• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

scripta manent

scripta manent

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 15/07/2011
  • Modérateur depuis le 09/08/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 64 291 910
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 420 160 260
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • scripta manent scripta manent 29 février 2012 12:21

    Voir ci-dessus ma réponse à Maltigliati.
    Recette de la ratatouille intellectuelle : vous prenez quelques concepts au hasard, vous brassez vigoureusement, vous assaisonnez d’une pincée de dogmatisme. C’est prêt à servir.
    Des brontosaures dans un hospice et au surplus interventionnistes ? Jusqu’où la passion du débat de mène-t-elle pas ...



  • scripta manent scripta manent 29 février 2012 10:14

    J’ai dit ce que je pensais de la référence à Roosevelt dans mon article et je la trouve fâcheuse, quoique pour des raisons différentes des vôtres. Ce qui m’a semblé intéressant dans cette initiative, ce n’est pas son intitulé, mais son contenu. Avez-vous lu les attendus et le détail des 12 propositions ?

    « 80 ans de système Roosevelt » dîtes-vous ?
    Vous considérez donc que la nouvelle politique économique et sociale initiée aux USA dans les années 80, et illustrée par le « consensus de Washington » est dans droit fil du « New Deal ».
    Hypothèse hardie car, le mentor de Ronald Reagan n’était évidemment pas John Maynard Keynes, mais Milton Friedman, dont on peut dire qu’il était doublement son contraire. En effet Keynes, contrairement à Friedman, n’était pas un opposant systématique à l’interventionnisme étatique et, surtout, il était un économiste pragmatique, ennemi de tout dogmatisme réducteur de la complexité sociale.
    Friedman, de son côté, ira jusqu’à déclarer : « Ce qui est extraordinaire avec la science économique, c’est que toutes ses lois tiennent réellement en une page, mais leur simplicité n’a jamais été acceptée par la plupart des gens." Peut-être en effet n’est-ce pas si simple ...
    La problématique à laquelle nous sommes aujourd’hui confrontés est la suivante : la dérégulation et l’ouverture inconditionnelle des frontières ont détruit la cohérence des territoires d’exercice des pouvoirs politiques et économiques et mis les premiers sous tutelle des seconds. Qu’en aurait pensé Montesquieu ?



  • scripta manent scripta manent 28 février 2012 20:58

    Contrairement à ce que certains adeptes du dogmatisme économique essaient de nous faire croire, l’économie politique est une « science » humaine et sociale et aucune recette ne peut être considérée comme infaillible en tous temps et en tous lieux. Nous disposons d’un capital d’expériences et d’analyses qu’il faut exploiter avec pragmatisme en fonction des conditions du lieu et du moment. 
    Les politiques interventionnistes dont vous dites qu’elles n’ont « jamais marché nulle part » ont’ par exemple, donné d’excellents résultats en France pendant les 30 « glorieuses » de 1945 à 1975. L’économie française ne s’est jamais aussi bien comportée qu’au cours de cette période.
     



  • scripta manent scripta manent 28 février 2012 15:57

    Début du New Deal : 1933
    Entrée en guerre des USA : 1941.
    Pendant ce temps, le New Deal connut des hauts et des bas, mais il prit la suite de 4 années (1929 à 1933) qui avaient été, elles, authentiquement calamiteuses.
    Le bilan économique a donné lieu à débat mais il a été suffisamment bon pour que Roosevelt soit réélu 2 fois, grâce aussi à l’excellent bilan social.
    Pas si mal pour une « catastrophe » !
    Quant à « l’unique et bonne question », nous attendons surtout l’unique et bonne réponse ...



  • scripta manent scripta manent 31 janvier 2012 17:42

    Bonjour JL1,

    Merci pour vos encouragements !
    Faire mentir la fable (« la raison du plus fort est toujours la meilleure ») n’est pas une mince affaire, mais il ne faut pas renoncer à soumettre à la réflexion et à faire entendre sa propre musique, ni à se saisir de tous les moyens que la démocratie - fleur fragile - nous offre.

    Je crois me souvenir que vous aviez réagi positivement à ma proposition de création d’un prix Diafoirus. L’humour peut aussi être une arme de combat !
    Pour connaître la vocation du prix Diafoirus, et/ou proposer des candidats et/ou être membre du jury, merci de répondre à l’article : 
    http://www.citoyensunisdeurope.eu/viewtopic.php?f=17&t=105&sid=19dddbefff82c983b136aa5f202f8c00

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité