Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Non, le dioxyde de carbone est incapable de diriger le climat

Non, le dioxyde de carbone est incapable de diriger le climat

Pour un physicien, c'est une faute professionnelle vite évidente, que l'affirmation made in IPCC, que le dioxyde de carbone atmosphérique puisse jouer le rôle politique qu'ils attendent de lui : diriger le climat pour nous punir de nos péchés.

De très grandes glaciations se sont produites sous des atmosphères incomparablement plus riches en dioxyde de carbone que l'actuelle. En revanche c'était toujours lorsque le système solaire traversait un bras galactique, donc recevait un fort rayonnement cosmique, ce qui provoque une nébulosité plus forte (germination des gouttelettes de nuage).

De plus, l'étude de la transmittance spectrale de l'atmosphère claire prouve que l'absorption des infra-rouges par les deux modes de vibration de la molécule CO2 sont quasi-saturés, et ne jouent donc même plus de rôle marginal dès le double de la concentration actuelle. Autrement dit n'a joué aucun rôle thermique du tout durant la quasi-totalité de l'histoire climatique terrestre ; sauf justement les très rares périodes de grande raréfaction du CO2 atmosphérique, comme présentement, une période froide avec glaciers et calottes pôlaires.

 Cet article était la suite de Mythe carbocentrique et Doha, une pompe fiscale pour subventionner des compradores.

La transparence spectrale de l'atmosphère entière au rayonnement thermique terrestre doit s'apprécier sur la figure :

http://planet-terre.ens-lyon.fr/planetterre/objets/Images/bilan-radiatif-terre2/bilan-radiatif-terre2-fig13.gif

Actuellement, l'absorption atmosphérique est de 60 à 70 % dans la bande des 15 µm de l'ozone et du gaz carbonique, d'environ 80 % dans la bande des 6 µm de la vapeur d'eau, de 85 ou 90 % dans la bande des 4,3 µm du dioxyde de carbone.

Dans tous les cas, on est effectivement fort proche de la saturation : doubler le dioxyde de carbone atmosphérique sera très loin de doubler l'absorption. De plus, la vapeur d'eau joue un rôle plus sensible. Sans parler évidemment de la nébulosité, cette figure n'est valide que pour l'atmosphère parfaitement claire, sans brumes ni aérosols.

Le lien causal, politiquement admis, est donc largement infirmé par les études spectrales.

 Or les travaux dirigés publiés par Gilles Delaygue sur le site Planet Terre, dirigé par l'école doctorale par l'ENS de Lyon, à l'adresse http://planet-terre.ens-lyon.fr/planetterre/XML/db/planetterre/metadata/LOM-series-temporelles1.xml sont entièrement dirigés de façon à ce que les étudiants croient qu'une corrélation emporte une relation causale : la teneur en CO2 emportant avec elle la température des surfaces des océans. Bah oui, Gilles Delaygue est un fanatique militant carbocentriste...

De quoi l'erreur peut-elle provenir ? Le thermomètre utilisé est le rapport isotopique de l'oxygène dans des séries de sédiments à foraminifères.
Le couplage causal est exactement à l'inverse de la croyance politiquement admise : un océan plus chaud solubilise moins de CO2, cette teneur dans l'atmosphère est donc simplement elle aussi un thermomètre, et non pas une cause. Et ce thermomètre retarde de quelques 800 à 1000 ans sur la température des océans. Causal, ce thermomètre retard ? L'affirmer comme le GIEC et Delaygue l'affirment, est une faute professionnelle inexcusable.


Il nous faut donc chercher ailleurs cette cause majeure, ou plusieurs.

Déjà une première omission est frappante dans la longue page de TD déjà citée, sur les séries temporelles : aucune évaluation des émissions volcaniques correspondantes, par le dioxyde de soufre, or cela se fait avec une simple mini-électrode de pH, sur l'eau de fonte des carottes.
La conclusion à obtenir a donc dicté les études qui sont publiées. C'est qu'il n'y a pas de recherches sans crédits, le politique détient là un gros moyen de corruption et de chantage sur le scientifique. Et on a eu les preuves qu'avant les politiques, avant Margaret Thatcher, de grosses fortunes pétrolières ont investi dans le CRU, amorce du GIEC, pour faire dicter aux gouvernements, via leurs idiots utiles (khmers verts), les politiques énergétiques les plus idiotes et les plus ruineuses. Genre connecter sur le réseau ERDF des éoliennes complètement capricieuses, qui produisent quand on n'en a aucun besoin, et ne produisent pas quand on en a besoin, tout en exigeant des capacités thermiques encore supérieures à ce qui serait nécessaire en l'absence d'éoliennes.

 

 Or quelles sont les variables intervenant sur le climat, que nous connaissons ? On va faire vite.

Les périodicités dans l'orbite terrestre, soit les cycles de Milankovitch, dont les périodicités de 100 00 ans et 400 000 ans sont connues, et amplement confirmées en stratigraphie.
Les cycles de cette étoile variable qu'est le Soleil. On a prouvé récemment que la périodicité magnétique de 22 ans est celle qui corrèle le mieux avec ce qui est constaté sur Terre depuis qu'on sait y faire des mesures de température fiables. On sait fort peu de choses encore sur les super-cycles solaires, et on espère parvenir à les modéliser un jour, il y faudra du temps. On sait du moins que le Petit Age Glaciaire du 17e siècle résulta d'une de ces variations dans un super-cycle solaire.

Les abondances de rayons cosmiques, déviés ou non par le champ magnétique solaire, et par le champ magnétique terrestre. Tous deux variables. En ce Quaternaire où il y a des glaciations, nous traversons un bras galactique mineur. Sur la majeure partie de l'histoire de la Terre, elle était hors bras galactiques, et il faisait alors bien plus chaud qu'à présent. Les périodes comme à présent avec des calottes glaciaires, sont nettement minoritaires dans l'histoire terrestre, et toujours durant la traversée d'un bras galactique. Les rayons cosmiques, ionisants, fournissent la germination des gouttelettes de nuage, ou des cristaux de glace, ce qui met fin à la sursaturation de la vapeur d'eau en air très propre, libre d'aérosols, notamment en haute altitude.


Les oscillations océaniques. Actuellement sont identifiées les Oscillations Nord-Pacifique, Sud-Pacifique, Nord-Atlantique, Arctique, et j'en oublie probablement une. Leurs périodes excèdent généralement la durée de la carrière d'un chercheur en océanographie. Pas complaisantes, hein ! Sans parler bien sûr de la durée d'un mandat électoral d'un politique, et de ses horizons prévisionnels...

La géographie, taille et concentration des continents, et leur état végétal. La paléogéographie est pleine de surprises pour nous grand public, quand nous nous y aventurons.

Le volcanisme. 90 % est sous-marin et échappe à nos regards. Qui au juste est au clair avec le volcanisme sous-marin arctique, et les effets des souffleurs de la dorsale Gakkel sur la salinité de l'Océan Arctique ? Ne parlez pas tous à la fois.
Les très grandes éruptions volcaniques. On sait que la super-éruption du Toba, sur l'île de Sumatra, a étranglé la population des Sapiens à environ 10 000 personnes, il y a 75 000 ans. On sait aussi qu'elle a joué un rôle majeur dans le déclenchement ou l'aggravation de la dernière glaciation, celle de Würm.
Sur les trois super-éruptions connues du Yellowstone, on sait aussi que la dernière (il y a 640 000 ans) correspond à un début de glaciation, la Günz. La prochaine est pour ? Pour quand ? Elle devrait arriver au plus tard dans 100 000 ans.

L'état des sols des continents, leur degré de bio-rhexistasie. Le Crétacé était biostasique, les dépôts de craie de Picardie en témoignent : les rivières étaient claires, n'étaient chargés que d'ions et de silice monomère. Pas d'érosion mécanique des continents, bien protégés par une couverture végétale dense et stable, juste l'érosion chimique. Notre Quaternaire est au contraire fortement rhexistasique, surtout durant les glaciations : surrections de montagnes vivement attaquées par l'érosion, faible couverture végétale, rivières torrentielles et/ou boueuses. Nos continents foutent le camp en pièces détachées, par galets et grains de sable entiers, et argiles.

Couverture nuageuse, dont on a vu qu'elle dépend des oscillations océaniques, de l'état de couverture végétale des continents, du Soleil et des rayons cosmiques, des températures superficielles des océans, des régimes des vents, etc.

Composition de l'atmosphère, dont on sait qu'au départ elle était principalement du dioxyde de carbone. Les cyanobactéries ont changé tout cela, bouleversant l'oxydoréduction des océans, puis dégazant du dioxygène jusque dans l'atmosphère, devenue alors oxydante. Ce qui a permis au Vendien l'apparition de nouvelles formes de vie : des pluricellulaires animaux, qui bouffent des végétaux et les oxydent au di-oxygène dissous ou gazeux. Nos ancêtres directs inclusivement.

Lors des glaciations Vendiennes, dont au moins une a été quasi-totale (Varanger ou Marinoan), il y avait seize à vingt fois plus de dioxyde de carbone atmosphérique qu'actuellement. En fait notre Quaternaire et un épisode au début du Miocène, sont les ères où il y a eu le moins de dioxyde de carbone atmosphérique que jamais. Cette extrême rareté impose de nouvelles contraintes aux plantes terrestres et à la biologie des sols, qui paient cher cette pénurie. Les plantes à métabolisme en C4 et à métabolisme CAM sont nées de cette pénurie en CO2 atmosphérique, début Miocène.

(Liste à compléter, à compléter...)

 

Teneur de l'atmosphère en CO2 au fil des âges :




Ces glaciations se sont produites alors que la teneur atmosphérique en dioxyde de carbone étaient quinze à vingt fois l'actuelle.

L'étude de Pearson et Palmer par des coquilles de foraminifères et l'étude du bore dans leurs coquilles ne remonte pas plus vieux que 60 Ma.
Pearson, P. N. ; Palmer, M. R. - 2000. Atmospheric carbon dioxide concentrations over the past 60 millions years. Nature, 406 : 695-699.
Je n'ai pas la méthode de mesure au Précambrien.
 

Plus en détails, cette étonnante période Vendienne et Ediacarienne, où apparaissent les pluricellulaires ancêtres des pluricellulaires actuels  :



 après la plus terrible glaciation, du Marinoéen.

 

Oh la Wikipédia vous raconte plein de trucs, tous plus carbocentristes les uns que les autres, pour vous "expliquer" ces glaciations Archéennes et Vendiennes. Simplement la Wp est dirigée par des ayatollahs carbocentristes. Si vous corrigez une seule de leurs affirmations en introduisant le moindre doute méthodologique, ils rétablissent dans le quart d'heure leur rédaction conforme au dogme, et vous interdisent de plus jamais rien poster. Ils sont comme cela, les ayatollahs...

Au début de notre période interglaciaire, il y a eu d'assez fortes variations de la teneur atmosphérique en CO2, notamment durant un épisode froid de l'Holocène, vers 8400 ans BP, et les plantes ont dû s'adapter aux pires pénuries, en dilatant leurs stomates. L'étude a été faite par une équipe néerlando-danoise, notamment sur le lac de Lille Gribsø, puis comparée sur une demi-douzaine de stations dans le monde.

Liens : http://www.pnas.org/content/99/19/12011.full.pdf

http://igitur-archive.library.uu.nl/bio/2007-0323-200545/wagner_04_reproducibilityofholocene.pdf

http://igitur-archive.library.uu.nl/dissertations/2004-1214-121238/c5.pdf

Voilà encore une preuve que c'est la température des mers qui dirige le CO2 atmosphérique, et pas l'inverse.

 

Moeurs de mafieux et ayatollahs.

Ci-dessus j'ai mentionné qu'outre les cycles astronomiques de Milankovitch et les cycles d'activité solaire, deux des plus grands facteurs causaux de climat sont l'abondance des rayons cosmiques (qui dépend avant tout de la quantité de supernovae implosant dans le voisinage galactique) et leur modulation par l'activité magnétique du Soleil. Ce fut prouvé par l'équipe de Hendrik Svensmark, et depuis c'est amplement confirmé par l'expérience CLOUD, au CERN.

Mais devinette : combien de temps a duré le parcours du combattant de Svensmark pour parvenir à faire publier leurs résultats dans une revue scientifique ?

Seize mois. La clique carbocentriste a tout fait pour bloquer cette publication qui met à mal les dogmes propagandés par le Groupement INTERGOUVERNEMENTAL pour vous faire gober leur canular de "Réchauffement Climatique Anthropique", ou RCA pour les intimes.

Et vous alliez encore faire confiance à des gens qui ont ce genre de réflexes communautaristes mafieux ?

Auparavant, il n'y a pas eu souvent de tels épisodes où une grande partie de la communauté scientifique a violé aussi impudemment la déontologie scientifique. Il y en a eu un : sous Staline, l'épisode de puissance de Trofim Denissovitch Lyssenko, l'imposture en biologie, qui a coûté si cher à l'agriculture de l'URSS. Mais c'était en URSS uniquement, et sous menace du Goulag. Là c'est beaucoup plus grave, c'est directement dirigé par l'ONU à l'échelle mondiale.


Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

119 réactions à cet article    


  • epapel epapel 23 juillet 2014 18:42

    Mais une chose est avérée : il beugle beaucoup.


  • pissefroid pissefroid 19 juillet 2014 14:01

    J’ai toujours entendu dire que le CO2 était bénéfique à la vie végétale.
    Certaines serres ont une atmosphère enrichie en CO2 pour améliorer la croissance des végétaux.
    Dire que le CO2 est un polluant est un non sens pour ne pas dire une ânerie.

     


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 19 juillet 2014 14:13

      Vous allez vous enfermez une heure ou deux dans une pièce saturée de CO2 et votre autopsie nous dira si oui ou non le CO2 n’est pas responsable de votre trépas...


      Un polluant est une substance nocive. Elle peut l’être de par sa nature ou par sa concentration.

      L’eau n’est pas un polluant, mais si je vous colle la tête dessous pendant une heure, vous allez vite constater à quel point elle peut être nocive une fois vos poumons remplis !

    • pissefroid pissefroid 19 juillet 2014 14:29

      Mmarvinbear

      Je comprends votre message,
      mais la quantité de CO2 dans l’air n’est pas suffisante
      pour créer des ennuis de santé.


    • JC_Lavau JC_Lavau 19 juillet 2014 14:30

      Je doute que la physiologie d’un vertébré à sang chaud soit représentative de La Nature dans sa généralité. Si orgueilleux et égocentrique que soit cet animal à sang chaud...

      J’encourage l’animal à sang chaud à ouvrir un cours de physiologie végétale, comme je l’y avais déjà encouragé, mais en vain,  :

      La fraude à « 70 % des arbres menacés par le changement climatique »

      L’animal à sang chaud y apprendrait des tas de choses intéressantes, et même utiles pour qui prétend défendre « la nature ».

      Prendre la pose est une chose, savoir de quoi on cause et le comprendre, ce serait nettement mieux.


    • endeavourvalhal 19 juillet 2014 21:07

      Article très intéressant,
      Je désirerais apporter une petit précision, les cycles de Milankovitch, correspondent à deux cycles, l’un effectivement de 100 000 ans, en relation avec les variations d’excentricité de l’ellipse décrite par la terre autour du soleil, et l’autre de 40 000 ans et non de 400 000 ans relatif à la précession des équinoxes.
      En outre, à défaut de s’adonner à un « carbocentrisme » exacerbé, ne devenons par pour autant « carbo-excentré ». La tangibilité de la réalité est assurément plus difficile à appréhender, les interactions plus subtiles ; aussi soyons moins catégorique. La science relève plus d’une méthodologie et d’une démarche que de la quête absolue d’une vérité.


    • JC_Lavau JC_Lavau 20 juillet 2014 02:08

      « ne devenons par pour autant « carbo-excentré »  », telle est la sentence de « endeavourvalhal ».

      Devant ce genre de désarroi égaré, j’invite les lecteurs à relire attentivement l’exposé de Sun Tzu sur « la force ordinaire » et « la force extraordinaire ».
      La première, c’est celle que vous voyez, que vous surveillez. L’extraordinaire, c’est celle qui vous tombe sur le râble avant même que vous ayez compris ce qui vous arrivait et d’où est parti le coup.

      Toute cette propagande carbocentriste et son clergé, le GIEC, Greenpeace, Al Gore, Jean Jouzel, Pachauri, Naomi Oreskes, les journaleux du Monde, de Libé, du Nobs, ça c’est « la force ordinaire », la seule que vous sachiez voir. Ces marionnettes ne sont que des hommes de paille. Ils ont été sélectionnés par leurs corrupteurs et manipulateurs sur leur médiocrité scientifique (nullité intégrale quant à cet économiste des chemins de fers qu’est Pachauri, ou quant à Audrey Garric, porte-parole de Greenpeace au Monde), leur bêtise, leur narcissisme psychorigide, leur autoritarisme mégalomane, et leur esprit de meute méfiant, voire paranoïaque. Leurs manipulateurs leur ont fait miroiter la dictature mondiale, et leur font croire qu’ils seront bientôt les maîtres du monde.

      Amusez-vous bien à tenter des compromis diplomatiques et gentillets avec eux... Si vous aviez comme moi l’expérience professionnelle des imposteurs et des escrocs, vous sauriez que rien n’est à leur concéder, il faut les contenir, les dégonfler, puis les abattre. Sauf que là, l’analyse est plus délicate qu’avec les escrocs individuels que j’ai bien connus (et j’ai eu la joie d’en faire tomber un lors d’un procès international) : nous avons affaire à un escroc collectif et institutionnel, dont les pions et sous-chefs ne se savent pas clairement être escrocs, ils se croient « sauveurs de la planète ».

      La difficulté, mais le point central, est de dépister l’intentionnalité de leurs manipulateurs, l’oligarchie WWF-Bilderberg principalement, justement les premiers financiers du CRU (Climate Research Unit) dès les années septante.
      Ce sont tout sauf des philanthropes. Ne croyez pas non plus que parce qu’ils sont très comploteurs, ils soient très intelligents pour autant. Ce ne seront jamais de « bons maîtres » ; ils demeurent des monstres d’égoïsme et de cynisme, et de dissimulation.
      Le défi qui vous attend, et que vous saurez ou ne saurez pas relever, est d’être plus intelligents et mieux renseignés qu’eux. Et de savoir coopérer intelligemment entre victimes non consentantes.

      A vous maintenant !
      Tout est nouveau, et il faut réfléchir.


    • JC_Lavau JC_Lavau 20 juillet 2014 09:00

      "leur narcissisme psychorigide« . Oublié de préciser pourquoi c’est un critère de sélection des sous-chefs du clergé carbocentriste : pour être certains qu’ils se ferment d’eux-mêmes le chemin de la résipiscence.
      A contrario, quand un climatologue est de niveau scientifique élevé, qu’il est intelligent, et doté d’une solide déontologie professionnelle, il ou elle claque la porte. Ainsi fit Judith Curry, qui aussitôt a été traitée de malade mentale par ceux qui demeuraient dans la meute.
      Exactement comme les chefs des Témoins de Géotruc (The Watchtower : La Tour de Garde) qualifient les témoins gênants, ceux qui cessent de croire, de »malades mentaux dangereux".


    • epapel epapel 22 juillet 2014 22:09

      Ne soyez pas aussi aigri, si les climato sceptiques ont raison alors le cycle de réchauffement s"inversera dans quelque années et rassurez vous, il n’y a absolument aucune chance que des mesures soient prises contre le réchauffement car c’est mauvais pour la croissance économique.


      Donc dans les faits ce débat est purement académique et n’aura aucun impact dans le monde réel, alors en tant que climato sceptique vous n’avez qu’un seule chose à faire : attendre que les mesures vous donnent raison ce qui ne manquera pas d’arriver si vous détenez la vérité.


    • blog des animaux 26 septembre 2014 11:04

      c’est un bon sujet de débat. J’ai fait le tour du site et je suis tombé sur cet article et je pense qu’il est intéressant. merci pour l’encouragement incité dans l’article

      de Blog des animaux


    • JC_Lavau JC_Lavau 28 septembre 2014 23:25

      On peut sûrement faire plus clair et plus approprié. Essaie encore !


    •  C BARRATIER C BARRATIER 19 juillet 2014 16:00

      L’info est en général de la désinfo menée par ceux à qui ça rapporte. Les politiques se rallient non pas aux démonstrations scientifiques, mais aux rumeurs porteuses pour leur réélection ou pour les entreprises qui leur sont proches auxquelles la rumeur va rapporter.

      Bon article, très complet. Merci.
      En table des news :

      Manipulation de l’opinion, fonds de commerce écologiques

       

      http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=119




      • epapel epapel 22 juillet 2014 21:57

        Elle est où la contribution ?


      • berry 19 juillet 2014 18:21

        Merci pour cet article dense et intéressant.
        Le réchauffement climatique anthropique a du plomb dans l’aile.
         
        J’aime bien votre descriptif.
        Il me fait penser à celui de Paul-Eric Blanrue, un esprit curieux et libre qui a souvent été à contre-courant de l’opinion dominante.
         
        Vous pourriez vous intéresser à la shoah, comme lui.
        Ca c’est du lourd, du gros.
        Un peu trop il est vrai, vous pouvez considérer que ce n’est pas un bon conseil.


        • epapel epapel 22 juillet 2014 21:53

          Même les négationnistes soutiennent les climato sceptiques maintenant, ça va chauffer.


        • epapel epapel 22 juillet 2014 21:51

          C’est même sûrement un coup des compagnies pétrolières.


        • JC_Lavau JC_Lavau 27 juillet 2014 13:57

          Pas de problème, il suffit de jeter un coup d’oeil à la liste des donataires du C.R.U. (Climate Research Unit) plus de dix ans avant que Margaret Thatcher amplifie brutalement en leur faveur la corruption de la communauté scientifique de G.B. :
          http://en.wikipedia.org/wiki/Climat...
           Initial sponsors included British Petroleum, the Nuffield Foundation and Royal Dutch Shell. The Rockefeller Foundation was another early benefactor, and the Wolfson Foundation gave the Unit its current building in 1986.
          Tiens ? On retrouve les fondateurs du WWF : les monarchies néerlandaise et britannique... Ces fortunes pétrolières sont sûrement des philanthropes... On n’a pas oublié celui qui rêvait de se réincarner en virus mortel, afin de tuer le maximum de gens : http://www.propagandamatrix.com/pri...

            Sources à consulter (hélas non, je ne les ai pas vérifiées) :

          1. Michael Sanderson (2002). The history of the University of East Anglia, Norwich. p. 285. ISBN 978-1-85285-336-5.
          2. Hulme & Barrow (1997), p. xxviii
            Hulme, Michael ; Barrow, Elaine. Climates of the British Isles : present, past and future. Routledge. p. xxvii-xxix. ISBN 978-0-415-13016-5.
          3. http://www.cru.uea.ac.uk/about-cru/history - History of the Climatic Research Unit

          Dès la sortie de la 2e guerre mondiale, il est bien établi que la famille Rockefeller avait une stratégie de domination planétaire par les moyens de la presse, et de financements très orientés grâce à sa Rockefeller Foundation.


        • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 19 juillet 2014 19:01

          Les gens averties le savent déjà : la machine française de kla propagande et de la désinformation est déjà mise en route pour préparer la prochain comédie française sur l’affolement climatique... qui se tiendra à Paris.

          Hollande veut réussir là où Sarkozy n’avait pas pu ! J’invite les scientifiques du monde entier à refuser de faire du bla bla au sujet du chamboulement climatique et à refuser de mélanger la pourriture de la politique d’avec le savoir universel !

          Le prochain couscous sous couvert de la « conférence sur le climat » à Paris ne doit pas rassembler ceux qui trompent le monde et ceux qui sont toujours menés en bateau !

          Le changement climatique n’a rien à voir avec « les émissions du dioxyde de carbone d’aujourd’hui » et même si c’était le cas la solution n’est pas celle que proposent les ignorants-politiques entourés par les affairistes-scientifiques !

          Plus grave encore : La France qui « investit » beaucoup sur cette affaire a un autre objectif : En même temps qu’elle « prévient » du danger des émissions du co2 et qu’elle veut contraindre les autres pays, elle espère elle-même garder pleins les carnets de commande de ses industries automobiles, militaires et spatiales : Plus hypocrite que cela ne peut exister ! Il faut nous dire combien représente en matière de pollution un seul vol de la navette Ariane lancée là-bas en France d’Outre Machin ?

          Si encore une fois les pays africains acceptent la supercherie française, ce ne sera qu’une démonstration de plus...qui me donne la plus grande nausée !


          • epapel epapel 22 juillet 2014 21:54

            Persister à vivre en France quand on n’aime pas la France, c’est du masochisme.


          • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 19 juillet 2014 19:04

            Les gens averties le savent déjà : la machine française de kla propagande et de la désinformation est déjà mise en route pour préparer la prochain comédie française sur l’affolement climatique... qui se tiendra à Paris.

            Hollande veut réussir là où Sarkozy n’avait pas pu ! J’invite les scientifiques du monde entier à refuser de faire du bla bla au sujet du chamboulement climatique et à refuser de mélanger la pourriture de la politique d’avec le savoir universel !

            Le prochain couscous sous couvert de la « conférence sur le climat » à Paris ne doit pas rassembler ceux qui trompent le monde et ceux qui sont toujours menés en bateau !

            Le changement climatique n’a rien à voir avec « les émissions du dioxyde de carbone d’aujourd’hui » et même si c’était le cas la solution n’est pas celle que proposent les ignorants-politiques entourés par les affairistes-scientifiques !

            Plus grave encore : La France qui « investit » beaucoup sur cette affaire a un autre objectif : En même temps qu’elle « prévient » du danger des émissions du co2 et qu’elle veut contraindre les autres pays, elle espère elle-même garder pleins les carnets de commande de ses industries automobiles, militaires et spatiales : Plus hypocrite que cela ne peut exister ! Il faut nous dire combien représente en matière de pollution un seul vol de la navette Ariane lancée là-bas en France d’Outre Machin ?

            Si encore une fois les pays africains acceptent la supercherie française, ce ne sera qu’une démonstration de plus...qui me donne la plus grande nausée !

            PS : Je n’ajouterais pas grand chose aux articles que j’avais publiés sur ce site à propos du changement climatique : http://www.agoravox.fr/auteur/mohammed


            • epapel epapel 22 juillet 2014 21:56

              Il y a de l’écho.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 juillet 2014 20:01

              Merci à l’auteur. J’ai toujours eu des doutes sur le réchauffement climatique...
              La mise en Bourse de la pollution m’a semblé un mauvais signal..


              Et puis, les adeptes ne répondaient jamais aux questions sur les périodes glaciaires et les réchauffements d’avant la période industrielle.

              Tout ce qu’ils étaient capables de dire, c’est : « les glaciers fondent ». Ben oui, ils fondent, et avant ? Ils ont dû fondre bien d’autres fois dans la vie de la terre, alors qu’il n’y avait pas les humains....

              Le premier coup de gueule que j’ai lu sur ce sujet, a été « Les Caniculs bénis » par Dominique Guillet. Pouvez-vous me dire ce que vous pensez de ses arguments ?
              Merci d’avance.

              • JC_Lavau JC_Lavau 19 juillet 2014 20:37

                Dominique Guillet doit d’urgence apprendre à écrire sobrement, à ne plus multiplier les assertions en tous sens dans la même phrase.
                C’est insupportable, une écriture aussi bordélique et envahissante.


              • Lambda posteur 19 juillet 2014 23:51

                Et sinon, sur le fond ?


              • JC_Lavau JC_Lavau 20 juillet 2014 12:59

                « Les Caniculs bénis »

                Dominique Guillet doit d’urgence apprendre à écrire sobrement, à ne plus multiplier les assertions en tous sens dans la même phrase.
                C’est insupportable, une écriture aussi bordélique et envahissante.

                « Et sinon, sur le fond ? » demandait « Lambda posteur ».

                Le fond ? Quel fond ? C’est illisible. Et je ne suis qu’un bénévole, alors souffrez que ma patience a des limites.

                Et même si j’étais son psychothérapeute, et donc payé pour cela, non, je ne l’écouterais pas passivement au long cours de la sorte. Stop !
                Puisqu’elle tient à avoir une influence sur le monde, je lui apprendrais les bases et la discipline de la communication publique, écrite ici.
                Ce serait donc une prescription du genre :
                1. Pas plus de trois prédicats, explicites ou implicites, par proposition grammaticale (par verbe, si vous préférez).
                2. Pas plus de dix-huit mots par phrase.
                3. Pas plus de trois propositions par phrase.
                4. Pas plus d’une idée par phrase.
                5. Pas plus d’une idée par paragraphe.
                6. Faire un plan à l’avance de ce qu’elle veut faire passer au juste au lecteur.

                Avec application sur un de ses chapitres de son choix, à réécrire selon cette discipline. Quand ce sera fait, éventuellement, on pourra voir le pourquoi et le comment de sa bordélisation actuellement évidente et envahissante... si ça l’intéresse encore. Son urgence n’est pas de décrire le merdier où elle se trouve, mais d’en sortir. Qu’elle ait eu des parents chaotiques et/ou une mère envahissante, c’est fort possible, mais ça n’est pas notre business ici ; ça n’intéresse le scientifique que dans la mesure où ça contribuerait à élaborer une politique de prévention en matière de santé mentale ; prévention que pour le moment on ne sait pas faire du tout.
                http://deonto-famille.info/index.php?topic=42.msg228#msg228


              • epapel epapel 22 juillet 2014 22:11

                Commencez donc par appliquer ces sages recommandations, ça ira beaucoup mieux après.


              • asap 19 juillet 2014 21:20

                Pas mal du tout votre article. Quand je pense que j’ai tenté il y a de ça quelques années de proposer des plantations de bambou au Vénézuela de Chavez pour servir à la construction de logements sociaux, en bonne partie finançés par les CO2bonds d’entreprises polluantes occidentales, je me rends compte à présent à quel point je me suis laissé entraîner par la pensée dominante du moment. 

                Ceci étant dit, construire des logements à partir du bambou reste toujours une bonne idée, comme l’a démontré la cité Malabar à Manizales en Colombie ou le collectif Hogar de Christo à Guayaquil en Equateur...quitte à se servir sans vergogne du subterfuge CO2 pour financer ces projets tellement utiles. Les entreprises polluantes ont tellement besoin d’absolutions !

                • JC_Lavau JC_Lavau 19 juillet 2014 21:36

                  Merci pour les constructions en bambous. Les bonnes nouvelles sont tellement rares !


                • epapel epapel 22 juillet 2014 22:13

                  Et élever des chèvres dans le Larzac vous en pensez quoi ?


                • JC_Lavau JC_Lavau 23 juillet 2014 00:08

                  « Chèvres, Larzac... »
                  Ce que Asap en pense, il le dira lui-même.
                  Ce que je constate, c’est que le climato-crédule s’imagine qu’il lui suffit de s’affubler de délires déjà préfabriqués, de délires de meute, pour aussitôt incarner la Race Supérieure, omnisciente de naissance. Le mobile narcissique et l’immaturité morale sont au delà de l’évidence.

                  Charles de Gaulle aurait fait remarquer qu’à te livrer ainsi l’hybris de ton narcissisme de meute, et à ton mépris des témoins gênants, tu t’es barré le chemin de la résipiscence.

                  En termes populaires, moins choisis, cela se prononce : « mourir idiot ».


                • epapel epapel 23 juillet 2014 18:47

                  En ce qui vous concerne, vous n’avez besoin de l’aide de personne pour écrire n’importe quoi. 



                • christophe nicolas christophe nicolas 20 juillet 2014 00:00

                  CLOUD, voilà une bonne manip du Cern, moins impressionnante que les autres mais sans doute plus utile. Je me posais la question sur les résultats...


                  C’est un bon article qui va du général au particulier parce que souvent, on nous prend pour des idiots avec « il faut sauver la planète » afin de nous vendre un truc anodin.

                  Moi, je m’intéresse à l’origine du champ magnétique terrestre. Connaissez vous ces manip d’antigravité, il y en a 4 ou 5 de probantes à ma connaissance. Cela relie, le magnétisme, la gravité et les rotations mécaniques ou les courants en rotation.Si de telles relations étaient établies, cela modifierait complètement les modélisations climatiques, de plus, il y aurait un équilibre gravito-magnétique qui échapperait à la science.

                  Auriez vous entendu parler d’éventuelles fraudes dans ce domaine ? En général, on constate que ces chercheurs sont brimés quasi systématiquement ce qui est plutôt à porter à leur crédit pour la sincérité. Certains sont des autodidactes un peu originaux mais qu’importe, j’ai noté :
                   
                   
                  Les théorie sont ce qu’elles sont mais les expériences sont là, et elles ont toutes des points communs.

                  • christophe nicolas christophe nicolas 20 juillet 2014 11:33

                    Désolé, les liens ont été pourris : les voici

                    Expérience russe,

                    Expérience et théorie brésilienne de Fran de Aquino

                    Expérience finlandaise, Eugène Podkletnov

                    Ning Li : mise en rotation d’un supraconducteur

                    Martin Tajmar  : mise en rotation d’un supraconducteur

                    vidéo sur le site de Claude Poher


                  • epapel epapel 22 juillet 2014 22:15

                    Tout cela est bien éloigné du sujet, un trou de vers dans la quatrième dimension peut-être ?


                  • epapel epapel 21 juillet 2014 00:00

                    « De plus, l’étude de la transmittance spectrale de l’atmosphère claire prouve que l’absorption des infra-rouges par les deux modes de vibration de la molécule CO2 sont quasi-saturés, et ne jouent donc même plus de rôle marginal dès le double de la concentration actuelle »


                    Erreur de raisonnement classique qui consiste à confondre un flux et un stock, en effet le phénomène de saturation n’est pas limitatif car il y a réémission de photo et transmission de chaleur via la conduction par les molécules de CO2 dans toutes les directions. Saturation veut simplement dire que la totalité du flux de photon dans la bande concernée est captée par le CO2 avant de pouvoir quitter l’atmosphère terrestre donc s’il y a plus de CO2 lors il y aura plus de réémissions car le rayonnement traverse de proche en proche toute l’atmosphère. 

                    Pour faire simple, si on augmente la quantité de CO2 c’est équivalent à augmenter le nombre de vêtements sur une personne alors qu’elle en est déjà entièrement recouverte (autrement dit saturée de vêtements) et là bizarrement il est évident pour tout le monde qu’elle aura plus de plus en plus chaud parce qu’elle est de plus en plus isolée.

                    Autre exemple éclairant avec le concept de saturation : la quantité de vapeur d’eau dans l’atmosphère, A moment donné l’air est saturé de vapeur d’eau et il y aura ensuite nécessairement exactement autant de pluie qui retombe sur terre que d’eau qui s’évapore car ici il n’y a pas de réémission vers le haut.


                    • JC_Lavau JC_Lavau 21 juillet 2014 09:21

                      Tiens ? Ça faisait quatre ans qu’on ne m’avait plus fait ce coup : le coup du discours tellement obscur, qu’il joue tout son rôle d’hypnose et d’intimidation.

                      Le coup de la réémission, pour pouvoir fonctionner, exige des densités en CO2 qui n’existent pas sur Terre. Ça fonctionne sur Vénus, mais surtout grâce à l’acide sulfurique. La théorie de la réémission prévoit des « hot spots » en haute altitude équatoriale, qui ont été démentis par toutes les mesures.

                      Dans ce genre des astuces hypnotiques, on admirera la maîtrise professionnelle, dénotant l’escroc professionnel, avec laquelle Joël a berné André Lichnerowiz en 1983 :
                      http://jacques.lavau.perso.sfr.fr/Theorie_fondee_sur_l_hypnose.html
                      http://impostures.deontologic.org/index.php?board=2.0


                    • epapel epapel 21 juillet 2014 22:13

                      Tiens ? Ça faisait quatre ans qu’on ne m’avait plus fait ce coup : le coup du discours tellement obscur, qu’il joue tout son rôle d’hypnose et d’intimidation.*


                      Affirmation contre factuelle qui a pour unique but de dénigrer sans apporter le moindre argument.

                      Dans ce genre des astuces hypnotiques, on admirera la maîtrise professionnelle, dénotant l’escroc professionnel

                      Et un petit sous entendu diffamatoire pour bien enfoncer le clou.

                      De telles méthodes rhétoriques prouvent que vous avez tort.

                    • JC_Lavau JC_Lavau 21 juillet 2014 23:25

                      Ah ! C’est embêtant, hein ! Tu n’arrives plus à disposer d’animaux naïfs, qui ne connaissaient pas tes trucs et tes ruses... Tout fout le camp, m’ame Michu !

                      Dans le bon vieux temps, on parvenait à cacher aux peuples que Midas, le roi Midas, a des oreilles d’âne.
                      A présent, les brins d’herbe en informent les brins d’herbe, qui informent les arbres, qui informent toute la forêt, qui informe toute la contrée :
                      Le GIEC, le Gang Intergouvernemental, il est payé pour frauder et berner les peuples. Son problème, c’était de ne pas se faire pincer.
                      Les activités du GIEC relèvent du Tribunal Correctionnel : diffusion de nouvelles fausses, dans le but d’en tirer un profit.

                      L’IPCC (le même gang intergouvernemental, mais en anglais) a truandé les relevés de températures néo-zélandaises, et des météorologues néo-zélandais ont protesté.

                      Ils ont truandé les relevés de températures russes, et des météorologues russes ont protesté.

                      Ils ont truandé les relevés de températures scandinaves, et des météorologues scandinaves ont protesté.

                      Ils ont truandé les relevés de températures rurales U.S. pour les calquer sur les bulles thermiques des villes, et des météorologues U.S. ont protesté.

                      Ils ont truandé des masses de statistiques, et ça a fini par se savoir.

                      Midas, le roi Midas...

                      Un syndicat de la fraude que cet Intergovernmental Pack of Carbocentric Crooks, sous le contrôle de leurs corrupteurs en haut lieu. Deux d’entre eux, Jean Jouzel et Valérie Masson-Delmotte, candidats aux européennes du 25 mai, réclamaient « un milliard d’euros pour sauver le climat ».

                      Ayons deux fois plus de courage politique qu’eux : réclamons deux milliards d’euros pour une planète sans dihydrure d’oxygène !


                    • epapel epapel 22 juillet 2014 00:38

                      Désolé, je ne sais pas répondre à des arguments diffamatoires et propagandistes qui n’apportent rien sur le fond du sujet.



                    • epapel epapel 21 juillet 2014 00:17

                      Les périodicités dans l’orbite terrestre, soit les cycles de Milankovitch, dont les périodicités de 100 00 ans et 400 000 ans sont connues, et amplement confirmées en stratigraphie


                      .Exact et ce sont des facteurs déclencheurs de glaciation et réchauffements mais le calcul montre que les seules variations d’orbite n’expliquent pas l’ampleur des changements de températures 

                      Le couplage causal est exactement à l’inverse de la croyance politiquement admise : un océan plus chaud solubilise moins de CO2, cette teneur dans l’atmosphère est donc simplement elle aussi un thermomètre, et non pas une cause. Et ce thermomètre retarde de quelques 800 à 1000 ans sur la température des océans. 

                      Faux en ce qui concerne la croyance et toute le mode le sait depuis longtemps le GIEC compris. En revanche si le stockage ou le déstockage du CO2 débute bien après le début des changements de température il commence également bien avant leur fin ce qui interdit d’invoquer une causalité univoque. En réalité, les variations de quantité de CO2 amplifient le changement, c’est ce qu’on appelle une rétroaction positive (effet qui renforce une cause).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès