• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

ninou

ninou

être parfait, absolu, imprévu,

Tableau de bord

  • Premier article le 22/11/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 305 49
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • ninou ninou 12 février 2008 20:12

    Pourquoi se méfier des experts ?

    -Parce qu’ils sont spécialistes et, donc, n’ont de vue globale d’aucun problème.

    -Parce qu’ils sont humains : ils sont sujets à l’erreur, à l’endoctrinement, à la manipulation.

    -Parce qu’ils ont des opinions, comme tout un chacun, et peuvent vouloir les défendre.

    -Parce qu’ils peuvent être achetés

    -Parce que leur parole sert d’alibi aux puissants qui font appel à eux.

    exemple réel : Des experts ont trouvé dans une petite fiole, brandie par Colin Powell, la "preuve" de l’existence d’armes de destruction massive en Irak(!)

    exemple réel 2  : Dans l’affaire dite "de l’huile toxique" les experts mandatés auprès des tribunaux ont tous effectué leurs recherches dans le sens où on les enjoignait à le faire (est-il possible que de l’huile de mauvaise qualité empoisonne des milliers de personnes ?). Ils ont fini par rendre un verdict bâtard du genre : oui c’est peut-être possible. Ce que la "justice" s’est empréssée de traduire par : donc c’est bien de l’huile qui a empoisonné tous ces gens. Quand un des experts a essayé de faire valoir une autre hypothèse (empoisonnement à cause d’un engrais mettant en cause un grand chimiquier) il a été purement et simplement débouté.

    exemple "fictionnel " : conclusions d’une commission d’experts chargée de statuer sur la nocivité ou non des OGM sur la santé humaine.

    expert 1 : "en raison du manque de recul, il est impossible de mettre en évidence un quelconque effet toxique ou nocif des OGM pour l’homme.’"

    expert 2 : "Nous n’avons pu observer d’effets néfastes que sur la santé des papillons, abeilles, fourmis...mais par sur celle de l’homme."

    expert 3 : "Monsanto, qui m’emploie, m’a dit de dire que c’était sans risque"

    expert 4 :"Vu les moyens et le temps qui m’ont été octroyés, je ne peux pas prouver que certains OGM intégrant des pesticides peuvent être dangereux dans le cas d’ingestions régulières.

    Tout ceci sera synthétisé politiquement par : "la commision d’experts déclare qu’ elle n’a découvert aucun effet nocif des OGM sur la santé de l’homme".

    A bon entendeur...

     

     



  • ninou ninou 8 février 2008 15:24

     

     Petite contribution énervée :
    « 1 - Est-ce que l’activité et les emplois créés par toutes ces nouvelles ouvertures de centre commerciaux compenseraient les dégâts prévisibles ? »
    Les emplois créés : sous-emplois. Esclavagisme moderne
    « 2 - Est-ce qu’il suffit d’ouvrir de nouveaux points de vente pour accroître la consommation moteur de la croissance ? Mon bon sens aurait tendance à penser que si nous avons un billet de 10 € et pas plus dans notre porte-monnaie peu importe qu’il y ait un ou dix magasins pour le dépenser, nous n’aurons jamais que 10 €. »
    Créer de nouveaux points de vente (au détriment des commerces de proximité) c’est enfoncer encore un peu plus le clou : Tu dois consommer, tu dois consommer, tu dois consommer…. (si tu n’as que 10 euros, c’est pas grave, tu peux emprunter !).
    « 3 - Jacques Attali n’aurait-il pas confondu causes et conséquences ? »
    Jacques Atila a tout confondu depuis le début : la croissance, il ne faut pas la libérer : il faut la maîtriser et l’euthanasier car c’est un chien enragé !
    « 4 - La baisse des prix ne générerait-elle pas au contraire une inéluctable paupérisation ? Et donc une illusion »
    Oui : la baisse des prix génère de la pauvreté. Quand on paiera enfin un service, un bien, ou un travail à sa juste valeur et pas au moins cher, on pourra enfin se dire civilisés !
     


  • ninou ninou 8 février 2008 13:31

    D’accord avec Grangeoisi.

    Pour écrire une constitution, il me semble de "bon ton" d’élire une assemblée constituante (sachant que ne peuvent faire partie de cette AC aucun représentant des différents pouvoirs en place - politiques, financiers...- et que cette AC, une fois la constitution écrite, est dissoute, tout ceci afin d’éviter les prises d’intérêts éventuelles).

    Cela aurait au moins le mérite d’aboutir à un texte enfin lisible par tous (il est vrai que ce n’est pas forcément l’intérêt de nos chers puissants !!)



  • ninou ninou 2 février 2008 14:39

    C’est bien de donner des leçons... J’ai relevé 5 fautes dans votre copie !!



  • ninou ninou 2 février 2008 12:00

    Un point positif de l’article me semble être l’utilisation de l’outil informatique pour permettre une individualisation plus grande du travail des élèves. Mais c’est déjà plus ou moins ce que fait tout logiciel pédagogique un peu efficace. Il suffirait de rendre cette utilisation plus systématique et, surtout, de créer des logiciels nationaux intégrant le fameux socle commun.

    Quant à l’équipement de tous les élèves... cela laisse rêveur. Mais nous parlons d’un idéal.

    Cela étant dit, ce mode d’évaluation et/ou d’apprentissage ne peut concerner que des connaissances quantifiables ( les seules que l’on pourrait évaluer selon l’auteur de l’article- j’y reviendrai plus loin). Or, ce type de connaissances ne permet pas de savoir si l’élève a compris ou non. Bref, s’il fait preuve d’intelligence. Ce type de connaissances peut faire de nos enfants des champions de jeux télévisés. Je ne pense pas que cela soit le but de l’éducation.

    Des élèves dont le travail scolaire consiste à apprendre "par coeur" une leçon d’une semaine pour l’autre et à la recracher pour pouvoir passer à une autre (on imagine aussi en parallèle ce que peut devenir un enseignant dans ces conditions : un coach) voilà ce que nous propose cet article. Quid de l’esprit critique ? De la culture ? Du développement de l’esprit scientifique ? Des capacités à s’exprimer à l’oral ? De celles à se faire comprendre à l’écrit ? De la transposition des savoirs ? Tout cela serait dévolu à des "ateliers" forcément dilletantes puisque non notés !

    Prendre le monde du numérique et son fonctionnement binaire comme modèle de l’intelligence humaine me semble dangereux : Tout énoncé serait soit vrai, soit faux ? Et cela s’appellerait de la "rigueur" ?

    La principale erreur de l’article est de croire que ce qui n’est pas évaluable par une note (c’est vrai ou c’est faux) n’est pas évaluable du tout. Le problème vient justement de la culture de la note. Si l’on veut savoir si un élève sait utiliser l’imparfait (ce qui est un savoir-faire plus important que de savoir conjuguer bêtement vu qu’il existe des aides de type "bescherelles" pour pallier aux oublis que chacun peut avoir) il suffit de le mettre en situation de le faire (textes orientés) et de vérifier si, dans ce texte qui le nécessitait, l’élève a réussi à utiliser l’imparfait, a simplement essayé d’utiliser l’imparfait ou n’a pas même pas essayé d’utiliser l’imparfait. L’évaluation est faite et elle ne peut pas se noter. Ce savoir-faire précis est soit acquis, soit en cours d’acquisition, soit non acquis.

    Nous sommes d’accord, ce que les parents veulent pouvoir dire c’est : mon fils est nul en conjugaison vu qu’il a 5 sur 20 alors qu’il est bon en maths vu qu’il a 17 sur 20. Et les élèves eux-mêmes (surtout les bons) réclament des notes. D’ailleurs nombre d’entre eux ne travaillent que pour cette "médaille". Mais cette méthode comptable est injuste et approximative précisément parce qu’elle ne peut pas rendre compte de ce qui n’est pas toujours quantifiable par une note et qui est pourtant, souvent, l’essentiel. Bref, si la notation pose problème, il y a une solution simple : arrêter de noter. Des appréciations, cela suffit, et c’est bien plus éclairant qu’une note. (évidemment, la lecture et l’élaboration des "bulletins" est plus longue mais il faut savoir ce que l’on recherche...).

    Dernière chose : croire que savoir que l’on a progressé dans un domaine, que l’on a enfin compris ce que l’on ne comprenait pas n’est pas une motivation pour un élève, prouve une parfaite méconnaissance de la psychologie. Ce qui démotive, c’est de voir que malgré les progrès que l’on a faits, on est toujours le nul en maths (notation à l’appui)

     

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité