• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Savinien

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 169 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Savinien 15 octobre 2008 20:31

    Une chose que ne dit pas cet article, c’est que l’Autriche, à la différence de l’Allemagne, n’a pas été dénazifiée aprés la guerre. Là-bas, dans ce petit pays archi-culcul, des tas de gens continuent de penser que grand papa Adolphe se comportait comme un chic type, qu’il aimait les gros chiens et les petites fleurs...Tous ces bons paysans autrichiens, ils sont persuadés que Maman Hitler, ce modèle de femme vertueuse, a donné le jour à un bon fils, et qu’un sort injuste et cruel s’acharne contre le p’tit Adolphe. Vilaines rumeurs que répandent, on s’en doute, tous ces étrangers dégueulasses, ces français assassins de Marie-Antoinette... Alors, bien sûre, on vote Haider, lequel n’hésite pas à faire valoir ses filliations : fils de SS et fière de son état... Un vrai décompléxé d’ultra-droite, à faire rougir notre "décompléxé" à nous, Sarkho. Que dire de plus sur ce type, sinon qu’il se voyait en nouveau chancellier du Reich, et qu’il est mort au volant de sa bagnole, comme un con ordinaire qui se croit plus malin que le code de la route. Hors de la politique, l’excés de vitesse peut avoir des effets mortels. Tant mieux.



  • Savinien 13 octobre 2008 22:47

    En tant que partisan du rétablissement de l’esclavage, je suis plutôt favorable au travail le dimanche. Faudrait pas que les pue-la-sueur se relachent les glandes du labeur, et ce à cause de simagrées religieuses... Le travail, c’est la santé ! Regardez tous ces malheureux nègres qu’on a privé d’une saine occupation : ils dépérissent et font des conneries à longueur de journée... Alors qu’au temps bénie des plantations, les choses allaient à merveille : un petit coup de fouet pour les màles et, pour les dames, un petit coup de queue derrière les buissons, et hop le turbin repartait à l’enthousiasme... Franchement, je comprend pas qu’on ait pu faire la connerie d’abolir l’esclavage... Même les boniches, on peut plus les sauter entre deux portes, sans risquer de voir débouler les syndicats et la flicaille... Quelle misère !



  • Savinien 6 octobre 2008 22:59

    Plutôt d’accord avec Bruxman, la violence des extrémistes musulmans témoigne d’une crise profonde de cette religion peu sûre de son avenir et crispée sur sa lettre... De plus, dans les communautées immigrées, se greffe une dimension identitaire : l’Islam devient alors une sorte de radeaux de la Méduse qui recueille tous les éclopés et les "inadaptés"... Témoin, cette copine marocaine qui, un jour, m’avait traduit des bribes de conversations entre femmes voilées, bribes qui - faut le reconnaître - ne volaient pas haut... En tous cas, rien de spirituel dans leur propos, et j’ai vite compris que le voile n’est, en fin de compte, qu’ un accessoire ostentatoire, genre ’je crois en Dieu et je vous emm..." L’exact contraire de ce qu’il est censé être dans le monde musulman traditionnel... Je tiens à préciser que ce caractère ostentatoire concerne surtout les jeunes femmes, les plus agées nées au pays et/ou issu d’un milieu traditionnel ne cherchent, elles, qu’à raser les murs et se fondre dans le décor...

    Ps : tiens, voilà que moi aussi je suis atteind de "Bulgrosite aigue" : on cause de Jésus et c’est Mahomet qui sort ! Promis, je vais me surveiller...



  • Savinien 6 octobre 2008 22:02

    Si on en croit la tradition, Jésus a pratiqué la multiplication des petits pains ; Mr Bulgroz lui aussi pratique des miracles : quelque soit le sujet abordé, on peut être sûre que les p’tits Mahomet vont se multiplier... Mais ça reste quand même un peu plus lourd à digérer...



  • Savinien 30 septembre 2008 23:45

    Il y eut jadis, en Europe, un pays qui fut littéralement assis sur une montagne d’or, et pu ainsi dominer le monde occidental. Ce pays se nommait l’Espagne, celle du siècle d’or, résultat des conquêtes et du pillage du nouveau monde. Cette puissance n’eut qu’un temps et fut - Ô ironie - la cause de sa ruine finale. Car tant d’or finit par décourager l’activité économique et l’innovation, transformant insidieusement l’Espagne en une nation dépendante de ses mines et des fournitures de l’étranger... Ainsi, lorsque Pérou et Mexique furent complétement vidé de leur richesse, cette Espagne naguère cousue d’or devint à son tour aussi pelée que le cul d’un Pape nonagénaire... Il restait juste assez de bois pour se chauffer avec de beaux auto-dafé...

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité