Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > 11-Septembre : L’ex-sénateur Bob Graham dénonce les dissimulations du (...)

11-Septembre : L’ex-sénateur Bob Graham dénonce les dissimulations du FBI, documents à l’appui

Voici une information de poids venant de l’ex-sénateur Bob Graham : ce dernier met directement en cause le FBI pour avoir dissimulé des informations avant septembre 2001 sur les liens possibles entre certains des pirates de l’air du 11/9 et le couple al-Hijji, de riches Saoudiens vivant à l’époque à Sarasota en Floride, et qui faisait l’objet d’une surveillance par le Bureau. Et il le fait en s’appuyant sur le contenu de documents classifiés auquel il a pu avoir accès récemment, et qui contredisent la version du FBI.

Mais avant de découvrir les arguments et les questionnements de Bob Graham, rappelons que cet ancien co-président de l’enquête conjointe du Congrès de 2003 (Congressional Joint Investigation) sur le 11-Septembre, parlant à Dylan Ratigan sur MSNBC en septembre dernier, avait déjà appelé les autorités à rouvrir l’enquête sur les attentats du 11-Septembre, s’appuyant sur le fait que la CIA avait dissimulé au FBI des informations sur deux futurs pirates de l’air, al-Mihdhar et al-Hazmi, et notamment sur leur soutien par les autorités saoudiennes. [Nous aurons d'ailleurs plus de détails grâce au 2e volet de l'enquête exhaustive de Kevin Fenton]. Cette fois, c’est donc au tour du FBI d’être accusé de dissimulation d’information avant le 11/9, une attitude de déni qui perdure depuis, malgré l’accumulation d’indices contraires, et désormais, de documents officiels.

 L’ex-sénateur de Floride Bob Graham


Bob Graham : Les déclarations publiques du FBI sont en contradiction avec les documents de l’enquête sur le volet « Sarasota » du 11-Septembre

Par Dan Christensen et Anthony Summers, pour BrowardBulldog, février 2012

Traduction GV

L’ex-sénateur de Floride Bob Graham a pu lire deux documents classifiés du FBI et affirme qu’ils soulèvent de nouvelles questions sur l’enquête – qui était alors secrète – du Bureau sur un soutien possible des Saoudiens aux pirates de l’air du 11/9 lorsqu’ils se trouvaient à Sarasota.

Graham ne dévoilera pas le contenu de ces documents, qui sont classés « Secret », mais il indique que les informations qu’ils contiennent sont en contradiction avec les affirmations faites publiquement par le FBI selon lesquelles il n’y avait aucune connexion entre les pirates de l’air et des Saoudiens vivant à l’époque à Sarasota.

«  Il existe des incohérences substantielles entre les déclarations publiques faites par le FBI en septembre, et ce que j’ai lu dans les documents classifiés, » a déclaré Graham.

«  L’un des documents apporte la preuve que l’investigation ne fut pas l’enquête approfondie que le FBI affirme avoir menée,  » a ajouté Graham. « Une piste d’investigation majeure n’a pas été suivie, et on a pris des déclarations non corroborées pour argent comptant.  »

La question de savoir si les pirates de l’air du 11-Septembre ont agi seuls ou ont reçu de l’aide lorsqu’ils étaient sur le sol des États-Unis reste une question toujours en suspens, et elle fut pourtant posée dès que l’on apprit que 15 des 19 pirates de l’air étaient des citoyens saoudiens. Cela fut souligné lorsque l’enquête bi-partisane conjointe du Congrès, dont Graham était le coprésident, publia son rapport en juillet 2003. Les dernières 28 pages qui concernaient de possibles soutiens saoudiens aux terroristes, furent totalement censurées, sur instructions de George W. Bush.

Graham a expliqué que les deux documents classifiés du FBI qu’il a lus, dataient de 2002 et 2003, et avaient été préparés par un agent qui participait à l’enquête de Sarasota. Il a ajouté que l’agent en question avait demandé qu’une autre agence fédérale soit associée à l’enquête, mais son idée fut rejetée.

Graham a tenté au cours de ces dernières semaines de contacter l’agent, mais a appris que le FBI avait demandé à l’homme de ne pas parler.

DES PLAQUES D’IMMATRICULATION LIÉES AUX PIRATES

L’enquête menée par le FBI voilà 10 ans s’était concentrée sur Abdulaziz al-Hijji (ci-contre) et sa femme Anoud, qui étaient partis de leur domicile situé dans le très chic quartier de Prestancia, et qui avaient quitté le pays quelques semaines avant le 11/9. D’après les documents de la police, le couple, qui vivait là depuis 1995, avait laissé derrière lui sa voiture, et de nombreux effets personnels tels que les vêtements, le mobilier, les médicaments, et de la nourriture. Un voisin inquiet avait alerté le FBI.

D’après un officier du contre-terrorisme – parlant sous conditions d’anonymat, et l’ex administrateur de Prestancia, Larry Berberich, l’étude des allées et venues dans cette maison et des photos des plaques d’immatriculation montre que les véhicules conduits par plusieurs futurs pirates de l’air s’étaient garés devant le domicile des al-Hijji, au 4224 Escondito Circle, Sarasota (Floride).

Le propriétaire de la maison était le père de madame Al-Hijji, Esam Ghazzawi, un conseiller du Prince Fahd ben Salman ben Abdulaziz al Saud, neveu du Roi Fahd, et connu pour être un grand propriétaire de chevaux. Le Prince Fahd est décédé en juillet 2001.

Al-Hijji, qui vit et travaille maintenant à Londres, a évoqué le 11/9 ce mois-ci, le qualifiant de «  crime contre les USA et contre l’humanité,  » et a ajouté qu’il se sentait « triste et stressé par ces fausses allégations. » Il a ajouté qu’il n’était pas vrai que Mohammed Atta et d’autres pirates lui avaient rendu visite à son domicile de Sarasota.

Le FBI soutient [les dires de] al-Hijji. Après s’être initialement refusé à tout commentaire, le Bureau a confirmé qu’il avait enquêté, mais sans rien trouver de particulier. Cependant, des agents ont refusé de répondre à certaines questions bien précises des journalistes à propos de cette enquête et des informations provenant de l’étude des allées et venues à Prestancia.

Le FBI a maintenu sa position lors d’un courrier daté du 7 février [2012] qui motivait son refus de se soumettre à une requête faite au nom de la loi sur la liberté de l’information (Freedom of Information Act) sur les résultats de son enquête à Sarasota. La lettre de refus expliquait que « leur diffusion constituerait une atteinte injustifiée à la vie privée ».

« À aucun moment de cette enquête sur les attentats, connue sous le nom d’ "enquête PENTTBOM", le FBI n’a débouché sur les preuves reliant l’adresse 4224 Escondito Circle, Sarasota, Floride, à l’un quelconque des pirates de l’air du 11/9, » a précisé le chef de la section des archives, David M. Hardy.

Pourtant, de nouveaux documents provenant du Département de la police de Floride indiquent qu’un informateur avait déclaré au FBI en 2004 qu’al-Hijji considérait Oussama Ben Laden comme un héros, et qu’il aurait connu certains des pirates de l’air. L’informateur, Wissam Hammoud (ci-contre) a également dit qu’à un moment donné, al-Hijji lui avait présenté Adnan El Shukrijumah (voir fiche ci-dessous), l’ex-étudiant que Broward Bulldog [nom du site Web où est publié cet article – NdT] soupçonne d’être un agent opérationnel d’al-Qaïda, et qui figure sur la liste des personnes les plus recherchées (Most Wanted) du FBI. 

En 2003, le FBI avait demandé à l’avocat de Sarasota, Scott McKay, qui était en charge de la vente de la propriété, de convaincre le beau-père d’al-Hijji de revenir aux USA pour signer des documents. Le stratagème, destiné à ramener Ghazzawi devant les enquêteurs pour être interrogé, échoua, puisqu’au lieu de cela, Ghazzawi signa les documents de vente au consulat américain de Beyrouth.

L’agent du contreterrorisme expliqua que Ghazzawi et al-Hijji figuraient bien sur la liste de surveillance (Watch List) du FBI. L’homme estimait que les agences de renseignement US impliquées dans la traque des financements du terrorisme s’intéressaient aux deux hommes avant même le 11-Septembre.

Le FBI a interrogé la femme d’al-Hijji, dénommée Anoud, et sa mère de nationalité américaine, Deborah Ghazzawi, lors d’un bref retour à Sarasota qu’elles firent en 2003. La femme nia tout lien avec les terroristes du 11/9 et expliqua que leurs billets (avec son mari) pour leur retour en 2001 vers l’Arabie Saoudite avaient été réservés longtemps à l’avance.

Al-Hijji a déclaré au Daily Telegraph de Londres, lequel travaillait avec Broward Bulldog, qu’il était retourné aux USA pendant deux mois en 2005 pour étudier à Houston, mais qu’il n’avait pas été interrogé par le FBI. Quand on lui demanda pourquoi les agents fédéraux avaient interrogé sa femme et sa belle-mère, il expliqua qu’il «  n’en avait aucune idée. »

GRAHAM DEMANDE DE L’AIDE

En septembre dernier, le porte-parole du FBI a également contesté l’affirmation de Graham selon laquelle le Congrès n’avait pas été mis au courant de l’enquête de Sarasota.

Cela poussa Graham à demander l’aide du FBI pour identifier les documents sur "l’affaire Sarasota" du National Archives qui auraient prétendument été communiqués au Congrès. Et après deux mois – selon Graham – pendant lesquels le FBI « refusa ou se montra incapable » d’aider à retrouver ces fameux documents, tout à coup le Bureau envoya deux pièces au Comité du Renseignement du Sénat, que Graham avait autrefois présidé et auquel il avait toujours accès. Et c’est dans ces documents que Graham a découvert des faits contredisant les dénégations du FBI.

Graham a alors communiqué ces informations à la Maison Blanche d’Obama, qui a répondu en organisant une réunion entre Graham et le directeur adjoint du FBI, Sean Joyce. Joyce a expliqué à Graham qu’il ne voulait pas parler de "l’affaire Sarasota". Mais par ailleurs, il a assuré Graham que lui seraient rapidement fournis des documents confirmant les dénégations du FBI, et une autre réunion fut planifiée avec un agent du FBI.

Graham raconte qu’en décembre dernier, cette réunion planifiée fut brusquement annulée, et on l’informa qu’il ne recevrait pas d’autres informations sur l’épisode Sarasota.

 

Les coprésidents de la Commission d’enquête sur le 11/9, Thomas Kean et Lee Hamilton

 

Graham explique que l’enquête conjointe n’avait pas été la seule autorité à ne pas être informée sur "l’affaire Sarasota". Il raconte que les deux coprésidents de la Commission sur le 11/9, le républicain Thomas Kean et le démocrate Lee Hamilton, lui avaient affirmé qu’ils n’étaient absolument pas au courant de cet épisode.

Kean, un ex-gouverneur du New Jersey, a affirmé à Graham que la Commission aurait « étudié cela à fond  », car l’hypothèse selon laquelle les pirates de l’air avaient mis au point seuls [les attentats] n’était pas vraisemblable.

Kean n’a pas répondu aux nombreux appels téléphoniques lui demandant de commenter ces faits. Mais Hamilton, l’ex-élu au Congrès pour l’Indiana, a confirmé ce mois-ci qu’il n’avait rien su de l’histoire de Sarasota alors qu’il partageait la présidence de la Commission sur le 11/9.

Graham estime que les informations qui émergent aujourd’hui lui rappellent de façon sinistre ses propres découvertes lors de son enquête en Californie. Il avait en effet appris que les deux premiers pirates à rejoindre le sol des États-Unis [en janvier 2000 – NdT], les Saoudiens Khalid al-Mihdhar et Nawaf al-Hazmi, avaient initialement reçu l’aide d’un diplomate travaillant au consulat saoudien à Los Angeles, et ensuite d’un autre Saoudien qui avait aidé al-Mihdhar et al-Hazmi à trouver un appartement. De nombreuses sources ont dit aux enquêteurs qu’ils étaient convaincus que le Saoudien en question était un agent du gouvernement saoudien.

Plus tard, lorsque la Commission sur le 11/9 put avoir un accès – même limité – à ces deux individus en Arabie Saoudite, la réaction de ces deux âmes charitables fut décapante. Un mémo qualifie le témoignage de l’un d’eux comme étant « trompeur, inconsistant, invraisemblable ». Quant à l’autre témoignage, il afficha un « manque total de crédibilité. »

DEUX PIRATES DE L’AIR DU 11/9 VIVAIENT AVEC UN INFORMATEUR DU FBI

Graham est troublé par ce qu’il interprète comme la volonté persistante de la direction du FBI de cacher des informations, y compris celle sur le fait qu’al-Mihdhar et al-Hazmi ont vécu pendant deux mois en Californie chez un informateur payé par le FBI. Même lorsque cette information devint publique, le FBI refusa à Graham l’accès à son informateur. Ce qui amène l’ex-sénateur à se demander si ce refus est simplement dû à l’embarras du FBI, ou bien si l’informateur en question sait quelque chose d’autre qui pourrait «  être encore plus dommageable si cela venait à être révélé.  »

Les nouveaux documents du Département de la Police de Floride (FDLE) qui contiennent les informations troublantes d’Hammoud sur al-Hijji datant de 2004, ont renforcé les doutes de Graham, car ils sont en contradiction avec les déclarations publiques du FBI.

L’affirmation d’Hammoud selon laquelle al-Hijji lui aurait présenté Shukrijumah – qui n’est autre que le terroriste saoudien suspecté par le site Broward - est cohérente avec les rapports provenant de l’étude des allées et venues à Prestancia indiquant que Shukrijumah a bien rendu rendu visite au domicile des al-Hijji – et conforte les soupçons officiels comme quoi il était lié aux pirates de l’air. Une note figurant dans le rapport de la Commission sur le 11/9 précise que lorsque Mohammed Atta s’était rendu en mai 2001 dans un bureau de l’immigration à Miami pour un problème de visa, il était accompagné par un homme ressemblant fortement à Shukrijumah.

Graham voit dans cette dissimulation de preuves pointant le soutien saoudien aux pirates de l’air du 11/9, la volonté de conserver, à l’époque et encore maintenant, les faveurs de l’Arabie Saoudite vis-à-vis de l’Occident.

Fin décembre dernier, les USA annonçaient un nouveau contrat de Défense de 30 milliards de dollars signé avec les Saoudiens.

« Cet accord sert à renforcer les liens déjà solides entre les USA et l’Arabie Saoudite,  » a déclaré l’assistant du secrétaire d’État pour les affaires politico-militaires, Andrew Shapiro. « Cela démontre que l’engagement des USA pour de solides moyens de défense de l’Arabie Saoudite est un élément clé pour la sécurité de cette région.  »

Graham s’avoue déconcerté par cette annonce.

« Je pense que dans les jours qui ont immédiatement suivi le 11-Septembre, le FBI a reçu des instructions précises de la Maison Blanche de Bush pour ne rien révéler de potentiellement gênant pour les Saoudiens,  » a-t-il déclaré. « Mais ce qui est moins explicable, c’est la réticence de l’administration Obama à suivre la piste de l’implication des Saoudiens. Pour ces deux administrations, il y avait, et il continue d’y avoir l’obligation d’informer le peuple américain, à travers des informations dignes de foi. »

Dan Christensen est l’éditeur de Broward Bulldog.
Anthony Summers est le coauteur de « The Eleventh Day : The Full Story of 9/11 and Osama bin Laden », publié chez Ballantine Books.

Traduction GV 


Liens figurant dans l’article original : (en anglais)

1. Graham asks Obama for answers on Saudi 9/11 role ; FBI denies Sarasota probe found ties to plot

2. U.S. Rep. Castor calls for investigation of 9/11 Sarasota connection ; Graham prods White House

3. FBI says again it found no ties between Sarasota Saudis and 9/11 hijackers ; won’t release details

4. Bob Graham says FBI has not proved that it disclosed all it knew about 9/11 to Congress

5. FBI informant says Sarasota Saudi praised bin Laden ; knew Broward Qaeda suspect


En lien avec cet article :


A lire aussi :

A l’occasion du dixième anniversaire des attentats du 11-Septembre, Fabrizio Calvi a publié chez Fayard 11-Septembre, la contre-enquête. Il est aussi le réalisateur, avec Jean-Christophe Klotz, du documentaire Les routes de la terreur, diffusé en deux parties sur Arte le 31 août et le 7 septembre 2011.

Rompu aux enquêtes au long cours, spécialisé dans les affaires de criminalité organisée et les services secrets, Fabrizio Calvi mène depuis 1972 des activités d’écrivain, de journaliste et d’auteur de films. A l’actif de cet ancien de Libération (1973-1981) et du Matin de Paris (1983-1984), une dizaine d’ouvrages et une vingtaine de films. Parmi ses sujets d’investigation : les guerres de la mafia en Sicile, le rôle joué par la France dans un vaste trafic d’uranium en provenance de Namibie en violation d’une résolution de l’ONU, les trafics d’armes et de drogue dans les Balkans, les liens entre la mafia et le magnat de la presse italienne Silvio Berlusconi, les services secrets pendant la Seconde Guerre mondiale, le scandale du Crédit Lyonnais, l’affaire Elf, le terrorisme noir dans l’Europe de la guerre froide. De 2007 à 2010, il travaille à une vaste fresque sur le FBI. C’est alors que commence sa contre-enquête sur le 11-Septembre : trois ans à parcourir le monde, à la rencontre de plus de cent cinquante témoins directs. Son ambition : démonter l’engrenage implacable qui, dès 1979, mène aux attaques du 11 septembre 2001.



Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (96 votes)




Réagissez à l'article

119 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 23 février 2012 08:19

    cette journée du 11 septembre n’a été marqué par aucune zone d’ombre, tout c’est deroulé normalement, le tout c’est de savoir pour qui. Voir :

    http://2ccr.unblog.fr/2011/02/15/vous-avez-dit-11-septembre/


    • moorea34 23 février 2012 08:35

      Je comprends plus rien moi : ils ont existé ou pas ces pirates ?
       smiley
      C’était pas des Nologrammes ?

      Et cette Neuneuthermite alors ?
      http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1810 


      • robin 23 février 2012 08:45

        Toujours aussi pertinent mon pauvre quirant.... !


      • citoyenrené citoyenrené 23 février 2012 09:36

        « Je comprends plus rien moi »

        si vous le dites


      • Aldous Aldous 23 février 2012 10:44

        T’es pas payer pour comprendre de toutes façons !


        Fait ton taf de troll et puis c’est tout smiley



      • Aldous Aldous 23 février 2012 12:15

        Payé... (désolé)


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 23 février 2012 13:32

        ia orana,c’est des Tupapahu americnosionites qui ont fait le coup.Au Fenua on commence a construire des marae en formes d’avions !


      • Aleth Aleth 23 février 2012 13:39

        @ tous les pro-VO... Quirant et assimilés... qui maintiennent mordicus que la VO tient parfaitement la route...

        Le compte-rendu officiel du 11 Septembre : « terriblement défectueux », « bourré de contradictions », « une plaisanterie », « une façade »

        Plus de 40 citoyens américains ayant travaillé pour différents services de Renseignement et de Contre-terrorisme ont sévèrement critiqué le compte-rendu officiel du 11 Septembre ; la plupart d’entre eux demandent une nouvelle enquête. Il est scandaleux que la majorité des Américains [NdT : des Occidentaux, y compris nos concitoyens français] soient maintenus dans l‟ignorance totale de leurs déclarations publiques, conséquence immédiate du refus des organismes de la presse nationale [NdT : et internationale] comme des médias de masse de traiter cette question d‟une extrême importance. La crédibilité de ces personnes et leur loyauté envers leur pays ne peuvent être mises en doute, ce que démontre les années de service passées à collecter et analyser l’information, à planifier, et à effectuer des opérations cruciales pour la sécurité nationale des États-Unis.

        Ces 41 personnes ont travaillé pour le Département d’État américain, l’Agence de la sécurité nationale (NSA), l’Agence centrale de Renseignement (CIA), le Bureau fédéral d’investigation (FBI), l’Administration fédérale de l’Aviation (FAA), Le Bureau des douanes et de la protection des frontières ainsi que pour diverses sections de l’armée des États-Unis. Ils sont présentés ci-dessous en fonction du service pour lequel ils ont travaillé.

        http://www.reopen911.info/11-septembre/plus-de-40-mr-x-remettent-en-cause-la-version-officielle-des-attentats-de-2001/

        Document pdf avec les témoignages en question... http://www.scribd.com/doc/15615616/41-anciens-du-Contreterrorisme-et-des-Renseignement-remettent-en-cause-le-rapport-officiel-sur-le-11-Septembre

        _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

        L’avocat-conseil de la Commission sur le 11 Septembre – John Farmer – déclare que le gouvernement a accepté de ne pas dire la vérité sur le 11/9, faisant écho aux affirmations des autres membres de cette même commission, qui ont conclu que le Pentagone était impliqué dans une tromperie délibérée concernant leur réponse aux attaques. […] Il dévoile comment « le public a été sérieusement trompé concernant ce qui s’était produit le matin des attaques », et Farmer lui-même déclare que « à certains niveaux du gouvernement, à un certain moment… il y avait un accord pour ne pas dire la vérité sur ce qui s’est passé. » Seuls les plus naïfs discuteraient du fait qu’un accord pour ne pas dire la vérité est un accord pour mentir. La position de Farmer est que le gouvernement a accepté de créer une version officielle mensongère sur les événements afin de dissimuler la véritable histoire derrière le 11 Septembre. […]

        En août 2006, le Washington Post signala que « quelques membres de l’équipe de la Commission sur le 11 Septembre ont conclu que la première histoire décrivant la façon dont le Pentagone avait réagi aux attaques terroristes pourrait faire partie d’un effort délibéré pour induire en erreur la commission et la population, plutôt que le reflet du »nuage d’événements« de ce jour-là, selon les sources impliquées dans le débat. » Le rapport révéla comment la commission constituée de 10 membres suspectait fortement une dissimulation, à tel point qu’ils envisageaient de signaler le problème au Département de la Justice pour solliciter une enquête criminelle. « Nous n’avons à ce jour aucune idée de la raison pour laquelle le NORAD nous a dit ce qu’il nous a dit », a déclaré Thomas H. Kean, l’ancien gouverneur républicain du New Jersey, qui dirigeait la commission. « C’était si loin de la vérité… c’est une de ces absurdités qui n’a jamais été résolue. » Farmer lui-même est cité dans l’article du Washington Post, déclarant : « J’étais choqué de constater à quel point la vérité était différente de la façon dont elle était décrite… les cassettes du NORAD racontaient une histoire radicalement différente de ce qui nous avait été expliqué, et au public également, pendant deux ans… Ce n’est pas la vérité. »

        http://www.reopen911.info/News/2009/04/17/un-avocat-de-la-commission-sur-le-11-septembre-le-gouvernement-a-accepte-de-mentir/

        http://www.time.com/time/nation/article/0,8599,1921659,00.html

        _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

        Témoignage de Lee Hamilton, vice-président de la Commission, à propos des obstacles dressés pour faire échouer l’enquête… http://www.dailymotion.com/video/xcyg70

        _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

        Le sénateur Mark Dayton à propos des mensonges dans le rapport officiel... http://www.dailymotion.com/video/x2msea

        _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

        Ainsi, toutes les déclarations que le rapport final attribue à ces détenus sont exclusivement des informations de troisième main transmises à la Commission par la CIA. Comme le reconnaissent Kean et Hamilton, la Commission n’avait « aucun moyen de vérifier la fiabilité des informations [...] fournies ». Or, c’est sur la base des aveux de Khaled Sheikh Mohammed et des autres détenus - « les seules sources disponibles sur le complot » que la Commission a pu établir un lien entre al-Qaida, Ben Laden et les attentats du 11 Septembre. La fiabilité des aveux rapportés est d’autant plus sujette à caution que les détenus clés, dont Khaled Sheikh Mohammed, avaient été soumis à la torture du « waterboarding » lors de leurs interrogatoires par la CIA. Michael Hayden, directeur de la CIA, l’a admis devant la Commission du renseignement du Sénat américain le 5 février 2008. puis un mémo rendu public par le Département de la Justice en avril 2009 révèla que Khaled Sheikh Mohammed fut torturé à 183 reprises en mars 2003. Ces révélations inspirèrent au journaliste du New Yortk Times Philip Shenon le commentaire suivant : « Tout ceci jette un voile sur la crédibilité du rapport final de la Commission. Dans les cercles du renseignement, on n’accorde que peu de crédit aux témoignages recueillis sous la torture. Les études démontrent que les gens diront n’importe quoi si on les menace d’une douleur physique intense »[…] (restrictions d’accès à certains documents cruciaux) Ces obstructions répétées conduisirent à la démission de l’un des membres de la Commission, le Sénateur Max Cleland. Dans une série d’interviews, celui-ci avait alors qualifié l’enquête de « scandale national » et accusé la Maison Blanche de vouloir masquer les faits. [...] Pas un seul haut-responsable n’a d’ailleurs été sanctionné ou démis de ses fonctions pour les incompétences grossières dont nous avons été témoins ce jour-là. Bien au contraire, les stupéfiantes défaillances de la défense aérienne ont été « sanctionnées » ... par des promotions.

        http://www.reopen911.info/11-septembre/le-gouvernement-bush-s-est-oppose-a-ce-qu-une-enquete-ait-lieu-sur-les-attentats-du-11-septembre/

        _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

        Ayant couvert les travaux de la commission du début à la fin, puis écrit une histoire de l’enquête, je me demande si le congrès saisit l’ironie qu’il y aurait à mettre en place une « commission du 11 septembre » bis pour traiter de cette question. D’anciens enquêteurs de la commission ont admis devant moi l’an dernier que le comité fut, sur la question de la torture, particulièrement myope. Tout au long des années 2003 et 2004, la commission semble avoir ignoré de sérieux indices suggérant que la reconstitution du complot et l’historique d’Al Qaeda reposaient en très large part sur des renseignements obtenus par la torture, ou des techniques qui en sont proches.

        Le comité n’a pas émis de protestation publique au sujet des méthodes d’interrogatoire de la CIA, en dépit d’informations parues dans la presse de l’époque et attestant de la brutalité de ces méthodes. Mieux, afin d’obtenir des réponses à ses questions, la commission a requis en 2004 de la CIA une nouvelle tournée d’interrogatoires. Tout ceci jette un voile sur la crédibilité du rapport final de la commission. Dans les cercles du renseignement, on n’accorde que peu de crédit aux témoignages recueillis sous la torture. Les études démontrent que les gens diront n’importe quoi si on les menace d’une douleur physique intense. Et pourtant, il est très possible que les suspects membres d’Al Qaeda, seules sources d’information pour de longs passages du rapport de la commission, aient été soumis à des techniques d’interrogatoire « améliorées », ou menacés de leur emploi, du fait même de la commission pour le 11-septembre. Bien que la CIA affirme qu’elle a mis fin à l’utilisation du « waterboarding » (ou simulacre de noyade) dès le début de 2003, l’agence a continué de faire usage de méthodes « améliorées », utilisant la douleur, la privation de sommeil et l’isolation sur de longues périodes — qui ont toutes été qualifiées de torture. La CIA maintient que les méthodes utilisées étaient légales et approuvées par la Maison Blanche. [...]

        L’ancien sénateur Bob Kerrey du Nebraska, un démocrate ayant siégé dans la commission, m’avait soufflé l’an dernier avoir longtemps craint que l’enquête ne repose en trop grande partie sur des déclarations faites sous la contrainte de prisonniers d’Al Qaeda [...] il y avait selon lui « des raisons de penser qu’on s’est trompé sur certains détails » concernant le complot du 11 septembre et Al Qaeda.

        http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20090316.OBS9073/dans-newsweek-la-commission-du-11-septembre-et-la-torture.html

        _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

        Le rapport officiel de la Commission - représentant la ‘bible’ de la VO stipule sans ambiguïté que des appels ont été passés depuis des téléphones portables notamment à 7.500 et 12.000 mètres d’altitude. Or la technologie permettant de passer des appels à ces altitudes depuis un téléphone portable dans un avion commercial n’existait pas à l’époque. En septembre 2001 il était impossible de passer des appels téléphoniques depuis des téléphones portables dans un avion commercial aux altitudes indiquées dans le ’rapport officiel’... la technologie n’a pas été mise en oeuvre avant 2004.

        http://www.lepoint.fr/actualites-technologie-internet/2008-04-10/telephones-mobiles-en-avion-les-secrets-d-une-revolution/1387/0/237248

        Par conséquent à partir de là ces informations présentes dans le rapport officiel ne sont que purs mensonges (parmi d’autres). En voici encore un qui figure dans le rapport officiel (la liste est longue)...

        Le récit d’Olson contredit par le FBI

         La contradiction officielle la plus sérieuse de l’histoire de Ted Olson est venue en 2006 au procès de Zacarias Moussaoui, le prétendu 20ème pirate de l’air. Les preuves présentées à ce procès par le FBI incluaient un rapport sur les appels téléphoniques des quatre vols du 11 Septembre. Dans son rapport sur le Vol 77 américain, le rapport du FBI a attribué seulement 1 appel à Barbara Olson et c’était « un appel non abouti, » qui a donc duré : « 0 secondes. »(9) Selon le FBI, donc, Ted Olson n’a pas reçu un seul appel de sa femme, que ce soit d’un téléphone portable ou d’un téléphone de bord.

         En revenant au 11 septembre 2001, le FBI lui-même avait interrogé Olson. Un compte-rendu de cet entretien indique qu’Olson a déclaré aux agents du FBI que sa femme l’avait appelé deux fois du Vol 77.(10) Et pourtant le FBI, qui a présenté en 2006 un rapport sur les appels du Vol 77, a indiqué qu’aucun de ces appels n’a abouti.

         C’était un développement étonnant : le FBI fait partie du Ministère de la Justice et, pourtant, son rapport a sapé les déclarations publiques de l’ancien avocat général du Ministère de la Justice affirmant qu’il avait reçu deux appels de sa femme le 11 Septembre.

         http://www.reopen911.info/News/2008/05/13/le-temoignage-dolson-sur-les-appels-telephoniques-de-barbara-olson-le-11-septembre-trois-dementis-officiels/

        Le scientifique canadien et mathématicien réputé A. K. Dewdney, qui a longtemps tenu une rubrique dans Scientific American, a fait le rapport début 2003 d’expériences montrant que ces difficultés auraient rendu impossibles la plupart des appels signalés avec les téléphones portables dans les avions de ligne du 11-Septembre. Ses expériences concernaient à la fois les avions monomoteur et bimoteurs. Dewdney a constaté que dans un avion monomoteur, un appel n’avait une chance d’aboutir qu’en dessous de 2000 pieds (600m). Au delà, les connections étaient très improbables. À 20.000 pieds (6000m), « la probabilité qu’un appel de téléphone portable parvienne au sol et se connecte à une station de base est de moins de un pour cent… La probabilité pour que deux personnes parviennent à s’appeler est de moins de un pour dix mille. » Dewdney ajoutait qu’une probabilité de 13 appels réussis était « infinitésimale ». Dans des expériences ultérieures avec un avion bimoteur offrant une plus grande masse et donc une plus grande isolation des signaux électroniques, Dewdney a constaté que le taux de réussite tombait à 0 pour cent à 7000 pieds (2100m).

        Un avion plus gros, ayant une bien plus grande masse, aurait eu une isolation encore beaucoup plus importante – un fait, ajouta Dewdney, qui « s’accorde avec de nombreuses anecdotes rapportant … que dans de gros avions de ligne, on perd le contact durant le décollage, souvent avant que l’avion n’atteigne les 1000 pieds (300m) d’altitude. » C’est pourquoi Dewdney a conclu que de nombreux appels réussis à partir de portables dans des avions volant à plus de 30.000 pieds (10000m) auraient été « carrément impossibles. » Ces appels ne deviendraient possibles que des années plus tard. En 2004, Qualcomm annonça l’expérience réussie d’une technologie fondamentalement nouvelle du téléphone portable, mettant en œuvre une « pico-cellule » (NdT : cellule terrestre reconstituée localement à bord de l’avion) qui permettrait aux passagers « de passer et de recevoir des appels comme s’ils étaient à terre. »

        http://www.reopen911.info/News/2010/10/29/les-appels-telephoniques-dans-les-avions-revus-et-corriges-par-d-r-griffin-12/

        Je rappelle que ces soi-disant appels téléphoniques, ces soi-disant ‘éléments/témoignages’ ont permis de conclure - selon la VO - le détournement des avions par des ‘terroristes islamistes armés de cutters’. Quelques heures plus tard le nom et la photo des (soi-disant) 19 ‘kamikazes’ faisaient déjà le tour du Monde (dont un passeport trouvé intact à ground zero après avoir traversé sans encombre l’explosion/crash dans l’une des tours... et parmi les noms et photos médiatisés, certaines personnes étaient encore en vie, vivant au Moyen-Orient, ayant indiqué a posteriori que leur passeport avait été volé). Pourtant l’enquête officielle a débuté 441 jours plus tard (sous pression des familles des victimes). Le budget alloué à l’enquête était aux alentours de 14 millions $ au total (pour de tels évènements historiques !!!)... pour l’affaire Clinton-Lewinsky… 40 millions $.

        _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

        Donc pour résumer... 41 anciens agents du renseignement et assimilés… John Farmer, l’avocat-conseil de la Commission d’enquête… Thomas Kean, ancien gouverneur et président de la Commission d’enquête... Lee Hamilton, vice-président de la Commission d’enquête… Max Cleland, sénateur et membre de la Commission d’enquête (qui a préféré démissionner)… Bob Kerrey, sénateur et membre de la Commission d’enquête… Mark Dayton, sénateur... (sans parler des milliers d’architectes, ingénieurs, pilotes, militaires, pompiers, familles des victimes, ...) ont finalement émis de sérieux doutes quant à la crédibilité du rapport officiel (ou la VO) ou ont déclaré qu’il ne décrit pas la vérité à propos des attentats du 11 septembre 2001... qu’il y a une multitude d’incohérences et de mensonges… des contradictions/dissimulations de la part du NORAD ou de la CIA... qu’il y a eu de nombreuses obstructions à l’enquête de la part de l’administration Bush (qui a tout fait au préalable pour que l’enquête ne voie pas le jour...).

        Ainsi que :

        - la simulation militaire (exercices) de détournements d’avions le matin même des attentats.
        - les fighters ’indisponilbles’ à des dizaines de km à la ronde à NY et à Washington durant des heures.
        - la pulvérisation totale de 3 tours (2 avions) à structure d’acier façon démolition contrôlée..
        - les explosions dans les sous-sols avant et après l’impact des avions.
        - les tonnes de métal en fusion durant des semaines à ground zero.
        - la nanothermite trouvée dans les poussières de ground zero.
        - aucun élément du Boeing 757 ’évaporé’ dans les décombres du Pentagone (parties des moteurs en titane etc...). Pas une vidéo du soi-disant avion pour l’un des bâtiments les plus surveillés au Monde (plusieurs dizaines de caméras). Le Pentagone détruit pile poil à l’endroit où avait lieu l’enquête sur les 2.300 milliards $ « égarés » par l’armée (perte déclarée par Rumsfeld le... 10/09/2001).
        - aucun élément du Boeing 757 ’évaporé’ à Shanksville.
        - Bush et Cheney exigeant de témoigner ensemble, sans prêter serment, sans caméras, sans journalistes.
        - les délits d’initiés juste avant les attentats.
        - Ben Laden non recherché par le FBI pour ces attentats.
        - l’autorisation de décollage pour la la famille Ben Laden (dont un membre ayant participé à une réunion Carlyle, la famille Bush notamment en étant membre) alors que TOUS les avions (hormis Air Force One) étaient interdits de vol sur tout le territoire, même l’avion de Bush père (dans une procédure « normale » la première des choses serait d’interroger la famille du soi-disant suspect n°1).
        etc.. etc... etc...


      • Aleth Aleth 23 février 2012 13:42

        (suite...) Donc selon vous (les pro-VO), la VO, la version Bush & co, tient parfaitement la route sans l’ombre d’un doute. Je me demande parfois comment vous parvenez à vous regarder dans un miroir. Car je suis certain que beaucoup d’entre vous ont pleinement conscience que la VO est un ramassis d’absurdités, et pourtant vous persistez coûte-que coûte. Certains membres de la Commission eux-mêmes avouent que la VO ne tient pas la route sur bien des aspects, mais pour vous elle ne pose aucun problème, tout se tient de bout en bout, inutile de se poser des questions, selon vous le récit propagé dès le premier jour par les autorités officielles ne doit pas être remis en question. C’en devient suspect. Qu’est-ce qui serait pire ? Que vous soyez payés pour ça ou que vous le fassiez gratuitement...(?) Et l’amour propre dans tout ça ? Pensez-y la prochaine fois que vous ferez face à un miroir... vous entendrez peut-être comme une sorte de petite voix au fond de vous...« Tu n’as pas honte ? » Comment pouvez-vous encore soutenir et défendre mordicus la VO malgré toutes ses défaillances avérées ?

        Et encore il ne s’agit que d’un échantillon de toutes les ’failles’ de la VO. Une personne normalement constituée se poserait automatiquement des questions, s’interrogerait quant au bien-fondé de la version Bush & co (qui a par la suite modelé le Monde jusqu’à présent). D’autant plus que des membres de la Commission d’enquête (ainsi que 41 anciens agents du renseignement et assimilés, etc) la remettent en cause et déclarent qu’elle est bourrée d’erreurs, d’inexactitudes, de mensonges, ... qu’elle représente le fruit d’une manipulation en vue de tromper l’opinion publique internationale. Et les faits sont là ! S’il n’y avait qu’une erreur par-ci par-là... mais là il y en a des dizaines voire des centaines. Rien que l’affaire des soi-disant appels téléphoniques depuis les avions qui s’avèrent IMPOSSIBLES à l’époque... et qui ont permis de conclure au détournement des avions par des « terroristes kamikazes islamistes armés de cutters »... encore un mensonge démontré. En fait la VO ne repose sur RIEN si ce ne sont des MENSONGES.

        Eh bien il y a encore des individus qui persistent en affirmant que la VO ne comporte absolument aucune erreur, que tout se tient de A à Z, et qui répètent sans cesse qu’il est inutile de se poser des questions, qui interdisent formellement de douter, sans quoi on passerait pour des « demeurés/naïfs/révionnistes/négationnistes/antisémites/complices des islamistes/etc... » ou que sais-je encore. Si ce n’est pas de la mauvaise foi je ne sais pas ce que c’est. C’est à se demander ce qu’ils y gagnent de continuer à faire perdurer cette légende absurde qu’est la VO. Des intérêts particuliers, une idéologie à défendre ? Les « Joe le Taxi » et autres hypocrites qui ne savent plus quoi inventer comme subterfuges pour (hum) « argumenter ». Devant l’évidence, devant les faits, ils ne renoncent pas, portes-voix (braves toutous) de la propagande officielle.


      • Stéphane Decize 23 février 2012 14:46

        Tu as tout résumé.

        Y a rien à rajouter.

        Sauf peut-être une question que je me pose : On fait quoi maintenant ? Nous sommes des millions à réfuter ces foutaises, quel recour a-t-on lorsque les coupables sont à la fois responsables et juges des évènements ?

        Il serait intéressant à l’heure où avaast connait un véritable succès, de signer une pétition mondiale pour la réouverture d’une enquête indépendante. Voir combien de millions de gens seraient prêt à soutenir une contre-enquête.


      • Aleth Aleth 24 février 2012 01:59

        J’ai bien peur que ce soit loin d’être trivial. A l’évidence ces ’élites’-là mettront tout en oeuvre pour maintenir la chape de plomb, pour laisser fermée la boîte de Pandore. Les ’responsables’ ou les ’complices’ de ces attentats (ainsi que toutes les ’élites’ mondiales ayant malgré tout validé la version officielle, les médias, les collabos comme Quirant, etc) ne peuvent pas se permettre de laisser éclater la vérité au grand jour. Il y a un mécanisme en marche qu’ils alimentent en permanence en énergie... depuis plus d’une décennie... sinon ils perdent tout. ’Show must go on’. Déjà bon nombre de protagonistes de l’époque iraient illico presto dans le couloir de la mort (après un lynchage en bonne et due forme). En tirant sur le fil, l’Humanité entière découvrirait la pelote de mensonges et de manipulations à l’échelle internationale, l’arnaque des conflits et occupations en conséquence, les lois liberticides, etc. A quel point les ’élites’ peuvent être machiavéliques, perverses et génocidaires lorsqu’il s’agit de défendre leurs propres intérêts... faire fructifier la monnaie... placer leurs pions sur l’échiquier... répandre la mort... des psychopathes en somme ! Cui prodest ? Qui tire bénéfice de tout ça ? La réponse est limpide.

        Loin de moi l’idée de perdre espoir. Les coupables (et les complices) doivent payer d’une manière ou d’une autre. Comptons sur le partage de l’information (ce qui a plutôt réussi jusqu’ici) et sur de plus en plus d’êtres éveillés, curieux et courageux. Mais avec les problèmes du quotidien et le précipice vers lequel l’Humanité est dirigée, la question du 11-septembre n’est semble-t-il pas la priorité du ’citoyen lambda’, même si dans l’absolu cela reste un sujet crucial. Quant aux politiques ou aux médias ’mainstream’, ils ne vont certainement pas scier la branche sur laquelle ils sont assis. Et Quirant & co qui font tout pour tenter d’embrouiller les esprits et propager la version des ’élites’... c’est pathétique. En outre malgré tout la vérité se dévoile chaque jour qui passe. A présent la version Bush & co et toutes les inepties qui s’y rattachent ne peuvent plus figurer dans un livre d’Histoire digne de ce nom. Pour l’exemple un élève pourrait démontrer point par point à son professeur que cette version est erronée sur bien des aspects, preuves et démonstrations à l’appui. Alors peut-être pas demain mais un jour prochain la version officielle, telle qu’elle est présentée, finira dans les oubliettes du temps. De là à ce que les coupables et complices répondent devant la Justice... c’est pas gagné.


      • Albar Albar 23 février 2012 08:42

        Bonjour Robert et à l’auteur, article édifiant

        Le crime profite tout simplement aux néo cons sionistes.


        • Javascript Javascript 23 février 2012 09:43

          Bonjour moorea,

          Je connais le site Bastison, j’ai moi-même de gros doutes sur le 11 Septembre et sans en faire une obsession j’avais fait à une époque une recherche sur le net pour m’informer de ce qui se dit ici ou là à ce propos, ce qui m’avait amené sur ce site.

          Ce qui est expliqué sur ce site m’a semblé très intéressant mais par la suite plusieurs petits détails m’ont dérangé fortement.

          Premier point, le site n’accueil aucun commentaire, très dérangeant je trouve pour un site sur un sujet aussi gros.

          Deuxième point, j’ai par hasard appris en « tombant » sur Jérôme Quirant (que je ne connaissais pas) à la télévision que c’est lui qui tenait ce site, ça doit probablement être signalé sur le site mais je n’y ai pas vu cette information. Jusque là pas de problème sauf que le personnage ne m’a absolument pas convaincu, en plus d’être particulièrement hargneux et agressif il ne s’est pas inquiété le moins du monde de ne pas avoir de contradicteur face à lui, du coup ce n’était pas un débat mais un monologue. Cerise sur le gâteau, il a eu des termes très durs à l’égard de ceux qui doutent, comme je ne paye pas une redevance pour me faire insulter, j’ai vite zappé.

          Troisième point, j’avais bien apprécié le site de re-open, qui est véritablement l’opposé voire l’adversaire de bastison. Et là surprise, le dit-Jérome Quirant qui n’a pas trouvé judicieux de mettre la possibilité de commenter son site était à l’époque visiblement très actif dans les commentaires de re-open. J’ai trouvé ça très mesquin de la part de ce monsieur.

          Bref, le site de Bastison est totalement discrédité à mes yeux et je vous encourage à changer de référence.

          Cordialement,


        • Javascript Javascript 23 février 2012 09:45

          Oups, mon commentaire ci-dessus est mal situé.

          Toutes mes excuses Albar.


        • Javascript Javascript 23 février 2012 14:03

          Bonjour Alchimie

          Vous vous méprenez sur mes paroles, je ne remet pas en question ce qui est écrit sur Bastison pour la simple raison que je n’ai pas les connaissances techniques pour me faire une idée, je critique donc la forme et non le fond. Mes doutes sur le 11 Septembre sont du domaine du profane, j’ai un doute et je tente dans la limite de mes moyens de me documenter.

          A partir de là j’apprécie qu’on m’apporte des informations, des contradictions et qu’on me laisse un espace pour dialoguer, débattre et échanger. Je note que cet espace est disponible sur Reopen et non sur Bastison.

          De plus en ce qui concerne Jérôme Quirant lui-même je le redis, je ne met pas en doute ses compétences en génie civil mais je note deux choses :

          - 1 : je suis particulièrement imperméable à toute tentative de m’assener une vérité à coup de masse (cf mon exemple sur la fois où j’ai vu Mr Quirant à la télévision, sans contradicteur et distribuant aux crédules dans mon genre des joli noms d’oiseaux). Je ne demande pas à être traité avec déférence mais un peu de respect pour le téléspectateur-payeur que je suis est bienvenue.

          - 2 : Il est peut-être seul pour faire son site mais il n’est pas seul dans son camp, je reprend une fois de plus l’exemple de son passage à la télévision où j’ai pu constater qu’il disposait d’une couverture médiatique que ReOpen ne semble pas avoir (si je me trompe merci de m’indiquer une émission dans laquelle cette association à eu un temps de parole télévisé au moins égal).

          Cordialement,


        • Robert GIL ROBERT GIL 23 février 2012 14:55

          « Le crime profite tout simplement aux néo cons sionistes. »

          plus largement il profite a tout les capitalistes et leurs multinationales


        • Javascript Javascript 23 février 2012 15:28

          Alchimie,

          des gens qui font juste de la rhétorique et cherchent à déformer la vérité pour assoir leurs convictions, qu’ils appellent hypocritement des doutes.

          Là vous extrapolez sur les intentions des gens en leur prêtant une certaine malhonnêteté. Cela ne vous grandi pas, on ne débat pas en partant du principe que son interlocuteur ment, c’est insultant.

          Je pense d’ailleurs que vous me devez des excuses pour laisser supposer publiquement que c’est mon cas.


        • robin 23 février 2012 08:48

          Le FBI étale maintenant publiquement et sans honte ses méthodes de fabrication de toutes pièces de faux attentats avec en bout de piste un pauvre diable tombé dans le piège qu’ils ont convaincu d’être le dindon de la farce, ça ouvre de claires présomptions sur les auteurs du 11 septembre.


          • appoline appoline 23 février 2012 12:39

            Comme quoi la vie des autres n’a pas la même valeur, tout dépend à qui la mort profite.


          • robin 23 février 2012 08:52

            Sarasota c’était pas l’école où Bush faisait le benêt pendant l’attentat ?


            • riorim riorim 26 février 2012 13:43

              Sarasota c’était pas l’école où Bush faisait le benêt pendant l’attentat ?

              Bonne pioche, Robin, maintenant il faut aller plus loin  : qui a manigancé quoi à Sarasota ?


            • joletaxi 23 février 2012 10:29

              On progresse...

              on a abandonné les avions holographiques, les passagers « du vent », voilà maintenant qu’il y a des pirates,et de surcroît des islamistes.

              étape suivante : les pirates ont embarqué dans les avions.


              • Aldous Aldous 23 février 2012 10:47

                Ils vous font un forfait 9/11+fukushima ou bien vous etes payé au km joeletaxi ?


                Un conseil a vos patrons : changez de taxi : celui là est a bout d’arguments. smiley






              • mortelune mortelune 23 février 2012 12:50

                Joletaxi vous auriez pu être dans une des 2 tours du WTC, mais non... Vous auriez pu être les fesses sur un réacteur de Fuku, mais non... On a vraiment pas de chance sur Agora ;o)



              • JL JL1 23 février 2012 10:41

                Cetjoletaxi, moréa34, ...

                votre humour de potaches en délire, autour de cette affaire qui a fait des milliers de morts, sinon des centaines de milliers par les guerres qui ont été initiées par ce prétexte, est écœurant et donne envie de vomir.

                Vous êtes vraiment haïssables.
                Désolé, il fallait que je le dise.


                • Aldous Aldous 23 février 2012 10:48

                  C’est le salaire de la haine...


                • joletaxi 23 février 2012 11:20

                  bah oui, d’ailleurs vous haïssez tout ce qui ne pense pas(oups, penser dans votre cas me semble abusif) comme vous, vous le démontrez à longueur de commentaires.

                  A vrai dire je vous répondrai comme votre égérie nordique, je vous em....


                • JL JL1 23 février 2012 11:53

                  Joletaxi,

                  je n’en attendais pas moins venant de vous : vous êtes parfaitement prévisibles ; vos injures à mon égard ne sont pour moi qu’ hommages du vice à la vertu, puisque que nous pensons différemment, ce que vous confirmez vous-même.

                  C’est inversible, je le reconnais. Nul n’est parfait.

                   smiley


                • joletaxi 23 février 2012 11:57

                  JL

                  des injures ?

                  je ne fais que reprendre un mode de communication très prisé dans le monde judiciaire et dans certains partis de progrès.

                  Au moins cela a le mérite d’être clair, pas de langue de bois,pas de déclaration mielleuse et hypocrite,je dois dire qu’elle me devient sympa


                • mortelune mortelune 23 février 2012 12:54

                  Joletaxi écrit :« A vrai dire je vous répondrai comme votre égérie nordique, je vous em.... »


                  En fait il veut juste nous dire qu’il nous embrasse. Alors moi je dis que je choisis soigneusement ceux qui veulent m’embrasser et que Jo ne fait pas parti de mes choix.

                • Stéphane Decize 23 février 2012 11:05

                  Il faut que la vérité éclate.

                  Je pense, aux vues des prises de position de chacun d’entre nous, que nous avons tous conscience des énormités promulguées par le gouvernement américain et relayées aveuglement par les pseudos journalistes de notre pays.

                  Il est inconcevable, dramatique et même suspect que l’affaire soit à ce point étouffée par les médias traditionnels.

                  aujourd’hui nous ne savons pas qui sont les vrais auteurs du 11 Septembre, mais fermer les yeux et accepter la version officielle équivaut à se rendre complice du crime qui a été comis.

                  Merci à à re-open 911 !


                  • joletaxi 23 février 2012 11:07

                    @Stephane

                    je m’abuse ou on parle de pirates ?


                    • Stéphane Decize 23 février 2012 11:33

                      La thèse officiel fait état de 19 pirates de l’air rendus coupable des évènements à savoir : 

                      4 détournements d’avion survenus dans la même journée, étant selon la version officielle la cause de la mort de 3 000 personnes.

                      Sur ces 4 Crash, 3 sont la réalisation de prouesses techniques qu’un amateur ou même un pilote professionnel novice était dans l’incapacité de réaliser.

                      Pour deux de ces crahs, aucun débrit significatifs ou de preuves matériels ont été retrouvés démontrant la thèse officiel. (Pentagone, Pennsylvanie)

                      Enfin sur ces 19 pirates de l’air, plusieurs d’entre eux se sont manifestés les jours suivants le 11/09 pour protester et affirmer qu’ils étaient toujours en vie.

                      Oui, on parle bien de pirate. Restent à savoir lesquels.


                      • joletaxi 23 février 2012 11:54

                        en voiture Simone...

                        Sur ces 4 Crash, 3 sont la réalisation de prouesses techniques qu’un amateur ou même un pilote professionnel novice était dans l’incapacité de réaliser.

                        Pour deux de ces crahs, aucun débrit significatifs ou de preuves matériels ont été retrouvés démontrant la thèse officiel. (Pentagone, Pennsylvanie)

                        bon, on revient à la case départ, les avions sur les les tours, que tout le monde a cru avoir vu,sont des hologrammes, les passagers des avions qui ont disparu sont dans des îles à se dorer la pilule (mince j’ai encore tout faux, ils ont été dirigés vers une usine de nourriture pour chiens),et les tours ont été démolies sous contrôle.

                        là j’ai fait des progrès non ?


                        • Stéphane Decize 23 février 2012 12:08

                          Il n’y a que vous qui parlez d’hologrammes.

                          Je ne parle uniquement de faits, qui n’ont pas été expliqués dans la version officielle et qui aujourd« hui suscitent l’étonnement.

                          Doute partagé par des professionnels, des experts dans le domaine de l’aviation, du génie civil et des sciences.

                          Alors à moins que ces experts soient des hologrammes à leur tour, ou peut être des »c..." , comme ose le faire un des cadres de charlie hebdo à l’intention de ceux qui remettent en cause la thèse officiel, vous admettrez que cette histoire telle qu’elle est racontée est suspecte et mérite d’être revue.

                          Vos arguments visant à nous faire passer pour des débiles sont à l’image de ce que font les journalistes lorsque des gens comme Kassowitz ou Bigard osent remettre en question la version officielle : Du dénigrement, mais aucun argumentaire réel, scientifique et sérieux.


                        • joletaxi 23 février 2012 12:18

                          ah non, les hologrammes, c’est pas de moi, j’suis sans doute un salaud qui mérite d’être traîné au banc d’infamie du tribunal international de JL et Pireatome, mais je vous défends de me prendre pour un imbécile.
                          Moi je ne fais que tenter de suivre les circonvolutions et autres acrobaties mentales que je lis sur ce blog.

                          @Tall

                          une preuve de plus à verser au dossier, merci


                        • Aldous Aldous 23 février 2012 12:23

                          Joe a raison, les crashs étaient à la portée du premier pilote de simulateur de vol venu.


                          La preuve : la tour numéro 7 est tombée après avoir été percutée par un 747 virtuel dans microsoft flight simulator !

                          C’est fou ce que ce jeu est réaliste, hein Joelepilote ? smiley




                        • joletaxi 23 février 2012 12:37

                          moi je n’affirme rien, je lis vos élucubrations, toujours savoureuses.

                          je suis désappointé car un moment javais eu espoir que l’on aie avancé dans ce dossier qui passionne les foules.
                          Mais las, je me dois de constater que aucun point n’est acquis.

                          On en revient à des avions holographiques téléguidés,des passagers fantômes qui s’évaporent, des familles en deuil, qui rentrées chez elles font la nouba,et bien sur, une démolition contrôlée, ainsi qu’un déblai déjà commandé à l’avance et la ferraille vendue à des intermédiaires chinois.

                          Allez-y les gars, étonnez-moi, je sais que vous en êtes capables.


                        • Stéphane Decize 23 février 2012 12:57

                          Moi tout ce que je vois est qu’aujorud’hui, des personnes hautement qualifiées sont parvenus à démontrer scientifiquement que la version officielle est fausse et que l’on a délibérément maquillé, tronqué et supprimé des preuves.

                          Là dessus on dit quoi ? On continue à jouer les candides ?


                        • Stéphane Decize 23 février 2012 14:04

                          Allez ! une attaque de plus sur la personne. vous êtes d’un pathétique...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès