• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

jmv59

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 22/10/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 28 53
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • jmv59 5 décembre 2009 12:08

    Je souscris totalement à l’analyse qui lutte contre la désinformation et la démagogie ambiantes.
    Je suis d’autant plus désolé de voir la pléthore de vice-présidents qui prête effectivement le flanc à une critique de l’intéressement des élus locaux. Ma is je relève une erreur qui n’enlève rien à l’analyse parce que le rôle d’un conseiller municipal n’est pas négligeable : il existe une indemnité pour le CM de base dont le plafond est fixé à environ 225€ mensuel.



  • jmv59 28 novembre 2009 19:11

    à Eric

    Vous avez dit cliché ; lisez l’extrait de cette étude officielle :

    Les établissements privés sous contrat scolarisent davantage
    d’élèves appartenant aux catégories sociales favorisées.
    Pour les formations du second degré, cette surreprésentation
    atteint 13 points. Si la structure sociale des établissements
    privés sous contrat est d’une façon générale tirée vers le haut,
    elle se démarque de celle des établissements publics avant tout
    sur l’accueil des enfants des catégories sociales extrêmes : surreprésentation
    des élèves d’origine sociale très favorisée (32 %
    de filles et fils de chefs d’entreprise, de cadres et professions
    intellectuelles supérieures, d’instituteurs, contre 19,2 % dans le
    secteur public), sous-représentation des élèves issus des
    catégories sociales défavorisées (22,9 % d’enfants d’ouvriers,
    de chômeurs n’ayant jamais exercé, de personnes sans activité,
    cette proportion s’élevant à 39,3% dans les établissements
    publics).
    [ Repères et références statistiques - édition 2007 [ Les élèves du second degré

    1,7 fois plus de classes favorisées, et 1,7 fois moins de classes défavorisées : je maintiens donc mon propos.



  • jmv59 28 novembre 2009 18:17

    Vous confondez Taxe professionnelle et Taxe d’apprentissage.
    C’est cette dernière que vous décrivez. Les entreprises ont effectivement le choix de régler cette taxe soit à un organisme de collecte agréé (généralement issu des Chambres de commerce), soit à un établissement d’enseignement ou de formation nommément désigné (l’établissement fréquenté par leurs enfants par exemple), soit de le régler au fisc.
    Dans le cas d’un versement à un établissement, il est vrai que tout ou partie peut être versé en nature si l’établissement y consent.
    Au passage, cette liberté laissée aux patrons de choisir leurs établissements favorise évidemment l’enseignement privé : 113€ par élève du public, 282€ par élève du privé sous contrat et même 834€ pour un élève du privé hors contrat : les enfants des classes dirigeantes sont mieux lotis que les enfants de leurs salariés. 



  • jmv59 19 novembre 2009 13:44

    Pourquoi compter sur le sens moral d’un joueur ou critiquer sa lâcheté ? Il existe une solution simple : ajouter une règle du jeu (eh oui, parce que ce n’est bien qu’un jeu) : tout joueur responsable d’une faute se doit de la signaler immédiatement à l’arbitre qui prend une décision selon la gravité de celle-ci et de son influence sur le jeu. En corolaire, tout joueur convaincu d’une absence de déclaration spontanée est suspendu pour un minimum significatif (6 mois, 1 an ?) aggravé si la faute cachée a modifié le résultat. Voilà qui pourrait institutionnaliser le fair-play et redonnerait son vrai sens au mot « jeu » ;



  • jmv59 15 novembre 2009 18:00


    Le rappel historique du Congrès de Reims tel que vous le faites me semble quelque peu biaisé ; je propose ici une version différente. Qu’en pensez-vous ? Le blanc et le noir ne se distribuent plus de la même manière.

    Contrairement à la pratique statutaire du PS, ils ont balayé dédaigneusement d’un revers de main toute discussion au sein de la Commission des résolutions pour ne pas aboutir à une synthèse

    Les leaders de la motion E, motion arrivée en tête, à qui revenaient le rôle statutaire de créer un courant majoritaire ne sont parvenus ni à convaincre tout ou partie des responsables des autres motions de les rejoindre, ni à modifier telle ou telle de leur position pour faciliter une synthèse au moins partielle. Ils devenaient de fait minoritaires.

    Ségolène Royal qui avait fait acte de candidature au premier secrétariat en toute transparence 

    Ségolène Royal qui avait fait acte de candidature une fois le résultat du vote sur les motions connu alors qu’elle avait affirmé vouloir mettre cette candidature au frigidaire.

     
    On préféra à l’organisation d’un troisième tour la convocation d’une commission de recollement

    On eut recours à l’application des statuts en convoquant la commission de recollement contre l’avis des représentants de la minorité du congrès qui souhaitaient mettre en place un vote non prévu par les statuts.

    Porte fermée pour Ségolène Royal…Porte fermée pour Vincent Peillon…Quant aux autres représentants nationaux de la motion E, ils n’ont guère eu un sort plus enviable.

    Compte tenu de la nécessité de refonder le parti, la nouvelle direction offre à la minorité de s’associer aux organes de direction.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Société Tribune Libre

Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité