• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

louphi

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 751 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • louphi 29 juin 2013 17:07

    Jaja

    « L’espiègle ici c’est bien toi le tricheur multicompte… »

    Ah ! Bon ! Maintenant je comprends tout ! Mon serveur a été scratché il n’y a pas si longtemps par un dangereux troyen qui a affiché mon adresses IP et d’autres infos personnelles. C’est donc jaja qui serait à l’origine de ce piratage ! Mon serveur serait donc sous le contrôle de jaja ! C’est incroyable ! Mais, soyez inquiet car dès l’envoi de ce post, je cherche à virer tout le système, y compris le disque dur et la connexion ! Vous recommencerez sans doute avec un autre troyen car celui-là a surement été neutralisé parce que signalé chez microsoft.

    « Cracher dans la gueule de révolutionnaires, y compris Louise Michel, qui est une icône en France… »

    Ah ! Louise Michel ! L’icône ! Nous serons peut-être d’accord sur un point. Il faut saluer la participation active de Louise Michel à la COMMUNE DE PARIS en 1871 pour être victime de bannissement et donc louer sa mémoire sur ce point. La querelle n’est pas là. On ne peut toutefois pas manquer de souligner aussi, pour la leçon historique de la classe ouvrière, son appartenance et son fourvoiement au courant anarchiste, sa coterie avec le monde bourgeois. C’est cela qui pâlit l’activisme de Louise Michel et de bien d’autres aux yeux du mouvement ouvrier révolutionnaire. C’est regrettable, mais c’est comme çà. Mais, la révolution bolchevique de 1917 en Russie avec Lénine et Staline a tiré avec une grande perspicacité tous les enseignements de cette première expérience du mouvement révolutionnaire. Voici un extrait de la biographie de Louise Michel qui va dans mon sens :

    « Louise Michel, née le 29 mai 1830 à Vroncourt-la-Côte, Haute-Marne et morte le 9 janvier 1905 à Marseille, alias " Enjolras", est une institutrice, militante anarchiste, franc-maçonne, aux idées féministes et l’une des figures majeures de la Commune de Paris. Première à arborer le drapeau noir, elle popularise celui-ci au sein du mouvement anarchiste.

    (…)

    En 1871, elle participe activement aux événements de la Commune de Paris, autant en première ligne qu’en soutien. Capturée en mai, elle est déportée en Nouvelle-Calédonie où elle se convertit à la pensée anarchiste.

    (…)

    Elle entretient une correspondance de 1850 à 1879 avec Victor Hugo, un des personnages les plus célèbres et les plus respectés de l’époque, et lui adresse quelques poèmes. Louise est entièrement sous le charme. Victor Hugo la dépeint telle " Judith la sombre Juive«  et  » Aria la Romaine " dans son poème Viro Major, femmes aux destins exceptionnels et tragiques. »

    Des icônes en France, pour cette époque, plus ou moins comme Louise Michel, on en trouve partout tels Jules Guesdes, jules Vallès, Jean Jaurès, Victor Hugo, etc.

    Enfin, lorsque Marx qualifie votre arrière-grand-papa idéologique, le « marxiste » Wilhelm Liebknecht par exemple, de fanfaron, vous voudriez bien croire que ce n’est point une insulte ad hominem, mais que c’est plutôt pour mettre en relief sa tendance idéologique ou son comportement politique. Tel a toujours été mon cas. Tel n’est absolument pas le cas de jaja qui se contente et sombre dans des invectives sauvages et stériles. C’est le propre de l’anarchisme dans tous les sens du mot.




  • louphi 29 juin 2013 06:20

    Jaja

    « Louphi-Mwana plains toi à la modération que je t’appelle comme ça... et non sans raisons… »

    Seuls des espiègles traduisent les espiègles en justice pour leurs espiègleries. C’est vrai que les anarchistes, surtout les anarcho-trotskistes ou « anarchistes bohême » comme les appelaient Lénine, ne s’embarrassent pas des règles de civilité les plus élémentaires, à en juger par la promptitude de jaja à tutoyer des gens sans aucune affinité ni familiarité, sans les avoir jamais vues.

    « Tu as dû en chier à éplucher mes posts »

    Si ce n’est que d’éplucher les posts de jaja sur Agoravox, c’est de la rigolade. Par contre, éplucher les adresses internet, les e-mails et IP personnelles des forumistes, comme jaja s’y applique et l’avoue, il faut abattre de la besogne à moins que l’on soit un rat d’internet, un vrai pirate, ou encore un fonctionnaire de police mandaté à cet effet. Comme les rats et les pirates ne sont pas des politiciens, la dernière hypothèse correspond bien à jaja. Très probablement, jaja est une sentinelle de la police postée sur Agoravox. Mais, qu’importe !

    « Pour Kronstadt j’invite celles et ceux qui sont intéressés par ce soulèvement à voir dans le texte d’Anton Ciliga en quoi cette insurrection n’était pas cette contre-révolution décrite par les staliniens et par Trotski lui-même. »

    C’est qui, c’est quoi ce bidule Anton Ciliga ????

    « Ainsi parmi les femmes et et les hommes que je cite souvent on trouve Gracchus Babeuf, Louise Michel, Élisée Reclus, Blanqui, Bakounine, Marx, Engels, Bakounine, Ciliga, Makhaïski, Trotski et j’en oublie beaucoup.... »

    Pour ceux ou celles qui ne savent pas ce que c’est que le trotskisme par excellence, la profession de foi de jaja ci-dessus, son crédo biblique, c’est l’essence même du trotskisme dans la période précédant la révolution prolétarienne. Cette essence consiste à voltiger, à butiner continuellement par ci, par là, de courants politiques en courants politiques contradictoires, en cherchant à concilier des inconciliables.

    Par exemple, qu’y a-t-il de commun entre d’un côté Marx et Engels voire même Gracchus Baboeuf et, de l’autre côté, Bakounine figure de proue de l’anarchisme (viré par Marx), Makhaïski, Ciliga Trotski, Louise Michel, des opportunistes notoires historiques ? Rien, absolument rien. Dans le mouvement ouvrier Trotski est le représentant emblématique de ce courant politique aux multiples visages sans aucun visage, de la voltige, du butinage, s’évertuant à concilier des tendances opposées et même diamétralement opposées, utilisant un langage pompeux.

    « Les liquidateurs ont une physionomie spéciale : ce sont des libéraux et non des marxistes. Trotski n’a aucune physionomie et il n’en a jamais eu ; il se borne à faire la navette entre les libéraux et les marxistes et à lancer les mots à effet et des phrases sonores. » (1).


    ____________ 

     

    (1) V. I. Lénine : « La désagrégation du bloc d’août », Œuvres complètes, tome XVII, p. 251-253, édition russe.




  • louphi 28 juin 2013 22:10
    jaja

    PS : (1) L’auteur de cette Citation de jaja n’est rien d’autre que Trotski en personne. Je le signale puisque jaja ne l’a pas fait étant illuminé par son prophète. Lien : http://www.marxists.org/francais/trotsky/oeuvres/1932/01/320127c.htm




  • louphi 28 juin 2013 21:52

    Jaja

    LES FORFANTERIES D’UN ANARCHO-TROTSKISTE

    « Allons Mwana louphi »

    « Mwana Louphi » ??? Jaja disjoncte et tombe dans des caricatures guignolesques dignes de Coluche. On savait que jaja était un personnage fourbe, maintenant le voici espiègle. Tout compte fait, l’espièglerie est la nature basique des anarchistes d’ailleurs résumée par des slogans tels que « la Démocratie Originelle », « la Démocratie directe », « Comunismo Subito » (Le Communisme tout de suite).

     « …pas bien difficile de trouver l’original qui n’a rien d’imaginaire... »

    Il était encore bien plus facile de mettre le lien de l’original comme vous venez de le faire par respect du lectorat d’Agoravox. Quand on se soucie du lectorat, on ne le renvie pas sur des sources de seconde main sans étiquette lorsqu’on dispose des sources originales. Le sens de la déontologie de jaja est quelque peu en pointillés. Ma remarque sur ce point était donc tout à fait justifiée. On peut cependant accorder foi à l’authenticité du texte attribué à Wilhelm Liebknecht.

    On ne peut cependant pas véritablement qualifier Wilhelm Liebknecht comme étant un marxiste simplement parce qu’il a côtoyé Marx et Engels, notamment en participant au Congrès de Londres (27 juillet –1er Août 1896) dont furent exclus les anarchistes, arrière-grand-papas de jaja. Malgré les purges, le mouvement ouvrier révolutionnaire entouré du monde capitaliste n’est pas à l’abri de la vermine anarchiste dans ses rangs. D’où la juste formule de Staline « Le parti se fortifie en s’épurant des éléments opportunistes » (Staline : Les principes du léninisme).

    En fait, Wilhelm Liebknecht n’était pas un marxiste ni sur le plan théorique, ni sur le plan pratique, comme l’explique Friedrich Engels.

    Sur le plan théorique :

    « Tu es curieux de savoir d’où viennent les phrases obscures et confuses du programme ? Mais elles sont toutes l’incarnation de Liebknecht lui-même ; c’est à cause d’elles que nous nous disputons depuis des années avec lui et c’est devant elles qu’il est en extase. Au point de vue théorique, il a toujours eu des idées confuses et notre façon vigoureuse de formuler les choses reste pour lui une abomination. » « Lettre à August Bebel, Londres, 1er mai 1891)

    Sur le plan pratique :

    « A Liebknecht je n’ai écrit que très brièvement. Je ne lui pardonne pas de ne nous avoir pas écritun seul mot de toute l’histoire avant qu’il ait été en quelque sorte trop tard (alors que Ramm et d’autres croyaient qu’il nous avait tenus tout à fait au courant). Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’il agit de la sorte, comme en témoigne la correspondance nombreuse et désagréable que Marx et moi nous avons échangée avec lui ; mais, cette fois, cela passe les bornes, et nous ne pouvons décidément plus faire route ensemble. » (Friedrich Engels : « Lettre à August Bebel », Londres, mars 1875)

    « Et la forfanterie de Liebknecht avec son « non » catégorique n’est donc que pâle vantardise et il le sait aussi. » (Friedrich Engels : « Lettre à August Bebel », Londres, 1er mai 1891)

    Wilhelm Liebknecht était dont un plaisantin, un fanfaron. Les forfanteries des renégats du mouvement ouvrier sont le pain quotidien dont se nourrit jaja, de l’eau bénite pour jaja.

     « Ah si, sombre crétin, je t’ai déja dit… »

    Manque d’éducation la plus élémentaire. C’est le propre des anarcho-trotskistes ! On est habitué !

    « …trotski n’était pas mon prophète »

    Vous ne pouvez le nier puisque Trotski est l’un de vos « éminents théoriciens du mouvement ouvrier » dont vous vous appropriez en reproduisant ses extraits avec tant de délectation sans même plus prendre la peine de citer son, tellement vous êtes ennivré de lui. Je cite jaja :

    « « « « Pour comprendre ce qu’est le fascisme, le vrai...bien loin des élucubrations fumeuses d’un Pasolini voyons ce qu’en disait l’un des théoriciens du mouvement ouvrier :

    ‘’Le régime fasciste voit son tour arriver lorsque les moyens »normaux’’, militaires et policiers de la dictature bourgeoise, avec leur couverture parlementaire, ne suffisent pas pour maintenir la société en équilibre. A travers les agents du fascisme, le capital met en mouvement les masses de la petite bourgeoisie enragée, les bandes des lumpen-prolétaires déclassés et démoralisés, tous ces innombrables êtres humains que le capital financier a lui-même plongés dans la rage et le désespoir….. » » » (1)

    Trotski est bien votre prophète ! Vos dénégations sont ridicules.

    « Entre lui et moi il y a Kronstadt... »

    Mais Kronstadt ne fut rien d’autre qu’une citadelle marine sous la coupe des contre-révolutionnaires petit-bourgeois lourdement armés décidés à écraser le nouveau-né de la révolution prolétarienne russe et à rétablir le régime tsariste. Voici un peu plus de détails sur Kronstadt :

    « En mars 1921, la garnison de l’île-forteresse de Cronstadt, qui commandait l’accès de la ville révolutionnaire de Petrograd par la mer Baltique, se soulevait contre le gouvernement bolchévique. Les mutins tiendront Cronstadt pendant deux semaines, jusqu’à ce que le régime soviétique contre-attaque en traversant la mer gelée, au prix de lourdes pertes en vies humaines dans les deux camps. Les rebelles prétendaient combattre pour restaurer un pouvoir des soviets purifié, libéré du monopole communiste. Pour les bolchéviks la révolte était une mutinerie contre-révolutionnaire : quelles qu’aient été les intentions des marins, ce soulèvement ne pouvait qu’aider les forces de la restauration capitaliste (allant de ceux qui se disaient démocrates aux monarchistes invétérés), unies derrière l’étendard blanc [la couleur de la contre-révolution] de la réaction cléricalo-tsariste. Les gardes blancs et leurs protecteurs impérialistes, repoussés militairement par l’Armée rouge soviétique après presque trois ans de guerre civile, restaient déterminés à écraser la Révolution bolchévique d’octobre 1917 et le jeune Etat ouvrier soviétique. »(2) 

    Il est clair qu’en bon anarchiste qui se respecte, jaja est un descendant des forces de la restauration capitaliste, des forces de défense du capitalisme dans les arrières du mouvement ouvrier.

    « Ce que même des trotskistes d’aujourd’hui lui reprochent d’ailleurs... »

    L’anarchisme, dont fait partie le trotskisme, est une galaxie de prédateurs du mouvement ouvrier dans laquelle les uns et les autres se télescopent en restant toutefois solidaires pour saboter et phagocyter le mouvement ouvrier.

    _______

    (1) Post de jaja – Agoravox- Article de Jack mandon – 14 juin 2013

    (2) http://www.icl-fi.org/francais/spf/37/cronstadt.html




  • louphi 27 juin 2013 09:04

    Jaja

    « En 1896, le marxiste Wilhelm Liebknecht déclare : « Personne n’a combattu le « socialisme d’État » plus que nous les socialistes allemands, personne n’a montré plus distinctement que moi que le « socialisme d’État » est en fait le capitalisme d’État ! ».

    Cette citation attribuée à Wilhelm Liebknecht est très douteuse. Wikipédia où elle est piochée ne fournit aucune indication sur ses sources. C’est un manque flagrant d’honnêteté intellectuelle que de se contenter des citations immaginaires.

    « Nikolaï Ossisnski Nikolaï Boukharine, la revue « Le communiste », Paul mattick, Makhaiski, Bakounine, Ossinski,  Makhaiski, Bakounine,, Ante Ciliga … », 

    Si cette ribambelle de renégats de la révolution russe avaient été du côté du mouvement ouvrier authentique, cela se saurait. Cette lie boueuse putrescente de l’anarchisme ne serait pas autant vantée et recommandée au mouvement ouvrier par la bourgeoisie à l’inverse de Marx, Engels, Lénine et surtout Staline.

    « En 1969, le marxiste Paul Mattick écrit… »

    Le gaucho anarchiste Paul Mattick est aussi « marxiste » que Bakounine l’est, ou que Makhaïski, Ciliga ou encoreTrotski, les idoles de jaja, sont des « staliniens ». Quand les anarchistes sont peints en « marxistes », çà sent la pourriture à plein nez.

    « …cet insulteur ordurier qui lors d’un accrochage récent avec moi c’est fait soutenir par Mwana Mikombo qui a la particularité d’avoir toujours et dans le temps les mêmes terminaisons d’IP que notre ami Louphi. »

    Invoquer des insultes quand il n’y en a pas ou, ce qui revient pratiquement au même, quand les arguments d’en face sont solides, pour en proférer soi-même gratuitement, cela est un signe manifeste de lâcheté et de débandade intellectuelle.

    En ce qui concerne Mwana Mikombo, il est un intervenant comme un autre. En tout cas, il est à priori plus respectable que certains pour avoir échangé avec lui. Rien à voir avec jaja. Quant à récupérer les IP (adresses internet) des forumistes, j’ignore si Agoravox le permet à n’importe quel blanc-bec. En tout état de cause, cela ne peut intéresser que les roussins. Jaja en est un sans doute. Cela ne serait pas surprenant de la part d’un trotskiste endurci. C’est plutôt le contraire qui serait surprenant. On sait d’ailleurs que Trotski, l’un des prophètes de jaja, fut à la tête d’un redoutable gang de barbouzes antisoviétique à la solde de l’impérialisme, en commençant par Hitler.

    Et quand le régime hitlérien fut écrasé en premier lieu grâce à Staline, le gang antisoviétique trotskiste se mit au service du sionisme et de l’impérialisme euro-américain. Après Trotski, au sortir de la guerre anti-nazi (seconde guerre mondiale), Nikita Sergueïevitch Khrouchtchev prendra la relève de Trotski. Et c’est le gang impérialiste trotskiste khrouchtchévien qui réalisera le rêve napoléonien de Trotski en réussissant, par un coup d’Etat, à assassiner Staline et d’autres dirigeants soviétiques, faisant ipso facto exploser l’URSS.

    Aujourd’hui, le trotskisme joue double. Tout en servant le sionisme et l’impérialisme euro-américain, il sert aussi l’impérialisme mahométan, en particulier le jihadisme. Il n’échappe à personne que le sionisme, l’impérialisme euro-américain et l’impérialisme mahométan sont les trois faces d’un même cylindre.


Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès