• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

HELIOS

HELIOS

Soixant’huitard... c’est à dire humaniste avant tout !
Arrivé à la fin de mes obligations strictement professionnelles je continue mes engagements que je vais défendre bec et ongles.
Je ne renie en rien ni mon monde ni mon histoire que je dois à mes enfants, en souvenir de nos parents qui nous ont offert le sacrifice suprême de leur vie.
J'apporterai la compréhension et la sérénité dans ma participation expérimentée sans laisser aux opportunistes comme aux irresponsables le loisir de nous imposer leurs raccourcis dogmatiques.
Il n'y a pas de valeurs obsolètes, il n'y a que respect pour la Maison que nous partageons.
 

Tableau de bord

  • Premier article le 10/09/2008
  • Modérateur depuis le 19/09/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 8 8552 133
1 mois 0 52 0
5 jours 0 5 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 81 62 19
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique











Derniers commentaires



  • HELIOS HELIOS 11 juillet 12:47

    @zygzornifle
    Un camion, cela se charge et decharge par palette. La sncf NE VEUT PAS gerer les palettes, elle ne veut gerer que des wagons plein.

     Les camions se chargent sur une plateforme et la plupart du temps dechargent chez le client, Mais peu importe, la SNCF ne veut (et souvent ne peut) utiliser des plateforme, parce qu’il faut un chef de gare ou un chef de manoeuvre qui range les wagons, les camions et qui possede des outils de mouvement des palettes et leur pilote. ça, la sncf ne sait (veut) pas faire

     La sncf a choisi un algorithme prioritaire pour les trains qui permet de ne pas investir dans la gestion multi utilisateurs des voies (transport vs passagers).

    Le fret en général a des contraintes de durée de vie, des briques de lait, meme UHT ne doivent pas rester au soleil dans un wagon... mais le chef de triage ne sait jamais ce que transportent les wagons et même se fiche eperdument des delais d’acheminement.

    De plus la sncf a une bande de nullissimes qui ont sabotés toute l’entreprise parce qu’ils ont raté leur « informatique opérationnelle (de production) » 
    Comme la sncf est un nid de gauchistes ils on cru que tous les cadres du systeme d’information etaient des sales nazis d’extreme droite, ils ont preferé acheter aux americains un systeme de type aviation, tout fait, mais l’adaptation a été une usine a gaz (il n’y a pas de wagon sur les avions par exemple), la même ligne a plusieurs departs et plusieurs arrivées etc, la liste est tres longue. Donc, la sncf est une entreprise poly-handicapée, et on se demande par quel miracle ça marche quand même pour les voyageurs.

    Et vous voulez que les entreprises utilisent la sncf ?



  • HELIOS HELIOS 11 juillet 10:34

    @titi
    ... oui, c’est exact, mais vous oubliez un petit détail, c’est que ces sociétés de chemin de fer mourraient les unes apres les autres car il était très difficile de rendre rentable l’entretien, le développement de l’infrastructure, les locomotives et les wagons de transport et de passager.... sans parler de l’interconnexion et de la normalisation.
    La nationalisation a permis tout cela car avoir une voie Paris Pantin, c’est bien mais un reseau sur toute la France c’est autre chose, ne serait-ce que par le personnel.
    En clair l’innovation ce fut les industries, car ce transport fut d’abord industriel et la généralisation ne pouvait etre autre que -soit par un monopole privé -soit par un monopole national... c’est ce dernier qui fut choisi car il permettait d’elargir l’assiette de financement et de profiter de la puissance publique pour en permettre développement (expropriation) et l’exploitation (egalité des flux et des coûts).

    @Lisca
    Ce qui est délicat c’est de construire un consensus avec les dogmatiques. je ne reviens pas sur l’intérêt du train qui ne se discute plus, mais s’élever contre les camions et la circulation automobile releve d’un tendance dictatoriale déraisonnable. Sur l’ensemble de votre commentaire, je peux être d’accord, sauf pour les thèmes de camion et voiture individuelle.
    Les deux moyens sont complémentaires et si pour des déplacements longs, pesants etc il faut choisir le train, toutes les autres répartitions de marchandises sont a gerer par des petits volumes et donc par de petits vehicules et ces vehicules s’appellent « camions ». Il en va de même pour les passagers, vous savez tres bien que la matrice de circulation ne permet pas de faire du point a point partout et pour tous. Ne confondons pas la circulation « obligée » comme les transports vitaux, et les transport de « liberte » qui permettent a tout un chacun d’envoyer ou de se rendre autrement que pour une obligation, a un endroit ou un autre... Il s’agit de l’essence de la vie, nous ne sommes ni des fourmis et nous ne sommes pas en Corée du Nord.

    @Zolko
    D’accord pour la gestion unitaire des voies, cela pourrait s’envisager selon un modèle proche du transport aérien, mais il faut voir aussi que pour un exploitant privé il faut que la rentabilité de l’activité vis à vis du service rendu soit acceptable pour ses clients. On ne peut imaginer une solution economique artificielle pour soutenir ce modèle (taxe routiere, prix de l’energie). Un bus sera toujours suffisamment rentable et efficace pour une « ligne » (départ-arrivée) de faible débit. Cela veut dire qu’il faut un mix service public/service privé qui n’existera probablement jamais dans ce système endogène (rail) car le rapport entre le cout du déplacement par rapport au pouvoir d’achat reste et restera toujours pénalisant car personne ne pourra payer le vrai pris d’un déplacement 100% privé.
    La SNCF « tout service » infrastructure et transport reste une bonne solution car il entraine des synergies et des solutions sociales réellement équitables.

    Merci de m’avoir lu.



  • HELIOS HELIOS 10 juillet 02:39

    En lisant cet article, il faut juste constater que nous sommes a des années lumière des besoins réels des entreprises et des habitants non professionnels.
    le transport continue d’être vu comme un moyen technique alors que c’est une extension de la liberté individuelle y compris dans la circulation des marchandises.

    L’angle financier fait aussi parti ce ce reproche... il utilise ce prisme « taxe », « financement » alors que ce n’est en rien une finalité.

    Supposons que nous n’ayons pas de rails, ni de gare que ferions nous ? rien, car le coût de la construction d’un réseau est incommensurable.

    Ce n’est qu’au niveau d’une nation que cela peut s’etablir et c’est ce que la SNCF depuis le debut à fait et ce sont les français qui ont payés mais cela n’appartient pas a l’etat alors qu’il en a la charge.

    Il n’a donc pas le droit de le céder même contre paiement car ce paiement ne sera jamais à la hauteur.

    Il manque une structure juridique adaptée pour les établissements, équipements etc qui dépendent de l’etat mais qui ne peuvent être aliénés, c’est a dire sortis du girons de cet etat. Les considérations économiques ne sont pas non plus des lignes directrices car il n’y a pas de bénéfices ou de marge a faire, il y a juste a gerer l’équilibre entre le développement raisonnés, l’exploitation et le prix que l’utilisateur-citoyen doit régler pour son usage même si ce prix est déconnecté du cout réel... Notons que dans ce dernier cas, c’est bien dans le budget général de la nation que doit etre pris la ressource nécessaire.

    Mais tout cela est difficile a faire comprendre a des gens qui ne comprennent déjà pas ce qu’est une nation surtout lorsqu’elle a dans sa devise « liberté » et « égalité ».

    Si en plus se melent ceux qui se croient écologistes alors que ce ne sont que des petits kapo échappés d’un autre siècle...

    Rappelons qu’en terme d’organisation, pour les flux les plus importants il existe bien des architectures gerant les flux par leurs « volumes » (ce qui justifient les points de regroupements-hub) mais cela n’implique pas que tous les autres flux doivent etre possibles au coût le plus bas possible et de complexité operative la plus simple.

    Bref, ce billet ecrit comme l’aurait fait un technocrate, ne demontre surtout pas que le transport ferroviaire est une necessité operationnelle d’une nation libre, mais que la SNCF est juste un marchand de transports libre de ses moyens et de son devenir. . Cela n’est pas vrai, et il n’"y a pas de forme juridique commerciale qui traduise en même temps son appartenance collective et que l’etat n’en a que l’usufruit par délégation du peuple.



  • HELIOS HELIOS 9 juillet 12:50

    @mmbbb

    Les écolos ont une responsabilité historique vis à vis de la nation France !

    Nous avions reussi a être une des toutes premières nations capables d’industrialiser la production d’électricité nucléaire dans un contexte économique le plus favorable et la sécurité jusqu’a aujourd’hui encore (mais pour combien de temps) parfaitement maitrisée.

    Or, les attaques contre cette forme de production industrielle, au nom d’une idéologie d’un autre age et en tout cas obsurantiste ont projeté notre pays, avec l’aide il faut aussi le dire de l’UE dont le plus grand soucis c’est de privilegier quelques magnats des secteurs concernes, dans une instabilité et un dénument energetique que nous payons tres, tres cher, vous et moi et toute notre tissu économique qu’aucune economies de consommation ne règleront jamais.

    La transition énergétique se fera en fonction des solutions MEILLEURES que nous trouveront, pas en fonction de la suppression des besoins. il faut être malade de la tête pour penser ainsi

    De plus, les allemands, qui eux sont beaucoup réalistes que nous , participent a cette curée sur notre pays grace a leurs influences dans l’association de malfaiteurs qui se veut diriger l’UE.

    Demain, hélas, nous achèterons aux chinois, peut être aux coréeens du nord non seulement les licences, mais en plus nous seront incapables d’en assurer ni la construction ni l’entretien tant la bande de bras cassés chargés de gouverner et prevoir notre avenir, sont incapables de réalisme et de vision au delà du simple court terme.... et cela c’est dans le meilleurs de cas, car de façon volontaire et calculer ils mettent la France en position de soumission face aux autres nations tant européenne que mondiale.

    Le climat, le CO2 et autres fadaises attribuées a l’activité humaine persisteront, même si nous n’existons plus, mais je ne me réjouis pas de cet état de fait, même si tous ces verts partent avec moi.

    Pire que les plus integristes des religieux dogmatiques de la planete, ce sont ces cancers endogènes, cette maladie auto-imune qui est en train de tuer une humanité sur le chemin du developpement, et si nous arrivons a nous en débarrasser, il nous faudra des siecles pour recuperer les conditions, les tendances et la trajectoire de notre développement.

    La civilisation occidentale à douté et doute encore, mais eux, écologistes irraisonnés, en sont les fossoyeurs. Elle se meurt, notre civilisation sous les coups de boutoirs de tous les illuminés du dieu ou de la nature, non pas parce qu’on ne s’en preoccupe pas, qu’on ne souhaite pas la préserver, mais de la confusion de leur esprits embrumés ou de leur maladie mentale.



  • HELIOS HELIOS 9 juillet 11:34

    Il faut bien reflechir et penser avec responsabilité et... humanité !

    Globalement, et a quelques exceptions pres, le systeme est loin d’être mauvais, mais il souffre de deux defauts majeurs ....

    (1) l’assiette des contributions (impots, taxes droits etc..) ont des objectifs discutables (mais il est interdits d’en discuter), ont des bords flous (les textes constitutifs sont imprecis et les exceptions frequentes) et ont des irregularités (des effets de bord) injustifiables et injustifiées !

    (2) les metriques (les unités de mesures et les mesures) sont au mieux inadaptées et pire volontairement dé-corrélées. Il n’y a pas non plus de suivi de la coherence avec une politique globale (contre exemple, les Verts qui ne veulent pas accorder une aide a un aero-club est pourtant un choix de coherence avec leurs objectifs), pas plus qu’une mesure d’efficacité avec l’usage de ces aides redistributives... et enfin avec le principe de fongibilité de la monnaie, rien n’est prevu pour s’assurer de la destination des aides accordées (cas particulier les allocations familiales ont une part non fongibles, en principe, que l’etat lui-même a du mal a reconnaitre).

    Je ne rentrerai pas dans une liste de mesures qu’il faudrait sortir du chapeau et appliquer, mais a tous les niveaux il existe des éléments qui viennent contredire soit l’universalité de la redistribution et de l’assistance de la société que ce soit de forme égalitaire ou solidaire.

    J’ai des collaborateurs qui ont ecrit des documents interressants repris soit partiellement soit integralement dans des « papiers » officiels, mais jamais aucun début de mise en oeuvre de quoi que ce soit, la classe poitique est completement paralysée, voire ligotée par des dogmes interieurs, des reglements étrangers qui nous sont imposés, et je ne parle pas de traités qui ont contournés le bon sens citoyens pour s’imposer... et la encore, il existe aussi le clientelisme et la lachetés de ceux qui devraient être là pour defendre l’interet général de la citoyenneté.

    Quand à la politique, c’est un concept qui devrait etre général (normalement un élu represente tous les français, y compris ceux qui n’ont pas voté pour lui) mais qui est devenu communautaire dans une nation qui est en train d’éclater et se dirige vers une libanisation a marche forcée et qui deviendra j’ai bien peur, un espace balkanisé.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité