• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Stéphane Domeracki

Enseignant en philosophie, auteur de Heidegger et sa solution finale. Essai sur la violence de "la" "pensée".

Tableau de bord

  • Premier article le 06/08/2015
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 32 231
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires



  • Stéphane Domeracki 21 octobre 2017 10:42

    @diogène Vous êtes mignons avec votre « point Godwin » mais les travaux de Heidegger des années 30 et 40 s’expliquent explicitement avec le national-socialisme : on fait quoi, on n’en parle pas, juste pour ne pas « tomber dans le point Godwin » ?...



  • Stéphane Domeracki 21 octobre 2017 10:41

    @Albert123 La pulsion de mort se situe là où se trouvent appels au meurtre et justification de la mise à mort de millions de civils. Ce n’est pas verser dans la « moraline » de trouver ça moyen, et fort peu philosophique ; mais j’imagine que vous trouvez cela « truculent », du haut de votre belle liberté de penser.



  • Stéphane Domeracki 21 octobre 2017 10:14

    @Christian Labrune
    Désolé de vous « navrer », mais on « n’en a pas fini », loin s’en faut, avec Heidegger en France, pour raisons qu’il est bon, à mon avis, d’éclaircir :
    _Tout d’abord, le fait qu’il jouisse encore de la réputation d’être « le plus grand philosophe du vingtième siècle », alors qu’il rejette lui-même le titre de « philosophe » et qu’il a suffisamment déshonoré ce titre pour ne plus être admiré en tant que tel
    _Parce que de nombreux interprètes continuent d’euphémiser les textes immondes de leur premier amour philosophique, si bien qu’il faut encore et encore les contrer, et leur montrer l’abîme
    _Parce qu’il a fait en sorte, par sa stratégie éditoriale, d’étaler sa réception a-critique puis critique sur des décennies : sachez que de nombreux volumes sortent après les travaux de Farias, qui étaient lon de rentrer dans le détail du nazisme non pas du personnage, mais de ses écrits
    _Parce qu’il bénéficie de relais massifs : des figures tutélaires comme J-L Nancy ou de nombreux profs de prépas le diffusent encore complaisamment à leurs élèves
    _Parce qu’il sent bien sûr le souffre
    _Parce qu’en de nombreux endroits il est vu comme le seul référent-maître possible pour remplacer ou contrer Marx, par exemple en Russie
    Et il y a encore de nombreux autres motifs



  • Stéphane Domeracki 21 octobre 2017 10:04

    @mursili Husserl et Jaspers n’avaient peut-être pas le talent rhétorique de Heidegger, qui n’avait pas son pareil pour capter l’attention des philosophes de métiers par les stratégies suivantes  :
    _Stratégies de cooptation en suggérant que ses lecteurs et auditeurs pourraient faire partie d’un cercle d’initiés à des mystères conceptuels - loin du « on », de la « publicité », et de l’« inauthenticité » - il reprend en cela un topos qui, de Pascal et Rousseau à Jünger en passant par Kierkegaard et Nietzsche, procure des gratifications narcissiques et de petits frissons élitistes aux « élus »
    _Recours massif à des données existentielles et triviales vouées à donner une impression de concrétude aux gogos
    _Reprise dans le détail de tous les philosophes décrétés « métaphysiciens », avec une maestria parfois réelle, parfois suspecte (voir ce que disent les philologues de ses traductions ou d’autres interprètes de ses violences herméneutiques, par exemple flagrantes concernant Kant, Hölderlin et Nietzsche)
    _Fantasme de la maîtrise pleine de l’Occident philosophique en en exhibant la supposée clôture
    _Mise à l’index d’une partie de la population jugée par assez radicale
    _Hystérologie = mise en valeur irrationnelle du possible jugé plus méritant que le réel : le futur révolutionnaire est survalorisé et le présent honni - - les gens adorent ça, pour pouvoir mieux dénigrer ce qui est à l’oeuvre
    _Reprise de topos antisémites déguisés - - alors qu’ils procurent subrepticement des gratifications narcissiques, étudiées par Adorno, aux partisans des personnalités autoritaires ;
    _Recours à un champ lexical répétitif et obsessionnel rassurant le lecteur qui finit par croire comprendre où Heidegger veut en venir
    _Stratégie éditoriale douteuse où les intentions réelles n’apparaissent qu’à la fin, bien après des textes dont la valeur philosophique semble réelle - - mais dont la clé n’apparaît qu’après.

    Je n’évoque que quelques enjeux, il y a tant à dire, et je le fais dans les 778 pages de mon livre.



  • Stéphane Domeracki 20 octobre 2017 19:46

    On peut aussi faire un Kamoulox si vous le souhaitez

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès