Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > par quatre chemins...

par quatre chemins...

Chacun connait l’expression populaire, « on n’y va pas par quatre chemins ! », qui induit l’idée d’un radicalisme, lequel n’en emprunte qu’un seul, aux seules fins d’être efficace.

Pourtant, pour sortir de la crise sociale, financière, écologique et européenne que nous connaissons, il faut justement peut-être y aller par 4 chemins.

Ces chemins, proposés par quelques experts, économistes, penseurs, chercheurs, sont ceux de la solidarité, du partage, d’une économie différente, de l’abondance dans la sobriété et dans le respect de l’environnement.

Au-delà d’une règle qui devrait empêcher un écart supérieur de 1 à 20 pour les salaires (lien), réduire les inégalités devrait aussi passer par ce que l’on appelle le revenu inconditionnel de base, ou R.U. (Revenu Universel) ceci impliquant qu’il soit préférable qu’il soit décidé à l’échelle européenne, afin, entre autres, de mettre un frein aux délocalisations. lien

Or, pour qu’il puisse être mis en place, il est possible de passer par une initiative citoyenne.

Cette innovation, est possible grâce au traité de Lisbonne, si elle rassemble au moins 1 million de signatures, réparties sur les 27 pays de l’Union, venant d’au moins ¼ des pays membres, avec comme condition supplémentaire qu’au moins 7 pays atteignent près de 100 000 signatures en 18 moislien

Si l’objectif est atteint, l’Europe sera tenue de mettre en œuvre les moyens pour étudier sa réalisation.

Or cette initiative a été lancée en mars 2013.

En Suisse, c’est plutôt bien parti, 110 000 signatures sont déjà acquises, mais d’autres pays sont encore très loin du compte, comme l’Irlande avec seulement 160 signatures. lien

Sur ce lien, on peut découvrir le décompte des votes en temps réel, et l’initiative peut être signée sur ce lien.

Mais qu’est-ce que ce « Revenu Universel » ?

Il s’impose dans une économie qui ne peut plus garantir le plein emploi, permettant ainsi à l’homme de valoriser son potentiel créatif, et à ceux qui ne voit là qu’une utopie, il faut y réfléchir à 2 fois, car s’il s’agit seulement de contester sa possibilité au nom de la crise financière, il est facile d’opposer que les moyens existent, sauf qu’ils sont utilisés aujourd’hui pour d’autres causes.

Le budget annuel de l’Union Européenne s’élève à 142 milliards, ce qui ne représente qu’1% de la richesse crée chaque année par les états membres de l’Union. lien

Or au titre de « la croissance durable », l’Union Européenne avait consacré en 2011 près de la moitié de son budget, l’autre moitié étant consacré à la conservation et à la gestion des ressources naturelles. lien

On voit donc très bien que le R.U. pourrait parfaitement s’inscrire dans ces deux lignes budgétaires, puisque d’une part, il permettrait de relancer la croissance, et d’autre part de favoriser un meilleur environnement.

Et puis la volonté affichée de l’Europe de traquer les fraudeurs fiscaux pourrait générer une manne abondante, apte à financer ce R.U.

Rien qu’en France, ce sont en effet  60 milliards d’euros qui pourraient être récupérés, ce qui permettrait de financer la totalité de ce R.U, puisque son cout est estimé entre 30 et 50 milliards d’euros. lien

Les avantages de cette mesure sont considérables : réduction des inégalités sociales, éradication de la pauvreté, banalisation de la notion de chômage, puisque le R.U. serait cumulable avec un revenu d’activité, elle court-circuite la stigmatisation des bénéficiaires des minimas sociaux, déconnecte le revenu de l’activité, favorise des activités personnelles choisies non rémunérées, et relance la consommation, donc la croissance d’un pays.

Et puis s’il faut en croire Joseph Stiglitz, « l’austérité ne marchera pas  », et plus d’un an après son élection, le continuel effondrement économique et social de notre pays lui donne raison. lien

Situer le niveau de ce R.U. est l’objet de débats, certains penchant pour le mettre au niveau du seuil de pauvreté (environ 900 €) quand d’autres proposent de le mettre au niveau du smic. lien

L’un des premiers à le promouvoir était l’économiste Jacques Marseille, qui proposait un R.U. de 750 € à toutes les personnes de 18 ans jusqu’au décès. lien

Il faut croire que l’idée n’est pas si utopique, puisque maintenant, même des banquiers la soutiennent, ou du moins elle a soulevé l’adhésion validée de Jean Louis Bancel, président du Crédit Coopératif. lien

Le professeur émérite, (université Paris-ouest Nanterre) économiste et sociologue Bernard Friot va encore plus loin évoquant un « salaire à vie  » qu’il positionne entre 2000 et 4000 € par mois. lien

Les avis politiques sont variés, et s’il semble que Christine Boutin ait été la première à le proposer, le montant qu’elle envisageait était relativement modeste, avec 400 € par adulte, et 200 € par enfant, alors que Dominique de Villepin, en 2011, avait placé la barre un peu plus haut : 850 €. lien

L’idée n’est pas nouvelle, et Giscard d’Estaing en soutient le principe formant le vœu que l’UDI « s’engage dans la défense du revenu de base », considérant qu’il s’agissait d’une mesure humaniste, sociale, mais aussi libérale. lien

Dans un pays ou chaque citoyen se verrait attribuer un revenu, c’est autant de consommateurs qu’il retrouve, ceci étant naturellement de nature à relancer la croissance.

Pourtant, est-ce une raison pour faire de la croissance une panacée ?

Comme l’expliquent Paul Aries, Serge Latouche, (lien) et d’autres, la décroissance est incontournable si nous voulons laisser aux générations suivantes un monde vivable, refusant les inégalités, les exclusions, et les abus de pouvoir d’où qu’ils viennent.

Loin de l’idée de se « serrer la ceinture », il s’agit plutôt de consommer différemment, dans un esprit de « sobriété heureuse », privilégiant la qualité, l’échange, la consommation sur place des aliments produits, freinant ainsi le développement exponentiel des infrastructures de transport, et permettant de faire de logiques économies énergétiques.

Sont évoqués dans cette « décroissance » le SEL (systèmes d’échanges locaux), la confiance donnée aux banques solidaires, dans le droit fil de ce qu’avait proposé Cantona, lequel avait opposé aux banksters, les bankrunners. lien

Cela implique aussi l’abandon de l’obsolescence programmée, refusant une société de gaspillage, avec la volonté de fabriquer du durable, sans pour autant se priver d’innover, mais aussi une production agricole locale, avec une multiplication des jardins partagés (lien), pratiquant une culture avare en eau, grâce au BRF (bois raméal fragmenté), à la permaculture, permettant un enrichissement rapide du sol, et une production abondante de qualité, sans quasi ne jamais arroser. lien

Les AMAP connaissent un essor évident, au point que certaines manquent de bras, (lien) ou de consomm’acteurs. lien

Ce qui a fait dire à Pierre Rabhi, ce célèbre « homme de la terre » : « la beauté qui sauvera le monde, c’est la générosité, le partage, la compassion, toutes ces valeurs qui amènent à une énergie fabuleuse qui est celle de l’amour ». lien

Sur le chapitre de l’énergie, le chemin proposé par Jeremy Rifkin s’harmonise avec le choix du R.U.

En effet, en organisant ce qu’il appelle « la production distribuée  », il permet de lancer à la base, avant même une décision politique, la transition énergétique locale et renouvelable.

Convaincu que nous sommes entrés dans la « civilisation de l’empathie », il nous propose de partager l’énergie comme nous l’avons fait avec l’information, et les réseaux sociaux.

Cet économiste novateur avait annoncé la destruction de l’emploi stable par les nouvelles technologies, impliquant d’après lui la fin du travail. lien

Cette 3ème révolution industrielle qu’il appelle de ses vœux écarte définitivement le nucléaire, en déclarant : «  vu que le nucléaire ne crée pas d’emplois et rend possible des irradiations, pourquoi continuer à investir dans une telle énergie ?  ».

Pour lui, à l’évidence, les jeunes qui vivent déjà dans la révolution des communications devront accomplir celle de l’énergie. lien

Ce qu’il prévoit est de nature à assurer l’indépendance énergétique de chaque pays, ce qui, pour la France, aurait aussi comme conséquence de rétablir la balance commerciale.

On le voit, ces 4 chemins se rejoignent en un seul, tant leur interconnexion est évidente.

Alors bien sur, ces 4 chemins vont susciter aux 4 coins de l’Europe les réactions hostiles de ceux qui refuseront ces mesures au simple fait qu’il n’est pas possible de se saigner aux 4 veines, pour faire les 4 volontés d’un peuple qui souffre.

Mais est-ce faire preuve d’avoir de l’esprit pour 4, que de couper ainsi les cheveux en 4, continuant de laisser se disperser aux 4 vents les talents de ceux qui aujourd’hui en sont réduits à fouiller les poubelles pour survivre, et négligeant ceux qui se coupent en 4 par solidarité ?

En septembre 2014, lorsque l’initiative européenne sera arrivée à terme, nous saurons si le R.U. a une chance d’aboutir, et si nous sommes prêts à changer d’ère.

Comme dit mon vieil ami africain : « Après le bruit des bottes, aurons-nous le silence des pantoufles ? »

L’image illustrant l’article vient de « memphis.typepad.com »

Merci à Manu et aux internautes de leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

L’énergie en partage

Travailler ? moi jamais !

Mon village en utopie

L’homme jetable

BRF, trois lettres qui vont révolutionner l’agriculture.

A voir un film : « revenu de base, une impulsion culturelle  »

A lire : le revenu d’existence, attac

L’enjeu du salaire, Bernard Friot, éditions la dispute.

Revenu de citoyenneté, droit au travail, intégration sociale, revue du mauss n°7, 1996

Fin du travail et revenu universel, Michel Husson, n°176, juillet 2005

L’allocation universelle, Yannick Vanderborght et Philippe Van Parijs, la découverte 2005


Moyenne des avis sur cet article :  3.22/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

75 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 11 juin 2013 08:53

    A propos du RU voici un film ,un peu long, mais interressant :

    voir : FILM : LE REVENU DE BASE


    • olivier cabanel olivier cabanel 11 juin 2013 09:00

      robert Gil

      merci d’avoir proposé ce film...je l’avais déjà fait en fin d’article, mais le redire n’est pas inutile.
      cdt

    • alinea Alinea 11 juin 2013 09:47

      Ah ! vous dîtes « se couper en quatre » ! chez nous on dit « se mettre en quatre » !!
      Quant au RU, ça m’arrangerait, mais il faudrait que tout change avec car sinon, ça serait un truc formidable pour que le peuple la boucle à jamais ( d’ailleurs c’est le versant des libéraux, des Villepin, Boutin et compagnie !)
      Alors, faisons la révolution avant, virons tous les malfrats ; après on avisera !


      • olivier cabanel olivier cabanel 11 juin 2013 10:22

        Alinea

        mais le RU n’est qu’une petite partie du « programme »...
        avez vous lu l’article en entier ?
         smiley

      • alinea Alinea 11 juin 2013 10:31

        Olivier, bien sûr j’ai lu l’article en entier ; pour le reste rien à dire ! smiley


      • Emmanuel Coux manu 12 juin 2013 01:57

        Merci à Cabanel pour cet article. Le RU est réellement une mesure optimiste qui fait plaisir dans un océan de pessimisme. C’est une manière de tirer la corde vers le haut, une manière de dire, plus de social c’est possible. On veut nous baisser les retraites, nous on demande un revenu à partir de 18 ans. Oui, si on veut on pourra choisir notre vie dès 18 ans sans attendre 60 pour commencer à vivre. La productivité va chuter car plus personne n’ira plus au travail ? Tant mieux, la planète à besoin de souffler. Le surplus, ce n’est pas les gens modestes qui l’ont mais les classes supérieurs.

         

        Qui paiera ? il y a des dizaines de façons de financer cette mesure : je vous laisse cette vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=DSDMLP8ifS0

        Le travail rémunéré est tellement ancré dans notre culture que s’en détacher remet en cause notre système. Et cela fait peur car c’est un saut dans l’inconnu. Cependant, on est à un tournant : on subit le début d’une crise écologique sans précédent et une sorte de crise économique où se sont essentiellement les plus pauvres qui la subissent. Les plus riches continuent à s’enrichir. Il est temps de se remettre en question


      • olivier cabanel olivier cabanel 12 juin 2013 05:54

        merci Manu, c’est sympa

        et merci pour le film de la conférence qui vient superbement enrichir l’article
        tout est dit !
         smiley

      • olivier cabanel olivier cabanel 11 juin 2013 10:25

        schweitzer

        le monde change, et manifestement, vous ne vous en êtes pas rendu compte.
        ...acquis par qui ? par ceux qui ont voté. acquis à quoi ? à cette cause...acquis pour quoi ? pour gagner...dites vous n’auriez pas un problème avec le français.
        une victoire est acquise....il n’est pas utile d’y ajouter quoi que ce soit.

        quand à votre conclusion...digne émule de madame soleil, on en reparle.
         smiley

      • eau-du-robinet eau-du-robinet 12 juin 2013 08:06

        Bonjour schweitzer.ch,

        « 1. La Suisse ne fait pas partie du foutoir européen »

        — fin de citation —

        Au contraire la Suisse est profondément liée aux problèmes Européens !!!

        Avez vous déjà attendu parler de la Banque HSBC ?

        Avez vous vue l’émission télévisé du 11 Juin sur France 2 / Cash Investigation ?

        C’est justement cette banque HSBC et d’autres comme la Deutsche Bank, etc. qui permettnt (toujours) aux riches particuliers et aux industrielles « d’optimiser leurs impôts » c’est à dire d’échapper aux impôts, enfin de frauder.

        Pour l’Europe la perte des recettes fiscales s’élève à environ 1.000 milliards d’Euros / ans !!!

        Pour la France la perte en recettes fiscales est estimé à environ 80 milliards d’Euros par ans.

        Pour la France la fraude fiscale des gros revenues s’élève à 20% du PIB et la Suisse est un maillon important dans la fraude fiscale mondiale.  L’HSBC est présent dans quasiment toutes les pays au monde.


      • eau-du-robinet eau-du-robinet 12 juin 2013 17:38

        « Pour ma part, je considère qu’au-dessus d’un certain niveau de prélèvements, la fraude fiscale ressortit à la légitime défense. »

        fin de citation —

        La Fraude fiscale donc je parle concerne particulièrement les grosses voire très grosses fortunes surtout les multinationales !!!

        Donc les PME’s sont obligé d’acquitter leurs IMPÔTS il payent donc aussi pour les très grosses fortunes idem nous les travailleurs ... c’est une double peine pour nous !

        Si « légitime défense » il avait tout le monde devrait en profiter ce qui n’est pas le cas.

        Cette mise en place des paradis fiscaux, des comptes cachées offshore etc. sont des structures mafieuses qui mettent en danger les démocraties dans le monde !!! Non cela n’est pas légitime du tout, c’est de la fraude organisé, c’est simplement criminel !


      • JL JL 11 juin 2013 09:56

        Je cite l’auteur : ’’ Le RU s’impose dans une économie qui ne peut plus garantir le plein emploi, permettant ainsi à l’homme de valoriser son potentiel créatif, ’’

        Le RU s’impose ? Fichtre ! Et la réduction du temps de travail ? Vous y avez pensé ?

        Réclamer un RU c’est pérenniser ce système qui laisse sur le carreau des millions de travailleurs potentiels, pendant qu’il exige de ceux qui bossent, des rendements et des durées de travail de plus en plus épuisants.

        Le Medef et les syndicats ont fait le choix délibéré du chômage, le premier pour faire pression sur les salaires, les seconds pour protéger leurs revenus : un choix de dupes.

        Quant à ceux qui ne trouvent pas d’emploi et puisqu’il ne faut pas y aller par quatre chemins, allons-y : vous ne pourrez pas dire que ceux qui ne trouvent pas d’emploi sont les plus compétents et les plus courageux. Est-ce de ceux-là que vous parlez quand vous évoquez le ’potentiel créatif’ ?

        Laissez moi rire.

        Le mal dont on souffre n’est pas les pertes d’emploi, le travail ne manquera jamais, ; le mal ce sont les dividendes et les hauts salaires exorbitants.

        ’’L’argent c’est comme la merde ; si on l’entasse c’est une nuisance, il faut le répandre. Et si on le répand, ça fertilise’’ attribuée par Alain Supiot à Francis Bacon juriste du 17è siècle Alain

        A cette réflexion, Alinea faisait remarquer que ’’ la merde étalée pompe l’azote du sol et ne sert à rien !!! Une fois qu’elle a composté, on l’étale ! ’’

        Cela nous renvoie directement à la problématique du RU, revenu universel et toutes ses formes d’argent distribué : l’argent distribué c’est de la merde, l’argent gagné au travail, ce n’est pas de la merde, c’est du ’fermenté’.

        La bonne manière de faire c’est de procéder à une meilleure redistribution des plus-values par une augmentation des salaires et un meilleur partage du travail. Ainsi, on constate une fois de plus que les libéraux ne pensent pas, ils juxtaposent des idées : à l’injonction de répartir l’argent ils répondent par le RU, RU qui étoufferait à coup sûr l’économie du pays.

        Je ne peux pas terminer sans citer ici Édouard Glissant : « Le libéralisme économique préside tous les imaginaires »

        Le RU c’est un rêve libéral : il sera donné pour solde de tous comptes quand les Services publics auront disparu, et sera saisi dès les premières dettes de l’individu qui pourra alors crever sous les yeux de son créancier rassasié.

        Si le mariage gay est plus subversif que le discours de la subversion, je dirai que le RU est encore plus subversif que le mariage gay.

        « La revendication du mariage, souvent présentée comme réactionnaire, est en fait plus subversive que le discours de la subversion. Elle a un effet de déstabilisation de l’ordre familial, sexuel, du genre, beaucoup plus fort que la subversion incantatoire.  » Didier Eribon, philosophe et activiste du mariage homosexuel, cité sur Agoravox par Schweitzer.ch)


        • gaijin gaijin 11 juin 2013 10:37

          " vous ne pourrez pas dire que ceux qui ne trouvent pas d’emploi sont les plus compétents et les plus courageux. Est-ce de ceux-là que vous parlez quand vous évoquez le ’potentiel créatif’ "
          allo ?
          non mais allo quoi ?
          vous n’êtes plus dans les années 70 !
          combien de dirigeants de PME, d’artisans, de commerçants sont actuellement au tapis pour le compte parce que les banques leur ont brutalement coupé les vivres .... ?
          on ne parle jamais de ceux là c’est curieux .......
          combien actuellement de commerçants ne travaillent que pour ne pas couler ( pas de salaire parfois depuis plus d’un an ) et parce que ne pouvant pas vendre ( crise ) mettre la clef sous la porte représenterait tout perdre ?
          quand aux autres vous seriez surpris du potentiel qui dort parce qu’on fait en sorte que toute innovation soit étouffée dans l’oeuf
          le RU n’est peut être pas une bonne solution mais ça pourrait être une alternative au chaos qui se profile a l’horizon


        • JL JL 11 juin 2013 10:56

          gaijin,

          parce que vous croyez que les banques qui refusent de prêter leur argent aux entreprises vont accepter de le donner sous forme de RU ?

          Parce qu’en définitive, qui va payer le RU ? Les profits ou les salaires ?

          Les profits : ça vous parle, l’évasion fiscale ? Les paradis fiscaux ? Le chantage aux expatriations ? Toussa ?

          Non mais, Allo, quoi !


        • gaijin gaijin 11 juin 2013 13:02

          JL
          oui il faut s’occuper des profits, et avant tout de l’évasion fiscale mais ça suppose la disparition des paradis fiscaux et là on n’est pas rendu.
          et par ailleurs amener a la compréhension qu’une certaine idée du profit ( maximum a court terme ) est calamiteuse a moyen terme ( cad très vite )

          sur ce point on est d’accord mais ce n’est pas une raison pour véhiculer n’importe quoi sur les chômeurs ......

          au delà de ça la question du RU a mon avis se pose plus en terme de ce qu’on est en mesure de faire que de ce qu’on souhaiterais faire .....

           


        • JL JL 11 juin 2013 13:25

           @ gaijin,

          quand vous dites :

          ’’la question du RU a mon avis se pose plus en terme de ce qu’on est en mesure de faire que de ce qu’on souhaiterais faire .....’’

          Vous raisonnez en politicien. Pour recueillir des voix ?

          J’appelle ça la démagogie.


        • gaijin gaijin 11 juin 2013 14:50

          politicien  ?
          ça jamais .....
          ma ligne politique si vous voulez serait proche de la notion d’anarchie, je suis un partisan de la révolution de la conscience humaine individuelle et de la disparition de la croyance que nous avons besoin d’une élite ( qu’elle qu’elle soit ) pour nous diriger

          sauf qu’on en est plutôt loin et les autres alternative que je suis en mesure d’envisager pour les 10 - 20 ans a venir ne me plaisent pas mais alors pas du tout ......
          une politique du moins pire me conviendrait .......


        • JL JL 11 juin 2013 15:08

          gaijin,

          ’’... croyance que nous avons besoin d’une élite ( qu’elle qu’elle soit ) pour nous diriger’’

          Je ne le dirai pas comme ça, mais plutôt : nous ne savons pas comment empêcher une élite auto-proclamée de nous diriger (exploiter), parce que le peuple n’est fort que quand il est uni ; et ça, ça ne se fera surement pas par l’anarchie, ça me parait évident.

          Anarchie et égalité sont antinomiques, et sans lois il n’y a pas de liberté durable.


        • gaijin gaijin 11 juin 2013 15:42

          jl
          c’est pour ça que je dit proche de l’anarchie : parce que pour vous anarchie signifie bordel et absence d’ organisation
          il n’est pas question de ça .......

          nous ne savons pas ?! bien sur que si nous savons !
          la question est que l’immense majorité ne veut pas ! ( bien aidée en ça par nos politiques, bien sur )
          a cause de quoi ? d’un système de croyances plusieurs fois millénaire et qui a formaté la structure même de notre pensée


        • JL JL 11 juin 2013 15:53

          gaijin,

          pour moi, contrairement à ce ’’système de croyances plusieurs fois millénaire et qui a formaté la structure même de notre pensée’’, l’anarchie est de droite, forcément de droite.

          Léo Ferré, un anarchiste ? Oui, sans doute, puisqu’il le disait. Mais il était bien content de toucher ses droits d’auteur.

          Qu’est-ce que les anarchistes ont prévu, pour les droits d’auteurs ?


        • olivier cabanel olivier cabanel 11 juin 2013 16:02

          JL

          pardon de vous reprendre, mais s’étonner que Ferré soit à la fois anarchiste et touche des droits d’auteurs, n’a aucun sens.
          c’est démontrer que l’on a pas du tout compris ce qu’était l’anarchisme.
           smiley

        • JL JL 11 juin 2013 16:08

          Bonjour OC,

          je n’ai peut-être pas compris ce qu’est l’anarchisme, mais je m’étonne qu’on puisse réclamer un RU et se dire anarchiste.


        • alinea Alinea 11 juin 2013 16:10

          Je m’immisce ! un anarchiste c’est, au minimum, quelque’un qui ne supporte pas le pouvoir ; ni celui qu’on exercerait sur lui, ou lui sur quiconque ; ce n’est pas un farfelu qui veut crever la bouche ouverte ! il ne donne pas forcément la moitié de son manteau ; il peut le faire mais rien ne l’y oblige smiley


        • olivier cabanel olivier cabanel 11 juin 2013 16:17

          JL

          si ça peut vous éclairer, ce lien
           smiley

        • gaijin gaijin 11 juin 2013 17:55

          jl
          vous lisez ce que j’ écris ou vous vous parlez a vous même ????
          qu’est ce que léo férré vient faire ici ? ça intéresse qui ?
          l’ anarchie est de droite ? je ne rentrerais pas dans ce débat là, oublions l’anarchie ......
          pouvez vous imaginer quelque chose qui ne soit ni de droite ni de gauche ? ( je ne parle pas du centre dont la position est relative a la celle de la droite et de la gauche )
          c’est de ça dont je vous parle, de la possibilité de sortir du paradigme actuel


        • JL JL 11 juin 2013 18:53

          Bon,

          j’ai l’habitude de ce genre de cafouillage. Pas facile, sur Agoravox de se faire comprendre.

          @ Alinea,

           ne vous y trompez pas, moi non plus je ne supporte ni de commander ni d’êrte commandé, avec quand même un bémol : il y a dans chaque domaine considéré des gens compétents et des gens qui ne le sont pas. Ce qui veut dire que je ne rejette pas l’obéissance, mais seulement l’obéissance aux lois ou à la compétence avérée (*).

          @ gaijin,

           droite et gauche ont un sens pour moi. La droite serait l’accélérateur des inégalités, la gauche, le frein, avec la précision suivante : les inégalités sont nécéssaires, utiles et même contingentes, mais elles ont un gros défaut, elles s’auto-amplifient, et à ça conduit à ce que j’ai toujours dit : un moteurs, si le mélange est trop riche en carburant, alors il est trop pauvre en comburant, ça l’étouffe. A l’inverse, il tourne au ralenti. A méditer.

          @ Cabanel,

          réponse (peut-être) plus tard.

          (*) Brassens disait : je suis tellement anarchiste que je traverse dans les clous pour ne pas avoir à faire à la maréchaussée.


        • JL JL 11 juin 2013 19:08

          @ OC,

          en lisant votre article consacré à Léo Ferré (que j’aime beaucoup en tant que poète et chanteur) qui date un peu, j’avais l’impression de lire un plaidoyer pour le libéralisme écrit par Stéphane Rozès ou Daniel Cohn Bendit.

          Les anarchistes d’hier se sont mis au gout du jour, et sont aujourd’hui de fervents prosélytes du libéralisme économique dit de droite, ou bien du libéralisme sociétal dit de gauche (comprendre : les uns et les autres, ennemis de la République), à l’instar de ce cette machine qui répète à l’envi que, je cite : ’’tous ceux qui sont contre ou briment la liberté culturelle sont des fascistes et des intégristes

          Sauf que sa liberté culturelle n’admettant apour ces gens aucune limite, est une aubaine pour les pédophiles. (Je pense qu’il est inutile de citer ici des exemples célèbres et bien connus de tous maintenant.).


        • gaijin gaijin 11 juin 2013 19:21

          JL
          droite et gauche ont un sens
          mais pour moi c’est celui là :
          il y a ceux qui tondent les moutons en disant on le fait parce qu’on peut le faire
          et ceux qui les tondent en leur faisant croire que c’est pour leur bien
          mais inutile d’entrer dans une querelle de « c’est moi qui ait raison » il y a mieux a faire

          vous parlez de réduire les inégalités et je suppose qu’il est question d’inégalités économiques a partir de là ma question est :
          pourquoi faites vous de l’économie le seul axe de la question ?
          ce que j’ essaie de dire c’est qu’aussi longtemps que l’on pense comptable bien sur il y a des inégalités et inévitablement ceux qui ont moins sont malheureux parce qu’ils voudraient avoir plus etc .......
          mais ne peut t’ il y avoir de balayeur heureux ?
          votre voiture elle va où ?


        • olivier cabanel olivier cabanel 11 juin 2013 19:24

          JL

          ce qui m’a poussé à écrire cet article sur Léo, c’est surtout pour contester cette image répandue sur l’anarchiste...
          il n’est pas ce « poseur de bombes »...que l’on a bien voulu nous présenter...
          mais je pense que vous l’aviez compris...
          ceci dit, j’avoue ne pas voir le rapport avec la pédophilie ?
           smiley

        • JL JL 11 juin 2013 19:43

          @ OC,

          j’ai dit la pédophilie, mais c’est un exemple : liberté culturelle sans limite, ça ne vous rappelle rien ? Le fameux : ’’il est interdit d’interdire’’.

          @ gaijin,

          où est-ce que j’ai dit que je fais de l’économie le seul axes de la question ?


        • olivier cabanel olivier cabanel 11 juin 2013 20:08

          JL

          je pensais que vous aviez discerné l’humour provocateur qu’il y avait dans cette phrase ?
           smiley

        • olivier cabanel olivier cabanel 11 juin 2013 20:12

          JL

          il faut, comme les experts nommés dans l’article, se rendre à l’évidence.
          il n’y a plus de travail...ou du moins il n’y en a plus pour tout le monde.
          ce qui est aggravé par les délocalisations, 
          alors a moins de casser tous les ordis, toutes les machines qui ont remplacé l’homme, il n’y a pas d’autres solutions...a moins de laisser la crise continuer de s’aggraver, 
          a moins de laisser les inégalités se créer,
          a moins de se réjouir de la misère...
          prenez le temps d’ouvrir quelques liens proposés qui développent les arguments imparables pour valider ce R.U...
          enfin, c’est vous qui voyez.
           smiley

        • JL JL 11 juin 2013 20:24

          OC,

          deux choses,

          les liens, si vous voulez que je les lise, donnez moi une bonne raison pour le faire.

          L’autre chose : les experts, depuis quand vous les trouvez pertinents ?

          J’ai lu des tas de choses sur le RU, beaucoup plus que ce que vous pouvez imaginer ; du contre, mais surtout du pour, vu qu’il n’y a pratiquement que ça dans les médias industriels, ceux que d’habitude vous n’aimez pas. Les arguments contre, je les fais moi-même.


        • olivier cabanel olivier cabanel 11 juin 2013 20:28

          JL

          je ne vous propose qu’un seul lien
          quand aux experts...Rabhi, Rifkins, Aries....et tant d’autres cités dans l’article, il serait surprenant que vous les contestiez.

        • JL JL 11 juin 2013 20:39

          Oui,

          je conteste que du travail il y en a , il y en aura, mais il faut déposséder ceux qui se sont appropriés les emplois, pas leur quémander l’aumône. Mais pour ça, il faut vouloir travailler, et non pas vivre en animal d’élevage dont le seul rôle serait de consommer ce que les esclaves produisent afin que les prédateurs se gobergent.


        • JL JL 11 juin 2013 20:44

          al dit :

          Oui, je conteste : du travail il y en a , il y en aura ... etc


        • foufouille foufouille 11 juin 2013 20:48

          "non pas vivre en animal d’élevage dont le seul rôle serait de consommer ce que les esclaves produisent afin que les prédateurs se gobergent."

          donc un rentier serait dans ce cas .......
          très drôle JL


        • alinea Alinea 11 juin 2013 21:24

          J L :
          Entièrement d’accord avec la réponse que vous m’avais faite !


        • JL JL 11 juin 2013 21:24

          Mais oui, foufouille,

          un rentier qui n’aurait jamais rien produit. Nuance.


        • foufouille foufouille 11 juin 2013 23:21

          « un rentier qui n’aurait jamais rien produit. Nuance. »
          le pognon est imaginaire ?
          sinon, il ne produit pas lui meme. mais ses actions ou autres,si
          en achetant il fait produire


        • JL JL 12 juin 2013 08:17

          Tiens,

          foufouille est un adepte du libéralisme.

          Ce qui tient lieu de théorie économique libérale se résume en un phrase : ’’Plus et moins se valent, et leur somme c’est la richesse" (*)

          Un pourceau en bouffant de l’aliment consomme aussi. Un pourceau fait produire !

          Quelle bêtise, mais qui n’est qu’apparente : en effet, les fortunes se bâtissent sur les flux, et plus il y a de flux, plus les fortunes grimpent. Voilà pourquoi il y a tut ce gâchis.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès