• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le vide quantique : un nouveau continent à explorer

Le vide quantique : un nouveau continent à explorer

JPEG - 50 ko
Un magnifique cliché du vide
(pris sans flash pour ne pas perturber le sujet !)

Les termes de vide ou d'espace évoquent en chacun de nous un concept que l'on perçoit directement dans la vie de tous les jours. Le sujet n'est pas trivial car il s'agit de ce que l'on nomme une notion "cardinale", c'est à dire qu'elle est fondamentale mais difficilement définissable d'une manière autre qu'intuitive.
La question de la nature du vide fut donc d'abord philosophique avant de devenir scientifique.
Le vide est il une substance qui préexiste à la matière et au mouvement ou en découle t'il relationnellement ?

Comme souvent, la première vision préscientifique du vide fut élaborée en Grèce antique par Démocrite (4e siècle avant JC). Selon ce dernier, l'univers serait constitué de vide dans lequel on trouve des particules élémentaires, les atomes qui agrégés en très grands nombres constituent tout ce qui existe.
Suivant cette vision, l'univers est constitué de deux entités distinctes :
- un contenant : espace ou vide
- un contenu : matière

Si l'existence des atomes fut démontrée plus de 2000 ans plus tard, la question de la nature du vide n'est toujours pas tranchée.

Matière et énergie représentent deux entités équivalentes comme l'a montré la célèbre relation d'Einstein (E = MC2).
D'après la relativité générale (RG), la matière-énergie contenue dans l'univers n'est pas sans effets induits car elle courbe l'espace-temps dans ce dernier.
La RG considère donc l'espace-temps comme étant courbé et dynamique et découlant peut être de la matière-énergie.

La physique quantique, en revanche, considère explicitement l'espace et le temps comme entités préexistantes. De plus, dans cette théorie, l'espace-temps est plat et statique.

Questions sur le vide, contenu et dimensions
Intuitivement, l'image du vide présente à l'esprit est de type géométrique, trois dimensions d'espace dans lesquelles de la matière peut se déplacer en fonction d'une quatrième dimension que l'on nomme le temps (*).
Suivant ce modèle, on pourrait supposer que si l'on retire les particules connues qui constituent les galaxies, planètes, poussières etc., il ne restera alors plus que de l'espace vide de tout. C'est comme cela que l'on imagine par exemple l'espace interplanétaire.
Cette vision fut celle de Newton où l'espace préexiste à la matière.

En réalité, il n'en est rien car le vide tel qu'on l'imagine n'est pas vide du tout.
Il contient en fait une forme d'énergie se présentant sous la forme de champs quantiques fluctuants. Ces derniers ne peuvent avoir une valeur moyenne nulle suite au mystérieux principe d'indétermination d'Heisenberg.

(*) Au même titre que le vide, le temps reste aujourd'hui encore un grand mystère ontologique

L'expérience : effet Casimir
Cette énergie (ou une partie de cette dernière) peut être mise en évidence à travers le célèbre "effet Casimir". Cet effet est la manifestation d'une énergie du vide prédite en 1948 par le physicien du même nom et démontré par l'expérience en 1997.
Deux plaques conductrices placées très près l'une de l'autre subissent spontanément une force attractive qui peut être mesurée.

Les résultats des mesures indiquent une densité d'énergie égale à environ 10-20 J/M3 (Joules par mètre cube) [1].

La théorie : calcul de l'énergie du vide
Pour calculer l'énergie du vide en appliquant la théorie quantique, il suffit de diviser le quanta d'énergie minimale par le quanta de volume minimal aux limites de Planck.

La densité d'énergie du vide ainsi obtenue est d'environ 10112 J/M3.
Ce résultat signifierait qu'un mètre cube de vide contiendrait l'équivalent énergétique de 1054 galaxies (1 avec 54 zéros) !

On constate donc que le vide pose un grave problème car la différence entre le calcul et les mesures est presque infinie...
C'est ce que l'on appelle la "catastrophe du vide".

La "catastrophe du vide"
La question est donc de déterminer la valeur réelle de la densité d'énergie du vide.
Si l'on compare la valeur mesurée à travers l'effet Casimir à la valeur calculée par la théorie, on obtient une différence de 120 ordres de grandeurs : soit 1 avec 120 zéros derrière [1].
D'autres composantes de cette énergie du vide restent sans doute à identifier, le champ de Higgs est vraisemblablement l'une d’entre elles.

Le vide pose bien d'autres questions, par exemple si son énergie s'avère réellement très élevée, il semblerait qu'elle ne courbe pas l'espace-temps relativiste car notre univers se serait déjà effondré depuis longtemps.

Le moins que l'on puisse dire est que la théorie ne colle pas avec l'expérience...

Autre propriété du vide
En théorie quantique, la loi de conservation de l'énergie peut être brièvement violée. Le vide peut en effet "prêter" de l'énergie à l'occasion d'une collision de particules à condition que cette énergie soit presque immédiatement rendue.
Sans renter dans des considérations complexes, ce "viol" est autorisé par le principe d'indétermination d'Heisenberg.
Les physiciens considèrent que le vide est rempli de "particules virtuelles" qui se matérialisent brièvement lorsqu'on apporte de l'énergie, par exemple lors de collisions de particules à hautes vitesses.

Mais où sont ces particules virtuelles ?
On se demande donc d'où vient cette énergie prêtée par le vide.
Ne pourrait-elle pas par exemple provenir d'une dimension d'espace supplémentaire où seraient présentes ces fameuses particules, cela aurait l'avantage d'éviter de parler de cette notion vague de particules virtuelles.
Dans cette éventualité, se pose alors la question de l'appartenance de ces particules virtuelles à notre univers. On sait en effet les "pêcher" dans le vide mais elles y retournent très rapidement.

Le vide appartient il à notre univers ?
On peut définir notre univers par l'ensemble des particules connues de matière et d'énergie, soit les fermions et les bosons [2] . A ces dernières il conviendrait sans doute d'ajouter les fameuses matière et énergie noire si elles existent. Ces dernières n'ont jusqu'à présent pas été mises en évidence par les expériences effectuées dans le collisionneur géant du CERN (LHC).

Le vide quantique, étant rempli de quelque chose, pourrait selon cette définition ne pas appartenir à notre univers. Il pourrait par exemple constituer la matière première à partir de laquelle notre univers a été créé il y a 13.5 milliards d'années.
Si ce vide est dimensionnellement plus grand que ce que l'on perçoit, avec au moins une dimension d'espace supplémentaire, alors rien ne s'opposerait à l’existence d’autres univers voisins du notre.
Dit autrement, notre univers à 3 dimensions d'espace pourrait être immergé dans un univers plus vaste possédant au moins 4 dimensions d'espace. Les éventuels univers voisins pourraient également être des univers à 3 dimensions d'espace au maximum, à moins qu'ils ne soient totalement différents de ce que l'on connait.

La quatrième dimension et les NDE
Abordons à ce stade un domaine complètement différent de la physique, mais qui présente cependant une relation inattendue avec cette dernière.
Les expériences de NDE/EMI ou Expériences de Mort Imminente ont quasiment démontré l'existence d'une quatrième dimension d'espace.
En effet, les victimes de NDE ont une perception des objets extérieurs étendue à 4 dimensions d'espace [3].
Cette découverte est de première importance au niveau ontologique.

Un espace-temps à 5 dimensions...qui contiendrait notre univers
Le concept de dimensions spatiales supplémentaires a été visité dès 1919 par Theodor Kaluza qui a tenté d'unifier la gravitation à l'électromagnétisme dans un espace-temps à 5 dimensions (4 d'espace + 1 de temps). Dans cette théorie, la dimension d'espace supplémentaire serait très petite et enroulée sur elle même.

La théorie des supercordes
Cette idée originale fut à la base de la controversée théorie des supercordes.
Cette dernière s'appuie sur un espace-temps ne comprenant pas moins de 6 dimensions supplémentaires, soit un total de 10 dimensions (9 d'espace et une de temps).
Cette théorie pose problème car elle ne serait jamais vérifiable expérimentalement. En effet les énergies nécessaires correspondantes sont hors de notre portée.

Le modèle Randall-Sundrum
D'autres approches plus récentes se basent également sur une 4ième dimension d'espace mais cette fois de taille infinie : modèle Randall-Sundrum. Dans ce modèle, notre univers ne serait qu'une "brane" (*) parmi d'autres immergée dans un espace à 4 dimensions.
Cette théorie fut proposée pour résoudre le fameux "problème de la hiérarchie".
Ce problème est lié à la gravitation qui est l'une des 4 forces fondamentales répertoriées dans l'univers [2]. Personne ne comprend pourquoi l'intensité de cette force est 10E42 fois plus faible que la plus puissante des 3 autres forces (1 avec 42 zéros), l'interaction électromagnétique.
Les 3 autres forces sont quand à elles situées dans un rapport d'intensité n'excédant pas 10E5 (1 avec 5 zéros).

D'après le modèle Randall-Sundrum, la gravitation serait diluée dans 4 dimensions d'espace (au lieu de 3) dont une que l'on ne perçoit pas.
Cette théorie est compatible avec celle de la relativité générale.
Notre univers serait confiné dans un espace à 3 dimensions et la matière ne pourrait se déplacer que dans ce dernier.
Pour comprendre ce concept, on peut faire l'analogie en 2 dimensions avec un rideau de douche sur lequel les gouttes d'eau glissent sans pouvoir sauter à l'extérieur.

(*) Une brane est l'abréviation de membrane, caractérisant un univers "flottant" dans un univers plus grand.

Cosmologie_branaire
Notre univers serait immergé dans un espace plus vaste contenant d'autres univers

Naissance de l'univers
Si le vide quantique contient effectivement une quantité d'énergie monumentale, rien ne s'oppose à ce qu'une partie de cette dernière se soit transformée en matière grâce à la relation d'équivalence d'Einstein (E=MC2).
L'origine de l'univers aurait alors une cause immanente, car le vide serait préexistant à l'apparition de l'univers [4].
Cette option aurait l'avantage d'éviter l'aporie liée à la notion de singularité initiale, même si la question de l'origine du vide ne fait que repousser le problème.

Une autre question concerne la cause ou le mécanisme qui aurait donné naissance à notre univers.
En science, chaque réponse que l'on découvre mène souvent à de nouvelles questions !

Exploiter l'énergie du vide
Enfin, plus prosaïquement, certains rêvent déjà de pouvoir exploiter l'énergie du vide qui serait une source "propre" et illimitée [5], mais tout cela reste très spéculatif.

Ce qu'il faut retenir
L'univers contient 3 sources d'énergie [1] :
- matière
- rayonnement
- vide quantique

Les recherches se poursuivent sur le vide quantique, car comme on le voit, la question est loin d'être résolue.
Il s'agit très probablement du nouveau continent à explorer au XXIe siècle.
De nombreuses voies théoriques sont d'ores et déjà explorées, cependant, aucune ne dégage pour l'instant un consensus significatif.
Pour progresser, le seul juge de paix sera l'expérience.
C'est pour cette raison que la communauté scientifique attend avec impatience début 2015 qui verra le redémarrage du LHC, le collisionneur géant du CERN.

Des découvertes révolutionnaires nous attendent très probablement là dessous !

Liens
[1] "Aux Frontières De L'univers - Du Big Bang Au Quark" Marceau Felden - 2005
[2] Histoire de l'univers - Partie 4 : Le Modèle standard de la physique
[3] NDE/EMI - Partie 4 : La synthèse
[4] "Discours sur l'origine de l'univers" - Etienne Klein - 2010
[5]"L'Energie du Point Zéro" - Marc HERMANS


Moyenne des avis sur cet article :  3.77/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

83 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 3 mars 2014 14:20

    Paradoxalement, malgré le nombre gigantesque d’astres qu’il contient, des centaines de milliards de galaxies comptant chacune des centaines de milliards d’étoiles, l’Univers est essentiellement vide. L’espace compte, en moyenne, un atome par mètre cube seulement, ce qui représente une densité de l’ordre de 10-30....96% C’est le pourcentage d’inconnu dans l’Univers. La matière qui constitue les astres, planètes, étoiles, nébuleuses et galaxies, ne représente que 4% du bilan total de masse et d’énergie de l’Univers. Reste 96% d’inconnu dont 22% de matière noire et 74% d’énergie sombre....Parce que physiquement absurde et philosophiquement insatisfaisant, l’infini fut exclu avec fracas des équations des cosmologistes durant des décennies. Mais il revient discrètement par la fenêtre des laboratoires. Les nouvelles observations et les derniers développements théoriques suggèrent que notre Univers n’est peut-être qu’un îlot microscopique et éphémère dans un cosmos éternel et infini.....(Michel Gremion)


    • Pyrathome Pyrathome 3 mars 2014 15:18

      Mouais, mais quand on est aveugle, on ne voit rien.......
      Un tel univers ne peut pas fonctionner avec les règles de physique que l’homme s’est inventé !
      Mais il faut aussi préciser que ces 3/4 % constitue ce qu’on appelle la matière VISIBLE, et par définition, la matière non visible ne se voit pas....


    • claude-michel claude-michel 3 mars 2014 15:26

      Par Pyrathome...Faut demander aux spécialistes...Einstein ou Hawking.. ?


    • Pyrathome Pyrathome 3 mars 2014 15:37

      Einstein est mort, il était un génie mais après avoir volé les travaux de Poincaré, quant à Hawking, il ne communique plus que par un battement de cil.....alors les réponses risquent de tarder......
      M’enfin, d’après les dernières estimations, il se trouverait dans notre galaxie + de 20 milliards de terres habitables comme la notre, alors on est sûrement pas si seuls qu’on pourrait le penser et ce, sans concevoir qu’il pourrait aussi se trouver une infinité de dimensions et donc autant de mondes parallèles...
      L’univers est-il si vide que ça ?
      Je crois qu’il est grand temps de se laver les yeux..... smiley



    • Pyrathome Pyrathome 3 mars 2014 15:53

      aucunement ?

      Sans Poincaré, point d’Einstein....
      Si vous vous faites une opinion uniquement sur les dires du CNRS, alors vous êtes sûr de raconter des carabistouilles, cela ne veut pas évidemment dire qu’Einstein n’était pas un génie....
      Les bases des travaux d’Albert reposent sur ceux de Poincaré, personne ne peut prétendre le contraire, enfin voyons !!


    • Zevengeur Zevengeur 3 mars 2014 15:56

      Pyrathome

      Les physiciens s’appuient tous sans exception sur les travaux de leurs prédécesseurs ou contemporains, c’est comme cela que la science avance.
      Einstein en particulier ne s’est jamais caché d’avoir potassé « La science et l’hypothèse » de Poincaré.


    • Zevengeur Zevengeur 3 mars 2014 16:42

      Pyrathome

      La matière noire « non visible » ne veut pas dire qu’elle est indétectable.

      Non visible signifie qu’elle n’émet pas d’ondes électromagnétiques, mais cette matière est mise en évidence à travers les effets de lentilles gravitationnelles dues à une courbure de l’espace-temps.
      En effet, si on applique les équations de la RG sur une masse de matière qui induit cette courbure, on constate qu’il existe une contribution de matière non détectée à hauteur de 80% pour 20% seulement due à la masse de matière visible.

      Par ailleurs, si l’on examine le cas des galaxies spirales qui tournent autour de leur centre, les calculs montrent qu’au bout de 2 à 3 tours les étoiles périphériques en particulier devraient être éjectées de leur orbite galactique.
      L’explication la plus plausible serait également une matière non détectée qui serait présente dans un halo autour de la galaxie mais avec une gravitation répulsive au lieu d’être attractive.

      Et enfin, dernier point les sondes Pionner qui sont après 40 années de vol sorties de l’héliosphère sont mystérieusement ralenties, est ce du à la matière noire répulsive ?


    • Pyrathome Pyrathome 3 mars 2014 19:03

      Les physiciens s’appuient tous sans exception sur les travaux de leurs prédécesseurs ou contemporains, c’est comme cela que la science avance.
      .
      Oui certes, « voler » est juste un peu exagéré, je le remplace par emprunter alors !!
      .
      Quant à la matière non visible, je voulais simplement dire qu’on ne peut la détecter car nous n’avons pas encore la technologie pour le faire....


    • Zevengeur Zevengeur 3 mars 2014 21:49

      L’état d’esprit des scientifiques est plutôt désintéressé même si ces derniers sont assez fréquemment égotiques.

      Ils recherchent plus la reconnaissance que l’intérêt financier, ce sont les Bill Gates et autres Steve Jobs qui ont fait fortune en ayant trouvé des applications aux découvertes fondamentales effectuées par des scientifiques qui n’ont pas gagné un Kopeck avec ces dernières.

      Pour la matière noire, si on ne sait pas la détecter, c’est parce que l’on ne connait pas encore sa nature. Il faut découvrir avec quoi elle interagit mise à part la gravitation.

      Le LHC nous en dira peut être plus après son redémarrage en 2015.


    • Norbert 4 mars 2014 15:37

      Sûrement pas.

      Poincaré est un mathématicien-physicien exceptionnel qui a donné les prémisses et une partie du vocabulaire de la relativité restreinte. Ce fait était naturellement connu depuis le début et avant toute cette littérature « anti-Einstein ».
      A tort, on l’a sans doute trop vite oublié. Mais employer le mot vol qui attribue à Einstein une participation active et volontaire dans la manière dont l’histoire a été racontée par la suite, n’est pas soutenable une seconde. Einstein n’était pas un intrigant bouffi d’ambitions personnelles et prêt à écraser les autres mais appartient plutôt à la catégorie des gens moralement respectables. Ce qui ne veut pas dire qu’Einstein n’aspirait pas à la reconnaissance bien évidemment.

      Même si la paternité partagée de Poincaré peut effectivement être discutée (Laurent Nottale le dit par exemple), je n’y crois pas personnellement.
      Max Born (qui sait de quoi il parle) disait juste après 1905 que malgré les similitudes de langage entre Poincaré et Einstein, il y avait entre les deux visions du monde une...Révolution.


    • Zevengeur Zevengeur 4 mars 2014 16:02

      Norbert

      Pour le grand public, seul Einstein est connu.
      Mais pour ceux qui connaissent l’histoire de la physique, c’est un fait reconnu que sans les travaux de Poincaré, la relativité restreinte n’aurait peut être pas vu le jour, du moins pas aussi rapidement.


    • Norbert 4 mars 2014 16:06


      Mais je n’ai pas dit le contraire.
      Je répondais à la personne qui traitait Einstein de voleur.


    • Robert Biloute Robert Biloute 4 mars 2014 16:30

      Pour ceux qui connaissent l’histoire de la physique, c’est un fait reconnu que sans les travaux de plein de gens, plein de gens n’auraient rien pu faire.


    • morice morice 3 mars 2014 15:36

      a vous lire, c’est vrai que vous vous y connaissez en vide :



      encenser autant Marine lePen, c’est en effet faire preuve d’une grande admiration pour le vide.

      Le vide serait donc d’extrême droite, à vous lire ?

      votre conclusion : 
      « Quand au FN et plus précisément à sa représentante, il assène des vérités, du moins sur le terrain économique »....

      euh... vous avez lu le torchiculatif de programme économique de votre blonde préférée ???

      • Pyrathome Pyrathome 3 mars 2014 15:46

        Le vide Lepéniste, c’est pas vraiment comparable au vide quantique...
        On appelle généralement ça le vide ordure..... smiley
        Et puis parler de vide politique n’est pas non plus une exclusivité de la blonde, le ps et l’ump remplissent aussi parfaitement leur tâche.....en quelque sorte, un vide chasse l’autre....


      • Zevengeur Zevengeur 3 mars 2014 15:49

        Je crois que vous êtes un peu hors sujet, si vous avez un commentaire à faire sur un autre article, je vous invite à le faire sur ce dernier.


      • Shawford Shawford43 3 mars 2014 15:51

        Vous inquiétez pas l’auteur, c’est juste une lune de miel « muppétiste » qui devait trouver une destination pour se reformer smiley


      • Pyrathome Pyrathome 3 mars 2014 15:57

        une lune de miel « muppétiste »

        .Shawshaw, t’as encore trop tiré sur le bédo smiley smiley..



      • Gaston La Baffe Gaston 3 mars 2014 16:07
        <blockquote class="twitter-tweet" lang="fr"><p><a href="https://twitter.com/Infiniclick">@Infiniclick</a> C'est pour boucler la boucle smiley <a href="https://twitter.com/search?q=%23midnightsplif&src=hash">#midnightsplif</a></p>— Arnaud Bernier (@shawford) <a href="https://twitter.com/shawford/statuses/440056993060241408">2 Mars 2014</a></blockquote>
        <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

        M’enfin mais c’est bien sûr smiley smiley

      • cdjfcasav 3 mars 2014 16:29

        Hors articles et hors théorie quantique, le vide sidéral existe, bel et bien également.


        • howahkan Hotah 3 mars 2014 16:35

          Quand le réel est moche , qu’on refuse de le voir car il faudrait ouvrir ses yeux sur soi même, la bouillie quantique des humains à laquelle on peut accoler tout et rien aide beaucoup à la fuite de notre réel dément et reste une illusion qui dure..

          la physique s’occupe du contenant....elle n’aura JAMAIS accès au contenu....donc au sens...c’est son problème et elle l’ignore totalement ...


          • Jean Keim Jean Keim 4 mars 2014 18:46

            @ Bonjour howahkan Hotah,

            Le réel, ami, est le réel, le monde lui est peut être moche mais il est la projection de notre pensée.
            Ils existent des scientifiques ouverts à la spiritualité, je pense plus spécialement à David Bohm physicien et philosophe anglo-américain mondialement reconnu, il a travaillé avec les plus grands notamment Einstein. Il ne voyait aucune séparation entre la science et la philosophie. Avec son ami Krishnamurti – que vous citez parfois – il a participé à des « causeries » dans lesquelles des passerelles étaient tendues entre le fondamental (pour reprendre le vocable de K) et la science contemporaine (principalement la physique). Tous les deux, à égalité, chacun dans son domaine de compétence et dans un grand respect mutuel, ont cherché ce qui « cloche » dans l’humain et comment revenir à un esprit sain ; cette recherche a occupé intensément les dernières années de K.
            K est décédé en 1986 et D.B. en 1992. Ils étaient des esprits éclairés et inspirés.


          • robin 4 mars 2014 10:07

            Quelqu’un peut -il m’expliquer comment on peut mesurer la force de casimir aux distances très faibles qui sont mises en jeux dans l’expérience qui prétend avoir confirmé l’existence des forces du vide puisqu’on ne sait même pas si la formule de Newton est applicable à ces distances concernant la force de gravité.

            Alors comment peut-on savor si on affaire une force de Casimir ou à une force de gravité dont la formule est différence à ses distances ?


            • Hervé Hum Hervé Hum 4 mars 2014 11:57

              Bonjour,

              Merci pour cet article qui me rappelle que j’ai une « théorie » à écrire !

              Une de plus, car le mystère laisse ouvert le sujet à tous ceux que cela intéresse. Qu’il soit scientifique ou simple candide. De fait, j’ai lu un certain nombres de théories sur le sujet et si certaines sont séduisantes, aucune ne remporte l’adhésion de tous.

              En fait, deux problèmes se pose pour remporter la palme. D’abord, la théorie ou l’idée doit reprendre les théories dites officielles et non s’opposer à elles ! Ensuite, si vous n’êtes pas reconnus comme expert, impossible d’être pris au sérieux et là, il n’y a guère d’autres solutions que de trouver et convaincre un expert de vous lire. Ne serais ce que par curiosité.

              Si la science n’était pas tombé dans le piège du dogmatisme, elle aurait institué une commission ad hoc, chargé d’étudier toute idée ou théorie sur les sujets non élucidés. Mais voilà, lorsque la science se prend pour une religion, elle devient inquisitrice et exclusive.

              Quoiqu’il en soit, le vide s’oppose au plein et pour ce dernier, il n’y a pas plus de réponse que pour le vide. Si on veut donner une valeur au « plein », on prendra le noyau d’un atome et pour certains les quarks, soit, la matière considéré comme indivisible. Le problème, à ce que je comprends, étant que la divisibilité des noyaux atomiques dépend de l’énergie mise en oeuvre pour les diviser. Donc, que ce soit pour le vide ou le plein, il me semble qu’on se retrouve bien face à des limites expérimentales.

              Ou le jeu consiste à vouloir faire dire au vide qu’il est plein et au plein qu’il est vide !!!

              Etonnant non  ???


              • L'enfoiré L’enfoiré 4 mars 2014 15:11

                «  Donc, que ce soit pour le vide ou le plein, il me semble qu’on se retrouve bien face à des limites expérimentales.  »


                Chez nous, on dit « Quand il est plein, je le vide. Quand il est vide, je le plains » smiley

                @L’auteur,
                 Bon billet. 


              • Gaston La Baffe Gaston 4 mars 2014 15:15

                Et moi, quand t’es plein, je te vide smiley


              • Zevengeur Zevengeur 4 mars 2014 20:33

                Je suis aussi sur une théorie si l’on peut dire, voir mon blog ( http://french-revolution-2.blog.fr/ ) où je précise mon objectif :
                L’objet de mon propos


              • Shawford Shawford43 4 mars 2014 20:38

                Aimé Michel dans l’une de ses citations :
                « Le premier mystère est : pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Et le deuxième, aussi grand que le premier : pourquoi est-ce que je suis là en train de penser ? Ils sont bien à plaindre ceux dont ces questions ne visitent pas l’esprit au moins une fois par jour, car il ne leur sert à rien d’être des hommes. L’état de laitue leur conviendrait aussi bien. »


                Par la même et pris dans l’ensemble de votre juste à propos, vous me pardonnerez j’espère la désinvolture dans le commentaire que j’ai publié au dessous smiley 

              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 4 mars 2014 20:56

                Pourquoi il y a quelque chose plutôt que rien ?
                Parce qu’une mobylette n’a ni début ni fin .
                Pourquoi suis-je aujourd’hui en train de penser ?
                Parce que cette saloperie ne veut pas démarrer et que j’ai rencard au troquet avec Suzie qu’est gaulée comme un flipper qui m’fait tilt !


              • Shawford Shawford43 4 mars 2014 20:59

                On est absolument d’accord sur le fait que ta dernière question supplante de loin toutes les autres smiley


                 smiley smiley smiley smiley

              • Zevengeur Zevengeur 4 mars 2014 21:57

                Shawford43

                Aimé Michel est l’une de mes influences culturelles majeures !


              • Gaston La Baffe Gaston 4 mars 2014 22:04

                Le shaw qui est en moi ( smiley ) a l’art d’aller à l’essentiel si je peux me permettre smiley 


                (et ainsi par ma « réapparition » soudaine vous serez également affranchi en l’état sur mon compte, AV c’est la comédie humaine dans ses grandes largeurs ; ne vous inquiétez pas d’ailleurs, ceci n’a jamais vocation à tromper les auteurs/commentateurs qui ne jouent pas eux mêmes les ombres chinoises smiley )

              • Hervé Hum Hervé Hum 4 mars 2014 23:08

                Zevengeur,

                je ne suis pas monarchiste, alors Marine Le Pen, non merci.

                 Pour ce qui est de ma « théorie », ou plutôt idée, j’ai quelque difficulté à la mettre sur papier.


              • Zevengeur Zevengeur 5 mars 2014 13:18

                Hervé Hum

                Pour la 2ième fois (déjà dit sur un commentaire de « morice »), si on veut évoquer MLP, merci de le faire sur l’article correspondant et pas sur celui-ci.

                Pour ta théorie, c’est quoi l’idée ?


              • Hervé Hum Hervé Hum 5 mars 2014 13:42

                ^Bonjour Zevengeur,

                certes, mais le lien que vous m’avez mis ouvre sur MLP !

                Pour ce qui est de mon idée, disons qu’elle se base sur le principe du yin yang et de la perspective.

                Qu’est ce que la théorie de la relativité telle que je l’a comprend ? Une théorie de la perspective. Qu’est ce que la mécanique quantique telle que je la comprend ? La même théorie de la perspective !

                Il y a une autre idée qui se greffe dessus, qui consiste à remplacer la notion de dualité, positif négatif, introduite dans l’atome avec les pôles négatifs et positifs de l’électron et du proton. Image fausse par excellence et nuisant à la compréhension. D’autant que la découverte de la fonction d’onde et plus tard du spin auraient dû casser cette image duale

                Mais par quoi remplacer la dualité positif-négatif qui reprenne et accroit la compréhension du monde quantique ?


              • Zevengeur Zevengeur 5 mars 2014 15:12

                Ok j’ai compris le malentendu : il s’agit simplement du fait que vous arrivez en entrée de mon blog sur le dernier article que j’ai écrit !

                Voici un lien sur la page sommaire :
                Liste des articles


              • Hervé Hum Hervé Hum 6 mars 2014 09:13

                J’avais bien compris Zevengeur, mais que voulez vous, cela interpelle !!!


              • zygzornifle zygzornifle 4 mars 2014 12:55

                Vide quantique ? On l’a déjà exploré avec ce gouvernement ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès