• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

jaja

jaja

Aujourd'hui retraité je suis un ancien syndicaliste (qui a été délégué du personnel) et qui est militant du NPA. Mon parcours militant est jalonné de combats qui m'ont marqué.... Mai 68, qui correspond à l'époque où j'étais un tout jeune travailleur de 19 ans, la mort de Pierrot Overney assassiné devant les grilles de chez Renault, la lutte des Sonacotra, l'assassinat de Mahmoud hamchari, d'Ezzeddine Kalak et d'autres militants Palestiniens, le conflit Talbot contre le syndicat fasciste CFT-CSL pour parvenir au CPE puis aux grèves contre la "Réforme" des retraites....
 

Tableau de bord

  • Premier article le 05/02/2013
  • Modérateur depuis le 21/08/2015
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 6 10520 473
1 mois 0 98 0
5 jours 0 40 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 533 427 106
1 mois 31 25 6
5 jours 9 5 4

Ses articles classés par : ordre chronologique









Derniers commentaires



  • jaja jaja 26 septembre 16:31

    @Aristide

    Le crétin macroniste Aristide ne comprend décidément rien à rien... Le référendum d’entreprise c’est le patron qui pose la question et non les salariés et c’est lui qui dispose de tous les moyens de pression pour obtenir une réponse favorable à son désir de régression sociale. Donc en-deça des accords de branche jusque là en vigueur... Il existe déjà des exemples de ce type de régression sociale obtenue sous le chantage à l’emploi...

    Ainsi cette démocratie tronquée permettra à un patron de baisser par exemple, le salaire ou augmenter le temps de travail des salariés, en contrepartie de ne pas licencier. Aucune sanction n’est prévue au cas où l’employeur manquerait à sa parole... Et entre nous la parole des patrons, qui peut y croire à part ce crétin d’Aristide ?

    Mettre un signe d’égalité entre le référendum Catalan et le Référendum d’entreprise est donc d’une bêtise abyssale...
    Le vrai référendum d’entreprise ce devrait être le pouvoir de décision des travailleurs, quel que soit l’avis de leur patron exploiteur !!! On en est à des années lumière ! Le chantage à l’emploi c’est cette saloperie que défend ici Aristide, toute honte bue !



  • jaja jaja 26 septembre 13:09

    @Philippe Huysmans

    On verra... Déjà il faut voir comment se déroulera le 1er octobre... Ensuite ce sera vraisemblablement à la gauche catalane de jouer et surtout de résister...



  • jaja jaja 26 septembre 12:34

    @Philippe Huysmans

    Respecter les arrêts de la Cour constitutionnelle espagnole et du parlement espagnol qui interdisent le Référendum revient à entériner la répression pour qu’il n’ait pas lieu... Et c’est probablement ce qu’il va se passer....

    Alors évidemment dire « que si un oui à l’indépendance de la Catalogne voyait le jour, nous respecterions ce choix  » ne mange pas de pain dans la mesure où l’on voit mal qui pourrait s’opposer à un choix majoritaire de la population catalane...

    Pour ma part le scénario que j’envisage, même si je n’aime pas jouer les Madame Irma c’est un Référendum empêché par la police et des rassemblements monstrueux en Catalogne le 1er octobre. Ensuite les leaders de la droite catalane n’auront plus que deux issues. Premièrement se coucher ou, deuxièmement, portés par la vague, déclarer l’indépendance de la Catalogne...



  • jaja jaja 26 septembre 12:14

    Laia Facet, militante d’Anticapitalistas Catalunya.

    Ce que dit la gauche anticapitaliste catalane : (extraits - lien à la fin)
    ...
    Quelle peut être la suite après le référendum du 1er octobre ?

    Il est très compliqué de prévoir des scénarios. Nous sommes dans un de ces moments où en un jour il se passe plus de choses qu’en plusieurs années. Actuellement une double lutte de légitimité- légalité est en cours, celle qui émane de la transition espagnole et celle surgie de la volonté d’une majorité en Catalogne de déborder cette transition, qui se concrétise dans un référendum d’autodétermination. La confrontation à laquelle nous assistons ces jours-ci, dans la rue, les institutions, les lieux de travail et d’étude, va être longue, vient de loin et se cristallise ces dernières semaines.Ce qu’il se passera le 1er octobre sera décisif, ainsi que ce qu’il en sortira. Si le référendum donne une majorité substantielle au « oui », on devra défendre le résultat et favoriser l’ouverture d’un processus constituant en Catalogne. La tâche sera difficile. Si on nous empêche de voter, la dynamique de mobilisation peut s’amplifier

    ....Dans cet affrontement, quelle politique défendez-vous pour la classe ouvrière en particulier face à un droit à l’autodétermination qui pourrait prend la forme d’une union nationale ? 

    Nous avons un mouvement vivant, quelque peu imprévisible, et qui peut déborder les calculs du gouvernement catalan et des partis de la droite catalane à tout moment. Le mouvement, jusqu’ici, avait laissé l’initiative au gouvernement catalan. Nous croyons qu’un référendum pourrait changer la dynamique, que cela impliquerait un défi réel au régime, loin de la rhétorique du gouvernement qui ne s’est jamais traduite dans des solutions concrètes.

    Actuellement, on vit dans les rues un mouvement ample et un défi sans précédent depuis la transition, qui peut changer les rapports de forces, y compris en Catalogne. Il y a aussi la perspective de l’ouverture d’un processus constituant. C’est pour cela que les mobilisations actuelles nous permettent d’accumuler des forces et des expériences pour mener cette bataille politico-programatique où nous avons de fortes différences avec la droite catalane, une bataille qui jusqu’à ce jour paraissait une utopie. Les mobilisations étudiantes et les occupations de facs de cette semaine sont déterminantes pour envisager une lutte plus radicale

    Pour terminer, il faut savoir que les deux principaux syndicats combatifs catalans IAC et CGT ont déposé un préavis de gréve générale a partir du 1er octobre si le pouvoir empêche la tenue du référendum. Dans les mobilisations on entend de plus en plus souvent une musique qui dit « on a besoin maintenant d’une gréve générale ».

    Le fait d’introduire la gréve dans le répertoire des actions du mouvement catalan est quelque chose d’important en soi, mais aussi pour que des secteurs de travailleurs puissent voir les organisations syndicales comme des outils leur permettant de s’impliquer dans la lutte. Cela pourrait s’avérer fondamental pour être en position de force du point de vue de la légitimité lorsque le moment viendra de déclencher la bataille constituante.

    https://npa2009.org/actualite/international/le-droit-lautodetermination-signifie-un-defi-au-consensus-de-la-transition



  • jaja jaja 26 septembre 11:53

    @CRICRI59

    Bonjour,

    Dommage de laisser tomber... Je suis également en retraite et j’aide autant que je le peux mes camarades toujours en activité... Et j’en retire une grande satisfaction...
    J’espère au moins que vous participez aux manifestations contre cette horreur absolue qu’est la loi Travail XXL que nous pond Macron ?

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès