• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Christophe Bugeau

Christophe Bugeau

Militant engagé en politique, je m'intéresse à l'actualité internationale et économique 

Tableau de bord

  • Premier article le 31/01/2013
  • Modérateur depuis le 21/02/2013
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 160 4 3259
1 mois 1 0 23
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Christophe Bugeau Christophe Bugeau 30 avril 2014 17:52

    Bonjour tout d’abord et quelques précisions puisque l’article a suscité certaines réactions.


    1 : L’Ukraine et la Biélorussie ont vocation a être un pont entre la Russie et le reste de l’Europe. Je n’approuve pas la volonté américaine d’intégrer l’Ukraine à l’OTAN, pas plus que je n’approuve la volonté des européens de signer un accord d’association qui n’est qu’un pas vers l’intégration l’UE.

    2 : Vladimir Poutine avait fait une contre-proposition avec un accord UE-Ukraine-Russie qui aurait permis de « débloquer » la situation, Van Rompuy et Ashton ont bien sûr refusé cette proposition.

    3 : Cela n’autorise pas pour autant Vladimir Poutine à annexer la Crimée et à déstabiliser un pays voisin. Et je préconise non pas de suivre la politique de l’Europe et des Etats-Unis qui consiste protester véhémentement comme d’habitude (et qui fait bien rire Vladimir Poutine à juste titre) mais bien de faire preuve d’une grande fermeté à l’égard de la Russie 

    Voila, j’espère que ces quelques éclaircissements auront été utiles.


  • Christophe Bugeau Christophe Bugeau 29 mai 2013 11:03

    Bonjour et merci de ces réactions et de votre attention.

    A ceux qui semble penser que je prend parti en faveur d’une intervention, je rappelle ma conclusion : 

    "Nous risquerions alors un conflit de grandes ampleurs avec de graves répercussions (notamment sur l’approvisionnement en pétrole). Il est donc urgent d’être prudent et d’attendre.

    Les livraisons d’armes potentielles des pays européens vers la rébellion syrienne doit attendre au moins deux mois d’après les prévisions et il serait surtout souhaitable qu’elle n’ait pas lieu et encore moins qu’elles soient suivies d’une intervention plus directe.

    Aujourd’hui, la priorité est au déclenchement de négociations entre le pouvoir et l’opposition comme tentent de le faire Messieurs Kerry et Lavrov, les ministres des affaires étrangères américains et russes. Il faut au moins donner une chance à la paix en essayant de mettre en place un régime de transition et en assurant la sécurité de toutes les populations (y compris celle des Alaouites de Béchir El Assad).

    Les européens, malgré les souffrances des populations ne doivent pas céder aux tentations d’intervention qui pourraient avoir des effets encore pires pour la région que ne l’est le conflit syrien actuel. Dans le cas présent, mieux vaut garder comme devise, dans le doute abstient toi… "


    Pour moi, il ne fait aucun doute que notre intervention ne ferait qu’aggraver la situation et étendre le conflit aux pays voisins ...

    Cordialement



  • Christophe Bugeau Christophe Bugeau 1er février 2013 13:33

    Bonjour à tous,

    deux précisions : concernant la syrie le contexte est trés différent, la Russie et la Chine soutienne le régime en place et les rebelles (soutenus par les pays du golfe) comprennent des islamistes.

    Je n’ai jamais été favorable à une intervention en Syrie alors que celle du Mali était névessaire pour enrayer un mouvement qui risquait de s’étendre dans la région et aurait pu avoir des effets en France même.

    Concernant l’implication des Etats-Unis, je ne pense pas que nous ayons retiré les marrons du feu pour leur compte, ils ne voulait pas s’impliquer et ont longuement critiqué notre plan d’intervention.

    La situation au Rwanda est trés différentes, il est clair que les anglo-saxons ont soutenu les tutsis et l’anglicisation de la Région.

    C’est aussi à nous de savoir ne pas laisser faire.

     

    C. Bugeau



  • Christophe Bugeau Christophe Bugeau 31 janvier 2013 18:38

    Bonjour à tous, merci d’abord de vos réaction, je vois que le sujet ne laisse pas indifférent.

    Une petite précision, n’étant pas « de gauche », je ne soutiens pas le gouvernement, ce qui ne m’empêche pas d’approuver (ou pas) telle ou telle décision.

    Concernant notre intervention au Mali, je me suis surtout appliqué à souligner que celle-ci étant bouclé en 15 jours, il aurait été possible de la mener quand les islamistes se sont emparé de la région, il y a un an, ce qui aurait épargné une rude occupation à la population locale (400 000 réfugiés).

    D’autre part je souhaitais insister sur le fait que le travail n’est pas« terminé » et qu’il ne faut pas chanter victoire (d’autant plus qu’il n’y a pas eu de vrais combats et que les islamistes ont préférés fuir dans un massif montagneux pour lancer ensuite de nouvelles opérations de déstabilisation). 

    La situation nécessite encore d’aider le Mali à contrer ce danger, notamment par une aide à l’armée malienne et l’envoi de forces spéciales dans le massif des Iforas.

    Et oui, je maintien qu’il faut inciter les responsables politiques locaux à donner une autonomie aux touaregs dans leur région (la partie saharienne et non pas les villes du sahel qu’ils revendiquent aussi mais dont la plus grande partie de la population est sédentaire et non touareg).

    Il ne s’agit donc pas d’un satisfecit au gouvernement (qui a fait son boulot en retard), mais d’un constat partiellement positif et surtout d’un encouragement à ne pas laisser le travail en plan ;

    Merci à vous







Palmarès