• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

ninou

ninou

être parfait, absolu, imprévu,

Tableau de bord

  • Premier article le 22/11/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 306 49
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • ninou ninou 25 avril 2009 15:36

    Je ne comprends pas trop les votes négatifs sur l’article, que je trouve plutôt bien écrit et bien étayé.
    Cependant... (et je comprends la réaction de radix à ce sujet)
    Je remplacerais « Nous retenons mieux ce qui a du sens que ce qui n’en a pas » par « Nous retenons mieux ce que nous réussissons à relier à nos propres expériences ou connaissances, que ce qui est pour nous sans lien et sans logique ».
    En bref, on retient mieux ce que l’on comprend.

    Comprendre, c’est faire des liens. Les histoires créent du lien. Elles ont une valeur pédagogique certaine. Elles deviennent de moins en moins utiles au fur et à mesure que l’on devient plus « savant » dans tel ou tel domaine. C’est lorsqu’on devient « expert » que l’histoire devient insupportable parce que trop simplificatrice.

    Le storytelling très en vogue actuellement a ceci de particulier qu’il ne se veut pas « illustration » ou « simplification » du propos, de l’idée, mais plutôt « preuve ex-nihilus » de la validité du propos, de l’idée. Ceci est très proche du mensonge.

    L’intelligence et l’instinct permettent à la plupart d’entre nous de faire la différence entre l’histoire-distraction, l’histoire support de la pensée (la bonne littérature), l’histoire-vulgarisation, et ...la pure propagande.

    En tout cas, merci pour cet article



  • ninou ninou 20 mars 2009 20:01

    Autant qu’eux faire ce peu !



  • ninou ninou 17 mars 2009 17:33

    @ Barbouse

    Les 42 fautes qui fleurissent dans votre commentaire me font dire qu’il doit se lire au second degré (non ?)



  • ninou ninou 27 février 2009 21:50

    la future Miss SDF ne sera pas forcément la plus jolie, mais la plus méritante, la plus courageuse, animée d’une volonté de s’en sortir

    Quelle abjection ! Leur plus grand mérite est, pour elles toutes, de rester en vie !

    Elles ont perdu tout le reste, dignité y-compris, et une "bienfaiseuse" vient leur promettre je ne sais quelle "action" pensée à l’aune de ce qui fait qu’elles sont à la rue : la société de la réussite égocentrique. L’indécence de cette action a sans doute poussé cette "bienfaiseuse" à ne pas oser offrir à la plus méritante (celle qui sera le moins loin des valeurs de notre si belle société !) un logement décent, des soins médicaux (une rolex ?) etc...

    Et puis les autres.... Les "perdantes" ? ..... Bah elles retournent à la rue sans sublissime prix "bon d’achat".

    En plus de vivre une vie sans vie et sans espoir, elles auront eu un espoir (peut-être pas celui de remporter le prix, mais celui qu’on leur a vendu : faire connaître leur "cause") et on le leur aura retiré aussi sec :
    C’est sûr, pendant la soirée de remise des prix, il y aura du monde devant l’écran de TV ! Je parie même que le lendemain, tout le monde ne parlera que de ça !
    Mais après ?....

    Rien comme d’hab’. Sauf peut-être la bonne conscience de la "bienfaiseuse".

    Humanitaire,
    Faut pas nous la faire !!



  • ninou ninou 27 février 2009 20:47

    Plusieurs choses m’intriguent dans vos propos :

    • Le principe d’égalité serait donc anti démocratique....Intéressant...
    • Pouvoir continuer à proposer A CEUX QUI LE SOUHAITENT une option latin ou grec, n’a rien d’une demande élitiste !! Et si "ceux qui le souhaitent" vivent à Sarcelles, cela ne doit rien changer ! (égalité qu’on disait !!).
    • Vous semblez regretter que certains élèves bénéficient d’enseignements "culturels" au moment le plus propice pour eux...
    • Rejeter le fondement de nos textes de loi, c’est un peu rejeter le reste d’idéal humaniste qui survit dans cette république, c’est tout à fait dans l’air du temps, et je vous félicite donc pour cette adéquation aux temps présents.
    • Quant au poncif "c’est-moi-qui-paie-l’école-avec-mes-impôts-alors-j’ai-mon-mot-à-dire-même-si-j’y-connais-rien"... On l’entend trop. D’autant plus que l’enseignement est bien le seul métier où tout le monde se croit qualifié pour pouvoir en parler... Dois-je vous dire qu’avec mes (et vos) impôts on paie une multitude de choses vraiment nocives pour une nation (armement, pots de vins, garden parties à l’élysée ou ailleurs, bitumage du littoral, ....) alors le "coût" de l’éducation ... smiley
       
Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité