• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Qu’est-ce qui leur fait dire que l’agriculture et (...)

Qu’est-ce qui leur fait dire que l’agriculture et l’élevage sont devenus une menace ?

 

En France agriculture et élevage tuent des agriculteurs, pour certains par suicide pour des raisons économiques, et pour d’autres par empoisonnement.

Pour les raisons économiques je ne saurais pas l’expliquer. Certains spécialistes en la matière, politiques ou économistes, certains syndicalistes paysans avancent que c’est à cause de la politique agricole commune européenne, la fameuse PAC, approuvée par un syndicat hégémonique, la FNSEA dont la présidente est une modeste productrice de porcs (5 400), truies (230), porcelets nourris aux céréales de la ferme. Cette politique agricole commune favoriserait très largement l'agriculture et l’élevage industriels et intensifs, leur réservant la plus grosse part des subventions, au détriment des plus petits producteurs.

« Le constat est sans appel : notre système agricole est à bout de souffle. Il a perdu sa fonction première : nourrir l’humanité. Industrialisée depuis les années 1960, l’agriculture affecte gravement la nature et la biodiversité, le climat, notre santé et l’emploi dans nos campagnes. » (WWF France)

« La PAC 2015-2020 n’a répondu ni aux besoins des petites et moyennes fermes, ni aux attentes des consommateurs. La plupart de son budget bénéficie encore à des producteurs inscrits dans un modèle agro-industriel intensif. Les aides, calculées en fonction du nombre d’hectares d’une ferme et d’anciennes références de rendement, pénalisent injustement les fermes de petite taille, les fermes diversifiées et certains types de production. Malgré des tentatives pour mieux répartir le budget entre les fermes, la PAC n’est pas non plus parvenue à assurer un revenu à tous les paysans. » (Pour une autre PAC, plateforme française inter-organisations)

« La FNSEA n’est pas favorable à l’instauration du système redistributif voulu par le ministre de l’Agriculture, dans le cadre de l’application en France de la future PAC.  » Ouest-France

« Jeunes Agriculteurs (JA) s'oppose à la FNSEA sur l'orientation que doit prendre la mise en œuvre française de la PAC, actuellement en discussion. Lors de leur conférence de rentrée, jeudi à Paris, les jeunes ont pris le contre-pied de leurs aînés en affirmant leur soutien au scénario le plus redistributif proposé par le ministère de l'Agriculture : "nous sommes favorables à un verdissement forfaitaire et à la revalorisation des aides sur les 52 premiers hectares, à condition de reconnaître les actifs agricoles." » (La France Agricole)

L’agriculture et l’élevage tuent aussi la planète et les consommateurs.
Je ne suis pas non plus expert agronome. Mais comme pour beaucoup d’autres de mes chroniques sur Agoravox, je me fie à mes lectures quand les auteurs sont des personnes dignes de confiance qui citent toutes les sources des arguments et exemples qu’ils présentent.
Cette fois, c’est le livre de Fred Vargas, L’Humanité en péril (Virons de bord toute !), qui m’a fourni les informations sur ce sujet. Fred Vargas, docteur en archéozoologie, ex-chercheuse au CNRS, désormais auteure de romans policiers.
Son livre traite plus exhaustivement du problème de la crise climatique et de l’avenir de la planète et de ses habitants :
« Depuis trente années, ils savaient. Les gouvernants, les industriels, ils savaient. Que leur folle ruée vers l’Argent et la Croissance était meurtrière. Tout est aujourd’hui dévasté : le climat, les sols, les eaux, la faune, les forêts. Nous filons droit vers un réchauffement de +3° C (c’est-à-dire +7° C à +8° C sur les terres) : le péril mortel qui attend nos enfants est devenu réalité. En ont-ils cure ? Nous, oui. À nous de mettre fin à leur effroyable cynisme. À nous de nous battre, par les actes, par les urnes, à nous de sauver nos enfants. » (4èmede couverture)
Si vous avez des enfants, si vous les aimez, si vous vous souciez de leur avenir, alors lisez ce livre. Fred Vargas y décrit aussi les solutions possibles découvertes au long de ses recherches.

Revenons aux méfaits prouvés des agriculture et élevage intensifs. Je cite Fred Vargas, quelques extraits avant de conclure.
(C’est peut-être un peu long, mais… édifiant)

« Je dois vous donner quelques chiffres très instructifs sur les émissions des gaz à effet de serre dans le monde, par secteur, tirés du dernier rapport du GIEC d'octobre 2018 (qui rédige des rapports aux données incontestables à destination des COP) : en tête l'industrie avec une part de 32 % suivie, vous n'allez pas le croire, suivie immédiatement par l'élevage, l'agriculture et la déforestation qu'elle entraîne avec 25 %, puis par le bâtiment avec 18,5 % (construction, entretien, chauffage), le transport avec 14 %, les autres énergies pour 9,6 %, et voilà pour l'essentiel.
[…]
On cite toujours le C02, issu de la combustion des énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz) mais aussi de celle du bois.
Mais il n'est pas le seul, comme on le croyait ! Et nous voilà face au protoxyde d'azote.Il représente 16 % des gaz à effet de serre et, voyez comme on y revient, il provient pour deux tiers ou les trois quarts des activités agricoles et d'élevage industrielles (engrais azoté en excès, fumier, lisier, résidus de récolte) (...) ; ce protoxyde d'azote produit en outre de l'ammoniac, issu à 94 % du même secteur élevage-agriculture, cause d'acidification et émetteur de particules fines.
Son pouvoir réchauffant est 300 fois plus important que celui du C02, ce n'est pas rien, et sa durée de séjour dans l'atmosphère est de 120 ans.
[…]
Les rizières à elles seules émettent autant de protoxyde d'azote que 200 centrales à charbon. Le riz est cause d'un autre grave ennui : il absorbe aisément l'arsenic.
[…]
Le risque d'une pénurie d'eau douce existe donc bel et bien. En cause, le réchauffement climatique, l'agriculture et l'élevage industriels qui prélèvent 70 % de l'eau disponible (!), l'industrie (environ 20 %) et la consommation domestique (10 %).
[…]
Si l'industrie vient bien en tête avec 32 % de ces gaz, elle est immédiatement suivie par l'élevage, l'agriculture et la déforestation qui l'accompagnent avec 25 % d'émissions de gaz réchauffant, loin devant le transport (hors bétail) qui compte pour 14 %. Pour certains chercheurs, l'élevage-agriculture, tel qu'il est pratiqué aujourd'hui, est même la première cause du réchauffement (33 %).
[…]
Poussés à la consommation, nous sommes devenus fous : entre 1950 et 2000, la consommation de viande au niveau mondial a été multipliée par 5 alors que la population a « seulement » doublé.
L'élevage, couplé à l'agriculture pour nourrir le bétail, émet 37 % du méthane répandu dans l'atmosphère, au pouvoir 25 à 28 fois plus réchauffant que le C02.
Aujourd'hui, le cheptel mondial d'animaux d'élevage s'élève à 28 milliards de têtes. Autrement dit, pour un humain, il existe 4 animaux d'élevage.
Selon le WWF, « la production d'un kilo de viande de veau rejette la même quantité de gaz à effet de serre qu'un trajet de 220 km en voiture » ! Un kilo ! Après elle, les viandes les plus polluantes sont l'agneau de lait (180 km), le bœuf (70 km), le porc (30 km) et le poulet (7 km).
[…]
C'est cette demande démesurée en terres agricoles pour l'élevage qui pousse à la déforestation, 91% des terres "récupérées" dans la forêt amazonienne servent aux pâturages ou à la production de soja et de céréales, le plus souvent transgéniques, qui nourriront le bétail. Sans cet élevage intensif, ces terres seraient utilisées pour planter des légumes, des fruits, des céréales pour les populations locales, ou bien pour replanter des arbres. La vie végétale pourrait reprendre le dessus, ce qui permettrait de freiner les effets du réchauffement climatique. L'élevage engendre ainsi une pression insoutenable sur les sols, dont l'état est devenu critique.
[…]
À présent, nous voilà informés à satiété de la part destructrice considérable, inimaginable même, du couple de l'élevage-agriculture intensif pour la viabilité de la planète et la survie des hommes, que je nous résume pour qu'on y voie bien clair : première ou deuxième cause des émissions de gaz à effet de serre, du méthane, du puissant protoxyde d'azote, du C02 et d'une lourde part des gaz fluorés utilisés dans la chaîne du froid ; (...) érosion des sols, épuisement du phosphore vital, épuisement des ressources en eau potable, première source de pollution des eaux, cause principale des pluies acides, avec leurs répercussions calamiteuses sur la qualité des sols et la santé des forêts, source d'autres pollutions multiples (pesticides, herbicides, antifongiques) et des marées vertes.
Outre ces divers enjeux, déjà si multiples et gigantesques qu'ils nous abasourdissent ou nous épouvantent, la surconsommation de viande met en grand péril nos ressources en eau, cette eau qui commencera à manquer dans 5 à 6 ans. Or la production industrielle d'1 kilo de bœuf absorbe 13 500 litres d'eau, contre 1 200 litres pour 1 kilo de blé ! Et produire 1 litre de lait nécessite en moyenne 990 litres d'eau !
[…]
Les vignes, en France, utilisent quelque 65 000 tonnes de pesticides par an. Fongicides surtout, mais aussi insecticides, herbicides, etc. En 2013, Que Choisir a analysé 92 vins et 100 % contenaient des pesticides. Résultat : le vin recèle en moyenne 300 fois plus de pesticides que l'eau potable. Beaucoup d'échantillons mélangeaient 9 ou 10 molécules différentes, un bordeaux de marque connue en contenait 14 dont une interdite en France. Dans un autre bordeaux on trouvait un pesticide avec une teneur 3 364 fois plus élevée que la norme appliquée à l'eau potable.
Pour prévenir le mildiou, principale maladie de la vigne, les vignerons utilisent du cuivre comme fongicide (c'est le cas aussi dans les cultures maraîchères, pommes de terre, tomates, cucurbitacées...). S'il est déposé en excès, il s'accumule dans la terre, provoquant des effets néfastes sur la vie des sols, les mammifères et la faune aquatique.
[…]
Deux comités d'experts ont analysé plus de 2 000 échantillons de pain entre 2000 et 2013. [...] le taux des produits de boulangerie contenant des résidus de pesticides a plus que doublé au cours des 12 dernières années : il est passé de 28 % en 2001 à 63 % en 2013.
[…]
L'association Générations Futures a fait analyser une trentaine d'échantillons de céréales pour petit-déjeuner, de légumineuses et de pâtes. Plus de la moitié contiennent du glyphosate, le pesticide phare du géant Bayer-Monsanto, classé comme cancérogène par le CIRC, et 7 céréales de petit-déjeuner sur 8 en contiennent aussi.
[…] 
L'association Générations Futures a analysé des fruits et légumes qui grouillent de pesticide. Selon son rapport, près de trois quarts des fruits et 41 % des légumes non bio portent des traces de pesticides quantifiables pouvant altérer notre santé et celle des agriculteurs.
Dans le haut du classement des 19 fruits étudiés, le raisin est le plus contaminé avec 89 % des échantillons contenant des résidus de pesticides quantifiables. Il est suivi de près par les clémentines/mandarines (88,4 %) les cerises (87,7 %). Viennent ensuite les pamplemousses, les fraises (83 %) et les nectarines/pêches et oranges avec plus de 80 % des échantillons renfermant des résidus de pesticides. Puis, avec plus de 75 %, les pommes, les abricots, les citrons, et les poires atteignant 74,4 %. Entre 64,8 % et 52,1 %, on trouve les citrons verts, les ananas, les mangues, les papayes, les bananes, les framboises et les groseilles. Etc.
Côté légumes, parmi les 33 espèces étudiées, le plus atteint est le céleri branche avec 84,6 % des échantillons testés qui contiennent des résidus de pesticides. Il est suivi de près par les herbes fraîches (74,5 %), l'endive (72,7 %), le céleri-rave (71,7 %) et la laitue (65,8 %). Entre 60,5 % et 51,5 % on trouve les piments, poivrons, pommes de terre, haricots, pois (non écossés) et poireaux. Entre 49,7 % et 41,3 %, les melons, carottes, tomates, concombres, courgettes. Entre 39,4 % et 30,8 % les radis, aubergines, blettes, épinards, champignons. Entre 29,5 % et 19 %, les artichauts navets, choux pommés, brocolis. Etc.
[…]
Ce qu'il est possible de faire : établir - et nous y sommes de toute façon contraints - une affectation des terres très différente de celle qu’on connaît aujourd'hui. Elle ne suivra pas bien entendu les normes de la PAC européenne - (Politique agricole commune) qui favorise très largement l'agriculture industrielle - autrement dit les grandes surfaces de production de monocultures, cultivées à base d'engrais chimiques polluants et à grand renfort d'eau - et les fermes d'élevage gigantesques. Mais cette agriculture industrielle, qui n'est plus soutenable pour la planète, n'aura plus cours encore bien longtemps, laissant la place le plus rapidement possible à une agriculture biologique, économe en eau et en engrais (le digestat), et devant être organisée en petites et moyennes exploitations polyvalentes (céréales, cultures maraîchères, vergers) au niveau micro-régional, afin de pouvoir apporter à chacun une variété de produits sur de courts trajets (sauf pour les hectares de betteraves et de maïs dédiés à la production de biomasse). Ces petites et moyennes parcelles devront être bordées de haies, pour empêcher l'écoulement de l'eau, freiner l'érosion des sols, atténuer les effets du vent et aider la biodiversité. Et cette mutation doit être anticipée, dès les années 2020. »
Édifiant !

Les responsables gouvernementaux, ministres ou élus de la majorité, les syndicalistes approuvant la politique agricole menée, ne peuvent pas prétendre ignorer la gravité de la crise à laquelle ils nous ont amenés. Donc c’est délibérément qu’ils persistent, pour protéger des intérêts particuliers au détriment de l’intérêt général. On le voit dans la captation des subventions européennes par les plus gros producteurs quitte à laisser mourir des petits exploitants. Ces petits exploitants qui n’y sont pour rien et qui malgré un travail acharné arrivent à peine à survivre et encore, pas toujours.
D’autres techniques rentables et protectrices de la nature existent. Les agriculteurs du bio et du local raisonné, le démontrent tous les jours. Et même avec très peu d’aide financière ce qui est un comble.

Cette chronique va être qualifiée d’"agribashing."
Des climatosceptiques vont affirmer que les faits dénoncés sont faux.
Pour ceux-là elle est inutile et plus encore nocive.
C’est sans importance.
L’essentiel est qu’elle allume une petite lumière dans l’esprit de ceux qui se posent des questions et qu’ils décident d’aller voir par eux-mêmes.

« Depuis trente années, ils savaient. Les gouvernants, les industriels, ils savaient. Que leur folle ruée vers l’Argent et la Croissance était meurtrière. (…) En ont-ils cure ? (y compris les climatosceptiques) Nous, oui. À nous de mettre fin à leur effroyable cynisme. À nous de nous battre, par les actes, par les urnes, à nous de sauver nos enfants. » (Fred Vargas)

Allez-y voir pour juger par vous-même, car si la menace se confirme alors vos enfants, peut-être, vos petits-enfants certainement, sont en danger de mort et ce sera bientôt irréversible. Et vous, qu’aurez-vous fait pour l’empêcher ?

En complément des articles suivants :

Confinement mondial et hop, plus de pollution. Aux climato-sceptiques, qu’est-ce qu’il vous faut de plus ?

Extinction de l’espèce humaine, peut-on ne pas y croire ?

Hé ! Les climatosceptiques. Non mais allo, quoi !

Changement climatique ; inégalités sociales. Rien à faire ! Rien à faire ?

1% de la population de la planète possède deux fois plus que les 90% autres. Où est le problème ?

D’autres chroniques, des réflexions et une sélection de livres éclairants sur :

Mon Blog


Moyenne des avis sur cet article :  4.13/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 27 janvier 08:50

    L’agriculture et l’élevage intensifs sont l’aboutissement d’un processus qui a commencé au néolithique, quand sapiens a abandonné le mode de la prédation pour adopter celui de la production.

    Ce passage a été rendu possible par le fait que, contrairement aux autres animaux, il est capable de coopérer efficacement avec un très grand nombre de ses semblables grâce à des structures sociales complexes et évolutives, capacité jointe à celle de croire en des choses qui n’existent que dans son imagination, telles que les dieux, les nations, l’argent et les droits de l’homme. Ces deux capacités lui ont permis de se positionner en tant qu’espèce dominante, même si les religions, les structures politiques, les réseaux de travail et les institutions légales ne sont que des fictions.

    Le capitalisme lui-même est davantage une religion qu’une théorie économique, une religion qui amène les plus illuminés à se prendre pour des dieux. Notre époque correspond à la fin de la période néolithique commencée il y a environ 10 000 ans vers autre chose dont la mise en place se traduit par un séisme destructeur dont il est impossible de deviner l’issue.


    • eau-pression eau-pression 27 janvier 09:26

      @Séraphin Lampion

      Ces fictions sont nécessaires à la coopération. Qu’elles soient des illusions ne les empêche pas d’être opératives.

      Les animaux domestiques aussi vivent dans la fiction : ils croient l’homme bienveillant à leur égard.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 27 janvier 10:13

      @eau-pression

      Il y a une différence, quand même : contrairement à ma belle-mère, mon pitbull ne met pas de rouge à lèvres.


    • Sozenz 27 janvier 12:56

      @Séraphin Lampion
      pour votre belle-mère
      si vous souhaitez que cette tendance lui passe offrez lui un poisson chauve-souris.
      bon, après faites le si vous ne voulez plus la voir ! tout le monde n a pas assez d’humour pour accepter un tel cadeau .sans broncher.


    • @Sozenz Regardez bien le tableau espagnol : Les Ménines. On ne se préoccupe de l’enfance et son avenir que depuis le 18ème siècle. Avant on les emmaillotait sur un planche qu’on pendait au plafond et on les mariait parfois à treize ans et moins. Et dans les familles royales, le seul amour qu’ils recevaient était celui de leur gouvernante. Raison pour laquelle, ils avaient tous l’air un peu hautains et n’avaient pas beaucoup de scrupules à faire la guerre.


    • Le421... Résistant !! Le421 27 janvier 17:55

      @Séraphin Lampion
      Je rajouterais que comme je le dis souvent, le changement de direction ne se fera que lors de catastrophes majeures. Le coronavirus n’est qu’une toute petite idée des désastres à venir.
      Quand je vois les gens gueuler sur les éoliennes, alors qu’ils veulent du courant pour recharger le smartphone, je me dis que le premier réacteur qui va fondre en France et mathématiquement, ça va arriver !! va en calmer un bon paquet.


    • Sozenz 27 janvier 21:40

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Avant on les emmaillotait sur un planche qu’on pendait au plafond

      au plafond , punaise ; 
      on les accrochait pour qu’ ils ne se fasse pas bouffer par les cochons ;
      et les gens bossaient beaucoup ;hommes comme femmes ;
      mais je ne pense pas que toutes les personnes en avaient rien à faire de leurs enfants ;
      vous êtes réductrice au possible .

       l humain serait il pire que les animaux ;( quoique parfois on se le demande ! )

      si je peux me permettre avez vous été mère ?
      vous vous demandiez la dernière fois si j étais une femme ; et bien là . c est moi qui me pose cette question à votre sujet .

      je crois que vous ne connaissez rien aux gens

      sachez que vous aurez toujours des personnes plus ou moins maternelles ; avec pour certains un amour inconditionnel pour leurs enfants et d autres pas ; en tout temps
      Si vous n avez toujours pas compris cela ; c est qu’ il va falloir observez plus la réalité que de rester le nez dans vos bouquins


    • troletbuse troletbuse 27 janvier 22:30

      @Sozenz
      Tu me fais penser à des souvenirs d’enfance.
      A la campagne, le cochon était tué en hiver et les jambons et saucissons fabriqués par salaison ou fumage, se retrouvaient comme le gosse, accrochés au plafond afin qu’ils séchent. En Lorraine, on appelait ce montage le clouïon, 4 crochets de fer recourbées en U aux extrémités et fixés aux poutres de la cuisine devant la grande cheminée, deux barres de bois étaient mises dans ces U. Je n’ai pas retrouvé ce nom clouïon

      dans les lexiques de patois.


    • En 1985, j’avis lu des livres de philo, de psycho et j’avais compris que ce monde courait à sa perte. Je me suis occupée des enfants des autres. gardant un tout petit espoir alors qu’au fond de moi-même j’avais compris. L’humain est égoïste et très stupide. Je viens de passer une heure pour remonter le moral d’un jeune de 18 ans. Lui expliquant (était-ce la bonne réponse, certes non,...) qu’ à une autre époque on se souciait encore moins des jeunes puisqu’on les envoyait au front... Je lui ai parlé de l’histoire du monde de la civilisation, de l’évolution des espèces. Sait-on que les sauriens furent les premiers à se mettre debout sur deux pattes pour voir plus loin...(ils ont inspiré les Marsupilamis). Que l’histoire du monde a connu des avancées et des périodes de destruction. Que nous sommes certainement à la fin d’un cycle. Qu’il va falloir être courageux. Pour l’agriculture c’est trop tard,....il faut se préparer à un fin. Elle est inéluctable. Une fin qui souvent peut générer une renaissance. Espérons le avec un énorme saut qualitatif. Moins d’enfants mais mieux éduqués. Moins de matérialisme et plus de développement intellectuel et mental, imaginatif et spirituel. J’ai navigué entre bonnes et mauvaises nouvelles. Il m’a dit : MERCI. Je vois plus clair..


      • Sozenz 27 janvier 13:08

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
        Lui expliquant (était-ce la bonne réponse, certes non,...) qu’ à une autre époque on se souciait encore moins des jeunes puisqu’on les envoyait au front.

        ouai ! ! ! c est un peu comme les comparatifs ; en afrique certains crèvent de faim  ; alors soit content de vivre dans la rue et d avoir la soupe populaire .

        le relativisme à deux balles de la souffrance ... punaise ;

        L’humain est égoïste et très stupide.

        alors là c est clair ....

        ..


      • Sozenz 27 janvier 13:12

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
        ah arrete de vouloir faire le sauveur !
         y en a assez qui pourrissent plus les choses ; parce qu’ ils se pensent avoir la solution pour les autres alors qu’ ils ne sont pas foutu de se dresser eux même .


      • Iris Iris 27 janvier 09:33

        Merci pour cet article.

        En France on a tout pour améliorer la situation. Pas certain en revanche qu’on puisse se passer d’agriculture intensive à l’échelle mondiale.

        Parfois je pense à ce jeune chercheur en agronomie croisé il y a 40 ans, persuadé que la génétique permettrait de faire pousser des céréales dans les déserts Africains. Je me demande ce qu’il pense de tout ça aujourd’hui...


        • eau-pression eau-pression 27 janvier 10:04

          Bonjour @Iris

          En France, quand on dit agriculture intensive ça veut dire que chaque agriculteur produit beaucoup.

          L’augmentation des rendements (il existait un club des plus de 100 qx/ha de blé) a été obtenue à grands renforts d’engrais et d’irrigation.
          L’appauvrissement des sols et les effets sur les nappes phréatiques (voir le site donné sur mon profil) n’ont pas été pris en compte.

          Les solutions alternatives sont souvent dures pour ceux qui s’y mettent, mais que se passerait-il si l’effort de recherche était orienté dans ce sens ?
          Mon dada n’est pas le cheval mais la mécanique agricole plus précise, alors que la course à la puissance continue à exciter les imaginations.


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 27 janvier 10:23

          @eau-pression

          « la course à la puissance continue à exciter les imaginations.  »

          Elle continue surtout à renforcer le lien FNSEA-Crédit Agricole et leur entêtement (juteux) à endetter des « adhérents »-clients" pris dans le cycle infernal de l’emprunt contracté pour investir afin de pouvoir rembourser la dette en cours en espérant dégager les ressources nécessaires par l’automatisation liée à l’amélioration de la productivité supposée permettre la suppression, entre autres, des salariés et donc des charges salariales


        • eau-pression eau-pression 27 janvier 10:30

          @Séraphin Lampion

          Sans doute que c’est un des ressorts essentiels.

          Pour vendre cette augmentation des puissances, on l’accompagne d’arguments agronomiques pas bidons mais partiels, style les pneus basse pression et la pulvérisation de précision. Arguments auxquels les agriculteurs, qui ont souvent gardé le souci de leurs sols, sont sensibles.

          Une offre plus atomisée en outils de travail légers, conçus comme des assistants de la main du cultivateur, rendrait sans doute le contrôle par la finance plus difficile et permettrait sûrement de cultiver de façon moins brutale.


        • Iris Iris 27 janvier 10:57

          @eau-pression
          Votre vision me plait bien, pour ce que j’en comprends un compromis entre le retour au jardin d’antan et la folie actuelle. Je pense qu’on y viendra, mais pour cela il faut couper quelques liens comme celui que souligne Lampion.


        • Sozenz 27 janvier 13:18

          @Séraphin Lampion
          oui !
          .


        • Fergus Fergus 27 janvier 15:45

          Bonjour, Séraphin Lampion

          « Elle continue surtout à renforcer le lien FNSEA-Crédit Agricole et leur entêtement (juteux) à endetter des « adhérents »-clients » pris dans le cycle infernal de l’emprunt contracté"

          Le personnage le plus emblématique de cette collusion a été Xavier Beulin, tout à la fois président de la FNSEA, PDG de l’agro-industrie et administrateur du Crédit Agricole. Bonjour les conflits d’intérêts !


        • Le421... Résistant !! Le421 27 janvier 17:57

          @Fergus
          Quel fabuleux hasard !!
          Sans déconner.
          Et personne ne moufte...


        • Le421... Résistant !! Le421 27 janvier 17:57

          @Le421
          ... et qui ne dis mot consent !!


        • Notre époque a démontré que l’homme normalement de devrait plus devoir se battre pour se nourrir et survivre. Le seul problème étant l’impossibilité de réguler la procréation. A ce niveau la nature est mieux faite si je puis dire,...et pas toujours. Pourquoi n’y-at-il pas plus de prédateurs de mouches ou de moustiques ? Oui, mais l’homme a posé un interdit, certes lourd aussi de conséquence : tu ne tueras point. Bah, auparavant, il y avait les guerres. Mais depuis la SHOAH, on comprend, la guerre est le tabou, la limite qu’il ne faut pas franchir. L’avortement : du nazisme...Mourir dignement : du nazisme Mais le résultat est là et Hitler a parfaitement réussi son coup. On mourra malgré tout. Et ce n’est que dans l’ordre de la nature...


          • Sozenz 27 janvier 14:44

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.
            Oui, mais l’homme a posé un interdit, certes lourd aussi de conséquence : tu ne tueras point.

            tu sais cocotte qu’ il y a plein d animaux qui ne s entretuent pas entre eux ; je me demande où ils ont pu lire qu’ il ne le fallait pas ...
            sont pas cons les animaux , faut pas croire .



          • pemile pemile 27 janvier 09:50

            « Tout est aujourd’hui dévasté : le climat, les sols, les eaux, la faune, les forêts »

            Merci pour l’article.

            Spartacus va nous expliquer que ces destructions (systémiques) sont une chance pour l’inventivité humaine ! smiley


            • John  John 27 janvier 10:13

              Pemile salut !

              « une chance pour l’inventivité humaine ! »

              Un quidam se perd et se retrouve dans une civilisation communautaire, qui le recueil, tout en le nourrissant elle lui apprend comment faire pour subvenir à ses besoins ... Lui montre l’arbre qui faut couper pour l’hiver, celui qui est le plus calorifique, elle lui montre les animaux et les plantes qui sont les mieux appréciés et les plus chargés en énergie ... Lorsque il a tout appris le quidam créait son entreprise et embauche des gens pour qu’ils coupent les arbres ramassent les plantes et chassent et tuent les animaux, et voilà un écho-systême vient de mourir et le développement et le progrès viennent de naitre ...

              Un indigène lui montre un jour un lac où il y a de l’eau noir, il lui dit que cette eau brule quand on la jette sur le feu, le quidam en déduit que cela ne peut être que du pétrole, il se lance dès lors dans l’extraction, fait venir des foreuses pour extraire ce sous-sol qui s’avère extrêmement riche et précieux ...

              Les indigènes s’indignent, ils ne veulent pas que l’on détruise leur milieu ! Mais le quidam a un argument, il leur dit qu’ils vont devenir riches très riches même ! Mais eux sans foutent ils veulent restés là dans leur milieu ... Ils ne pourront pas ! Le quidam et son amour pour le développement et le progrès ne pourront pas laisser passer une telle opportunité ... Un milieu qui s’éteint et ne se rallumera pas ... Mourir et ne jamais renaitre ... Il faut mieux sans doute que le quidam et son amour pour le développement et le progrès reste là où ils sont, et s’ils n’y restent pas, alors il ne faut pas que les indigènes par compassion ou autre lui viennent en aide ... Il vaut mieux qui le laisse crever de faim et de froid parce que sinon il y aura un effet papillon plus que négatif pour eux ... 


            • pemile pemile 27 janvier 10:22

              @ John
              Salut patrick

              J’aime bien aussi la thèse néandertal VS sapiens smiley


            • John  John 27 janvier 10:36

              Pemile,

              Pour la thèse Neandertal Vs Sapiens c’est bien possible ... Mais nous ne sonnes sûr de rien ... Il avait un volume crânien supérieur à Sapiens mais ça ne veut pas dire qu’il était plus sage ... En tout cas il était spirituel ... Il enterrait ses morts ... Il a été retrouvé des sépultures ou on pouvait penser qu’il effectuait un rituel ... En Allemagne ils ont retrouvé une sépulture d’un enfant orné d’ailes de signe ... Mais rien de cela ne prouve qu’il était plus respectueux du vivant ...


            • John  John 27 janvier 10:41

              Pemile,

              D’ailleurs des chercheurs pensent que Neandertal n’a pas vraiment disparu ... Il serait en nous intégré dans nos gênes ... Je ne sais pas si Neandertal avait 23 paires de chromosomes comme Sapiens, mais je suppose que oui si la possibilité de reproduction a été réalisable ...  


            • L’homme a évolué quand il a trouvé le temps pour passer à une autre activité que celle de survivre. Il a dessiné des animaux dans les cavernes. Construit des Totems. Son imagination et son langage se sont enrichis. Ils commençait contrairement aux animaux même s’ils en descendait que leur existence avait un sens supérieur, un autre dimension qui les a verticalisé éloigne de leurs instincts. Le cerveaux s’éloignant de plus en plus des parties inférieures. Ils percevaient des images dans leur préconscient, puis dans leur rêves. Des images qui les avaient fasciné et dont ils voulait laisser une trace. Comme si ces images avaient quelques choses a leur apprendre, une autre dimension. Ils prenaient conscience de leur « je ». Moi je pense cela et oi autre chose. Pourtant nous sommes les mêmes physiquement. Mais pas tout à fait. L’homme était né. Parfois, il redescend à un niveau inférieur. Son dos se courbe sur son smartphone ; Et il regarde des heures ses chaussures. Lire : pourquoi,....


              • Corrigé : L’homme a évolué quand il a trouvé le temps pour passer à une autre activité que celle de survivre. Il a dessiné des animaux dans les cavernes. Construit des Totems. Son imagination et son langage se sont enrichis. Il commençait contrairement aux animaux, même s’il en descendait à saisir que leur existence avait un sens supérieur, un autre dimension qui les a verticalisé éloigné de leurs instincts. Le cerveaux s’éloignant de plus en plus des parties inférieures. Ils percevaient des images dans leur préconscient, puis dans leur rêves. Des images qui les avaient fasciné et dont ils voulaient laisser une trace. Comme si ces images avaient quelques choses a leur apprendre, une autre dimension. Ils prenaient conscience de leur « je ». Moi je pense cela et toi autre chose. Pourtant nous sommes les mêmes physiquement. Mais pas tout à fait. L’homme était né. Parfois, il redescend à un niveau inférieur. Son dos se courbe sur son smartphone ; Et il regarde des heures ses chaussures. Lire : pourquoi,.. qu’est-ce que cela rapporte.... ? Les mots se minimalise régressent au stade animal, ouaih, bon, OK, culcut (tiens on dirait ma chatte quand elle râle,...). Elle au moins vient mettre sa patte en plus pour se faire comprendre... 


                • Hélas, comme je l’entends de plus souvent. Les millénium, commencent à sentir qu’ils la génération sacrifiée et risquent de haïr leur parents. D’autant plus qu’ils ont malgré tout une certaine maturité. Me disant souvent, ceux-là n’étaient pas fait pour avoir des enfants.... Je suis parfois horrifiée de voir Greta Thunberg. Son visage reflétant plus la haine que l’amour... et que doit-elle penser alors de ses parents qui l’ont mis au monde sans réfléchir...... ? Cette haine tournée vers le monde entier...


                  • Fergus Fergus 27 janvier 12:58

                    Bonjour, Alain Alain

                    Merci d’avoir cité Fred Vargas, non pour les aventures du commissaire Adamsberg  au demeurant d’excellents polars —, mais pour sa dénonciation pertinente et argumentée de la catastrophe productiviste et de la dévastation de l’environnement.


                    • Old Dan Old Dan 28 janvier 04:40

                      Bon article de fond !

                      « ... en transition d’un monde ancien à un autre nouveau, nous sommes ds un crépuscule où surgissent les monstres » (Gramsci)

                      En matière de monstruosité, nous n’avons p’têt pas encore tout vu (conso, info, culture, démocratie, biosphère, éthique, climat, santé, fanatismes,...)

                      Les prochaines générations semblent plus affûtées...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité