• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Vive les mariées ! Mon premier mariage lesbien

Vive les mariées ! Mon premier mariage lesbien

J'ai assisté samedi à Montreal, au Québec, à mes premières épousailles entre personnes de même sexe. Deux fort jolies femmes à qui j'en profite pour réitérer mes meilleurs voeux de bonheur.

Cérémonie émouvante de simplicité, symbolisme de bon aloi, un auditoire tout sourires d'une centaine de parents et d'amis des deux sexes d'où ne transparaissait aucune réticence ni malaise.... Je suis pour ce genre de cérémonies et j'en redemande.

La centaine de personnes qui y étaient venaient dire sans même le dire que la vieille "normalité : est morte...Vive la normalité qui va dorévanant de paire avec une nouvelle moralité. Circulez, y a rien a voir ; juste deux personnes qui s'aiment et qui ont décidé qu'il valait la peine de dire que c'était du solide, fait pour durer. Ca vous gêne ? 

 - "Dites donc, Pierre, ce n'est pas vous qui, l'an dernier, écriviez ici sur Avox (et un peu partout) un article parlant du 'triste mariage gay" qui avait eu quelques milliers de lecteurs, et en avait fait sortir de leur silence plus d'une centaine ? Vous avez changé d'avis ? "

Non ; j'ai changé de perspective. Pour la société, il est impossible de traiter de la même façon : a) une entente dont le but est de procréer et dont on s'attend à ce que les participants éduquent les enfants aux valeurs dominantes de la majorité... et b) et une entente dont le but est d'optimiser le bonheur de ceux qui veulent la conclure. Je ne dis pas que ces deux buts soient irréconciliables ; je dis qu'ils ne sont pas NÉCESSAIREMENT conciliables... Que les deux sont acceptables, et qu'il faut donc que l'intention et les priorités soient claires. 

Deux femmes qui s'unissent et forment un couple le font pour être heureuses. C'est un projet hédoniste. C'est leur droit le plus fondamental de le mener à bon terme et nul n'a le droit d'y mettre obstacle. L'État, ni la société, n'ont à poser des limites et conditions à l'amour, ni à intervenir dans la relation entre ceux qui s'aiment au delà de ce que ceux-ci le souhaitent. Personne n'a le droit de remettre en question la légitimité d'un engagement à s'aimer et s'aider.

On me dit que cette question est résolue. Ce n'est pas vrai. On a réglé la question de la légalité, mais pas celle de la légitimité. Elle ne le sera que quand chacun en sa propre conscience - et la moralité publique comme un tout - ressentiront viscéralement qu'il est odieux que l'on prenne prétexte d une pseudo moralité désuète pour brimer la libre expression des préférences sexuelles de quiconque.

Légalité ? Il est normal que l'État gère avec prudence les implications sociales de l'homogamie, en ce qui concerne les droits des enfants, mais là doit s'arrêter son ingérence insidieuse dans la vie de chacun.

Qui conteste cette légitimité de l'homogamie, aujourd'hui ? Un conservatisme générateurs de préjugés tenaces qui est refus du bonheur et du plaisir. Un virus qui a été mis dans nos gènes chrétiens et qui doit en être extirpé, car il n'est pas le message christique. NON, Ce n'est pas le bonheur, l'ennemi...

Si cette cérémonie m'a totalement convaincu que ce mariage était BIEN, c'est donc non seulement qu'elle irradiait la joie, mais parce qu'elle était aussi un signal fort du retour de la religion dans le camp d'une recherche du bonheur. Il n'est pas sans importance que cette cérémonie ait pris place dans une église aux airs de cathédrale, ni anodin que l'officiante ait été la personne idoine, une femme mandatée pour le célébrer par la plus importante Eglise protestante du Canada.

Pour ceux qui croient - il en reste plusieurs - ou qui sont au moins de tradition chrétienne et nous le sommes presque tous, c'est un pas de géant pour affirmer la légitimité de cette démarche que Dieu y ait été invité

Un pas - relativement - facile à franchir au Quebec, où les ministres du cultes ont traditionnellement le pouvoir d'unir en mariage, mais dont il faudra un effort pour qu'un équivalent soit accepté en France. Un pas nécessaire, pourtant, car n'en déplaise aux laïques de stricte obédience - et je précise que je ne suis pas croyant - un changement profond et durable de la moralité publique n'est possible en France que si l'Eglise catholique en est partie prenante. 

Si l'Eglise, comme elle le peut, se positionne à l'avant-garde du retour à une moralité christique qui est l'antithèse de la fixation sur l'enrichissement devenue l'éthique perverse de la société capitaliste actuelle, elle doit remettre à sa place - qui n'est pas la première - le comportement sexuel qui a pris une place obsessionnelle dans notre morale. 

Que l'homogamie entre dans les moeurs est un énorme défi ; il n'est pas souhaitable que la religion - qui a des défis ETHIQUES autrement plus profonds à relever ! - vienne compliquer cette évolution sociale. 

Le moment semble bien venu de revenir au message christique. Qui battra le rappel ? Le Vatican semble en tête, pour assumer le leadership, mais il peut perdre cette longueur d'avance... 

Si le Pape Francois ne réussit pas rapidement à relever ce défi et l'Eglise à ne plus voir que du bien dans toute sexualité adulte librement consentie, ce n'est plus "catholique'' qu'on pensera quand arrivera le jour qui vient où l'on pensera chrétien, charité, partage et amour

 

Pierre JC Allard

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.31/5   (55 votes)




Réagissez à l'article

118 réactions à cet article    


  • philouie 15 juillet 2014 13:29


    ne plus voir que du bien dans toute sexualité adulte librement consentie

    Formule d’une profonde absurdité.

    en particulier en raison de la présence de tiers.

    les enfants,
    mais aussi le mari trompé ou la femme cocufiée.


    • Robert GIL ROBERT GIL 15 juillet 2014 13:37

      philouie,
      c’est vrai que dans le mariage traditionnel les enfants sont choyés et jamais battus ou violés , et le mari et la femme jamais trompé ou cocufié...


    • philouie 15 juillet 2014 14:20

      j’aimerais bien comprendre la suite logique du raisonnement qui vous permet de penser que vos propos répondent aux miens...


    • julius 1ER 15 juillet 2014 17:00

      philouie,
      c’est vrai que dans le mariage traditionnel les enfants sont choyés et jamais battus ou violés , et le mari et la femme jamais trompé ou cocufié

      @Gil
       je plusse car cela me fait toujours sourire ’ la vision idéale d’une société romantisée à souhaits..
      alors que tous les jours que Dieu fait on côtoie le sordide, le mensonge, la veulerie etc ....

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 15 juillet 2014 17:03

      @ Philoule


       Dans ce genre de débat qui repose sur de grandes passions - souvent suppletives- et des préjugés qui remontent à la notion de propriété - la femme étant avec le betail un des élements les plus dynamique du patrimoine - il faut raison garder et garder aux mots leurs sens strict. 

      La sexualité etant source de plaisir, il n’y a en effet que du bien dans toute sexualité adulte librement consentie.  Cela n’exclut pas qu’il y ait des consequences nefastes indirectes. Attila est mort d’un coIt un peu trop insistant et on peut briser la cieur dela voisine d egauche et séduisant celle de droit.... mais ces dommages collateraux ne menancent pas les homosexuels plus que les heteros et l’absence de la délicatesse qui veut qu’on cherce a ne faire de mal a personne, même si sonchagrin est l’effet de son propre égoisme - n’est pas vraimnet lié a la sexualité et encore moins è l’homogamie.

       PJCA



    • philouie 15 juillet 2014 19:29

      Donc le plaisir, l’amour comme justification des actes humains indépendamment des dommages collatéraux éventuels, ça vous parait une saine doctrine ????

      Mais quoi ?

      on marche sur la tête là.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 15 juillet 2014 23:03

      Philoule


      Je ne dis pas qu’il ne faille pas tenir compte des dommages causés à 
       autrui. Je dis quil appartient a chacun de gérer et evaluer son comportement en chaque cas, sans porter et surtout sans vouloir que la sociét porte, un jugement global sur l’acte de depart. Il ne faut pas proscrire la course a pied sous pretexte qu’un monsieur qui fait des sprints pourrait faire un infarctus

       PJCA


       

    • Abdu Abdu 16 juillet 2014 05:47

      Plutôt d’accord avec ce trait de Philouie.

      Mais peut-être pour une autre raison.

      Je dirais de la sexualité adulte librement consentie qu’elle gagnerait toujours à ne pas être vue. Remplacer « ne plus rien voir que du bien » par « circulez il n’y a rien à voir qui vous regarde ».

      Le retour du droit à l’intimité, quoi.

      Mais quel rapport avec le mariage ?


    • 雛罌粟 雛罌粟 25 juillet 2014 21:13

      philouie : « ne plus voir que du bien dans toute sexualité adulte librement consentie

      Formule d’une profonde absurdité.

      en particulier en raison de la présence de tiers.

      les enfants »


      Ah ! Vous faites ça devant des enfants ?

      Y a des pervers qui se retrouvent en taule pour moins que ça, vous savez.


    • claude-michel claude-michel 15 juillet 2014 14:09

      C’est bien connu...Dieu est homosexuel...Son unique passion la déviance de gens se voulant normaux en ayant des pratiques sexuelles anormales...Heureusement que des politiciens véreux en manque de voix ont fait une loi pour intégrer ces funambules dans un espace réservé à l’indécence.. !


      • bourrico6 17 juillet 2014 11:00

        Encore une fois, y avait une connerie à dire, mais c’était pas assez pour toi, il fallait que t’en sorte une flopée en deux ligne, bravo !!

        T’as pas l’impression de servir à rien ?

        Parce qu’enfin ton intervention appelle quoi ?
        Tu cherches quoi avec tes stupidités sans intérêts ?


      • tf1Groupie 15 juillet 2014 14:59

        Une cérémonie c’est toujours sympa : un mariage, une communion, un diplôme, une crémaillère, une coupe du monde, un baptême etc ...

        Mais ici avec ce « mariage » que célèbre-t-on vraiment ?
        Deux bonnes copines qui disent qu’elles vont vivre longtemps ensemble ?

        N’est-on pas juste en train de célébrer la perte de sens du mariage, le fait que les deux moitiés de la population humaine, les hommes et les femmes, peuvent très bien vivre chacune de leur côté en parfaite harmonie ?

        Ne va-t-on pas en venir au mariage individuel, un être humain décidant de vivre seul et d’élever ses enfants qu’il aura obtenus par mère porteuse ou par procréation industrielle ?


        • César Castique César Castique 15 juillet 2014 15:32

          « N’est-on pas juste en train de célébrer la perte de sens du mariage... »


          Ce simulacre est surtout un pas en direction de l’indifférenciation sexuelle, chère aux prédicateurs de la théorie du genre.

        • julius 1ER 15 juillet 2014 16:18

          @TF1

          il s’agit de mariage civil au cas ou tu ne l’aurai pas remarqué alors« la perte du sens » c’est juste à l’usage des curés pédophiles..........

        • tf1Groupie 15 juillet 2014 16:26

          @Julius,

          Je ne comprends rien à ta réponse.
          On est bien en train de « célébrer » quelque chose non ?

          si il s’agit juste d’une démarche administrative alors on fait comme quand on s’inscrit sur une liste électorale : on fait tamponner et on rentre chez soi !

          Pas la peine d’appeler les curés au secours ici.
          En plus si tu connaissais un peu le québec tu ne ferais pas une réponse aussi stupide.


        • rubicon rubicon 15 juillet 2014 16:36

          @Julius,

          Je cite l’article  :
          « ni anodin que l’officiante ait été la personne idoine, une femme mandatée pour le célébrer par la plus importante Eglise protestante du Canada. »

          Donc ta remarque gratuite

          "il s’agit de mariage civil au cas ou tu ne l’aurai pas remarqué alors« la perte du sens » c’est juste à l’usage des curés pédophiles.........."

          n’a pas de sens.


        • julius 1ER 15 juillet 2014 16:54

          mille excuses TF1 , j’ai lu l’article un peu vite il s’agit bien d’un mariage religieux !!!!

          alors les protestant ont quelques années d’avance sur les cathos !!!!!!!!!!
          étant totalement athée et tolérant je dirai «  »qu’à Dieu ne tienne«  »
          personnellement je n’irai pas entamer une nouvelle guerre de religion pour ce haut fait d’armes....... que deux copines aie besoin d’un pasteur pour bénir leur union, je me sens à des années lumières de cela, je dirai même qu’il y a des choses plus graves dans la vie.
          enfin pour ce qui est de la perte de sens à mon avis il y a d’autres sujets où la perte de sens est plus grave !!!!!!!!!!!!


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 15 juillet 2014 17:37

          @ tfi Groupie


          « N’est-on pas juste en train de célébrer la perte de sens du mariage ? »

          On ne « célebre » pas cette perte de sens, mais on en prend acte. Le mariage traditionnel n’a plus de raison d’être et je suggérais déja qu’on crée « autre chose » de mieux adapté bien avant qu’en France on crée les PACS ! 


          Je dis clairement dans l’article qu il y a désormais DEUX BESOINS DIFFERENTS auxquels on demande au mariage de répondre. C’est une grave erreur (lacheté) de les avoir confondus par simple opportunisme politique.... mais on la fait.

          Cela dit, il reste qu’il faut célebrer la reconnaissance de ce type d’unions qui est une autre variation sur le theme de l’amour. Il faut en accepter la normalité, car est normal en société, en bout de piste, tout ce qui est à moins d’un ecart- type de consensus ! Que Gays et Lesbiennes vivent heureux et parfaitement acceptés

           La société ne peut PAS. toutefois, accepter que le modele homosexuel soit activement propagé de pair avec le modele heterosexuel, puisqu’il va à l’encontre de l’expansion démographique necessaire a la survie de l’espece. Je my oppose, comme je m’oppose, pas plus pas moins, au celibat des pretres. 

          PJCA  




        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 15 juillet 2014 17:52

          @ Julius


           Non. C’est un mariage civil ET religieux ! C’est ça, le bond en avant extraordinaire, car la societe comme société n’a pas avantage a une proliferation de l’homosexualité et y pose donc necessairement obstacle, consciemment ou inconsciemmenté. La religion, au contraire, devrait avoir pour mandat de promouvoir l’amour et peut donc donner sa pleine legimimité morale a l’homogamie. 

          PJCA



        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 15 juillet 2014 23:23

          @ Rodier


          Je suis conscient de probleme que vous posez et j’en parle ailleurs, dans un autre contexte. Je suis tout a fait contre tous les programmes de rattrapage, de discrimination positive, que ce soit en faveur d’une « race », d’une ethnie ou d’un sexe. Je crois cependant qu’il appartient a l’homme d’affirmer et de garder son role la masculinité (yang) et que ce n’est pas le coeur du present debat, Je ne vois pas du tout le marage gay comme un complot féministe smiley

          PJCA






        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 juillet 2014 05:11

           @ Rodier


          Je n’ai rien a critiquer de votre description du feminisme radical, de ses objectifs et de ses moyens d’action. Nous divergeon sur un pont seulemnt, mais il est de taille. Vous voyez ce féministe radical comme un protagoniste dans le complot actuel... alors que je le vois comme une these tres minoritare qui n« a réussi a se mettre em évidence que parce que le Systeme ( je pense que nous nous comprenons sur le sens de »Systeme« ) a soufflé dans ses voiles, comme il soufle dans celles de tous les mouvements et de toutes les mouvances qui peuvent contribuer a la zizanie universelle.  

          Le feminisme radical dont vous parlez n’est qu’un volet d’une action de sape concertée dont il faut se premunir, certes, mais dont l’impact magnifié par les medias est en réalité insignifiant aupres du »monde ordinaire". Barthe et Derrida ne changeront pas le monde comme Marx l’a changé. Les jeunes femmes dontje parle ici des épousailles n’ont AUCUNE affinité avec les thèses du feminisme radical, un poison dont le corps social se débarrassera de lui-meme. Ne tombons pas dans le piege de la division

          PJCA




        • Abdu Abdu 16 juillet 2014 06:13

          Le féminisme radical…
          Le patriarcat en danger ?

          On arrive à se faire peur avec ça ?

          « •  dans la famille ; satellisation des hommes loin de leurs enfants qu’ils ne voient pratiquement plus en pratique. »
          Ha, ce ne serait par nécessité de gagner de l’argent (ou pour voir ailleurs si l’herbe est plus verte) que les hommes s’éloignent de leur famille, ce serait sous la pression féministe…
          « •  Dans les médias : disparition progressive du genre masculin ou, dans quelques années, sous prétexte de parité, seules les femmes seront autorisées à commenter le foot ou le cyclisme... »
          Sais pas, rien à foutre, je ne regarde pas ces insanités télévisuelles.
            « •  et plus sérieusement dans tout le système éducatif, donc à terme, dans le système professionnel : Ainsi comme l’explique Bridelli dans cet article du point et d’après les statistiques mêmes de l’éducation nationale :pour les élèves en grande difficulté à la sortie du primaire, il y aurait :
          - 30 % de garçons contre moins de 10 % pour les filles...
            •  l’analyse Pisa montre qu’en France l’écart de performance est passé, entre 2000 et 2012 de 29 à 44 points de différence en faveur des filles !
            •  64 % des garçons et 76 % des filles d’une classe d’age ont le niveau bac,
            •  au niveau bac+2 on ne retrouve que 37 % de garçons contre 50,2 % des filles ;
            •  au niveau licence : 21 % des garçons, 32 % des filles…. »
          Il y a peut-être là une influence féministe : les filles prenant plus au sérieux leurs études que les garçons, devenues consciente que si elles ne se battent pas, elles resteront au second rang. Mais il y a incontestablement une forte influence masculine (oserons-nous le mot ?) ou disons un héritage de notre culture essentiellement patriarcale : les garçons étant encore globalement assurés d’avoir au moins une fille à dominer, ils sont moins enclins à forcer.
          On peut imaginer que cette compétition garçon/fille se soit développée. Je ne trouve pas ça bon du tout car la compétition est un gaspillage d’énergies. Mais peut-on en faire le reproche aux féminines ?


        • mmbbb 16 juillet 2014 08:07

           @ Par rodier_a  la reussite scolaire depend avant tout de la structure familiale J ai un peu analyse le cursus des hommes et femmes qui avaient reussis dans la vie Le contexte familial est determinant Procréez est une chose eduquez en est une autre Einstein Menuhin et Georges Besses par exemple avaient des meres que j’aurais aime avoir Ont t il ete des machos bourrins ? Mme Tchatcher Golda Mir sont des femmes que j’admire, elles ont su faire la guerre aussi bien que les hommes Par ailleurs je pense qu’il faudrait en France une Mme Tchatcher forte inflexible qui casse la puissance des syndicats et ne larmoie pas devant la mort de quelques uns Quant aux travail je rassure les feministes, ma compagne qui a travaillee dans un univers uniquement de femmes dans l’entreprise de Mr Aulas a lyon sont aussi connes que les hommes sinon pire Coup bas hypocresie A l’epoque la loi Evin n’etait pas aplliquee elle rentrait le soir elle puait le tabac ect Quant a moi je reve d’avoir du fric et de me retirer de ce monde et de cultiver mon jardin et de laisser le pouvoir au femme quoique je j’espere qu’en France avec cette immigration le renversement de tendance aura lieu Je n’ai jamais vu des feministes s ’attaquer a des arabes dont leurs femmes sont voilees Je souhaite que la france devienne musulmanne


        • mmbbb 17 juillet 2014 11:09

          merci d’avoir ecrit ce complement et je souscrit a ce commentaire In fine nous devriendront une societe d’abrutis comme au USA si ce n’est deja fait et je pose cette question complementaire pourquoi certains gosses disjonctent si tot ? 


        • 雛罌粟 雛罌粟 25 juillet 2014 21:19

          tf1Groupie : « N’est-on pas juste en train

          de célébrer la perte de sens du mariage »

          Lequel, de sens ? Le vôtre, le mien ?
          Le mariage n’a jamais que le sens qu’on veut bien lui conférer, selon les lieux et les époques.

        • Francis, agnotologue JL 15 juillet 2014 15:01

          ’’L’État, ni la société, n’ont à poser des limites et conditions à l’amour, ni à intervenir dans la relation entre ceux qui s’aiment au delà de ce que ceux-ci le souhaitent. Personne n’a le droit de remettre en question la légitimité d’un engagement à s’aimer et s’aider.’’

          Quelqu’un n’est-il pas d’accord avec ça ?

          Mais c’est justement le contraire à quoi nous avons assisté : l’État, en légalisant le mariage homosexuel a fourré son nez dans quelque chose qui relève de la sphère personnelle, intime.

          Expliquez moi pourquoi de plus en plus de couples hétérosexuels se passent de l’institution du mariage, et brusquement, les homosexuels découvriraient qu’il ne peuvent plus s’en passer ?

          PJCA : vous avez dit ce matin sur un autre fil : ’’On ne cherche même plus a ce que ce soit vraisemblable... ’’. Cette phrase vaut pour les raisons invoquées par les pro-mariage homo, lesquelles raisons sont bâties sur des sophismes outranciers.


          • julius 1ER 15 juillet 2014 16:25

            Merci JC ALLARD, enfin un article humaniste qui fleure bon la tolérance............. mais pour ce qui est de la tolérance ( même sur ce site c’est encore zéro) alors l’humanisme n’en parlons pas, c’est tout de suite « aux armes citoyens » ceux qui veulent détruire les fondements de la société comme s’il n’y avait qu’une société intangible depuis Cro-magnon............ j’ai bien peur de voir revenir Bargeot frigide comme jamais !!!!!!!!!!


          • tf1Groupie 15 juillet 2014 16:28

            c’est vraiment qu’en matière de tolérance tu es un modèle !  smiley


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 15 juillet 2014 18:27

            @ JL. 


             Deux (2) transformation sociales sont en progrès qui vont en parallèles a des vitesses differentes. La premiere est l’abandon par une majorité de la notion du mariage beni par Dieu et indissoluble. Cet abandon touchent les heteros... qui etaient les seuls mariés ! Une majorité d« entre eux cessent donc de se marier.... sauf comme prelude incontournabe a un contret de mariage, quand les questions patrimoniales sont importantes, souvent les plus importantes.

            La seconde, c’est que les garanties legales, incluant les »questions patrimoniales importantes", auxquelles les homogames n’avaient pas acces, leur deveiennent maintenant accessibles. Beaucoup veulent en profiter...

            Vous avez donc une illusion d’optique. Les heteros a 100% maries tendent vers un nouveau pourcentage ( 0 a 15%) correspondant à ceux qui ont un interet réel a le faire... alors que les homos passent de 0% au meme 10 a 15% correpondant a ceux qui y ont interet.. Ajouter diverses influences d’emotionm mais l’essentiel est dans cette convergenece dans 20 ans vers un 10 a 15 % de mariés dans les deux populations, homo et hetero games.

             Je dis dans l’article :  il est impossible de traiter de la même façon : a) une entente dont le but est de procréer et dont on s’attend à ce que les participants éduquent les enfants aux valeurs dominantes de la majorité... et b) et une entente dont le but est d’optimiser le bonheur de ceux qui veulent la conclure. 

             Ca devrait nous ramener a DEUX MARIAGES. Un mariage legal qui sera pur contrat ... et un autre affectif qui sera religieux ou en aura les signes exterieurs disstinctis, meme s’il est laique pour r.pondre a la demande de sacralisation.

             PJCA

          • Francis, agnotologue JL 15 juillet 2014 18:47

            PJCA,

            « Si nous nous obstinons à concevoir notre monde en termes utilitaires, des masses de gens en seront constamment réduites à devenir superflues. » (Hannah Arendt )

            Termes utilitaires, c’est bien en substance le sens de votre réponse, non ? 


          • Francis, agnotologue JL 15 juillet 2014 19:05

            ’’Ca devrait nous ramener a DEUX MARIAGES. Un mariage legal qui sera pur contrat ... et un autre affectif qui sera religieux ou en aura les signes exterieurs disstinctis, meme s’il est laique pour r.pondre a la demande de sacralisation.’’

            Mais c’est ce que nous avons, en France ! Les religions font ce qu’elles veulent, ça ne concerne pas l’État. Quant au ’’mariage légal’’ comme vous dites, c’est le mariage civil réservé aux couples - on ne va pas refaire le match  ! -, et le PACS, son équivalent pour tous ceux qui veulent.


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 juillet 2014 05:13

            @ JL


            Hmmmm pas vraiment. On en reparle.

            PJCA

          • Francis, agnotologue JL 16 juillet 2014 07:20

             PJCA,

            Votre théorie du 10 à 15% nous dit : si l’on fixe de nouvelles règles, il s’établira un nouvel équilibre. Imparable ! Mais est-ce qu’il faut pour autant faire de ce nouvel équilibre un objectif ? Est-ce qu’il faut détruire tous les symboles, changer toutes les règles au prétexte que certains d’entre nous ne s’en accommodent pas bien ?

            Sur un bateau, si 80% des passagers veulent aller à l’ouest, et 20% au sud, est-ce que qu’il faut aller vers le sud-ouest ? Moi j’appelle ça la démocratie gloubi boulga.


          • 雛罌粟 雛罌粟 25 juillet 2014 21:35

            Confusion mentale ?

            JL : « l’État, en légalisant le mariage homosexuel
            a fourré son nez dans quelque chose qui relève
            de la sphère personnelle, intime. »

            Vous voulez dire plus intime que le mariage hétérosexuel (sur lequel il légiférait déjà) ?
            Alors, pour info, le mariage est une institution et un contrat dont les modalités sont décrites par le code civil.
            Comme sujet personnel, intime, on a vu mieux…

          • César Castique César Castique 15 juillet 2014 15:27

            « Deux femmes qui s’unissent et forment un couple le font pour être heureuses. »


            Les seules lesbiennes dignes d’intérêt sont celles qui s’exhibent dans les sex shows...

            Les autres seraient bien inspirées de.. s’inspirer de la sagesse populaire, « Pour vivre heureuses, vivons cachées ». Cela leur évitera les vannes salaces, les lazzi et les sarcasmes des machos en goguette.

            « Si le Pape Francois ne réussit pas rapidement à relever ce défi et l’Eglise... »

            Des transformations de Dieu, on en a déjà vues de sévères (ce sont elles qui m’ont conduit à l’agnosticisme), mais celle-ci les pulvériserait toutes et elle devrait avoir raison de 80 % des fidèles qui s’accrochent encore à cette divinité customisée...

            • julius 1ER 15 juillet 2014 17:10

              Les autres seraient bien inspirées de.. s’inspirer de la sagesse populaire, « Pour vivre heureuses, vivons cachées ». Cela leur évitera les vannes salaces, les lazzi et les sarcasmes des machos en goguette.

              @cesar
              c’est bien ce que beaucoup voudraient que cela reste caché et sous le manteau comme cela avec des temps plus durs ce qui est caché sera enfoui à jamais. cela s’appelle le puritanisme....
              c’est dans la Lumière que les choses se banalisent et deviennent normales et là s’éteignent les préjugés.

            • César Castique César Castique 15 juillet 2014 17:26

              « ...les choses se banalisent et deviennent normales et là s’éteignent les préjugés. »


              Un couple dans lequel un homme fait la femme, ne sera jamais une chose normale et « En..lé ! », restera toujours l’insultante la plus méprisante de la langue française.

              Et comme il y aura toujours des parents et des grands-parents pour mettre leur(s) garçons(s) en garde contre certains hommes, l’homosexualité restera toujours aussi quelque chose d’hors normes, indépendamment, le cas échéant. de l’orientation sexuelle complémentaire de l’homosexuel.

            • tf1Groupie 15 juillet 2014 17:33

              Je ne crois pas que dans un couple homo il y ait besoin que l’un fasse l’homme et l’autre la femme.
              c’est une vision un peu éculée (gaffe à l’orthographe).

              Vous m’avez l’air un peu figé dans vos certitudes César ; vous pensez encore que l’homme noir est inférieur à l’homme blanc, comme on l’enseignait il y a encore quelques décennies ?


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 15 juillet 2014 18:42

              @ Cesar Castique


               Je suis passé tres jeune a l’agnosticisme. Une histoire de mois de mai et de promesse rompue... Mais, contrairement a vous, la politique totalement discréditée, je vois pour un temps un retour en masse vers la religion, nettoyée de ses absurditès dogmatiques et tout entière centrée sur une morale consensuelle. 

              PJCA

            • César Castique César Castique 15 juillet 2014 19:44
              « Je ne crois pas que dans un couple homo il y ait besoin que l’un fasse l’homme et l’autre la femme... »

              Du moment qu’il y a pénétration (anale), il y a un pénétrant, c’est donc l’« homme », et un pénétré, c’est donc la « femme ». L’alternance des rôles ne changent pas la perception qu’on peut avoir de celui qui mord l’oreiller. 

              En Amérique latine, si j’en crois des propos qui m’ont été tenus, l’homosexualité active est plus ou moins bien tolérée, tandis que l’homosexualité passive est ouvertement méprisée.

              « Vous m’avez l’air un peu figé dans vos certitudes César... »

              Ben voyez, c’est très simple : pour moi, une chose - le mariage homosexuel - qui apparaissait démentielle - pas utopique, obscène, ridicule ou désopilante, mais démentielle -, vers 1980, ne peut être du domaine de la normalité, trente ans plus tard. Et je pense que cette folie sera corrigée un jour.

              « ...vous pensez encore que l’homme noir est inférieur à l’homme blanc, comme on l’enseignait il y a encore quelques décennies ? »

              Pour affirmer la supériorité d’une race sur une autre, il faut croire à l’unité du genre humain. Ce n’est pas mon cas. On ne peut pas plus dire que le Blanc est supérieur au Noir, ou inversement que la Pomme est supérieure à la Poire, ou inversement.


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 juillet 2014 02:56

              A ceasr Castique


              Ne confondons pas naturel et normal la normalité est un effet, non une cause. C’est un constat. Or il semble bien qu’en l’absence de contraintes, l’humain tende a se conduire comme un pervers polymorph, comme l’enfant ... ou le bonono. Qu’on aime ou non, ceci réduit l’importane du sexe coïtal et facilite le melange et l’alternance des roles sexuels. Est-ce que ceci remet en cause identite sexuelle... ou seulement les comportements ? . La question est seulement posée. Je n’y connais rien. 

              PJCA

            • Fergus Fergus 15 juillet 2014 16:00

              Bonjour, Pierre.

              Je persiste à penser qu’en France, beaucoup de problèmes auraient été évités si, pour une question de droits, l’on s’était contenté d’aligner les droits du Pacs sur ceux du mariage sans placer sous la même appellation l’union de deux personnes de sexes différents et celle de deux personnes du même sexe. Au moins dans un premier temps (10, 20 ans peut-être), le temps que les mentalités aient suffisamment évolué.


              • julius 1ER 15 juillet 2014 16:41

                Je persiste à penser qu’en France, beaucoup de problèmes auraient été évités si, pour une question de droits, l’on s’était contenté d’aligner les droits du Pacs sur ceux du mariage sans placer sous la même appellation l’union de deux personnes de sexes différents et celle de deux personnes du même sexe. Au moins dans un premier temps (10, 20 ans peut-être), le temps que les mentalités aient suffisamment évolué.

                @Fergus
                essayes de faire un référendum sur la peine de mort et je pense que la France profonde te répondra, sur ce sujet comme sur d’autres, je ne crois pas que la tolérance aie gagné du terrain , ce serait plutôt l’inverse à mon avis, je pense que tu pêches par optimisme.
                alors qu’un sujet comme le mariage pour tous aurait pu être mis en place, sous une forme minimaliste peut-étre, mais lorsque tu vois des gens comme Boutin remettre même en cause le Pacs, il faut bien comprendre qu’on ne peut pas éviter certains combats.........
                je sais depuis longtemps qu’une minorité dans une société majoritaire ne peut avoir et obtenir quelques droits que grâce à la bienveillance et l’intelligence de quelques individus éclairés pour les autres les minorités sans droits ne leur font pas lever l’ombre d’un sourcil........
                tu veux des exemples !!!!!!!!!!!!!

              • rubicon rubicon 15 juillet 2014 18:07

                Bonjour Fergus,

                On ne peut malheureusement pas revenir en arrière, mais j’aurais préféré qu’on imite ce que les allemands on fait en la matière.
                Je sais que ça énerve parfois qu’on fasse référence à l’Allemagne, mais tant pis, je pense que dans ce cas, la comparaison est possible.
                Donc, petit retour en arrière :
                1999 : le PACS est créé par les députés de la majorité socialiste. Déjà à l’époque :
                - manifs
                - manque de courage politique et compromis mou : le PACS est pour tout le monde, alors qu’il a été pensé pour répondre aux besoins des personnes homosexuelles.

                2001 : la majorité socialiste en Allemagne (Chancelier Schröder) dit « le PACS des français est génial, faisons ici quelque chose pour les personnes homosexuelles qui veulent faire reconnaitre leur union par l’Etat. »
                => le « Eingetragene Partnerschaft » est créé, est toujours en vigueur aujourd’hui, et je ne crois pas que le parti socialiste (SPD) a le projet de le modifier.
                Tout comme le PACS, cette union ne s’appelle pas « mariage ». En revanche, elle est exclusivement réservée aux unions entre personnes de même sexe. C’est la différence majeure avec le PACS, qui était un fourre-tout symbole d’absence de courage politique, et qui ne faisait pas de distinction.

                Donc en résumé, l’Etat allemand reconnait les unions entre personnes de même sexe, mais ne les « mélange » pas avec l’institution du mariage.
                Chaque personne a les mêmes droits :
                - de s’unir à une personne de même sexe => « Eingetragene Partnerschaft »
                - ou de s’unir à une personne de sexe opposé => « Ehe »

                en France, on crée une confusion en faisant un mariage pour tous.
                - « pour tous » mensonger, il y a des situations où heureusement le mariage est interdit (ascendants descendants etc..)
                - annihile la distinction entre amour hétéro- et homosexuel, alors qu’ils sont de nature différente. (En partant du principe que la nature existe et a un peu de sens...)

                Dommage, on aurait pu proposer aux unions de même sexe les droits réclamés, et laisser les mariages pré-printemps 2013 là où ils sont.


              • Fergus Fergus 15 juillet 2014 20:12

                Bonjour, Rubicon.

                Merci pour ces précisions. Sur ce sujet, les Allemands ont agi avec beaucoup de bon sens.


              • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 juillet 2014 03:03

                @ Fergus. 


                 Tou a fait d’accord. Cest bien l’opinion que j’ai donnée partout à l’epoque et que je réitere aujourd’hui. Il faut accueillir l’homogamie mais il seraiky=t mieux dela graiter comme differente du mariage heterosexuel, meme si elle n’en differe vraimnet quand dans la relation aux enfants

                Piere JC.

              • alinea alinea 15 juillet 2014 16:02

                Cet article prouve à quel point nos opinions, nos idées, voire nos engagements tiennent à pas grand chose !!


                • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 juillet 2014 03:06

                  @ Alinea


                  Vous etes des gens dont je respecte beaucoup l’opinion . Si vous me precisez votre commentaire, je vous repondrai sans délai au meilleur de mes connaissances.


                   PJCA

                   

                • marmor 15 juillet 2014 16:31

                  Mefiez vous Alinéa, Pjca va vous répondre que seuls les imbéciles ne changent pas d’avis ! Lui a changé d’opinion, charmé par l’amour qui se dégageait de cette magnifique cérémonie ! Quel est le couple, qui se rendant à l’église ou à la mairie, en grande tenue, accompagné des familles, ferait la gueule ?


                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 juillet 2014 03:23

                    @ marmor. 


                    Si vous me montrez une contadiitiobn entre mes commentaires, j’essaierai de la résoudre,. Comme je disais plus haut, je n’ai pas changé d’avis, mais de perspective, mettant simplement en apposition celle da société, pour qui homogamie est un inconvenoent et peut devenit un tres grave probleme et celle des individus qui ont droit à leurs libres choix sexuels. Il faut concilier ces points de vue, comme il faut concilier le droit de propriété avec les devoir de solidarité. 

                    On peut soulever ici cette problematique, mais il est clair quilfaudra une longue poncertaion pour trouver la solution optimale. Il est clair que manifester dans les rues en se tapant sur la gueule ne fera pas avancer le dossier, et qu’un gouvernement qui instrumente ce clivage social pour des fins partisanes se place dans l’abjection de fomenter la zizanie. 

                    PJCA


                  • rubicon rubicon 15 juillet 2014 17:10

                    @L’auteur de l’article,

                    Vous dites :
                    « Que l’homogamie entre dans les moeurs est un énorme défi ; il n’est pas souhaitable que la religion - qui a des défis ETHIQUES autrement plus profonds à relever ! - vienne compliquer cette évolution sociale. »
                    Donc selon vous, les débats autour de la question du mariage de même sexe n’a pas de sens quand on évoque des éléments de morale concernant l’institution du mariage. La légitimité est basée uniquement sur la volonté des deux femmes ou des deux hommes concernées.

                    1. Pourquoi demandez-vous donc donc à l’Eglise catholique de modifier son jugement sur ce mariage homosexuel ?
                    2. Pourriez-vous citer un exemple précis de « défis ETHIQUES autrement plus profonds à relever » où l’Eglise catholique est responsable et en première ligne ?

                    Par ailleurs, vous dites « C’est un projet hédoniste. C’est leur droit le plus fondamental de le mener à bon terme et nul n’a le droit d’y mettre obstacle. »
                    Certes, mais n’imposez pas à la terre entière, et à l’Eglise catholique en particulier ce point de vue.
                    Le message de l’Eglise catholique sur la vie, l’amour, la mort etc... est celui recu du Christ. J’espère ne pas le travestir en le formulant ainsi : aimer c’est tout donner, et se donner soi-même. La logique est celle du don. Je me marie avec X = je décide de me donner à cette personne, sans rien retenir. Jésus a montré le chemin durant ses années de prédication, et bien sûr sur la croix, preuve de l’amour qui va jusqu’à supporter l’injustice et la souffrance. Nous ne sommes pas tous appelés à être crucifiés évidemment, mais la logique du don s’oppose clairement à celle de l’hédonisme que vous évoquez.
                    Par ailleurs, si vous lisez le début de la bible, il y a le passage « Dieu les fit homme et femme, homme et femme il les créa ». Si on décide de croire en la révélation apportée par la Bible, alors ce passage ne peut pas être négligé quand on se demande « quel est le projet de Dieu en créant l’Homme ? ». Dieu a créé cette altérité entre homme et femme pour qu’ils puissent vivre une relation d’amour féconde. La fécondité du mariage est liée à la vie conjugale, dont la sexualité est une des expressions. La venue éventuelle d’un enfant est elle la « surabondance » de l’amour conjugal, mais pas sa condition. Autrement dit, l’amour entre l’homme et la femme (i.e. leur don réciproque, leur fidélité, leur indissolubilité et leur fécondité) est premier, et est « protégé » et proclamé publiquement le jour du mariage. Cet engagement lui donne le cadre et la protection dont il a besoin pour grandir.

                    Suite au don, viennent deux autres mots importants : l’abandon et le pardon.
                    L’abandon, i.e. le fait de se savoir aimé permet de « baisser la garde » et de faire disparaitre la carapace sociale, pour être en vérité face à son conjoint. Une grande liberté est issue de ce regard vrai entre l’époux et l’épouse, qui voit l’autre dans ses richesses et ses pauvretés. Plus besoin de se maintenir dans une position du « je gère, tout va bien ». On a le droit d’etre faible, imparfait.
                    Le pardon, c’est le fait de reconnaitre ses erreurs face à l’autre, de demander et recevoir son pardon, et ainsi d’aller de l’avant à deux. C’est je trouve le plus difficile, de mettre sa fierté de côté, et de reconnaitre qu’on a agi égoistement.


                    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 juillet 2014 04:10

                      Vous soulevez plusieurs points interessant2 sur lesquels il y a consensus. Je ne les tiens pas pour secondaires, mais pour que le debat ne se dilue pas, je vais repondre uniquement a vos deux (2) questions precises... qui sont fondamentales. 


                      1. Pourquoi demandez-vous donc à l’Eglise catholique de modifier son jugement sur ce mariage homosexuel ?
                       
                      Pour que l’Eglise ne s’écarte pas davantage du consensus éthique populaire, ce qui compromet son emprise NECESSAIRE sur l’ensemble de ceux qui veulent ériger le message christique en moralité universelle. Le message du Christ est d’amour et doit le rester. Si le Vatican s’affaiblit en luttes obsoletes, ce sont les églises charismatiques qui i porteront ce message. Je n’y verrais pas d’inconvenients, si la désunion entre ces eglises ne me faisait craindre qu’elles ne soient pas en mesure de rivaliser avec l’Islam pour donner à l’humanité la nouvelle moralité universelle que celle-ci réclame.

                      2. Pourriez-vous citer un exemple précis de « défis ETHIQUES autrement plus profonds à relever » où l’Eglise catholique est responsable et en première ligne ?

                      OUI. Les inegalitsé socio-ecomiques qui doivent devenir LE péché. Le Pape Francois a annoncé la couleur clairement. C’est si elle prend le leadership d’un meilleur partage global de la richesse que l’Église redeviendra un phare spirituel. Ce qui la distrait de cette demarche est une piege : juste un autre volet de la volonté du Systeme de crer et entretenir la zizanie. Entre homo et heteros, comme entre travailleurs et assistés, entre immigrants et « de souche », entre hommes et femmes, entre Russes et les nations de U.E...

                      D’ici un an au plus, l’Église anglicane aura des femmes-éveques. Un temps à Rome pour agir.


                      PJCA





                       


                       




                    • rubicon rubicon 21 juillet 2014 16:13


                      1. Je ne comprends pas certains de vos termes :
                      - « consensus éthique populaire » => quel est le contenu de ce consensus ? Quel peuple l’a établi ? quelles sont les preuves de sa réalité ?
                      - « son emprise ». Je pense que vous vous méprenez, l’Eglise n’a pas l’objectif d’exercer une emprise, mais de transmettre une révélation, celle de Jésus et ses apôtres et disciples - la nouvelle alliance, elle-même inscrite dans la révélation du peuple hébreu - l’ancienne alliance. Jésus a commandé à ses apôtres de vivre selon son enseignement, et de l’annoncer à tous. La « succession apostolique » est le concept de continuité des apôtres via les évêques - nouveaux apôtres, depuis 2000 ans.

                      2. « OUI. Les inégalités socio-économique qui doivent devenir LE péché. »
                      évidemment, l’injustice sociale exercée par certains riches sur les pauvres est un péché, mais il n’y a pas de « compétition » entre les péchés, et d’ailleurs ils sont tous une variante du seul péché véritable : refuser Dieu, et désirer faire le mal. Ensuite que ce mal soit exercé en économie ou dans un autre domaine ne le mets pas au-dessus ou en dessous d’un autre mal.
                      L’Eglise ne veut pas entretenir de zizanie comme vous le suggérez, ni mettre des divisions entre les personnes (« homo et heteros, comme entre travailleurs et assistés, entre immigrants et « de souche », entre hommes et femmes, entre Russes et les nations de U.E... »). En revanche elle veut aider les personnes à distinguer les écrans de fumées, à réconcilier liberté et vérité. Donc dire les choses clairement, à la lumière de la Bible et de la tradition de l’Eglise. Concernant l’homosexualité, elle invite une personne attirée par les personnes de même sexe à vivre cette attirance dans l’abstinence. Clairement, ce n’est pas très vendeur quand on ne cherche pas à comprendre le pourquoi du comment de cette invitation. Je ne m’y connais pas trop, donc je renvoie à cette discussion.

                      Hors-sujet : « D’ici un an au plus, l’Église anglicane aura des femmes-évêques. Un temps à Rome pour agir. »
                      Quel est le rapport avec la choucroute ? Pourquoi ajouter cette phrase sans rapport avec le reste de votre commentaire ?
                      Par ailleurs, l’église anglicane a autorisé les évêques femmes il y a quelques jours. Les femmes-prêtres l’étaient déjà depuis 15 ans.

                      Cordialement,


                    • tobor tobor 16 juillet 2014 02:07

                      La société est bottée au cul entre-autre vers l’homosexualité depuis longtemps.
                      .
                      Les premières manifestations de ce qui deviendra ensuite insidieusement normalisé (homosexualité, rock’n’roll, drogues, piercing, etc.) apparaissent scandaleuses et singulières, histoire d’être sûr que tout-le-monde connaisse le concept. Ceci déclenche une réaction de dédain de la part de la bien-pensance.
                      .
                      C’est dans un second temps qu’arrive la « défense de l’opprimé » et l’occasion de présenter en catimini des « cas » modérés, n’offrant aucune raison de réagir ou de s’indigner.
                      .
                      Ensuite vient l’émancipation et bien vite la prétention à « l’égalité » et l’officialisation. Là c’est acquis.
                      .
                      Aujourd’hui, on passe déjà pour coincé/e du cul dans pas mal de milieux si on a jamais eu de relation homosexuelle et qu’on ne sent pas de curiosité à cet égard.
                      .
                      En Belgique nous avons un premier ministre homosexuel qui pavane à la gay-pride depuis des lustres. Cet événement annuel qui déplace des dizaines de milliers de personnes, s’appelle depuis quelques annéees « la Brussels-pride » (plus besoin de dire le mot « gay » qui finalement est sexiste) car le concept est connu de tous/toutes et gagne à être trituré en la mémoire de chacun/es, soit en usant de l’implicite’ plutôt que de l’explicite’. Des directives U.E-péennes donnent le ton de ce genre de propagande depuis l’époque du Bénélux !
                      .
                      Que les personnes qui vivent un amour homosexuel soient libre de faire ce choix m’a l’air évident. Par-contre, faire la promotion de l’homosexualité me semble déplacé, surtout auprès d’un jeune publique qui s’en fout essentiellement mais est très malléable à la propagande qui le cible ! Un mariage c’est la famille, les amis, les collègues, les mômes de tous âges qu’on a informés pour l’occasion, des bébés qui ne savent absolument pas ce qu’ils/elles foutent là mais qui en gardent ce qu’ils/elles doivent.
                      .
                      Prétendre au mariage est un peu prétendre à la corde au cou, s’offrir aux joies du divorce potentiel et des frais administratifs, enfin pourquoi pas ? s’ils/elles le désirent...
                      Où alors face au symbole de la torture sur la croix, même si l’église n’a cessé de condamner ce choix durant des siècles mais qu’elle semble un interlocuteur valable, un lieu pour un spectacle émouvant ou que sais-je, pourquoi pas ? Si ça vous chante...
                      .
                      Néanmoins, il ne faut pas croire que l’opposition ou l’avis mitigé face au mariage homosexuel sont forcément le propos d’homophobes ou de fachos.
                      Cette aspiration à la médiocre normalité de la part d’une sphère qui se voulait alternative n’est en soi pas une franche réjouissance !


                    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 juillet 2014 04:35

                      @Actias


                       Nous sommes bien d’accord sur le complot en marche pour faire de la consommation la seule vertu et la seule morale. Ma solution pour le contrer est un retour vers la préseance auxvaleurs de collaboration plutot que de confrontation et une prise de position MORALE ferme pour la simplicité volontaire que l’avènement de l’abondance par l"industire dans le monde a renda possible. 


                      Le meilleur vecteur pour cette évolution me semble le message christique, émondé de ses dogmes et nettoyé de ses idiosyncrasies culturelles locales qui l’alourdissent, dont le patriarcat et l’obsession sexuelle. C’est le sens de mon article d’aujourd’hui.


                      PJCA
                       



                    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 juillet 2014 05:30

                      @ Tobor
                       
                       Quand je me suis mis en quete d’une solution pour l’homogamie, je me suis posé cette même question d’un « pourquoi ».... Ma reponse a JL ci-dessus précise mon opinion. Il y aurait plus a dire, mais ce fil arrive a sa fin normale... On en reparle.


                      PJCA



                    • Venceslas Venceslas 15 juillet 2014 19:10

                      A vrai dire, je commence à en avoir ras l’homosexualité, je trouve que ça fait plusieurs années qu’on nous saoule avec ça, pour moi, il y a usure.


                      • Mowgli 15 juillet 2014 20:08

                        Moi j’ai assisté au mariage de Monsieur Seguin avec sa chèvre.

                        Mon premier mariage anthropocaprin comme dirait l’autre.

                        Et je ferai mieux la prochaine fois !


                        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 juillet 2014 05:45

                          @ Mowgli


                           Si j’en juge par les votess, nous partons svous et moi d’un niveau similaire d’acceptabilité. J’essaierai moi aussi de faire mieux la prochaine fois smiley
                           
                          PJCA




                        • OmegaDG OmegaDG 15 juillet 2014 20:23


                          La fanfare du légitime au service de la parade des émotions.

                          A-t-on besoin de l’assentiment publique pour ajouter au désir de former un cercle hédoniste à l’image du noyau familial ? Que ce mariage d’intentions personnelles s’exécute sous l’égide d’une institution plus que millénaire n’est-elle pas une puérile demande d’approbation pour intégrer la norme et les conventions ?

                          Ce besoin de rituel religieux claironnant, enjolivé de bons sentiments pour attendrir le spectacle au même titre que les fleurs de pervenche sur un lit de roses, n’officialise-t-elle pas la reconnaissance plutôt que de célébrer l’union elle-même ? Que l’assemblée réunie chahute la cérémonie, les fleurs euphoriques des bonnes intentions tomberont-elles comme un rideau pendant l’entracte au même titre que les éphémères que l’on voudraient éternelles ?


                          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 juillet 2014 06:16

                            @ Omega DG 


                            L’union elle-meme n’a en effet besoin de rien... mais ecrirais-je un article si tout se passait « in pectore » ? C’est la reconnaissance sans combat qui est la nouvelle... et qui à mon avis laisse prévoir d’autres surprises, car « ce qui est haut est comme ce qui est en bas », n’est-ce pas... ? Je me demade si une greve musclée n’entrainerait pas une réaction en chaîne ... Suivons de près

                            PJCA

                          • tobor tobor 16 juillet 2014 00:15

                            Étant depuis toujours opposé à l’institution du mariage hétéro, je ne vois pas pourquoi je me réjouirais que les homos puissent y verser à leur tour ?!
                            .
                            Ce qui aurait dut être réclamé au lieu du mariage, ce sont des statuts légaux pour cohabitant/es sans aller fourrer leur nez dans les raisons ou pratiques amoureuses des intéressé/es !


                            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 juillet 2014 06:34

                              @ Tobor


                               J"ai dit plus haut que la lutte pour se liberer de la servitude du mariage lui-meme se faisait en parallele a celle pour donner aux homosexuels des droits égaux a ceux des hétéros. Il faut suivre les deux dossiers... Ce n’est pas un jeu à somme nulle !



                              • Giordano Bruno 16 juillet 2014 10:19

                                Le mariage n’est pas un acte entre 2 individus (ceci est un épiphénomène), mais un acte social. Il contribue à organiser la société. Le reste découle.


                                • soi même 16 juillet 2014 12:38

                                  ( Deux femmes qui s’unissent et forment un couple le font pour être heureuses. C’est un projet hédoniste. C’est leur droit le plus fondamental de le mener à bon terme et nul n’a le droit d’y mettre obstacle )

                                  Bonjour Pierre.

                                  A mon avis, c’est deux phares posent la question philosophie de notre devenir à tous !
                                  D’un coté, que soit est, en soit , il ne parait pas possible de si opposer, car si cela se fait pas au vue de tous cela se ferra en catimini.
                                  Le problème se posent sur un autre plant, premièrement , il y a travestissement du mariage, sans rentré dans des explications longues, c’est le choix même de la pérennité de la société qui est mis en danger, car part se fait , cette société introduit un facteur qui s’oppose à la pérennité de la société.
                                  Où alors pour pallier à cela, la société va être dans l’obligation de légitimer des naissances artificielles médicaliser, si il y a pas recourt aux voies normale de la procréation ?

                                  Car, en réalité, c’est le motif principale de ce types de mariage qui suscite la plus forte réaction et non part le union civile qui a été légaliser en France sous un contrat civil du Pacs . 

                                  Vous dites, c’est un projet hédoniste, en quoi la recherche du Bonheur est à voir là dedans ?
                                  Je voie pas en quoi , qu’un projet hédoniste doit être une finalité d’une société.
                                  Il faut être Mariée pour savoir que c’est surtout pas un projet hédoniste d’être Mariée. C’est une vie d’épreuve le Mariage, on se marie pour le meilleurs et le pire. Il est évident que si deux être ne sont pas intimement convaincus qu’ils peuvent entamer une vie de couple par l"illusion de s’aimer ne pourrons pas découvrir ce que veux dire l’Amour.
                                  Pas le petit qui se manifeste par une activité intense à près sa nuit de noce, cette activité physique que l’on confond avec l’Amour. Le Grand celui qui se forge par le dépassement et la désillusion de la projection de de la manifestation de l’amour de soi dans l’autre.
                                  Il est vrai que si l’on reste à ce stade, il est évident que c’est un projet évidement hédoniste que l’on réalise, et en aucun une métamorphose de son évolution que l’on réalise sur soi même.

                                  De quel Droit parler vous en réalité, celui qui coule de source qui est le respect de la vie et de la dignité humaine où celui qui est revendiquer d’être le moi dans le moi de l’autre ?
                                  ( C’est leur droit le plus fondamental de le mener à bon terme et nul n’a le droit d’y mettre obstacle ) Si le seul Droit que l’on peut avoir dans cette affaire et celui qui découle de sa conscience de réprouver c’est acte, Je suis Libre dans l’Idée m’opposer à se Mariage, non pas un acte qui est de l’interdire, mais par ma Liberté de pas y adhérer !

                                  Et la raison que je revendiques, un Mariage de cette nature est stérile pour la Société, et par tous les mesures de concession que la société est en train d’adopter par l’artifice de naissance artificielle posent en réalité le plus grave problème éthique de l’Humanité .
                                  En réalité, c’est pas leur volonté de vivre ensemble que je condamne, c’est la conséquence de leur revendication du droit qui va en découler de réclamer la possibilité d’avoir artificiellement des enfants par manipulation génétique.
                                  A la limite qu’elles élèvent des enfants adoptés où conques par un géniteur n’est pas vraiment le font du problème.
                                  C’est tous ce va découler de se droit d’avoir des enfants artificiellement par le bais de l’acte médical qui fait que j’ai un soupçon fonder à n’opposer à ce type de mariage.
                                  Car l’on introduit un fait nouveau la légalité de la manipulation scientifique des naissances et le pas est franchie par cette légalisation.

                                  Que dite vous à propose de cette recherche, doit être inscrit dans se projet hédoniste ?

                                  ( La naissance des premiers êtres humains génétiquement modifiés du monde a été révélée hier soir.

                                  L’annonce que 30 bébés en bonne santé sont nés après une série d’expériences aux États-Unis a relancé un débat houleux sur l’éthique en matière de science.

                                  Jusqu’à présent, deux des bébés ont été testés et se sont révélés posséder des gènes de trois « parents ».

                                  Quinze de ces enfants sont nés au cours des trois dernières années à la suite d’un programme expérimental de l’Institut de médecine de la reproduction et des Sciences de St Barnabas dans le New Jersey. )

                                  http://etat-du-monde-etat-d-etre.net/du-reste/faites-vos-jeux-rien-ne-va-plus/naissance-de-bebes-genetiquement-modifies-aux-etats-unis

                                  Au mon de la liberté des mœurs et du progrès scientifique doit ton tous accepter ?

                                  C’est la vrai question que l’on devrait en réalité se poser et non pas sous l’unique aspect du droit au bonheur qui à comme contre image, que l’autre partie du monde vie dans la souffrance et au lieux de l’alléger, il est aggraver de jour en jour !

                                   

                                   .


                                  • philouie 16 juillet 2014 12:52

                                    « sans porter et surtout sans vouloir que la société porte, un jugement global sur l’acte de départ. Il ne faut pas proscrire la course a pied sous prétexte qu’un monsieur qui fait des sprints pourrait faire un infarctus »

                                    (je mets message à la fin, marche pas « réagir à ce message » ....)

                                    Seulement, voila, s’il y a un risque dans une activité au ne prétends pas qu’il n’y en a pas et pour que le jugement de chacun soit éclairer il faut qu’il soit correctement informé et pas à coup de contrevérité comme ici.
                                    Maintenant que la société n’ai pas à se mêler de ce genre de chose c’est un autre problème : mais il faut bien admettre que la société se perpétue au moyen de la perpétuation des individus.
                                    et la perpétuation des individus,dans les sociétés humaines ne relève pas uniquement de la fécondation et de la mise à bas, de nouveaux nés, mais se réalise à travers le processus éducatif.
                                    Aussi, si la société veut assurer correctement les conditions de son avenir elle doit, favoriser ce qui favorise le processus éducatif, à savoir la famille et la stabilité des familles...

                                    Pour Abdu , si des individus ont besoins d’une sexualité qui ne va pas dans le sens de l’intérêt de la société, à savoir l’intérêt des familles, ils peuvent tout à fait vivre cette sexualité à l’abri des regards sans la donner en exemple qui pourrait être perçu comme modèle là où il n’est qu’une pratique individuelle . Il est évident que l’intérêt de la collectivité passe avant l’intérêt individuel, et qu’ici, il suffit d’un voile pudique pour que l’un et l’autre soi préservé.


                                    • coinfinger 16 juillet 2014 12:55

                                      On est chez les Bisounours là . On a tous les clichés Bobos !
                                      Quelques précisions : le mariage c’est pas une invention judéo-chrétienne , çà existe et a existé dans toutes les civilisations et méme avant avec un autre sens .
                                      Pourquoi est ce que çà existe ? Pourquoi est il nécessaire que ce soit reconnu socialement ?
                                      Raison simple : y a des enfants en conséquence , en général , qui héritent donc . C’est tout , çà n’a rien de sentimental , pour protéger la propriété la société doit savoir d’un enfant qui est son pére qui est sa mére . En dehors de çà , en dehors de biens et de droits , mariés pas mariés aucune importance .
                                      Pour les disons 80% des gens qui n’ont rien ou des clopinettes à transmettre , tout au moins d’importance purement privée : le mariage ...hein ! La société , l’état s’en fout .
                                      Le mariage gay c’est juste une parodie , son officialisation et le tapage autour , juste pour cyniser au sens propre de cynisme ( se comporter comme un chien ) .


                                      • 7588788 16 juillet 2014 14:41

                                        Et le mariage pour les mères célibataires, c’est pour bientôt ? Le contribuable n’a pas pour vocation première d’être un parent de substitution pour des millions de gamins, qui ont chacun deux parents vivants et en bonne santé.


                                        • soi même 16 juillet 2014 15:11

                                          Comme je te comprend cap, tu es un nostalgique de l’Origine du Monde ! smiley


                                          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 juillet 2014 15:21

                                            @ Abdu


                                            En cas comme dans bien d’autres, la discrétion peut être une vertu. Mais nous sommes précisément au poit où la société doit accepter ses minorités. Toutes ses minorités et, paradoxalement, c’est braquer les projecteurs sur des ’gestes’ exemplaires qui suscitent une approbation qui contribue a ce que la majorité puisse vivre et laisser vivre en paix ceux qui ne demandent qu’à s’en écarter sans ostentation.


                                            PJCA


                                            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 juillet 2014 15:22

                                              PJCA


                                              @ Giordano Bruno


                                              C’est bien le sens de ce billet et la consecration de l’« épiphenomene » est d’autant plus acceptable à tous - et donc utile - que cette épiphanie marque bien la distinction de l’acte social . Bien sûr, les fauteurs de trouble cherchent a ce que cette distinction ne se fasse pas. Aen juger par la votation sur cet article 75% des lecteurs n’en voient voient pas encore l’importance. A suivre.


                                               PJCA 


                                              • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 juillet 2014 15:41

                                                @ Soi-meme 


                                                « La naissance des premiers êtres humains génétiquement modifiés du monde a été révélée hier soir. »


                                                Si ce n’est pas un canular. le monde vient discrètement de basculer. C’est sans doute la nouvelle la plus importante depuis.... toujours. 


                                                Sur votre autre post, fascinant mais moins sérieux , je pense a l’Ecclesiaste : « Qui redressera ce qu’Il a »courbé ?" smiley


                                                • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 juillet 2014 15:46

                                                  @ Soi-meme 


                                                  « La naissance des premiers êtres humains génétiquement modifiés du monde a été révélée hier soir. »


                                                  Si ce n’est pas un canular, le monde vient bien discrètement de basculer : l’Homme devinent le Createur. C’est la promesse du Serpent qui est tenue. C’est sans doute la nouvelle la plus importante depuis.... toujours.


                                                  PJCA


                                                  Sur votre autre post, fascinant mais moins sérieux , je pense a l’Ecclesiaste : « Qui redressera ce qu’Il a »courbé ?" smiley


                                                  • OmegaDG OmegaDG 16 juillet 2014 21:08

                                                    La transformation génétique consiste à intégrer des éléments génétiques pour favoriser la conception.

                                                    « Extra genes from a female donor were inserted into their eggs before they were fertilised in an attempt to enable them to conceive. » http://www.dailymail.co.uk/news/article-43767/Worlds-GM-babies-born.html

                                                    Le résultat constaté : des enfants ont des gênes (ADN) de trois personnes au lieu de deux.

                                                    Déjà c’est un bouleversement majeur très peu médiatisé. On vient de basculer, en effet, derrière les Chérubins protégeant l’arbre de vie.

                                                    Le pouvoir engendrera de l’humain spécialisé selon les besoins de la production ; soldats plus aguerris et résistants, ouvriers plus dociles et performants... et des pièces de rechange offert aux nantis dans un spectacle de Reality Show où le peuple participera démocratiquement à l’élimination par droit de vote moyennant des frais d’appel. Réveillez moi, c’est un cauchemar.


                                                    DG


                                                  • soi même 16 juillet 2014 22:16

                                                    L’homme devient créateur, je dirais plus tôt, il atteint le niveau apprentis sorcier de deuxième niveaux !
                                                    si t"es séduis, à mon avis, c’est que tu ne vois pas le cauchemar arrivé !


                                                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 19 juillet 2014 03:01

                                                    @ Omega DG


                                                    C’est Brave New Word et ca semble en effet un cauchemar. Mais je ne crois pas que l’Humanité recule jamais devant un defi... Je crois donc qu’il faut faire face et esperer que les Alphas de demain trouveront une solution.... 


                                                    PJCA

                                                  • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 16 juillet 2014 15:48

                                                    Le mariage n’est pas fait pour être heureux ni pour avoir une sexualité épanouie, ça c’est une dérive sentimentaliste et nombriliste. De nombreuses personnes s’aiment et ont des relations sexuelles sans être mariées, et ça ne pose pas de problème particulier à la société, que ce soit dans le cadre d’une relation hétérosexuelle, homosexuelle, trioliste, etc. On peut même vivre ensemble sans être mariés. 


                                                    Le mariage est une institution sociale qui a pour but de créer un cadre de transmission bénéficiant aux enfants, ce n’est pas fait pour officialiser le plaisir sexuel ou la rêverie romantique. Ce n’est pas fait non plus pour crier à la société combien on s’aime et combien on est heureux de baiser ensemble. Ce n’est pas fait non plus pour normaliser toutes les fantaisies érotiques (érotisme homo, érotisme sadomaso, érotisme fétichiste du cuir ou de la soie, érotisme à trois ou quatre, etc.)

                                                    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 juillet 2014 18:33

                                                      Gaspard de la Nuit


                                                       Bien sûr... Mais Dieu que votre monde est triste.. ! Je comprends mieux pourquoi il vous faut aussi mener la lutte sur le front de l’euthanasie. 

                                                      PJCA

                                                    • epicure 16 juillet 2014 22:12

                                                      Mais homo ou hétéro, les problèmes concrets de reconnaissance du lien entre les deux personnes par la société , peuvent être les même.
                                                      scénario 1 :
                                                      « 
                                                      - vous êtes de la famille ?
                                                      - non on est amant(e)s
                                                      - désolé vous ne pouvez pas rentrer ( ou on lui refuse un droit de décision)
                                                       »

                                                      scénario 2 :
                                                      « 
                                                      - vous êtes de la famille ?
                                                      - oui
                                                      - vous pouvez rentrer (ou vous pouvez décider pour l’autre)
                                                       »

                                                      Des fois cela tourne au tragique quand l’un des amants se retrouve dans une situation où c’est la famille qui l’a dénigré, rabaissé, renié qui se retrouve à décider pour lui , plutôt que la personne avec qui elle a bâti sa vie.

                                                      Il ne s’agit pas juste de reconnaissance de jouissance sexuelle par la société, mais la reconnaissance d’un lien qui donne des droits vis à vis de l’autre comme pour les hétéros

                                                      Dans le cadre du mariage entre homos la transmission fait partie aussi des problématiques qui peuvent pousser au mariage.

                                                      Tous ces genres de problèmes sont plus la réelle motivation, que la simple reconnaissance sociale du fait de coucher ensemble.

                                                      Parce que par rapport à votre position communautaire utilitaire, sur le fond il n’y a pas de différence entre un couple homo et un couple hétéro dont au moins un des deux conjoint est stérile ou ne peut doit faire d’enfant pour des raisons médicales. Et il peut arriver que des gens se marient en sachant parfaitement que le couple ne pourra pas avoir d’enfant naturellement.
                                                      Et au fait quid des personnes âgées qui se marient après la ménopause de madame ?

                                                      pour rappel voilà la définition du mariage civil :
                                                      "« Le mariage est une convention, par laquelle l’homme et la femme s’engagent, sous l’autorité de la loi, à vivre ensemble, à nourrir et élever les enfants qui peuvent naître de leur union ».« 

                                                      Il n’y pas marqué que les enfants doivent naitre, c’est juste une possibilité si les conjoints le peuvent et le veulent.
                                                      Donc son but n’est pas de perpétuer la société, mais avant tout la reconnaissance par la loi du lien entre les époux, avec les droits et obligations qui y sont liés.
                                                      C’est pour ça qu’au fond passer de deux personnes de sexe différents à deux personnes de même sexe, n’est pas un profond bouleversement.

                                                      C’est pour ça que la réduction du mariage à une simple »usine officielle" à enfant, n’est pas tenable. Parce que ce n’est même pas valable avec les mariages hétéros.

                                                      En fait ta vision ne correspond pas à la conception légale du mariage, vu que au niveau philosophique le droit est individualiste avant tout, il se préoccupe des individus avant tout, de leurs droits, de leurs devoirs, la preuve c’est que le préambule fait référence à la déclaration des droits de l’homme.

                                                      C’est une société de liberté où effectivement on peut vivre ensemble marié ou pas. Et s’il y a liberté c’est bien que le couple est conçu de façon individualiste, et non selon une vision communautaire, où l’individu serait soumis à des injonctions transcendantes.


                                                    • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 16 juillet 2014 23:41

                                                      « Bien sûr... Mais Dieu que votre monde est triste.. ! »


                                                      Pas du tout, quelle idée ! Vous avez besoin d’une cérémonie grotesque pour vous sentir joyeux ? 

                                                      « Je comprends mieux pourquoi il vous faut aussi mener la lutte sur le front de l’euthanasie. » 

                                                      Heu, là, je n’ai pas compris. Je n’ai jamais pris position sur ce sujet. 

                                                    • Xenozoid 16 juillet 2014 23:56

                                                      le mariage célèbre la fécondation, l’ouvrir aux homos déjà que le mariage a perdu son sens en étant ouvert aux hétéros ne donnant pas de gosses, c’est l’achever.


                                                    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 juillet 2014 14:08

                                                      @ Q de la N


                                                      Depuis que l« humanité existe, elle cherche a se donner un sens qui transcende le quotidien de la »vallée de larmes« .  Ce n’est pas si facile...

                                                      On peut prendre le parti de la vérité comme absolu... ,mais beaucoup choisissent une illusion, une quelqconque ivresse, et qui peur jurer que l’instant de JOIE ne vaut pas plus dans l’eternité que toutes les lamentations.... toujours inutiles ? 

                                                      Le grotesque est-il dans la ceremeomie, ou dans l’impuissance à y trouver la valeur de symbole qui peut en faire un outils de joie ? J Le mot qui, à mon avis, reflète le mieux la condition humaine est »dérisoire"... et je ne rejette rien qui m’en fasse sourire un peu.

                                                      PJCA

                                                    • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 17 juillet 2014 14:40

                                                      Pierre, les cérémonies sociales - si elles peuvent ou doivent nous apporter de la joie - ne le peuvent que tant qu’elles conservent du sens. Or le sens d’une cérémonie est toujours lié au sacré, c’est-à-dire au lien que l’homme conserve avec la nature, sous son aspect tellurique ou cosmique. Le mariage homo n’a pas de sens, c’est même une inversion du sens.


                                                      Ensuite, que les gens aient la sexualité et la vie affective qu’ils peuvent ou souhaitent ne me pose aucun problème, ça ne me dérange pas non plus d’avoir des amis homos qui vivent ensemble (et je vois bien qu’ils s’aiment, donc le problème n’est pas là). 

                                                    • epicure 17 juillet 2014 19:36

                                                      @Par Anti-gauchiste (---.---.---.148) 16 juillet 23:48

                                                      La logique en général tu ne sais pas ce que c’est, puisque tu fais dire aux choses leur contraire régulièrement.
                                                      Donc tu ne peux pas comprendre la mienne.
                                                      Comme d’habitude tes seuls commentaires reposent sur tes fantasmes qui n’ont aucun rapport avec ce que je raconte. Ce qui montre que tu es incapable de parler de ma logique.


                                                    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 19 juillet 2014 03:10

                                                      @ Q D


                                                      Nier tout sens a l’ hédonisme in se et per se - car c’est bien de ça qu’on discute en bout de piste, n’est-ce pas ? - n’est une position acceptable que si on a vraimentt identifié un « sacré ». Or ce débat me parait encore bien ouvert....

                                                       PJCA

                                                    • 雛罌粟 雛罌粟 25 juillet 2014 22:10

                                                      Anti-gauchiste : « le mariage né célèbre pas

                                                      l’amour mais l’hétérosexualité ».

                                                      Il n’y a que dans les théocraties ou, plus généralement, les dictatures que l’on charge les institutions d’une telle fonction de propagande.
                                                      Dans une démocratie — où l’État, par élémentaire respect de la pluralité des mœurs & opinions, se doit d’être neutre — le mariage n’a pas à célébrer telle ou telle forme de sexualité.
                                                      L’hétérosexualité… Et pourquoi pas bientôt l’inceste ou la zoophilie !?

                                                    • Le Gaïagénaire 16 juillet 2014 16:13

                                                      @ Pierre JC Allard,


                                                      « Le mensonge donne des fleurs, jamais des fruits »

                                                      En réalité, depuis toujours, tous les mariages sont des mariages d’homosexuels.

                                                      Il n’y a pas de différence entre les animaux, les humanoïdes et les bébés éprouvettes.

                                                      Dans tous les cas, il y a absence du « Mind Element » c.à.d être consciemment désiré et conçu pour soi-même par deux parents eux-mêmes possesseurs de la bonne programmation de reproduction.

                                                      Cette absence se manifeste par une programmation de non reproduction qui fait aller vers son semblable et non vers son complémentaire.

                                                      Les « mariages » sont donc une manipulation sociale. Tout est faux d’où le chaos.

                                                      Avant le mariage , il y avait et il existe encore la « matricité » et c’est à cette « régression » mal comprise(?) que les femmes aspirent, même devant la preuve de l’échec passé de ces sociétés matriciennes. Au 21ième siècle et sa technologie, ça peut très bien être différent.

                                                      L’homosexualité est donc la programmation dominante, c’est l’hétérosexualité « forcée » qui fait problème car s’adressant aux biens et aux alliances, absolument pas au « bonheur » ou à la « réalisation » des personnes ce que vous avalisez dans cet article.

                                                      Moins d’humanoïdes et plus d’humains désirés c’est l’avenir qui amènera une démographie moins importante en quantité mais supérieure en qualité. 

                                                      Je ne verrai pas cet avènement de mon vivant. Je sème la pensée du pédiatre Gilles Racicot.





                                                      • epicure 16 juillet 2014 22:15

                                                        c’est quoi le nom du générateur aléatoire de mots que tu utilises ?


                                                      • Le Gaïagénaire 17 juillet 2014 00:16

                                                        TU peux T’instruire là : http://matricien.org/essais/


                                                        Essais d’auteurs sur le matriarcat, le patriarcat, et le confédéralisme autogestionnaire
                                                         smiley

                                                      • kalachnikov lermontov 17 juillet 2014 23:02

                                                        @ grand guignol
                                                         
                                                        Voici un lien où tu peux télécharger des tas de bouquins, histoire de te cultiver un peu :

                                                        http://classiques.uqac.ca/classiques/index.php


                                                      • Le Gaïagénaire 18 juillet 2014 02:48

                                                        http://www2.cnrs.fr/presse/communique/3541.htm


                                                        (1) L’épigénétique fait partie de la génétique au sens large, c’est-à-dire l’étude des mécanismes de l’hérédité. Elle désigne plus particulièrement l’étude de la transmission héréditaire de caractères variables qui ne dépendent pas de séquences d’ADN variables.

                                                      • epicure 18 juillet 2014 19:33

                                                        "

                                                        le matriarcat n’a jamais existé et est un mythe d’ailleurshttp://fr.wikipedia.org/wiki/Matriarcat
                                                        le peu de sociétés considérés comme matriarcales qu’iml ya eu, n’en étaient pas vraiment, la plupart des historiens considèrent que ça n’a jamais exister même si certaines sociétés s’approchaient pas mal du matriarcat mais ça restait pareil : la femme certes dirigeait un peu le foyer et de la famille, choisissait son homme, avait un certain pouvoir politique (sur le « village ») et l’hérédité était par la mère, point barre, en fait c’était plus d’égalité... non les différences étaient les mêmes : l’homme s’occupait du gibier, la femme de la cuisine, de l’éducation et du foyer...« 

                                                        vraiment tu mérites le titre de grand guignol, le gars qui en comprends pas ce dont il parle.

                                                        Et là tu nous en fait encore une belle démonstration, tu bazardes un lien sans comprendre ce qu’il y a dedans encore une fois.
                                                        Donc il suffit de savoir lire et avoir un minimum de compréhension de lecture pour constater :
                                                         »

                                                        En anthropologie, il est distingué

                                                        • une société matrilocale : l’époux va habiter dans le village de l’épouse,
                                                        • d’une société matrilinéaire où la transmission du statut social avec nom et fortune passe par la lignée maternelle.

                                                        Une société matriarcale est à la fois matrilocale et matrilinéaire.

                                                        « 

                                                         »
                                                        Il existe encore de nos jours quelques sociétés conservant des caractéristiques matriarcales comme celle des Touareg, des Iroquois, les Trobriandais (étudiés par Bronislaw Malinowski), des Minangkabau en Indonésie ou chez certaines populations comme les iles Comores, les indiennes Kerala, les Khasi5,6, habitant les montagnes Khasi et Jaintia de l’État autonome de Meghalaya dans le nord-est de l’Inde.
                                                        "

                                                        Il n’est pas question de la répartition des tâches au niveau de la chasse et du foyer.
                                                        C’est pas une question de répartition économique mais uniquement une question de rapports sociaux ( concept qui te semble étranger au vu des inepties que tu alignes de messages en messages ).

                                                        Et puis il est dit que les sociétés scandinaves et germaniques gardent des traces de matriarcat, ce qui explique peut être pourquoi ces pays ont toujours été plus en pointe au niveau égalité des sexes que les pays latins.

                                                        Bref ce que tu dis n’a bien sûr et encore aucun rapport avec les idées exprimées dans le lien que tu donnes.


                                                      • epicure 19 juillet 2014 19:10

                                                        Par Anti-gauchiste (---.---.---.148) 18 juillet 22:17

                                                        en bon manipulateur tu attribues aux autres tes défauts.
                                                        C’est pourtant la définition donnée par les sociologues que je t’ai donné, donc va dire aux sociologues qu’ils sont des cons, espèce de manipulateur qui ne comprends rien à ce dont il parle.

                                                        La définition du matriarcat je l’ai sorti du lien wikipédia que tu as donné toi même espèce de bourrique, donc c’est que tu acceptait la définition du matriarcat qui y était incluse. Et c’est la définition des socialogues donc.
                                                        En bon manipulateur tu es donc capable de dire une chose et son contraire.

                                                        Une société où tout est basé sur la femme dont la linéarité familiale (la seule certaine dans le passé), dont les femmes étaient les gardiennes de la spiritualité (pas besoin de force et de se mettre en danger), c’est bien ce que décrit l’article wikipédia, donc des société anciennes où les femmes avaient le pouvoir social.
                                                        Par conséquent je sais bien ce dont je parle moi, mais comme tu es un manipulateur tu essayes d’avoir toujours raison, même quand tu es pris en défaut.

                                                        Et puis me prendre en défaut sur un détail mineur c’est rien , alors que toi les avis contraires à toutes les connaissances philosophiques, psychologiques, sociales, historiques etc... c’est par tartine que tu les alignes, en parlant de mots dénués de sens quand tu les utilises.


                                                      • Le Gaïagénaire 7 septembre 2014 00:31

                                                        epicure (---.---.---.107) 18 juillet 19:33

                                                        Avez-vous remarqué que notre esclavage patriarcal commence et se termine par une matrilinéarité. Je vous laisse développer ce continuum.

                                                        Les enfants appartiennent aux femmes dans le matriarcat où il n’y a pas de statut de père biologique. C’est le frère qui fait office de père fonctionnel. Et cela aurait toujours dû rester comme cela. Et cela peut très bien y retourner aujourd’hui. D’ailleurs c’est certain que cela y retournera à cause des manipulations génétiques : on commandera un certain nombre de Gaîagénaires créatifs et moins d’« épicure » à l’esprit obtus. 

                                                        Mon commentaire ne parle que d’une seule et même chose : ce qui différencie l’animal de l’homme c’est que ce dernier aura été désiré/voulu pour lui-même. Et ce message est transmis via l’épigénétique. C’est une pensée imprégnée dans les gamètes. 

                                                        Mais vous saviez tout cela.

                                                        Donc c’est Racicot qui vous asticote et la programmation à la non reproduction qui fait aller ou choisir son semblable et non son complémentaire. Le mariage ou la communauté religieuse servent d’écran, enfin pour ceux qui ne se sont jamais interrogés sur le célibat du clergé catholique romain.



                                                      • Claire29 Claire29 16 juillet 2014 22:05
                                                        « il n’y a en effet que du bien dans toute sexualité adulte librement consentie »
                                                        Pas toujours !
                                                        La sexualité librement consentie entre adultes signifie je suppose une sexualité sans limites,sans contraintes,sans règles,ça mène la plupart du temps à une vie où on ne contrôle plus rien,c’est le sexe qui vous contrôle,il faut aller toujours plus loin dans la recherche du plaisir et ça se termine mal en général ! 
                                                        Les gens comme DSK et leur entourage en savent quelque chose !

                                                        • epicure 16 juillet 2014 22:26

                                                          encore une approche simpliste des choses, qui fait dire à une chose son contraire.

                                                          L’amour consenti repose justement sur la maitrise des pulsions puisque basé sur la volonté réciproque des deux amants.
                                                          C’est à dire que quand l’un des deux n’est pas « disponible », il ne doit pas y avoir de rapports.

                                                          Le libre consentement, c’est la possibilité de dire non, donc c’est en fait le seul contrôle aux pulsions incontrôlées.

                                                          Ce sont les rapports non consentis, forcés qui sont la porte ouverte à toute les dérives, à la recherche effrénée du plaisir sans entrave. Le viol en est le meilleur exemple

                                                          Et le gars qui violerait une femme de chambre, aurait besoin de se payer des prostituées , tout en ayant femme, voire maitresses, est le genre de personne qui n’agit que selon sa jouissance et non selon le contentement libre entre adultes. Parce qu’il ne contrôle pas ses pilsion, mais est dominé par ses pulsions, et ses pulsions s’imposent aux autres.

                                                          un rapport librement consenti c’est la possibilité pour l’autre de dire non.
                                                          Alors que DSK que les situations médiatisées soient réelles ou non, ce sont des situation où l’homme ne s’attend pas ou n’écoute pas le non de la femme ( viol ou prostituée ).


                                                        • Claire29 Claire29 17 juillet 2014 09:51

                                                          Vous avez raison sauf que quand on parle de « toute sexualité...entre adultes » dans une tribune concernant des lesbiennes,on peut supposer qu’il s’agit d’une sexualité où tout est permis entre adultes consentants,deux ou plus puisque le nombre n’est pas précisé,il s’agit bien alors entre adultes consentants d’aller toujours plus loin pour satisfaire des fantasmes dont ils deviennent esclaves ! 


                                                        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 juillet 2014 14:16

                                                          @ Claire


                                                          « un rapport librement consenti c’est la possibilité pour l’autre de dire non.... et c’est pourquoi on ne va pas ’toujours plus loin » Pourquoi n’acceptez vous pas loyalement que l’argument de Epicure est imparable ?  Un argument n’est qu’un episode . Rien ne vous empeche d’en avancer un autre et de gagner la bataille finale pour defendre vos idées... 

                                                          PJCA

                                                        • epicure 17 juillet 2014 19:39

                                                          @Par Claire29 (---.---.---.225) 17 juillet 09:51

                                                          tu confonds liberté et licence. ( malheureusement tu n’es pas la seule rassures toi )
                                                          Deux mots différents pour exprimer deux concepts différents.


                                                        • Claire29 Claire29 17 juillet 2014 21:38

                                                          @Pierre JC Allard,Je vous fais remarquer que je lui ai d’abord donné raison parce qu’en effet « un rapport librement consenti c’est la possibilité pour l’autre de dire non..." 

                                                          Bien sûr,on a toujours la possibilité de dire non,encore faut-il avoir suffisamment d’intégrité pour refuser n’importe quelle pratique sexuelle dans une société matérialiste et superficielle où le sexe est partout !


                                                        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 19 juillet 2014 03:18

                                                          @ Claire

                                                           
                                                          Oui, ca depend des hypothses de depart que l’on pose.... mais va se retrouver bien loin du theme initial. Pourquoi ne pas faire un article et on poursuivra dans ce nouveau cadre.... ?

                                                           PJCA

                                                        • epicure 19 juillet 2014 19:16

                                                          @Par Claire29 (---.---.---.225) 17 juillet 21:38

                                                          tu veux mettre des caméras dans les chambres pour vérifier que les gens utilisent uniquement la position du missionnaire, et mettre à l’amende les autres ?
                                                          Apparemment il y a deux choses qui t"échappent dans le concept de liberté librement consentie, sans pression.
                                                          A partir du moment où les deux adultes sont consentants et qu’ils prennent du plaisir chacun, qu’est ce que cela peut te faire comment ils prennent leur pied entre eux en privé ?
                                                          Tant qu’ils ne te l’imposent pas dans ta chambre....


                                                        • tobor tobor 11 août 2014 23:36

                                                          « Consentement » n’est pas forcément « adhésion »,
                                                          D’ailleurs, « consentir à quelque-chose » n’est pas vraiment « y aller de gaîté de cœur ».
                                                          Le cash, le harcèlement moral, le chantage affectif et/ou sa propre naïveté peuvent amener à s’exposer à des pratiques perverses contre sa volonté.
                                                          .
                                                          La société entière bascule dans ce qu’hollywood nous montrait auparavant comme « choquant », certains milieux professionnels ont même intégré le mythe du « c’est toujours comme ça que ça se passe » (tu partouzes ou t’es virée). Ou encore la promo depuis 2012 (sortie d’un roman (?) à succès) pour le « sado-masochisme », la quasi généralisation des termes « bitch » et « pute » pour s’appeler entre ados-copines (qu’un jour il faut assumer ?), etc. etc... 
                                                          .
                                                          Le jeu de pouvoir lié au sexe distord la notion de consentement de 1000 façons.


                                                        • Abdu Abdu 17 juillet 2014 08:43

                                                          « Satellisation des hommes divorcés de leur famille et de leur lien émotionnel et éducationnel avec l’enfant : 34 % des pères ne voient plus jamais leur enfant après un divorce et 42 % voient leurs enfant moins d’une fois par mois. »

                                                          Mouais...
                                                          Faut voir...

                                                          Vu le nombre de divorces causés par la fuite du père inapte à endosser son rôle, je trouve ces chiffres plutôt étonnamment bas.


                                                          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 juillet 2014 14:37

                                                            Avec 58 % des enfants au Québec nés hors mariage, il faut réajuster la notion de respcct dex obigationss pour qu’elle colle a celle de la naute meme des obligations qui sont assumées


                                                            Avant de quitter ce fil, je voudrais préciser une derniere fois, pour eviter tout malentendu, que mon ferme appui a une entente donnant une légitimité parfaite au consortium entre personnes de même sexe ne signifie en aucune facon que j’approuve l’adoption d’enfants pour etre éduqués selon une vision du monde qui previligierait ce choix de vie. Choisir cette approche, pour une société, serait SUICIDAIRE.

                                                            PIerre JC Allard

                                                          • Abdu Abdu 18 juillet 2014 04:34

                                                            "Avant de quitter ce fil, je voudrais préciser une derniere fois, pour eviter tout malentendu, que mon ferme appui a une entente donnant une légitimité parfaite au consortium entre personnes de même sexe ne signifie en aucune facon que j’approuve l’adoption d’enfants pour etre éduqués selon une vision du monde qui previligierait ce choix de vie. "
                                                            Cette formulation peut parler de deux choses :
                                                            Que vous désapprouvez toute adoption par deux personnes de même sexe (comment imaginer qu’ils ne seraient pas éduqués selon une vision du monde acceptant ce mode de vie ?) ou que vous désapprouvez tout projet éducatif privilégiant la vie à deux personnes de même sexe.
                                                            Deux positions fort éloignées l’une de l’autre.


                                                          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 19 juillet 2014 03:28

                                                            @ Abdu


                                                             Je crois quIl faut préconiser l’acceptation de ce mode de vie pourceux qui y trouvent leur bonheu,r, mais je désapprouve tout projet éducatif privilégiant la vie à deux personnes de même sexe.

                                                             PJCA

                                                          • Abdu Abdu 19 juillet 2014 04:40

                                                            @ PjCA

                                                            Comme ça, c’est clair. Merci.
                                                            Et j’imagine que presque tout le monde est d’accord.


                                                            La polémique étant sur la croyance en l’existence d’un tel projet éducatif.


                                                          • tobor tobor 11 septembre 2014 23:52

                                                            @Abdu : j’avoue que j’étais sceptique quant à l’existence d’un projet éducatif émanant de directives U.E. et visant à promouvoir homosexualité et trans-sexualité, pourtant...
                                                            Mon fils qui était en 4émé secondaire (système belge, donc 15 ans) a été voir un seul et unique film en salle avec l’école (Athénée communale) durant l’année scolaire passée : « Tout sur ma mère » d’Almodovar. où la moitié des intervenant/es sont homos ou trans...
                                                            .
                                                            Six ans plus tôt, donc vers 9 ans, il revenait avec un préservatif reçu à l’école lors d’une séance « info sida »...


                                                          • metahari 17 juillet 2014 20:50

                                                            Mr Allard

                                                            J’ai deux trois arguments à opposer à votre diatribe en faveur de la bénédiction religieuse pour le mariage homosexuel, qui, dites-vous finirait l’intégration des homosexuels dans la société.

                                                            Le bonheur, la sincérité, la pureté de l’engagement, ne sont-elles pas des valeurs christiques ?

                                                            Les autorités religieuses ne se combattent-elles pas elles même en refusant de reconnaitre la légitimité de ces valeurs qu’elle partage sous prétexte que ces personnes ont une sexualité « différente » ?

                                                            De là, dites-vous, naissent la discrimination, et la négation du droit au bonheur, (et la négation du droit sans doute !) pour les personnes homosexuelles.

                                                            Rappelons tout d’abord quelques faits.

                                                            En quoi les croyances religieuses discriment-elles les homosexuels ?

                                                            Un croyant est quelqu’un qui croit qu’il existe un Dieu Créateur. Un croyant pense qu’il existe un ordre transcendant auquel la Création est soumise.

                                                            Pour les chrétiens, a fortiori pour les autorités chrétiennes, il se trouve que la Génèse dit que lors de la Création :

                                                            Il créa l’homme et la femme, il les bénit, et il les appela du nom d’homme, lorsqu’ils furent créés.

                                                            Dieu les bénit en disant : Soyez féconds, multipliez-vous, remplissez la terre

                                                            D’un point de vue religieux, le mariage n’est ni plus ni moins que le rappel de cette bénédiction. Le mariage n’est pas une institution inventée de toute pièce, fabriquée pour favoriser une communauté !.

                                                            C’est juste qu’ il n’appartient à aucune autorité d’inventer des bénédictions ! C’est le dogme chrétien. Libre à chacun d’y adhérer ou pas !

                                                            Des couples se marient hors de l’Eglise chrétienne, car ils ne croient pas en Dieu ou au Dieu de la Bible. Ils ne s’en porte pas plus mal !

                                                            A aucun moment de leur schisme les protestants n’ont incriminés les catholiques de ne plus en faire partie. Je n’ai vu aucun groupe socialiste anticlérical faire pression sur le Vatican pour en devenir une faction dissidente, sous prétexte de discrimination !

                                                            Chacun a un devoir de vérité, d’intégrité qui doit primer sur des sentiments personnels.

                                                            Fait numéro 2 : l’Etat a pour vocation de protéger et de promouvoir sa population à travers l’éducation, la santé.... et à travers une institution comme le mariage civil. Le mariage civil garanti des protections juridiques financières à la cellule familiale et à ses ascendants, en dehors de toute orientation politique, ethnique ou religieuse et maintenant sexuelle.

                                                            Votre article dythyrambique ressemble à une démonstration de lobbying. Cette façon de forcer les portes est crispante pour toute personne qui a de l’honnêteté intellectuelle. 

                                                            L’État, ni la société, n’ont à poser des limites et conditions à l’amour, ni à intervenir dans la relation entre ceux qui s’aiment au delà de ce que ceux-ci le souhaitent. Personne n’a le droit de remettre en question la légitimité d’un engagement à s’aimer et s’aider.

                                                            Mais qui donc le fait ? Et depuis quand ?

                                                            une pseudo moralité désuète pour brimer la libre expression des préférences sexuelles de quiconque

                                                            Mais où ? Et qui ?

                                                             Il est normal que l’État gère avec prudence les implications sociales de l’homogamie, en ce qui concerne les droits des enfants, mais là doit s’arrêter son ingérence insidieuse dans la vie de chacun.

                                                            Mais de quelle ingérence parlez vous donc ?

                                                             une entente dont le but est de procréer et dont on s’attend à ce que les participants éduquent les enfants aux valeurs dominantes de la majorité..

                                                            Comme il n’y a ici pas beaucoup de finesse, ni de grandes capacités d’analyses je ne commenterai pas.





                                                              


                                                            • Le Gaïagénaire 18 juillet 2014 03:16

                                                              @ métahari  17 juillet 20:50


                                                              « Pour les chrétiens, a fortiori pour les autorités chrétiennes, il se trouve que la Génèse dit que lors de la Création :

                                                              Il créa l’homme et la femme, il les bénit, et il les appela du nom d’homme, lorsqu’ils furent créés.

                                                              Dieu les bénit en disant : Soyez féconds, multipliez-vous, remplissez la terre. »


                                                              Question : Pourquoi les autorités chrétiennes (catholiques romaines) ne se multiplient-elles pas ?


                                                            • epicure 18 juillet 2014 19:37

                                                              @Par Le Gaïagénaire (---.---.---.109) 18 juillet 03:16

                                                              parce que si les prêtres faisaient des enfants, cela divisait et réduisait la fortune (terres , bâtiments etc... ) de l’église à cause de l’héritage.
                                                              La religion que des préoccupations spirituelles....


                                                            • epicure 19 juillet 2014 19:36

                                                              Par Anti-gauchiste (---.---.---.148) 18 juillet 22:18

                                                              ignare, sans argument, tout ça pour essayer d’insulter à défaut de pouvoir dominer par l’argumentation.

                                                              quand on n’est pas con, comme moi on se renseigne, on lit, on fait pas une réponse basée sur sa seule ignorance.

                                                              Donc juste pour l’occasion de montrer que tu m’attribues encore uen fosi tes défauts voilà un lien qu’on ne peut aps soupçonner de partialité antireligieuse ou quoi :

                                                              http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Le-celibat-des-pretres-en-question-_NG_-2010-03-14-548246

                                                              et donc je mets l’extrait intéressant :
                                                              "
                                                              Au XIIe siècle, alors que déjà bon nombre de prêtres étaient célibataires, la règle du célibat est imposée de manière systématique : cette fois, la justification est pratique, avec la volonté d’éviter des captations de l’héritage de l’Église au profit des enfants de prêtres.

                                                              "
                                                              Parce que les laïcs faisaient des dons aux prêtres qui pouvaient léguer cet héritage à leurs enfants plutôt qu’à l’église directement.

                                                              Tu peux toujours écrire à LA croix que ce sont des cons comme toi si tu n’es aps content......

                                                              Donc tu m’attaques encore avec comme seule arme ton ignorance et ta stupidité.
                                                              Bref tu ne comprends toujours pas ce dont tu parles, tu prends ton cas pour des généralités.

                                                              Pas la peine de revenir avec tes âneries manipulatrices ça sert à rien tu es démasqué, encore une fois.

                                                              Avant de l’ouvrir pour montrer ce que tu es, renseignes toi.


                                                            • tobor tobor 12 août 2014 00:06

                                                              @anti-gauchiste : Tu as l’insulte trop facile en regard de tes arguments.
                                                              En finissant de te lire, elles s’étaient simplement retournées contre toi ( :
                                                              Si tu as de meilleurs idées que les traces historique, écris des scénars qui se passent à Fantasyland, les agents de dieu, tout ça, c’est un bon début...
                                                              .
                                                              L’église reçoit depuis des lustres les héritages des acariâtres qui renient leur descendance ou qui n’ont plus personne ou qui y croient (à l’église). Ça fait un patrimoine immobilier colossal (sans compter les meubles et les bibelots) que gère « la fabrique de l’église » (en Belgique).
                                                              L’église est au contraire très intéressée par les sous !


                                                            • Abdu Abdu 18 juillet 2014 05:05

                                                              "Le divorce étant dans les trois quarts des cas entrepris à l’initiative de l’épouse, il ne semble pas que la fuite massive des pères soit autre chose qu’un bobard de propagande malodorante."

                                                              Si pour vous les mecs qui plaquent leur conjointe après les avoir mises enceinte ne sont que des histoires créées par une propagande... Mon dieu. Comment faire ?


                                                              • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 19 juillet 2014 04:27

                                                                @ Metahari


                                                                Pour que’on se comprenne bien, je précise que je ne suis pas croyant et que mon but n’est pas tant d’amener l’Eglise à soutenir le mariage homosexuel, qu’à apporter à Eglise le soutien de ceux dont son refus du mariage homosexuel la priverait. Je lutte en ce sens, parce que crois que l’Eglise en mettant en évidence le message christque peut etre le point de ralliement des valeurs de l’Occident. C’est dans ce rôle que l’Eglise m’intéresse. Ses dogmes m’indifferent

                                                                Vous me posez quelques questions, auxquelle je vais tenter de répondre brièvement :

                                                                1) Qui utilise pseudo moralité désuète pour brimer la libre expression des préférences sexuelles ?

                                                                 LEglise catholique romaine, où je ne trouve pas d« ouverture à l’homosexualité autre qu »une trés recente et encore bien timide déclaration du Pape François en juillet dernier « si une personne est homosexuelle et cherche le Seigneur, fait preuve de bonne volonté, qui suis-je pour la juger ? » 

                                                                2) De quelle ingérence insidieuse de l’État dans la vie des individus, je parle ?  Je ne vous en donne que 4, à titre d’illustrations. De quoi se mêle l’État qui veut régir les jeux de hasard, l’assistance aux personne en fin de vie, les multiples factette de la prostitution et la consommation de « drogues » diverses.


                                                                 Je vous réponds en toute bomme foi, mais j’avoue que la pertinence de mes réponses aur le present débat ne me semble pas évidentt

                                                                 PJCA



                                                                .



                                                                • Francis, agnotologue JL 19 juillet 2014 08:42

                                                                  Bonjour PJCA,

                                                                  j’attendais une suite ...

                                                                  Deux choses :

                                                                  la première, je trouve bien des contradictions dans cet article et vos réponses. Par exemple, votre réticence vis-à-vis de l’adoption : à quoi bon se marier si ce n’est pas pour fonder une famille ?

                                                                  l’autre : je regrette, mais l’illustration me choque : le film Bilitis (évoqué par la photo ; ce n’est peut-être pas vous qui l’avez choisie ?) n’est pas une ode aux amours lesbiennes, mais une œuvre érotique destinée principalement aux hommes libidineux dont César Castique se pose en échantillon dans son post du 25/, 15:27.


                                                                  • Le Gaïagénaire 19 juillet 2014 16:46

                                                                    Toute cette conversation fait abstraction de plusieurs non-dits.


                                                                    1-Le POUVOIR. Le mariage permet-autorise-exonère tous les abus de pouvoir sur les enfants. Un juge de la cour supérieure du Québec en a décidé ainsi contre un demandeur qui alléguait, témoignages d’experts psychiatres à l’appuis, avoir été traumatisé gravement par des parents se justifiant par l’observance religieuse ;

                                                                    2-C’est ce POUVOIR que cherche à « répéter » les homosexuels souhaitant adopter des enfants ;

                                                                    3-C’est aussi ce POUVOIR de « répétition » qui motive le choix de l’exercice de bien des « professions » ;

                                                                    "(…) je connais les défenses du lecteur qui n’a pas fait d’analyse, les sentiments de culpabilité qui s’instaurent en nous dès lors que l’on nous parle de la cruauté tandis que la voie du travail du deuil doit encore rester fermée. (…) Nous sommes tellement habitués à percevoir tout ce qui nous est dit comme des prescriptions et des prédicats moraux que la pure information est parfois ressentie comme un reproche et n’est, par conséquent, absolument pas reçue. Nous nous défendons à juste titre contre de nouvelles exigences, quand on nous a déjà trop demandé en nous imposant trop tôt, et souvent par la force, les règles de la morale. L’amour du prochain, le don de soi, l’esprit de sacrifice – que de belles formules, mais quelle cruauté ne peuvent-elles pas cacher pour la simple raison qu’elles sont imposées à l’enfant, et ce dès une époque où les dispositions à l’amour du prochain ne peuvent pas être présentes. Du fait de la contrainte, il n’est pas rare qu’elles soient même étouffées dans l’œuf, et ce qui reste n’est alors qu’une inlassable astreinte. C’est comme une terre trop dure sur laquelle rien ne pourrait pousser, et le seul espoir d’obtenir malgré tout l’amour exigé réside dans l’éducation de ses propres enfants, que l’on peut à son tour contraindre impitoyablement."A. Miller, C’est pour ton bien – Racines de la violence dans l’éducation de l’enfant, Paris, Aubier, 1984, traduction Jeanne Étoré, p. 21 

                                                                     »Le principe pédagogique selon lequel il faudrait “ orienter dès le départ l’enfant dans une certaine direction ” naît du besoin de dissocier du soi les éléments inquiétants de sa propre intériorité et de les projeter sur un objet disponible. Le caractère malléable, souple, sans défense, et disponible de l’enfant en fait l’objet idéal de ce type de projection. L’ennemi intérieur [la face cachée de sa propre lune], peut enfin combattre à l’extérieur ». A. Miller, C’est pour ton bien, supra, p. 111.  Ibid., p. 112.


                                                                    4-Le SACRÉ c’est en réalité la quête de l’unité de soi. Autant je ne peux nourrir l’AUTRE en me sustentant, autant est illusoire de se nourrir de l’AUTRE.


                                                                    5-Pour ceux qui ont faim et soif de « vérité », ils trouveront au moins trois textes qui énoncent une démarche iconoclaste à l’adresse suivante :





Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès