• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

velosolex

velosolex

alias "bakerstreet" ! .Doctorat en échappée belle. Grande pratique de l'art de la fugue pour guidon et selle de vélo, avec cheveux au vent, pour ce qu'il m'en reste. Dieu me garde des crevaisons quand j'ai la tête dans les nuages, et que je monte à l'assaut des belles collines ! 

Tableau de bord

  • Premier article le 03/02/2011
  • Modérateur depuis le 13/02/2013
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 22 4191 613
1 mois 0 150 0
5 jours 0 20 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 83 56 27
1 mois 5 2 3
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • velosolex velosolex 21 mai 14:58

    @arioul
    Le tramway est marrant et il y a bien d’autres lignes que la 28. Sinon, le métro est moderne, pas cher, et permet de traverser Lisbonne dans des condtions de confort et de sécurité qu’on ne trouve pas à Paris. Perso, j’étais dans un pension de famille, pour 30 euros par jour déjeuner compris, à volonté...En plein dans le centre historique. Plein de petits restaurants, d’inspiration portugaises, mais aussi cap verdiennes....Le mieux, c’est d’y aller en ce moment, avant l’été, ou dans l’arrière saison. 

    Lisbonne est une de ces villes dont on se rappelle, comme Venise. Mais pour cette dernière, ce n’est plus qu’un décor, où se planquent les arnaqueurs. Rien de cela à Lisbonne. 


  • velosolex velosolex 21 mai 14:47

    Lisbonne est une des meilleurs destinations qu’on puisse rêver. Le pays est beau, les gens sont gentils, profondément honnêtes, respectueux. Il y a une poésie intangible à se promener des jours durant dans cette ville, ventilée par l’atlantique, à remonter le Tage en rêvant. 

    J’y suis resté une dizaine de jours, j’aurais pu y rester un mois ou deux. C’’est la ville de l’émotion, dirais-je. Les photographes pourront se régaler. Lumière et ombre, couleurs flamboyantes...
    La ville aux sept collines est merveilleuse, et fait résonner en elle aussi ses anciennes colonies, l’Afrique, et l’Amérique du sud. Quantité de petits commerces comme on ne trouve plus en France. La restauration et l’hostellerie ne sont vraiment pas chers, et l’on peut vivre sans se priver à Lisbonne pour deux ou trois fois mieux qu’en Italie, sans parler du vin qui est exquis. Il y a une liaison ferroviaire pour les autres villes, en particulier Porto, qui est elle aussi intéressante. Elles permettent d’accéder aussi en très peu de temps à la presqu’île de Sintra, qui est une merveille de palais gothiques, avec des jardins fabuleux, semblables au monde d’Alice Caroll....Perso, j’y retournerais bientôt. A quoi bon aller vers de destinations kitsch, quand le bout du monde est si près


  • velosolex velosolex 20 mai 23:53

    @Mélusine ou la Robe de Saphir.
    Vous soulevez quelque chose de très juste. Le culte de la performance, de la célébration exacerbé du moi, même dans ses formes les plus débiles, nous vient bien de la culture anglo saxone à son mode alpha, les states, donc du libéralisme décomplexé. 

    C’est une culture de la mort qui est restée intacte dans l’inconscient de ce pays. La loi du Lynch, des ego à winchester, de cette pulsion primaire visant à s’accaparer l’espace des autres sous le prétexte d’une légitimité fallacieuse, cinématographique. Ce n’est pas pour rien que ce pays a si bien réussi le développement de son cinéma. Ce n’est qu’une excroissance naturelle d’elle même. La pression pour réussir est immense. Là bas c’est bien plus « l’enfer c’est les autres » que chez nous. Celui qui fascine, c’est celui qui fait parler de lui. 
    Pas d’imaginaire à la sauce Lewis Caroll dans ce tableau, flirtant vers le symbolisme, et l’imaginaire créatifs, ceux qui vous réconcilient avec le réel. Nous sommes là dans la paranoïa, la recherche du bouc émissaire. 
    Les modèles proposés sont multiples. Les bad boys autrefois stigmatisés par la culture évangélique ont été récupéré par la nécessite économique : Il faut vendre des armes, à l’extérieur, et à l’intérieur. Si vous ne pouvez par écrire un article dans « nature », il vous reste la possibilité de faire un carton. Ce nihilisme qui fait du sexe, de la vie, des anecdotes risibles et pornographiques, fait des émules partout dans le monde.
     Et il est possible que les fous de Daesh soient des golems à mi chemin entre la culture patriarcale musulmane la plus tarée, et celle des psychopathes crées par la culture yankee « in god we trust » : La jouissance de tuer, de « se la péter », comme on dit maintenant,. 
    Ce pays vivant à la fois dans le passé fantasmé, et le présent aveugle, entre deux « colombine » n’a absolument pas la carrure pour diriger le TItanic, sur lequel nous voguons...Trump, même s’il est adipeux, est le miroir de l’Amérique, bien plus qu’Obama, le good guy, celui qui a sa place obligée dans le film, comme naguère Sydney Poitier


  • velosolex velosolex 20 mai 23:25

    @moderatus
     « ils n’éprouvent même pas de culpabilité vis-à-vis des victimes  »

    Oui, tout est là. L’empathie est le meilleur guide de nos actions ; c’est cela qui nous structure, en rapport avec nos neurones miroirs qui nous font exactement ressentir la même émotion que celui qui souffre, qui court, ou qui rit, même si l’un est sur la scène, et l’autre dans un fauteuil roulant... (La visualisation du cerveau, par IRM de l’activité émotionnelle est la même chez les deux sujets)
    Je dirais que notre notion du bien et du mal en découle de visu, ou plutôt de ressenti. Ce ne sont donc pas des considérations intellectuelles, ou philosophiques, ayant avoir avec l’intelligence, ni avec l’acceptation d’une loi qui nous tiendrait, mais bien la résultante d’une loi intérieure, compassionnelle, liée au fait que nous nous reconnaissons naturellement chez l’autre, en »miroir« ....
    Ce qui explique que ce qu’on nomme les »justes« , les humbles, ayant aidé des éprouvés, des exclus, expliquent benoîtement plus tard, très sincèrement, qu’ils n’ont pas pu faire autre chose, et que tout le monde aurait agi comme eux dans ce cas. 
    Ce en ce quoi ils se trompent. Le mal existe. Il n’a pas d’âme, où il l’a venu au diable, comme on disait dans le temps. Parfois ils ont pourtant un regard d’ange. Comme ce capitaine Astiz, sous la junte argentine, qu’on surnommait  » l’ange de la mort". 
    Le capitaine Astiz arrêté en Argentine - Libération


  • velosolex velosolex 20 mai 18:46

    @Mélusine ou la Robe de Saphir.
    Réflexion très pertinente, et le lien est en rapport. Merci

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès