, ce serait une ville triste ! »
                                  Martine Aubry


                                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 mars 2018 16:40

                                  @Cadoudal


                                  il y a Rom et Rome. Comme la Rome fut loin d’être toujours antique. Amoureuse du septième art et surtout de cinéaste comme Emir Kusturica (pas toujours appréciés par les bobos)., je ne vous suivrai pas sur ce terrain là, même si parfois, il laissent quelques déchets. Mais je préfère encore ceux-là aux fumées d’Auschwitz qui pourrissent encore aujourd’hui l’inconscient et les rêves des allemands. Raison pour laquelle leur taux de natalité est si bas. Pas doués pour le KARMA soutra,...

                                • Cadoudal Cadoudal 12 mars 2018 17:33

                                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                                  Le Léonardisme est-il un humanisme ?

                                  Vaste débat...

                                  « entre une gauche politique et sociale et un gauchisme sociétal qui s’est approprié le magistère de la morale »
                                  https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Leonarda

                                  Ce lundi matin, Lauren Southern, une journaliste citoyenne qui est récemment revenue d’Afrique du Sud où elle a tourné un reportage sur les meurtres des fermiers blancs, a annoncé sur Twitter être détenue à Calais après avoir tenté d’entrer en Grande-Bretagne en bus. « Vos actions présentent une menace pour les intérêts de la société britannique » écrit le Home Office dans leur refus.
                                  http://www.fdesouche.com/968907-les-activistes-identitaires-martin-sellner-brittany-pettibone-et-lauren-southern-detenus-dans-des-centres-de-retention-et-bannis-du-royaume-uni-pour-leurs-opinions-politiques


                                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 mars 2018 12:35

                                  Il est vrai que pour le troisième Reich, l’humain ne faisait pas partie intégrante de la nature. Trop cultivé (sans jeu de mots,...).


                                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 mars 2018 12:39

                                    Les études démographiques sont assez éloquentes. Plus l’individu est instruit, moins il fait d’enfants.


                                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 mars 2018 12:44

                                      Je comprends de mieux en mieux, un intellectuel qui associait catholicisme et nazisme,... 


                                      • Eric F Eric F 13 mars 2018 09:39

                                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                                        à force de multiplier les messages pour occuper le terrain, il vous arrive d’écrire absolument n’importe quoi


                                      • nono le simplet nono le simplet 13 mars 2018 10:16

                                        @Eric F
                                        par contre toi non ?

                                        c’est pas n’importe quoi ça ? smiley
                                        Eric F 12 mars 22:49

                                        DCB est un dilettante cosmopolite plein de faconde, son premier combat a été de demander la mixité des dortoirs de la fac, c’est là toute l’étendue de sa vision politique. Il a été porté par des évènements où les plus exubérants ont émergé, et a continué ensuite à balader son bagout sur les plateaux TV et dans les partis, glissant peu à peu de l’altermondialisme vers l’euromondialisme.



                                      • zygzornifle zygzornifle 12 mars 2018 13:24

                                        Faudrait combien de planètes fertiles pour nourrir bio 7,5 milliards d’individus et leur futur descendance ?


                                        C’est comme vouloir remplacer tout le nucléaire par du solaire ....

                                        • joletaxi 12 mars 2018 13:44

                                          ah la petite bande des derviches verts est au rendez-vous, comme d’hab

                                          tiens un article sur le sujet

                                          https://www.contrepoints.org/2018/03/12/311528-le-bio-ni-vraiment-bio-ni-vraiment-bon

                                          en conclusion, confirmant des tas d’autres études sur le sujet

                                          il n’y a strictement aucun bénéfice à se nourrir bio sur le plan nutritionnel ni sanitaire,
                                          d’ailleurs il serait impossible de prouver que cela ne fait courir aucun danger, il y a déjà eu d’ailleurs des morts, pas fictifs ni probables les malheureux,ayant consommé du bio.

                                          Comme sur tous les sujets, les zozos verts s’agitent comme des poulets sans tête, pour strictement aucun bénéfice pour la population, parfois même pour arriver à des désastres, cf le DDT.

                                          Le monde a toujours été traversé par les croyances, pour son plus grand malheur.

                                          je vous recommande l’enseigne Grad frais(merci pour le chèque) voilà des gens solidaires, des beaux légumes venus du monde entier, un vrai festival.,par contre rien des pays de l’EST ?

                                          bon, allez les gars,déchaînez-vous

                                          ps,
                                          paraît que les suisses réactivent une centrale nuc arr^tée depuis des années ?
                                          sont fous ces suisses


                                          • Hervé Hum Hervé Hum 12 mars 2018 14:13

                                            L’auteur est manifestement un adepte du confusionnisme...


                                            • Attila Attila 13 mars 2018 12:45

                                              @Hervé Hum
                                              Pourriez-vous préciser ?


                                            • sweach 12 mars 2018 14:45

                                              *on mesure que les rendements bio sont plus faibles que ceux de l’agriculture « conventionnelle ».*

                                              Vous faites référence à qu’elle mesure ?

                                              Il ne faut jamais oublier de prendre en compte l’échelle temps quand on compare deux choses.

                                              Une agriculture dite « conventionnelle » va en se dégradant et les rendement après plusieurs années ne sont plus les même, de plus cette agriculture a un coût sanitaire qui explose avec le temps.

                                              *On sait pourtant les famines d’autrefois, lorsque tout le monde mangeait bio.*
                                              Vous comparez une époque ou la mécanisation n’existait pas, avec une époque ou elle existe.
                                              Par le passé les famines étaient bien souvent due a un manque de bras et c’était la conséquence de guerre ou d’épidémie qui privé de bras l’agriculture.

                                              Je peu vous prendre l’exemple d’un potagé, où un papie produira bien plus de nourriture sur ces 500 M² qu’un agriculteur en monoculture sur cette même surface.

                                              Le seul outil de productivité indispensable c’est le tracteur et l’agriculture bio ne doit pas s’en priver.

                                              Après le BIO, ce n’est qu’un mot et il ne résume pas à lui seul le bon sens.
                                              L’agriculture biologique ne se préoccupe pas de la variété génétique des plantes, ni des écosystèmes, ni de la pérennisation de l’agriculture et il n’exclu pas les vautours industriel qui tournent autour de notre nourriture.
                                              On a donc encore des progrès à faire et le mot BIO ne suffira pas.

                                              En France la surface agricole n’est pas vraiment un problème, le plus préoccupant est la gestion de l’eau et garantir sa qualité sur le long terme.



                                              • joletaxi 12 mars 2018 15:08

                                                @sweach

                                                c’est finalement rigolo, car quoi qu’il arrive, les mêmes pseudo arguments idiots reviennent ,un peu comme le nuage de <Tcherno, d’où la comparaison avec les derviches tourneurs ou les enclumes.

                                                Une agriculture dite « conventionnelle » va en se dégradant et les rendement après plusieurs années ne sont plus les même, de plus cette agriculture a un coût sanitaire qui explose avec le temps.
                                                les rendements agricoles sont au plus haut dans le monde, fort heureusement.Et s’il n’y avait pas les règles absconses ditcées par la « nomenclatura verte » concernant les bio carburants, on serait en surabondance
                                                concernant le coût sanitaire, c’est vrai, on soigne et entretient des gens de plus en plus âgés, cela à un coût, en plus, ces salauds de vieux sont en forme.

                                                Par le passé les famines étaient bien souvent dues a un manque de bras

                                                mais oui, mais oui, juste un exemple, pas trop lointain, les grandes famines en Irlande, sur qu’ilsd manquaient de bras

                                                , le plus préoccupant est la gestion de l’eau et garantir sa qualité sur le long terme.
                                                vrai qu’on a un gros problème, pensez donc, partout dans nos pays, on ouvre un robinet et il coule un eau buvable, dingue hein, alors qu’avant on pouvait boire l’eau de la rivière, ... et en crever

                                                mais soyons assurés que vos litanies reviendront à la faveur d’un autre article,il n’y a aucune raison pour que vous changiez d’avis, ce serait par trop cruel


                                              • écologie réaliste Pierre Yves 12 mars 2018 16:35

                                                @sweach

                                                "*on mesure que les rendements bio sont plus faibles que ceux de l’agriculture « conventionnelle ».*
                                                Vous faites référence à qu’elle mesure ?"

                                                J’ai donné trois références ! Vous ne les avez pas lues ou ça ne vous suffit pas ?

                                                "les famines étaient bien souvent due a un manque de bras"

                                                Joletaxi vous a répondu en prenant l’exemple concret de la famine en Irlande. Famine due au Mildiou, maladie de la pomme de terre.

                                                A propos du mildiou, la pomme de terre OGM Fortuna résistante au mildiou était en essais prometteurs en champs. Mais les Vandales Volontaires sont passés ; le projet a été abandonné.

                                                Le 29 janvier 2013, BASF, le producteur, a retiré sa demande d’autorisation de culture, considérant que « La poursuite des investissements ne peut être justifiée en raison de l’incertitude de l’environnement réglementaire et les menaces de destructions sur le terrain. »

                                                Les Vandales Volontaires on gagné, ils chantent victoire.
                                                Les fabricants de pesticides contre le mildiou se frottent les mains.


                                              • pemile pemile 12 mars 2018 17:22

                                                @Pierre Yves "A propos du mildiou, la pomme de terre OGM Fortuna résistante au mildiou était en essais prometteurs en champs. Mais les Vandales Volontaires sont passés ; le projet a été abandonné"

                                                Peut être parce que de plus en plus de variétés résistantes au mildiou sont connues (et non limitées par des brevets) ?


                                              • sweach 13 mars 2018 14:38

                                                @joletaxi
                                                *les rendements agricoles sont au plus haut dans le monde*

                                                Ho, je n’en doute pas, mon argumentation était pour le long terme.
                                                Avec une vision global les rendements ont augmenté, mais sur une vision plus local, plusieurs décennie d’agriculture conventionnel ont affaiblie les terres et de nombreux paysans n’ont plus les rendement qu’ils avaient au début.

                                                *partout dans nos pays, on ouvre un robinet et il coule un eau buvable*
                                                Je pense que les gens qui vivent au bord du nil, de fleuve colorado, du fleuve Yangzi Jiang, de la mer d’Aral, etc ...
                                                On peut être une vision un peu moins manichéen que la votre dans la gestion de l’eau.

                                                Pour le caractère « buvable » de l’eau, aujourd’hui il y a plus de 100 milles substances dedans et cela commence à poser problème avec certaine.

                                                *juste un exemple, pas trop lointain, les grandes famines en Irlande*
                                                Juste une question l’Amérique a été peuplé par qui dans les années 1860 ?
                                                Cette famine était plus le résultat d’une mauvaise politique, chaque famille devait se débrouiller seul avec un petit lopin de terre qui bien souvent ne leur appartenait pas.

                                                *il n’y a aucune raison pour que vous changiez d’avis*
                                                Il faut pour cela apporter des arguments.

                                              • foufouille foufouille 13 mars 2018 15:23

                                                @sweach

                                                *il n’y a aucune raison pour que vous changiez d’avis*
                                                Il faut pour cela apporter des arguments."

                                                - quand ça va jusqu’à nier les mauvaises récoltes et famines, ce n’est pas possible.
                                                c’est de la folie.


                                              • écologie réaliste Pierre Yves 13 mars 2018 16:32

                                                @sweach

                                                *les rendements agricoles sont au plus haut dans le monde
                                                Ho, je n’en doute pas*

                                                Quelle surprise ! !
                                                Je suis surpris de n’avoir vu aucune réponse de votre part à tous ceux qui dans cette discussion affirment, sans aucune référence, que :

                                                "les rendements stagnent « 
                                                 »la baisse des rendements moyens observés à l’échelle mondiale ..."

                                                "mon argumentation était pour le long terme."

                                                Vous nous refaites le coup du « demain on rase gratis ». Demain ceci, ou demain le contraire de ceci, c’est le même pipo tant qu’il n’y a pas un minimum d’indications basées sur des études sérieuses pour envisager que demain sera ceci ou le contraire de ceci. Sur quelles études vous basez-vous ?

                                                "plusieurs décennie d’agriculture conventionnel ont affaiblie les terres et de nombreux paysans n’ont plus les rendement qu’ils avaient au début."

                                                Si vous avez quelques références d’études sérieuses montrant une baisse de rendement sérieuse en agriculture conventionnelle, par exemple en Brie ou en Beauce, faites-nous en profiter. Sinon, c’est du vent.

                                                "Cette famine [en Irlande] était plus le résultat d’une mauvaise politique"

                                                On a déjà eu dans cette discussion la thèse fumeuse des famines par manque de bras, voilà maintenant celle d’une mauvaise politique.

                                                Dur-dur de voir la réalité en face : cette famine fut d’abord le résultat d’une dévastation des pommes de terre par le mildiou, à une époque ou il n’y avait pas de pesticides pour s’en défendre. Tout le reste n’est que contortion et mauvaise excuse pour ne pas voir la réalité en face.

                                                Note  : il est vrai que les dégâts du mildiou ont été aggravés par la politique colonialiste de la Grande Bretagne. Ce qui n’enlève rien à la responsabilité première du mildiou quand il n’y avait pas de pesticides pour s’en défendre.


                                              • sweach 13 mars 2018 17:15

                                                @Pierre Yves
                                                *voilà maintenant celle d’une mauvaise politique.*

                                                Vous proposez un exemple je répond à votre exemple

                                                Mais même dans cet exemple il y a eu une perte de Bras, car les Irlandais ont massivement immigré vers les Amériques à cette époque là.

                                                Si je parle de politique, c’est que la culture de la pomme terre était relativement récente et l’alimentation reposait exclusivement sur le peuple lui même, qui n’avait ni les moyen, ni l’éducation, ni les ressources nécessaire pour cela.

                                                *quand ça va jusqu’à nier les mauvaises récoltes et famines, ce n’est pas possible.*
                                                Où avez-vous vue que j’ai nié cela ?
                                                Le Mildiou a été le responsable final, mais il faut regarder ce qu’il y avait eu en amont.
                                                On parle de million de personne qui n’avait que quelques mettre carré de terre pour se nourrir et aucun autre choix que de cultiver de la patate pour produire un aliment suffisamment nourrissant.
                                                Une plante d’importation qui s’est retrouvé dépourvu d’un écosystème pour se protéger, comme nos palmiers aujourd’hui avec le charançon.

                                                *Sur quelles études vous basez-vous ?*
                                                Je n’ai pas spécialement le temps de vous trouver de belle publication mais en 30s de google vous pouvez vous en rendre compte par vous même.


                                              • sweach 13 mars 2018 17:43

                                                @foufouille
                                                *c’est pas ta version de malade, également.*

                                                Tu lis mes propos mais tu ne les comprend pas

                                                Oui ! le mildiou est le responsable final, mais cherche donc à comprendre comment ils en sont arrivés là.

                                              • écologie réaliste Pierre Yves 13 mars 2018 18:17

                                                @sweach

                                                "car les Irlandais ont massivement immigré vers les Amériques à cette époque là."
                                                Vous n’avez pas compris que si les Irlandais ont émigré c’est parce que le mildiou avait détruit les récoltes et qu’il n’y avait plus rien à manger ? C’est le gloubi-goulba des causes et des effets !

                                                Vous n’avez pas compris non plus que le mildiou a pu détruire les récoltes parce qu’à cette époque il n’y avait pas de pesticides pour d’en défendre. Heureusement, aujourd’hui ces pesticides existent, vous ne serez pas obligé d’émigrer vers les Amériques. Il existerait même mieux, des pommes de terre OGM résistantes sans pesticides. Malheureusement, les Vandales Volontaires ont détruit les essais.

                                                "*Sur quelles études vous basez-vous ?*
                                                Je n’ai pas spécialement le temps de vous trouver de belle publication mais en 30s de google"

                                                1] Le monsieur a affirmé des trucs sans référence.
                                                2] On demande des références au monsieur.
                                                3] Le monsieur répond sans rire qu’il suffirait de 30 secondes, mais il est très occupé, il n’a pas 30 secondes à consacrer pour étayer ses propres affirmations, il me demande de m’en occuper moi-même.

                                                J’en ai déjà vu et et entendu, mais là...


                                              • foufouille foufouille 13 mars 2018 18:32

                                                @sweach

                                                la famine a concerné presque toute l’europe,c’est écrit dans mon lien. l’irlande ne produisait que des patates.


                                              • pemile pemile 13 mars 2018 18:38

                                                @Pierre Yves "Le monsieur répond sans rire qu’il suffirait de 30 secondes, mais il est très occupé, il n’a pas 30 secondes à consacrer pour étayer ses propres affirmations, il me demande de m’en occuper moi-même.J’en ai déjà vu et et entendu, mais là..."

                                                Sauf que c’est bien vous qui n’avez pas compris qu’il vous donnait le résultat de sa recherche de 30 secondes sous la forme d’un lien pointant vers un article sur RFI ! smiley


                                              • écologie réaliste Pierre Yves 13 mars 2018 18:55

                                                @pemile

                                                "Peut être parce que de plus en plus de variétés résistantes au mildiou sont connues (et non limitées par des brevets) ?"
                                                En effet, il existe au moins deux variétés résistantes au mildiou. Chacune a reçu un gène de résistance par croisement avec d’autres variétés plus ou moins lointaines. Ce sont des modifications génétiques par croisement, mais modification génétique quand même.

                                                Mais vous savez ce que c’est, l’évolution, tout ça. Le mildiou a réussi à contourner ces résistances. Comme il se passe dans le cas des antibiotiques par exemple.
                                                Et donc il a fallu continuer à utiliser des pesticides.

                                                L’avantage de Fortuna est qu’elle comportait deux gènes de résistance, ce qui la rendait plus robuste : un ravageur pourrait contourner une résistance... mais il se fera ravager s’il ne peut contourner aussi et en même temps, la seconde résistance. (Voir : Dossier d’information scientifique sur les pommes de terres résistantes au phytophthora)

                                                Fortuna a été fauchée ; les Vandales Volontaires ont gagné, ils chantent victoire ;
                                                les fabricants de pesticides contre le mildiou se frottent les mains.

                                                Autre précision : les deux gènes de résistance que comporte (comportait) Fortuna, sont deux gènes naturels, justement ceux qui existent un par un, dans les variétés modifiées génétiquement par croisement... mais qui ne protègent plus.


                                              • écologie réaliste Pierre Yves 13 mars 2018 19:06

                                                @pemile @sweach

                                                En effet, je n’avais pas remarqué qu’il y avait un lien. Je retire cette partie de mon message et demande à sweach de bien vouloir m’excuser.


                                              • pemile pemile 13 mars 2018 20:39

                                                @Pierre Yves "L’avantage de Fortuna est qu’elle comportait deux gènes de résistance"

                                                Les variétés de Sarpo contiennent aussi plusieurs gènes de résistances (obtenus par sélections conventionnelles)


                                              • eddofr eddofr 12 mars 2018 15:34

                                                Vous constater un dysfonctionnement systémique (prolifération des humains, épuisement des ressources, pollution, appauvrissement des sols, déforestation).


                                                Et au lieu de proposer une solution à ce dysfonctionnement, vous proposer de faire dysfonctionner un autre système pour « l’adapter » au système dysfonctionnel.

                                                L’agriculture Biologique, respectueuse des cycles et de mécanismes naturels, n’est en rien nuisible.

                                                Elle n’est peut être pas adaptée à la surpopulation et le gaspillage des carburants fossiles ... cela a reste à prouver .. Mais même dans ce cas, est-ce vraiment l’agriculture biologique qui doit disparaître ?

                                                • écologie réaliste Pierre Yves 12 mars 2018 16:55

                                                  @eddofr

                                                  "Vous constater un dysfonctionnement systémique (prolifération des humains, épuisement des ressources, pollution, appauvrissement des sols, déforestation)."

                                                  Ce tableau est à peu près correct ; (toutefois le point « appauvrissement des sols » mériterait d’être précisé : ces sols appauvris n’ont jamais eu de rendements aussi élevés)

                                                  Ce qui est stupéfiant c’est que face à ce constat dramatique vous semblez proposer de l’aggraver encore en prônant une agriculture de plus faible rendement !


                                                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 mars 2018 16:58

                                                  Des psychologues ont étudié le problème de la vie dans un espace réduit en lien avec l’agressivité. Une classe ne peut intégrer un handicapé (ou dépendant) que parmi douze élèves. Au delà (les élèves était invités à dessiner leur impressions), les dessins exprimaient nettement plus d’agressivité, plus de sang, de tueries,....D’autant plus qu’elle encourage l’« inceste » qui est vecteur de pulsions mortifères,....


                                                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 mars 2018 16:59

                                                    Ce n’est pas par hasard que les virus sont originaires de régions surpeuplées,....Là où les individus vivent comme dans des cages à poules (grippe aviaire, sida,....).


                                                    • Jean Keim Jean Keim 12 mars 2018 17:36

                                                      Il n’y a pas dans cette affaire que l’opposition bio et chimique, il y a aussi ce que l’on mange, quitte à manger des protéines, autant manger des protéines végétales plutôt qu’animales, sachant qu’il faut environ et en moyenne 7 protéines végétales pour avoir une protéine animale, il y a egalement à prendre en compte le gaspillage alimentaire qui pourrait concerner jusqu’à environ un tiers de la production mondiale, et pour finir il nous faudra peut-être également apprendre la frugalité, bref il y a de la marge.

                                                      De plus il me semble avoir entendu dire par un paysan bio que si les rendements de ses cultures sont inférieures a ceux de de l’agriculture chimique (mais pas tant que cela), la qualité nutritive de ses produits compensent la différence.

                                                      • écologie réaliste Pierre Yves 12 mars 2018 19:00

                                                        @Jean Keim

                                                        Vous avez raison, les pays développés consomment trop de viande. La viande rouge n’est pas verte. Mais le sujet de l’article était le gaspillage de la terre par l’agriculture bio.

                                                        Attention  : ce sont les pays développés qui consomment trop de viande.
                                                        Les pays émergents, en consomment peu par personne, et en consomment de plus en plus. Les choses ne vont pas s’arranger.

                                                        http://ecologie-illusion.fr/la_viande_rouge_nest_pas_verte_vegetarien.htm

                                                        Idem pour la frugalité : qui ira demander de la frugalité aux africains ? Beaucoup sont déjà des professionnels de la sobriété, voulez-vous leur demander d’être plus sobre que sobre.

                                                        Le problème alimentaire pour les décennies à venir est réel, il faut lever les yeux et ne pas voir seulement les petits pays développés.

                                                        "Il me semble avoir entendu dire"...
                                                        Comme référence il y a mieux...


                                                      • Jean Keim Jean Keim 13 mars 2018 08:21

                                                        @Pierre Yves
                                                        L’agricultue bio ne gaspille pas des terres, elle produit autrement, de plus elle maintient en bonne santé la biomasse et probablement ses consommateurs.

                                                        Quand à mon dernier paragraphe, c’est simplement que je ne suis pas fan de coller à tout bout de champ des liens sensés prouver qq.chose en attendant qu’un nouveau lien prouve le contraire, littéralement, au court d’un reportage sur un télé régionale, un agriculteur bio tentait de prouver que son mode de culture était compétitif si on prenait en compte tous les paramètres et pas seulement d’une manière abrupte les rendements, j’ai cité ce témoignage au mieux de ce que ma mémoire me restituait.

                                                      • foufouille foufouille 12 mars 2018 17:55

                                                        bon article mais je ne pense pas que nous manquions de place pour quelques pourcentages d’amateurs de bio vu les prix. au pire, il suffira de creuser pour faire de l’hydroponie en sous sol ou élever des insectes.


                                                        • rectitude 12 mars 2018 18:43

                                                          Des affirmations fausses dans cet article, je vous propose cette conférence d’un ingénieur agronome belge faite en 2014 :
                                                          https://youtu.be/ZscgkqTe5Y4

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité