Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Quoi ma gueule !?...

Quoi ma gueule !?...

Quoi ma gueule ! Qu’est-ce qu’elle a ma gueule ? chantait le vieux rocker…mais c’est aussi ce que pourraient entonner certains français, dont les parents, ou les grands parents, sont d’origine étrangère, et dont la peau plus ou moins colorée provoque régulièrement des contrôles au faciès et des brimades en série.

Une étude réalisée en 2009, menée par le CNRS, portant sur 525 contrôles d’identité, amenait une preuve en chiffre de ce qu’on appelle « le délit de facies ».

« Des contrôles de police injustifiés et discriminatoires »…ce sont les termes que l’on peut trouver dans cette étude.

En moyenne les personnes originaires d’Afrique du Nord, et ceux qui sont originaires d’Afrique et des Antilles ont respectivement 7,8 fois et 6 fois plus de risques d’être contrôlés que des blancs, selon ce rapport mené par Fabien Jobard et René Lévy.

Idem pour les fouilles, les Noirs ont été fouillés à l’issue des 9,9% des contrôles d’identité, les Arabes 12% alors que les Blancs ont été inspectés 4 fois moins.

Autre donnée intéressante apportée par cette étude : un jeune a 7,9 fois plus de risques de se faire inspecter qu’un adulte, et le rapport s’étonne que les policiers ciblent plutôt les passants sans bagage que ceux équipés de sacs à dos, alors que ces sacs pourraient receler des explosifs ou des armes dangereuses. lien

Joli manque de perspicacité donc…

Une étude réalisée en 2010 menée par l’INSEE arrive aux mêmes conclusions. lien

Revenons maintenant aux promesses présidentielles concernant ce sujet.

Sous le chapitre « combattre les injustices », il avait promis une circulaire concernant la lutte contre les délits de faciès lors de contrôles d’identité. lien

C’était en mai 2012…et les intéressés attendent toujours…mais pas la moindre circulaire sur le sujet.

Pour être plus précis, l’ex premier ministre, Jean-Marc Ayrault avait décidé de s’en occuper, (lien) mais voilà, son successeur, Manuel Valls a remis le tout dans un tiroir, ce qui ne l’empêche pas de dénoncer un apartheid dans les banlieues, alors que s’il avait bien voulu appliquer cette simple circulaire il aurait pu probablement faire régner un peu plus d’esprit républicain et de justice dans ces lieux ostracisés.

La portée de cette circulaire était pourtant modeste : il s’agissait seulement de prévoir des récépissés pour éviter les contrôles d’identité à répétition.

Mais voilà, le premier ministre trouve cette circulaire «  très difficile (…) trop bureaucratique et lourde à gérer » ajoutant « il ne fallait pas compliquer de manière déraisonnable le travail des forces de l’ordre sur le terrain ». lien

Dans le domaine de l’embauche, la discrimination est aussi évidente, d’abord parce que le chômage frappe beaucoup plus les jeunes de banlieue que les autres, atteignant près de 40%... (lien) et selon un baromètre IFOP un demandeur sur 3 affirme avoir été victime de discrimination à l’embauche.

Ce qui est confirmé par une enquête de l’OIT (organisation internationale du travail), menée conjointement avec le Défenseur des Droits : 34% des demandeurs d’emploi estiment avoir été discriminés dans le cadre de leur recherche d’emploi.

Cette discrimination frappe encore plus les postulants d’origine étrangère, les 2/3 d’entre eux déclarant que cette discrimination est fondée sur leur origine, soit 3 fois plus qu’au sein de l’échantillon global. lien

Cette situation perdure, et on se souvient que l’ex président avait le kärcher comme solution, avant de se raviser lors de la campagne électorale, en 2012, et de tenter de se rabibocher avec ce qu’il appelait alors la racaille, ayant réalisé que ces banlieues représentaient tout de même 8 millions d’électeurs. lien

Dans une publication, que nous avions appelé « la Feuille de Vigne », avec le leitmotiv « pas de vérité toute nue sans la feuille de vigne  », nous avions interviewé 3 jeunes dont les parents, voire les grands-parents étaient d’origine maghrébine, leur demandant s’ils avaient le sentiment de subir un racisme, et comment réagissaient-ils ?

La réaction de l’un des trois était éclairante : il avait déclaré ne pas avoir le sentiment d'avoir de problème avec ça, mais pour éviter d’éventuelles discriminations, il avait tout de même donné à son entreprise le nom de jeune fille de son épouse, nom à consonance française.

Pourtant, il faudrait faire un peu d’histoire pour comprendre comment on en est arrivés là…et cette histoire passe par celle des Harkis.

Lors de la guerre d’Algérie, française à l’époque, une partie de ces « algériens français » avaient choisi de combattre dans les rangs de l’armée française.

Or, lors de l’indépendance algérienne, en mars 1962, ils furent près de 100 000, accompagnés de leur famille, a quitter l’Algérie, pour vivre en France…puisqu’ils étaient français de fait.

En effet, s’ils restaient en Algérie, leurs vies étaient menacées, considérés qu’ils étaient d’avoir choisi le « mauvais camp ».

D’ailleurs, dès l’indépendance décidée, ils avaient été désarmés, et des massacres ont été commis, sans que les autorités françaises n’interviennent, manquant singulièrement de reconnaissance pour ceux-ci.

Plus grave, arrivés en France, les rescapés ont été regroupés dans des camps…des camps appelés lucidement « les camps de la honte ».

Ces camps ont fait l’objet d’un film (Hocine, le combat d’une vie) suite à l’irruption armée en 1975 de 4 hommes armés et cagoulés dans la mairie de St Laurent des Arbres, dans le Gard, menaçant de tout faire sauter à la dynamite s’ils n’obtenaient pas que soit rasé ce camp de la honte, à St Maurice l’Ardoise, ou étaient emprisonnés depuis 13 ans 1200 harkis et leurs familles, derrière des barbelés sous la vigilance de soldats français, surveillant du haut de leurs miradors ces prisonniers à qui finalement il était reproché d’avoir choisi le camps français lors des affrontements. vidéo

À ce stade de la réflexion, il faut découvrir le livre du Bachaga Saïd Boualam, (mon pays, la France - édition France empire) ce fervent partisan de l’Algérie française qui avait combattu dans les rangs de l’armée française durant la 2ème guerre mondiale, y gagnant plusieurs médailles, et le grade de capitaine de réserve en 1946.

En 1956, il va diriger un bataillon de harkis, et pendant cette guerre, il va perdre 17 membres de sa famille, dont l’un de ses fils.

En 1958 il sera élu député a l’assemblée nationale, assemblée dont il sera vice-président à 4 reprises.

Il rappelle dans son livre le drame qui s’est joué lors de l’indépendance : « hommes égorgés et mutilés, femmes violées avant d’être assassinées, enfants épinglés au murs au bout des baïonnettes, tels des papillons ».

Rappelant qu’il a tout abandonné en Algérie, les siens, ses terres, ses biens, pour rester français, il avait déclaré «  j’ai choisi de vivre car si le pays légal sait escamoter les cadavres fidèles, il ne pourra jamais faire taire les morts vivants que nous sommes  ». lien

A la fin de la guerre d’Algérie, appelée hypocritement par « mon général » « les évènements d’Algérie  », il viendra s’installer du coté d’Arles, et facilitera la venue des harkis en France.

Il raconte la vie de ses concitoyens qui, se sentant français, et l’étant légitimement, ont combattu dans les rangs de l’armée française lors des 3 dernières guerres mondiales, réclamant que les noms de 2000 d’entre eux figurent sur ceux qui sont « morts pour la France », faisant mentir ceux qui, comme Georges Frêche, traitaient il y a encore peu, les harkis de « sous-hommes ». lien

On peut écouter Saïd Boualam sur ce lien

il quittera ce bas monde en 1986, amer et déçu, se déclarant « humilié, trompé, bafoué ». lien

Quel triste destin d’avoir, après avoir choisi le camp de la France, d’être considérés comme traitres en Algérie, et méprisés en France.

Aujourd’hui, 51 ans après, ils sont encore 9000 à vivre en France, ayant eu des enfants, des petits enfants, ceux là même dont une grande partie se retrouve stigmatisée dans les banlieues des grandes villes.

Selon un rapport publié en 2007 par le CES (conseil économique social), les enfants de harkis « ont connu, ou connaissent encore aujourd’hui, une exclusion sociales et économique (…) le traumatisme du rapatriement et les conditions de vies difficiles dans des structures isolées et coupées du reste de la société française n’ont fait qu’amplifier cette exclusion (…) par ailleurs, ces enfants expriment de fortes attentes en termes de reconnaissance morale que la société et les pouvoirs publics ne pourront laisser sans réponse ». lien

Ce rapport date de 8 ans, et manifestement, la réponse tarde à venir…et si le premier ministre a récemment évoqué un « apartheid territorial, social, ethnique », fustigeant « la relégation périurbaine, les ghettos », assurant « nommer la réalité telle qu’elle est »…on en est resté au stade des paroles, et comme l’on sait, il a remis dans un tiroir la circulaire qui pouvait améliorer la situation. lien

Comme dit mon vieil ami africain : « celui qui sourit sans s’énerver est toujours le plus fort ».

L’image illustrant l’article vient dewww.ldh-France.org

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens

Réélu à sang pour sang

Laurent black blanc beur

tout ça pour une réélection

Noirs, nous sommes tous noirs

Si c’est ça la France…

les bannis de la république

Sarközi veut-il lancer l’islamophobie


Moyenne des avis sur cet article :  3.35/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • César Castique César Castique 5 mars 2015 10:11

    Il m’est arrivé de m’entretenir de ce problème récurrent avec un policier aujourd’hui à la retraite. Il m’a alors expliqué que cette pratique (tout à fait blâmable, bien entendu) repose sur une application calcul des probabilités. 


    En se fondant sur les profils ethniques de leurs plus fidèles clients , ils sont parvenus à des estimations pifométriques - les statistiques ethniques étant prohibées par la loi - selon lesquelles les chances de cravater un individu en infraction étaient, par rapport aux sujets de type caucasien, de 8 à 13 x plus importantes, en fonction de la communauté d’appartenance du contrôlé au faciès.

    P.S. - On notera que tous les chiffres mentionnés par Cabanel s’inscrivent dans la fourchette qui m’avait été indiquée par mon interlocuteur... 

    • olivier cabanel olivier cabanel 5 mars 2015 10:36

      @César Castique
      vous êtes un sommet de contradiction...

      en déclarant que cette pratique est « tout à fait blamable », et vous appuyant sur les réflexions d’un policier, vous justifiez malgré tout le controle au faciès...
       smiley
      mais vous devriez vous interroger sur un point de votre commentaire : quelle est la légitimité de la réflexion de ce policier ?
      je reconnais tout de même que vous avouez que ce sont des estimations « pifométriques »...
      c’est le moins qu’on puisse dire.
       smiley

    • oncle archibald 5 mars 2015 10:49

      @olivier cabanel

      César ne commet aucune contradiction : il relève les deux facettes du problème qui se pose à tous les flics de France. 

      On leur demande d’être efficaces et donc il ne parait pas anormal dans le cadre de cette recherche d’efficacité que les populations « à risques majorés » soient plus contrôlées que les autres. 

      En même temps il n’y a pas lieu de discriminer quiconque sur la couleur de sa peau ou son appartenance à un groupe ethnique … D’ou la contradiction apparente.

      Quand aux estimations en % de la population des prisons elles ne sont pas du tout pifométriques, mais il est interdit de les publier officiellement. Cependant quiconque connait quelqu’un qui travaille dans un tribunal ou une prison pourra vous confirmer que comme le disait Coluche « il y en a de plus égaux que d’autres ». 

      Un petit signe dans ce sens : les imams y ont supplanté depuis longtemps les aumôniers catholiques. Il ne s’agit pas d’un jugement, mais d’un constat.

    • César Castique César Castique 5 mars 2015 10:54

      @olivier cabanel

      « vous êtes un sommet de contradiction... »


      C’est l’impression de quelqu’un qui n’est pas familier du slalom (spécial, pas géant)...

      « mais vous devriez vous interroger sur un point de votre commentaire : quelle est la légitimité de la réflexion de ce policier ? »

      Ce qui légitime la réflexion, c’est l’expérience acquise sur le terrain.


      « je reconnais tout de même que vous avouez que ce sont des estimations « pifométriques »...c’est le moins qu’on puisse dire. »

      Le lecteur informé fera tout de même le rapprochement avec ce qui filtre, malgré la Police de la Pensée, à propos de la composition de la population carcérale.

    • olivier cabanel olivier cabanel 5 mars 2015 10:55

      @oncle archibald
      cher oncle...

      la question que j’ai essayé de poser dans l’article est « y a-t-il discrimination ou pas ? »...
      ensuite, qu’une population stigmatisée, rejetée, trouvant du travail moins facilement que vous ou moi, tombe parfois dans la délinquance, rien de surprenant...
      je ne pose donc pas la question de la délinquance, même si elle peut être posée, mais la seule question du « délit de faciès », de stigmatisation à l’embauche...et de la volonté d’une partie de la population de rejeter ces issus de l’immigration, faisant ainsi preuve d’un racisme avéré.
      mais que pensez vous du sort qui a été réservé aux harkis ?

    • oncle archibald 5 mars 2015 11:19

      @olivier cabanel
      Je pense que le sort qui a été réservé aux harkis est absolument indigne. Après les histoires de l’OAS et la tentative de putsch des « généraux félons » Charles de Gaulle en avait carrément marre, l’Algérie lui brulait les doigts, il fallait s’en débarrasser vite à n’importe quel prix et Dieu sait que les Harkis ont payé le prix fort. 


      Alors que cela aurait été possible lors des accords d’Evian il n’a pas négocié avec le FLN les modalités du retrait des français d’origine métropolitaine, ni celui des autochtones qui avaient cru aux bienfaits de la colonisation et avaient choisi d’être du coté des Français plutôt que de celui des « rebelles ». sans doute les considérait-il au fond de lui-même comme des « collabos ».

      Dès l’indépendance proclamée et le fameux slogan « la valise ou le cercueil » repris en coeur il est arrivé en urgence sur le territoire métropolitain un très grand nombre de rapatriés parmi lesquels les Harkis ont été encore plus mal traités que les pieds noirs, ce qui ne leur a pas fait renoncer à leur amour pour la France et pour la démocratie. Comme quoi il est des « valeurs » auxquelles nous sommes viscéralement attachés et aux quelles nous tenons par dessus tout. 

      Vous en pensez quoi de la situation économique et politique en Algérie « libérée » du joug des français ? C’est tellement mieux que les jeunes n’ont qu’une idée : venir vivre en France. Sauf ceux qui sont encartés au parti unique évidemment, comme dans d’autres pays de « liberté » … contrôlée. Ils sont les seuls à bénéficier des bénéfices du pétrole. Les terres magnifiquement cultivées par les pieds noirs sont redevenues des friches, le taux de chômage est le double qu’au Maroc voisin …. 

    • olivier cabanel olivier cabanel 5 mars 2015 11:37

      @oncle archibald
      vous avez du entendre surement parler des printemps arabes. hélas pour la jeunesse algérienne, le mouvement a été rapidement jugulé...le pétro dollars n’y sont pas étrangers...

      ceci dit, je partage votre indignation quand au sort qui a été réservé aux harkis...je pensais que c’était clair dans l’article ?

    • César Castique César Castique 5 mars 2015 12:08

      @olivier cabanel

      « ...mais que pensez vous du sort qui a été réservé aux harkis ? »


      Tout à fait dramatique, mais en même temps conséquence directe des folles politiques migratoires menées depuis 1962.

      En 1958, la présence d’un mulâtre, Gaston Monnerville, au Petit Luxembourg - c’est-à-dire d’un président de la République potentiel - ne trouble personne ; en 2006, un autre mulâtre, Harry Roselmack, est désigné par la direction de TF1 pour célébrer la grand-messe du 20 heures, la polémique dure des semaines sur le web.

      Que c’était-il donc passé ? La réponse, il faut aller la chercher dans une interview télévisée de Mitterrand du 10 décembre 1989. A une question - d’Ockrent sauf erreur -, il révèle que « le seuil de tolérance a été atteint dans les années 70 », prouvant par là que les gouvernants savaient.

      L’UMPS de l’époque allait néanmoins faire comme si de rien n’était. Résultat dans le dernier rapport de la Commission nationale consultative des droits de l’homme, on apprend que 74 % des Français estiment qu’il y a trop d’immigrés en France, que 60 % des mêmes estiment qu’ils ne sont plus chez eux comme avant - c’était avant qu’ils ne soient rejoints par les caricaturistes -, et, cerise sur le gâteau, le FN est à 30 % !

    • olivier cabanel olivier cabanel 5 mars 2015 13:07

      @César Castique
      le fn à 30%... bien sur, et comment ne le serait-il pas ?

      des outrances de sarko aux trahisons de hollande, le terrain est préparé.
      mais croyez vous aux promesses républicaines de mlp ?
      si vous êtes naïf, ce sera le cas.
      la peste ou le choléra.
      perso, je préfère rester en bonne santé.
       smiley

    • julius 1ER 5 mars 2015 17:40
      C’est tellement mieux que les jeunes n’ont qu’une idée : venir vivre en France. Sauf ceux qui sont encartés au parti unique évidemment, comme dans d’autres pays de « liberté » … contrôlée. Ils sont les seuls à bénéficier des bénéfices du pétrole. Les terres magnifiquement cultivées par les pieds noirs sont redevenues des friches, le taux de chômage est le double qu’au Maroc voisin …
      @oncle archibald

      le problème avec les mouvements nationalistes c’est que le nationalisme est le plus souvent un paravent qui ne cherche pas à changer les sociétés, mais simplement à remplacer une élite par une autre, on est dans la lutte des places.... pas celle des classes et cela fait une abyssale différence....
      et l’indépendance algérienne n’a pas échappé à cette règle, toute cette nomenklatura algérienne qui s’était formée en France s’est servi du mouvement d’indépendance comme d’un tremplin pour jouer leur carte personnelle...... mais le peuple algérien sur le long terme n’y a pas trouvé son bonheur ...... l’Algérie 53 ans après son indépendance aurait eu certainement beaucoup plus à gagner à s’assurer un partenariat privilégié avec la France plutôt qu’une indépendance complète et définitive suite à une guerre de désintégration qui n’ a finalement profité à personne ..... 
      mais çà c’est une autre histoire et malheureusement le jusquauboutisme n’a jamais été de bon conseil aussi l’humanisme et l’intelligence n’ayant pas été de mise dans cette histoire ..... les fruits récoltés n’ont pas été les bons .... 

    • olivier cabanel olivier cabanel 5 mars 2015 18:00

      @julius 1ER
      je partage globalement

      merci
       smiley

    • oncle archibald 5 mars 2015 18:24

      @julius 1ER
      « l’Algérie aurait eu certainement beaucoup plus à gagner à s’assurer un partenariat privilégié avec la France plutôt qu’une indépendance complète et définitive suite à une guerre de désintégration qui n’ a finalement profité à personne »


      Et oui, mais nos beaux intellectuels Français ne l’entendaient pas ainsi, les pieds noirs étaient « nécessairement » des salauds et les autochtones des détenteurs de vérité, sauf ces salauds de collabos Harkis, bien entendu. Décidément les choix binaires sont bien souvent de mauvaises solutions quel que soit le camp choisi. 

      Des salauds, des malintentionnés, il y en avait des deux cotés n’en déplaise à Monsieur Sartre et à ses potes. Et des morts pour rien il y en eut également, à foison comme d’habitude, des deux cotés. Et des humiliés jusqu’à l’os aussi. 

    • oncle archibald 5 mars 2015 19:34

      @olivier cabanel


      Je dis que le chômage est plus important en Algérie qu’au Maroc et Olivier répond : « vous avez du entendre surement parler des printemps arabes » … Au Maroc ?? Mais oui, c’est le printemps tous les jours dans ce pays exportateur de fruits et de légumes, ce pays au tourisme développé, ce pays qui tient ses barbus en bout de fourche, qui n’est même pas communiste …. Pffff … C’est le bordel en somme.

    • oncle archibald 5 mars 2015 10:59

      Olivier je trouve assez infect votre volonté de vouloir nous faire avaler mine de rien que les individus d’origine maghrébine qui peuplent nos prisons sont des fils de harkis. 


      Je ne dis pas qu’il n’y en a aucun, je dis que ces enfants là, après bien des luttes et des difficultés, s’intègrent carrément mieux dans la société française que les enfants d’immigrés plus récents pour « raisons économiques ». 

      On peut l’expliquer facilement : les harkis et fils de harkis considèrent que leur patrie c’est la France, pas l’Algérie. Aux matchs de foot ils applaudissent la France quand elle vient de marquer alors que les autres sifflent.

      • olivier cabanel olivier cabanel 5 mars 2015 11:16

        @oncle archibald
        je n’ai pas écris ça...mais il reste que lorsque 100 000 familles de Harkis ont rejoint la France au moment des accords d’Evian de 1962, que ces familles ont eu des enfants...souvent beaucoup...lesquels en ont eu à leur tour, ce qui représente pas mal de monde. non ?

        d’ailleurs d’autres sources évoquent le chiffre de 400 000 personnes (lien) désignées aujourd’hui comme harkis (ou français musulmans) ...a raison de 3 enfants en moyenne par famille, (ce qui doit être un chiffre bas), celà fait tout de même pas mal de monde, d’autant qu’une autre génération est née de ceux la....peut etre 4 millions en tout ? 
        je ne comprend pas que vous jugiez ça infect !? smiley

      • oncle archibald 5 mars 2015 11:29

        @olivier cabanel
        Relisez donc les deux derniers paragraphes de votre prose : vous faites sans aucune nuance ni équivoque le rapprochement entre les enfants de harkis et le discours de notre premier ministre qui évoque un « apartheid territorial, social, ethnique », en parlant non pas des harkis mais de l’ensemble de la population d’origine étrangère présente dans les cités ou sévit le communautarisme. 


        C’est infect parce que justement si une partie de la population d’origine maghrébine essaye, souhaite, s’intégrer au tissus social Français, se sent complètement Française, est attachée à la démocratie, c’est bien celle qui est d’origine « harkis ».

      • olivier cabanel olivier cabanel 5 mars 2015 11:34

        @oncle archibald
        j’ai bien relu.

        je n’ai jamais prétendu que ceux qui sont stigmatisés aujourd’hui sont tous issus de « la génération harkis », mais il doit y en avoir une bonne part...on fouillant sur le net, on devrait pouvoir en avoir la confirmation, en complément au lien que je vous ai fournis précédemment.

      • gaijin gaijin 5 mars 2015 11:46

        @olivier cabanel

        il n’ y a pas que des fils de harkis il y a aussi ceux des travailleurs qu’on a fait venir pour avoir une main d’oeuvre pas chère .......
        ce qui est « curieux » en france c’est que ceux qui votent contre l’ immigration sont aussi ceux qui profitent de la main d’oeuvre ....
        bien sur la situation ayant les lois permettent de faire venir légalement des travailleurs pauvres d’europe de l’est ( ce qui est une partie du miracle économique allemand ) et du coup on ne sait plus quoi faire de tous ces feignants ( sans qui les trente glorieuses l’auraient moins été .....) alors on vote pour marine c’est dire contre l’europe qui pourtant ...
        j’ai parfois du mal a suivre .....


      • olivier cabanel olivier cabanel 5 mars 2015 13:05

        @gaijin
        bien évidemment, les discriminés ne sont pas tous des fils de harkis... la réglementation européenne permet toutes les arnaques...des sous-traitant d’entreprises françaises font travailler à prix modique (... c’est une litote) des femmes et des hommes de pays à bas salaires européens, et du coté des patrons, on se frotte les mains.

        quand aux allemands que tu évoques, comme je l’ai expliqué dans un article relativement récent, ils sont passés de la case chômage à la case travailleurs pauvres.
        est-ce un progrès ?
        je n’en suis pas sur.
         smiley
        merci de ton commentaire

      • Passante Passante 5 mars 2015 11:43

        harki vous le dites...

        on rigole peu avec les douanes françaises parfois, la formule « la valise ou le cercueil » fut reprise tout au long de quinze ans de guerre par les chrétiens du liban , combinée dos à la mer d’un déni phénicianisé d’arabité, ce mythe grotesque.
        mais attendez, 
        ce sac à dos qu’on fouille moins...
        c’est donc qu’une gestalt de possédant débranche un flic ? c’est grand.



        • France Europe République Fabien Celse 5 mars 2015 19:04

          L’auteur n’est - à priori- pas concerné par la question, mais comme tout bobo donneur de leçon il ne peut s’empêcher de se mêler de ce qui ne le regarde pas !

          Pour le fond, il n’y a rien d’anormal à ce que des gens présentant une attitude de racaille soient contrôlés dans la rue ; que l’auteur aille faire un tour du côté de la gare du nord à Paris, il verra si les contrôles au faciés ne sont pas légitimes ! Pour info en Italie et en Espagne l’interpellé doit en plus s’asseoir sur le trottoir aux pieds des policiers pendant le contrôle... 
          Les français sont fatigués de cette gauche bobo qui soutient les voyous contre les braves gens, depuis un pavillon de province, où, à l’instar d’Olivier, elle s’étonne de la progression du FN ! 

          • olivier cabanel olivier cabanel 5 mars 2015 19:28

            @Fabien Celse
            je crois que les lecteurs auront compris pour qui vous allez voter.

             smiley
            amitiés d’un « gauchiste bobo défendeur de racaille »
            j’ai tout bon ?
             smiley

          • France Europe République Fabien Celse 5 mars 2015 20:07

            @olivier cabanel
            Je réside dans un quartier populaire, ma compagne est camerounaise et j’ai enseigné douze ans en ZEP. Je ne voterai pas pour vos amis, effectivement ! Sans doute une question de classe sociale : vous avez vos repères de privilégié, nous les nôtres...


          • olivier cabanel olivier cabanel 5 mars 2015 20:32

            @Fabien Celse
            c’est marrant comme argument...

            mettre en avant sa vie de couple pour tenter de prouver autre chose... smiley
            souchon, dans une de ces chansons, se moquait avec délice de giscard, en lui faisant dire, « je compte parmi les gens que j’aime bien un jeune avocat africain »....(je cite de mémoire) dans sa chanson "
            ça ne l’empêchait pas de trousser la femme d’un dictateur ivoirien...
            le FN fait de même, tout content d’arborer sur ces listes des personnes issues de l’immigration.
            histoire de faire croire qu’il n’est plus un parti raciste.
            ah, vous m’avez bien fait marrer.
            merci pour ce moment.
             smiley

          • rocla+ rocla+ 5 mars 2015 20:38

            Surtout si le dictateur ivoirien a décidé de fermer les yeux ... smiley


          • olivier cabanel olivier cabanel 5 mars 2015 21:01

            @rocla+
            le dictateur en question a fait payer cher à giscard, en dévoilant l’histoire des diamants.

            mais c’était aussi pour d’autres raisons : giscard avait décidé de le « déboulonner »...
             smiley
            et du coup, c’est giscard qui a été à son tour déboulonné.
             smiley

          • France Europe République Fabien Celse 5 mars 2015 22:47

            @olivier cabanel
            Vous racontez n’importe quoi, qui plus est sur des sujets que vous ne maîtrisez pas... un vrai tract ambulant pour le FN ! A croire que Taubira fréquente les forums sous des pseudos...


          • olivier cabanel olivier cabanel 5 mars 2015 22:52

            @Fabien Celse
            oui, en effet, c’est l’argument que déploient ceux qui défendent le fh... si on le critique, on lui fait de la pub ! amusant.



          • bluerage 5 mars 2015 19:22

            Sacré Olivier, maintenant vous allez apprendre aux flics ou aux douaniers à faire leur job, vous n’avez décidément honte de rien, les gens comme vous ça ose tout, il y a un mot de 3 lettres pour vous désigner, en plus de bobo bien sûr...


            • olivier cabanel olivier cabanel 5 mars 2015 19:28

              @bluerage
              on est toujours « le mot de trois lettres » de quelqu’un.

               smiley

            • olivier cabanel olivier cabanel 6 mars 2015 08:01

              @ tous

              pour ceux qui croient encore à une marine le pen « républicaine »

              • zygzornifle zygzornifle 6 mars 2015 09:03

                @olivier cabanel


                plus rien ne m’étonne on a bien eu un Kadhafi qui campait a l’Élysée et pourquoi pas un bachar el assad dans les temps a venir ......
                 

              • olivier cabanel olivier cabanel 6 mars 2015 10:58

                @zygzornifle
                en effet, on n’est pas à l’abri de surprises...

                 smiley

              • zygzornifle zygzornifle 6 mars 2015 09:00

                le gouvernement interdit les statistiques en prison (secret d’état) ..... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès