• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le peuple peut-il prendre le pouvoir ?

Le peuple peut-il prendre le pouvoir ?

 Le peuple peut se définir comme représentant ceux qui subissent leur sort sans qu’ils puissent décider de leur destin de quelque façon que ce soit. Dans ces conditions, comment pourrait-il prendre le pouvoir ? Dans une lutte, c’est d’évidence le plus puissant qui gagne. Le peuple peut-il se mettre dans la situation d’être le plus fort indépendamment d’improbables révolutions ?

 Le peuple peut-il avoir raison des professionnels de la politique et des magnats formés pour acquérir le pouvoir et le façonner à leur image pour le garder ?

 Le premier point à souligner, c’est que le plus fort n’est pas forcément, et c’est même extrêmement rare, le plus apte pour concourir au bien commun. La hargne, la ténacité, la rage de vaincre sont les qualités requises pour terrasser un adversaire, pas pour conduire un peuple. Les exemples dans l’histoire sont si nombreux qu’il est inutile d’en faire la liste, on ne retient que les exceptions.

 Être fort seul n’a aucun intérêt pour régner sur une multitude, il faut donc s’entourer de militants, de supporters, d’aficionados qui conforteront la ‘cheffitude’ du principal intéressé. Le charisme est souvent invoqué pour expliquer l’emprise du chef sur ses sujets. Il s’y mêle forcément l’intérêt et l’opportunisme, car tous les assujettis n’ont pas profondément ancrés en eux les idéaux professés par leur mentor. Lorsqu’une masse critique est atteinte, le clan peut faire régner ‘son’ ordre. La seule façon d’échapper à l’ordre ainsi imposé est de faire une révolution, presque toujours sanglante.

 Les Anglais, souvent précurseurs en toutes choses, ont montré la voie pour mettre un terme à un régime monarchique. La Grande Rébellion, qui se déroule de 1642 à 1651, conduisit à l'exécution du roi Charles Ier le et à l’abolition de la monarchie puis à l’instauration d’une ‘République’. La révolution française suivit 150 ans plus tard le même chemin. Il faut forcément violenter les puissants si l’on veut qu’ils abandonnent leur puissance… quoique…

 Les processus électoraux devraient normalement éviter les débordements pour conduire une société dans une direction uniquement conforme aux intérêts de ceux qui la dirigent même s’ils habillent leur habileté sous des manteaux idéologiques, philosophiques voire philanthropiques. Leur professionnalisme dans la rouerie est tel qu’un microcosme peut se perpétrer en toute quiétude indépendamment des évènements fâcheux qu’il a lui même engendrés. Ce petit monde a pris soin d’ancrer dans le sentiment général une vive répulsion pour tout changement qui ébranlerait leur édifice.

 Si on s’essaie aux processus révolutionnaires, on héritera d’un dictateur. Si on essaie les processus électoraux, on est condamné à la marginalité. La résignation est-elle de mise pour la multitude ?

 La société Coca-Cola est une entreprise américaine surtout connue pour une boisson devenue un symbole de l’Amérique. En 2012, elle est la 3e entreprise agroalimentaire du monde, en termes de chiffre d'affaires (48 milliards de dollars). Le résultat net la même année est de 9 milliards de dollars. Le groupe utilise des paradis fiscaux, notamment aux îles Caïmans, pour dissimuler ses profits. Il s’agirait d’une somme de plus de 30 milliards de dollars. La société a fait l’objet d'un redressement fiscal de 3,3 milliards de dollars pour ce qui concerne les années 2007 à 2009. Mais la qualité d’âme de cette entreprise n’a pas à être tenue en compte dans le raisonnement. La compagnie Coca-Cola est inscrite comme ‘représentant d'intérêts’ auprès de l'Assemblée nationale Française. Elle a précisé que les coûts annuels liés aux activités de représentation d'intérêts auprès du Parlement s'élèvent à 65 000 euros. Les deux principaux actionnaires sont ‘Berkshire Hathaway’, une société d’investissement dirigée par Warren Buffet cotée à la bourse de New York et une autre société d’investissement du même type, ‘The Vanguard Group’.

 Coca Cola est un des sponsors de l’Euro 2020, il a investi plus de 30 millions d’euros dans cette compétition de football. Durant celui-ci, Cristiano Ronaldo donne une conférence de presse. Devant lui sont ostensiblement disposées deux bouteilles de Coca Cola, il écarte celles-ci et indique sa préférence pour une bouteille d’eau. Immédiatement les actions de Coca Cola ont plongé à la bourse de New York jusqu’à perdre 4 milliards de dollars de leur valeur. L’Union européenne des associations de football (UEFA), l'instance dirigeante du football en Europe, a affirmé que Ronaldo ne serait (toutefois) pas sanctionné.

 Il faut être bien conscient que les jeux boursiers sont des châteaux de cartes prêts à s’écrouler à chaque instant car ils reposent sur de l’émotion, sur rien de concret. Ils s’effondrent d’ailleurs quelquefois : on nomme ceci une crise tout en la déplorant et en émettant des projets de régulation.

 Et alors ?

 Par prudence, il faut faire mention du fait que ce qui suit ne concerne aucune marque en particulier, ni aucune société, et qu’il s’agit d’une spéculation purement intellectuelle. Chacun est conscient que des bataillons d’avocats sont prêts à bondir si vous égratignez la fortune de leurs clients.

 Imaginons que les consommateurs veuillent utiliser la seule arme dont ils disposent : ne pas consommer. S’ils se dispersent en recommandant de ne pas acheter des produits non conformes à une certaine éthique ou à une philosophie, les conflits feront qu’il ne se passera rien de concret. Vouloir faire de l’éducation populaire par ce biais est louable mais désespéré. Le peuple ne peut gagner qu’en se battant contre plus faible que lui, l’objet considéré doit être simple et parfaitement circonscrit. À aucun moment il ne faut évoquer une quelconque nocivité, dénigrer sa saveur, sa qualité diététique. Pour bien faire, il serait judicieux de choisir la cible par tirage au sort parmi une multitude d’autres pour montrer que c’est un rapport de forces que l’on souhaite établir. Une fois l’ordre lancé, on décide de ne plus jamais acheter le produit ciblé.

  La consigne de boycott ne doit évidemment pas être donnée par un individu isolé ou un groupe restreint qui se verraient instantanément accuser des pires maux de la terre et trainer devant les tribunaux. Il faut encore qu’une revendication extrêmement claire, et une seule, soit mise en avant : libérer Edward Snowden, établir des droits sociaux identiques dans l’Union Européenne, mettre fin à l’extraterritorialité du droit américain, développer industrie solaire ‘autochtone’ au Maghreb... Il faut impérativement qu’une seule revendication concerne une seule cible sans qu’il existe un lien quelconque entre l’une et l’autre.

 Bien entendu, il faut obtenir une certaine discipline des uns et des autres pour mener à bien ce combat. Les efforts consentis sont toutefois minimes par rapport aux résultats escomptés.


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

115 réactions à cet article    


  • Attila Attila 28 août 12:36

    La puissance du peuple, c’est le nombre. Pour virer la clique mafieuse qui tient le pouvoir, nous avons besoin d’un projet politique qui rassemble, défendu par un mouvement qui gagne la confiance des français.

    Pierre Gattaz, ancien patron du MEDEF : « On ne fait pas la même politique quand le Parti communiste est à 20 % que lorsqu’on a un Parti communiste à 10 % ».


    .


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 28 août 13:04

      @Attila
      La faiblesse du peuple, c’est aussi le nombre. Détruire la confiance des français dans un mouvement est une activité classique de la presse, des institutions en place, et de nombreuses entreprises spécialisées. Et ils sont très forts là dedans, parce qu’ils « parlent à la connerie des français », chose infiniment plus fédérateur que s’adresser à leur intelligence. 


    • HELIOS HELIOS 28 août 13:09

      @Attila

      La puissance du peuple ? c’est la minorité « agissante » !

      Pour etre agissante, il faut deux conditions importantes :

      () l’acces à la communication institutionnelle et aux media « discrets »

      () les relais moraux, économiques et... (curieux) administratifs.

      Pour le premier point, la minorité agissante, la plus bruyante, dicte sa doxa a toute la population grace ou deuxieme point.
      En réalité, il faut peu de personnes pour « former » une opinion.

      Aux siécles derniers c’est essentiellement l’école et quelques « esprits » qui ont réussi a formater la société. Aujourd’hui l’école a disparu, les professeurs conservent leurs dogmes mais ont renoncé a les defendre.
      Les structures sociales ne cherchaient pas a renforcer leur prédominance pour paraitre ouvert et tolerant. hélas ils n’ont plus de pouvoir et souvent sont entravés par des lois aussi toxiques que notre celebre « laïcité » qui n’a rien de laïque lorsqu’elle permet de faire le lit de philosophies qui nous sont etrangères et prédatrices.

      Tous ces mecanismes politiques, administratifs, sociaux ainsi que les traités internationaux qui n’auraient jamais du etre signés, car ils sont pénalisants jusqu’a l’intoxication, font que cette minorité agissante peut même se reduire, le vers est dans le fruit, la pomme pourrit de l’interieur.

      Cherchez bien pour qui voter lors des prochaines elections, vous qui n’appartenaient pas a cette minorité agissante  même si on vous le fait croire — c’est votre avenir, l’avenir de vos enfants qui seront comme vous, des sans-dent, abandonnés chez eux et vous servirez de terreaux pour le plus grands plaisir de ceux qui prennent votre place. 


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 28 août 13:44

      @Attila
      Dans un proche avenir, il me semble difficile (et contreproductif) de vouloir faire un programme commun.


    • Arogavox Arogavox 29 août 12:23

      @Attila« 
       Intéressante remarque  »La puissance du peuple, c’est le nombre« ... mais bien moins pertinente que celle rencontrée jadis dans le fameux essai  »du contrat social«  qui parle plutôt d’un  » grand nombre de petites différences

      «  : ie , nombre et diversité.

      Par contre le  »besoin d’un projet politique « restera, dans l’objectif démoctatique une fausse ’bonne idée’. 
       Le peuple ne peut être puissant que lorsqu’il prend conscience de sa »Volonté générale« et qu’ainsi il cesse de se laisser intimider et diviser ou de s’auto-censurer pour alors assumer au contraire de lui-même l’engagement du »Contrat social«  :

        » Trouver une forme d’association qui défende et protège de toute la force commune la personne et les biens de chaque associé, et par laquelle chacun s’unissant à tous n’obéisse pourtant qu’à lui-même et reste aussi libre qu’auparavant. «  

       *Nota Bene : c’est ainsi que contrairement à la sottise énoncée par notre Président lors de sa dernière allocution, la liberté ne s’accomode d’aucune des contraintes qui sont, par définition, le contraire de la liberté !

      L’auteur de »du Contrat social« , développe (dans Livre 2, chapitre 2.3 Si la Volonté générale peut errer) :
       »Si, quand le peuple suffisamment informé délibère, les citoyens n’avaient aucune communication entre eux, du grand nombre de petites différences résulterait toujours la volonté générale, et la délibération serait toujours bonne.

      « 
       Cette intuition est corroborée par l’approche mathématique de son contemporain Condorcet qui, de son côté, découvrait son fameux »théorème du jury« . Mais aussi, en matière de techniques politiques concernant des questions humaines, cette intuition surclasse l’approche mathématique de problèmes dichotomiques admettant dans un absolu une bonne et une mauvaise solution.
       La recherche d’un Intérét général n’est pas une question scientiste résolvable dans un absolu mathématique (par des ordinateurs et leur »Intelligence artificielle ...) !
       L’Intérêt Général dépend ontologiquement, directement de la Volonté Générale.
      Donc, même si une connaissance parfaite et absolue de la Volonté générale est inaccessible à la certitude, il reste qu’on peut toujours en améliorer la conscience, comme en physique, par l’art, toujours imparfait, de mesurer.

      Or, il n’est déjà pas évident d’évaluer les préférences citoyennes concernant chacune des options citoyennes possibles concernant chacun de choix ciblés et circonstancés qui se présentent dans la vie de tous les jours. Comment pourait-il donc alors être pertinent de mettre la charrue avant les boeufs en prétendant évaluer plutôt un « projet politique » impliquant une convergence, une union bien plus improbable de ces options citoyennes élémentaires ? (voir probabilité conditionnelle) ...
       


    • Arogavox Arogavox 29 août 12:53

      @Jacques-Robert SIMON
      Il me semble que ma réponse à Attila va dans le sens de votre remarque :

      ’Il faut impérativement qu’une seule revendication concerne une seule cible sans qu’il existe un lien quelconque entre l’une et l’autre.’


      Par ailleurs, il me semble que, dans l’objectif d’une prise de pouvoir du peuple, la pertinente approche des chdans chaque paoix de (non) cosommation, n’est pa la seule !

      Pourquoi écarter un changement de paradigme inspiré par une réflexion approfondie sur la façon dont s’est exercé le pouvoir, toujours et partout, dans chaque pays ? 
       Il suffit de remarquer que le pouvoir politique s’exerce par l’intermédiaire des mots, et de la parole officialisée. ( les ordres donnés, les constitutions, les lois promulguées) ... et par la connaissance des consensus conscientisés d’évaluations consensuelles de la fameuse Volonté générale ! En ajoutant à cela une captation de priorités intériorisées traduite par l’expression : devenir « Maître des horloges » !

      Alors, une piste de remue-méninges collectif pour combler légitimement, en toute légalité, bénévolement, librement, l’absence structurelle actuelle en France de prise en compte d’un besoin de ’gouverner démocratiquement pour le long terme’ ? :
       la piste du « ramène ta fraise en KDO » ! 
       Chacun se réapproprie les horloges en exprimant publiquement ses voeux (cf étymologie de ’vote’) à tout moment, librement, quand sa lui chante, mais ne dipose que de 1000 points de cautionnement officialisé à répartir entre toutes les ’fraises’- doléances-suggestions-exigences... (les siennes ou celles d’autrui) qui lui tiennent le plus à coeur.
      (cf https://framavox.org/g/pwbz3W4y/kdofraises-egalite-du-temps-de-parole-citoyen )
        


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 29 août 13:42

      @Arogavox
      Effectivement j’écarte résolument tout nouveau paradigme, toute nouvelle idéologie. J’écarte aussi l’importance des mots, les rhéteurs professionnels gagneront toujours à ce jeu. La revendication doit être extrêmement simple mais on peut y réfléchir longuement seul ou en commun. Elle ne doit pas dépendre d’un parti, de la droite, de la gauche, le ’peuple’ mérite mieux que cela, même si donner la voix au peuple est en soi hautement politique.


    • Arogavox Arogavox 29 août 17:20

      @Jacques-Robert SIMON
       Je ne vois sincèrement pas où vous pourriez suspecter la moindre once d’idéologie dans la piste de réflexion collective que j’ai suggérée plus haut ??!

       Bien entendu je respecte pourtant tout à fait les opinions ou rejets d’opinions de chacun. 

      Par contre lorsqu’il s’agit de dévoiements, de plus en plus manifestes, de mots utilisés officiellement, pour me contraindre autant que pour contraindre tout le peuple (dont, entre autres , ’démocratie’, ’démocratique’, ’vaccin’ ...) je réfute qu’il soit admissible de n’y voir qu’un ’jeu’ sans ’importance’. 
        Le devoir moral citoyen tel que je le conçois (conscient bien sûr de n’énoncer ici qu’un témoignage non idéologique de simple avis presonnel) ne se limite pas à des revendications (ou à une seule revendication  qui pourrait difficilement ne pas être simpliste) : ce devoir passe aussi par une participation à le gestation même du ’pouvoir du peuple, par le peuple, et pour le peuple’  tout citoyen étant membre de ce même peuple sans aucune exception pour l’égale dignité devant être reconnue à chacun.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 29 août 17:29

      @Arogavox
      Il me semble que pour penser il faut être seul, sinon la réflexion est polluée par le besoin de tout groupe de dominer, c’est d’ailleurs sa seule, ou sa principale, fonction. Bien entendu, on peut discuter mais finalement la décision doit être prise seul. Mes propositions sont basées là dessus.


    • Arogavox Arogavox 29 août 18:41

      @Jacques-Robert SIMON

       Pour fixer les idées (pas les pensées !) je prendrai le cas de l’action constructive nécessaire pour réaliser un logiciel.
        Aucun des logiciels de quelque envergure que nous utilisons quotidiennement ne peut être vu comme le fruit d’une pensée isolée.
        Il n’empêche, certes, que pour chacun des contributeurs (directs ou indirects) à la mise en oeuvre d’un logiciel opérationnel les contributions puissent gagner à être maturées dans la solitude. 
        Mais, prétendre aujourd’hui décider seul de la définition du besoin, du cahier des charges, de l’architecture, de la réalisation, et de l’entretien et des maintenances d’un logiciel proposé au public ne me semble définitivement pas être une approche susceptible de rencontrer beaucoup d’adhésions


    • Docteur Faustroll Lampion 28 août 13:06

      Je suis souvent d’accord avec le contenu de vos articles, mais celui-là me laisse sur ma faim.

      Tout le malentendu, en ce qui me concerne part de la première phrase de l’introduction que j’aurais préférée rédigée de la sorte :

      «  Si on définit le peuple comme représentant ceux qui subissent leur sort sans qu’ils puissent décider de leur destin de quelque façon que ce soit, alors comment pourrait-il prendre le pouvoir ? 

      Tirer une conclusion d’une prémisse erronée ou décrétée sans validation retire à l’ensemble du raisonnement toute rigueur et donc toute valeur utile pour élaborer la stratégie d’une action éventuelle.

       »Le peuple« n’est pas une classe sociale. C’est ne notion fourre-tout héritée des »philosophes des lumières« pour lesquels ce mot était synonyme de »tiers-état« , par opposition à la noblesse et au clergé qui, effectivement, monopolisaient tous les pouvoirs.

      La caractéristique de la révolution française est que le tiers-état a été instrumentalisé par une des classes sociales qui le composaient : la bourgeoisie (par opposition à artisans, paysans et ouvriers des manufactures) qui détenait le pouvoir économique (banques et manufactures) sans pouvoir le développer comme cela se faisait en Grande-Bretagne où l’aristocratie avait conclu avec la bourgeoisie un »deal« qui fonctionne toujours en renonçant au pouvoir politique pour garder ses rentes foncières (la souveraine règne mais ne gouverne pas).

      Aujourd’hui, la notion de »peuple" est trop ambigüe pour être pertinente dans une analyse politique, et les démagogues y ont recoures pour faire passer des vessies de cochons pour des lanternes. Les pionniers en la matière ont été les rédacteurs de la constitution de la cinquième république qui, en ayant recoures à ce terme, ont fait passer un pouvoir présidentiel pour une démocratie. La suite, on la connait.


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 28 août 13:49

        @Lampion
        Ajouter Si et Alors ne me dérange pas. J’avoue que je me suis inspiré de la définition de M. Onfray pour écrire mon introduction. Quant au reste du texte, chacun fait ce qu’il veut. pour ce qui me concerne je ne vois pas d’autre solution que celle proposée pour obtenir un rapport de forces favorable aux gens du ’commun’.


      • Docteur Faustroll Lampion 28 août 15:36

        @Jacques-Robert SIMON

        A propos d’Onfray : lien



      • samy Levrai samy Levrai 29 août 08:58

        @Lampion
        Il y en a même qui ont fait une organisation politique avec ce truc qui n’existe pas et il ont utilisé un mot grec pour faire ancien... « democratie » l’ont ils appelée.
        Quand on veut chier dessus tranquille il vaut mieux qu’ils n’existent pas vraiment, car quand il sort certain en perde la tête.
        La masse est toujours sale pour la bourgeoisie.


      • babelouest babelouest 29 août 13:09

        @Lampion comme d’habitude nous sommes à 999‰ d’accord. Voire plus. Le Peuple, ce sont les gens, ceux qui FONT LE TRAVAIL, le vrai. Le reste, ce ne sont que des parasites, donc ILS NE DOIVENT PAS COMPTER, n’en déplaise à Monsieur le prêtre Sieyès : il est vrai que lui avait cette impression, parce que beaucoup ne savaient alors pas lire et écrire, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, et lui enlève tout le sens de son DIRE du 7 septembre 1789. Le bon sens, souvent, est précisément le lot de ceux qui ne sont pas pollués par la PROPAGANDA. Il suffit de les sevrer de celle-ci, et leur vraie nature réapparaît. Pas immédiatement (voir la famille Groseille du Fleuve Tranquille), mais cela apparaît bientôt.
        .
        En fait, étant d’une nature optimiste, j’ai écrit il y a 12 ans les chapitres finaux d’un « cadavre exquis » hors commerce, et avec le recul je ne regrette rien. A tort, ou à raison.
        https://ti1ca.com/xycc9lez-Petite-histoire-2019-4-Petite-histoire-2019-4.pdf.html
        .
        Bon, ce n’est qu’un roman entre copains, on s’est bien amusés....


      • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 28 août 14:06

        Il faut impérativement qu’une seule revendication concerne une seule cible sans qu’il existe un lien quelconque entre l’une et l’autre.

        Vous pourriez développer un peu ? 


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 28 août 14:34

          @Opposition contrôlée
          C’est un système qu’il s’agit d’abattre pas un produit, ni une firme.


        • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 28 août 16:19

          @Jacques-Robert SIMON
          Il s’agit de prendre un « otage économique » au hasard pour faire pression sur le système donc ?

          Quoi qu’il en soit, la mise en oeuvre d’un tel dispositif est bien plus compliqué que sa théorisation... 


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 28 août 16:39

          @Opposition contrôlée
          Je vous l’accorde, faire est plus dur et plus important que proposer. J’ai fait de mon mieux, maintenant je m’occupe de mes enfants.


        • Quel peuple ?. nous sommes tous divisés..


          • Mellipheme Mellipheme 28 août 15:00

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.
            Mais non Mélusine. Je ne suis pas divisé. J’essaie en tout cas d’être cohérent.
            Pour ma part j’ai appelé et je continue d’appeler toutes les personnes censées à boycotter les établissements de restauration rapide vendeurs et organisateurs de la malbouffe qui tue.
            Et surtout en tout premier lieux ceux qui s’adressent explicitement aux enfants et aux familles avec enfants.
            Faites passer le mot !!


          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 28 août 16:37

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.
            La définition du peuple que j’ai adopté figure dans l’introduction.


          • @Mellipheme Mon seul combat est la défense des enfants. Les Droits de l’homme devraient être remplacé par des devoirs. Je crains être assez seule dans cette orientation.. seuls les enfants enfants devraient être protégés. La rentrée risque d’être un enfer..


          • Ayant vécu avec deux Oliviers. Dieux sait que je suis pour la paix. Mais l’humain a aussi a le devoir de défendre ses valeurs....quand elles sont menacées..


            • j’observe maintenant le résultat du peuple victorieux. Un échec total..Le modèle américain est le plus proche de l’idéal démocratique mais aussi d’une société malade..


              • L’Amérique a remplacé le Sacre par le Divin MARCHE. dis moi combien tu gagnes et je te dirai qui tu es. Merci la démocratie..


                • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 28 août 18:43

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                  Votre image me convient mais il faudrait que d’autres soient convaincus également.


                • @Jacques-Robert SIMON

                  Sortir de la matrice de l’homo oeconomicus..


                • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 28 août 21:43

                  Le problème est qu’il en a toujours un pour s’élever au dessus des autres. Toutes les sociétés humaines connues ont fonctionnés selon un système hiérarchique pyramidal, tous les essais sur l’horizontalité n’ont jamais fait long feu.

                  L’horizontalité et l’égalité peuvent même déboucher sur une tyrannie méritocratique quand l’égalité des chances favorise encore plus celui qui a les meilleurs aptitudes et qui peut se targuer de dominer avec des règles du jeu équitable et juste.

                  Tout ceci est mis en scène de manière somptueuse par George Orwell dans la ferme des animaux où ceux-ci se révoltent contre le fermier et tentent d’instaurer une démocratie qui sera très vite balayer par l’animal dominant.


                  • chantecler chantecler 28 août 22:19

                    @Florian LeBaroudeur
                    Dans une société « horizontale » il faut nécessairement se doter des moyens de se délivrer des , de neutraliser les asociaux .
                    Sinon ils récupèrent le pouvoir .
                    Et te niquent comme dans nos sociétés actuelles .


                  • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 29 août 08:18

                    @Florian LeBaroudeur
                    Ce que vous écrivez est parfaitement exact et j’en ai tenu compte dans mes propositions.


                  • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 29 août 08:29

                    @chantecler

                    Neutraliser les asociaux

                    L’homme qui veut dominer est opportuniste, fourbe et corrupteur. L’homme qui veut unifier est contraint d’utiliser plus d’énergie à faire ce qu’il n’aime pas faire, à savoir déjouer les plans machiavéliques de son pire ennemi qu’a travailler sereinement pour le bien des autres.
                    Et ça on l’apprend à ses dépens dés l’école.


                  • charlyposte charlyposte 29 août 11:36

                    @Florian LeBaroudeur
                    Je pense que les civilisations anciennes furent bien mieux équilibrés et bien moins invasives pour détruire bêtement à contrario de cette Europe qui a colonisé la terre entière par orgueil en massacrant les peuples dans la place depuis des milliers d’années ! c’est pathétique vraiment.


                  • Arogavox Arogavox 29 août 17:47

                    @Florian LeBaroudeur

                     Cette « égalité des chances » n’est jamais qu’un mauvais jeu de mots, voire un jeu de mots mauvais : un oxymore vide de sens et de respect de ceux à qui il est adressé.
                    ( ./iii : même en supputant que cette expression veuille sous-entendre une égalité de probabilité d’accès à des chances-vues-comme-des-« choses souhaitables », resterait à préciser qui décide, et comment ? de ce que sont les choses souhaitables ...  Par ailleurs, qui aurait la prétention d’être en position plus que les autres d’influer sur cette probabilité d’accès ? ) 

                     L’idéal démocratique s’oppose justement, si l’on respecte l’honnêteté de s’en tenir à l’acception étymologique du mot (seule consensuelle) à la faute de logique et au soliplsisme de l’idéologie aristocratique (pouvoir des ’meilleurs’).
                      


                  • Arogavox Arogavox 29 août 17:54

                    @Florian LeBaroudeur
                    Sauf que j’ai du mal à concevoir comment « L’homme qui veut unifier » peut avoir la prétention de le faire sans être quelque part un « homme qui veut dominer ».
                     La seule chose que peut faire un homme humble c’est de donner l’exemple de la recherche d’unité qu’il espère voir être partagée par d’autres


                  • Bombe Bombe 29 août 04:22

                    Le peuple ça n’existe pas.

                    Il y en a des dizaines de « peuples » en france.

                    Un sale gauchiste ne sera jamais du même peuple que moi.

                    La masse de trous du cul vivant en france n’a aucune autre conscience politique que celle distillée en toile de fond des médias.

                    Ces gros cons de français ne voteront jamais pour un parti qui défend leurs intérêts.

                    Les méthodes pour parvenir à ses fins politiques sont toujours les mêmes : des méthodes violentes !

                    Ça mène à une dictature ? Oui et alors ?

                    L’idée d’une dictature c’est de redresser une société. Tout dépend l’idéologie de cette dictature.


                    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 29 août 08:20

                      @Bombe
                      Non seulement je suis hostile à toute espèce d’idéologie, mais je pense que celles-ci n’ont jamais rien apporté à l’humanité.


                    • tonimarus45 29 août 09:16

                      @Bombe---«  »«  »« Ces gros cons de français ne voteront jamais pour un parti qui défend leurs intérêts »«  »«  » dites vous—Et quel est a votre avis ce parti qui defendrait l’interet des français ????? faut avoir le courage de se mouiller ,,non ??


                    • charlyposte charlyposte 29 août 10:11

                      @tonimarus45
                      Le Français voudra sauver son petit pécule, sa petite vie rangée ou presque et donc il votera pour son bourreau ! tout est parfaitement calculé pour qu’il en soit ainsi. smiley


                    • Bombe Bombe 29 août 11:42

                      @tonimarus45
                      Il n’y en a aucun à l’heure actuelle..
                      Une catastrophe..
                      Les seuls a proposer des trucs intéressants sont des groupuscules boycottés ne dépassant pas les 1%

                      Le fn des années 80/90 aurait pu empêcher la débandade actuelle mais les veaux préféraient manifester avec des mains jaunes..


                    • Arogavox Arogavox 29 août 18:08

                      @Jacques-Robert SIMON
                       De même que l’idéologie de la technique des élections (ou veaute) pour valider sa complicité avec une légitimation d’un système de pouvoir nommé avec l’oxymore « démocratie représentative » n’aurait jamais rien apporté à l’humanité ?


                    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 30 août 17:48

                      @Arogavox
                      En général je discute de points précis qui ne sont pas englobés dans des considérations générales. Ce n’est pas une méthode générale, c’est celle que j’empruntais en Chimie.


                    • capobianco 30 août 19:16

                      @tonimarus45
                      «  faut avoir le courage de se mouiller ,,non ?? »
                      Pas facile de se « mouiller » sur avox, on vous tombe vite dessus avec violence parfois. Ici on ne lit que des propos sur une « gauche qui n’existe plus », pourtant Mélenchon était bien proche en 2017 et aujourd’hui il est bien le candidat de la FI qui a un programme que chacun devrait lire, au moins les gens qui souffrent depuis 40 ans des mêmes politiques. Certains nous proposent des femmes (même inconnues) ou le fn comme renouveau, mais que feront-ils ou elles une fois élues, quel programme, quel avenir ??? .Voyez je me mouille sachant que la haine pourrait s’abattre pour avoir osé parler du seul candidat possédant à 8 mois de l’élection un vrai programme (avec plus de 3000 contributeurs) et une équipe. Les autres feront leur programme après la promotion de leur « belle personne » genre macron, sur un coin de table à 3 ou 4 des messieurs de la finance...........


                    • Attila Attila 30 août 19:21

                      @capobianco
                      « Mélenchon était bien proche en 2017 et aujourd’hui il est bien le candidat de la FI »
                      Maintenant ça a changé : ce n’est plus la FI, c’est l’Union Populaire !

                      .


                    • Arogavox Arogavox 30 août 19:48

                      @Jacques-Robert SIMON’
                      ah bon ! Le peuple peut-il prendre le pouvoir ?’ : un point précis ? 


                    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 30 août 20:24

                      @Arogavox
                      Le peuple a pris très fugacement le pouvoir à de multiples reprises. Il ne l’a jamais gardé car pour mener une multitude il faut un cadre, le cadre conduit à une cheffitude, la cheffitude à une classe bourgeoise qui tend à se perpétuer. Mes propositions sont autres. Elles devraient selon moi marcher, je n’en suis pas certain.


                    • Arogavox Arogavox 30 août 22:30

                      @Jacques-Robert SIMON
                      Intéressant , je vois ça : le peuple n’aurait pa su « mener une multitude ».


                    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 31 août 08:35

                      @Arogavox
                      .... sans un cadre etc... Ne tronquez pas SVP


                    • capobianco 2 septembre 20:01

                      @Attila
                      «  ce n’est plus la FI, c’est l’Union Populaire ! » Vous avez raison, l’objectif de JLM et de la FI est de rassembler les français, non pas sur un nom ou un mouvement mais sur un programme.


                    • Legestr glaz Legestr glaz 2 septembre 20:42

                      @capobianco

                      Un programme vaccinal ? Le vaccin gratuit pour tous ? Même la 6ème dose ? 


                    • capobianco 4 septembre 19:07

                      @Legestr glaz
                      Ce propos ne m’est pas destiné mais il semble que l’objectif est de nous vacciner à tour de bras.....



                      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 29 août 09:49

                        @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot
                        C’est lui qui a créé l’événement.


                      • charlyposte charlyposte 29 août 11:28

                        @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot
                        Pour lobotomiser les fans, une façon idéale d’échapper à la réalité tout simplement.



                        • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 29 août 08:49

                          @chantecler
                           
                          ’’ https://reseauinternational.net/hopital-st-jacques-besancon-des-soignants-brulent-leur-diplome-et-jettent-leur-blouse-pour-protester-contre-les-mesures-sanitaires/ ’’
                           
                           Géant : Le Conseil scientifique déclare que le Pass sanitaire n’est pas une garantie de sécurisation des lieux où il est exigé.
                           
                          C’est une invalidation de fait.
                           
                          Téléchargez cette vidéo et faites la valoir partout où on vous demande le Pass. Et surtout à l’entrée de l’hôpital dont on vous refuse l’accès.


                        • tonimarus45 29 août 09:19

                          @Francis, agnotologue  «  »«  »Géant : Le Conseil scientifique déclare que le Pass sanitaire n’est pas une garantie de sécurisation des lieux où il est exigé.«  »" tout a fait—J’ai un tres proche devant se faire operer a l’hopital saint eloi montpellier ,a qui il est demande en plus du pass sanitaire un test PCR valide de moins 48 heure ?????


                        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 29 août 09:50

                          @chantecler
                          Merci de l’information.


                        • charlyposte charlyposte 29 août 10:05

                          @chantecler
                          Via les soignants titulaires il y a le vaccin placebo, à étendre chez les soignants intérim...tout baigne comme prévu, dormez, dormez smiley


                        • chantecler chantecler 29 août 10:12

                          @charlyposte
                          Le secret sera vite éventé .
                          Car la majorité des gens qui se vaccinent croient en l’efficacité (et en l’innocuité) du vaccin .


                        • charlyposte charlyposte 29 août 10:20

                          @chantecler
                          J’imagine le monde médical un peu comme la grande muette, c’est dire le dilemme surtout quand j’écoute les deux idiots utile du paf... le Drian et la Parly smiley


                        • tonimarus45 29 août 10:43

                          @chantecler----Car la majorité des gens qui se vaccinent croient en l’efficacité (et en l’innocuité) du vaccin -----dites vous —Tout a fait ;; lisez mon post ce jour a 9h19 ou en plus du pass il est exige un test pcr pour etre opere


                        • charlyposte charlyposte 29 août 10:56

                          @tonimarus45
                          Comme quoi il est plus que temps de tester les vaccinés , ça urge vraiment.


                        • La Répression En Marche IllUMI-NAZI 666

                          Non seulement le gouvernement Macron est brutal et autoritaire, mais il fait le lit de l’extrême droite

                          L’extrême droite, l’éternelle roue de secours du capitalisme, des oligarques et bourgeois


                          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 29 août 09:51

                            @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot
                            Ce n’est pas complètement faux.


                          • charlyposte charlyposte 29 août 10:14

                            @Jacques-Robert SIMON
                            Comme quoi se foutre du citoyen est presque une religion sachant que le RN et tutti quanti, simili ne gagnera jamais smiley... MDR smiley


                          • charlyposte charlyposte 29 août 10:26

                            @Jacques-Robert SIMON
                            Et donc sans une révolution digne de ce nom rien ne changera, voir plutôt la dégradation venir tel la pestilence vous prendre sans le moindre bruit !


                          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 29 août 10:40

                            @charlyposte
                            On peut transformer ’se foutre de la gueule’ en : ’tenir des propos responsables pour tenir compte des effets de masse’. Mais le résultat est le même.


                          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 29 août 10:42

                            @charlyposte
                            Dans un futur proche nous sommes condamnés à une évolution extrêmement rapide qu’on peut appeler révolution si on veut.


                          • charlyposte charlyposte 29 août 10:54

                            @Jacques-Robert SIMON
                            Ce n’est pas une révolution mais plutôt une main mise sur le capital citoyen pour consommer toujours plus dans le n’importe quoi, faut bien utiliser les plus de 7 milliards de gens sinon faut faire une guerre radicale une fois pour toute... selon moi cela arrivera, sauf que cet occident décadent ne gagnera pas même avec 4 milliards de morts et ça ils le savent smiley pour le moment une fausse pandémie suffit à elle même pour ne pas trop bousculer et trop déplaire. smiley


                          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 30 août 17:53

                            @charlyposte
                            Il peut gagner car d’autres proposent la même chose.


                          • citoyenrené citoyenrené 29 août 10:54

                            à mon avis, dès le titre, le postulat, c’est emmanché de manière à voiler le gros du sujet : Le peuple peut-il prendre le pouvoir ?

                            hé, le peuple est le souverain, dans une République

                            le gros du truc est de trouver, définir et appliquer la meilleure traduction concrète, comment les peuple souverain se dépatouille pour exercer le pouvoir ?

                            mode opératoire et tout le tintouin

                            mix harmonieux entre démocratie et gouvernement représentatif (pour reprendre des termes de 1793)

                            une mise à jour 2021 de la démocratie est plus que nécessaire, tant cette Ve République tourne à une démocratie minimale

                            le passage avec les marques, j’ai passé trop vite, parlé Démocratie uniquement est déjà un immense chantier

                            j’en profite pour les signaler à chaque article traitant de la démocratie tant ses présentations m’ont paru top de chez top

                            https://www.college-de-france.fr/site/pierre-rosanvallon/course-2012-01-11-10h00.htm


                            • citoyenrené citoyenrené 29 août 11:18

                              @citoyenrené

                              je voulais écrire comment le peuple souverain se dépatouille pour exercer le pouvoir ?



                            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 30 août 17:54

                              @citoyenrené
                              Merci


                            • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 31 août 09:19

                              @citoyenrené
                              « hé, le peuple est le souverain, dans une République »
                              Non, dans une démocratie.
                              Cela peut-être tout autre chose qu’une république.


                            • charlyposte charlyposte 29 août 11:02

                              Ou sont les z’élites pour mener les troupes via une quelconque révolution !!!??? attablés à ce goinfrer de caviar et de homard ! oops c’est pas gagné pour le peuple même s’il a 100% raison... c’est MORT... fait tes valises Simone on rentre à la maison. smiley


                              • Une grande partie du peuple français de la « révolution » est sado-masochiste. Ils ont été nourris par Sade, Voltaire et les mamelles da la marquise de Merteuil.. On est snob ou on est un con.


                                • Gollum Gollum 29 août 14:00

                                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                                  J’en connais une qui cumule les deux.


                                • @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                                  Francis Blanche a dit : Tout le monde a le droit d’être CON. Mais certains ABUSENT !


                                • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 29 août 19:19

                                  « Et sur la terre, il y aura de l’angoisse chez les nations qui ne sauront que faire, au bruit de la mer et des flots, les hommes rendant l’âme de terreur dans l’attente de ce qui surviendra pour la terre ; car les puissances des cieux seront ébranlées. Alors on verra le Fils de l’homme venant sur une nuée avec puissance et une grande gloire. Quand ces choses commenceront à arriver, redressez-vous et levez vos têtes, parce que votre délivrance approche. » (Luc 21 :25-28)


                                  • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 30 août 17:55

                                    @Daniel PIGNARD
                                    Il faudra se redresser certes mais aussi faire des efforts.


                                  • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 30 août 18:01

                                    @Jacques-Robert SIMON

                                    Les efforts consistent simplement à rester du bon côté :

                                     

                                    « Réveille-toi, réveille-toi ! lève-toi, Jérusalem, Qui as bu de la main de l’Éternel la coupe de sa colère, Qui as bu, sucé jusqu’à la lie la coupe d’étourdissement !

                                    Il n’y en a aucun pour la conduire De tous les fils qu’elle a enfantés, Il n’y en a aucun pour la prendre par la main De tous les fils qu’elle a élevés.

                                    Ces deux choses te sont arrivées : -Qui te plaindra ? -Le ravage et la ruine, la famine et l’épée. -Qui suis-je pour te consoler ? -

                                    Tes fils en défaillance gisaient à tous les coins de rues, Comme le cerf dans un filet, Chargés de la colère de l’Éternel, Des menaces de ton Dieu.

                                    C’est pourquoi, écoute ceci, malheureuse, Ivre, mais non de vin !

                                    Ainsi parle ton Seigneur, l’Éternel, Ton Dieu, qui défend son peuple : Voici, je prends de ta main la coupe d’étourdissement, La coupe de ma colère ; Tu ne la boiras plus !

                                    Je la mettrai dans la main de tes oppresseurs, Qui te disaient : Courbe-toi, et nous passerons ! Tu faisais alors de ton dos comme une terre, Comme une rue pour les passants. » (Esaïe 51 :15-23)

                                     

                                    « Réveille-toi ! réveille-toi ! revêts ta parure, Sion ! Revêts tes habits de fête, Jérusalem, ville sainte ! Car il n’entrera plus chez toi ni incirconcis ni impur.

                                    Secoue ta poussière, lève-toi, Mets-toi sur ton séant, Jérusalem ! Détache les liens de ton cou, Captive, fille de Sion !

                                    Car ainsi parle l’Éternel : C’est gratuitement que vous avez été vendus, Et ce n’est pas à prix d’argent que vous serez rachetés.

                                    Car ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : Jadis mon peuple descendit en Égypte, pour y séjourner ; Puis l’Assyrien l’opprima sans cause.

                                    Et maintenant, qu’ai-je à faire, dit l’Éternel, Quand mon peuple a été gratuitement enlevé ? Ses tyrans poussent des cris, dit l’Éternel, Et toute la durée du jour mon nom est outragé.

                                    C’est pourquoi mon peuple connaîtra mon nom ; C’est pourquoi il saura, en ce jour, Que c’est moi qui parle : me voici ! (Esaïe 52 :1-6)


                                  • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 30 août 20:20

                                    @Daniel PIGNARD
                                    Est-ce toujours si simple de déterminer le bon côté ?


                                  • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 31 août 10:06

                                    @Jacques-Robert SIMON

                                    Il a voulu qu’ils cherchassent le Seigneur, et qu’ils s’efforçassent de le trouver en tâtonnant :

                                     

                                    « Le Dieu qui a fait le monde et tout ce qui s’y trouve, étant le Seigneur du ciel et de la terre, n’habite point dans des temples faits de main d’homme ; il n’est point servi par des mains humaines, comme s’il avait besoin de quoi que ce soit, lui qui donne à tous la vie, la respiration, et toutes choses. Il a fait que tous les hommes, sortis d’un seul sang, habitassent sur toute la surface de la terre, ayant déterminé la durée des temps et les bornes de leur demeure ; il a voulu qu’ils cherchassent le Seigneur, et qu’ils s’efforçassent de le trouver en tâtonnant, bien qu’il ne soit pas loin de chacun de nous, car en lui nous avons la vie, le mouvement, et l’être. C’est ce qu’ont dit aussi quelques-uns de vos poètes : De lui nous sommes la race. » (Actes 17 :24-28)



                                    • PascalDemoriane 30 août 10:26

                                      Curieux comme la dernière phrase de ce bref article contredit méthodiquement la première. L’auteur s’amuse j’espère...

                                      Donc résumons
                                      1. le peuple n’a pas par définition la maîtrise organisationnelle et auto-productive de lui-même,
                                      2. s’il avait la maîtrise organisationnelle minimale unitaire et unanime d’un boycott de consommation très ciblé, maîtrise qu’il n’a pas par définition, il aurait peut-être le moyen partiel d’un combat partiel.
                                      Ok, on est content de savoir que si ma tante en avait, des roues ou des roubignoles, elle conduirait tonton ou l’autobus, voire les deux...
                                      Conclusion bien inspirée du professeur Lampion : donc le peuple n’est bien que le mot d’une chose qui n’existe pas, ne se pense pas, par elle-même : il est en soi une auto-aliénation collective à un ordre tiers qui le prive d’autonomie relative pour agir. Bien.

                                      Plutôt qu’un syllogisme politologique hasardeux, l’auteur puisqu’il est chimiste aurait pu nous faire une «  chimie amusante » et édifiante, allégorique comme suit :

                                      "Si les atomes de la table de Mendeleiev boycottaient selectivement leur emploi en biochimie macromoléculaire, ils pourraient agir sur les orientations cellulaires de l’ordre du vivant : par exemple faire la grève sélective de leur ionisation avant celle, plus radicale, la grêve générale des valences clefs du carbone.
                                      Or, aurait-il dit, comme les atomes n’intègrent pas en chacun la structure globale de la classification périodique des éléments, ils ne feraient pas une entité globale en soi, par soi, pour soi (Hegel) et n’interagiraient donc que qu’à leurs échelles fragmentaires spécifiques. Çà marcherait pas !"
                                      Ce qui est d’ailleurs discutable du point de vue cosmologique fondamental !

                                      La portée métaphorique, allégorique de cette politico-chimie dialectique fantaisiste aurait été peut-être plus créative et stimulante sur les notions d’auto-organisation potentielle d’une entité complexe. Voire. C’est une suggestion amicale et gourmande à l’auteur.


                                      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 30 août 17:57

                                        @PascalDemoriane
                                        Il n’y a aucune contradiction. Je propose l’union des singuliers vers le général pas une élaboration théorique qui ’retomberait’ vers la base.


                                      • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 30 août 15:14

                                        L’interprétation de celui qui n’investi dan rien, et n’a aucune connaissance en bourse.

                                        Selon le formaté gauchiste, « la bourse serait un jeu qui reposent qui sur de l’émotion, et rien de concret ».


                                        Ho que non ! C’est tout l’inverse.

                                        Le concret, c’est la production.

                                        Le concret, c’est qu’une action est une propriété d’une entreprise.


                                        Si il y a une autoroute qui passe a coté de ta maison, ta maison perd de la valeur, par contre si ton voisin es un peu éloigné, et que l’autoroute donne accès direct à la mer en 5mns, sa maison va augmenter.


                                        L’action elle monte ou elle baisse en fonction des « perspectives de production ». C’est très concret.

                                        Si Ronaldo, montre du dédain pour du coca, comme il est faiseur d’opinion, les ventes vont baisser, la bourse aussi, et c’est parfaitement concret et rien d’émotionnel.


                                        Le boycott, c’est le libre choix, et il existe. L’auteur veut l’ignorer par habitude moutonnière intellectuelle gauchiste formate de conspuer l’américanisme, les multinationales et la bourse.


                                        Se rappelle t-il de Canada Dry ? De Gatorade ? De Banga ? De Pchitt orange ? Du Tang en poudre ?

                                        Le cimetière des marques disparue sont les résultats du boycott naturel dans un monde capitalisme, sans recours à la force.


                                        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 30 août 17:59

                                          @Spartacus Lequidam
                                          Vous pouvez aussi ne rien faire. Pas de problème !


                                        • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 31 août 09:15

                                          @Spartacus Lequidam
                                           Yes, Sir.
                                           En fait, il n’y a qu’une seule justice : la vie et la mort.
                                           La sanction, c’est toujours « perpète ».
                                           « L’éternité, c’est long... surtout vers la fin » disait Waoody Allen 


                                        • samuel 1er septembre 10:16

                                          @Spartacus Lequidam

                                          « Se rappelle t-il de Canada Dry ? De Gatorade ? De Banga ? De Pchitt orange ? Du Tang en poudre ? »

                                          Marques surement détenues par 2 sociétés qui les ont tuées pour en créé de nouvelles...


                                        • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 30 août 22:58

                                          La classe ouvrière peut prendre le pouvoir et il faut qu’elle le prenne sinon l’humanité court à sa perte. Les exploités sont assurément la grande majorité du peuple. Cette notion de peuple est très floue est entachée de nationalisme. Personne ne parle du peuple mondial mais plutôt du peuple de chaque pays. Il est curieux qu’épisodiquement des questions très anciennes se trouvent posées alors que les réponses ont été depuis longtemps apportées par Marx, Engels, Lénine, Trotsky... Des théories fumeuses apparaissent fréquemment et à chaque fois elles sont présentées comme des nouveautés alors que le plus souvent elles ne font que reprendre des vieilleries éculées. Il n’y a rien de plus actuel que le marxisme. L’expression « Socialisme ou barbarie » rappelle qu’il n’y a rien de bon à attendre pour l’humanité dans le cadre du capitalisme qui est arrivé à un stade de putréfaction. L’expression : « La crise de l’humanité se réduit à la crise de la direction révolutionnaire su prolétariat » rappelle que depuis la trahison des organisations socialistes et staliniennes il n’y a pas d’autres possibilités pour que l’humanité se sortent de la situation catastrophique où l’entraîne le capitalisme que de créer une direction révolutionnaire du prolétariat mondiale afin que la révolution triomphe au niveau mondial.


                                          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 31 août 08:38

                                            @Jean Dugenêt
                                            Ce que vous écrivez n’est pas faux mais ma démarche ne nécessite aucune idéologie, aucune référence politique, aucun grand auteur.


                                          • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 31 août 09:11

                                            @Jean Dugenêt
                                             Ce putain de nationalisme et de frontières entre les peuples avec les langues différentes comme outil principale de la ségrégation entre eux.
                                             Le capital intervient sous frome de PIB par personne mais pas en tant que BIB, de Bonheur Intérieur Brut psychologique et pas nécessairement sociologique.
                                             Vous connaissez la chanson « Né quelque part » qui exprime très bien le problème de loterie.


                                          • Jean Keim Jean Keim 31 août 08:57

                                            On peut désigner coca cola, ou tout autre concept comme coupable mais coca cola n’existe en tant que tel que par les individus qui travaillent pour lui, ce même raisonnement est valable quel que soit le contexte.


                                            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 31 août 12:21

                                              @Jean Keim
                                              Je n’ai pas dit que Coca Cola était responsable de quoi que ce soit j’ai même souligné qu’il ne fallait pas relier revendication et cible de quelque façon morale que ce soit.


                                            • Jean Keim Jean Keim 31 août 13:45

                                              @Jacques-Robert SIMON

                                              Je ne l’ai pas dit non plus.


                                            • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 31 août 09:05
                                              « Le peuple peut-il prendre le pouvoir ? »

                                              Bien sur en se présentant aux élections comme représentant du peuple..

                                              Jusqu’ici, c’est ainsi que le démocratie fonctionne.


                                              • Mellipheme Mellipheme 31 août 12:31

                                                @Réflexions du Miroir

                                                ... c’est ainsi que le démocratie fonctionne

                                                Heu, non, c’est ainsi que cela ne fonctionne plus ! Selon les bons théoriciens, pour fonctionner la démocratie représentative suppose la souveraineté de la « cité », on dira en langage moderne, de la « nation », bref du groupe qui vote.

                                                Un grand nombre de personnes ont l’intuition que cette souveraineté est mise à mal par les grandes multinationales qui contournent la Loi de chaque nation pour s’inventer leur propre système d’auto-régulation, et par les bureaucraties supra-nationales, l’UE dans sa forme actuelle étant un exemple.


                                              • babelouest babelouest 31 août 12:35

                                                @Mellipheme
                                                la seule démocratie valable n’est pas représentative, mais directe. Seule chose tolérable de la part de délégués : qu’ils gèrent les détails de grandes lignes déjà définies par le Peuple tout entier. Avec en plus, la possibilité d’être virés à tout moment s’ils en prennent à leur aise avec ces grandes lignes. On n’est plus au temps de Sieyès, où une majorité ne savait pas lire (mais hélas, on y revient).


                                              • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 31 août 12:42

                                                @Mellipheme,
                                                 Oui, bien sûr vu de votre position.
                                                 Lisez « Deux Clans » de David Goodhart et vous allez apprendre pourquoi.
                                                 La cité n’existe plus. La nation disparait progressivement.
                                                 Les multinationales ont compris tout l’intérêt de s’étendre dans le monde.
                                                 Elles ont une maison mère et des succursales.
                                                 Les succursales ne font pas toutes du profit ou des pertes, alors celles qui sont en perte sont renflouées avec les bénéfices de celles qui sont en profit.
                                                 C’est très simple à comprendre. 
                                                 Les nationalismes ne l’ont pas encore compris dans un mon monde où les géopolitiques se font à des échelles bien plus grandes que celle de la France. 
                                                 Investissez en Bourse et vous aurez toutes les mêmes possibilités d’investir là où cela fonctionne.


                                              • Mellipheme Mellipheme 31 août 12:43

                                                @babelouest
                                                D’accord avec vous. Il y aurait matière à penser et à écrire sur les conditions de bon fonctionnement d’une démocratie directe dans le monde moderne.
                                                Pas simple : ce n’est surement l’écoute béate des pulsions populaires désordonnées sur les réseaux sociaux.
                                                Où se trouve le bon compromis entre le « direct » et le « régulé » ? Vaste débat !


                                              • babelouest babelouest 31 août 12:46

                                                @Mellipheme TUONS la Bourse.


                                              • Mellipheme Mellipheme 31 août 12:50

                                                @Réflexions du Miroir
                                                Ben oui, je connais la thèse de Goodhart. Le diagnostic est évident, c’est la façon d’organiser la société dans ce monde présent pour permettre un fonctionnement plus satisfaisant qui est l’objet du débat.
                                                Goodhart plaide pour un compromis négocié. Ok mais par qui ? Qui représente les intérêts des peuples ? Sur quelles bases faut-il négocier ?
                                                Pas simple...


                                              • Mellipheme Mellipheme 31 août 12:55

                                                @babelouest
                                                T’en fais pas, les fonds d’investissement, les banques centrales et les banques s’en chargent eux-mêmes périodiquement. Ils appelle cela un « crack boursier ». Mais le système rebondit vite. Résilience...


                                              • babelouest babelouest 31 août 13:02

                                                @Mellipheme c’est vrai qu’une « erreur de trajectoire » d’avion pourrait par hasard rencontrer la BRI, à Bâle : cela désorganiserait un peu le truc. Tiens, dans 11 jours, au hasard....


                                              • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 31 août 13:17

                                                @babelouest,
                                                  smiley  smiley  smiley


                                              • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 31 août 13:26

                                                @Mellipheme,
                                                 Je suis occupé à lire « Une Terre promise » écrit par Obama.
                                                 Quelques semaines avant son élection en 2008, il a ramassé le crack boursier.
                                                 La résilience a été très dure par après.
                                                 Ce n’est pas pour rien que l’on fait le rapprochement entre la crise financière et celle que nous connaissons aujourd’hui avec le Covid.
                                                 Le Plan Paulson à l’époque ressemble très fort à ce que fait l’Europe.
                                                 Une belle émission très bien représentative de notre époque dans le monde entier « Qui veut gagner des millions ». 
                                                 Dans le film Slumdog Millionaire (2008), l’émission est au centre de l’intrigue. Bien qu’étant faiblement éduqué, Jamal Malik réussit à répondre à toutes les questions car elles concernent toutes des évènements marquants qui se sont produits au cours de sa vie. Une enquête est menée afin de découvrir sa méthode de triche, mais faute de preuve, il est autorisé à continuer. C’est finalement par hasard qu’il donne la dernière bonne réponse ; là aussi avec une émission filmée en direct par commodité scénaristique.


                                              • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 31 août 13:51

                                                Comme je vois que Jacques-Robert est chimiste.

                                                La maxime de Lavoisier « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » attribuée à Lavoisier, inspirée du philosophe grec présocratique Anaxagore : « Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau ».

                                                Aujourd’hui, on devrait ajouter « ... tout se transforme et tout se déplace ».  


                                                • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 31 août 14:03

                                                  @Réflexions du Miroir
                                                  Tout se déplace si on a de l’énergie.


                                                • zygzornifle zygzornifle 1er septembre 14:47
                                                  Le peuple peut-il prendre le pouvoir ?

                                                  Cela dépend du nombre de morts qu’il acceptera car le pouvoir utilisera toute la violence nécessaire pour le garder et avec le couple Macron-Darmanin cela risque de chauffer....


                                                  • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 1er septembre 21:19

                                                    @zygzornifle
                                                    Les moyens coercitifs que vous évoquez sont surannés. Si l’on veut que les choses changent, il faut qu’un maximum de personnes fasse un minimum de choses. Tout excepté la violence.


                                                  • Claude Simon Claude Simon 2 septembre 07:25

                                                    L’actionnariat du Vanguard Group ou de la macronie étant en partie le même, s’opposer au pouvoir revient presque à agresser un clown.

                                                    Au temps le coca-cola est une saloperie pour les os, au temps la macronie s’attaque directement à la moelle épinière républicaine.

                                                    Non, la révolution, d’après moi, c’est de rendre au peuple ses intérêts en contournant ceux de l’actionnariat du système, et de poser à ceux-çi ses conditions.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité