• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Renaud Bouchard

Renaud Bouchard

Juriste - Géopoliticien - Economiste (Doctorant CEMI-EHESS) - Français et Européen -Passionné par les relations internationales et la diplomatie de crise, l'action politique et citoyenne. J'ai la volonté de rencontrer, réunir et fédérer les énergies pour un engagement et une renaissance politique nouvelles de la France et de l'Europe à l'occasion des prochaines échéances électorales.

Tableau de bord

  • Premier article le 08/09/2006
  • Modérateur depuis le 16/11/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 180 2134 7734
1 mois 10 185 583
5 jours 2 46 82
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 340 340 0
1 mois 79 79 0
5 jours 23 23 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 15 octobre 13:40
    @Zolko

    Bonjour !

    Merci pour votre commentaire.

    Tout cela est déjà de l’histoire ancienne.

    Quant aux media français, voici un document qui devrait vous intéresser :


    Dernière mise à jour : septembre 2018 (v. 13.2)

    Cette affiche prend le parti de la lisibilité plutôt que de l’exhaustivité. Y figurent des médias d’information qui «  font l’opinion  » et qui dépendent d’intérêts industriels ou financiers, de groupes de presse ou de l’État :

     les titres de presse écrite papier à diffusion nationale de type généraliste, économique et politique  ;
     les titres de la presse quotidienne régionale  ;
     la télévision nationale (et quelques chaînes de télévision locales)  ;
     les canaux de radio à portée nationale  ;
     certains sites d’information en ligne.

    Les journaux départementaux, les titres indépendants (comme Le Canard enchaîné) ainsi que la presse dite alternative ne sont pas représentés (1). Enfin, on a limité les liens capitalistiques aux principaux actionnaires (2).





  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 15 octobre 09:26
    Aux Lecteurs.15 octobre 2018.

    Quatorze jours après la démission du ministre de l’Intérieur, G.Collomb, l’interminable feuilleton du remaniement serait sur le point de toucher à sa fin. La nouvelle équipe gouvernementale devrait être annoncée le 15 ou le 16 octobre, ou après, et pourquoi pas jamais, après d’ultimes vérifications auprès de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique.
    Objectif : requinquer le quinquennat.
    Avec un homme de main comme M. Castaner au ministère de l’Intérieur ?
    J’aimerais tellement me tromper.
    Bonne chance !


  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 14 octobre 21:56
    A l’auteur.

    Bonne analyse

    Effectivement, sans une prise de conscience des mous de la tête, le désintérêt des États-Unis envers l’Union ne fera qu’accentuer l’influence et la mainmise de la Chine sur une grande partie de l’Occident. Face à cette nouvelle donnée, l’Europe, politiquement dispersée, tirant à hue et à dia, ne sachant œuvrer que dans l’urgence, ne sera pas de taille à répondre aux divers appétits qui se profilent à l’horizon. La nécessité supposée de faire du profit à court terme pour sauver des places de travail en livrant des armes à des pays qui les utiliseront contre ceux qui les leur auront livrés est d’une aberration démoniaque et irresponsable. Les gouvernements nationaux, censés représenter l’Union Européenne à Bruxelles, mènent une politique hors-sol, sans vision géostratégique, à rebours du bon sens et sans se préoccuper de l’avenir des citoyens. Des citoyens qui se trouveront en première ligne lors de la débâcle programmée.Tous les ingrédients sont réunis pour dynamiter les démocraties. Le pillage séculaire et insensé du tiers monde et l’inéluctable réchauffement climatique sont à la veille de déclencher une transhumance peu commune. Il n’y aura aucune comparaison possible par rapport aux quelques centaines de milliers de réfugiés dont il est question aujourd’hui.

    Un autre constat soulevant de gros problèmes est celui de la progression de l’islam radical à travers la planète. Le pouvoir financier des « Frères Musulmans » est de l’ordre des mille milliards de dollars. C’est un montant sans aucune commune mesure par rapport aux organismes de subversion dans le monde. Que font les instances européennes pour contrer ce fléau en progression constante ?

    Réponse : rien, elles l’encouragent.


    Français de souche : 1350, chez moi.

    « La France vient du fond des âges. Elle vit. Les siècles l’appellent. Mais elle demeure elle-même au long du temps. Ses limites peuvent se modifier sans que changent le relief, le climat, les fleuves, les mers, qui la marquent indéfiniment. Y habitent des peuples qu’étreignent, au cours de l’histoire, les épreuves les plus diverses, mais que la nature des choses, utilisée par la politique, pétrit sans cesse en une seule nation ». (Mémoires d’espoir, tome 1, page 7).

    Cordialement,

    Renaud Bouchard


  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 14 octobre 12:05
    Aux Lecteurs

    Question : chacun connaît les instituts étrangers , Confucius, Cervantès, British Council.
    Qui a décidé de vendre au Qatar le magnifique institut Français de Vienne ?
    Il s’agit , il s’agissait, du superbe Palais Glam-Callas, vendu par un tocard de premier ordre.


    À Vienne, le palais Clam-Gallas, le plus bel institut culturel français à l’étranger, a été cédé au Qatar sans le moindre appel d’offres. Récit.

     

    L’immense façade, pâle et flanquée de deux imposants pilastres, se dresse, incongrue, majestueuse, derrière les grilles du numéro 30 de la Währinger Strasse à Vienne. Le drapeau français claque encore, malmené par le vent. En bordure du parc, le restaurant est fermé, et les propriétaires, en conflit avec l’ambassade de France, ont affiché le dessin d’un village gaulois connu qui résiste, encore et toujours, à « l’envahisseur ». Au premier étage du palais, l’assistante du directeur de l’Institut culturel français, confuse, n’a plus aucun siège à offrir : les chaises ont été emportées. Le reste du mobilier, innombrable, quittera bientôt les lieux. Une partie rejoindra les réserves du mobilier national, l’autre est attendue au palais Farnèse, à Rome. On a embauché quelqu’un, six mois de travail à temps plein, pour trier les archives. Et on élague de milliers de livres l’imposante médiathèque. Dans six mois, il faudra bien avoir plié bagage : le Qatar prendra possession des lieux.


    À Vienne, le palais Clam-Gallas, le plus bel institut culturel français à l’étranger, a été cédé au Qatar sans le moindre appel d’offres.
    lien ci-après :

    http://www.wikistrike.com/2016/04/l-extraordinaire-villa-francaise-a-vienne-vendue-par-fabius-au-qatar.html


  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 14 octobre 08:36

    Aux Lecteurs.Quelques esprits chagrins ou quelques mauvaises langues verront dans l’information qui suit matière à interprétation.Que l’on se rassure ! Les relations entre Paris et Kigali vont certainement s’améliorer.
    Comment et pourquoi ?
    Chacun appréciera en gardant bien à l’esprit que le génocide de près de 800.000 personnes n’aura été qu’une vue de l’esprit.
    Et d’ailleurs, personne n’est responsable d’un événement effroyable qui a déclenché ce que l’on a appelé la « Guerre des Grands lacs » qui fut, en réalité, de 1996 à 2003, une véritable Guerre Mondiale Africaine mettant aux prises sept pays.
    http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/conflit-grands-lacs/index.shtmlEst-ce bien clair ? La justice et le juge d’instruction devraient ne faire aucune difficulté pour « saisir » les nouvelles orientations géopolitiques du moment en confirmant le non-lieu.

    Après vingt ans de rebondissements, le parquet de Paris a en effet demandé (décidé, plutôt) l’abandon des poursuites contre des proches du président rwandais Paul Kagame, soupçonnés par la justice française d’être impliqués dans l’attentat de 1994 qui a déclenché le génocide des tutsi.

    Le parquet a réclamé en effet un non-lieu contre les sept protagonistes mis en examen, tous issus du clan de Paul Kagame, estimant que l’enquête n’a pu réunir de « charges suffisantes » à leur encontre.

    Selon son réquisitoire définitif daté du 10 octobre dont a eu connaissance l’AFP. « Le doute doit profiter à ces derniers », ajoute le parquet.

    La décision finale sur la tenue ou non d’un procès est désormais entre les mains des juges d’instruction du pôle antiterroriste.

    Nul doute que les 800.000 morts sont confiants.

    « Cette étape tend à clore 20 années d’errements »

    Depuis plus de 20 ans, ce dossier empoisonne les relations entre Paris et Kigali sur fond de débat sur les responsabilités françaises à l’époque du génocide.

    « La position du ministère public est inacceptable. Depuis dix ans, le parquet a lâché les juges d’instruction pour des raisons notamment politiques. La preuve en est que ce réquisitoire arrive précisément au moment de la nomination d’une Rwandaise, Louise Mushikiwabo, à la tête de l’organisation de la francophonie », a réagi Philippe Meilhac, avocat de la veuve de l’ex-président, Agathe Habyarimana, joint par l’AFP.

    « Cette étape tend à clore 20 années d’errements (…). Nos pensées vont en ce moment à ceux qui ont toujours affirmé leur innocence », ont déclaré les avocats des sept mis en examen, Bernard Maingain et Léon-Lef Forster.

    Le 6 avril 1994, l’avion du président Juvénal Habyarimana, un Hutu, avait été abattu en phase d’atterrissage à Kigali par au moins un missile. Cet attentat est considéré comme le déclencheur du génocide qui fit 800.000 morts selon l’ONU

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès