• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Cazeaux

Cazeaux

Passionné par la politique - et donc par l'histoire contemporaine - depuis l'âge des culottes courtes, j'ai étudié le sujet à Sciences Po Paris, et m'y suis mêlé comme étudiant syndicaliste. Plus tard, alors dans le monde des entreprises, j'ai quelque peu fréquenté les coulisses du pouvoir en m'impliquant comme "lobbyiste" pour la cause de la conciliation vie familiale-professionnelle en qualité de président de l'association Générations. J'ai par la suite complétement changé de cap, demeurant attentif aux agitations du monde qui m'entoure. Il me plaît d'analyser, de décrypter les réalités politiques et sociales et il arrive que mes pronostics soient justes...

Tableau de bord

  • Premier article le 01/02/2017
  • Modérateur depuis le 24/02/2017
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 14 209 801
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 21 13 8
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Cazeaux Cazeaux 6 septembre 00:01

    @ETTORE
    Ce que vous dites d’un ton ironique jubilatoire est parfaitement justifié.
    Toutefois, il ne faudrait pas oublier que le meneur de jeu de ce mensonge d’Etat est lui-même le résultat d’une manipulation des esprits. Gagnant au « casting » ultralibéral des présidentielles de 2017, il joue le rôle qu’on lui a assigné.
    Ce sont les auteurs du script qui sont à incriminer en 1er lieu. Tout concentrer la critique et la révolte sur Macron revient à s’attaquer à un effet d’une cause majeure mais invisible. On peut toutefois tenter d’en dresser les contours et d’en discerner la logique.



  • Cazeaux Cazeaux 5 septembre 11:38

    Votre commentaire agréablement ironique est très fondé à ceci près que Macron agit comme il agit et possède les caractéristiques qu’il possède de la même façon qu’un acteur qui colle parfaitement au personnage qu’il incarne. Et le personnage appartient à un script. Quant à savoir précisément qui a écrit le script... ? Une chose est sûre, le projet a été porté par de gros producteurs. Voir mon article de 2017 (au tout début de la campagne) Macron : président-produit marketing.



  • Cazeaux Cazeaux 3 septembre 00:23

    @Zolko Je crois que l’une des toutes petites chances de s’en sortir repose sur le peu d’intelligence au sens fort du mot des hyper riches ainsi que de leurs rivalités d’hommes d’un orgueil maladif. S’ils savaient prendre en compte le devenir de leurs marchés, ils n’auraient pas laisser se déliter la politique familiale qui a conduit au vieillissement catastrophique de la population. Je sais de quoi je parle pour avoir tenté de les y sensibiliser. Je ferai tôt ou tard un article sur mon expérience à ce sujet. Mon article n’est certes pas assez nuancé, développé, et je le regrette mais c’est la loi du genre qui veut ça. Ce que je prédis tout en espérant me tromper ne se fera pas en quelques mois. Mais j’attire votre attention sur le congrès de 1995 de San Francisco, organisé par la fondation Gorbatchev. Le philosophe JC Michéa en parle très bien dans son « Enseignement de l’Ignorance ». Lisez cet opuscule très dense et très lucide, Vous comprendrez mieux le sens de mes propos.



  • Cazeaux Cazeaux 2 septembre 12:09

    Vous vous êtes arrêté à ma question. Je réponds ensuite par une explication certes incomplète (on ne peut pas tout mettre dans un seul article) et ce que vous dites de la crise bancaire en arrière fond est vrai, qui recoupe en bonne partie votre point de vue. Ce que j’apporte peut-être d’original est une vision à plus long terme, le gain forcément calculé et quasi garanti comme retour sur investissement de la détérioration délibérée de l’économie. Je ne vends plus de voitures, je perds du CA...mais je vais pouvoir licencier, délocaliser et in fine faire de plus gros bénéfices.



  • Cazeaux Cazeaux 1er septembre 13:54

    @I.A.
    Merci pour votre réaction. J’admets que je pousse loin le bouchon. Il s’agit d’une théorie explicative dont le but est de susciter un examen plus pointu des choses en partant du principe que le tableau de cette crise a forcément quelque chose de délibéré, parce qu’on ne peut accepter de perdre du chiffre d’affaires voire davantage sans qu’une grosse compensation découle de la crise. Il y a une raison, un motif.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité