• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Elliot

Elliot

Philologue. Acheteur retraité de la sidérurgie. Belge de nationalité, francophone par le hasard de la naissance et francophile par choix politique.
 
 
De Gauche et marxiste. 
" Une des grâces de la France qui en a tant, c'est qu'elle n'est pas seule mais entourée de plusieurs Frances. Elle siège au milieu de ses filles, la Wallonne, la Savoyarde... 
" La France mère a changé, ses filles ont peu changé. C'est chose touchante de revoir la mère toujours jeune en ses filles, d'y retrouver,en face de celle-ci, sérieuse et soucieuse de garder la vivacité, la gaieté, la grâce du cœur, tous ces charmants défauts dont nous nous corrigeons et que le monde aimait en nous avnat que nous fussions sages.
Il est juste de dire que la Meuse est française tant qu'elle peut. Elle tourne à Sedan, à Mézières comme pour s'éloigner du Luxembourg. Entraînée par sa pente, il lui faut bien couler aux Pays-Bas, se mêler, bon gré mal gré, d'eaux allemandes ; n'importe, elle est toujours française jusqu'à ce qu'elle ait porté sa grande Liège, dernière alluvion de la patrie. "
Jules Michelet 
Histoire de France 
 

Tableau de bord

  • Premier article le 21/09/2015
  • Modérateur depuis le 03/11/2015
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 103 1195 4199
1 mois 3 7 156
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 316 241 75
1 mois 2 2 0
5 jours 1 1 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Elliot Elliot 7 décembre 19:59

    Si je vous comprends bien, à partir d’un certain niveau de revenu assez modeste d’ailleurs, on n’est plus autorisé à participer de manière passive ou militante au combat mené par des gilets jaunes nécessairement infra-salariés, des gueux quoi !

    Pourtant les révolutions victorieuses ou, puisque on n’en est tout de même pas là, les simples avancées sociales ont toutes été gagnées par la conjonction des actions de ceux qui subissent et l’adhésion de ceux qui, mieux lotis mais humainement responsables, les ont rejoints dans la lutte.



  • Elliot Elliot 1er décembre 19:09

    @Elliot
    Ceci est une réponse à l’intervention de Xana 



  • Elliot Elliot 1er décembre 19:04

    C’est jusqu’à preuve du contraire le seul moyen qu’ont les citoyens aujourd’hui d’opposer une alternative au pouvoir : on peut rêver à la démocratie directe, c’est sympathique, d’ailleurs c’est ce qui se passe et qui débouche sur un fatras de revendications contradictoires auxquelles j’ai la plus grande peine à voir comment elles pourraient être satisfaites, d’autant que l’intégration monétaire à l’Euro ne permet plus des largesses qui seraient récupérées par l’inflation.

    Mais peut-être sommes-nous à la veille de grands bouleversements dans la manière d’appréhender la politique et la nécessité – tout de même sauf à considérer que ce sont des calembredaines – de répondre aux urgences climatiques.

    De toute manière, la France a abdiqué son droit à battre monnaie, ce qui réduit ses possibilités de répondre à la grogne des manifestants.

    On peut le déplorer – et personnellement je ne suis pas un européiste convaincu – mais un fait est plus fort qu’un lord maire et il faut en tenir compte.



  • Elliot Elliot 1er décembre 13:45

    @Alex

    C’est sûr qu’en isolant certaines phrases ou certaines épithètes de leur contexte on arrive à faire dire à l’auteur le contraire de ce qu’il pense. 
    Ce n’est pas grave en soi, c’est de la polémique.
    Non je n’ai pas encore trouvé la solution pour que demain l’on rase gratis mais s’il y avait déjà un peu de conséquence dans l’expression des moyens, ce serait un grand pas ; il existe en effet une formation politique qui a présenté l’Avenir en commun sans avoir obtenu autre chose qu’un succès très mitigé tant aux Présidentielles qu’aux législatives...
    Quant aux élus qui sont jusqu’à preuve du contraire chargés de faire et défaire les lois comme aucun ne trouve grâce auprès de certains gilets jaunes, je ne vois pas en effet la résolution de la quadrature du cercle poindre à l’horizon. 
    L’échec au mieux relatif est la seule perspective que j’appréhende.



  • Elliot Elliot 22 novembre 14:18

    J’ai apprécié ce papier qui vaut aussi par ses outrances.

    A cet égard, je me permets de relativiser une information qui me semble partielle : s’il est bien vrai qu’Erdogan a emporté 70 % des suffrages exprimés en Belgique, il convient de relativiser ce résultat car seuls 140,000 citoyens d’origine turque sur 250,000 possibles se sont inscrits sur les listes électorales et de ces 140,000, à peine plus de la moitié s’est déplacée pour voter dont la majorité pour Erdogan ; il n’en reste donc pas moins que cela fait à peine 50.000 suffrages sur 250.000 possibles.

    Dans votre énumération des plaies qui accablent votre bonne ville et qui prend souvent la forme nominative de ceux qui ont conduit cette partie du pays à la ruine, à savoir essentiellement le PS et ses complices,à savoir tantôt la formation humaniste, on croit rêver de l’appellation tant ils ont la trahison chevillée au corps toujours prêts à se vendre au plus offrant ou alors le pendant de Droite, le MR, parti de boutiquiers dont la vision politique se limite aux frontières du tiroir-caisse et qui offre actuellement le pitoyable spectacle d’une direction de la Belgique par procuration et à la seule condition de bien faire prospérer les intérêts de sa majesté, la Flandre occupée à rançonner la Wallonie et à la transformer en aire de jeux pour jeunes désœuvrés.

    Ajoutons-y les comiques du parti populaire, mini-parti fondé par un avocat, Me Modrikamen qui a eu son heure de gloire en s’appropriant la défense des petits actionnaires de Fortis dont les économies furent englouties en 2008 quand un grain de sable enraya le grand casino.

    Il va sans dire que si l’institution fut sauvée du naufrage par le gouvernement trouvant miraculeusement pour les banques

    les milliards qui lui manquaient pour l’action sociale, les petits actionnaires se retrouvèrent Gros Jean comme devant ayant rêvé de pactole et bu la tasse.

    Depuis le bonhomme essaie vainement de lancer en politique une formation d’Extrême-droite mais n’a réussi jusqu’ici qu’à obtenir un quarteron d’élus de troisième ordre.
    Dans votre piquant florilège politique vous oubliez cette remarquable engeance, les frères Happart, maquignons mal dégrossis mais cupides qui ont abandonné le devant de la scène politique au PS où le hasard du moment les avait fait tomber après avoir capitalisé pendant des années sur la marginalisation dans le paysage flamand de communes – à l’époque francophones - dont ils s’étaient faits les zélés porte-paroles.

    ils se sont, il est vrai, mis en recul sans pour autant aller jusqu’à renoncer aux ors et prébendes que distribue si généreusement une région wallonne qui ne pousse pas l’impécuniosité jusqu’à la modération dans sa créativité à créer des organismes multiples et variés sans grande utilité publique si ce n’est d’assurer à ceux qui se partagent les sièges des conseils d’administration ( de quoi on n’en sait fichtre rien ! ) de confortables jetons de présence qui viennent s’ajouter aux multiples revenus que leur indubitable don d’ubiquité leur permet de se ménager.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès