• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

velosolex

velosolex

alias "bakerstreet" ! .Doctorat en échappée belle. Grande pratique de l'art de la fugue pour guidon et selle de vélo, avec cheveux au vent, pour ce qu'il m'en reste. Dieu me garde des crevaisons quand j'ai la tête dans les nuages, et que je monte à l'assaut des belles collines ! 

Tableau de bord

  • Premier article le 03/02/2011
  • Modérateur depuis le 13/02/2013
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 25 4460 1114
1 mois 1 167 119
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 83 56 27
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • velosolex velosolex 13 juillet 19:30

    @rosemar
    Ecrire un roman au passé composé vous décompose. 

    Le vrai aventurier préfère le présent, pour rester plus que parfait, 
    comme une figure de samothrace en bronze, 
    ornant le bouchon de radiateur, d’une voiture de maître

    Depuis que Brassens s’en est allé, sur la vague en rêvant, le grand pan est mort. 

    « J’ai bien peur que la fin du monde soi bien triste »



  • velosolex velosolex 13 juillet 17:30

    @Mélusine ou la Robe de Saphir.
    Beaucoup d’accidents à cette époque, où De Gaulle, sur le siège arrière de sa déesse, faillit se faire trouer la peau dans l’attentat de petit clamard, avec Yvonne.

    Il parvient néanmoins à rejoindre Itaque 
    Camus voulait prendre le train mais monta finalement dans l’Aston martin de Gallimard. Il allait rejoindre sa maîtresse à Paris, enfin trois ou quatre, si ce que j’ai lu est vrai. 
    Je comprend mieux avec ses éléments ses interrogations sur l’absurde.
    Les écrivains ont toujours plusieurs ouvrages en court. ...
    Moi je part dans la Creuse, en kangoo. Le risque à 80 km/ heure, est moindre, c’est vrai, mais le nom de département m’inquiète un peu. 
    Par contre, celui du « Plateau des mille vaches » me rassure
    J’ai emmené avec moi « le tueur aveugle » de Margaret Atwood 


  • velosolex velosolex 13 juillet 17:09

    @Mélusine ou la Robe de Saphir.

    Malheureuse, n’allez pas dire du mal de sainte Pénélope, la femme du sourcilleux, baron de la Sarthe, la tête malheureusement enfouie à jamais dans un pot de rillettes du Mans. 
    Ulysse, en ces épreuves, n’eut pas tel coup de Trafalgar que celui qu’on fit supporte à ce couple !
    Cette Pénélope là est à la rencontre de tous les mythes de la graisse normande. 
    Elle était ,c’est son tort ,trop gourmande de crème fraîche, qu’en fine attaché parlementaire en vacances, elle avait cru s’autoriser de manger. Sur les conseils de son sire, cela va s’en dire. 
    Que serait devenu le pays, si on n’ avait pas exigé de voir son ouvrage ? Le même habit que celui que le conte du roi nu nous a été présenté....Il aurait fallu s’en satisfaire. 
    Notre dame des landes, priez pour nous, à l’heure de notre mort..... Merci, Pénélope....Retailleau s’est étouffé de rage, comme le Tiago de l’Othello de Shakespeare, par le footballeur.
    On dit que le couple s’est depuis refait, en vendant les casseroles qu’on avait accroché à leur carrosse....
    Il reste les aventures homériques de Fillon à trousser, par un bel écrivaillon. Tesson resterait dans la rime......Toutes ces aventures qui vont de Charybde en Scylla sont bien sur les traces du divin Ulysse....Reste que le Grec jouait petit bras à coté de Fillon, qui voulait s’emparer de la toison d’or, comme un fromage au lait cru ! 
    Et se réveilla gros jean comme devant, au matin, telle Pierrette et le pot au lait. . 


  • velosolex velosolex 13 juillet 16:44

    @Mélusine ou la Robe de Saphir.
    Le vélo en breton, se dit « mac’h houarn » autrement dit« cheval de fer »., mais il est vrai qu’au début les cadres en bois étaient courant. Les roues en bois en tout cas ont été pendant longtemps utilisés par les pistards, en raison de leur souplesse et de leur réactivité. . 



  • velosolex velosolex 13 juillet 14:47

    @Mélusine ou la Robe de Saphir.
    En voyage, j’ai rencontré vraiment des gens dingues, ayant vécu des aventures extraordinaires, si irréelles qu’elles n’étaient pas crédibles, et interrogeaient en fait sur leur état mental,, la force et la bêtise de la jeunesse, son absolu poésie et sa candeur quand elle se joue à la roulette russe....

    Qu’aurais je à dire sur mon voyage en Grèce, à travers le Péloponnèse, à la recherche des dieux, monté sur un vélo bismark, 20 kilos, en fer forgé, sans vitesses aucune. Un pain de trois kilos sur le porte bagages......
    Tesson, qui en a eu toujours eut avec lui, de par sa naissance, s’est planté comme un jeune con, ou plutôt comme Phaedron, ce fils de dieu, qui se crut tellement puissant qu’il piqua les clés du char de soleil....C’est le grand risque d’être fils de....Ne jamais sortir de l’adolescence, de la conviction qu’on n’est immortel, le produit des dieux, qu’on continuera à avoir toutes les chances, et qu’un jour peut être on fera encore mieux que papa. 
    Tesson ne tomba tout de même pas dans la mer Egée. Reste que les « chemins noirs », de loin son meilleur récit, parle de l’expérience de la perte. Il n’y a que là qu’il rejoint le mythe d’ulysse
    Pour le reste, ce voyageur assuré tous risques, ou presque, me semblent à des lieux de cette poésie d’illuminés, qui ont parcouru les sentiers du monde, sans filet de sécurité. Même avec une recherche de la bohème labellisée, et monté sur une grosse cylindrée, il pond des récits de notable, avec une carte de crédit dans la poche enlevant tout l’intérêt ou presque à l’aventure qui en n’est plus une, mais un projet semblable à Bernard Guetta sur France inter, qui se met en vacances d’antenne, pour faire des missions littéraires et journalistiques...
Voir tous ses commentaires (20 par page)