• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Fergus

Fergus

Autodidacte retraité au terme d'une carrière qui m'a vu exercer des métiers très différents allant d'informaticien à responsable de formation, je vis à Dinan (Côtes d'Armor). Depuis toujours, je suis un observateur (et de temps à autre un modeste acteur) de la vie politique et sociale de mon pays. Je n'ai toutefois jamais appartenu à une quelconque chapelle politique ou syndicale, préférant le rôle d'électron libre. Ancien membre d'Amnesty International. Sur le plan sportif, j'ai encadré durant de longues années des jeunes footballeurs en région parisienne. Grand amateur de randonnée pédestre, et occasionnellement de ski (fond et alpin), j'ai également pratiqué le football durant... 32 ans au poste de gardien de but. J'aime la lecture et j'écoute chaque jour au moins une heure de musique, avec une prédilection pour le classique. Peintre amateur occasionnel, j'ai moi-même réalisé mon avatar.

Tableau de bord

  • Premier article le 31/07/2008
  • Modérateur depuis le 22/11/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 831 54276 81921
1 mois 4 323 382
5 jours 0 35 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 2860 2114 746
1 mois 13 12 1
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Fergus Fergus 23 mai 20:34

    Bonsoir, velosolex

    Oui, j’ai sans doute exagéré cette supériorité de l’armée allemande. Non par rapport à l’armée française, mais par rapport à l’armée russe en Ukraine.



  • Fergus Fergus 23 mai 11:54

    Bonjour, l’auteur

    Une comparaison pour le moins audacieuse : ni les protagonistes, ni les circonstances, ni les personnages ne sont les mêmes.

    Mais surtout, l’armée allemande, très bien formée, très bien préparée, très bien encadrée par ses officiers, très motivée au niveau des troupes, et surtout suréquipée en matériel de pointe, ne peut en aucun cas être comparée à l’armée russe dont le dénuement en matériels et en hommes déterminés a clairement été mis en lumière.



  • Fergus Fergus 23 mai 11:44

    @ Jean Dugenêt

    « Il a fait tout ce qu’il pouvait pour qu’il n’y ait pas un candidat unique de la gauche »

    Il a surtout confronté les autres partis de gauche à un impossible ralliement à sa candidature sur le seul projet L’Avenir en commun, sans la moindre concession de sa part.
    Ce faisant, Mélenchon escomptait un vote utile sur son nom qui, de fait, a globalement fonctionné en ponctionnant une part importante des électeurs de la concurrence.

    « l’unité permet d’engranger plus de voix que cela »

    Pas forcément, eu égard aux phénomènes de rejet d’une partie des composantes de l’alliance. En réalité, tout dépend dans ce cas de la nature du projet. Or, cette dimension eût été absente lors du 1er tour de la présidentielle, compte tenu de l’attitude hégémonique de Mélenchon. 

    En revanche, cela ne joue pas pour les législatives, les électeurs sachant très bien qu’il ne peut pas y avoir de majorité de gauche dans un pays majoritairement à droite. Dès lors, ils votent pour qu’il y ait un maximum d’élus sans s’attacher au contenu des accords passés entre LFI et les autres partis, réduits sur ce plan programmatique à l’état de supplétifs.



  • Fergus Fergus 23 mai 10:05

    Bonjour, Aimé FAY

    Vous avez raison, il ne faut pas oublier la dimension financière, primordiale pour la vie des partis et leurs capacités d’action.



  • Fergus Fergus 23 mai 09:36

    « Ce qui n’était pas possible pour les présidentielles est maintenant possible pour les législatives »

    Il ne faut pas se leurrer : cela n’arrivera pas. Et Mélenchon le sait parfaitement. Son but réel n’est d’ailleurs pas de prendre le pouvoir mais d’obtenir pour l’alliance de gauche le maximum de députés à l’Assemblée Nationale.
    Et cela pour :
    Augmenter les temps de parole des élus de gauche.
    Accroître également de manière significative les capacités à présenter des propositions de loi.
    Obtenir des postes de responsabilité dans les commissions, et surtout la présidence de la commission des finances, tacitement attribuée au principal parti d’opposition.

    Personnellement, je croise les doigts pour un total de 150 à 180 élus. Ce serait déjà une belle avancée !

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité