• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

jcm

jcm

Spécialiste en généralités même avant un premier cycle universitaire d’Aménagement du Territoire où j’ai toutefois beaucoup appris je reste curieux de beaucoup de choses depuis plus de 50 ans.
Et cela fatigue, la curiosité, c’est exigeant !
Mais cela apporte aussi beaucoup, essentiellement des questions auxquelles on ne sait pas répondre.
J’espère continuer un moment à me fatiguer...

Tableau de bord

  • Premier article le 11/10/2007
  • Modérateur depuis le 11/02/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 38 512 1103
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 36 16 20
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • jcm jcm 21 juillet 2011 12:58

    Vous n’avez pas compris le problème je crois.

    Le fait est que l’outil existe : il sera donc utilisé.

    Il pourra même devenir le « seul » outil de ce genre qui soit reconnu de façon très majoritaire c’est à dire captant des centaines de millions ou des milliards d’usagers qui n’auront pas été conscients des dangers qu’il pouvait présenter.

    Et des usagers de tous les pays, même ceux où des luttes politiques et sociales dures pourraient s’avérer indispensables.

    Comme des luttes dures nécessitent l’anonymat (sous peine de tortures diverses dans bien des cas) cet outil n’autorisant pas l’anonymat deviendra un double piège : soit on y publie des contenus susceptibles de rassembler pour la lutte mais au péril très immédiat de sa liberté ou de sa vie (et dans une « dictature » bien organisée la réaction sera rapide) soit on s’interdit d’y publier quoi que ce soit de potentiellement « répréhensible » mais on ne peut rassembler.

    Car dans ce cas tous les autres outils du même type seront devenus à ce point confidentiels que peu de gens les connaîtront et auront le réflexe d’y avoir recours.

    En fait Google + sans anonymat et qui deviendrait le principal réseau mondial signerait la mort immédiate et de principe de toute « viralité » présentant un certain non conformisme aux idées que l’on DOIT avoir et soutenir dans un certain nombre de pays : aucune contestation possible, aucun rassemblement massif possible sans la prise d’un risque si démesuré que personne n’y songerait.

    Souvenez-vous que si l’on emprisonne pas (et plus parfois) en France (quoi que Tarnac...) pour avoir tenu des propos qui déplaisent à nos gouvernants ce n’est pas le cas partout.




  • jcm jcm 21 juillet 2011 08:24

    Who is harmed by a « Real Names » policy ?
    De réels besoins d’anonymat sur les réseaux sociaux
     http://t.co/X6CeOh8



  • jcm jcm 20 juillet 2011 22:41

    Vous semblez ignorer que les réseaux sociaux n’ont pas comme seule vocation que celle de « faire le paon » et vous êtes peut-être au courant du rôle qu’ils ont pu jouer dans différentes occasions, rôle très positif, c’est le cas pour le « printemps arabe ».

    Ce sont des vecteurs importants de changement dans des situations où des changements sont indispensables, où la vie est rendue insupportable du fait de gouvernements indignes, par exemple.

    Mon point de vue est que ce sont des outils que chacun doit pouvoir utiliser selon ses besoins, et ces besoins peuvent parfois exiger un anonymat complet.

    Malheureusement s’il ne restait un jour qu’un seul outil, car plébiscité par tous (dans ce cas les autres outils du même type périraient très vite) et si cet outil ne permettait aucun anonymat, cet outil deviendrait juste un système à « se faire plaisir » dont l’utilité sociale ne serait réelle que dans des pays en paix et en bonne santé politique et sociale.

    Mais il ne serait d’aucune utilité en cas de luttes politiques et sociales indispensables à l’accession à des droits, par exemple ceux édictés dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, ce qui a été le cas en Egypte et en Tunisie.

    Bien au contraire il deviendrait un danger pour chacun : du fait de son unicité et du manque total d’anonymat il permettrait une répression plus ciblée, facile, accrue, avant même la première manifestation.

    Une répression qui pourrait passer totalement inaperçue, car le premier qui tenterait de la dénoncer sur ce réseau serait facilement identifié, localisé et « traité »...

    Car chacun serait quand même tenté d’exprimer sa révolte sur ce réseau...



  • jcm jcm 16 juillet 2011 13:18

    Après quelques recherches je n’ai rien trouvé d’alarmant au sujet de diasp.org.

    Il sera toujours temps de changer son fusil d’épaule si les choses tournaient au vinaigre.



  • jcm jcm 15 juillet 2011 20:39

    Vraiment, si vous le dites...

    Mais pourriez-vous préciser ?

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité