• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Markoff

Désolé, mais j’abandonne mon statut de rédacteur.

Tableau de bord

  • Premier article le 08/10/2008
  • Modérateur depuis le 29/10/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 9 181 319
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 48 26 22
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique












Derniers commentaires



  • Markoff 9 janvier 2010 11:12

    Les adversaires de l’esperanto ne répondent jamais sur le problème de fond, à savoir la disparition programmée des langues particulières et, en partie, des cultures associées....
    même si c’est à moyen ou long terme. Ils n’apportent aucun argument valable, sauf à faire le constat de ce qui se passe au présent et que tout le monde constate, y compris ( et surtout ) les espérantistes.

    Ils se contentent de quelques mots de mépris, voire d’insultes, car ils n’ont rien de sérieux à opposer à part le constat de ce qui se passe aujourd’hui. Ce sont des conservateurs obtus qui refusent toute idée de progrés humaniste, les mêmes qui critiquent l’écologie, le pacifisme, la supra-nationalité...etc. 

    Tout va bien pour eux dans le « meilleur des mondes » pourri. Surtout, ne changeons rien !
    A bas tous les idéalismes ! Toutes les utopies ! Et vive la guerre, tant qu’on y est...

    C’est triste ....  smiley



  • Markoff 8 janvier 2010 21:23

    Ma proposition concrète est implicite. Mais vous n’avez peut-être pas les capacités suffisantes pour comprendre.... Alors, marrez-vous bien !



  • Markoff 8 janvier 2010 18:48

    Les auteurs de ces rapports ont inventé un nouveau terme alambiqué : « la langue code », à la place de « langue anglaise », sans doute pour ne pas froisser ceux qui trouvent que les pro-anglicistes en font un peu trop... Pourtant il me semble que le terme de « code » s’appliquerait mieux au morse, voire à l’esperanto...

    Effectivement, parler de « futur citoyen européen polyglotte » relève du délire et on voit bien que c’est dit pour rassurer les gogos et faire passer la pilule anglophone.

    Il est évident que derrière le problème des langues concurrentes, il y a de gros enjeux économiques et culturels. Les grands pays luttent pour garder quelques prérogatives dans le concert mondial, mais qu’en est-il des petits pays, les plus nombreux ? Personne ne s’inquiète d’eux et ils vont être laminés par la langue la plus impérialiste ( suivez mon regard...), sans avoir un mot à dire. C’est déjà d’ailleurs bien commencé.

    Quant à la « francophonie », il faut se battre pour garder nos positions, tant que faire se peut, d’accord, mais ne tombons pas dans le travers impérialiste de notre principal concurrent ce à quoi me fait penser la phrase de Léopold Sédar Senghor pour lequel « La francophonie, c’est cet humanisme intégral, qui se tisse autour de la terre, cette symbiose des énergies dormantes de tous les continents, de toutes les races, qui se réveillent à leur chaleur complémentaire ». L’impérialisme culturel est aussi un impérialisme.

    La position dominante actuelle de l’anglo-saxon est un fait que beaucoup considèrent comme un fait acquis irréversible. C’est simplement la PREUVE que la mondialisation a BESOIN d’un langage commun pour communiquer dans un monde rétréci comparable à un gros village, mais un gros village où chacun souhaiterait conserver sa culture, du moins le plus longtemps possible, car, il ne faut pas se faire d’illusion, une culture mondiale s’installe peu à peu et personne ne peut s’y opposer. Mais ce que chaque peuple souhaitera garder ne sera possible que si on peut communiquer dans une langue neutre qui ne sera ni l’anglais, ni le français, ni le chinois...





  • Markoff 6 janvier 2010 00:53

    Amis rédacteurs, si vous voulez faire un article qui ramène des centaines de contributions, parlez de l’Islam.

    Ca marche à tous les coups !



  • Markoff 3 janvier 2010 23:45

    Quand on est anar, c’est normal de voir tout en noir...

    J’ai pas mal fréquenté les anars et les libertaires à une époque lointaine, mais je les trouvais plutôt idéalistes et révolutionnaires. C’était sympa.
    Les temps ont bien changé !.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité