• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Renaud Bouchard

Renaud Bouchard

Juriste - Géopoliticien - Economiste (Doctorant CEMI-EHESS) - Français et Européen -Passionné par les relations internationales et la diplomatie de crise, l'action politique et citoyenne. J'ai la volonté de rencontrer, réunir et fédérer les énergies pour un engagement et une renaissance politique nouvelles de la France et de l'Europe à l'occasion des prochaines échéances électorales.

Tableau de bord

  • Premier article le 08/09/2006
  • Modérateur depuis le 16/11/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 165 1921 7167
1 mois 5 154 708
5 jours 1 31 93
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 233 233 0
1 mois 17 17 0
5 jours 1 1 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 24 avril 18:41

    @Blé
    Bonjour et merci pour votre commentaire.

    Vous écrivez : "Quand Macron décide tout seul d’aller bombarder la Syrie, avec si peu de moyen comparé aux moyens étasuniens, , il ne me fera jamais croire que ce soit pour l’intérêt des français par contre que ce soit pour l’intérêt de la finance internationale , il n’y a aucun doute là dessus. Quand on exporte des armes, il faut bien quelques guerres pour les vendre.« //

    //Pas nécessairement. Les guerres sont en option.Seules comptent les opérations financières elles-mêmes et leurs avantages annexes - officiellement proscrits - mais dont il serait naïf de croire qu’ils ont disparu.

    Il s’agit des rétrocommissions.Voyez ci-après :

    https://www.ladepeche.fr/article/2015/02/26/2056462-contrats-d-armements-et-retrocommissions.html

     »Commissions, rétrocommissions, intermédiaires officiels ou officieux : ces termes reviennent en boucle et rythment depuis des années les affaires de ventes d’armes et de matériels militaires partout sur la planète, souvent dans un entre-deux juridique où les dossiers sont sur un fil entre légalité et illégalité. Mais ces termes concernent aussi des contrats dans le secteur pétrolier ou du BTP.

    Les commissions ont explosé dans les années 70 : les pays pétroliers devenus très riches ont voulu s’équiper de matériel militaire, de centrales électriques, d’infrastructures, etc. Et ont ainsi mis en concurrence les industriels de plusieurs pays développés. Pour décrocher les contrats, les sociétés occidentales ou les États ont dû verser des commissions à des intermédiaires. Certains sont devenus célèbres comme Samir Traboulsi, ou encore Ziad Takkiedine et Abdul Rahman El-Assir.

    Dans le cas des ventes d’armes à l’étranger, il était légal jusqu’en 2000 de rémunérer des intermédiaires, conseillers divers ou courtiers internationaux chargés de faciliter la négociation du contrat avec un pays acheteur. Les commissions qui représentaient entre 5 % et 10 % des contrats aboutissaient alors à des sommes souvent très importantes se chiffrant en millions d’euros ou de dollars.

    Au vu des montants considérables des commissions, certains vendeurs ont compris tout l’intérêt qu’ils pouvaient en retirer en récupérant une partie des commissions versées, notamment pour en faire bénéficier des partis politiques amis. Ce sont les rétrocommissions. Parfaitement illégales, elles consistent, pour un vendeur, à verser à un ou des intermédiaires une commission plus importante que celle demandée pour récupérer ensuite de façon occulte, une fois la transaction initiale conclue, la partie superflue de la somme. Les sommes rétrocédées, parfois en liquide, sont souvent déposées dans des paradis fiscaux.

    Si les commissions sont parfaitement tracées par l’administration fiscale puisque les vendeurs doivent les déclarer, il en va autrement des rétrocommissions qui sont à l’origine de retentissantes affaires judiciaires. Des affaires qui ont vu des juges d’instruction s’échiner à découvrir qui étaient les destinataires de ces rétrocommissions, surtout lorsqu’intervient le secret-défense. Affaire Elf ; vente des frégates à Taïwan ; Angolagate ; opération « pétrole contre nourriture » en Irak ; contrat Agosta de vente de sous-marins au Pakistan et contrat Sawari 2 sur des frégates vendues à l’Arabie saoudite : autant de dossiers dont le plus douloureux reste sans doute celui qui est devenu l’affaire Karachi. Les commissions versées aux intermédiaires des contrats Agosta et Sawari 2 ont donné lieu à des rétrocommissions, qui auraient financé la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995. L’arrêt du versement des sommes promises, décidé par le gouvernement de Jacques Chirac, aurait conduit à l’attentat contre des Français à Karachi le 8 mai 2002. Un procès est prévu cette année, 13 ans après les faits." Article daté du 26 février 2015

    Philippe Rioux



  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 24 avril 16:04

    @Djam
    Bonjour et merci pour votre commentaire.

    Vous écrivez : ". Merci pour cette analyse qui rappelle clairement l’interminable chute de notre pays... c’est à pleurer pour notre histoire, notre culture, nos singularités qui volent toutes en éclats..."

    Rassurez-vous ! La médiocrité n’a qu’un temps et finit toujours par lasser.

    Après avoir tourné autour des gamelles politiques qui servent toutes la même nourriture faisandée, les gens finiront par aspirer à autre chose.

    Le choix entre le Coca et le Pepsi tièdes et éventés vous conduit à préférer une bonne eau minérale ou un Champagne de qualité.

    C’est ainsi : de grandes et mystérieuses lois mènent le monde et finissent par envoyer politicards obsolètes et fanfarons illusionnistes dans la poubelle de l’histoire.

    Bien à vous, Renaud Bouchard



  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 24 avril 15:55

    @Olivier Perriet
    Il y a mieux à faire que de vous "atteler à la critique de tous les politiciens français qui s’indignent à contretemps de la « frappe trumpo-macronesque » en se croyant 7 ans en arrière" ainsi que vous l’écrivez.
    RB



  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 24 avril 15:51

    @Antoine

    "Déjà que les douze étoiles représentent les douze tribus.
    On lit par exemple dans un anonyme anglo-saxon, vers l’an 1000 :

    « Sur sa tête, dans le Christ, une couronne de douze étoiles, soit les Douze apôtres qui ont vécu avec le Christ, ou ceux des douze tribus d’Israël qui ont cru dans le Christ. »

    (texte cité par Guy Lobrichon Guy Lobrichon, La femme d’Apocalypse 12 dans l’exégèse du haut Moyen Age latin (760-1200), dans Marie, le culte de la Vierge dans la société médiévale, Beauchêne, Paris 1996, p. 407-439, p. 419.)

    Extraits de F. Breynaert, A l’écoute de Marie, Brive 2007, tome II, p. 226-239



  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 23 avril 18:36

    @Olivier Perriet
    Nous n’attendons plus que votre article qui saura trancher avec l’ambiance générale.

    Bien à vous,
    RB

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès