• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Cazeaux

Cazeaux

Français périphérique en colère. Politologue (de formation ) amateur. 

Tableau de bord

  • Premier article le 01/02/2017
  • Modérateur depuis le 24/02/2017
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 16 227 944
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 21 13 8
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Cazeaux Cazeaux 25 juillet 13:44

    Dénonciation au ton virulent de circonstance et à l’argumentation difficile à contrer.

    Il manque peut-être un regard plus global de la logique qui seule peut expliquer ce qui est une pseudo crise sanitaire. Je vais tacher de m’y atteler, plutôt que de faire un commentaire trop long. Me contente ici de dire que le jeu des institutions, développer la taille et l’implantation d’un parti et viser une alternance par un succès électoral est totalement vain. La situation montre combien la démocratie parlementaire est le contraire de la démocratie. La seule chance d’éviter qu’un despotisme digne d’un film de science fiction enchaîne la planète entière, réside dans la mise en place de réseaux de solidarité fonctionnant selon la logique de la clandestinité. La France connaît une nouvelle occupation, bien plus terrible encore. Pour l’en libérer, il faut des rebelles, il faut une Résistance, solide, patiente, combative.



  • Cazeaux Cazeaux 12 mai 19:51

    @nemesis
    Témoignage intéressant et inédit. Surprenant à cette date car nous n’étions pas alors sous Kennedy, délibérément favorable à l’indépendance de l’Algérie.
    En 1945, les indépendantistes musulmans de tout le rivage méditerranéen étaient encore en intelligence avec les nazis,Hitler ayant misé sur leurs revendications pour damer le pion aux Anglais dans leur zone d’influence. Il faut savoir également que l’insurrection de Sétif a été ordonné par un haut responsable musulman dont le nom ne me revient pas qui se trouvait à Genève. L’ordre a aussi porté sur la Syrie qu’on oublie. Le même jour des dizaines de Français et Syriens catholiques ont été massacrés à Damas. La CIA l’a su faut-il croire et aurait appuyé cette manoeuvre. Mais à l’époque, je discerne mal l’objectif sauf à croire qu’ils cherchaient à déstabiliser De Gaulle qu’ils n’aimaient pas du tout.



  • Cazeaux Cazeaux 12 mai 05:05

    @Silence, on pique !
    Si vous lisez le texte originel de la Constitution, celui soumis au référendum de sept 58, vous percevrez qu’il est apporté une réponse à la problématique exprimée de façon assez confuse par Sékou Touré dans son discours. L’on a oublié toute la partie consacrée à la Communauté qui transforme les relations entre la France hexagonale et ses colonies. Le problème est que De Gaulle a feint d’y croire ce sont Soustelle et Debré qui furent les cerveaux de cette nouvelle institution  de sorte que l’édifice juridique prévu par la Constitution n’a jamais été mis en oeuvre. De Gaulle a d’autorité mis fin à la Communauté en donnant brutalement à l’Afrique noire une indépendance qu’elle ne voulait pas (hormis la Guinée qui a voté non). A la place, nous avons vu et voyons le résultat : une France-Afrique gérée au départ par le sinistre ex-bandit Foccart, dominée par des despotes complices de toutes les corruptions.
    Et De Gaulle n’a jamais été cherché dans sa retraite de Colombey. Il supervisait toute l’action de ses partisans, laissant croire à ceux-ci sa conviction Algérie française et communautaire quand, secrètement, il avait commencé ses tractations avec le FLN par le biais de Pompidou principalement (son recrutement chez Rothschild était une sorte de couverture dorée de ses réelles occupations).



  • Cazeaux Cazeaux 12 mai 04:19

    @Silence, on pique !
    Après coup, après le largage de l’Algérie, on a fait dire au discours de Brazzaville bien plus que ce qu’il contenait : un appel à une plus grande autonomie des colonies. Mais autonomie ne veut pas dire indépendance. De Gaulle, du moins en surface, restera attaché à l’Empire qu’il a tant cité comme essentiel dans ses allocutions durant la guerre, jusqu’en 60 où il décréta d’autorité l’extraction de la République les colonies noires africaines et où il commença son reniement de la cause Algérie française qui fut celle, majeure, de sa propre formation politique, l’UNR.



  • Cazeaux Cazeaux 12 mai 01:49

    @QAmonBra
    Il convient de ne pas tout confondre. L’hostilité au nazisme ne saurait lui faire porter tous les maux de l’humanité au point de rendre le mot nazi synonyme de mauvais.
    Coloniser n’est pas envahir ou conquérir. Une invasion n’a pas vocation à durer. En 1814 puis en 1815, nous avons été envahis par les Anglais, les Prussiens et les Russes. Tous sont repartis une fois les traités de paix signés. Une conquête devient une colonisation lorsque le pays conquérant organise le peuplement de la terre conquise. Ce fut le cas en Algérie. Ce ne fut pas le cas en Inde où les Anglais se sont contentés d’y laisser une armée et des cadres administratifs.
    En 40/44,les Allemands ne nous ont nullement colonisés. Ils nous ont envahi à titre provisoire. Même en Alsace et en Moselle, il n’y a eu que très peu d’Allemands installés : les militaires et les administratifs pour l’essentiel. La colonisation est une variante de la conquête, voilà tout.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité

365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. Ils ont décolonisé et puis après ?
  2. Trois France sur un Volcan Identitaire

Publicité



Palmarès

Publicité