• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

lisca

lisca

Merci à tous ceux qui me lisent. Ce que je suis n'est pas important, que dire ?
J'ai beau chercher... J'ai un CV quelque part, mais où ? Je l'ai trimballé d'un pays à l'autre et il est resté sur un siège d'avion.

Tableau de bord

  • Premier article le 18/03/2008
  • Modérateur depuis le 14/02/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 41 684 675
1 mois 2 12 63
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 432 341 91
1 mois 28 26 2
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • lisca lisca 8 juillet 17:17

    @gueule de bois

    C’est à cause de cette lady d’Arbanville qui lui en a fait voir des vertes ! Petite actrice débutante, la voilà qui le prend pour un rien du tout, et se prend, elle pour un astre, parce qu’elle tourne avec le vieux Simon tout laid ! Weinstein existait à l’époque ?
    CS s’est cherché une religion qui met ces dames à la cuisine ou dehors, bien invisibles. Ou qui n’aime pas leurs producteurs.
    Bon je plaisante. Il semble que Stevens se droguait beaucoup, s’est senti perdu et qu’il est entré dans une mosquée, pour se sortir de la spirale. En d’autres temps, il serait entré dans une église et aurait continué de nous bercer de son excellente musique. Hélas... Après sa conversion, Cat Stevens cessa de chanter, car un imam le lui avait ordonné.
    Et un voile de plus sur l’art et la chanson !
    Article intéressant, merci !


  • lisca lisca 8 juillet 17:00

    « @Luc-Laurent Salvador

     »L’humanité est allongée dans le cercueil du Nouvel Ordre Mondial."
    C’est le NOM le vampire sans nom, qui est allongé dans le cercueil. La situation est actuellement périlleuse pour ce (pas) nouveau (dés)ordre (im)mondial, qui touche du bois, celui de son sarcophage. Et qui fait feu de tout bois, y compris du sien.
    Beaucoup de psychologie dans cet article. Or c’est le combat au quotidien qui compte ; ce qu’on fait, pas ce qu’on est ou apparaît. Pas le combat (pour le moment prise de bec) entre Raptor et Alain, qui je crois a été annulé, mais un état d’esprit en alerte en permanence pour tenir le coup, dans la méchante guerre que le NOM lui fait et nous fait, y compris, et pour le moment, psychologique et économique.
    Il faut lutter en permanence, se tenir sur ses gardes, distinguer le vrai du faux, éveiller les endormis. C’est cela le combat d’AS, en attendant d’autres combats inévitables, pour les siens, pour sa peau.
    Les qualités sont aussi des défauts, tout dépend de la perspective et du contexte. Un chef d’Etat ou roi doit être déterminé, loyal, dévoué, intelligent, capable de s’entourer d’élites militaires et intellectuelles. Après, qu’AS ait ou non un gros ego, on s’en fout. D’ailleurs, pour être chef, l’ego est indispensable.
    Oui le NOM est très puissant, mais affaibli par trop de confort et d’autosatisfaction, personne ne l’aime, il va y avoir des surprises.
    Et oui, AS a eu raison de ne pas se laisser faire dans un prétoire qui ne juge pas au nom du peuple français, mais d’intérêts occultés.


  • lisca lisca 8 juillet 08:17

    @velosolex
    Très belle chanson, merci pour nous la rappeler et l’avoir traduite. La version originale : https://vimeo.com/20204690,
    ici le texte :

    parle de l’espoir de celui qui part vers un avenir meilleur et ne pense pas au retour (l’émigrant volontaire) tandis que sa bien-aimée restée au pays le regrette, lui, et l’attend. Apprenant qu’il n’a pas l’intention de revenir, elle lui demande des bottines de cuir espagnol (du solide !), pour s’en aller le rejoindre elle aussi, je pense. C’est la famille qui se déplace dans ce cas (amour éternel ou regroupement familial, l’Espagne appréciera).
    Quant à la nostalgie du pays, de ce qu’on laisse derrière soi, nous avons, parmi d’autres, cette tentative de récitation musicale d’un de nos petits bijoux poétiques (du Bellay) sur ce thème, avec une « suite » ajoutée :

    Ci-dessous un souhait (moins nostalgique et plus énergique) de François Villon, à l’adresse des passeurs d’illusions et de misère :

    "Quatre mois soit en un vivier chantant,
    La tête au fond, ainsi que le butor ;
    Ou au grand Turc vendu deniers comptants,
    Pour être mis au harnais comme un tor ;
    Ou trente ans soit, comme la Magdelaine,
    Sans drap vêtir de linge ne de laine ;
    Ou soit noyé comme fut Narcissus,
    Ou aux cheveux, comme Absalon, pendus,
    Ou, comme fut Judas, par Despérance ;
    Ou puist périr comme Simon Magus,
    Qui mal voudroit au royaume de France !"



  • lisca lisca 5 juillet 11:36

    @Sozenz
    Merci !



  • lisca lisca 5 juillet 11:35

    @Martha
    Cette affaire mérite sans doute un article dédié, mais ce n’est pas le sujet de cet article.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès