• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Gabale

Gabale

Je m'appelle Gabale. Je dois mon pseudo à la tribu des Gabali, peuplade gauloise originairement basée dans le sud du Massif Central, dont le chef-lieu sous le Haut-Empire romain était Anderitum (bourg actuel : Javols, Lozère).
J’ai décidé de bloguer anonymement, même si, bien entendu, je ne me fais aucune illusion sur la portée de cet anonymat. Celui-ci est en effet toujours quelque peu artificiel, compte tenu du progrès croissant des technologies de l’information et de la communication en général, et de l’Internet en particulier.
N’y voyez donc nulle paranoïa ou nulle volonté de cacher quoi que ce soit, mais tout au plus une marque de délicatesse.
Car l’anonymat permet – je le pense – de prendre quelques précautions élémentaires vis-à-vis de son entourage, surtout quand il s’agit d’aborder des sujets qui pourraient éventuellement le concerner directement ou indirectement, ou bien encore d’exprimer des partis pris qui pourraient le gêner à quelque titre que ce soit.
Il est le gage de ma liberté d’écriture et un signe de respect à l’égard de celles et ceux qui me connaissent et me fréquentent en diverses occasions ou dont j’ai pu croiser le chemin.
Contact : contact@gabale.fr
Sur Twitter : @Gabale48

Tableau de bord

  • Premier article le 27/08/2009
  • Modérateur depuis le 12/09/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 50 17 1204
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 25 12 13
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Gabale Gabale 2 juin 2010 14:00

    L’ascension du Hamas doit beaucoup à Israël qui l’a favorisé contre l’OLP et ses factions laïques.



  • Gabale Gabale 26 mai 2010 17:05

    La convention dont s’agit (je suppose que vous faites référence à celle de 1968) n’est pas conclue en violation du droit français.

    Elle contenait une imprécision sur la loi applicable en matière de regroupement familial au regard du statut personnel et familial du travailleur migrant.

    Cette imprécision n’a pas été levée par le gouvernement de l’époque et rien, juridiquement, ne pouvait donc s’opposer à la demande du réquérant.

    Pour le reste, lisez l’arrêt au lieu de dire des âneries.



  • Gabale Gabale 26 mai 2010 16:57

    Eh non, Cher Galien, l’avis rendu par le Conseil d’Etat n’est pas idéologique mais juridique. C’est la distinction que vous ne semblez ne pas percevoir et qui est néanmoins capitale.

    Lisez par exemple le dernier avis du 30 mars 2010 sur l’interdiction du port du voile intégral.

    Vous verrez que les avis ne sont pas des constructions idéologiques et qu’ils se basent sur la jurisprudence et l’état actuel du droit.

    Je vous concède toutefois qu’une telle lecture n’est pas évidente et qu’il est sans doute beaucoup plus aisé de lire du Zemmour, de vociférer et de pourfendre les pleutres comme vous le faites.



  • Gabale Gabale 26 mai 2010 15:52

    Libre à vous de considérer l’anonymat comme une dérobade. Quand on s’achemine vers une fin carrière ou quand on est peut-être à la retraite, c’est le genre de jugement de valeur que l’on peut aisément tenir sans risques.

     

    N’étant pas dans ce cas, vous comprendrez que je ne partage pas votre opinion. L’anonymat est aussi un gage de tranquillité et de liberté qui, de toute façon, n’exonère nullement celle ou celui qui s’en prévaut de toute responsabilité. Comme je l’ai indiqué, tout éditeur de contenu est soumis à la loi.

     

    Pour le reste, comme certains intervenants l’ont justement souligné, l’anonymat est technologiquement factice. Dans l’hypothèse d’un contentieux, la traçabilité est aisée et c’est la raison pour laquelle certains blogueurs, même sous couvert de pseudonymes, ont pu être poursuivis.

     

    Enfin, comme je ne cultive pas spécialement une haute opinion de moi-même, j’ai la faiblesse de penser que ce que j’écris importe plus aux lecteurs que de connaître mon identité. La révéler n’apporterait rien de plus si ce n’est de satisfaire la curiosité publique.

     

    Mon identité véritable, je la réserve à mes proches, à mon environnement familial, amicale, professionnel et aux administrations. C’est largement suffisant.



  • Gabale Gabale 9 janvier 2010 16:24

    Je me permets de faire référence à l’un de mes billets qui va dans le sens de ce qu’Olivier Bonnet a très bien décrit.







Palmarès