• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

CN46400

CN46400

L'immense majorité, qui travaille pour vivre, veut sécuriser son existence, l'infime minorité, qui vit du travail d'autrui, veut sécuriser ses profits. C'est la contradiction fondamentale du 21°siècle !

Tableau de bord

  • Premier article le 09/07/2013
  • Modérateur depuis le 14/03/2015
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 17 3687 1231
1 mois 0 75 0
5 jours 0 4 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 75 54 21
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • CN46400 CN46400 16 décembre 09:30

    @mmbbb
    « Bismark accorda des droits sociaux bien avant notre pays afin d eviter la montee en puissance des communistes »
     En fait Bismark, plus que la « peur du communisme », pensait que des prolos en bonne santé étaient plus profitables pour le capital. Merkel dans la crise des migrants a eu un raisonnement voisin (de la main d’oeuvre disponible à bas coût...)

    « En France, comme dans tous les pays il y a une cellule de l intellligence economique ».
     
    Le Chine espionne comme tout le monde, mais quand on fait fabriquer en Chine des Airbus, ou des EPR, faut-il s’étonner ? En fait c’est dans les contrats....



  • CN46400 CN46400 16 décembre 08:42

    @julius 1ER
    Vous avez de L’URSS, du Stalinisme et de la Chine de Deng Xiao Ping une vue partiale et partielle.
    En 1927 (arrivée de Staline aux pouvoirs) l’URSS vit sous la NEP de Lénine avec son marché agricole libre et en négociation avec des capitalistes étrangers (surtout allemands et US) pour capter les avancées technologiques (par rapport à la Russie de l’époque) nécessaires pour industrialiser rapidement le pays. Cette politique, après la mort de Lénine, est critiquée par les néo-communistes, marxistes vulgaires, qui confondent égalité et égalitarisme.
     C’est dans ces conditions que Staline obtient les pleins pouvoirs pour abandonner la NEP au profit du « socialisme dans un seul pays » qui prétends industrialiser l’URSS par l’autarcie en priorisant, exagérément, l’industrie lourde, aux dépends de l’industrie légère, et donc des besoins (déclarés superflus) de la population. Jusqu’en 1991, hormis sur le plan militaire, elle sera incapable d’atteindre un niveau matériel de vie comparable avec l’Occident, ce qui explique la chute finale.
     En 1979, la Chine sort du Maoisme avec la « déplacardisation bi-décennale » de Deng qui, dans les conditions de la Chine, revient, sans le proclamer, à la NEP de Lénine. Les capitalistes occidentaux sont conviés, pour 50 ans (2030), à venir accumuler des profits sur le dos de l’immense prolétariat chinois, tout en partageant, avec la Chine, les colossales compétences acquises depuis plusieurs siècles par le capitalisme occidental. Celui-ci, en crise de surproduction en Occident, sans bien mesurer les conséquences, mord à l’hameçon.
     En 2018 la Chine arrive sur le toit du monde, et reparle ouvertement du « socialisme ». Ceux qui ont cru, en 91, à l’éternité du capitalisme en sont pour leurs frais. Le « monde a changé de base ».... 



  • CN46400 CN46400 15 décembre 13:42

    Il y a des absents dans ce raisonnement :

    1-le profit qui est le moteur quasi unique des capitalistes !

    2-la baisse du temps de travail en faisant profiter les salaires des retours de l’automation !

    3-la baisse des coûts du logement des salariés en étalant intelligemment les postes de travail dans l’espace !

    Etc....



  • CN46400 CN46400 15 décembre 11:56

    @zygzornifle
    « Bruxelles »est une bureaucratie qui n’existe et ne fonctionne que pour satisfaire les intérêts d’une classe : la bourgeoisie. Même situation à Paris, Berlin ou ailleurs....



  • CN46400 CN46400 15 décembre 08:04

    ABC du marxisme : Sous le capitalisme classique, la bourgeoisie commande l’état qu’il soit à Bruxelles où à Paris. De tous les valets de la bourgeoisie, Macron n’est pas celui qui a le moins de pouvoirs, à Paris comme à Bruxelles. Et sans doute, bien plus que Mosco...
    Dire que Bruxelles commande à Paris revient à dire que sans Bruxelles, la bourgeoisie « tricolore » serait bien plus généreuse pour les prolos. Ce qui est, excusez-moi, débile. Si elle se complaît dans l’UE, c’est que les profits attendus sont là, supérieurs à ceux de l’hexagone. Et, pour les bourgeois, les profits commandent tout.....

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès