• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pourquoi le mariage homosexuel est-il une imposture ?

Pourquoi le mariage homosexuel est-il une imposture ?

Les débats sur le mariage homosexuel ont été concentrés sur la revendication de l'égalité des droits. Or l’égalité républicaine concerne l'égalité des droits individuels et non pas l'égalité des groupes dont notamment les couples, a fortiori non constitués ce qui est le cas des prétendants au mariage républicain. Je ne reviendrai pas ici sur ce qui a été dit et redit  : les homosexuels n’ont jamais été exclus du mariage pour la bonne raison que la République n‘a pas à connaitre les orientations sexuelles des individus : le mariage n'a pas été fait pour des couples homosexuels. Donc l’argument d’égalité est déjà en soi une perversion de nos valeurs républicaines.

Les pratiques sexuelles relèvent de la sphère intime des individus même si les plus politiquement correctes et avouables se font à deux.

Le mariage est une institution qui ignore les pratiques sexuelles puisque la République n'a à connaitre en la matière et pour sa pérennité, qu’une seule pratique : la génitalité.

Génitalité vient de génital : relatif à la procréation sexuée.

La génitalité est l’apanage des couples mixtes : seul les couples composés d’un homme et d’une femme sont susceptibles de pratiquer la génitalité, indépendamment des orientations et préférences de chacun des conjoints.


Loi, Règle, déviance et interdit

La règle n’interdit pas, c’est la loi qui interdit : la déviance concerne la règle, l’interdit concerne la loi. On ne transgresse pas une loi, on la viole ; on ne viole pas une règle, on la transgresse : cela s’appelle une exception. La transgression d’une règle, si elle n’a aucune conséquence néfaste sur autrui ne regarde que le déviant. En revanche, si les conséquences créent un préjudice pour autrui, alors c’est la loi qui dicte le droit.

La règle supporte des exceptions, pas la loi. Le transgresseur d’une loi peut bien ne pas être puni s’il n’est pas pris, mais devoir être puni pour avoir transgressé une loi c’est la règle dans un Etat de droit.

Les Lois de la nature sont en fait, des Règles.

La sexualité est chez l’homme, ce qui remplace l’instinct animal. Toutes choses égales par ailleurs, un groupe dénué de plaisir sexuel serait rapidement écrasé en nombre par un groupe qui serait doté de ce plaisir lié à la génitalité. A l’opposé, un groupe tourné vers le seul plaisir et phobique des pratiques génitales déclinerait très vite également. On peut donc soutenir que cette règle qui fait du plaisir un vecteur de la relation génitale s’intègre dans la théorie du darwinisme.

Darwin, Génitalité : deux mots qui font peur, le premier aux créationnistes, le second aux individualistes. Curieusement, le mariage homosexuel fait les affaires de ces deux clans qui se sont pourtant illustrés par leurs oppositions farouches sur ce sujet.

Le mariage homosexuel est le ver dans le fruit qui détruira le mariage républicain. Le libéralisme qui entend dégraisser les institutions démocratiques ne peut pas être innocent dans cette affaire : les institutions de Bruxelles verraient certainement d'un très bon œil la suppression du mariage républicain au profit du mariage religieux.

Dans ce monde où tout devient possible, on ne peut exclure une hypothèse pessimiste : la crainte que le président de la République, plutôt que d'abriger cette loi Taubira ne décide d'abolir sans autre forme de procès le mariage civil, un voeu déjà exprimé par nombre de personnes.

A ce propos, il n'est pas inutile de rappeler que les esclaves n'avaient pas accès au mariage. Si le mariage républicain n'est plus, les croyants seront bien gardés et les brebis égarées seront renvoyées au rang d'esclaves.

«  Il n’aurait pas fallu faire entrer le mariage gay à la mairie, mais en faire sortir le mariage hétérosexuel  » (Christophe Barbier)

« Le contraire de la loi ce n’est pas l’absence de lois, c’est la règle. » (Jean Baudrillard)

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.19/5   (86 votes)




Réagissez à l'article

169 réactions à cet article    


  • Rounga Roungalashinga 5 juin 2013 09:51

    Si je vous comprens bien, le mariage pour tous serait une émanation du libéralisme et aurait pour but caché de faire des non-croyants des citoyens de seconde zone, qui n’auraient pas accès au mariage. N’est-ce pas contradictoire, quand on sait que le libéralisme a justement vocation à refouler dans la sphère privée (quoi que cela veuille bien dire) toute forme de religion ?


    • JL JL 5 juin 2013 10:19

      Bonjour Rougalashinga,

      je ne vois pas où serait la contradiction, au contraire. Les gens veulent se marier ? Du point de vue libéral, ’pas de pb, mais ça ne doit pas concerner la puissance publique’.

      Rappelez vous le TCE qui n’interdisait pas les manifestations de rues mais à condition qu’elles soient encadrées. Si j’ai 5’ je chercherai dans le projet TCE l’article qui en parle.

      Ceci dit, ce n’est pas exactement le sens de mon propos. Mais il y a de ça.


    • Rounga Roungalashinga 5 juin 2013 10:31

      Je vois ce que vous voulez dire, mais dans l’article vous aviez l’air de dire que les non-croyants se verraient reléguer au rang de citoyens de seconde zone, car ne pouvant plus se marier, comme les esclaves de l’Antiquité. N’est-ce pas une crainte exagérée lorsqu’on sait que le libéralisme n’a pas pour but de favoriser les croyances religieuses ?


    • JL JL 5 juin 2013 10:44

      Les autorités religieuses ne sont jamais absentes à la table des réjouissances des riches.

      On ne change pas une équipe qui gagne : l’alliance du sabre et du goupillon a fait ses preuves.


    • JL JL 5 juin 2013 12:52

      Bonjour julius,

      merci et bravo pour ce post fair-play.


    • ionysis 5 juin 2013 10:15

      Monsieur,

      C’est vous qui êtes une imposture.

      Votre article a des relents d’intolérance. C’est justement parce que nous sommes des êtres humains que nous avons la capacité intellectuelle de nous placer -pour certaines choses- au delà des règles élémentaires de la nature.

      Ce mariage est une bonne chose, il est juste pour notre république qui se veut égalitaire.

      Bien à vous


      • JL JL 5 juin 2013 10:26

        ionysis,

        Je suppose que notre capacité intellectuelle qui fait que nous pouvons nous permettre de nous massacrer par millions, d’assassiner les animaux par milliards et de détruire l’écologie planétaire au détriment des générations futures vous donne bonne conscience ?

        Dans le cas contraire, si vous voulez dire que vous êtes en mesure de dire ici ce qui est bon et ce qui est mauvais pour l’humanité c’est de perdre sa nature animale, vous avez le droit, mais sans traiter vos interlocuteurs d’imposteurs.


      • ionysis 5 juin 2013 11:55

        Monsieur,

        Quel est le rapport entre ce que vous dites et ma réponse ? Nous parlons de mariage pour tous et vous me répondez sur l’écologie planétaire. Au fait, que pensez vous de la candidature de NKM aux municipales de Paris ?

        Ensuite je ne prétends pas dire ce qui est bon ou ce qui est mauvais mais je suis certain qu’il faut aussi laisser des droits aux minorités, en l’occurrence le mariage, car en rien il ne gène le vôtre et en rien ils ne VOUS privent de liberté.

        Et j’arrêterais de vous traiter d’imposteur quand vous daignerez respecter vos lecteurs en publiant des âneries de ce genre.

        Bien à vous


      • JL JL 5 juin 2013 12:44

        Pas mieux que julius.

        Ces arguments-là, ionysis, ont été réfutés à chaque fois qu’ils ont été mis en avant.

        Si vous ne voulez pas comprendre, libre à vous.


      • King Al Batar King Al Batar 5 juin 2013 14:11

        « C’est justement parce que nous sommes des êtres humains que nous avons la capacité intellectuelle de nous placer -pour certaines choses- au delà des règles élémentaires de la nature. »

        Non mais on croit rever...

        Je vais répondre à cette stupidité que je viens de lire. Mon propos pourra être considéré comme homophobe, entetuellement... Je ne pense pas qu’il le soit. Mais bon, depuis cette histoire de mariage pour tous, j’ai appris (des autres) que j’étais pas loin de l’homophobie... Alors que je pensais être quelqu’un de tolérant, j’ai découvert, que ne pas vouloir normaliser la différence, et de considérer simplement que la différence doit être toléré et protégé, tout en restant attaché à des valeurs traditionnelles c’est être homophobes... Alors tant pis si mon propos vous choque, il est le mien et je l’assumerai jusqu’au bout.

        Vous nous dites donc, en gros, que pour pouvoir discuter intelligement, nous devons nous placer au dela « des regles élémentaires de la nature »... C’est une vaste blague...

        Alors je vais vous rappeler (et non pas vous l’apprendre, car vous devez le savoir) qu’en tant qu’animal doué d’intelligence et d’un libre arbitre, nous avons des règles, des convenances, qui font que nous devons nous aliener une partie de nos liberté pour constituer une société qui fonctionne. Au besoin je vous invite à relire Du Contrat Social. Ce qui est du domane de l’état de la nature, c’est d’avoir des pulsions et de les assouvir. Un animal se fout des conventions, s’il veut baiser une femelle en chaleur, ou en tuer un pour le bouffer, il le fera. Nous nous sommes différents, nous savons que pour les besoins de notre société, nous ne pouvons pas tuer ceux qui nous gène, de même nous ne violons pas toutes les femmes que nous trouvons belles.
        POur ma part, je considère que l’attirance vers un individu du même sexe, reste que vous le vouliez ou non, du domaine de la pulsion. Or on sait bien que pour que la société continue d’exister il faut bien que nous nous reproduisions... O. Wilde a dit : « Si Adam avait été homosexuel nous ne serions pas là pour en parler ! ». Après les gens font se qu’ils veulent de leur coeur (car l’homosexualité n’est pas qu’une qestion de sexe mais d’amour aussi) et de leur cul, je n’y vois aucun problème ni ne porte le moindre jugement. Par contre qu’ils souhaitent normaliser l’expression de leur pulsion (meme simplement sentimentale) pour nous donner l’impression qu’elle sont autant utile socialement que la relation hétéro, me parait du domaine du déni de réalité.
        PAr conséquent, rendre le mariage permis au meme sexe ne consitue pas du tout pour moi un évolution humaine, au contraire c’est une régression qui vise à nous faire croire que l’expression de nos pulsions doit être normalisé, même si elles ne represente aucun interet sociétal.
        Bien cordialement


      • 雛罌粟 雛罌粟 17 juillet 2013 06:44

        @ Al Batar : votre prose pèche par une simple erreur, qui consiste à vous croire détenteur des arcanes de l’utilité sociale.

        Ou de réduire cette utilité sociale au seul renouvellement du cheptel humain, à la seule et brute ponte de nouveaux marmots.

        Or il y a bien des manières d’être utile à la collectivité¹
        Simple question, qu’est-ce qui est le plus important : produire simplement de nouveaux individus, ou bien les élever ?
        Car cette seconde tâche, les homosexuels – jusqu’à preuve du contraire – savent s’en acquitter aussi bien que les hétérosexuels.

        ¹ : Je pense par exemple à l’Anglais Alan Turing (probablement avec Kurt Gödel le plus grand logicien du XXe siècle), et qui fut l’architecte du décodage du fonctionnement de la « machine Enigma » (qui servait aux nazis à crypter et décrypter des messages sensibles).
        Les lois en vigueur dans les années 50, jugeant l’homosexualité contraire à l’utilité sociale, ont conduit à la condamnation de Turing à recevoir des injections d’hormones.
        Deux ans plus tard il se suicidait.
        Il avait 42 ans.
        Utilité sociale… ?

      • Pierredu 30 juin 2014 01:28

        L’homosexualité ne represente aucun intérêt sociétal ? Bah c’est toi qui le dit. Déjà, bien vécue, elle peut rendre heureux des personnes faisant partie de la société, donc en cela, elle a forcément un intérêt sociétal, pardon.

        Par ailleurs, j’irai jusqu’à dire que l’hétérosexualité va dans certains cas constituer une nuisance sociétale (mais parfois non également, je te rassure), parce que tous les gens qui naissent ne sont pas forcément exceptionnels et certains sont carrément nuisibles. C’est un reproche que l’homosexualité ne peut encourir.

        Donc, un peu de modestie dans la définition de ce qui représente un « intérêt sociétal » ou non serait la bienvenue...


      • Ludwiga Ludwiga 20 août 2014 15:35

        @King al Batar

        Vous dites : "Pour ma part, je considère que l’attirance vers un individu du même sexe, reste que vous le vouliez ou non, du domaine de la pulsion. Or on sait bien que pour que la société continue d’exister il faut bien que nous nous reproduisions... O. Wilde a dit : « Si Adam avait été homosexuel nous ne serions pas là pour en parler ! » « 

        Alors lorsque vous vous sentez attiré par une femme, ce n’est pas du domaine de la pulsion mais d’une volonté soudaine de vous reproduire ? Eh bien.. ça doit être drôle avec vous.

        Et vous pensez que nous ne sommes pas assez d’hétéros pour nous reproduire ? Vous pensez que les homosexuels vont altérer la croissance de la démographie ? Idée curieuse et assez bête puisque ça rendrait bien service au monde de ralentir la croissance démographique.

        Et cerise sur le gâteau : »Si Adam avait été homosexuel, nous ne serions pas là pour en parler« . Ecoutez, si vous pensez descendre d’Adam, je vous invite à respecter ceux qui ne sont pas de votre avis. De plus, nous sommes dans une République laïque, de tels arguments n’ont rien à faire dans les affaires de l’Etat. La monarchie catholique, c’est terminé.

        Et le mariage qui a été créé sous ces idées rétrogrades aussi. Aujourd’hui, il est temps que tous les individu, quels que soient leur orientation sexuelle ou leurs origines, aient les mêmes droits.

        Si le mariage n’a pas été créé pour les homosexuels comme le dit l’article, c’est notamment parce que l’Eglise avait la mainmise sur le pouvoir et que les homosexuels étaient considérés comme des hérétiques. Si vous aussi vous pensez que ce n’est pas »normal« d’être homo, que ça tient à des »pulsions", c’est que vous faites un blocage et refusez de comprendre une différence ou que vous êtes homophobe, c’est évident.

        De quel droit dites-vous que ça tient aux pulsions ? Ce n’est pas un choix. C’est une possibilité présente dans la nature, c’est tout, et ce n’est pas parce qu’elle a été brimée pendant des siècles par la religion que ça doit continuer. Aujourd’hui Dieu est mort et ceux qui ont été victimes de discriminations depuis des siècles ne s’en portent que mieux.

        Si vous n’êtes pas homophobe, vous êtes réactionnaire. Vous refusez que les choses puissent changer alors qu’elles ne vous concernent même pas.

        Toute cette parano autour du mariage pour tous qui conduirait à un délitement du mariage civil est absurde..


      • Daniel Roux Daniel Roux 5 juin 2013 10:20

        Je m’interroge sur les causes de la multiplication pratiquement simultanée des lois sur le mariage pour tous dans un nombre élevé de pays. Mais là n’est pas le débat initié par l’article.

        Quelles sont les origines du mariage dans les temps anciens telles que l’on peut se l’imaginer aujourd’hui ?

        Le but premier devait être d’éviter les affrontements meurtriers des hommes entre eux pour la conquête de la femme avec pour corolaire la transmission de l’héritage aux descendants du même sang.

        La reconnaissance par le clan de l’union officielle d’un homme et d’une femme. Cette reconnaissance impliquait des droits et des devoirs autant pour l’homme et la femme que pour la communauté.

        L’homme devait protection et subsistance à la femme et la femme devait fidélité et obéissance à son époux.

        Les autres membres du clan étaient avertis que la femme était réservé à son époux.

        Les enfants issus de cette union officielle étaient a priori ceux des deux époux.

        Les siècles sont passés et le mariage a été récupéré et adapté au fur et à mesure de l’évolution de la société lorsque celle ci est passée du clan au royaume puis à la nation.

         L’aristocratie a utilisé le mariage comme outil politique, la bourgeoisie comme outil commercial et les paysans comme outil patrimonial.La religion a récupéré la tradition et promu le mariage comme un acte sacré.

        La propriété privée et l’exigence de sa transmission ont conduit à inclure dans le mariage le contrat stipulant les conditions financières et patrimoniales de l’union, ainsi que d’envisagée l’éventualité de la dissolution de cette union. Le mariage civil garantit en quelque sorte par l’état était né encadré par la loi.

        A ce stade il est important de constaté que l’enfant n’est pas le seul « objet » du mariage mais qu’il est le seul « objet » qui soit une personne. Son status est primordial mais les autres droits et devoirs ne peuvent être évacués d’un simple revers de main.

        L’enfant est l’ « objet » sur lequel se focalise l’opposition des « contre » alors que les droits et devoirs sont les « objets » qui selon eux, justifient la promotion du mariage pour tous.

        Ces 2 positions antagonistes auraient pu être conciliées par la suppression du PACS et la mise en place d’une UNION CIVILE garantissant les mêmes droits et devoirs qu’aux époux en dehors de tout ce qui concerne la conception des enfants.

        L’adoption n’est pas procréation mais la légalisation de deux pulsions humaines, celle pour un enfant d’avoir un foyer protecteur et pour les adultes d’avoir un enfant à élever. Considérer à priori que les couples homosexuels sont des pervers pédophiles, c’est aller contre la présomption d’innocence en se laissant aveugler par des fantasmes.

         


        • JL JL 5 juin 2013 10:33

          Daniel Roux,

          je suis d’accord avec vous mais ne me faites pas dire ce que je n’ai jamais dit et ne dirai jamais.

          Je n’ai pas parlé ici de pervers, ni sexuels ni pédophiles. Je sais bien que certaines pratiques ne sont pas réservées aux seuls homosexuels, mais la génitalité est bien l’apanage irréductible des couples hétérosexuels. Si ceux-ci étaient pervers ceux-là le seraient aussi. Déviance ne veut pas dire perversion pas davantage interdit. Nuance.


        • Philippe VERGNES 5 juin 2013 11:19

          Bonjour Daniel ROUX,

          Je salue votre commentaire posé sur une question somme toute très sensible qui a généré beaucoup de débats contradictoires. Il est très difficile de ce faire une opinion « raisonnée » sur le sujet dans le climat passionnel où cette loi a été discutée et adoptée, mais je rejoins votre conclusions lorsque vous dîtes : « Ces 2 positions antagonistes auraient pu être conciliées par la suppression du PACS et la mise en place d’une UNION CIVILE garantissant les mêmes droits et devoirs qu’aux époux en dehors de tout ce qui concerne la conception des enfants. »

          Un commentateur activiste sur ce site a pu écrire cette phrase très censé : « L’opposé d’un intégrisme n’est pas l’intégrisme contraire, c’est la mesure. »

          Confucius disait : « L’homme vertueux reste dans l’invariable milieu ; celui qui n’est pas vertueux s’en écarte (...) Pour ce qui concerne l’invariable milieu, l’homme vertueux ne s’en écarte jamais, parce qu’il est vertueux ; celui qui n’est pas vertueux, n’évite et ne craint rien, parce qu’il est vicieux. »

          Dommage que ce même intervenant ne s’applique pas ce précepte de bon sens à lui-même, il n’en serait que plus crédible.

          Maintenant, pour ce qui est du sujet et de l’épiphénomène qu’il concerne, considérant le fait que les mariages homosexuels ne concernent que 0,3 à 0,6 % de l’ensemble des mariages dans les pays qui l’ont légalisé, il y a aurait probablement d’autres chats à fouetter en priorité avant de se monopoliser sur un problème aussi mineur.

          « L’amour est aveugle, mais le mariage lui rend la vue » (Georg Christoph LICHTENBERG), alors... si cela peut permettre à quelques uns de retrouver la vue... ma foi...


        • JL JL 5 juin 2013 11:36

          Philippe Vergnes,

          deux choses.

          Cette phrase très sensée : « L’opposé d’un intégrisme n’est pas l’intégrisme contraire, c’est la mesure. » j’en suis l’auteur.

          De fait (à vérifier ce que j’ai écrit) il faut dire en toute rigueur : « Le contraire d’un intégrisme n’est pas l’intégrisme opposé, c’est la mesure. » Comme on dirait : le contraire du chaud n’est pas le froid qui lui est opposé, mais le tempéré.

          Examinons les implications de cette phrase : un intégriste ne connait que deux positions, et amalgame modéré et opposé ceci expliquant cela, et réciproquement. Si bien qu’une personne modérée qui combat un intégrisme passera pour intégriste opposé aux yeux de tous les intégristes, quelque soit leur bord, ceux-ci se considérant comme les seuls à être dans la mesure puisque c’est leur norme.

          A bon entendeur, salut.


        • Daniel Roux Daniel Roux 5 juin 2013 11:46

          @ JL

          Cette remarque ne s’adressait pas à vous spécifiquement. Votre article est tout à fait mesuré.

          En général, j’essaie d’apporter ma pierre au débat en argumentant mes commentaires. Cette précision fait partie de l’argumentation.


        • ionysis 5 juin 2013 11:57

          Enfin vous parlez quand même de « déviants » JL - c’est peut être un détail pour vous mais il a son poids.


        • JL JL 5 juin 2013 12:21

          Mais non, ionysis,

          je n’ai pas parlé de déviants, mais de déviance. Nuance.

          Et j’ai ajouté : La déviance n’est pas synonyme d’interdit ; essayez de comprendre la nuance entre lois et règles.

          Et j’ai même précisé que la déviance n’était pas l’exclusivité des homos : on appelle ça la sexualité par distinction d’avec la génitalité.


        • COLRE COLRE 5 juin 2013 13:37

          Par JL (---.---.---.29) 5 juin 12:21

          Mais non, je n’ai pas parlé de déviants, mais de déviance. Nuance


          Article de JL : « La transgression d’une règle ne regarde que le déviant »… 
          (c’était ma contribution au sujet de l’imposture…smiley )


        • JL JL 5 juin 2013 13:56

          Colre,

          soit, avec les fouilles merde et les gens susceptibles on n’est jamais assez prudent.

          Mais j’explique le B-A-ba du bon sens : quand vous transgressez une règle, vous êtes le déviant par rapport à cette règle, à ce moment précis. Cela ne fait pas de vous un déviant.

          Vous comprenez la nuance ?

          Non ? Alors je ne peux rien pour vous.


        • JL JL 5 juin 2013 13:57

          Les gens que les mots effraient sont effrayants.


        • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 6 juin 2013 01:49

          « Comme on dirait : le contraire du chaud n’est pas le froid qui lui est opposé, mais le tempéré. »


          Pour être plus exact, ne dirait-on pas plutôt : « le contraire du brûlant n’est pas le glacial qui lui est opposé, mais le tempéré. »

          Et cela est effectivement évident. 

        • JL JL 19 août 2014 12:07

          Puisque je suis revenu ici pour une raison fortuite, je dois préciser au sujet de la contribution sur l’imposture de Colre (qui est devenu un fantôme qui hante peut-être encore ces lieux ?).

          De fait, Colre confond le signifiant ’déviant’ qui désigne ici une personne au moment où elle dévie, avec le signifié ’déviant’ qui dans le langage psychanalytique désigne une personne atteinte d’un trouble.

          Quand j’écris : ’’La transgression d’une règle ne regarde que le déviant ’’ déviant est ici un synonyme de transgresseur.

          La contribution de Colre est minable.


        • Pierre Régnier Pierre Régnier 5 juin 2013 10:24

          Ce n’est pas le prétendu « mariage pour tous » de la loi Taubira qui est une émanation du « libéralisme », c’est son REMPLACEMENT par le « mariage » redéfini comme union d’individus de sexes indifférenciés. Le mariage pour tous c’est celui qui existait avant et qui vient d’être dénaturé / supprimé, remplacé.

          Mais il faut préciser aussi de quel TYPE de « libéralisme » il est l’émanation. La Gauche s’est depuis longtemps ralliée au libéralisme ECONOMISTE, plus précisément CAPITALISTE et, pour masquer son renoncement au socialisme, elle ne sait plus que reculer les limites culturelles et morales du libéralisme capitaliste.


          • JL JL 5 juin 2013 10:40

            Pierre Régnier,

            Ne pas confondre la lutte contre la « pauvreté » (thème de droite) et la lutte contre les « inégalités » (impératif de gauche). On peut réduire la pauvreté en accroissant les inégalités. C’est même cela l’astuce. En effet, réduire la pauvreté, c’est une nécessité pour les riches, puisque « ventre affamé n’a pas d’oreilles ». Et les pauvres, au bout du compte, ça coûte cher ! Et comment réduire la pauvreté sans réduire la richesse ? En sacrifiant les classes moyennes.

            Ce n’est pas la gauche qui a promulgué la loi Taubira, c’est le PS. Nuance.


          • Alpo47 Alpo47 5 juin 2013 10:55

            Si les conséquences peuvent se discuter, les causes de cette loi et de tout ce « chari-vari » sont évidentes : Incapable d’apporter des solutions à la crise économique qui s’amplifie et d’améliorer le quotidien, cette « gauche-caviar et libérale » nous sert des réformes dont le facteur commun est de diviser les français.

             Et pendant que l ’on s’écharpe en regardant ces deux hommes se bécoter sur les marches de la mairie de Montpellier, on évite de regarder les réformes en cours qui vont toutes nous fragiliser et nous paupériser. Or, elles sont toutes effrayantes pour notre avenir.

            Savez vous qu’un premier fonctionnaire a fait le tour d’un marché fermier pour indiquer aux vendeurs qu’ils ne pouvaient pas vendre des produits dont les semences ne sont pas référencées ?
            Etes vous conscients qu’on nous emmène « en douceur » vers une nouvelle guerre au proche orient ?
            Savez vous que se discute en catimini un traité cherchant à instaurer une coopération UE-USA qui sera catastrophique pour nous ?
            Savez vous que nos banques sont virtuellement en faillite ? Que nos dettes ne seront JAMAIS remboursées ? Que l’effondrement économique peut venir n’importe quand ?
            ..........
            La liste est trop longue de ce dont nous ne devons pas discuter. Et puis, il y a le mariage homosexuel (renommé « pour tous ») à prendre en compte n’est ce pas ?

            On l’a déjà dit 1000 fois sur Agoravox et tout le monde en est conscient, il ne faut pourtant pas le perdre de vue. Toutes ces « réformes » ne sont qu’un écran de fumée pour nous masquer l’évolution de notre Système.

            Ce qui me fait vomir dans tout cela, c’est l’attitude de cette fausse gauche qui nous « entube profond », la bouche en coeur, pire que la droite qui, finalement, elle , ne cachait pas son jeu. Pour l’UMPS, on doit construire un monde où les élites, dévouées aux ultra riches, décident. Les peuples sont à controler et manipuler.


            • JL JL 5 juin 2013 11:54

              Bonjour Alpo47,

              je suis à 100% d’accord avec ce que vous dites là.

              Sauf que Toutes ces « réformes » ne sont pas qu’’un écran de fumée pour nous masquer l’évolution de notre Système : elles ont aussi pour effet de discréditer durablement aux yeux de l’opinion manipulée, et au moins jusqu’aux prochaines échéance importantes, la véritable gauche, cf. mon com ci-dessus. Cherchez à qui profite le ’crime’.


            • antyreac 5 juin 2013 11:36

              Le mariage hétéro a été inventé par les hétéro pour les hétéro


              • Rounga Roungalashinga 5 juin 2013 11:47

                Oui, bien sûr. C’était au temps lointain où les hétéros et les homos vivaient séparément au sein de la société. Les hétéros, qui dominaient les homos, se sont dit : « tiens, et si on inventait un truc auquel les homos n’auraient pas droit ? Comme ça ils l’auraient bien dans l’os. » Et là les hétéros ont inventé le mariage, qu’ils ont pendant des millénaires interdit aux homos.
                Ca c’est de l’anthropologie sérieuse ou je ne m’y connais pas.


              • antyreac 5 juin 2013 13:06

                Pourtant c’est comme çà que çà s’est passé


              • Rounga Roungalashinga 5 juin 2013 13:30

                Et il ne faut pas oublier aussi qu’un jour les hommes ont décidé de dominer les femmes en les parquant à la maison, et qu’elles ont attendu des millénaires pour s’en rendre compte. Oh, et puis aussi : les plus malins ont inventé les religions afin de faire peur au peuple et de le soumettre.


              • antyreac 5 juin 2013 13:43

                Et il ne faut pas oublier aussi qu’un jour les hommes ont décidé de dominer les femmes en les parquant à la maison, et qu’elles ont attendu des millénaires pour s’en rendre compte. Oh, et puis aussi : les plus malins ont inventé les religions afin de faire peur au peuple et de le soumettre..


              • King Al Batar King Al Batar 5 juin 2013 16:43

                Depuis on a trouvé mieux que les religions et ca s’appelle la bien pensance...


              • Rounga Roungalashinga 5 juin 2013 17:15

                antyreac, vous prenez donc au sérieux le conte de fées que j’ai énoncé ?


              • mrdawson 5 juin 2013 12:13

                N’importe quoi... c’est quoi ce gloubi boulga incompréhensible ?
                Si ce qui s’entends bien, s’énonce bien, on sent que vous ne maitrisez pas exactement le sujet que vous abordez...

                « Je ne reviendrai pas ici sur ce qui a été dit et redit  : les homosexuels n’ont jamais été exclus du mariage pour la bonne raison que la République n‘a pas à connaitre les orientations sexuelles des individus : le mariage n’a pas été fait pour des couples homosexuels. »

                Donc si je vous comprends bien, les homosexuels n’ont pas été exclus du mariage, mais le mariage n’était pas fait pour eux ? Non en fait je ne comrpends pas.
                De plus, le mariage, était possible pour un homme et une femme, pas 2 hommes ou 2 femmes. Donc de fait la république avait un avis sur nos orientations sexuelles.

                « Le mariage est une institution qui ignore les pratiques sexuelles puisque la République n’a à connaitre en la matière et pour sa pérennité, qu’une seule pratique : la génitalité. »
                C’est votre opinion que vous assenez avec la force d’une réalité. Si c’était le cas, la république autoriserait les mariages polygames qui assurent aussi sa pérennité. Quand a « génitalité » ce n’est pas une pratique, c’est ce qui a trait aux organes sexuels.

                « La génitalité est l’apanage des couples mixtes » : non. Jusqu’à preuve du contraire les homosexuels ont également des organes génitaux.

                « La règle n’interdit pas, c’est la loi qui interdit : la déviance concerne la règle, l’interdit concerne la loi. On ne transgresse pas une loi, on la viole ; on ne viole pas une règle, on la transgresse : cela s’appelle une exception. La transgression d’une règle, si elle n’a aucune conséquence néfaste sur autrui ne regarde que le déviant. En revanche, si les conséquences créent un préjudice pour autrui, alors c’est la loi qui dicte le droit.

                La règle supporte des exceptions, pas la loi. Le transgresseur d’une loi peut bien ne pas être puni s’il n’est pas pris, mais devoir être puni pour avoir transgressé une loi c’est la règle dans un Etat de droit. »

                Tellements d’incohérences et de vacuité dans ce paragraphe que je ne sais pas par où commencer. Et il faudrait savoir, on la viole ou on la transgresse la loi, je vous avoue que je suis perdu ? Non que ça ne fasse quelque différence que ce soit car on ne voit pas bien où vous voulez en venir avec ce paragraphe à la Werber.

                « La sexualité est chez l’homme, ce qui remplace l’instinct animal. ».
                Ok... la on s’enfonce dans le grand n’importe quoi. Vous pouvez justifier cette phrase ? En prenant en compte que de nombreuses espèces animales ont une sexualité non nécessairement procréative.

                « On peut donc soutenir que cette règle qui fait du plaisir un vecteur de la relation génitale s’intègre dans la théorie du darwinisme. »
                Non. Juste non. Il n’y a pas de théorie du darwinisme. C’est la théorie de l’évolution. Elle n’a pas a intégrer de relations génitales, car cette théorie décrit un avantage procréatif aux individus les mieux adaptés. La capacité de reproduire son espèce est la théorie de l’évolution....

                « Le mariage homosexuel est le ver dans le fruit qui détruira le mariage républicain. Le libéralisme qui entend dégraisser les institutions démocratiques ne peut pas être innocent dans cette affaire : les institutions de Bruxelles verraient certainement d’un très bon œil la suppression du mariage républicain au profit du mariage religieux. »
                Bon on passe sur le complot de Bruxelles de réduire les couts de fonctionnement des états en détruisant le mariage (ce qui a à peu près autant de sens que d’envisager de limiter les naissances pour limiter les dépenses sociales), mais quel est le lien avec le reste de l’article ? Avec Darwin est les animaux ? Avec les règles transgressées et les lois violées ?

                « A ce propos, il n’est pas inutile de rappeler que les esclaves n’avaient pas accès au mariage. »
                Si, c’est inutile. A moins que vous ne sachiez expliquer ce que ça peut bien vouloir dire... Sans mariage on deviendra des esclaves ?

                Bref un article incompréhensible se donnant des airs de réflexion profonde mais dépourvu de logique, d’arguments ou mêmes de buts. A part ne souhaiter que les homos ne puissent se marient, on ne sait pas très bien ou veut en venir l’auteur.


                • JL JL 5 juin 2013 12:41

                  mrdawson,

                  ou vous n’avez rien compris, ou vous faites semblant. Votre post n’appelle pas de réponse.


                • Le chien qui danse 5 juin 2013 13:07

                  "Bref un article incompréhensible se donnant des airs de réflexion profonde mais dépourvu de logique, d’arguments ou mêmes de buts. A part ne souhaiter que les homos ne puissent se marient, on ne sait pas très bien ou veut en venir l’auteur."

                  Bravo, touché coulé... c’est pas faute de lui dire mais la remise en question n’est pas son fort. L’onanisme intellectuel fait de graves dégâts, mais bon l’est pas le seul, à sa décharge...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès