• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > A la NASA la fin d’un monde est annoncée

A la NASA la fin d’un monde est annoncée

C'est du sérieux ! Une étude du Goddard Space Flight Center – un important centre de recherche de la NASA – met en garde contre un effondrement de notre civilisation... dans quelques dizaines d'années. ( lien ).

Que nous prédit cette étude ? une météorite géante s'écraserait sur la Terre, anéantissant la vie humaine, comme au temps des dinosaures ( lien ) ? Non. Une catastrophe nucléaire ? Non ; cet effondrement de notre civilisation serait lié à la surexploitation des ressources et à l’inégale distribution des richesses.

http://referentiel.nouvelobs.com/file/4935011-fin-du-monde-la-chine-veut-sevir-contre-les-rumeurs.jpg

Pour parvenir à leurs résultats, des sociologues se sont basés sur un modèle mathématique Handy (Human And Nature DYnamical). L’étude dirigée par le mathématicien Safa Motesharri de la National Science Foundation (États-Unis) a permis de déterminer plusieurs facteurs qui, en étant reliés, conduiront à un effondrement. « La rareté des ressources provoquée par la pression exercée sur l’écologie et la stratification économique entre riches et pauvres a toujours joué un rôle central dans le processus d’effondrement. Du moins, au cours des cinq mille dernières années »  indiquent les chercheurs. Les riches seraient inscrits dans une surconsommation des ressources tandis que les plus pauvres seraient condamnés à survivre. Quant au développement des nouvelles technologies, elles « augmentent l’efficacité des ressources, mais aussi la surconsommation ». Concrètement, l'étude fait le constat que l'augmentation de la productivité dans les secteurs de l’agriculture et de l’industrie lors deux derniers siècles a provoqué une hausse substantielle des ressources, sans que celles-ci ne soient pour autant équitablement réparties. La division sociale entre riches et pauvres conduit à la surconsommation des premiers, tandis que les seconds sont condamnés à se battre pour survivre, à lutter pour manger à leur faim.

La NASA se rangerait-elle du côté des décroissants et des anti-capitalistes ? On a du mal à y croire.

CROISSANCE DES INEGALITES....

Au fil de nombreux articles j'ai montré combien la concentration de la richesse avait atteint ces dernières années des niveaux qui dépassent l'entendement.

Au niveau mondial, la richesse globale se partage en deux parts égales, une, pour 1% de la population , les plus riches, et l'autre moitié, pour les 99% restants. On peut aussi affirmer que les 85 personnes les plus riches dans le monde possède la même fortune que la moitié de la population la plus pauvre de la planète soit 3,6 milliards d'êtres humain ( Voir l'article : 3,6 milliards de petits fauchés... ).

En Grande-Bretagne, l'ONG Oxfam indique que cinq familles possèdent plus que les 12 millions de personnes les plus pauvres dans ce pays.( lien) Et, cet écart continue de se creuser. Ces deux dernières décennies, les 0,1 % les plus riches ont vu leurs revenus croître presque quatre fois plus vite que 90 % de la population la moins aisée. Par ailleurs, Oxfam révèle que pour la première fois, parmi les ménages « pauvres », ceux vivant grâce à un revenu du travail sont plus nombreux que ceux n'ayant aucun emploi. « La Grande Bretagne est en train de devenir une nation profondément divisée, avec une riche élite qui voit ses revenus s'envoler tandis que des millions de familles luttent pour joindre les deux bouts  » a commenté un porte-parole de l'organisation.

En France, si une étude du Trésor révèle que « La redistribution opérée par le système socio-fiscal est importante   : elle réduit de 40 % les écarts de niveau de vie entre les 10 % des ménages les plus modestes et les 10 % les plus aisés. » ( article  Les Echos 20/03/2014) - D'après l'étude, ce sont principalement les prestations sociales qui réduisent les inégalités, à hauteur de 60 % - cet "amortisseur social" ne suffit pas à empêcher la dérive de ces inégalités de revenus et de patrimoine. Selon l'Observatoire des Inégalités le niveau de vie moyen annuel ( après impôts et prestations sociales ) des 10 % les plus riches a augmenté de 1 795 euros, soit + 3,2 % entre 2008 et 2011, alors que celui des 10 % les plus pauvres a perdu 360 euros, soit une baisse de 4,3 % de leur niveau de vie sur cette période. La crise frappe bien davantage les ménages les plus modestes. Si on observe le cas des ultra-riches cette dérive ne fait que s'amplifier : Les 0,01 % les plus riches ont gagné 180 000 euros de revenus annuels supplémentaires entre 2004 et 2010. Un gain équivalent à treize années de Smic...( lien ).

En revanche si les grands gagnants ne sont pas si nombreux, le nombre de pauvres ne cesse d'augmenter. En France ce sont plus de 5 millions de personnes qui vivent en dessous du seuil de pauvreté ( 50 % du salaire médian soit moins de 850 € par mois ). De 2002 à 2011, ce nombre a augmenté de 1,1 million (+ 30 %)( Observatoire des inégalités ) ; ils survivent tant bien que mal et peuvent mourir dans l'indifférence générale.( Voir l'excellent article "453" de Nabum dans AV )

Aux Etats-unis, malgré les injections massives de liquidité, le pays s'enlise dans une dépression longue. Sous l'action des difficultés économiques ( chômage, déclassement, temps partiel subi ), l'armée des pauvres augmente inexorablement avec de nouveaux bataillons issus de la classe moyenne, ( voir l'article de Onubre Einz " La pauveté aux USA" - Le blog Les crises ).

Peu à peu le fossé entre le petit nombre des gagnants et le grande masse de perdants se creuse inexorablement. Cette faille béante qui traverse la société fera inéluctablement se dresser les uns contre les autres ces êtres autrefois unis par l'espoir d'un progrès partagé et aujourd'hui à jamais opposés.

"La concentration massive des ressources économiques dans les mains de toujours moins de personnes constitue une réelle menace pour les systèmes économiques et sociaux inclusifs. Au lieu d'avancer ensemble, nous voyons les inégalités se creuser en matière de pouvoir économique et politique, ce qui exacerbe inévitablement les tensions sociales et accroît le risque d'éclatement de la société." souligne un rapport de l'Oxfam.

...ET STAGNATION DE L'ECONOMIE

Les libéraux, pour justifier les inégalités rappellent que les très riches ( les 1 %) serviraient les intérêts de la société de quatre façons :

  1. L'investissement des riches finance l'innovation et celle-ci profite à tous,
  2. la réussite des riches est exemplaire et incite les jeunes de talent à prendre des risques,
  3. ils font du mécénat et participent au développement de l'art et de la culture,
  4. ils consacrent une partie de leur fortune à la philanthropie et participent à la lutte contre la misère.

( Voir le dossier de la revue Books  et l'article " A quoi servent les riches " ).

Cette théorie fumeuse du ruissellement a de tout temps tenté de justifier le scandaleux état de fait de l'accaparement des richesses par une minorité de plus en plus réduite. L'inégalité a un coût humain, social et politique particulièrement élevé. Elle obère la réussite scolaire et les chances de réussite professionnelle de millions de personnes, elle expose l'individu à des risques multiples sur sa santé, sa sécurité et met en danger son intégrité physique et morale. Comme le souligne J.Stiglitz dans " Le prix de l'inégalité" (1) , "elle est la cause et la conséquence de la faillite du système politique et elle alimente dans notre système économique, une instabilité et inefficacité qui l'aggravent à leur tour. C'est ce cercle vicieux qui nous plonge dans l'abîme."

La dérive dans l'accroissement des inégalités, qui a débuté dans les années 1980, avec le triomphe de l'ultralibéralisme, a atteint les limites de l'instabilité du système. Le travail de Thomas Piketti et de son équipe, rassemblé dans le livre "Le capital au XXIème siècle"(2) révèle d'une part que les inégalités de revenu n'ont cessé de croître dans tous les pays depuis les années 70 - elles atteignent aujourd'hui le même niveau qu"à la fin du XIXème siècle - et, d'autre part que le rapport patrimoine privé sur les revenus a atteint aussi les niveaux d'avant la première guerre mondiale ( pages 53-54 ). Les formidables progrès techniques de l'ensemble du XXème siècle n'ont pas permis, contrairement aux promesses des tenants du libéralisme, un partage plus équitable des richesses garant de la pérennité du système.

L'autre élément que montre cette étude est le retour à un régime de croissance faible historique où les patrimoines issus du passé prennent alors une importance considérable devant les revenus du travail humain. Ainsi la croissance fondée sur la seule augmentation de la productivité par les progrès techniques, malgré la diffusion des connaissances et l'augmentation des compétences qu'elle exige, n'a pas permis une inversion de la tendance de fond des méfaits du capitalisme dans la distribution des richesses. Malheureusement "Le marché comme la technologie ne connait ni limite ni morale". ( page 370 ). Seule la volonté politique, expression démocratique de la volonté populaire pourrait faire infléchir cette tendance à la concentration du capital, pour fonder un ordre social plus juste.

Le postulat libéral qui affirme que : " L’enrichissement d’une minorité stimulerait la croissance, favorisant ainsi la réduction du chômage et l’amélioration de la condition des pauvres" serait aussi remis en cause par les propres économistes libéraux ( Voir l'article du Monde Diplomatique de mars 2014 " l'affreux doute des libéraux " ). L' article révèle que depuis une décennie le système a atteint ses propres limites et on constate une baisse des profits, une stagnation voire une baisse de la productivité, la demande intérieure se contracte,malgré les politiques "accommodantes" des banquiers centraux, l'investissement productif stagne. Bien que disposant d’une importante trésorerie, les grandes entreprises n’investissent pas. Le 22 janvier 2014, le Financial Times signalait que les sociétés non financières américaines détenaient 2 800 milliards de dollars, dont près de 150 milliards dans les coffres de la seule société Apple. Les actifs immatériels représentaient en moyenne environ 5 % des actifs des sociétés américaines dans les années 1970 ; en 2010, cette proportion est passée à... 60 %. Ainsi au lieu de faire redémarrer la machine, les détenteurs de capitaux se crispent sur leur magot et ne font qu'accroitre les prélèvements sur la valeur ajoutée quitte à mettre à mal la croissance . Paul Jorion dans le Monde du 17/03/2014 "Dividendes : comptables mais pas coupables" révèle l'imagination débordante des comptables pour extorquer un peu plus de jus de l'outil de production, tant qu'il serait encore temps.

Comme le souligne Kostas Vergopoulos dans le Monde Diplomatique "La situation actuelle rappelle une autre période de l’histoire marquée par une concentration comparable des richesses : les années 1920, qui aboutirent au krach de 1929 et à la Grande Dépression. Pourquoi donc nier à nouveau la relation de cause à effet entre appauvrissement de la majorité de la population et ralentissement économique ? Les dépenses de quatre cents individus ne pourront jamais valoir celles de cent cinquante millions d’Américains : plus les revenus se concentrent au sommet et plus la dépense nationale se contracte, au profit de l’épargne et de la financiarisation, aux dépens de l’investissement et de l’emploi. Lorsque le patrimoine des plus riches croît non par le biais de la production, mais par une ponction toujours plus forte sur la valeur ajoutée, la croissance ralentit. Et le système ronge les conditions mêmes de sa reproduction."

De 1914 à 1945 , deux guerres mondiales avec, entre les deux, une grande dépression, se chargèrent d'anéantir à la fois le capital humain, les actifs financiers et les patrimoines privés et publiques. On peut malheureusement craindre qu'en 2014 on n'ait toujours pas trouvé de solution pour ne pas vivre à nouveau l'apocalypse.

" Il y a deux nouvelles. La bonne nouvelle est que notre vieil ennemi, le capitalisme, semble se trouver dans une crise gravissime. La mauvaise nouvelle est que pour le moment aucune forme d'émancipation sociale ne semble vraiment à portée de main et que rien ne garantit que la fin possible du capitalisme débouchera sur une société meilleure. C'est comme si on constatait que la prison où l'on est enfermé a pris feu et que la panique se diffusait parmi les gardiens, mais que les portes restaient verrouillées." Ce sont les premiers mots prononcés par Anselme Jappe à San Cristobal de las Casas ( Mexique ) lors du second séminaire international de réflexions et d'analyse : Planète Terre, mouvements anti-systémiques ( 30/12/2011-2/01/2012 pour le 18° anniversaire de l'insurrection zapatiste )( lien ). Ils expriment clairement dans quelle impasse nous nous trouvons.

LA SCIENCE DU PARTAGE

___________________

(1) Joseph E. Stiglitz " Le prix de l'inégalité" Editions Les Liens qui Libèrent

(2) Thomas Piketty " Le capital au XXIème siècle- Les livres du nouveau monde- Editions du Seuil

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (59 votes)




Réagissez à l'article

82 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 24 mars 2014 09:14

    L’effondrement de notre civilisation est en marche depuis des dizaines d’années...pas besoin de scientifiques pour s’en apercevoir.. ?
    La spéculation est responsable de cet effondrement...on peut le constater facilement avec les dettes de tous les pays du monde.. !
    Je suis sur que vous avez voter hier.. ?
    Y a plus de morale... !


    • robin 24 mars 2014 09:26

      Un monde qui permet à 100 personnes d’être aussi riches que 4 milliards et fonctionne à la planche à billets ne peut pas être perenne, même un enfant de 10 ans le comprendrait. Mais nous sommes dirigés par des gens éduqués c’est à dire plus stupides qu’un enfant de 10 ans.


      • Karol Karol 24 mars 2014 12:07

        Sous l"emprise de la dictature des experts en tout et de leurs procédures, distraits par les faiseurs d’opinions, on ne cesse de nous enfumer et de nous intoxiquer en permanence, ce qui nous hôte toute lucidité et clairvoyance.


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 24 mars 2014 16:00


        Nettoyage de Printemps

        par  
        Renaud Bouchard : « Je suis prêt ».

        [...] Voilà pourquoi un coup d’arrêt à l’ensemble de ces errements qui déstabilisent le pays et l’appauvrissent interviendrait ce soir qu’il serait très probablement accueilli demain très favorablement et perçu à juste titre par une forte majorité de citoyens comme l’occasion d’interrompre une expérience politique, économique et sociale ratée et désastreuse, mais surtout comme l’opportunité d’ouvrir enfin sans plus tarder la France, avec le génie de son peuple et de ses forces vives, à un destin digne et mérité, en prise avec le XXIè siècle, grâce à l’action et à l’énergie recouvrées d’un Président de haut parage, d’un véritable dirigeant, intègre, déterminé et confiant dans l’avenir, posé et réfléchi, solide et sûr de lui comme de ses capacités, bien entouré, avec de nouvelles perspectives sérieuses et constructives tant pour notre pays que pour l’Europe.

        Il s’agirait alors non plus d’un leurre, mais enfin d’un véritable changement, en quelque sorte...

        En avant, calme et droit. Je suis prêt.


      • mmbbb 24 mars 2014 17:57

        ce qui est etonnant d’ailleurs est d’entendre l’inverse Alain Minc Baverez et tres recemment l’ancien ministre Vedrine tendent a temperer ces propos allarmistes puiqu’il affiremnt neanmoins que cette richesse a desormais permis a ces peuple de sortir d’une relative misere et l’emergence par exemple d’une classe moyenne en chine Enfin je suis un beotien quoi qu’il en soit ces analustes s’inquitent peu de la mise en France en partciculier 


      • Aristoto Aristoto 26 mars 2014 15:44

        En avant pour la mort de la PROPRIETE !!

        Agoravox, un site communiste !


      • gaijin gaijin 24 mars 2014 09:34

        la fin du monde a déjà eut lieu
        simplement nous ne le savons pas encore .........
        entre le moment ou tombe le couperet et celui ou meurent les neurones la vie continue absurdement alors que la mort est inéluctable.
        la fin du monde a déjà eut lieu dans la mesure ou la seule question posée par l’article ( qu’au demeurant je plusse ) est la question économique :
        qui va consommer les dernières miettes ?
        ok a notre échelle on va peut être encore se payer une dernière guerre pour brasser les cartes ou une de ces révolutions qui ramènent les choses au même endroit
        mais la fin est inéluctable.
        comment je le sais ? facile et vous pouvez le savoir aussi :
        il faut se poser une seule question :« où allons nous ? »
        la réponse vous la connaissez comme moi nous n’allons nulle part !


        • claude-michel claude-michel 24 mars 2014 09:37

          Tellement vrai++++


        • Ricquet Ricquet 24 mars 2014 15:19

          Tu dis : « il faut se poser une seule question :« où allons nous ? » 
          la réponse vous la connaissez comme moi nous n’allons nulle part ! »

          En fait, si tu t’intéresses au coté mystique de la vie, avec la notion de foi et de choix (avec le libre arbitre), tu peux penser faire le bien et le mal comme tu l’entends, selon tes valeurs.

          L’apocalypse est aussi un livre prophétique (Saint Jean) qui se met en place à la fin des temps.
          Je t’invite à parcourir ce blog pour comprendre les enjeux / âmes.
          Il est clair qu’il faut que cela cesse, puisqu’en un siècle, l’homme aura dilapidé sans vergogne et abîmé à son seul bénéfice à court terme, notre planète qui ne peut reprendre son souffle.

          Que les communicants politiciens aillent au diable...

        • Mowgli 25 mars 2014 10:20

          « la fin du monde a déjà eut lieu »

          C’est précisément ce que racontent maintenant les Témoins de Jéhovah. Ils ont fini par s’apercevoir qu’ils se couvraient de ridicule à annoncer la fin du monde pour telle ou telle date, bon an, mal an, alors ils sont tombés sur la brillante idée de dire qu’elle était arrivée en 1914 mais était passée inaperçue. Vive Jéhovah !


        • nicolas_d nicolas_d 26 mars 2014 20:08

          Mouais
          « Ou allons nous ? »
          A la mort...
          Une autre façon de voir, c’est que la fracture entre le 1% et les 99% sera résolue quand le 1% aura exterminé 90% des 99%
          (par la famine ou la malnutrition, la soit disante médecine, la guerre, etc)
          drones = plus besoin de militaires en nombre
          robots = plus besoin d’ouvriers en nombre

          plus besoin des 99% ? et en plus ils font chier ? vous croyez qu’ « il » (le 1%) va conserver ce problème ?


        • filo... 24 mars 2014 09:35

          Effondrement de la civilisation « Fast Food » américaine ; probable, voir certaine (pour beaucoup d’entre nous même souhaitable)

          La fin d’un monde, de notre « civilisation » possible mais peu probable.

          Sauf et peut être en cas d’une guerre nucléaire ?


          • Kookaburra Kookaburra 24 mars 2014 10:05

            Merci Karol pour ce bel article avec lequel on ne peut qu’être d’accord.
            L’histoire nous enseigne qu’aucune civilisation n’est éternelle, mais la disparition de la notre est déjà programmée - par nous-mêmes : nous polluons en pleine conscience notre planète, l’atmosphère, la mer, la terre. Nous épuisons, en pleine conscience, nos ressources premières. Avec le capitalisme un tiers de la population du monde, notamment nous-mêmes, vit plus ou moins confortablement alors que les autres deux tiers vivent dans la misère. Notre civilisation est déjà malade et ceux qui en ont le contrôle s’occupent en premier lieu d’eux-mêmes et de leurs carrières.


            • Karol Karol 24 mars 2014 11:59

              Bonjour kookaburra,
              Hybris, les excès, l’obscénité de la richesse accumulée par certains, la précarité et la misère que l’on banalise, le consumérisme sans conscience, tout cela signe la fin de notre civilisation


            • Hervé Hum Hervé Hum 24 mars 2014 10:11


              Le point commun à toutes ces belles analyses, c’est l’absence de propositions de solutions. Et pour cause, celle ci passe par un interdit, la fin de la propriété privé et son remplacement par la responsabilité individuelle et collective.


              • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 24 mars 2014 10:23

                À l’auteur :
                « cet effondrement de notre civilisation serait lié à la surexploitation des ressources et à l’inégale distribution des richesses. »
                1)
                surexploitation des ressources
                Cela dépendra du mode de croissance que l’Humanité adoptera.
                2)
                inégale distribution des richesses
                Il est possible d’y remédier.

                Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel financées par l’Épargne.

                Lire, SVP :
                Refondation du Capitalisme & Dividende Universel
                ou/et
                http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/40/ ... cerite.pdf

                Le Parti Capitaliste Français ( PCF ) propose une synthèse socio-économique permettant d’instaurer une authentique compatibilité entre compétitivité et cohésion sociale ; entre compétitivité et solidarité.

                Ce projet de « Refondation du Capitalisme et de création d’un Dividende Universel » se compose d’un Objectif Principal et de deux Objectifs Spécifiques qui découlent de l’objectif principal.

                Objectif Principal :
                Acquisition Citoyenne & Collective du Pouvoir Économique
                Par un effort préalable d’épargne soutenu, les « démunis » (par opposition aux « nantis ») acquerront collectivement des actions du capital des entreprises du secteur marchand, banques incluses.
                Cette participation au capital pourra être minoritaire (minorité de blocage) ou majoritaire.

                Objectifs Spécifiques :
                I)
                Transformer le « capitalisme ordinaire » en un véritable 
                Capitalisme Écologique, Anthropocentrique, Philanthropique et Équitable.
                Les représentants des « démunis », démocratiquement élus, géreront ce patrimoine financier de manière à infléchir Recherche, Développement, Production & Commercialisation des entreprises contrôlées : Refondation du Capitalisme.
                II)
                Faire bénéficier chaque citoyen, même mineur, d’un 
                Dividende Universel évolutif qui, de facto, éradiquera définitivement le concept même de chômage ainsi que celui de la « lutte des classes ».
                II.1)
                À terme, les profits des entreprises sous contrôle des « démunis » seront partiellement distribués à l’ensemble des « démunis » sous forme de Dividende Universel.
                II.2)
                a) Ceux qui le souhaiteraient pourraient s’arrêter de travailler et se satisfaire du Dividende Universel.

                b) Ceux qui souhaiteraient gagner plus que le seul Dividende Universel pourraient travailler dans l’économie marchande et, éventuellement, y gagner des rémunérations faramineuses sans être accusés d’exploiter qui que ce soit.
                II.3)
                Si plus personne ne souhaitait travailler dans l’économie marchande, celle-ci s’effondrerait totalement et, avec elle, le patrimoine accumulé des « démunis » deviendrait stérile et interdirait le bénéfice du Dividende Universel (Auto-régulation : Activité économique / Dividende Universel).


                • Allguilty 24 mars 2014 12:50

                  J’ai envie de vous « plusser » mais je pense que nous oublions une chose fondamentale : nous sommes du mauvais coté du pistolet (devant le canon).

                  Il y a des solutions comme vous l’évoquez, mais celles-ci ne peuvent être mise en place que si les 1% sont d’accord... or on se dirige plus vers la mise en place de leur solution : sacrifier une partie de la population (il leur faudra toujours des « esclaves »), ce qui permettra de résoudre le problème de surexploitation de la planète.


                • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 24 mars 2014 15:03
                  Par Allguilty (---.---.173.51) 24 mars 12:50

                  Si 50,52 % des 99 % de « Démunis » (50,01 % de 100%) votaient pour un tel projet, le 1 % de « Nantis » ne pourrait s’y opposer et s’y opposerait d’autant moins que le projet ne lui pas nuisible.
                  Mais il passera bien du temps, me semble-t-il, avant d’atteindre un tel résultat...

                • Jean Keim Jean Keim 24 mars 2014 18:52

                  Sans vouloir vous blesser, je trouve que votre vision du monde est du style « le changement oui mais dans la continuité », pour vous redistribuer les richesses, c’est redistribuer de l’argent, donc apparemment vous n’avez pas encore appris ou compris que l’argent n’a pas d’autre réalité que celle que lui fabrique la finance et qui avec son formidable outil qu’est la banque a inventé cette abomination qui s’appelle la thésaurisation ; l’argent est virtuel, c’est le frémissement d’un influx électronique provoqué par qq. frappes de touches sur un clavier d’ordinateur.

                  Si effectivement et inévitablement un nouveau monde ne peut s’envisager que par le partage, il ne peut s’agir que du partage de richesses tangibles et plus exactement du partage de ce qui est indispensable pour vivre décemment : un toit, la nourriture, l’eau, l’énergie, le transport, l’information etc... et pourquoi pas un peu de superflu. 
                  Comment organiser tout cela, ce ne peut ce faire que par la concertation et comme le troc atteint vite ses limites, il faudra une monnaie qui permettra justement d’accéder aux besoins vitaux mais sans possibilité d’amasser, de spéculer, d’exploiter les autres. 

                • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 24 mars 2014 19:12
                  Par Jean Keim (---.---.139.215) 24 mars 18:52

                  J’apprécie très vivement votre grande capacité à dire une chose (a) et son
                  contraire (b) :
                  (a) « l’argent n’a pas d’autre réalité que celle que lui fabrique la finance »
                  (b) « 
                   il faudra une monnaie qui permettra justement d’accéder aux besoins vitaux »

                  Les excès de la finance ne doivent pas remettre en cause la monnaie nécessaire à l’économie réelle marchande ainsi qu’aux consommateurs.


                • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 24 mars 2014 19:19

                  Addendum :

                  « sans possibilité d’amasser, de spéculer, d’exploiter les autres ». 

                  Vous n’avez probablement pas lu, ou certainement pas compris, le texte lié à mon commentaire initial. En effet, j’y démontre qu’il est possible d’amasser sans exploiter personne


                • Jean Keim Jean Keim 25 mars 2014 18:06

                  Amasser sans exploiter personne, très honnêtement est-ce possible ? L’avantage c’est que l’on arrive riche au cimetière.


                • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 26 mars 2014 09:22
                  Par Jean Keim (---.---.20.170) 25 mars 18:06
                  « Amasser sans exploiter personne, très honnêtement est-ce possible ? »

                  Pourquoi m’obliger à me répéter ?

                  Vous n’avez probablement pas lu, ou certainement pas compris, le texte lié à mon commentaire initial.
                  En effet, j’y démontre qu’
                  il est possible d’amasser sans exploiter personne
                  QUOTE
                   Ceux qui souhaiteraient gagner plus que le seul Dividende Universel pourraient travailler dans l’économie marchande et, éventuellement, y gagner des rémunérations faramineuses sans être accusés d’exploiter qui que ce soit puisque chacun percevrait, au minimum, le Dividende Universel sans avoir l’obligation de travailler, « d’être exploité » (pour utiliser votre vocabulaire).
                  UNQUOTE


                • Nicolas_M bibou1324 26 mars 2014 11:14

                  Le problème, c’est l’argent. Même les singe deviennent fous quand on introduit une « monnaie ».



                  I)Transformer le « capitalisme ordinaire » en un véritable Capitalisme Écologique, Anthropocentrique, Philanthropique et Équitable.

                  Mots de politiciens. Demandez à un politicien, il vous dira que c’est déjà le cas.

                  II)Faire bénéficier chaque citoyen, même mineur, d’un Dividende Universel évolutif 

                  Pareil. On a le RSA. Vous décrivez le système actuel

                  II.1)
                  À terme, les profits des entreprises sous contrôle des « démunis » seront partiellement distribués à l’ensemble des « démunis » sous forme de Dividende Universel.

                  Exactement ce qu’il se passe. Les entreprises paient de impôts qui vont (en partie) aux démunis)

                  a) Ceux qui le souhaiteraient pourraient s’arrêter de travailler et se satisfaire du Dividende Universel.

                  Allez vois dans la cité à côté, c’est déjà le cas.

                  b) Ceux qui souhaiteraient gagner plus que le seul Dividende Universel pourraient travailler dans l’économie marchande et, éventuellement, y gagner des rémunérations faramineuses sans être accusés d’exploiter qui que ce soit.

                  C’est déjà le cas. On ne les accuse de rien, de toute façon on ne peut pas, c’est eux qui ont le pouvoir

                  II.3)Si plus personne ne souhaitait travailler dans l’économie marchande, celle-ci s’effondrerait totalement

                  Cool votre système, non seulement il est en tout point semblable au système actuel, mais en plus on peut mourir de faim. Trop génial !!!

                • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 26 mars 2014 11:53

                  Par bibou1324 (---.---.234.189) 26 mars 11:14


                  Je suis extrêmement heureux que vous m’appreniez que ma proposition est d’ores et déjà obsolète :
                  selon vous, tout individu, mineur inclus, bénéficie déjà d’un Dividende Universel de 1.000 Euros mensuels.

                  Que demande le peuple ? ? ?



                • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 26 mars 2014 11:56

                  Addendum :

                  Par bibou1324 (---.---.184.126) 12 février 15:07

                  Juste par curiosité :
                  Avez-vous lu http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/40/ ... cerite.pdf ?...


                • Birdy groumf 26 mars 2014 14:15

                  @bibou1324

                  Ne vous fatiguez pas, cette réflexion que vous faites, j’avais fait rigoureusement la même sur le site de Mr Llabrès il y a 1 an environ. Censuré parce que je n’avais rien compris...
                  Mais Mr Llabrès ne comprend pas que 420€, 1000€ ou 1500000€ pour un RSA, ça ne change fondamentalement rien du tout. Le seul « plus » de son système serait que cette somme serait versée à tous, sans soucis de critères. Un « plus » dont on peu clairement débattre sur l’intérêt... mais débattre n’est pas dans les cordes de ce monsieur.

                • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 26 mars 2014 17:03
                  Par groumf (---.---.225.246) 26 mars 14:15

                  Par Jean-Pierre Llabrés (---.---.45.82) 15 juin 2011 13:43

                  Que répondre à quelqu’un qui postule :
                  Revenu Universel = Dividende Universel = RSA déguisé ?...



                • Claudius Claudius 24 mars 2014 10:39

                  L’altération, la destruction de l’environnement aussi bien physique que mental sonne le glas


                  Mais tout ça en chanson ..

                  Sleep walking to extinction

                  Très bon papier l’auteur, qui fait que vous sortez en premier dans Bigloo actualité avec les mots clefs effondrement  économique

                  • klendatu 24 mars 2014 11:50

                    Météorite ou catastrophe nucléaire, je n’y crois pas non plus. Par contre, le fait que ces scientifiques planchent sur les risques d’effondrement de la civilisation en incriminant les dogmes libéraux, cela me semble plus sérieux. Affaire a suivre.


                    • ZenZoe ZenZoe 24 mars 2014 11:56

                      Notre civilisation est archi-minée de l’intérieur, la diminution et la répartition inégale des ressources est un vrai problème. Pas besoin d’une météorite, plusieurs bombes atomiques envoyées par les cinglés qui nous toisent suffiront à exterminer tout le monde et pour un bon bout de temps - et des années plus tard, une autre civilisation repartira, et ainsi de suite...


                      • bourrico6 24 mars 2014 12:54

                        je suis étonné qu’ aucun religieux ou croyant ne se préoccupe de la montée du mal en puissance depuis au moins 20 ans.

                        La religion, c’est un pouvoir, jouer les Paco Rabanne et risquer de passer pour un crétin, c’est peut être pas une bonne idée.

                        personne pour prévoir la fin proche fin du monde, enfin du moins, d’un monde ?

                        Voir plus haut, puis t’inquiet, les prophètes de l’apocalypse, c’est pas ça qui manque.

                        et pourtant, il y aurait de quoi dire avec toutes les preuves actuelles...

                        Des preuves de quoi ?

                        Et surtout, des preuves selon quels critères ?

                        Si c’est rationnel, t’es mal barré, par contre si c’est plus ou moins religieux, alors la oui, tout et n’importe quoi devient une « preuve ».... du moins aux yeux de ceux qui y croient.


                      • bleck 25 mars 2014 17:06

                        @ Parkway

                        Si...si.....vous vous trompez : il y en a qui s’alarment

                        Qui proclament que la fin du monde est proche....qu’elle arrive à grands pas

                        Vous ne pouvez pas les entendre

                        Ils les mettent dans des asiles

                        Les asiles en sont pleins

                        Ils les y mettent en riant et en se moquant d’eux...pauvres fous


                      • alinea Alinea 24 mars 2014 12:48

                        Ne peut-on considérer qu’une bonne part de cette richesse est toute virtuelle ? Nous sommes, me semble-t-il, dans une crise des valeurs, à tous les sens du terme !
                        Je me demande s’il n’y a pas une stagnation fatale dans le sort de l’humanité ! malgré les désirs de certains qui n’ont été que feux de paille ; en ce qui concerne la santé, ce n’est pas un hasard si l’on nomme aujourd’hui ce qui nous tue : la contagion des maladies dégénératives. Celles-ci remplacent les pestes et autres choléras, non ?
                        À avoir toujours pris les problèmes par le petit bout de la lorgnette, le constat est que nous ne sommes pas allés loin ! L’expansion infinie, qui est le fondement du capitalisme, est impossible ; celui-ci implosera et ce ne sera pas sans dommages ! Malheureusement, même si la conscience populaire s’accroît, la marge d’action semble bien mince ; les gens se font encore tuer sur des places où ils se rassemblent pour manifester leur mécontentement, alors que l’on sait bien que ce moyen d’action est devenu totalement obsolète. Inventer autre chose...oui : aurons-nous le temps ?


                        • Karol Karol 24 mars 2014 13:37

                          Bonjour Alinéa,
                          La lucidité de quelques uns ne suffira pas ; le temps presse et nous sommes a des degrés divers à la fois victimes et complices, empêtrés que nous sommes dans nos contradictions, dans notre quotidien.
                          Le capitalisme a maintenant une emprise global, il interagit dans presque tous les recoins de la planète et dans presque tous les actes de notre vies. On perçoit que c’est un danger, mais on ne voit pas comment sortir des mailles de ce filet dérivant qui entraine absolument tout.
                          La gigantesque manifestation du 22 à Madrid, les résultats des élections en France révèle le niveau insupportable des souffrances infligées. Il reste à trouver les moyens pour entreprendre la mutation de la condition de victime en celle de combattant.


                        • bourrico6 24 mars 2014 12:49

                          Pff, ces andouilles devaient écouter Spatrachiasse, on peut même leur envoyer, c’est gratuit, ils peuvent même le garder tiens !

                          Avec lui, ils vont voir ce qu’est un génie visionnaire. smiley


                          • Vipère Vipère 24 mars 2014 13:29


                            Nous ne sommes pas confrontés à un effondrement brutal et violent entraînant ce que l’on appelle une rupture de la normalité (plus de flux d’approvisionnement et de marchandises, coupure des services supports comme les hôpitaux, l’eau courante ou encore l’électricité et l’énergie de façon générale). Dans un tel cas, il n’y a aucun échappatoire ou presque, tout le monde est touché, concerné, ou impacté plus ou moins fortement.

                            Nous sommes confrontés, comme en Grèce, en Espagne, aux États-Unis, en Italie, au Portugal et bien sûr en France, à une lente descente aux enfers économiques.

                            Mais il s’agit là non pas d’un risque collectif mais d’un risque avant tout individuel. C’est vous ou votre conjoint qui serez sans emploi. C’est vous dont la maison ou l’appartement sera saisi par le vilain banquier.

                            C’est vous qui serez obligé d’aller vous ravitailler à la soupe populaire, ou encore aux Restos du cœur !

                            Dans un tel cas de figure, il n’y a pas de rupture générale de la normalité, il n’y a que des ruptures individuelles de la normalité. L’eau coulera, l’électricité fonctionnera, vous pourrez faire le plein de la cuve à fioul… mais, vous, vous ne pourrez pas payer les factures, donc vous serez privé de nombreux services supports non pas parce qu’ils n’existent plus, mais parce que vous n’êtes plus en mesure de les acheter financièrement.


                            • Karol Karol 24 mars 2014 13:44

                              Très juste. Merci.
                              On est un peu comme cette grenouille plongée d’abord dans l’eau froide.Si l’on porte très progressivement l’eau à ébullition, la grenouille s’engourdit et s’habitue à la température pour finir par s’évanouir avant d’être ébouillantée, incapable alors de réagir et de sauter hors de l’eau.



                            • Fourmi Agile Evrard 24 mars 2014 15:23

                              Le genre d’idées colportées partout sur le net, mais complètement fausse.


                              Mettez une grenouille dans l’eau froide et faites chauffer l’eau, quand cela commencera à être un peu trop chaud pour elle, la grenouille s’en ira.

                              Réfléchissez un peu. 

                            • Karol Karol 24 mars 2014 15:30

                              Avec un peu de rhum dans l’eau, ça devrait le faire....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès