• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Je hais le football ! (Plus que jamais)

Je hais le football ! (Plus que jamais)

Je ne doute pas un instant que les matches de l’Euro 2016 offrent à beaucoup d’entre nous un spectacle attractif, au moins en matière de suspense à défaut de qualité de jeu. Il fut un temps où j’aurais moi-même pris du plaisir en suivant la compétition, au stade ou devant mon écran de télévision. Mais c’était avant... Avant les dérives de ce sport... Avant l’année 1998, celle de l’overdose...

Le football, je suis tombé dedans lorsque j’étais gamin. Pour être précis, le 13 juin 1956. J’avais neuf ans, et mon père m’avait emmené au Parc des Princes où se jouait la première finale de la Coupe d’Europe. D’un côté le Stade de Reims et le légendaire Kopa, de l’autre le fabuleux Real de Madrid conduit par le non moins légendaire Di Stefano. Sur la pelouse, 22 héros dont nous échangions, mes copains et moi, les effigies cartonnées dans la cour de l’école. Malgré la défaite des Rémois, j’avais quitté le stade ébloui. Le charme s’est définitivement rompu en 1998.

Pour des raisons familiales, il m’a fallu attendre d’avoir 14 ans pour enfin chausser les crampons et entamer ma première année de compétition. Je portais alors le maillot noir et violet d’un modeste club d’arrondissement parisien. J'ai ensuite joué durant 32 ans dans divers clubs et encadré pendant plus d’une décennie des jeunes footballeurs parisiens. Tout cela pour dire que le football, je connais bien. J’ai même accompagné de l'intérieur l'histoire balbutiante du Paris Saint-Germain lorsqu'il était managé par un homme chaleureux et sincère, le vice-président délégué Guy Crescent, par ailleurs pédégé de l’entreprise de transports Calberson. Ce fut l’occasion pour moi de côtoyer des joueurs professionnels exemplaires comme Jean Djorkaeff ou Jean-Claude Bras. L’occasion également de rencontrer des personnalités fédérales de premier plan comme Fernand Sastre et Henri Patrelle

Le football a commencé à me poser des problèmes avec l'arrivée en force du fric dans un milieu professionnel qui, jusque-là, privilégiait encore les valeurs sportives et l’exemplarité éducative, ou du moins affichait cette volonté et tentait d’y être fidèle. La logique commerciale et la culture du résultat à tout prix ont définitivement pris le relais de cette culture du sport pour tous vers la fin des années 70, avec pour corollaire le développement généralisé du mercenariat, l’arrivée des affairistes à la tête des clubs et, déjà, des affaires de corruption, de transferts douteux et de doubles billetteries.

Des dizaines de morts, mais le spectacle continue !

Par la suite, tout s'est accéléré. Il y a d’abord eu, le 29 mai 1985, l’effroyable drame du Heysel et l'attitude indigne de Michel Platini et de ses coéquipiers de la Juventus, euphoriques de leur victoire en finale de la Coupe d’Europe sur les Anglais de Liverpool alors que l’on venait de relever 39 morts et des centaines de blessés dans les tribunes ! Ce jour-là, un terrible pas a été franchi par des sportifs, ou prétendus tels, pour de futiles honneurs et un paquet de fric alors que l’on agonisait à quelques dizaines de mètres de la pelouse.

Puis est venue la victoire de l’ Olympique de Marseille sur le Milan AC en finale de la Coupe d’Europe le 26 mai 1993. Une triomphe sur le terrain – grâce à un but d’anthologie de Basile Boli –, mais une victoire totalement usurpée car acquise grâce à un surendettement coupable qui a permis au controversé président de l’OM, un certain Bernard Tapie, d'aligner, au mépris de l’éthique sportive et des élémentaires règles de gestion, une formation que le club phocéen n'avait absolument pas les moyens de s’offrir. Un système de fuite en avant financier qui, malheureusement, est devenu depuis cette époque la règle des grandes nations du football européen et notamment d’un football britannique qui a longtemps trusté les victoires indues avant que ne soit mise en place une structure de contrôle de gestion qui peine encore à contrôler les flux d’argent venus des pays du Golfe persique ou apportés par de sulfureux oligarques des pays de l’Est.

Or, voilà que, quelques jours plus tard, éclate la pitoyable affaire du match acheté le 20 mai 1993 par l’OM face à l’US Valenciennes-Anzin, la fameuse affaire OM-VA qui se terminera : sur le plan judiciaire, par un retentissant procès où sera démontré l’absence de toute considération morale du donneur d’ordre Bernard Tapie ; sur le plan sportif, par la relégation de l’OM en 2e division. Cette affaire a fait deux victimes : le football français et Jacques Glassmann, le capitaine valenciennois, banni du milieu pour avoir osé dire la vérité, donnant une nouvelle fois raison au poète Guy Béart : «  Il a dit la vérité, il doit être exécuté ! »

Impossible de s’étendre – l’article n’y suffirait pas – sur les multiples incidents, parfois gravissimes, causés ici et là par les hordes de hooligans. Comme lors de ce match France-Angleterre où des skinheads avaient, sous les yeux terrifiés des jeunes footballeurs que j’avais emmenés au Parc des Princes, fracassé une bouteille sur le crâne d’un paisible supporter anglais dont le seul tort avait été de se trouver isolé dans le métro avec son écharpe rouge et blanche et la casquette assortie. Cela se passait en février 1984. Depuis, les hooligans se sont mis à proliférer, la palme de la sauvagerie revenant aux Britanniques et aux Néerlandais, désormais concurrencés dans la violence et la bêtise par leurs homologues des pays de l’Est, et notamment des Russes, parfaitement organisés pour les « fights » comme on a pu le vérifier il y a quelques jours à Marseille à l’occasion du match Angleterre-Russie. Ils ne sont pas les seuls, malheureusement, et nul n’a oublié que c’est à une horde de sauvages allemands que l’on doit, en 1998, la mort du gendarme Daniel Nivel à Lens en marge du match Allemagne-Yougoslavie. Et encore ne parle-t-on là que d’évènements constatés en Europe.

Où est le football dans ces déferlements barbares ? Quel plaisir peut-on prendre aux débordements multiformes dont le football est désormais le vecteur, entre invectives racistes et banderoles insultantes ? À l’image de celle, ignoble, qu’ont déployée les abrutis du PSG lors de la finale de la Coupe de la Ligue contre Lens au stade de France en 2008 : « Pédophiles, chômeurs, consanguins : bienvenue chez les Ch’tis ».

Et que dire des tragédies qui ont marqué l’histoire de ce sport, le plus souvent sous la forme de mouvements de foule incontrôlables comme ce fut le cas à Glasgow (66 morts en 1971), à Moscou (340 morts en 1982) ou à Sheffield (96 morts en 1989) ? Sans oublier les installations défectueuses, telles celles de Furiani qui ont causé en 1996 la mort de 18 personnes. Là encore, sans quitter les limites de l’Europe.

1998 : la France perd le sens de ses valeurs

Retour sur la Coupe du Monde 1998. Cette année-là, j'ai participé au printemps à une manifestation organisée à Paris entre République et Bastille contre la précarité et l'exclusion à l'appel d'une vingtaine d'associations. Nous étions moins de 8000 dans le cortège ! Comment s’en étonner alors que, depuis des mois déjà, on ne parlait que de football dans les médias, à longueur de journée, quel que soit le thème des émissions et quelle que soit l’importance de l’actualité socioéconomique ? Avant même la compétition, j’avais atteint l’overdose, au point de me détourner des retransmissions télévisées, préférant cette année-là le vert des pâturages de l’Aubrac à celui des pelouses du Mondial.

Quelques semaines plus tard, la victoire acquise, 1 000 000 de personnes euphoriques s'agglutinaient sur les Champs-Elysées autour de l'équipe de France pour un simple trophée sportif. Parmi elles, probablement des dizaines de milliers de chômeurs et d’exclus, dramatiquement absents d’un défilé printanier qui avait été organisé pour eux. Comble de la sinistre pantalonnade qu’a été cette année 1998 : durant l’automne, 300 000 chasseurs sont venus battre le pavé dans les rues de la capitale pour sauvegarder leurs acquis. Parmi eux, là aussi des milliers de chômeurs et d’exclus, beaucoup plus concernés et motivés par leur droit de tuer que par celui de vivre décemment de leur travail !

Jamais je n'ai éprouvé un tel écœurement pour mon pays et pour ses habitants, capables de se mobiliser des mois durant pour un évènement futile, mais incapables de consacrer ne serait-ce qu'une heure de leur temps à des causes sociales essentielles comme le droit au travail et à la dignité pour tous ! Imaginons un instant ce qu’aurait pu être l’action sociale de notre pays si, entre le printemps et l’automne 1998, l’on avait dédié ne serait-ce qu’un quart du temps et de l’argent dépensés en marge d’une seule compétition sportive...

Les centres de formation : des machines à broyer

Je pourrais encore développer ici d’autres arguments concernant notamment les cas de dopage, les affaires de double billetterie, les scandales de paris truqués, ou bien encore les transferts « arrangés » qui ont touché nombre de clubs et de fédérations nationales lors des dernières décennies. Sans oublier bien entendu les malversations financières de différentes natures qui ont conduit récemment à faire le ménage à la tête de la FIFA et de l’UEFA. Des opérations « mains propres » qui ne rassurent pas pour autant les observateurs, les nouvelles têtes dirigeantes, Gianni Infantino en tête, étant suspectées d’avoir peu ou prou mis elles-mêmes la main dans le pot de confiture à l’image de Sepp Blatter, Michel Platini, Jerôme Valcke et consorts. Et que dire des affirmations du président déchu de la FIFA accusant l’UEFA d’avoir truqué des tirages au sort, notamment au moyen de... boules glacées ? Difficile de faire plus nauséabond que ces pugilats de crocodiles dans le marigot ! 

Autre sujet de rupture : les centres de formation des clubs professionnels dont j'ai pu, par le biais de joueurs dont j’ai eu un temps la responsabilité, découvrir à quel point ils cassent les jeunes (y compris naguère l’admirable AJ Auxerre de Guy Roux) ? Et cela avec le soutien actif des « conseillers techniques » des districts départementaux (les CTD) et des ligues régionales (les CTR), le plus souvent des anciens professionnels servant de rabatteurs. Un système mis en place avec la complicité de nombreux clubs amateurs d’où sont issus les joueurs talentueux. Et pour cause : ces clubs sont intéressés financièrement à l’envoi en centre de formation pro de leurs meilleurs jeunes dans l’espoir de toucher la juteuse prime dite de préformation en cas de signature de contrat pro. D’où un lobbying peu éthique de certains dirigeants et conseillers techniques en direction des parents.

Mais ce sont, sur ces différents thèmes, des dossiers complets qu’il faudrait instruire, particulièrement concernant le sujet brûlant des centres de formation qui, pour un joueur formé (comprendre apte à rapporter du fric au club) en rejette une dizaine d’autres sur le pavé avec pour bilan d’énormes désillusions sportives, un puissant sentiment de ratage, le poids des multiples vexations subies et, pour seul bagage, un vague diplôme de gestion ou de secrétariat sans la moindre valeur sur le marché du travail.

Tout cela les journalistes sportifs le savent parfaitement, mais plutôt que de parler de ce gâchis humain et a fortiori en dénoncer les effets sur les jeunes laissés-pour-compte, les grands médias préfèrent se concentrer sur les gagnants de ce système impitoyable, de cette machine à broyer : ceux qui, dans leur habit de lumière sponsorisé, font se pâmer par leurs roulettes ou leurs dribbles des millions d’anesthésiés du bulbe, incapables de mettre les choses en perspective et de redonner au football la place qui lui revient, celle d’un simple loisir à l’importance dérisoire en regard des énormes problèmes humains, économiques et environnementaux qui secouent la planète.

Dorénavant, je ne regarde plus le football à la télévision que par intermittence, quelques minutes par-ci, quelques autres par-là, sans pouvoir me défaire, au fond de moi, d’un sentiment de profond mépris pour ce qu'est devenu ce sport dans sa version professionnelle du 21e siècle. Un sport profondément gangrené par les spéculations financières de douteux oligarques russes ou les calculs géopolitiques de puissances pétrolières en mal de reconnaissance internationale.

Contrairement à ce que j’ai affirmé dans un titre volontairement provocateur, je n'en continue pas moins à aimer profondément ce sport que j’ai exercé durant 32 ans balle au pied, ou plutôt en mains (cf. Mémoires d’un gardien de but ringard). Le football reste en effet à mes yeux un jeu simple à la portée du premier gamin venu, un sport possédant de si évidentes qualités pour séduire qu’il ne faut pas s’étonner qu’il ait réussi à conquérir la planète entière. Dans ces conditions, difficile de s’en détourner totalement. C'est pourquoi il m'arrive, de temps à autre, de m'intéresser à une rencontre amateur ou à un match de jeunes lorsque mes pas m'ont poussé derrière la main-courante d'un stade comme ce fut le cas les 4 et 5 juin lors de l’Euro poussins de Pleudihen-sur-Rance (Ille-et-Vilaine). Un vrai bol d'air frais dans un environnement vicié !

Cet article est une reprise plus développée et actualisée d’un précédent article daté de mars 2009 (Je hais le football !)


Moyenne des avis sur cet article :  4.77/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

148 réactions à cet article    


  • Schrek Jeussey de Sourcesûre 22 juin 2016 08:24

    Bonjour Fergus.


    Le foot est au sport ce que le rap est à la musique : un exutoire et une dérive.

    • Fergus Fergus 22 juin 2016 09:09

      Bonjour, Jeussey de Sourcesûre

      Vous avez oublié un mot important : « professionnel ».

      Le football amateur - malgré quelques problèmes ici et là - reste en effet un jeu pour la grande majorité des licenciés.

      Quant au football des jeunes, il est toujours une école de discipline personnelle et d’action dans un collectif, ce qui, dans une société qui promeut toujours plus l’individualisme, est une chance d’en tempérer les dérives. D’où l’important travail des éducateurs.


    • Nicolas_M bibou1324 22 juin 2016 10:06

      @Fergus
      Je suis passé hier soir devant l’entrainement de foot des jeunes des mon village. Ils devaient avoir 8 - 10 ans au plus.


      L’entraîneur les insultait (c’est exactement le mot). 

      « Bougez vous le c*l petites m*rdes, vous êtes qu’une bande de fillette, on ne fera jamais rien de vous, espèces de larves ».

      Et on est un village de moins de 2000 habitants. Et j’ai pu constater exactement la même chose au village de mes parents, pourtant 100km plus loin. Les enfants sont de la chair à canon sans aucune valeur.

      Pour moi c’est exactement ça le foot : l’exact opposé d’un sport, tout pour ne pas s’épanouir, aucun respect. Effectivement, entre débris sans valeur, on est obligé d’acquérir un esprit d’équipe, pour pouvoir essayer de devenir une meilleure équipe. Ca renforce les liens, de se sentir nuls tous ensemble. Sauf que c’est l’exact opposé des valeurs que je veux transmettre à mon enfant.

      Après je n’ai pas forcément une vision très objective : je n’ai jamais joué au foot, n’ai jamais regardé un match de foot de ma vie. Ma vision est peut être biaisée. Mais dans tous les cas jamais je n’inscrirai jamais mon enfant à un club de foot, même s’il me supplie.

    • Fergus Fergus 22 juin 2016 10:18

      Bonjour, bibou1324

      Il y a des abrutis partout, y compris dans les petits clubs, malheureusement. Mais ce n’est pas la majorité du genre, fort heureusement.

      Personnellement, j’ai été en contact avec des dizaines de clubs lorsque j’encadrais des jeunes en IDF, et le plus souvent c’est à des adultes exemplaires qu’ils avaient affaire, y compris - et surtout, serais-je tenté de dire - en Seine-Saint-Denis et dans le Val-de-Marne où dirigeants et entraîneurs appliquaient une discipline rigoureuse basée sur le respect mutuel, seule condition pour tenir ces jeunes pour lesquels l’activité sportive était une alternative à la rue et à ses codes pernicieux.

      « Ma vision est peut être biaisée. »

      Sans aucun doute. A cet égard, j’ai assisté à l’Euro-poussins de Pledihen-sur-Rance les 4 et 5 juin. Ce tournoi réunissait 48 équipes bretonnes, françaises et européennes : il n’y pas eu un seul éclat de voix, pas un seul débordement d’encadrants ou de parents.


    • Yanleroc Yanleroc 22 juin 2016 14:33

      @Fergus
      Rien à fout’ !


    • Fergus Fergus 22 juin 2016 15:51

      Bonjour, Yanleroc

      Lapidaire et clair ! smiley


    • Zolko Zolko 22 juin 2016 15:51

      @bibou1324
       
      « L’entraîneur les insultait (c’est exactement le mot).  »
       
      c’est arrivé à mon fils, il rentrait des entraînements en pleurant, avait peur d’aller aux matchs, a arrêté le foot pendant 2 ans. Et le responsable du (petit) club disait : « mais Momo, il est pas méchant, c’est ça façon de motiver les jeunes ».


    • Fergus Fergus 22 juin 2016 16:08

      Bonjour, Zolko

      J’en ai rencontré deux ou trois dans ce genre. Ce qui est très peu en 10 ans d’encadrement de gamins. En général, ces types-là sont rapidement démis de leur fonction, dès lors qu’arrivent les premières plaintes de parents.


    • moi29 moi29 22 juin 2016 18:57

      @bibou1324
       

      et les parents ne disent rien !?!

    • Fergus Fergus 22 juin 2016 19:26

      Bonjour, moi29

      Bien sûr que les parents protestent, et c’est pourquoi les encadrants de ce type ne restent pas longtemps en place.

      J’ai même connu un cas où un envoyé de district, venu superviser un arbitre de jeunes, a fait un rapport qui a débouché sur une annulation de licence à l’encontre d’un entraîneur qui cumulait les grossièretés avec un état éthylique peu conforme à l’éthique de la fonction.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 23 juin 2016 00:07

      @Jeussey de Sourcesûre & Fergus


      Moi, ce qui m’a un peu choqué, c’est quad on a gagné la coupe du monde contre le Brésil et que le Président a dit que c’était un des grands moments de l’Histoire de France....

       PJCA






    • Souf (---.---.177.24) 23 juin 2016 03:39

      @bibou1324

      Tous les clubs de foot ne sont pas comme ça, il ne faut pas tomber dans les clichés. Il y en a certains qui font vraiment de la pédagogie, qui essaie vraiment d’apprendre et d’inculquer des valeurs aux enfants.

      Je me souviens un match quand j’étais dans un club de foot , je devais avoir 14ans. Il y avait le coach adverse qui faisait exactement ce que tu dis ( insulter ses joueurs etc), ça avait choqué nos coach qui eût sont à l’extrême opposé. Ils nous avait fait un discours sur le respect et le partage et de ce que je me souviens ils n’ont jamais été comme ça avec nous. C’était vraiment un club ou on étais la juste pour s’amuser. On perdait quasi tous les week-end et pourtant jamais d’insulte juste un peu de frustration une ou 2 fois

      C’est pour te montrer que y a des clubs où tu peux voir ton enfant s’épanouir que le foot c’est pas que se que l’on voit à la télé ou dans certains club qui veulent uniquement envoyer des joueurs dans des cente de formation.

      Pour terminer personnellement je regarde et je suit le foot et je comprends les gens qui le font car c’est un échappatoire pour eux et ils s’en foutent de tous se qui se passe autour(je ne parle pas des mort et des violences ), ils veulent juste passer un bon moment


    • Fergus Fergus 23 juin 2016 08:35

      Bonjour, Pierre JC Allard

      Nos élus ne sont malheureusement pas à une énormité près dès lors qu’il faut se faire mousser en récupérant l’euphorie populaire.


    • Fergus Fergus 23 juin 2016 09:19

      Bonjour, Souf

      Merci pour votre commentaire à Bibou1234 sur le travail des éducateurs.


    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 23 juin 2016 14:24

      @Jeussey de Sourcesûre

      vals et son gouvernement se foutent du peuple !!!! ils voulaient empecher les défilés contre la « belle connerie : la loi travail »

      de gaulle disait « que les francais étaient des veaux bérets basque baguette et litron de rouge »

      en refusant cette loi les sans dents ou bonnets rouges ou phrygien sans« culottes » ont choisi la lutte plutot que le hooliganisme comme russes et anglais !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      ils ont eu raison car cette équipe de foot est lamentable et ne méritait pas de gagner ces 2 MATCHS
      pas de jeu pas d’attaque au milieu du terrain et retour du ballon en arrière comme attaque n’ EST PAS DU FOOT MAIS DE LA FACILITE après 20 MINUTES DE JEU NOTRE EQUIPE EST « CUITE »

      si chaque entrainement est suivi d’une sortie alcoolisée en boite :CE SONT DES VEAUX !!!!!!!!!!!!!!


    • mmbbb 26 juin 2016 12:53

      @ Fergus le foot c’est du business. L’ancien patron de ma compagne Aulas se consacre a l OL il reussit fort bien et a impose le stade neuf a Decines . La plupart des parents sont des buzes et n’ont que le foot dans la vie. C’est ainsi Je fus malade il y a quelques annees ( asthme ) je regardais la TV la nuit J’ai en souvenir d’un policier en charge de la securite a Marseille Des fauves, ces supporteurs ! Un exutoire total. Il est tout a fait etonnant que la plupart des supporteurs ne semblent pas choques par les salaires de leur idoles alors qu ils crachent sur celui de leurs patrons. Le foot réunit tous les paradoxes de notre société.


    • Fergus Fergus 26 juin 2016 13:51

      Bonjour, mmbbb

      Le business d’Aulas résume bien ce qu’est t devenu le football professionnel.

      Quant aux supporters, si la majorité ne commet pas de débordements, force est de reconnaître qu’ils ne se montrent pas trop critiques face aux salaires extravagants des footballeurs. Et cela pose question car on comprend pourquoi tant de scandales peuvent exister dans notre société sans susciter de réactions de rejet.


    • Michel DROUET Michel DROUET 22 juin 2016 08:26

      Bonjour Fergus
      Business as usual : le foot est une machine à produire du cash pour l’UEFA et la FIFA, à enrichissement démesuré pour une partie des joueurs professionnels et à magouilles pour les agents de ces stars.
      C’est aussi une machine à fabriquer des impôts avec les fameux Partenariats Publics Privés qui ont été conclus pour la constructions de plusieurs stades en vue de l’euro.
      Le réveil sera pénible quand les comptes réels seront faits, mais seront-ils faits un jour ?
      Il y a longtemps également que j’ai déserté les stades et que je ne regarde plus les retransmissions télévisées : trop chiants parce qu’il y a trop d’enjeux financiers. 


      • Fergus Fergus 22 juin 2016 09:11

        Bonjour, Michel DROUET

        100 % d’accord avec les constats que vous faites et qui rejoignent les griefs que j’ai moi-même énoncés dans l’article. Avec la même conséquence concernant les retransmissions télévisées.


      • howahkan Hotah 22 juin 2016 09:21

        Salut Fergus

        Juste un détail car le foot est une sinistre farce-plaisanterie **pour moi**, comme tous les pseudo sports officiels, se maintenir en bonne forme est un autre sujet bien sur....le ballon qui est utilisé depuis des années est en fait une sorte de ballon de « beach volley » , très léger....avec un tel ballon Edson Arantes do nacimento dit Pelé aurait pu marquer un but en tirant de son but.........et encore en modérant le shoot..

        Ceci ne fut jamais dit......il y a une raison que je connais...à chacun de le voir..

        Amateur ou pas tout pseudo sport est là pour servir le maître, faire croire que la compétition est une bonne chose..or compétition = guerre, tricheries, injustice ,violence et élimination de l’autre....

        Rien n’empêche personne de ne pas chercher à éliminer et de se maintenir en forme....il y a tant de moyens pour cela..y compris de réellement réellement travailler d’ailleurs....

        ciao ...

         smiley


        • Fergus Fergus 22 juin 2016 09:44

          Bonjour, howahkan Hotah

          « le sport est là pour servir le maître »

          Un « maître » politique, j’imagine. Or, c’est devenu assez largement faux, les grandes fédérations (et bien sûr le CIO) ayant désormais une telle puissance financière que ce sont les états qui se mettent à leur service et plus l’inverse.

          Pour ce qui est de la compétition, elle existe depuis la nuit des temps sous des formes qui ont évolué en passant de pratiques existentielles (luttes pour des femmes, du gibier ou des abris sous roche) à des pratiques sociales encore visibles dans certaines sociétés primitives. Enfin, en parallèle avec la compétition économique, à des pratiques sportives codifiées dans l’ère contemporaine.

          Or, la compétition sportive n’induit pas forcément les dérives comportementales : celles-ci sont le fait du professionnalisme et de la montée en puissance des sommes considérables qui sont véhiculées par les sponsors et les médias.

          En dehors de cet univers professionnel, il existe des dizaines de fédérations de sport amateur où l’on pratique pour le fun, pour le dépassement de de soi, pour la convivialité. C’est par exemple le cas du tir à l’arc, du roll-hockey, de la course d’orientation, pour ne citer que ces trois-là. Les tares ne viennent pas de la compétition, mais de la corruption de celle-ci par le fric dans les sphères professionnelles !


        • howahkan Hotah 22 juin 2016 10:14

          @Fergus

          ah la nuit des temps....on n’ en sait rien du tout...

          mais j’insiste car je le vois sans aucun doute la pseudo compétition cache une élimination de l’autre, un désir d’être au dessus...mais ceci ne peut être perçu si on ne connaît pas le programme qui nous tient de « je » et qui ne peut etre vu que par des révélations et là on entre dans une autre dimension que je ne souhaite plus développer ici..,enfin de celle illusion d’un « je » séparé des autres..

          le maître est content , tout le monde y croit et c’est sa seule force par la division de la masse ou chacun est persuadé d’être au dessus ou du moins séparé..enfin essaye...peu d’élus et une immense majorité de vaincus..

          mais après tout si on insiste pour aller dans cette voie, je n’y peux rien du tout....la guerre a ses bon cotés aussi smiley

          tout ceci a des ressorts inconnus de la plupart des humains car nous restons uniquement dans la superficialité des choses...

          mais je ne peux vaincre les moulins à vents des autres, les miens c’est déjà pas mal, mais en fait il est alors vu que il n’y a pas de combat , ni de gagnant a ce niveau, ceci est illusion mentale du peu de cerveau qui nous reste qui ne fait que de se battre contre....lui même....une double imposture mortelle hélas...

          salutations..


        • Fergus Fergus 22 juin 2016 11:13

          @ howahkan Hotah

          « un désir d’être au dessus »

          Personnellement, en 32 ans de compétition amateur, je n’ai jamais ressenti cela, pas plus que l’écrasante majorité de mes coéquipiers, dans les différents clubs où j’ai joué : sitôt les matches terminés, nous passions à autre chose.

          Il convient d’éviter d’amalgamer le sport amateur avec le seul sport pro, et bien sûr avec la compétition économique. Le football est avant tout un simple jeu pour des millions de gens qui le pratiquent sur la planète, souvent dans des conditions précaires.


        • leypanou 22 juin 2016 12:01

          @howahkan Hotah
          Vous êtes de plus en plus rare sur ce site.
          Dommage de nous priver de vos réflexions pour contrebalancer un peu celles au ras des pâquerettes de quelques-uns.
          La compétition contre les autres, c’est çà qui dénature tout. Vouloir gagner à tout prix, c’est le premier pas vers la tricherie.


        • leypanou 22 juin 2016 12:04

          @Fergus
          Il convient d’éviter d’amalgamer le sport amateur avec le seul sport pro : erreur Fergus, un crétin amateur n’a rien à envier à un crétin pro, ne serait-ce que dans le cyclisme, où le dopage chez les amateurs, d’après ce que j’en sais, n’est pas si inexistant que çà.


        • Fergus Fergus 22 juin 2016 13:18

          Bonjour, leypanou

          Qu’il y ait quelques cas de dopage dans le cyclisme amateur, tout le monde le sait. J’en ai connu également en athlétisme chez des juniors. Mais cela est très loin de valoir pour tous les sports amateurs.

          Qui plus est, ces sports amateurs sont à des années-lumière d’être exposés aux multiples dérives que connaît le football professionnel où à peu près tout ce qui peut exister en matière de trucages, de malversations et de tricheries a été constaté ici et là.

          Vous aurez donc du mal à amalgamer de manière crédible le monde amateur et le monde professionnel.


        • Fergus Fergus 22 juin 2016 13:25

          @ leypanou

          « La compétition contre les autres, c’est çà qui dénature tout. Vouloir gagner à tout prix »

          Les amateurs, dans leur très grande majorité, ne cherchent pas à « gagner à tout prix » : cela, c’est précisément de qui caractérise les milieux professionnels gangrénés par les intérêts des investisseurs.


        • howahkan Hotah 22 juin 2016 13:57

          @leypanou

          Salut leypanou....oui tout à fait d’accord.....sur la compétition...mais cela a des arcanes complexes dans le programme même de la pensée qui je le sais par expérience involontaires n’est qu’une partie mineure en volume et activité mais vitale quand même de nos cerveaux ..

          au fond de nous même dans notre nature perdue, il n’y a absolument aucune compétition-élimination...

          sinon je viens peu ici, je suis plutôt sur des sites en Anglais ou les sujets centraux sont le cerveau, la pensée, etc etc ..avec aussi des trolls et des mensonges bien sur..

          cela dit j’ai rencontré sur avox pas mal de personnes intéressées et intéressantes sur ces sujets ....plus même que sur des sites plus centrés sur ces sujets....

          mais pour le moment en écrivant en Anglais je rencontre des gens d’un peu partout...c’est un peu le but.....

          Si déclic il y a je reviendrais écrire plus ici.....mais cela ne dépends pas de moi..mais du déclic : !!! smiley

          Tu fais parti des gens que je lisais ou lis quand je viens....merci alors d’échanger..

          salutations


        • Fergus Fergus 22 juin 2016 14:04

          @ howahkan Hotah

          « au fond de nous même dans notre nature perdue, il n’y a absolument aucune compétition-élimination »

          Vous mélangez deux concepts : « compétition » et « élimination », la seconde pouvant certes être la conséquence de la première dans le sport. Mais provisoirement car l’éliminé renaît de ses cendres la saison suivante.

          Qui plus est, désolé, mais dès la maternelle les enfants pratiquent la compétition car elle est inhérente à leur nature humaine : c’est à qui courra le plus vite, à qui osera descendre du toboggan le plus haut, ou à qui pissera le plus loin. Le sport codifié, ce n’est pas autre chose que cela, du moins dans sa version amateur.

          Bonne journée.


        • howahkan Hotah 22 juin 2016 15:48

          @Fergus

          salut ,pas du tout....mais je n’insiste pas...

          vous êtes au niveau très superficiel des choses, pas dans le sens c’est pas bien mais dans le sens factuel.....et ne faites que répéter ce que le conditionnement millénaire du maître a imprégné dans votre cerveau, comme ce le fut pour moi aussi..puis vint la lumière qui ne vient pas d’elle même bien sur

          cela dit je saisis bien que ce que je dis issue de vision profondes ne peut se voir comme cela, car avant je fus aussi aveugle et sourd mais je tiens cependant à le dire...

          car de toute façons le fait est que élimination analytique de la pensée = compétition-élimination en réel = guerre = meurtres de masse = société injuste= violences,= misère, richesse = tortures etc etc ..

          si cela vous convient pas de problèmes, le jours ou ça tombe dessus c’est moins "drôle..

           smiley


        • damocles damocles 22 juin 2016 16:49

          @howahkan Hotah

          Le ballon de foot est defini par la loi 2 du reglement : son poids doit être compris entre 410 grammes et 460 grammes ,sa circonference entre 68 cm et 70 cm , et sa pression (au debut du match ) entre 0,6 atmosphère et 1,1 atmosphère
          Ce n’est pas le poids qui fait qu’il va plus loin aujourd’hui , mais la matiere qui le compose (qui n’est plus du cuir) ,sa capacité a ne plus s’impregner d’humidité , son elasticité et sa penetration dans l’air
          Voila pourquoi les degagements de gardien arrivent facilement au but adverse alors qu’a notre epoque (la même que Fergus ) il depassaient à peine le centre..

          Ceci dit ce n’est pas le sujet de cet article , avec lequel je suis globalement d’accord , ayant joué pendant une quinzaine d’années , puis educateur , puis president de club de 240 licenciés qqtemps....

          A propos des educateurs , j’en ai connu aussi qui insultait les joueurs (pas dans mon club) notemment un qui disait à des gosses de 10 ans : « vous n’avez pas de c....... » !!! ...mais les parents sur le bord de la touche , ça valait aussi son pesant de cacahuètes ...

          Je ne vais plus au stade voir des pros , mais de temps en temps , il m’arrive d’aller voir jouer des jeunes le samedi ou le dimanche ...

          Je suis a peu près dans le même etat d’esprit que Fergus ...sauf que à la télé j’ai du mal à ne pas regader le Barça de Messi par exemple ...


        • howahkan Hotah 22 juin 2016 17:14

          @damocles

          merci des explications cela dit, pour moi ce sont bien deux types de ballons très différents.....je n’ai aucune explication ni preuve pour fournir aux autres, pour moi même ayant tâté des deux assez longtemps il n’y a pas photo....à moins que je ne sois devenu un proche de chez al, Al zheimer bien sur, ce qui est possible..cela dit....

          salutations.. smiley


        • Fergus Fergus 22 juin 2016 17:31

          Bonjour, damocles

          « alors qu’a notre époque (la même que Fergus ) il dépassait à peine le centre. »

          Sans oublier que sa structure de panneaux de cuir cousus faisait un mal de chien lorsqu’on faisait une tête les jours de pluie.

          Pour le reste, je constate que nous avons pas mal de points communs.


        • damocles damocles 22 juin 2016 20:33

          @Fergus
          Bonsoir Fergus

          Le ballon en cuir (ah le « scaphandre » d ’Hungaria !) pesait au moins 2 fois le poids reglementaire quand il etait immbibé d’eau et au moins 3 fois avec la boue très frequente sur les terrains de la banlieue Est lorsque j’etais gamin ....(j’exagère un peu ,mon temperement mediterraneen sans doute) ....Mais peut-etre ai-je joué contre toi et pourquoi pas « cloqué » 2 ou 3 buts à l’epoque...

        • damocles damocles 22 juin 2016 20:41

          @howahkan Hotah
          En effet ce sont 2 types de ballon très differents mais ce n’est pas une question de poids

          D’ ailleurs à un Euro ( l’année ? ) les gardiens se plaignaient des ballons qui « flottaient » dans l’air et prenaient des trajectoires bizarres ....

        • Elisabeth Bartolomew (---.---.226.31) 23 juin 2016 08:49

          @howahkan Hotah Je vous rejoins tout à fait dans votre vision, je pense moi aussi que le foot ou autre mouvement qui vise à se séparer des autres n’est jamais bon. Je n’ai jamais compris pourquoi il fallait absolument se mettre en compétition contre les autres, et que c’était souvent prôné, que ce soit pour un emploi ou même dès l’école primaire....Je pense que la compétition nous sépare en effet des autres en créant l’illusion que nous devons combattre ou être contre quelqu’un pour prouver sa valeur. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai adopté un chemin spirituel libre, plutôt qu’une religion qui tendrait à limiter et cloisonner ma spiritualité...Tout ce qui est communautaire, raciale, ou créer une séparation avec l’humain créer une illusion. Quand on voit les dérives entre supporters, c’est vraiment effrayant, la violence est partout, même dans un simple sport, qui devrait réunir au lieu de diviser...Comme beaucoup de choses.....Si nous étions dans une ère vraiment spirituelle, l’ego ne prendrait plus le dessus, et la compétition non plus. Car nous sommes en fait tous lié les uns aux autres, mais c’est notre besoin de pouvoir, d’assoir notre contrôle sur l’autre, d’être plus fort ou meilleur que l’autre, qui créer cette séparation. Mais malheureusement peu de gens comprennent cela, le foot ou autre chose dans ce genre stimule les instincts masculins et guerriers, et malheureusement c’est pourquoi la plupart des hommes se sentiront concernés par ça. Alors qu’un homme réellement dans son divin masculin, lui sera équilibré, et ne cherchera plus la compétition mais l’union et le rassemblement, ne montrera plus les muscles pour imposer son contrôle, mais usera de sagesse et d’intelligence.
          Mais on est tellement habitué à ça que nous ne savons plus prendre du recul sur nos attitudes, car ces comportements ont été normalisés et popularisés pour satisfaire la masse.


        • Fergus Fergus 23 juin 2016 09:16

          Bonjour, Elisabeth Bartolomew

          Je comprends votre démarche, comme celle d’Howakhan Hotah, qui sont de nature spirituelle. Mais ce n’est pas de cela qu’il est question avec la compétition sportive dont seules les dérives inhérentes au monde professionnel sont réellement condamnables.

          La compétition, je le répète, est inhérente à la nature humaine. Ce n’est donc pas l’interdire qu’il convient de faire, mais la canaliser dans des règles de sport ou de jeu acceptées par tous. N’oubliez pas que même une partie de pétanque ou une partie de scrabble relèvent de cet esprit de compétition, le but n’étant pas forcément de gagner, mais de tenter d’y parvenir. 

          Vous parlez d’« union » et de « rassemblement », et me reviennent en mémoire ces images de la Gothia Cup, l’un des plus grands tournois de football de jeunes de la planète, organisé en Suède, à Göteborg avec un millier de matches à la clé : toutes les équipes engagées cherchent à aller le plus loin possible ; au final, toutes se retrouvent dans les tribunes pour assister à la finale : près de 20 000 gamins enthousiastes, réunis là par le football dans un rassemblement confraternel de jeunes venus de tous les continents. Et je peux vous dire que ce sont ces images et échanges qui restent en mémoire des participants, pas le classement de leur club ! 


        • howahkan Hotah 23 juin 2016 10:53

          @Elisabeth Bartolomew

          salut, je ne peux que aller dans votre sens sans rien enlever , ni rajouter...

          amicalement


        • Taverne Taverne 22 juin 2016 10:22

          Et pourtant, le président de la République viendra toujours trôner dans les tribunes et apporter sa caution morale à cette activité très vulgaire et très lucrative. S’il avait quatre mains pour applaudir, il les utiliserait !


          • Fergus Fergus 22 juin 2016 11:21

            Bonjour, Taverne

            Les politiques ont, de tout temps, tenté de récupérer les exploits des sportifs, au moins en ne se démarquant pas de ce qui est supposé être populaire. Cela existait déjà dans l’Antiquité.

            Pour autant, si Hollande croit qu’un bon parcours de la France dans l’Euro 2016 serait de nature à redorer son blason, il se fiche le doigt dans l’œil car, passé le cas échéant un moment d’embellie, sa popularité retomberait aussi vite qu’elle serait montée.

            A cet égard, la scandaleuse interdiction faite aux travailleurs de défiler dans les rues de Paris pour défendre leurs droits attaqués aura, n’en doutons pas, des conséquences désastreuses en termes d’image que même une victoire des Bleus le 10 juillet n’a aucune chance d’atténuer. 

            La fin du hollandisme est décidément pathétique !


          • Taverne Taverne 22 juin 2016 16:16

            @Fergus

            Ah oui : l’interdiction-autorisation de manifester ! C’est tout Hollande ça ! Gneu heuuuu


          • Fergus Fergus 22 juin 2016 16:30

            @ Taverne

            « C’est tout Hollande ça ! »

            La lecture des commentaires sur les réseaux sociaux va lui montrer qu’une fois de plus, il s’est fourvoyé. Qui plus est, en donnant l’impression de vouloir s’en prendre aux libertés fondamentales, il aura réussi à remotiver les troupes d’opposants à la Loi Travail, ce qui pourrait amener beaucoup de monde dans les rues demain et plus encore mardi prochain. 


          • Croa Croa 23 juin 2016 08:24

            @Taverne
            Je ne sais pas lequel des deux à le plus besoin ou d’apporter à l’autre une « caution morale » entre la présidence de la République et le foot spectacle smiley (?)


          • alinea alinea 22 juin 2016 10:51

            Ce n’est pas seulement vis à vis du foot que tu as du dégoût Fergus ! Moi j’y vois un humain malléable à merci.
            Le fric a tout pourri, il a tué la bouvine, il détruit la corrida, pour ne parler que d’activités qui ne devraient être que festives ; le show biz n’est pas mal non plus !! La gratuité a disparu de nos vies, et tout le monde s’y plie, enfin assez de monde pour rendre non seulement dérisoire, mais minable toute activité qui n’a pas pour but l’argent !!


            • Fergus Fergus 22 juin 2016 11:30

              Bonjour, alinea

              On savait depuis longtemps que le fric corrompt tout. Or, tu as raison de le souligner, il s’est invité partout et sape peu à peu les valeurs humaines qui ont construit notre société civilisée et auraient dû l’amener vers plus de sagesse.

              C’est un grand danger contre lequel il faudrait que nous luttions collectivement, faute de quoi nous sombrerons dans un chaos dominé par les instincts dominateurs des plus forts. Et cela, au mépris de ces valeurs solidaires qui auront disparu ou seront réduites, comme dans la société étasunienne, à des actes de charité à géométrie variable, dispensés à des nécessiteux triés sur leur adhésion au modèle d’asservissement voulu par les puissants.


            • gruni gruni 22 juin 2016 11:04

              Bonjour Fergus


              Je crois que tu as parfaitement cadré ce qu’est devenu le football professionnel d’aujourd’hui. Malheureusement, plus personne ne peut raisonnablement espérer un retour en arrière dans l’avenir. 
              J’ai moi aussi déserté l’écran télé et les stades, sauf peut-être cette année où je suis plus attentif que d’habitude au déroulement de l’Euro. Pourquoi, je ne saurai te le dire, sans doute pour me changer les idées de l’actualité, malgré les violences des hooligans. J’ai toujours pensé que le foot était le reflet de la société et qu’un joueur avait sur le terrain le même comportement que dans la vie. Je ne sais pas ce que tu en penses ? 
              Enfin nous n’y changerons rien, mais carton rouge pour ce football qui n’est plus celui que nous avons connu.

              Merci pour ton article lucide et très complet.

              • Fergus Fergus 22 juin 2016 11:35

                Bonjour, gruni

                Merci pour ton commentaire.

                En effet, les mœurs actuelles du football sont à l’image de la société contemporaine où dominent le mercenariat, les petits arrangements et un individualisme exacerbé.

                Je crains, comme toi, que l’on ne puisse « raisonnablement espérer un retour en arrière dans l’avenir ». Hélas !


              • Aristide Aristide 22 juin 2016 11:24

                C’est très « tendance » de haïr le foot, bon, personne n’est obligé d’aimer le caviar ou la langouste. Il y a surement des adeptes du jambon cellophane coquillettes. Je sais que ma petite provocation va me valoir une volée de compliments. Mais, bon, j’assume toujours ce que je pense, donc pas de problème.


                Le foot est un spectacle, c’est vrai que les footeux sont généralement des personnes assez simples, circonstance aggravante issues du peuple, il y a même des noirs et des arabes, je sais aussi que les supporters en disputent au zadistes pour leur niveau intellectuel, ... mais que voulez vous, j’apprécie ce sport et ce spectacle donné par des mous du bulbe payés comme des nababs. Ces footeux se vautrent dans le luxe et certains dans la luxure, quel culot !

                Mais, au fait, parlons en de ces nababs, ceux qui naissent une cuillère en or dans la bouche et dont le seul mérite sera de dépenser leur héritage, ou alors ces illustres acteurs de cinéma qui concurrencent la paye des meilleurs avant centre, ou alors ces rentiers de tout poil qui étalent leur bateaux sur les quais de Saint Tropez ou de Monaco, c’est plus chic. Enfin, la multitude de « privilégiés » qui ne se vautrent pas dans le luxe et la luxure, eux ils y ont un droit.

                Je comprends que l’on puisse détester le foot, mais que l’on cristallise autant de haine sur ce sport ou les vedettes sont issus des couches les plus défavorisées de la population m’interroge vraiment. La présence omniprésente du fric ? Il n’y en aurait que là ? Des scandales ? Itou. Ou un sentiment particulier envers ces sagouins qui arrivent chez les « riches ». Je n’ose le croire.

                Un point particulier a retenu mon attention, la selection féroce des écoles de foot. Bon, il n’y aurait pas des centaines de milliers de gosses qui se retrouvent à la rue dés la première année d’université ou de médecine, idem pour les milliers de candidats à tous les concours qui échouent , ... je pourrais éventuellement partager ce sentiment. Mais, là ....

                 

                • Fergus Fergus 22 juin 2016 11:48

                  Bonjour, Aristide

                  Ce n’est pas une question de « tendance » en ce qui me concerne, mon désamour pour le football professionnel datant de... 1998.

                  Qui plus est, si vous avez lu l’article jusqu’au bout, vous avez pu voir que l’usage de « je hais » relève en partie de la provocation car je continue d’apprécier ce sport. Mais dans sa version amateur, pas gangrenée comme l’est le football pro.

                  « ce spectacle donné par des mous du bulbe payés comme des nababs »

                  Nulle part, je n’ai écrit quoi que ce soit qui aille dans ce sens. Si la plupart des footballeurs sont issus des milieux populaires et peu éduqués (comme moi), cela ne fait pas d’eux des idiots pour autant, certains étant manifestement dotés d’une évidente intelligence.

                  « ceux qui naissent une cuillère en or dans la bouche et dont le seul mérite sera de dépenser leur héritage »

                  Ceci est un autre débat, mais vous avez raison de souligner qu’il y a là l’un des plus grands scandales de l’organisation de notre société. A cet égard, je suis comme le Pr Jacquard pour une réforme drastique des droits de succession visant à casser les phénomènes dynastiques.

                  « que l’on cristallise autant de haine sur ce sport ou les vedettes sont issus des couches les plus défavorisées de la population m’interroge vraiment. »

                  Personnellement, je n’ai pas de haine, je me détourne de ce spectacle dont je sais à quel point il est vicié.

                  Pour ce qui est des « écoles de foot », si vous aviez connu comme moi des gamins revenus cassés moralement et physiquement de ces machines à broyer, vous seriez sans doute moins dubitatif.


                • Allexandre 22 juin 2016 22:28

                  @Aristide
                  Toujours autant de nuance dans le propos !! On peut détester le foot et tout ce qu’il colporte, sans pour autant être né une cuillère en or dans la bouche. Mais votre esprit d’analyse n’arrive pas à dépasser ce type de réflexion. Cela dit, c’est normal, vous n’êtes pas prof de fac.....tout juste un petit « rond de cuir en retraite » frustré à souhait !


                • ZEN ZEN 22 juin 2016 11:56

                  Salut Fergus,
                  Alors là, bravo !
                  Business as usual, comme dit quelqu’un plus haut.
                  La financiarisation tous azimuts a tout capté dans ses filets.
                  La fête est triste...effectivement
                  A+


                  • Fergus Fergus 22 juin 2016 12:46

                    Salut, ZEN

                    Merci pour ce lien sur les constats désabusés d’un « ancien entraîneur amateur » qui porte un regard très proche du mien sur ce qu’est devenu le football.

                    Un sport que lui comme moi avons apprécié, et apprécions toujours, pour ce qu’il est foncièrement - un simple jeu - et non pour ce qu’il est devenu dans sa version professionnelle : une machine à fric amorale. Et je peux le certifier ici : nombreux sont les entraîneurs et dirigeants - notamment de jeunes - qui sont dans cet état d’écœurement.

                    Bonne journée. 


                  • wesson wesson 22 juin 2016 12:09

                    Vous qui détestez le football et aimez la (les) musiques, une pépite de cabaret : 



                    • wesson wesson 22 juin 2016 12:13

                      J’ajoute que en même temps que l’on tolère les vociférations avinés du hooliganisme international, d’un autre coté on interdit aux salariés de manifester contre une loi qui représente un recul de 100 ans dans le droit du travail, et sur laquelle une majorité de Français est contre.


                      Lorsque en 2012 le gouvernement PS s’est fait élire, on se doutait bien que on serait quand même bien déçu

                      mais quand même pas à ce point !

                      • Fergus Fergus 22 juin 2016 12:53

                        Bonjour, wesson

                        Cette interdiction faite aux travailleurs de défendre leurs droits est en effet un scandale sans précédent qui laissera des traces dans l’électorat : en agissant ainsi pour des raisons politiques - la sécurité a bon dos -, Hollande a sans doute perdu les derniers crédits dont il pouvait bénéficier ici et là chez les plus naïfs dans les classes populaires.

                        « quand même pas à ce point ! »

                        En effet ! Qui aurait pu penser qu’un pouvoir prétendument socialiste en viendrait à aller plus loin que la droite sarkozyste dans les régressions sociales et l’allégeance au grand patronat ? Hollande restera dans l’histoire comme un fossoyeur des valeurs de la gauche socialiste, désormais clairement alignée sur la droite libérale.


                      • wesson wesson 22 juin 2016 14:12

                        @Fergus
                        Finalement il semblerait que la manifestation ait été autorisée ... à tourner un peu en rond.


                        C’est mieux que rien, car je rappelai sur un autre fil le précédent historique de 1962, qui avait causé la mort de 9 personne (à Charonne). Interdire une manif syndicale n’est pas neutre.

                        Même avec cette maigre victoire, c’est un désaveux de Valls qui répétait dans les journaux qu’il voulait une interdiction.

                        Que n’en tire t’il pas les conséquences en présentant sa démission !

                      • Fergus Fergus 22 juin 2016 14:21

                        @ wesson

                        Merci pour l’info. Le fait est que dans cette affaire, Valls aura finalement mangé son chapeau.

                        Inutile qu’il démissionne : Hollande et lui vont continuer leur chute libre avec la mise en œuvre d’un nouveau 49.3 en juillet. Nul doute que les électeurs de gauche sauront s’en souvenir en 2017.


                      • Aristoto Aristoto 22 juin 2016 16:52

                        @wesson

                        Je dirait surtout que c est l exemple a suivre pour martinez et la cgt. Mais bon y a ce foutu pouvoir de l OPINION.

                        Sivupli musiou le president un droit a manifester pour bebe aquis social malade.


                      • Fergus Fergus 22 juin 2016 18:34

                        Bonjour, sampiero

                        Valls, habitué des coups de menton martiaux, n’en a pas moins tenté d’intimider la CGT et les syndicats associés en escomptant un soutien de l’opinion. or, l’opinion est encore plus remontée contre la Loi Travail, ce qui a donné du poids aux syndicats dans leur désir de maintenir la manifestation. Le résultat, prévisible, est un nouveau fiasco pour l’exécutif.


                      • Fergus Fergus 22 juin 2016 22:23

                        @ sampiero

                        En effet, des parcours qui se ressemblent. A ce détail près que, d’un niveau plus modeste, je n’ai pas dépassé la promotion d’honneur.

                        Pour ce qui est des salaires actuels, le fait est qu’ils sont exorbitants et évidemment choquants comparés aux ouvriers dont tu parles.

                        Bonne nuit.


                      • Allexandre 22 juin 2016 22:41

                        @wesson
                        Il ne peut pas. Cette loi est à El Khomri comme je suis le pape. Valls et Hollande ne sont que les exécutants de décisions prises à une autre échelle. Il faudrait reprendre l’organigramme réel de la mondialisation. Au sommet, les FTN et leurs lobbies, mais aussi les banques internationales et leurs détenteurs sionistes. Dessous, le pouvoir politique des US, sous la pression des néocons à 90% sionistes. En dessous la commission de Bruxelles et les lobbies européens quadrillés par les « hommes » de Goldman SAchs. Puis les gouvernements européens et leurs chef d’Etat et de gouvernement ; et tout en bas, les peuples que l’on hypnotise avec le foot, la télé, le joujoux technologiques et une instruction pitoyable. Après ça vous croyez vraiment que Valls peut démissionner ? Cela ne changerait rien de toutes façons.


                      • Anthrax 22 juin 2016 12:35

                        J’aime pas les salsifis, j’aime pas les banquiers, j’aime pas les assureurs, j’aime pas les chaînes info, j’aime pas BHL, j’aime pas sarkozy, j’aime pas les chiens, j’aime pas le rosé de Provence, j’aime pas les Renault, ni les Peugeot, j’aime pas Loréal, j’aime pas, Martinez, j’aime pas Besancenot, j’aime pas les punk à chiens, j’aime pas le rap, j’aime pas Mozart, j’aime pas les supermarchés, j’aime pas le pen (père et fille), j’aime pas ceux qui parlent du vivre ensemble, j’aime pas courir... Et c’est pas pour ça que j’écris un article sur ce que j’aime pas.

                        Tu aimes pas le foot, c’est ton droit. Alors ne le regarde pas, n’en parle pas.

                        • wesson wesson 22 juin 2016 12:39

                          @Anthrax
                          Le problème c’est que le foot s’impose à vous alors que on ne lui demande rien.


                          Il fallait voir l’état de siège dans lequel était Toulouse il y a 2 jours pour le match Pays de Galles - Russie, et tous les embouteillages que ça a provoqué pendant toute la journée. 


                          Personnellement, le foot et ses conséquences m’ont bien plus pénalisé dans ma vie de citoyen que toutes les manifestations de la CGT.

                        • Fergus Fergus 22 juin 2016 13:00

                          Bonjour, Anthrax

                          Si vous aviez lu l’article, vous auriez compris qu’au contraire j’aime le football. Profondément.

                          Mais pas ce qu’il est devenu chez les professionnels et dans les instances dirigeantes. Or, c’est en me plaçant du point de vue d’un amateur et, plus encore, d’un éducateur de jeunes footballeurs que je me suis placé en rédigeant cet article : les gamins sont en effet très perméables aux pratiques venues d’en haut. D’où la nécessité de dénoncer les exemples déplorables qui leurs sont donnés et qui sont aux antipodes de ce que les éducateurs tentent de leur inculquer. 


                        • Fergus Fergus 22 juin 2016 13:11

                          @ wesson

                          « le foot s’impose à vous alors que on ne lui demande rien »

                          Effectivement, les impacts de ce sport dans les pays où se déroulent les grandes compétitions pénalisent les lieux où se déroulent les matches, du fait notamment de l’arrivée de hordes de supporters plus ou moins imbibés et vociférants, a fortiori quand s’y mêlent des hooligans.

                          Dans l’article, j’ai parlé de la 1ère finale de la Coupe d’Europe en 1956. A cette époque, l’accès au stade se faisait sans difficulté, dans le calme, sans fouille eux entrées, et avec un service d’ordre limité à quelques dizaines de flics plutôt débonnaires. Depuis, on a donné à ce sport, via le matraquage et l’exposition médiatiques, une dimension délirante en regard des thèmes socioéconomiques importants. Avec à la clé de nombreuses dérives, de plus en plus mal maitrisées.

                          C’est cela qui rend le football insupportable aux yeux de tous ceux qui - sans être des adversaires de ce sport - ne sont pas des idolâtres du ballon rond, ce qu’Anthrax semble avoir du mal à percevoir.


                        • Anthrax 22 juin 2016 13:46

                          @wesson

                          Justement, j’étais à Toulouse et ce que j’ai vu, en effet, c’étaient des embouteillages à n’en plus finir (commet tous les matins), des flics à tous les carrefours de rues, mais pas plus que lorsqu’il y a eu des manifs. La nuance, c’est qu’on peut estimer que les manifs pourraient avoir une justification. Pas le foot. 

                        • Anthrax 22 juin 2016 14:00


                          @Fergus
                          Je comprends tes explications, mais il ne faut pas se contenter de l’exemple restreint du foot. Toute manifestation sportive, aujourd’hui, est susceptible de débordements tragiques attisés par les medias low cost pour qui les bastons, c’est toujours de bonnes images. 


                        • Fergus Fergus 22 juin 2016 14:17

                          @ Anthrax

                          « Toute manifestation sportive, aujourd’hui, est susceptible de débordements tragiques attisés par les medias low cost pour qui les bastons, c’est toujours de bonnes images. » 

                          Sans doute. Mais encore faut-il que ces manifestations sportives drainent des foules, ce qui est limité à quelques rares sports. Au premier rang desquels le football, seul à attirer des masses considérables de spectateurs partout sur la planète. Et seul à traîner derrière lui des hordes de hooligans propices à ces « bonnes images ».


                        • alinea alinea 22 juin 2016 14:38

                          @Fergus
                          C’est dommage parce que le grand Chistera, c’est vachement mieux ! smiley

                          https://www.youtube.com/watch?v=AJozq3IlFgE

                          ( je ne vois pas de hooligans dans la foule ! smiley )


                        • Yanleroc Yanleroc 22 juin 2016 14:45

                          @Fergus
                          Il ne les traîne pas, il les génère.




                          "Bande à part, sacrebleu ! C’est ma règle et j’y tiens.Parmi les cris des loups on n’entend pas le mien.Oui, la cause était noble, était bonne, était belle
                          Nous étions amoureux, nous l’avons épousée.Nous souhaitions être heureux tous ensemble avec elle,Nous étions trop nombreux, nous l’avons défrisée.
                          Le pluriel ne vaut rien à l’homme et sitôt qu’on
                          Est plus de quatre on est une bande de cons.Bande à part, sacrebleu ! C’est ma règle et j’y tiens.Parmi les noms d’élus on n’verra pas le mien. Je suis celui qui passe à côté des fanfaresEt qui chante en sourdine un petit air frondeur.Parmi les cris des loups on n’entend pas le mien.Brassens l’anarchiste.

                        • Fergus Fergus 22 juin 2016 15:59

                          @ alinea

                          Qui plus est, c’est très spectaculaire, la pelote basque dans ses différentes formes. A éviter : les compétitions indoor dans un trinquet surchauffé.

                          Effectivement, pas de hooligans dans ce sport, mais une rivalité qui n’empêche pas la convivialité. Avec en prime, si l’on a de la chance, quelques chants basques, une fois marqués les derniers points.


                        • alinea alinea 22 juin 2016 16:20

                          @Fergus
                          J’ai adoré !! un championnat du monde à Biarritz, il y a cent sept ans !! Mexique contre Espagne, que des Basques, qui portaient quasi le même nom !! et les Mexicains venus en nombre qui criaient « Mexico Mexico », avec l’accent bien sûr.
                          Les chants basques, non, ce n’est pas une légende ! j’ai vécu quelques temps au dessus d’un café basque à St. Jean-de-Luz.. que du bonheur, même à deux heures du matin ( j’étais jeune et n’allait pas à sept heures au turbin le dimanche !!)
                          J’ai adoré les trinquets par contre, au point que je voulais faire un « trinquet » de bouvine, à l’époque où j’étais assez jeune et folle pour avoir des projets impossibles !! smiley


                        • Fergus Fergus 22 juin 2016 16:36

                          @ alinea

                          Une compétition internationale - et a fortiori un championnat du monde -, c’est vraiment le top, eu égard à l’adresse phénoménale des pelotaris.

                          Quand aux chants basques, quiconque a eu la chance d’en entendre en redemande. smiley

                          Je ne comprends pas le mot « bouvine ». De quoi s’agit-il ?


                        • alinea alinea 22 juin 2016 17:48

                          @Fergus
                          la bouvine, c’est les courses camarguaises, et, hélas aujourd’hui, dépourvues de leur sens, les abrivados, les encierros., et en « pays », les ferrades !! mon regretté job quoi, enfin, en amont !!!
                          dans un trinquet j’imaginais organiser des courses camarguaises, c’est-à-dire, un taureau, ou une vachette selon qui vient, dans l’arène, avec des raseteurs !!! l’arène à la place du terrain de pelote !


                        • Fergus Fergus 22 juin 2016 19:21

                          @ alinea

                          Merci pour ces explications. Je note le mot « bouvine » dans un coin de ma tête.

                          Euh... dans un trinquet, il n’y a qu’un côté d’évitement pour les raseteurs, les 3 autres étant constitués de murs. Chaud, non ?


                        • alinea alinea 22 juin 2016 20:12

                          @Fergus
                          Il y a un truc qui s’appelle une contre piste !! smiley tu en vois dans les arènes, pour corridas.


                        • Fergus Fergus 22 juin 2016 22:26

                          @ alinea

                          Sauf qu’il n’y a pas de contre-piste dans un trinquet, sauf à en aménager une qui réduirait significativement l’espace disponible.


                        • alinea alinea 22 juin 2016 23:33

                          @Fergus
                          Le trinquet, c’est le modèle, un bistrot, un resto, des galeries pour voir le jeu ; tu le fais à la taille que tu veux !!


                        • Croa Croa 23 juin 2016 08:33

                          À wesson,

                          C’est pareil à Bordeaux et même pire. Lorsqu’en plus il y avait une grève les derniers moyens de transports disponibles ont été réservés au foot (!) alors qu’il y avait avait aussi des gens ayant besoin de rentrer chez eux.


                        • Aristoto Aristoto 22 juin 2016 14:49

                          J’ADORE cet euro plus que tout cet ete.

                          PS : mais on s en fout de tes etat d ame l ami fergus le social democrate mou anti revolution armee et violente. Vieux olanqué va.


                          • alinea alinea 22 juin 2016 15:25

                            @Aristoto
                            Moi j’adore le progrès, la miniaturisation par exemple, ces petites machines que l’on peut emporter partout, taper dessus dans le train, le métro, même sur son vélo si ça se trouve, mais qui ignorent les accents, les virgules, les paragraphes, et pour lesquelles il faut des doigts de fée pour ne pas confondre le « p » et l’ « o » ! smiley


                          • Zolko Zolko 22 juin 2016 16:00

                            @alinea
                             
                            « mais qui ignorent les accents »
                             
                            en appuyant longtemps sur la petite machine, les accents et virgules apparaissent. Mais ça va nettement moins vite du coup. Que voulez-vous, Aristoto n’a pas de temps à perdre avec ces considérations orthographistiques.


                          • Fergus Fergus 22 juin 2016 16:03

                            Bonjour, Aristoto

                            Je n’empêche personne d’aimer ce Euro et de le regarder. Ce que j’ai écrit n’en est pas moins l’expression de ce que pensent d’autres personnes que moi.

                            « Social démocrate », je ne l’ai jamais été ! Quant à « olanqué », j’ignore ce que signifie ce mot.


                          • Aristoto Aristoto 22 juin 2016 16:27

                            Franchement pour changer la societe vous pariez sur qui : fergus pepere sirotant son cocktail dans sa maison de campagne de retraite du tertair se la coulant douce en tapotant sur son petit ordi de beau et zoli article critiquant la societe du spectacle ...ou alors les fou furieux ultra de toute les nation europeene pret a en decoudre ? ( tient d ailleur c un bon prelude ca pour un soulevement de masse dans toute l europe)

                            Apres si vous me dites que sommeil en fergus un futur lenine en puissance je veux bien vous croire.

                            La fifa stade supreme du capitalisme a venire prochainement smiley

                            Sans parler de ce mepris en vers la culture hooligane et ultra. Petits bourgeois snobinards va.


                            • Zolko Zolko 22 juin 2016 16:35

                              @Aristoto : vous voulez nous faire croire que l’avenir radieux pour notre société viendra de quelques centaines de jeunes alcoolisés ? (ki ecrives le francé sanz axand ni apostrof)


                            • Aristoto Aristoto 22 juin 2016 17:03

                              Il veut dire quoi ton avatar. Dis moi te pas un des ces souvrainiste de pacotille qui reclame le retour au vieux franc.

                              En tout si le foot permettait d instaurer un certain esprit de camaraderie ( certe viril et un peu beacoup inbibe d alcool) entre l ensembles des individus formant la communaute europeene et renforcer la cohesion de celle ci ça serai deja un bon point de pris.

                              Moi entre une soiree foot et cinq de molonogue de monsieur asseulineau j ai vite fait de faire un choix.

                              Aller couche le souvrainiste a deux ...francs, forcement


                            • thierry3468 22 juin 2016 17:33

                              L’Euro est l’exemple ultime de l’utilisation d’un sport à des fins politiques.Partout,foot à tous les étages .Plus rien n’existe si ce n’est la petite baballe.Le foot est la lobotomie des masses.

                              J’me souviens plus de rien
                              Lobotomie merci,
                              J’ai du vide plein ma tête
                              Amputé amputé amputé...
                              Lobotomie amputé..

                              Merci les Béruriers qui sont plus que jamais d’actualité avec cette reprise tonitruante de Salut à toi
                              https://youtu.be/Gie50LNklKY


                              • Fergus Fergus 22 juin 2016 18:45

                                Bonjour, thierry3468

                                « Partout, foot à tous les étages .Plus rien n’existe si ce n’est la petite baballe. Le foot est la lobotomie des masses. »

                                C’est malheureusement vrai pour beaucoup de monde. Et les médias utilisent ce goût irraisonné pour le foot - irraisonné, car non mis en perspective avec les affaires du monde - pour attirer auditeurs et téléspectateurs en faisant grimper les tarifs publicitaires. Et c’est ainsi que s’alimente le cercle vicieux : plus on gave ces gens de foot, plus ils en demandent.

                                Merci pour le lien.


                              • petit gibus 22 juin 2016 17:48
                                Chapeau bas Fergus
                                pour ton article

                                Une réac de quelqu’un « sain de corps et d’esprit »
                                qu’on aimerait lire bien plus souvent

                                Un point qui m’a aussi intéressé,
                                ta discute avec Howahkan Hoth sur la compète

                                Pour moi l’esprit de compète est une chose naturelle
                                 et positive qui permet de nous dépasser
                                par contre « la culture du premier »
                                que nous impose nos sociétés actuelles
                                dans tous les domaines et la pire des soit disante « valeurs ! ! ! »
                                qui puisse exister




                                • Fergus Fergus 22 juin 2016 18:48

                                  Bonjour, petit gibus

                                  Merci pour ton commentaire.

                                  Et bien évidemment d’accord avec toi sur l’« esprit de compète » dans le sport qui n’a rien à voir avec le modèle ultralibéral de domination du faible par le fort dans la vie professionnelle.


                                • nours77 nours77 22 juin 2016 17:57

                                  Personnellement c est plus le rugby et le tennis, j aime bien le handball aussi...
                                  Mais le football n a pour moi aucun intérêt... trop corrompu comme le catch ou le vélo... On n est même pas sur qu au final ce n est pas truqué... Il y a tellement d argent en jeux...


                                  • Fergus Fergus 22 juin 2016 19:00

                                    Bonjour, nours77

                                    Eh oui, malheureusement le football est l’un des sports les plus corrompus. Cela tient assez largement à son universalité et aux sommes exorbitantes dont ce sport est le support, notamment dans les médias et le marketing.

                                    Le fait est que le cyclisme n’est pas mal non plus, bien que les sommes en jeu y soient moindres.

                                    Pour ce qui est du catch, parler de trucage n’a pas grand sens car quasiment tous les matches sont truqués, non pour faire gagner plus de fric aux uns ou aux autres, mais pour faire le spectacle, en s’appuyant notamment sur la dualité bons contre méchants. L’un de mes amis que j’ai accompagné plusieurs fois au Cirque d’Hiver dans les années 60 était d’ailleurs copain avec l’un des « méchants » de l’époque, Jack Delasartesse avec qui il nous arrivait de discuter après un combat. Les situations cocasses venaient des rares spectateurs qui croyaient à la régularité des combats et s’indignaient bruyamment auprès des arbitres. Cela dit, j’ignore comment a évolué ce sport-spectacle.


                                  • Croa Croa 23 juin 2016 08:40

                                    À nours77,
                                    Maintenant le rugby existe en pro, il est donc sur la mauvaise pente.
                                    Ceci dit même amateur il peut y avoir des dérives dès lors qu’il y a grand spectacle et exploitations politiques et, surtout, publicitaires.


                                  • Fergus Fergus 23 juin 2016 09:03

                                    Bonjour, Croa

                                    Le rugby n’est déjà plus ce qu’il était depuis qu’il est devenu professionnel. Mais au moins ce sport est-il suivi par des spectateurs dignes et pratiqué par des joueurs qui respectent les arbitres.


                                  • nours77 nours77 22 juin 2016 18:12

                                    ps, une petite précision, il y a tellement d argent en jeux est un double sens, je veux dire que les paris sportif su football doivent juste être indécents et que les joueurs sont payer des primes de match qui poussent a faire ce que la fédération veut... jsuqu a 300 000 euros par match pour l équipe de France a titre d exemple, pour ce prix la...


                                    • jcm28 22 juin 2016 18:12
                                      bonsoir

                                      j’ai entendu récemment un interview d’Emanuel Petit qui se pose sérieusement la question de savoir si l’équipe de France de foot a été championne du monde en 98 uniquement sur sa valeur
                                      Curieusement l’info n’a pas été reprise par les médias et plus personne n’en parle
                                      Je me pose aussi cette question



                                      • Fergus Fergus 22 juin 2016 19:05

                                        Bonjour, jcm28

                                        D’autres que lui se sont posé la question. Et pas seulement à propos de l’absence ahurissante de Brésiliens transformés en zombies lors de la finale. Personnellement, je n’ai pas d’infos sur le sujet.


                                      • solomonkane 22 juin 2016 18:36

                                        bravo fergus, 


                                        bravo pour cet article qui retranscrit si parfaitement mes sentiments, meme si je suis un parfait ignorant en ce qui concerne les arcanes du football.
                                        Cependant, cela fait un bien fou de constater que quelqu un comme vous, ayant pratiqué et « vécu » ce sport de l interieur pendant des decennies, en arrive aux memes conclusions que le profane que je suis, au meme degout, a la meme desolation ...
                                        Ce point de vue est, en effet, tres difficile a soutenir en société, et plus encore en periode de competiton internationale, bien evidemment, tant le conditionnement du peuple a été realisé avec brio.
                                        Exposer un tel point de vue des qu une conversation aborde le sujet footbalistique me vaut a chaque fois une deferlante d incomprehension, de rejet, voir meme de mepris de la part de mes interlocuteurs.
                                        Mais qu importe, je n ai besoin de la benediction de personne pour penser ce que je veux, et dire ce que je pense, et je vais donc me donner ici ce grand plaisir, une fois de plus :D :

                                        Il est malheureusement impossible, en 2016, d aimer le football et la France en meme temps, et j ai choisi d aimer mon pays, pendant qui il existe encore !

                                        • petit gibus 22 juin 2016 18:47
                                          @solomonkane

                                          « Exposer un tel point de vue des qu une conversation aborde le sujet footbalistique me vaut a chaque fois une deferlante d incomprehension, de rejet, voir meme de mepris de la part de mes interlocuteurs. »

                                          change donc de copains smiley  smiley

                                        • Fergus Fergus 22 juin 2016 19:11

                                          Bonsoir, solomonkane

                                          Merci pour votre commentaire.

                                          Le fait est qu’il n’est pas évident d’exprimer une opinion divergente en période de compétition internationale, particulièrement dans les temples de l’adoration du dieu Foot : les bistrots qui retransmettent les matches.

                                          J’ai donné ce matin une copie de mon article au patron de l’un de ces bistrots en lui donnant quelques mots d’explications sur ma démarche. L’avenir me dira s’il m’en tient rigueur ou pas. smiley 


                                        • solomonkane 22 juin 2016 20:11

                                          @Fergus
                                           lol, et il se trouve justement que je suis barman dans un grand etablissement de bord de mer qui retransmet les matchs :)

                                          Mon patron est loin d approuver toutes mes opinions, mais depuis que je lui ai dit qu aucun des revenus générés par l euro 2016 ne serait imposé, il les conteste un peu moins :D

                                        • Fergus Fergus 22 juin 2016 22:30

                                          @ solomonkane

                                          Le problème avec les fans est qu’ils ne veulent pas toujours voir ou entendre les vérités. La peur que l’on casse leur jouet, sans doute. Cette position d’autruche est pas absurde.


                                        • Fergus Fergus 22 juin 2016 22:32

                                          Erratum : cette position d’autruche est absurde.


                                        • Wakizashi Wakizashi 22 juin 2016 20:27

                                          Le mot « haine » est un mot très fort qui n’a pas grand-chose à faire là à mon humble avis. On parle d’un sport, d’un jeu. Je n’aime pas spécialement le golf, mais à quoi rimerait une haine à l’encontre du golf ? Et puis en tant que jeu, qu’est-ce que le foot a à voir avec les magouilles de Bernard Tapie ou de la FIFA, les violences des hooligans ou les dérives du star system ? Pas grand chose, pour ne pas dire rien.

                                          Le foot est à l’image de la société, il est un miroir grossissant de la folie du monde, mais à mon sens, il est victime, pas coupable. C’est à la mode de taper sur le foot, on tire sur l’ambulance, ça soulage mais ça ne demande pas le moindre courage.

                                          Quant à la nostalgie du foot de grand-papa, c’est un truc de vieux, le sempiternel « c’était mieux avant ». Le foot des années 70, c’est la préhistoire ; le niveau de jeu était à des années-lumières du niveau actuel, que ce soit d’un point de vue technique, tactique, physique ou mental. Surtout tactique d’ailleurs : le foot moderne est un jeu d’échecs ; tactiquement le foot des années 70 est au foot moderne ce que sont les additions au calcul tensoriel. Des progrès faramineux ont été accomplis en la matière, et l’équipe de France actuelle collerait un 15-0 à l’équipe de France des années 70 si elle pouvait la rencontrer.

                                          Enfin, les nostalgiques du foot d’antan ont en général le même défaut : ils confondent le foot amateur et le foot professionnel, en regrettant que le second ne soit pas comme le premier. Mais on pourrait presque dire que le foot amateur et le foot professionnel sont deux sports différents. A chacun son avis, mais pour la beauté du spectacle, je préfère mille fois assister à un match professionnel qu’à un match amateur.

                                          Si vous voulez prendre votre pied, allez voir Roger Federer jouer au tennis ; si vous voulez vous emmerder, allez voir votre grand-mère jouer au tennis. J’ai un peu de mal à comprendre que certains puissent promouvoir les matchs de leur grand-mère au détriment de ceux de Federer, mais si c’est un stratagème pour dégoûter les gens du foot, c’est une super idée ! Venant de quelqu’un qui hait le foot, c’est finalement très intelligent...


                                          • petit gibus 22 juin 2016 20:55
                                            @Wakizashi

                                            T’es un pro qui défend son bifteck
                                            ou quelqu’un qui a perdu toute notion des réalités ? !

                                          • Wakizashi Wakizashi 22 juin 2016 21:10

                                            @petit gibus

                                            Où est l’argument ?


                                          • Wakizashi Wakizashi 22 juin 2016 21:42

                                            @Porcu Nustrale

                                            Oui, je trouve que c’est assez symptomatique de cette génération du baby boom, cette génération qui voulait jouir sans entraves en 68, et qui une fois arrivée à l’âge adulte, a décidé de tout interdire à tout le monde.Il faut dire qu’ils ont bien profité eux...


                                          • Fergus Fergus 22 juin 2016 22:49

                                            Bonsoir, Wakizashi

                                            Si vous aviez lu l’article jusqu’au bout, vous auriez constaté que l’emploi de ce mot est volontairement provocateur, une manière de mieux faire ressortir mon amour pour le football, malheureusement dévoyé par les pratiques qui se sont installées durant les dernières décennies.

                                            « qu’est-ce que le foot a à voir avec les magouilles de Bernard Tapie ou de la FIFA, les violences des hooligans ou les dérives du star system ? Pas grand chose, pour ne pas dire rien. »

                                            Vrai pour le football amateur. Faux pour le monde professionnel et les compétitions internationales.

                                            Cela dit, j’admets bien volontiers les différences entre ces deux football. Mais le professionnalisme du foot ne justifie pas toutes les dérives de ce sport, infiniment plus gangrené que d’autres sports tout aussi professionnels. 

                                            Désolé, mais le débat sur la technique et la qualité du jeu est hors-sujet : je ne nie pas du tout ces évolutions.


                                          • Fergus Fergus 22 juin 2016 22:52

                                            @ Wakizashi

                                            Qui parle d’interdire quoi que ce soit ? Que les écuries d’Augias du football soient nettoyées et je retournerai avec plaisir sur les stades.


                                          • petit gibus 23 juin 2016 01:20
                                            @Wakizashi

                                            Un but pour toi,
                                            on prend son pied quant on veut
                                            avec qui on peut 
                                            sauf que...
                                            quant on l’impose comme partouze universelle
                                            le choix de la masturb n’est pas toujours bandant smiley


                                          • Wakizashi Wakizashi 23 juin 2016 10:21

                                            @petit gibus

                                            « quant on l’impose comme partouze universelle »

                                            Personne ne vous impose de regarder des matchs de foot. D’ailleurs, en-dehors des compétitions internationales, il faut payer pour les regarder, puisque les matchs sont diffusés par des chaînes payantes. Je n’aime pas « Plus belle la vie », et je ne regarde pas.


                                          • Wakizashi Wakizashi 23 juin 2016 10:52

                                            @Fergus

                                            "Si vous aviez lu l’article jusqu’au bout, vous auriez constaté que l’emploi de ce mot est volontairement provocateur, une manière de mieux faire ressortir mon amour pour le football, malheureusement dévoyé par les pratiques qui se sont installées durant les dernières décennies.« 
                                            Vous aimez le foot, donc vous écrivez un article titrant haut et fort que vous le détestez. C’est logique...

                                             »le professionnalisme du foot ne justifie pas toutes les dérives de ce sport, infiniment plus gangrené que d’autres sports tout aussi professionnels.« 
                                            Première nouvelle. Le basket US connaît exactement les mêmes dérives, ainsi que le baseball, le golf, le cyclisme, le hockey, les JO, et je ne parle pas de la boxe ou des courses hippiques, totalement gangrenées par les mafias en tous genres, ni du rugby qui est exactement sur la même pente que le foot depuis sa professionnalisation.

                                            Si vous étiez cohérent, vous dénonceriez tous les sports très médiatisés, puisqu’ils connaissent les mêmes dérives inhérentes au star system. Au fond c’est le star system que vous rejetez ; le foot n’en est qu’une victime parmi d’autres.

                                             »Désolé, mais le débat sur la technique et la qualité du jeu est hors-sujet : je ne nie pas du tout ces évolutions."
                                            Désolé de parler de foot, de technique, de tactique, et non des à-côtés uniquement comme vous le faites. C’est votre article qui est hors-sujet.

                                            Ceci dit, votre couplet sur votre nostalgie du foot des années 70 montre au contraire que vous niez ces évolutions. En rejetant la starisation du football, vous jetez le bébé avec l’eau du bain, en glorifiant un football préhistorique d’un niveau de jeu très faible pour mieux rejeter un football moderne qui, au niveau du jeu, est infiniment meilleur et plus beau, tout simplement...

                                            Le problème de votre article, comme je vous l’ai déjà dit, c’est que vous mélangez le foot et les innombrables dérives de notre société, en imputant au premier ce qui est caractéristique de la seconde. Vous mélangez les causes et les conséquences, ce qui fait que dans un article sensé avoir le foot comme sujet, vous ne parlez absolument pas de foot. Vous parlez de business, de corruption, de violences, bref... de notre société.


                                          • Fergus Fergus 23 juin 2016 11:25

                                            Bonjour, Wakizashi

                                            Le basket US - comme le football US ou le base-ball, est soumis à des logiques commerciales et amorales qui sont complètement déconnectées - et depuis belle lurette - des valeurs éducatives de l’activité sportive. Aux Etats-Unis, il s’agit avant tout de Fric avec un « F » géant ; et c’est pourquoi je me détourne totalement de ce qui se passe sur le territoire américain.

                                            Bien sûr qu’il y a des magouilles dans d’autres sports que dans le football, sans toutefois la dimension hooliganisme. Mais les dérives existantes dans d’autres sports ne justifient pas pour autant celles du football. Notamment parce que ce sport est celui qui fascine le plus les jeunes et qui porte, à cet égard, les plus grandes responsabilités en termes d’exemplarité et par conséquent de construction des jeunes dans le respect des adversaires, des arbitres et du public. Or, c’est bien cette dimension qui me préoccupe au premier chef. Libre à vous d’y être indifférent.

                                            Mon article est peut-être « hors-sujet », mais apparemment cet avis est très loin d’être partagé si j’en crois les relais dont il est l’objet sur les réseaux sociaux et le taux d’approbation dont il bénéficie sur le site.

                                            Je me fiche de la « starisation » : elle n’est pas mon problème. Ce qui l’est, c’est le contexte d’affaires en tous genres qui l’accompagnent pour les raisons évoquées ci-dessus. Et si l’on peut faire un parallèle avec la société moderne - ce qui n’est évidemment pas faux -, c’est précisément là que la bât blesse car le sport devrait, par sa dimension éducative, se démarquer des pratiques d’une société du chacun-pour-soi et de la déréglementation. Or, tel est de moins en moins le cas, et le football est à la pointe de cette perte de valeurs. Je ne dis pas autre chose !


                                          • Wakizashi Wakizashi 23 juin 2016 12:29

                                            @Fergus

                                            « Mais les dérives existantes dans d’autres sports ne justifient pas pour autant celles du football. »
                                            Évidemment, personne n’a dit le contraire. La question était de savoir pourquoi vous vous focalisez sur le football, alors qu’il est loin d’être seul dans ce cas ?

                                            "Notamment parce que ce sport est celui qui fascine le plus les jeunes et qui porte, à cet égard, les plus grandes responsabilités en termes d’exemplarité et par conséquent de construction des jeunes dans le respect des adversaires, des arbitres et du public.« 
                                            Utopie. Pourquoi les footballeurs devraient-ils être exemplaires dans un monde où, au hasard, les hommes politiques se comportent comme des mafieux ? J’ai décidément l’impression de me répéter, mais vous imputez au foot ce qui est le propre de la société toute entière. Vous dénoncez un symptôme au lieu de regarder la maladie. Pourquoi cette focalisation, c’est la question que je me pose.

                                            Quant aux footballeurs et leur exemplarité exigée, je mets n’importe quel jeune homme de 25 ans au défi de ne pas péter les plombs si on lui donne du jour au lendemain une notoriété mondiale et une fortune indécente. Les parangons de vertu ont beau jeu de venir faire les offusqués ensuite. Comme disait un anarchiste nazaréen, jetez-lui la première pierre.

                                             »Or, c’est bien cette dimension qui me préoccupe au premier chef. Libre à vous d’y être indifférent.« 
                                            Je n’y suis pas indifférent ; je ne mélange pas tout, c’est différent. On peut parfaitement aimer le foot et apprécier les match tout en dénonçant la corruption et le hooliganisme.

                                             »Mon article est peut-être « hors-sujet », mais apparemment cet avis est très loin d’être partagé si j’en crois les relais dont il est l’objet sur les réseaux sociaux et le taux d’approbation dont il bénéficie sur le site.« 
                                            C’est ce que je disais dans mon premier commentaire : c’est à la mode de taper sur le foot, ça ne coûte pas cher, et ça permet aux bonnes âmes de bêler tous en cœur face à l’ennemi commun. Sauf que, à défaut d’enfoncer des portes ouvertes en disant que »le hooliganisme et la corruption, c’est pas bien« , vous auriez pu par exemple vous pencher sur la sociologie du foot français pour expliquer pourquoi 80% des footballeurs en France proviennent des citées, et donc pourquoi la sociologie des footballeurs est si éloignée de la jeunesse du même âge dans le pays. Là il y aurait eu matière à discuter de façon un peu plus constructive.

                                             »Je me fiche de la « starisation » : elle n’est pas mon problème. Ce qui l’est, c’est le contexte d’affaires en tous genres qui l’accompagnent pour les raisons évoquées ci-dessus. Et si l’on peut faire un parallèle avec la société moderne - ce qui n’est évidemment pas faux -, c’est précisément là que la bât blesse car le sport devrait, par sa dimension éducative, se démarquer des pratiques d’une société du chacun-pour-soi et de la déréglementation.« 
                                            Encore une fois, vous nagez dans l’utopie. Le football comme tous les sports professionnels ne sont pas des milieux en vase clos, séparés du monde réel par une cloison étanche. Ils font intrinsèquement partie de la société, et vu les sommes folles qui sont en jeu, les milieux sportifs voient des cohortes de vautours sans foi ni loi graviter autour d’eux, avec toute les influences et pratiques négatives qui vont avec.

                                            C’est bien beau les pétitions de principe, »le sport devrait se démarquer des pratiques d’une société du chacun-pour-soi", mais que voulez-vous faire ? Mettre le monde du foot sous cloche, dans un aquarium séparé du reste du monde ? Il est évident que l’on ne peut pas changer le foot sans changer la société, et j’ai du mal à comprendre comment vous pouvez demandez au foot d’être exemplaire dans une société en pleine dégénérescence.


                                          • Fergus Fergus 23 juin 2016 13:05

                                            @ Wakizashi

                                            « vous imputez au foot ce qui est le propre de la société toute entière. »

                                            C’est là que vous avez manifestement un problème : le sport en général, et le football en particulier, en sont pas la société tout entière. Ils sont - ou plus exactement devraient être - porteurs de valeurs, exactement comme l’éducation en milieu scolaire, comme l’éducation dans la cellule familiale, comme les pratiques religieuses. Rien à voir avec les mœurs de l’économie débridée, ou de la politique politicienne.

                                            Vous parlez d’« utopie », je parle de respect des valeurs. Non en tentant de promouvoir de nouveaux idéaux - ce serait pour le coup totalement utopique - mais en restant fidèle aux fondamentaux du sport. Ces fondamentaux qui ont encore cours - fort heureusement ! - dans la plupart des disciplines, mais qui sont bafoués par certains sports professionnels, le football détenant la palme des dérives en tous genres.

                                            Quoi que vous puissiez dire, vous ne me ferez pas changer d’avis sur le sujet. Mais sans doute n’avez-vous pas jamais été au contact des jeunes, en charge de leur inculquer le respect des autres et celui des règles. Ces règles si allègrement et si souvent bafouées par les instances du foot et par les joueurs professionnels eux-mêmes.


                                          • Wakizashi Wakizashi 23 juin 2016 14:11

                                            @Fergus

                                            "C’est là que vous avez manifestement un problème : le sport en général, et le football en particulier, en sont pas la société tout entière.« 
                                            En même temps, comme je n’ai jamais dit que le football étaient la société toute entière (ce qui ne veut rien dire soit dit en passant), vous répondez à côté.

                                             »Ils sont - ou plus exactement devraient être - porteurs de valeurs, exactement comme l’éducation en milieu scolaire, comme l’éducation dans la cellule familiale, comme les pratiques religieuses.« 
                                            Parlons-en de l’éducation à l’école, dans les familles ou de ce qui se passe au sein des institutions religieuses : ce n’est pas glorieux non plus... Nous pourrions aussi parler des valeurs de votre génération, qui a renié toutes les siennes quand elle est arrivée à l’âge adulte, et qui après avoir défilé dans les rues pour »interdire d’interdire« , après avoir fumé sur les plateaux télé et dans tous les lieux publics, après avoir conduit à toute berzingue complètement bourrée sans le moindre flic pour l’emmerder, a subitement décidé de tout interdire, y compris faire un feu sur la plage (peut-être parce que le sable ça brûle ?), dans une obsession sécuritaire diamétralement opposée à ses valeurs passées. La jeunesse vous remercie, mais vous comprendrez que les leçons de morale venue de votre génération ont un peu de mal à passer auprès des générations postérieures...

                                             »Rien à voir avec les mœurs de l’économie débridée, ou de la politique politicienne.« 
                                            Vous avez une vision du monde réductionniste ; vous ne prenez pas la société comme un tout, mais comme une somme de parties indépendantes les unes des autres, alors qu’elles sont en interaction constante... C’est là que le bât blesse à mon avis.

                                             »Vous parlez d’« utopie », je parle de respect des valeurs. Non en tentant de promouvoir de nouveaux idéaux - ce serait pour le coup totalement utopique - mais en restant fidèle aux fondamentaux du sport. Ces fondamentaux qui ont encore cours - fort heureusement ! - dans la plupart des disciplines, mais qui sont bafoués par certains sports professionnels, le football détenant la palme des dérives en tous genres.« 
                                            Je m’inscris en faux, et je confirme le caractère utopique de vos propos dans une société où toutes les valeurs, absolument toutes, vont à vau l’eau. Au lieu d’opposer les sports les uns aux autres, vous devriez différencier le sport professionnel et le sport amateur, parce que j’ai sacrément l’impression que c’est cela qui vous dérange : vous demandez au sport professionnel d’être comme le sport amateur.

                                            Il y a pourtant une différence abyssale entre les deux. Le sport amateur est dans une recherche de plaisir, alors que le sport professionnel est dans une recherche de performance, à quoi s’ajoute la pression médiatique et financière, voire politique. Ça n’a absolument rien à voir.

                                             »Quoi que vous puissiez dire, vous ne me ferez pas changer d’avis sur le sujet.« 
                                            Ce n’est pas mon but, je suis là pour discuter, that’s all.

                                             »Mais sans doute n’avez-vous pas jamais été au contact des jeunes, en charge de leur inculquer le respect des autres et celui des règles. Ces règles si allègrement et si souvent bafouées par les instances du foot et par les joueurs professionnels eux-mêmes.« 
                                            Je vous renvoie à ce que j’ai dit plus haut : vous confondez le club amateur de Plouër-sur-Rance et le PSG, vous faites totalement abstraction du fait que ce sont deux univers différents. Vous ne tenez aucun compte du fait que le sport pro, c’est du business, ce qui le rapproche mécaniquement beaucoup plus des mondes politique et financier que de la sympathique ambiance campagnarde barbecue-merguez du club de Trifouilly-les-Oies.

                                            C’est la société du spectacle qui veut ça, mais vous allez encore me dire que ça n’a »rien à voir avec les mœurs de l’économie débridée, ou de la politique politicienne", dans un magnifique déni de réalité : le show business, le star system, ça n’existe pas !


                                          • Vipère Vipère 22 juin 2016 20:48


                                            Je comprends tout à fait que l’on ressente de la haine pour le football, moi même, je ne suis pas loin de basculer dans la détestation de ce spectacle qui nous est présenté comme un sport.

                                            Tous ce qui voient le football comme un sport n’ont pas idée de ce qu’est le bouzkashi autrement plus sportif :

                                            https://www.youtube.com/watch?v=d3HvT3gWNi4


                                            • smilodon smilodon 22 juin 2016 21:21

                                              @Vipère : ben ouais !... Mais même conscient de tout ça............................Je regarde !...Adishatz.


                                            • Fergus Fergus 22 juin 2016 22:56

                                              Bonsoir, Vipère

                                              Merci pour ce lien sur un sport effectivement très spectaculaire.

                                              En Bretagne, il y a le lancer de menhirs, mais il peine à s’implanter hors de la région. smiley


                                            • smilodon smilodon 22 juin 2016 21:13

                                              @ l’auteur : C’est le « système » qu’il faut haïr !........ Le jeu, à la base, est toujours aussi beau !..... Du temps des « platini », « Giresse » ; Tigana« , »Amoros« , »Ettori« , »Janvion« et tous les autres, y’avait moins de belles bagnoles sur le parking, mais tellement plus de »coeur à l’ouvrage« sur la pelouse !..... C’était »beau«  !... Ce »JEU«  reste beau !..... Pour autant qu’on paye suffisamment les »mecs« pour »mouiller le maillot«  !!!... Le »pognon« aura fait son oeuvre !.... Il a tout pourri !... Mais »des fois« , y’a quelques beaux matchs !...... Reconnaissez-le, même si c’est plus »exactement« comme »avant«  !.......A chaque grande occasion, je me dis » faut pas regarder«  !... Et à chaque grande occasion, connement, je regarde !...... C’est plus fort que moi !..... Avec le »vélo", mais avant, c’est le plus sport du monde, le foot !....... J’ai presque honte de l’avouer !.......Mais j’avoue !....Adishatz.


                                              • Fergus Fergus 22 juin 2016 22:58

                                                Bonsoir, smilodon

                                                « C’est le « système » qu’il faut haïr !........ Le jeu, à la base, est toujours aussi beau ! »

                                                Oui, d’accord avec vous.


                                              • smilodon smilodon 22 juin 2016 21:19

                                                ...le plus « Beau » sport du monde.. Dsl...J’écris plus vite que je ne relis !...Adishatz.


                                                • Antoine 22 juin 2016 22:01

                                                     Mon pauvre Fergus, ainsi va le monde et autant s’y résigner ! Moi aussi, je voudrais que les gens s’enthousiasment à l’écoute de Bach, Mozart, Wagner, Bruckner, Rott, Mahler, Casella, Braunfels et autres pointures, mais non ils ne savent que s’esbaudir devant TF1 et autres ondes de merde musicale...


                                                  • Fergus Fergus 22 juin 2016 23:08

                                                    Bonsoir, Antoine

                                                    « ainsi va le monde et autant s’y résigner ! »

                                                    Peut-être, mais ce n’est pas satisfaisant sur le plan intellectuel. Et dans le cas du football, ce qui me gêne le plus, c’est l’influence sur les gamins.


                                                  • Christian 23 juin 2016 07:00

                                                    Le problème c’est que l’homme, le mâle a le goût de la bataille, ceci depuis la nuit des temps. Lisez l’Iliade, l’homme aime même la guerre pour devenir un héros quitte à se faire couper en morceaux (c’est bien décrit dans l’Iliade). Donc dans tout ce qui touche la guerre, les combats etc. on a meilleur temps de choisir, comme dans les attitudes de dirigeants en temps de guerre : le moindre mal càd choisir entre deux maux celui qui fait le moins mal et donc le sport,le football est un moindre mal par rapport à ce besoin viril de se battre.


                                                    • Fergus Fergus 23 juin 2016 08:42

                                                      Bonjour, Christian

                                                      « le football est un moindre mal par rapport à ce besoin viril de se battre. »

                                                      Sans aucun doute : le sport en général, et le football en particulier, permettent de canaliser les instincts de confrontation. Dommage que certaines dérives du football, concomitantes avec une perte des valeurs de respect, relancent hors de la pelouse le besoin d’en découdre.


                                                    • raymonde007 (---.---.124.36) 23 juin 2016 07:49

                                                      Aura t-on le bilan financier de ce qu a coute aux contribuables ce championnat et ses debordements en service d ordre avec debordements ? Le pays organisateur accepte et signe aupres de la Fifa et l uefa ce deal, celui de prendre en charge l organisation . Mais une association privee , l Uefa, qui genere de l argent de maniere incommensurable , ne devrait elle pas prendre a sa charge au moins le financement de son championnat ? .....a moins que le foot , opium du peuple , vaille que nos dirigeants ne s abaissent a cette futile question ?


                                                      • Fergus Fergus 23 juin 2016 08:54

                                                        Bonjour, raymonde007

                                                        Le Canard Enchaîné s’est déjà penché sur les étranges conditions, notamment fiscales, consenties par l’état français à une UEFA coutumière des chantages à l’attribution des compétitions. Nul doute que cet hebdomadaire - et sans doute d’autres - reviendront sur ce dossier après la fin de l’Euro.

                                                        Je ne crois pas qu’il faille voir dans l’attitude de l’exécutif une illustration de « l’opium du peuple », mais plutôt une conséquence de la pression des lobbies (notamment élus locaux, chambres de commerce et fédérations sportives) qui entendent tirer un profit financier des évènements, quitte à refiler à l’Etat la patate chaude des concessions faites à l’UEFA.


                                                      • Tozzzzz (---.---.143.32) 23 juin 2016 08:19

                                                        Fergus prend t il du café ou du thé le matin ? Ça nous interesse de savoir ce qu il aime ou pas.


                                                        • Fergus Fergus 23 juin 2016 08:57

                                                          Bonjour, Tozzzzz

                                                          Café, sans hésiter ! Merci de vous intéresser à mon petit-déjeuner. smiley


                                                        • alinea alinea 23 juin 2016 15:34

                                                          Fergus,
                                                          Ça n’a pas grand rapport avec le foot, en plus tu as eu comme moi quelques démêlées avec les bien-pensants pour ce genre de message, mais j’ai lu, pour la première fois de ma vie puisque d’habitude ses articles passent comme une lettre à la poste, un bon article de Gil... et qui n’est pas passé ; sur la peur du pouvoir ! étrange.. ; donc si comme moi tu ne t’attardes pas en modé sur les caciques du site mais que tu as cinq minutes, prends le temps de le lire !!
                                                          Sinon, pour en revenir au foot, j’ai vu cinq minutes d’une vidéo donnée par Montagnais sur son article, qui n’a rien à voir avec le foot, mais qui m’a mis le moral dans les chaussettes, et j’ai pensé que c’était quand même un monde ( comme disait ma grand-mère) qu’on ait transformé un jeu, sensé unir les gens dans une confrontation amicale, un jeu répandu sur toute la planète, en une espèce de fête décadente et violente dont les enjeux n’ont plus rien à voir !
                                                          J’ai souvenir de mon enfance où les gens se retrouvaient autour d’une télé,- tout le monde n’avait pas la télé- et c’était un bonheur de les entendre s’enflammer, s’exclamer en choeur ; mais c’était bon enfant ; bon enfant... qu’est-ce que c’est ?


                                                          • Fergus Fergus 23 juin 2016 16:08

                                                            Bonjour, alinea

                                                            Je vais aller lire cet article en modération.

                                                            Pour ce qui est du foot et ce qu’il a engendré, le constat est en effet désolant. Je me souviens des matches diffusés en noir et blanc sur un poste de télé de bistrot : ambiance sympathique et pas de prise de tête si le résultat n’allait pas dans le bon sens ; une fois sortis du bistrot, les clients retournaient chez eux et passaient à autre chose, sans médias qui leur bourraient le mou du matin au soir sur le ballon rond. De plus, comme je l’ai écrit dans un autre commentaire, aller voir un match à cette époque ne relevait pas du parcours d’obstacles : quelques flics débonnaires en lieu et place des cohortes de robocops actuels, pas de fouille de sac à l’entrée du stade ni, bien sûr, de palpation. Où est le plaisir désormais ?


                                                          • Fergus Fergus 23 juin 2016 16:20

                                                            @ Alinea

                                                            Excellent, l’article de Robert Gil. J’ai bien entendu voté pour. Actuellement, le score est de +12 -8. Souhaitons qu’il passe.


                                                          • bakerstreet bakerstreet 23 juin 2016 19:53

                                                            @alinea
                                                            Bonsoir

                                                            Un parfum de bonheur.....
                                                            Si vous trouvez ce livre, (je l’ai pris à la bibliothèque) sautez dessus. Il vous remettra le cœur et les chaussures dans le sens de la marche, pas forcément avec un ballon de foot devant. C’est l’histoire du sport, du front populaire, de toute cette génération prolétarienne, qui s’est tant battu avant qu’on l’enfonce dans la guerre de 40. De belles photos, de beaux humains, se tenant par la main, hommes et femmes rejetant les carcans de toutes sortes, à une époque oùl le sport se conjugue avec lutte, universalisme, et émancipation. Daeninkx est un écrivain précieux, et les photos sur lesquels le témoignage s’appuie font chaud au coeur
                                                            Les livres ont la parole : « Un parfum de bonheur » de Didier Daeninckx

                                                          • bakerstreet bakerstreet 23 juin 2016 19:44

                                                            Bonsoir......« Ils ne mourraient pas tous, mais tous étaient frappés. »...( les animaux malades du foot-Jean de la fontaine.....)Malgré tout je regarde parfois un bout de match, de façon détachée, regardant le beau geste, le bel enchaînement, guettant surtout la victoire du plus faible sur le plus fort, du plus modeste sur le plus nanti.... Bien sûr, Fergus, vous ne m’apprenez rien, comme à beaucoup d’autres, et je pense que vous le savez....Mais ça fait du bien de se soulager.... Faut il en rire ou en pleurer, comme disait Ferrat ?...On peut toujours se distraire cinq minutes, regardant la société du spectacle, qui étend ses ramifications partout. Le foot n’est que l’image exacte et hyperbole de la société dans son ensemble : Lobbys, trafic d’influence, crétinerie, exemple de réussite et de gloriole le plus con, représenté et valorisé auprès d « une jeunesse », en recherche d’identification, et qui permettra de plus aux ministres et autres élus, de justifier des salaires et des avantages, comparativement bien plus mineurs, se justifieront ils comparativement à ces « stars »..Le foot et ses salaires et ses « légendes » sont donc devenus comme l’étalon mètre du pavillon de breteuil, servant de jalon pour mesure à la société...« faits de jeu », « main de dieu », toutes les tricheries patentes sont exonérés en fonction du résultat, « qui seul compte »...Les mots seront donc abusifs, faux, révélateurs de la tromperie général.abusifs.... C’est donc non seulement un laboratoire de la pensée et de la politique,, mais aussi un formatage des valeurs morales de la société, auquel le projet « foot » s’attaque, dans une philosophie orwellienne : Il s’agit de proposer aux foules de ne plus penser, ou de ne penser qu’en rapport au résultat final, qui seul compterait, qu’importe la manière et le prix : Qu’importe qu’on combatte sur le terrain les fous de dieu, et qu’on fasse la pute face aux princes saoudiens, la plupart des gens ne voient la dedans aucune contradiction. 


                                                            • Fergus Fergus 23 juin 2016 20:11

                                                              Bonsoir, bakerstreet

                                                              Très largement d’accord avec ce commentaire.

                                                              Une réserve : le « formatage des valeurs morales de la société ». L’emploi du mot « formatage » induit une volonté délibérée, Or je ne pense pas que ce soit le cas, les autorités du football ayant progressivement construit leur modèle professionnel hors de toute éthique et en visant toujours plus de profits pour les instances dirigeantes et les investisseurs.


                                                            • Montagnais .. FRIDA Montagnais 23 juin 2016 22:40

                                                              Excellente analyse Fergus, mais .. Proprol vous suivra pas .. Pas du tout ! Heureusement ..


                                                              Moi non plus d’ailleurs, moi non plus .. car j’ai noté que pendant l’« euro » de foute, nos routes de campagnes étaient plus calmes, tranquilles quasi .. proprol au spectron, à l’image, affriolé aux résultats, en effervescence.. en ferveur .. transe ! mais : dans sa cage ! 

                                                              Nettement moins emmerdant en plein air.. on retrouvait un bonheur libéré des ferrailles en furie et du grouillement, libéré pour un temps de l’agitation inutile des esclaves ..

                                                              Vive le foute donc, vive le foute ! (bien que je connais pas du tout .. sinon que Blanc va toucher 30 millions ! Bravo ! ça donne du sens à la vie des prolos ..)

                                                              Ah ! regardez Là ! clic ! une autre belle analyse ! (comment se fait-il qu’elle ait pas été pulvérisée, anéantie .. au nom des voleurs de la « civilisation », de la République, de la Démocratie ..

                                                              Là ! clic ! un peu d’optimisme Nom de Dieu, dans ce monde d’esclaves .. 

                                                              Bien à vous Fergus, qu’avez connu Burrough’s, IBM, Olivetti, Sperry, Kiensley, Nixdorf, ICL, Dec, Cray ..

                                                              • Fergus Fergus 24 juin 2016 08:50

                                                                Bonjour, Montagnais

                                                                Merci pour votre commentaire et pour cet intéressant documentaire.

                                                                Une question toutefois : que signifie « proprol » ?


                                                              • Jean Keim Jean Keim 24 juin 2016 09:45
                                                                Sport en anglais signifie s’amuser,
                                                                Est-il possible de pratiquer un sport sans que les règles, une hiérarchie (le meilleur joueur, les autres pas trop mauvais,les nuls, l’entraîneur, le président du club ...), le clientélisme, les affaires, l’idolatrie, la compétition, le gain matériel ou psychologique etc., interviennent ?
                                                                Apparemment non et l’amusement passe à l’arrière plan, il n’y a plus de joie, reste le plaisir de satisfaire des désirs mesquins, vides de sens, voila tout est dit seulement encore faut-il voir l’effet destructeur qui fait des ravages sur des jeunes esprits.
                                                                Dire tout cela n’a de sens que s’il y a un questionnement, le besoin viscéral de découvrir l’origine de tout ce cirque.
                                                                Pour le reste, le pas suivant, si le questionnement est authentique et reste ouvert, le pas suivant ouvre un itinéraire particulier où il n’y a pas de chemin balisé ni de carte et des impasses ... pas de réponse formulable, la réponse est comme la définition du bien, personne ne la connaît sinon ça se saurait, mais nous pouvons dire ce qu’il n’est pas.
                                                                Il ne s’agit pas de tergiverser, la recherche est celle de la vérité, si on s’attarde sur un détail et qu’on écrive un livre, alors le livre devient une vérité et la vérité est libre, un etre libre ne fait pas de choix.

                                                                • Jean Keim Jean Keim 24 juin 2016 09:48

                                                                  La vérité n’a pas plus de définition que le bien, elle ne peut pas être un savoir, là où il y a un savoir, il y a un choix et pas de liberté.


                                                                • Fergus Fergus 24 juin 2016 11:04

                                                                  Bonjour, Jean Keim

                                                                  « Apparemment non et l’amusement passe à l’arrière plan, il n’y a plus de joie, reste le plaisir de satisfaire des désirs mesquins, vides de sens »

                                                                  Manifestement, vous n’avez jamais joué au football dans un club car si tel était le cas vous sauriez que pour la majorité des amateurs, c’est le plaisir de jouer qui prédomine. Personnellement, j’ai fait 32 saisons comme licencié, et jamais je n’ai été mû par autre chose que par ce plaisir de jouer. Si cela n’avait pas été le cas, j’aurais arrêté beaucoup plus tôt.

                                                                  « l’effet destructeur qui fait des ravages sur des jeunes esprits »

                                                                  Sur ce point, je suis d’accord. Mais ce sont les mauvais exemples du monde professionnel qui font des dégâts sur ces « jeunes esprits », d’où l’importance pour les éducateurs de dénoncer et de mettre en perspective les dérives des clubs pro ou des instances fédérales.

                                                                  En sport, la « définition du bien », c’est à mes yeux le respect : respect des règles, respect des adversaires, respect du public, respect de l’esprit du jeu. Tel est du moins le message que je me suis efforcé de faire passer auprès des jeunes dont j’ai eu la charge. D’où ma colère contre les dérives des professionnels qui devraient assumer un rôle d’exemplarité !


                                                                • Jean Keim Jean Keim 24 juin 2016 14:40

                                                                  @Fergus
                                                                  Je ne suis pas sûr Fergus que vous ne regardez pas le monde à travers le filtre déformant de vos projections et qui peut se targuer de ne pas le faire, je n’ai jamais rencontré un gamin qui à terme, pratique un sport pour la joie de le pratiquer, très tôt, de plus en plus tôt, les enfants attrapent les travers des adultes en les fréquentant.

                                                                  J’ai fréquenté des clubs, en fait deux, un club de judo qq, années mais il fallait participer à des compétitions alors lassé, j’ai laissé tomber, ensuite un club d’athlétisme où j’espérais apprendre des disciplines différentes comme le saut, le lancer..., j’étais bon en course de vitesse et rebelote, participation obligatoire à des compétitions, je n’ai jamais aimé la compétition, c’est chez moi viscéral, alors fini le sport organisé.

                                                                  N’est-il pas possible d’apprendre au sein de fraternités, des disciplines différentes, sans spécialisation, sans compétition sinon peut être avec soi-même, sans objectif autre que d’apprendre sans se comparer aux autres, où sport et amusement seraient une seule et même chose ?

                                                                  Il n’y a pas de définition possible du bien, enfermer le bien dans le carcan d’une définition est le limiter, bon mais je ne crois pas que vous me suiviez dans cet approche.

                                                                • Fergus Fergus 24 juin 2016 14:58

                                                                  @ Jean Keim

                                                                  « N’est-il pas possible d’apprendre au sein de fraternités, des disciplines différentes, sans spécialisation, sans compétition sinon peut être avec soi-même, sans objectif autre que d’apprendre sans se comparer aux autres »

                                                                  Non, je ne pense pas que cela soit possible, ou alors pour une infime minorité de jeunes sportifs, et, très franchement, je n’en ai jamais rencontré dans ces dispositions d’esprit. 

                                                                  Se comparer aux autres« n’est en effet qu’un moyen de se comparer à soi-même, d’améliorer ses performances par le biais de la confrontation. Cela dit, libre à certains de privilégier la domination de l’adversaire à la satisfaction d’un beau geste ou d’une prestation pleinement réussie sur le plan technique. Que ce soit comme pratiquant ou comme éducateur, je ne me suis jamais situé dans cet état d’esprit.

                                                                  Pour ce qui est du »bien", à chacun sa définition. J’ai décrit plus haut ce que je pensais être le bien dans la pratique sportive des jeunes. C’est évidemment une approche personnelle et personne n’est obligé de me suivre sur ce plan.

                                                                  Bonne fin de journée.


                                                                • Old Dan Old Dan 26 juin 2016 23:06

                                                                  (Vu les sommes d’argent en jeu...)
                                                                  .
                                                                  Et si le Mondial 98 avait été acheté, ça étonnerait qui ????
                                                                  (Pas moi ! )


                                                                  • Fergus Fergus 27 juin 2016 09:09

                                                                    Bonjour, Old Dan

                                                                    Vous n’êtes pas le seul à émettre des doutes sur la régularité de cette compétition.

                                                                    Mais en l’état actuel des choses, il n’y a que des rumeurs, aucun élément tangible pour étayer la thèse d’un trucage.


                                                                  • Lamalif (---.---.119.68) 2 juillet 2016 07:05

                                                                    Certes,le spectacle que nous offrait le football ces dernières années n’est plus attractif et captivant comme il l’était à l’époque où presque toutes les équipes nationales regorgeaient de talentueux joueurs.Ces grands joueurs avaient développé leurs compétences, au cour d’une grande partie de leur enfance, dans des terrains libres et de proximité loin de tout contrôle .La rue et les terrains publiques ,qui ne manquaient à cette époque,étaient comme des classes préparatoires pour ces futurs stars comme Garincha,Pelé,Larbi ben M’barek,Platini,Breitner, Johan Cryff,...................Maradona.Aujourd’hui,depuis leurs jeune âge,les joueurs sont contraints de se former et se programmer dans des écoles de formations.il en résulte des joueurs médiocres contrôlés par les jougs des schémas tactiques .


                                                                    • Lamalif (---.---.119.68) 2 juillet 2016 07:10

                                                                      Certes,le spectacle que nous offrait le football ces dernières années n’est plus attractif et captivant comme il l’était à l’époque où presque toutes les équipes nationales regorgeaient de talentueux joueurs.Ces grands joueurs avaient développé leurs compétences, au cour d’une grande partie de leur enfance, dans des terrains libres et de proximité loin de tout contrôle .La rue et les terrains publiques ,qui ne manquaient à cette époque,étaient comme des classes préparatoires pour ces futurs stars comme Garincha,Pelé,Larbi ben M’barek,Platini,Breitner, Johan Cryff,...................Maradona. Aujourd’hui,depuis leurs jeune âge,les joueurs sont contraints de se former et se programmer dans des écoles de formations.il en résulte des joueurs médiocres contrôlés par les jougs des schémas tactiques .


                                                                      • Fergus Fergus 2 juillet 2016 08:45

                                                                        Bonjour, Lamalif

                                                                        Je ne suis pas trop d’accord avec vous sur le talent des joueurs actuels comparé à ceux passé. A mon avis, il n’y a guère de différence sur ce plan. Quant au jeu, il est devenu plus rapide et plus exigeant, avec beaucoup moins de temps morts.

                                                                        Mais cela a affectivement un prix, et c’est pourquoi les centres de formation sont devenus des machines à casser, sans compter les pillages de jeunes joueurs par les grands clubs dans les pays africains, avec à la clé de scandaleux déracinements.

                                                                        Entre le spectacle du jeu et le dégoût qu’inspirent certaines pratiques du monde professionnel, à chacun de voir comment se positionner.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité