• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Jean Lafontaine

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 17/08/2021
  • Modérateur depuis le 23/08/2021
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 5 8 414
1 mois 2 1 136
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique








Derniers commentaires



  • Jean Lafontaine 23 août 22:28

    @genrehumain

    Ces versets sont apparemment clairs sauf qu’il faut savoir précisément à quelle période ils sont « descendus » : les musulmans sont incapables depuis des siècles de se mettre d’accord sur ce sujet. On sait au moins a priori que le verset 136 de la sourate 2 correspond à la période pendant laquelle Mahomet tentait de convaincre les juifs de Médine dans les mois suivants l’hégire (cf. page 473 de la Sira tome 1 de la traduction de Badawi) : c’étaient des propos de circonstance pour essayer de se rallier les juifs contre les Mecquois. Tous les versets dits « pacifiques » de ce genre ont été balayés par le jihad et ont de facto été abrogés. Prétendre que l’islamisme est une religion de paix est tout simplement hallucinant quand on a lu la biographie de Mahomet et les hadiths (avec la liste des batailles commandées par Mahomet en personne ou qu’il a ordonnées, outre les assassinats ad hominem, la poursuite puis l’extermination des juifs…).

    Le terme islamisme était usité jusqu’à la fin du XIXème siècle en France à l’instar de christianisme ou de judaïsme. L’islamisme est simplement la religion prêchée par Mahomet. C’est le terme “islam” pour designer la religion qui est un très mauvais terme qui ne veut rien dire. En ce sens, ma position – fondée sur la lecture même des textes sacrés de l’islam – est très claire et pas du tout ambiguë ; libre à chacun de ne pas la partager. Le problème est que 99% des musulmans qui la contestent ne connaissent que pas grand-chose de leur propre religion.



  • Jean Lafontaine 21 août 18:41

    @samy Levrai
    Hors sujet. Le terrorisme musulman est justifié par les textes originels de l’islam que l’immense majorité des musulmans n’a pas lus, et heureusement ! car on y trouve toutes les bonnes raisons d’en finir avec les mécréants.



  • Jean Lafontaine 21 août 11:29

    @Fergus
    C’est juste. Il n’a pas cette prétention. Il ne donne pas de leçons. Mais qu’on ne lui reproche pas de donner son opinion quand on lui demande.



  • Jean Lafontaine 20 août 14:39

    @SilentArrow
    Les attentats musulmans en Europe ces dernières années, c’est quand même des centaines de morts et des milliers de blessés. Et je dis bien « musulmans » car tous les terroristes concernés étaient bel et bien musulmans (ou mahométans, comme vous voulez).



  • Jean Lafontaine 20 août 13:20

    @Opposition contrôlée

    Votre agressivité méprisante n’est pas surprenante. Ceux qui défendent l’islamisme n’aiment généralement pas trop la critique. L’esprit critique n’est pas une grande vertu dans la culture musulmane.


    Coran, sourate 24, verset 51 : La seule parole des croyants, quand on les appelle vers Allah et Son messager, pour que celui-ci juge parmi eux, est : « Nous avons entendu et nous avons obéi ». Voilà les bienheureux.


    Coran, sourate 33, verset 36 : Il n’appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois qu’Allah et son messager ont décidé d’une chose, d’avoir encore le choix dans leur façon d’agir. Quiconque désobéit à Allah et à son messager est dans un égarement évident.


    On peut se référer à plein de juristes musulmans pour en conclure à peu près ce qu’on veut (al-Kindî, al-Farâbî, Ibn Sîna, al-Ghazâlî, Ibn Rushd, Ash-Shâtibî, Ibn Khaldûn, etc.). Les positions des musulmans orthodoxes me paraissent être les plus claires et les plus cohérentes intellectuellement (ex. Ibn Taymiyya, textes de Daech, Yussuf Qaradawi).


    Le musulman par la shahada est affirmatif : au sens strict, il ne croit pas, il « témoigne ». Il n’y a pas à croire que Mahomet est l’envoyé d’Allah puisque c’est pour le musulman une certitude qui n’a pas à être discutée : il a juste à en témoigner. Cette position induit implicitement un rejet de toute discussion pouvant remettre en cause le statut du Coran et de Mahomet. C’est certainement une raison fondamentale expliquant l’imperméabilité de l’islam à toute approche rationnelle critique depuis notamment la « fermeture des portes de l’ijtihad » au XIIème siècle.


    Malek Chebel écrivait avec clarté : « Pour le croyant islamoïde, l’islam se situe au-dessus et en dehors de la critique humaine. Pour lui, la doxa ne peut être questionnée, ni dans sa généralité ni dans son détail, car cela mettrait en péril tout l’édifice de la croyance. Le comportement « islamoïde » consiste donc à rejeter en bloc toute innovation inconvenante, tout en donnant le change à quiconque s’avise de critiquer tel ou tel précepte islamique. À ce sujet borné, l’islam n’offre que des avantages : une religion divine, avec un prophète d’une sagesse à toute épreuve et une histoire arabo-islamique flamboyante. »


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité