• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Oscar Ollo

Oscar Ollo

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 21/11/2018
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 57 29
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires



  • Oscar Ollo Oscar Ollo 11 janvier 2019 12:05

    @eric Normal, ils se revendiquent comme « bêtes et méchants ». 

    Mais ce n’est qu’une posture, il est certain qu’au fond d’eux-mêmes, ils se croient très intelligents. Cela étant, quand on fait la somme des manipulations de l’auteur (cfr les citations tronquées), des erreurs dues à l’inculture crasse des athées rabiques et des propos orduriers de Charlie, on se dit qu’on n’est pas sortis de l’auberge.

    Disclaimer : le fait que les porcs se complaisent dans leur fange ne signifie pas qu’il est légitime de les assassiner. On serait d’ailleurs bien inspiré de passer les coupables par les armes, ou de remettre la « veuve » en état de marche pour ceux-ci.



  • Oscar Ollo Oscar Ollo 11 janvier 2019 11:31

    Il y a une erreur ici :


    « Voilà pourquoi, en ce moment, les banques n’ont aucun intérêt à vous prêter de l’argent.

    Les banques s’enrichissent tant que vous êtes endettés.. »


    Ce n’est pas un peu paradoxal ? Si les banques ne vous prêtent pas, comment vont-elles s’enrichir ?


    L’autre erreur est de considérer un système particulier et d’en tirer une règle générale : si le dernier créancier n’est pas le même que le premier débiteur, la démonstration tombe à l’eau comme l’auteur le souligne.


    Or certains acteurs économiques sont des créanciers nets, d’autres des débiteurs nets. Le système ne pourra donc pas être répliqué dans la vie réelle : cela coincera à ces endroits-là.



  • Oscar Ollo Oscar Ollo 11 janvier 2019 11:16

    J’ai du mal à voir où l’auteur veut en venir : d’une part il fustige l’état, qui est « le cauchemar de l’économie française » et d’autre part, il se demande « qui profite du pognon dingue des péages d’autoroutes ? »

    De nombreux intervenants ont souligné les contrats d’exploitations léonins, la connivence politique-grandes entreprises, etc…  Je passerai sur des arguments qui peuvent être discutés comme le fait que les autoroutes en question soient amorties, ce n’est pas mon propos.

    Ce qui me fait bondir est prétendre que « L’autoroute n’est pas la seule solution pour se déplacer en France. Il n’y a pas une situation d’exclusivité qui créerait une violation de la liberté de circuler : le train, l’avion, le réseau de routes nationales peuvent se substituer ». C’est vrai en théorie, mais cet argument ne tient pas une seconde : le train… (soupir !). L’avion… (re-soupir !) et les routes nationales… (sanglot !). 

    Ouvrir le marché est courir le risque de la mise en place de plusieurs autoroutes parallèles.  Pour un libéral, c’est un bienfait mais pour n’importe qui d’un peu sensé une hérésie : des infrastructures comme une autoroute ne sont jamais qu’un mal nécessaire (demandez à ceux qui habitent à-côté) et il vaut mieux les limiter autant que faire se peut. Le libéral pur et dur imagine que chacun assumera ses responsabilités, mais il oublie que si les conséquences ne se produiront qu’à long terme ou seront supportées par d’autres, la nature humaine est ainsi faite qu’il se fichera éperdument des responsabilités en question.

    Pour moi, ce genre d’infrastructure est clairement de la responsabilité de l’état. Qu’il ait laissé la bride sur le cou à des concessionnaires pour plumer les automobilistes depuis la construction des autoroutes en question est un manquement à ses missions.



  • Oscar Ollo Oscar Ollo 24 décembre 2018 15:21

    @Clojea

    Cheveux longs,idées courtes...



  • Oscar Ollo Oscar Ollo 7 décembre 2018 20:06

    @Oscar Ollo

    Petite correction : c’est dégoûté par le semblant de sécurité que les forces de l’ordre assuraient qu’il a voulu vendre sa maison. Et quand on a voulu taxer sur la plus-value, il a refusé, arguant que faire face à un tel laisser-aller en matière de sécurité était un cas de force majeure. C’est ainsi qu’il s’est retrouvé devant ce juge qui lui a sorti cet argument odieux.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre Enseignement Banlieue Belgique

Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité