Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Crise automobile : la rupture avec les goûts de la clientèle

Crise automobile : la rupture avec les goûts de la clientèle

Les grands constructeurs retiennent leur souffle : les consommateurs ont cessé de franchir les portes de leurs concessions. Le public boude et ne consomme plus. On dit que c’est à cause de la crise. Qu’en temps de crise, le peuple baisse sa consommation par peur des lendemains incertains. Est-ce l’unique raison ?

Personnellement, je pense que les constructeurs automobiles sont confrontés à une rupture d’avec leur clientèle. Les modèles de voitures que l’on propose, débordant de technologie, de confort et de sécurité sont bien trop chers. Les marges des véhicules sont depuis longtemps "top secret". Bien des secrets d’ailleurs ne sont pas aussi bien gardés. D’accord, il y a énormément de recherche et de développement dans le secteur automobile qui attire d’ailleurs les meilleurs jeunes ingénieurs au sortir de leurs écoles, parfois au détriment du secteur aéronautique. Tout cela coûte très cher. Oui, mais tout cela est amorti sur des séries immenses de véhicules produits à la chaine par peu d’ouvriers mais beaucoup de robots. Sans compter les délocalisations massives qu’il y a eu dans ce secteur qui accusent l’ouvrier français d’être trop coûteux à employer.
On sera donc passé en quelques décennies d’un modèle économique de production massive à un modèle de flux tendu des productions-vente. C’est cependant une sage précaution que de ralentir les chaines de montage lorsque la demande ralentit, plutôt que de risquer la faillite comme c’est arrivé à l’époque de la grande dépression. La crise financière n’a pas grand chose à voir avec la crise économique que subissent les constructeurs américains au premier rang desquels GM et Ford et Chrysler. Les trois monstres sont sur le point d’être terrassés. Leurs dirigeants viennent pleurer des milliards au Congrès américains, mais se font malmener pour leur gestion catastrophique ces dernières années. General Motors, le plus en danger et malheureux propriétaire du Hummer, le 4x4 le plus pollueur de la planète est maintenant digne d’être placé dans un musée. Voilà un constat dont souvent le Hummer a été victime, ringard, gouffre à essence et pollueur. Mais il semble que beaucoup de véhicules actuels soient tombés en désuétude pour leurs clients potentiels pour l’une de ces raisons.
L’industrie automobile aurait-elle perdu le contact avec ses clients ? Pour les américains, c’est oui. Depuis des décennies, le public américain s’est tourné vers les constructeurs asiatiques qui ont su plaire. Pour ceux qui ont eu l’occasion de voir de près les deux modèles : comparez une Lexus avec une Cadillac ! Elles ne viennent pas de la même planète !
Pour beaucoup d’entre nous, une voiture n’est qu’un outil dont on attend qu’il soit fiable sécuritaire et ne pose pas de problèmes. Ensuite, on ne souhaite pas mettre toutes nos économies dans cet outil, car nos projets, no rêves et nos ambitions nous portent vers autre chose que l’automobile. Une voiture c’est beau, mais c’est trop cher !
C’est que l’industrie automobile tient une place considérable dans notre vie. Il parait qu’elle détient la première place au titre des dépendances dans le budget de la vie d’un homme, ou d’une femme. Avant la maison ! Combien de véhicules possède-t-on tout au long d’une vie ? Une dizaine, peut-être même plus. Comptez un peu pour voir...

Je n’aime pas constater les choses sans proposer des solutions qui, puisque c’est moi qui écrit cet article, ne conviennent qu’à moi. Ou peut-être à beaucoup plus de monde si le concept que je décris ci-après éveille un intérêt quelconque chez le lecteur ou l’industriel en mal d’idées.

Je me vois au volant, un jour, d’un véhicule dont j’aime particulièrement le design. Comme je ne connais pas le futur, je vais donc faire mon choix sur une Jaguar type E roadster série 3 (je ne vais quand même pas rouler en Twingo toute ma vie !) Imaginons que j’achète un specimen du type, à restaurer, moteur HS pour que cela puisse correspondre à mon budget. J’ai envie de la garder longtemps et de l’utiliser pour tous mes déplacements, professionnels comme de loisirs. Le prix de l’essence, dans ce futur imaginaire rend peu raisonnable un tel projet. Mais mon concept novateur me permet d’envisager un retrofit de ma Jaguar aux standards de l’époque actuelle et futurs : sécurité avec tous les attributs technologiques des véhicules actuels, un moteur électrique dans chaque roue, un ensemble de batteries ou une pile à combustible en place du moteur. Et me voilà pilote de Jaguar, confiant dans ma masculinité machiste et sillonant les routes le sourire aux lèvres.
Ma compagne, dont les goûts automobiles sont moins complexes et occupent un secteur différent dans son cerveau, possède la dernière Vaillante (petit clin d’oeil à la BD). Une berline à propulsion électrique à pile à combustible au design plutôt feminin. Le constructeur des Vaillante a révolutionné l’automobile il y a quelques mois. Il a promis à ces futurs clients que toutes ses voitures seront “retrofitables”, en carrosserie (pour le design) comme en technologie. C’est une trés bonne idée. Cela permet d’utiliser pendant des décennies des architectures communes à plusieurs modèles de véhicules qui sont ensuite personnalisés selon le désir des clients. On reste dans l’industrie de masse, et on donne une plus large part de marché aux équipementiers qui sont devenus le bassin d’emploi majeur du secteur. c’est ici que se concentre maintenant beaucoup de recherche et de développement. Avec ce concept, 5 ou 10 ans peuvent passer sans que votre véhicule ne soit poussé vers la casse parce que le moteur est sur sa fin (peu probable avec un moteur électrique), ou que vous trouvez que le design a vécu et que la publicité à la télé vous a montré (je devrais dire matraqué) le dernier modèle de la saison.
Ce concept a séduit ma compagne, qui si elle décide de retrofiter sa voiture l’emmènera à la concession locale Vaillante pour que soient effectués les travaux de conversion : adaptation des nouvelles coques de carrrosserie selon son nouveau choix de design, nouvel aménagement intérieur, nouveaux gadgets électroniques. Mais même moteurs dans les roues, même pile à combustible, même chassis. Le client ne paye que les nouveaux éléments et les travaux effectués sur son véhicule. Ainsi, plutôt que d’acheter à prix parfois prohibitif une dizaine de véhicules, on a le choix et la liberté de garder ou d’évoluer au fil de notre vie, selon nos moyens, vers un véhicule à la dernière mode ou de se contenter d’un vieux modèle.

Ce petit concept simple permet de garder une trés grande partie de notre industrie automobile, avec ses fournisseurs, ses concessionnaires et ses ateliers de maintenance. Bien sûr, pour cela, il faudra accepter de ne pas être sous le diktat de la bourse et des actionnaires qui sont gros dévoreurs de profit.

Encore plus de financiers au chomage en somme ! Tant pis ! J’ai un programme de reconversion et de grands travaux pour eux : ériger une statue à mon effigie tout en timbres usagés empilés (dans le sens de l’épaisseur) et plus haute que la tour Eiffel. Ils nous foutrons la paix pour longtemps ainsi !

Torpedo


Moyenne des avis sur cet article :  4.18/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

72 réactions à cet article    


  • dadou541 2 décembre 2008 11:37

    @l’auteur
    Autant je suis d’accord sur le prix prohibitif des voitures, autant je ne partage pas votre proposition de véhicule réparable tout au long de la vie. Cette solution me parait encore plus coûteuse que le fait de changer de véhicule. 
    D’ailleurs, ce que font majoritairement les gens, ils changent de véhicule avant que ne survienne les grosses réparations.


    • Vincent 2 décembre 2008 12:37

      Changer une voiture avant que n’arrivent les grosses réparations est une aberration totale.

      Les constructeurs ont réussi à faire entrer dans la tête des acheteurs de voiture qu’il fallait la changer avant qu’elle ne perde trop de sa valeur.

      On parle évidemment de la valeur vénale et pas de la valeur d’usage, alors que celle-ci est la plus importante.

      On parle d’amortissement pour une voiture particulière, aberration aussi car cette voiture ne produit aucune valeur ajoutée, si ce n’est de vous amené au travail tous les jours pour sa fonction principale.

      Aussi, et c’est encore un grande réussite des constructeurs, ils ont mis dans la têtes des acheteur de voiture le principe d’amortissement destiné aux entreprises.

      Votre voiture vous l’achetez et vous la gardez le plus longtemps possible, même s’il faut la réparer de temps en temps.

      Je roule avec un véhicule essence qui a 225 000 km, et l’entretien me coûte environ 1000€ par an, si je devais racheter un voiture tous les trois ans  en admettant que j’achète à chaque fois une voiture neuve et que je revende l’ancienne à  env 60% de sont prix initial, la décote est la suivante

      -30% la première année et -10% les autres années pour un véhicule moyen de gamme dans les 18 000 € ça fait remettre tous les trois ans env 8000 €, le delta par rapport à un entretien mécanique annuel est d’env 1600 €/an sans compter les coûts de crédits.

      En 11 ans j’aurais mis de coté de quoi racheter une voiture neuve et les voitures actuelles sont conçues pour faire autour de 300 000 km, à raison de 20 000 km par ans ça fait  15 ans de durée de vie pour un véhicule soit env. 6500 € d’économie une fois déduit le coût d’achat d’une véhicule neuf.

      Si l’on prend en compte le coût du crédit de 8000 € (montant à refinancer pour l’achat du véhicule neuf  sur 36 mois avec un organisme type cételem, avec un TEG de 8.9% ça donne un coût total de crédit  1350 €  à ajouter 4 fois pour les 4 véhicules neufs achetés durant les 15 ans.

      Soit au final 11800 € d’économisés.


    • Yohan Yohan 2 décembre 2008 19:29

      Exact,
      La valeur vénale des véhicules d’occasion a étrangement baissé ces dernières années. Au bout de cinq ans, un véhicule, même en parfait état de marche, n’a quasiment plus de valeur marchande. Sauf peut être pour le marché de l’occase en Afrique ou dans les pays de l’est, où subitement, nos charettes reprennent vie et valeur. Tout est fait pour accélerer le renouvellement des véhicules, et amortir devient un casse tête surtout avec les coûts de maintenance et le marché entretenu de la pose/dépose. Les constructeurs font en sorte qu’il ne soit plus possible de reparer sans malette électronique, ce qui permet, en effrayant le client, de placer des formules d’assurance maintenance supplémentaires.


    • Marc Bruxman 2 décembre 2008 23:57

      Clairement, pour rouler en région parisienne, rien de tel qu’une "poubelle". D’une part, le mec avec son gros 4x4 te respecte parce si il te percute, il nique son cayenne alors que ta skorchwaska que t’as payé 1000 € tu es beaucoup moins vert si tu la plante. 

      L’autre gros problème c’est qu’on a plus le droit de speeder comme des bourrins sur l’autoroute alors la grosse cylindrées cela devient superflus. Autant louer une bombe quand on doit traverser l’allemagne (attention toutes les autoroutes ne sont pas à vitesse illimitées la bas et le pv est énorme ailleurs). 

      Si les mecs veulent relancer l’industrie automobile, il y a un bon moyen : virer les sarkomatons sur le bord des routes. Sinon, franchement, plus d’intérêt à avoir une caisse de luxe, les Dacia et autres Tata motors vont prendre tout le marché et on sera à poil !

      Et le comble, c’est que comme les mecs créveront plus vieux, vous aurez plus de retraites à payer pour moins d’emplois. C’est vraiemnt con un politique !


    • LE CHAT LE CHAT 2 décembre 2008 12:05

      très bon sujet de refexion !
      oui les voitures sont trop chères ! leur prix moyen n’a fait qu’augmenter plus que l’inflation depuis des années parce qu’on a préféré rajouter des tas de gadgets inutiles qui rencherissent fortement leur prix , alors que bien des clients potentiels en ont assez avec un modèle basique !

      les voitures sont laides et se ressemblent toutes de plus en plus ! elles ne suscitent plus un désir , on les achète simplement par necessité et puis c’est tout !


      • Vincent 2 décembre 2008 12:06

        Concept séduisant,

        Maintenant quelques précisions.

        A commencer par les marges de véhicules automobile.

        Par exemple une Logan sortie d’usine génère pour celle-ci 4000€ de marge.

        La Logan est vendue autour de 8000€ en concession.

        Pour ce qui est des autre véhicules, il faut savoir que les équipementier vendent en moyenne avec des marges par rapport aux prix de revient comprises entre 25% et 40%.

        De toutes façon les actionnaires des équipementiers refusent que des affaires soient prises en dessous de 25% de marge.

        Ces même actionnaires demandent en général un retour sur investissement de l’ordre de 15% et un retour sur les ventes de l’ordre de 7%.

         

        Avant les constructeurs n’hésitaient pas à payer les outillages nécessaire à la fabrication de leurs pièces,  aujourd’hui il refusent purement est simplement de payer les outillages, donc ils les payent indirectement dans le prix unitaire de chaque pièce sous forme d’amortissement.

         

        Ces mêmes constructeurs ont aussi mis en place un système d’enchères inversées sur internet.

        Comment ça marche, en gros dans un laps de temps assez court, l’enchère pour la production d’une pièce débute en ligne. Tous les équipementiers consultés sont derrière leur PC avec la calculatrice en main et c’est parti, cela dure une petite heure, et ils y vont à coup de centime en moins vérifiant constamment la pérennité de l’affaire par rapport à leur prix de revient et leur marge objective.

         

        Pour tout vous dire c’est un jeu assez stressant pour les équipementiers et probablement jubilatoire pour les acheteurs en face.

         

        La délocalisation sur les pays low-cost commencent à ralentir pour la fabrication de pièces destinée à être assemblées en France car les coûts de transport logistique sont devenus exorbitants, par contre pour les usines de fabrication de véhicules déjà implanté dans ces pays, c’est pas la fête du slip mais ça y ressemble un peu quand même.

         

        A ceci près que ces usines dans ces pays ayant un fort taux de croissance ont du mal à fidéliser leurs employés qui aujourd’hui travaillent chez eux et la semaine prochaines seront dans un autre secteur car la paye proposée est plus intéressante. Ceci entraîne d’énorme problème qualité dus au manque de formation des ouvriers et mobilise une importante partie des qualiticiens français sur les territoires de l’est pour régler les problèmes.

         

        Bon maintenant, le moteur électrique dans chaque roue existe, il a été développer depuis quelques année par Michelin et Valéo me semble-t-il.

        Le soucis étant comme toujours le poids des batteries et leur durée de vie.

        Ensuite un véhicule électrique c’est super, mais au fait comment font les gens qui habitent dans des immeubles pour recharger leurs voitures ?

        Il tirent une rallonge du 15 étage et garent leurs caisses juste dessous leur fenêtres, en péridoe de Noël ça peut-être sympas mais toute l’année j’en doute.

        La pile à combustible est pour l’instant beaucoup trop dangereuse pour être commercialisée. Mais quoi qu’il en soit le poids des véhicules est amené à grossir encore soit à cause des batterie, soit à cause des blindage des réservoirs pour les piles à combustible.

         

        Je pense plutôt que dans les années futures, nous développerons des moteurs pouvant accepter plusieurs types de carburants (le flexfuel actuel est une véritable aberration en terme économique et écologique) ou l’option inverse, beaucoup de petits moteurs car le nombre de carburant de substitution aux carburants traditionnels va augmenter.


        • Absurde Absurde 2 décembre 2008 18:40

          Au début des années 2000, Volkswagen a proposé une citadine équipée d’un moteur consommant 3 litres au 100 KM. Sa sortie est passée inaperçue à cause de son prix, dans les 20.000 €... 

          Autant dire qu’il est techniquement possible de mettre au point et de commercialiser des véhicules à très faible consommation, et c’est dans ce sens, je crois, que la demande devrait évoluer. Comme vous, je ne crois pas à l’avenir immédiat des solutions dites alternatives aux moteurs thermiques que nous connaissons. La pile à combustible, le moteur électirque ne sont pas au point, et les véhicules binômes seront de toute façon vendus trop cher.


        • Absurde Absurde 2 décembre 2008 12:11

          L’impossible comparaison Lexus / Cadillac était valable du temps des Fleetwood, De Ville et autres Seville. Depuis, la firme de Detroit a considérablement rajeuni sa gamme, et les CTS, STS, XLR et autres SRX sont largement de taille à concurrencer ces clones dégénérés de Mercedes que sont les Lexus. Le divorce entre constructeurs et clientèle que vous postulez est, je trouve, particulièrement flagrant outre-Atlantique, et ce depuis plus d’une génération. La production des Cadillac et Lincoln en est une parfaite illustration, sachant que les haut-de-gamme de ces marques prestigieuses ne sont plus vendus à des particuliers mais à des entreprises publiques et privées qui les utilisent comme voitures de fonction pour leurs cadres dirigeants. Les autres marques ont été contraintes de refondre totalement leur production, voitures "compactes" singeant les européennes (Pontiac, Chrysler), SUV japonisés (Chevrolet, GMC, Dodge), quand elles n’ont pas purement et silmplement ressorti des tiroirs d’anciens concepts hâtivement réactualisés (Barracuda, Mustang, Thunderbird, Camaro)... tandis que des monospaces japonais et coréens peints en jaune carari supplantent peu à peu les anachroniques Crown Victoria et Chevy Bel-Air/Caprice au sein du parc de taxis des mégapoles... 

          En terme de divorce constructeurs/clientèle, nous ne sommes pas en reste. Voir ce que Renault a fait de la populaire Twingo des années 90, du Kangoo des babas attardés qui rappelait un peu les anciennes 4L par sa philosophie, voir l’échec de la Vel Satis, voir la confidentialité de la Citroën haut de gamme, voir les SUV Peugeot, Renault et Citroën arrivés dix ans après la bataille du 4X4, voir les coupés de luxe Renault et Peugeot bardés d’électronique et vendus au prix d’une Jaguar ou d’une BMW... sachant la prééminence des allemandes sur ce segment. Et voir à quelle offre est réduite en France la demande la plus forte, qui va dans le sens de voitures économiques, peu coûteuses et faites pour durer. Alors on se rabat sur ce bâtard de Kangoo et de vieille Clio qu’est la Logan, pas très économique, pas très écologique et encore bien trop chère. A présent on ne se rabat plus sur rien, on dirait. Ce que je vois par chez moi, petite ville de province où les gens n’ont pas trop les moyens, c’est le nombre de 4L et de Deuches en circulation, bien entretenues, voire rutilantes. Et là on se dit qu’il y a un concept à créer qui satisferait une large frange de clientèle qui n’a rien à faire de coupés de prestige, de Clios proposées à 15000 € pour une finistion plastoc avec options au compte-goutte, ou de Kangoos et Berlingo aux proportions de fourgons et dont les modèles de base comportent tout juste les essuie-glace de rigueur. 


          • LE CHAT LE CHAT 2 décembre 2008 12:19

            beaucoup de bricoleurs du dimanche regrettent les anciens modèles , car sans l’équipement adéquat , difficile de faire l’entretien soi m^me des nouveaux modèles truffés d’electronique !

            les 205 et supercinq d’ocaz en bon état trouvent très vite preneur !


            • aquad69 2 décembre 2008 12:50

              Bonjour Torpedo (comme son nom l’indique...)

              Les équipements à vie longue et la "rétrofitabilité" ! Idée intéressante, mais peu vraissemblable car elle est opposée aux tendances marchandes actuelles :

              Qu’est-ce qui se développe le plus aujourd’hui dans la vente de masse, à votre avis ? Les habits du style 18e ou 19e siècle, en toile épaisse, que l’on pouvait porter chaque jour pendant peut-être dix ans, ou l’actuelle production chinoise en coton léger qui dure au mieux une saison ? Les rasoirs électriques ou les jetables ? Croyez-vous que le fait que votre portable puisse durer vingt ans si vous le payez deux fois plus cher, soit un argument commercial efficace ?

              La tendance actuelle de la vente de masse est beaucoup plus à la virtualité, à des "semblants" de produits, éphèmères et bon marché, qu’à une qualité durable, forcément plus chère ; et celà est en accord avec les habitudes que l’on a développé chez les foules, de plus en plus instables et changeantes, que l’on a dressé, comme des enfants, à vouloir de plus en plus "zapper" dans tous les sens et pour qui la "consommation compulsive" est plus une manière d’avoir l’impression d’exister qu’une stratégie planifiée d’équipements pour la vie. 

              La crise n’y changera rien dans l’immédiat : voyez les premiers mouvements de foules en grandes surfaces aux Etats-Unis, ce n’était pas pour des pâtes ou des patates, mais pour de l’électronique et du superflu de confort soldé à 70% ! Par angoisse existencielle et non par manque réel !

              Si nous ne sommes pas encore submergés par des voitures basiques de style "Tata" indiennes ou bientôt chinoises, à deux mille euros pièce, jetables au bout de cinq ans pour échapper au contrôle technique et que l’on achèterait au supermarché, c’est sans doute pour des raisons de protectionnisme européen et des monopoles de nos fabriquants qui gagnent surtout sur la valeur ajoutée, les multiples options, et qui continuent pour celà à privilégier une certaine image de la voiture comme représentative du standing de chacun.

              Mais avec la baisse prévisible du pouvoir d’achat des classes moyennes, cette image pourrait peut-être basculer : c’est peut-être un des prémices de cette "rupture" dont vous parlez...

              Cordialement Thierry






              • iris 2 décembre 2008 12:58

                c’est sur les gros modèles que constructeurs et concessionnaires se font le + de marge-
                le client est interrogé sur la qualité des réparations -pour surveiller le réseau des concessionnaires-
                mais pas de questionnaires sur les désirs des clients sur la voiture proprement dit !
                comme les véhicules sont + surs et ont moins de révisions, il faut que faire venir le client à la concession-
                il faut bien que le concessionnaire vive -étant donné que que le constructeur lui impose plan de commerce-avec primes -matériel-formation - stock de pièces de rechange et de voiture etc...et a un oeil perpétellement sur lui ! les remontées financières et autres sont souvent obligatoires dans un réseau-et les concessionnaires ont beaucoup de charges mais la marge est controlée étroitement par les constructeurs-
                c’est le roi et ses vassaux
                 


                • Hakim I. 2 décembre 2008 14:58

                  "comme les véhicules sont + surs et ont moins de révisions"

                  Vous voulez rire ou quoi ? Plus surs peut être, moins de révision surement pas ! Il y a 15 ans, il existait des pièces garanties à vie qui doivent être changées avec les modèles récents à intervalles réguliers ! Exemple : courroie de transmission, roulements, etc ; sans oublier les défauts de conceptions qui n’anticipent pas les conséquences de la rupture de certains éléments comme le cable d’embrayage qui entraine tout et fracasse le moteur. Passez la frontière, allez en afrique, et demandez combien coûte l’entretien d’une mercedes 190 des années 80. Voiture tellement fiable, qu’elle est le modèle de référence pour des taxis.

                  Les voitures coutent trop cher en Europe, à l’achat et à l’entretien.


                • Absurde Absurde 2 décembre 2008 18:59

                  J’ajoute que la qualité des véhicules mis sur le marché, en termes de technique et de finition, tend à se dégrader depuis une quinzaine d’années. Certains modèles donnent vraiment l’impression d’être des poubelles jetables, avec leurs plastiques moulés dégueulasses, leurs garnitures tissu qui boulochent, leur peinture qui s’écaille, le Vénilia massif au tableau de bord qui se met à ressembler à du lambeau de Formica, la palme revenant à Renault (une fois encore) avec ses comodos de chauffage/ventilation qui perdent leurs boutons et qui se détraquent, l’aérateur du tableau de bord qui se bloque, le toit ouvrant électrique qu’il vaut mieux ne plus ouvrir, les garnitures de plafond qui vous tombent sur la tête au moment où vous négociez un virage, le moteur du lave-glace qui grille, la pompe à eau qu’il faut changer en même temps que la courroie de distribution, l’auto-radio à cassettes livré en série jusqu’en 2004 (où on ne trouvait plus de cassettes dans le commerce !), c’est du vécu perso et dans mon entourage de Renaultistes repentis, et à ce que m’a confié un ami chauffeur de car, on rencontre les mêmes petits problèmes sur les bus Renault Les Yaris ne sont pas mal non plus, qui dès qu’elles ont deux ans ont l’air bonnes pour la casse avec leur jolie peinture qui se décolle par plaques....

                  Je me souviens de la Fiat Mirafiori sortie en 1975, dont la publicité affirmait qu’elle était conçue pour durer quinze ans. Je vois régulièrement rouler des Mirafiori sur les routes des Alpes de Haute-Provence, ainsi que quelques 504 Peugeot et antiques R8 qui ont l’air encore gaillardes ,et des Taunus et Granada, succédanés d’américaines datant des années 72-73, pas délabrées du tout. Mais il m’arrive de frémir à la vue de certaines Megane récentes (celles qui vues de trois-quart arrière ressemblent un peu à de vieux casques allemands), et autres 406 Peugeot et fers à repasser Citroën vieilles de trois ou quatre ans, tellement elles semblent frappées de sénescence accélérée... ! Pots fumants, intérieurs dévastés, pare-chocs écaillés, vernis métal qui se décolle... 


                • zelectron zelectron 2 décembre 2008 19:49

                  @Hakim d’accord avec vous :
                  Les pièces automobiles sont "savament calculées" pour ne vivre que le temps de la garantie....
                  Il faut être bien naif pour croire aux constructeurs soucieux de la qualité et de la pérénité.
                  Les matières premières pillées, les énergies de transformations gaspillées, les "recyclages" dispendieux, les vies des conducteurs et de leurs passagers, les blessés, les infirmes, les dommages collatéraux....tout ça constitue les attendus d’un procès à charge directement instruit par de plus en plus de consommateurs.


                • Hakim I. 2 décembre 2008 21:00

                  Ah ! la peugeot 504 CC ! Quelle merveille !


                • Vincent 3 décembre 2008 10:23

                  Vous avez l’air au courrant.
                  Personnellement je bosse dans la sous traitantce automobile et je puis vous assurer que nous garantissons les pièces 300 000 km.
                  L’idée reçue que vous développez est complètement incorecte.
                  Aucun intérêt pour un fabriquant de voitures à baisser la fiabilité de ses véhicules.
                  Au contraire nous faisons des études statistiques et des essais très poussés pour augmenter la fiabilité des composants.
                  Pour conserver votre voiture le plus longtemps possible, ménagez-là.


                • Lapa Lapa 2 décembre 2008 13:06

                  sans oublier le fait que les constructeurs automobiles relookent les modèles après 2 ans (généralement juste les phares et un peu la calandre) pour faire paraître votre auto "vieille" et vous la faire changer alors qu’elle n’en n’a nul besoin. Ca marche quand on a du pognon mais là, à 15000 euros une clio faut arrêter de se moquer du monde.

                  très drôle en effet le fait que renault se lance 4 ans après le boom et 1 an après le grenelle de l’environnement dans un SUV... on croît rêver.



                  • LaEr LaEr 2 décembre 2008 13:46

                    J’avoue que quand j’ai appris la nouvelle, j’étais assez mort de rire... Heureusement que la crise est là, car sinon, ils auraient du assumer leurs conneries...
                    Comment peut-on être autant couper de la réalité ? C’est simple, regardez les salaires des dirigeant...


                  • SciFi SciFi 2 décembre 2008 14:05

                    Il faut cinq ans pour concevoir un modèle. Quand le Grenelle de l’environnement n’était pas encore une idée, le SUV était déjà dans les cartons. Et à l’époque, les 4x4 marchaient plutôt bien.


                  • LaEr LaEr 2 décembre 2008 14:57

                    Libre à eux de décider de sa commercialisation ou pas. Il ya déjà quelques années que l’on sent le vent tourner.
                    Pour rappel, la première mesure incitatoire pour diminuer la pollution avec des véhicules plus propres date de 1998 (la pastille verte).


                  • Absurde Absurde 2 décembre 2008 18:28

                    Vous oubliez les 4X4 Peugeot et Citroën, sortis un peu avant le Renault, et le Quashqaï Nissan, sorti à peu près en même temps que les premiers cités, dont on ne peut pas dire qu’il croupisse dans les vitrines des concessionnaires. Le fait est que ces gros machins continuent de se vendre, sous nos latitudes, alors qu’aux States on note un net fléchissement des ventes de SUV et pick-ups - ces derniers véhicules ayant été très à la mode ces dix dernières années. 

                     


                  • Vincent 3 décembre 2008 10:26

                    Un peu moins tout de même, la mégane 2 premier véhicule de chez renault entièrement conçu et maquété en numérique n’a pris que 3 ans.
                    L’objectif actuel est entre 18 et 24 mois.


                  • Absurde Absurde 3 décembre 2008 11:37

                    Il était temps, vu la gueule de la Megane précédente !


                  • SciFi SciFi 2 décembre 2008 13:31

                    Le prix des voitures n’est pas uniquement dû aux options, à la recherche et à la sécurité. 
                    Les constructeurs offrent de plus en plus de déclinaisons de modèles, en augementation chaque année et cela induit une bonne part des coûts. Cela correspond soit-disant à la demande des usagers.

                    Le prix de chaque voiture vendue contient une part de cette offre pléthorique. Et oui, c’est trop cher ! A tel point que la Logan a eu un succès inattendu en France, la voiture étant destinée initialement à l’Europe centrale.

                    Concernant les stocks chez les constructeurs : ne trouvez-vous pas étonnant qu’ils soient si important alors que l’on est dans un modèle de production-vente à flux tendu ? Il n’y a pas eu d’anticipation de la crise ?

                    Ou bien n’y aurait-il pas eu un effet d’aubaine à une certain moment, où travailler plus pour gagner plus signifiait également produire plus, quitte à stocker : après tout une partie des heures sup’ étaient payées par l’état, non ?



                    • taktak 3 décembre 2008 10:50

                      C’est une très bonne question.
                      Au vu de ces fameux stocks on se demande pourquoi les concessionnaires sont incapables de livrer une voiture en moins de 2 ou 3 mois. C’est particulièrement rebutant à l’achat.

                      D’autant plus que les prix sont exhorbitant:15 000€ pour une clio de base (sans autoratio et sans climatisation)

                      Par ailleurs je n’ai pas envi de payer chere une voiture qui va tomber plus souvent en panne qu’avant, pour des pannes plus graves ou plus difficile à résoudre (débimetre, vannes EGR, volant moteur, turbo, injecteurs HP...) en sachant que les réseaux SAV ne suivent absolument pas.
                      La valeur, c’est avant tout la valeur d’usage : voiture fonctionnelle (taille compatible avec notre environnement par exemple), fiable et ECONOMIQUE.


                    • Bernard Dugué Bernard Dugué 2 décembre 2008 14:19

                      Je crois bien que l’industrie automobile nous mène en bateau et qu’on va tous se faire rouler

                      En Belgique, il offrent une voiture pour l’achat d’un beau modèle. Les Belges se sont précipités, achetant une voiture pour rouler et une autre pour décorer le garage.


                      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 2 décembre 2008 14:26

                        " Les marges des véhicules sont depuis longtemps top secret. " avez vous écrit, Torpédo,

                        J’ai entendu qu’un diffuseur belge vous proposait deux voitures pour le prix d’une, C’est à dire que pour l’achat d’un modèle haut de gamme break, il vous offre un petite de base... ! Ceci déclare la marge pratiquée.

                        J’aime beaucoup votre article et rejoint tout à fait vos besoins. Le rève de tous est de trouver la femme avec laquelle il se fera un plaisir de partager toute sa longue vie, sans devoir la restyler coûteusement tous les deux ans ni en changer dès l’apparition d’une un peu plus large en mensurations...Excusez moi ce rapprochement, mais il en est de même avec sa voiture. Le rève n’est pas d’en changer régulièrement sous prétexte qu’elle perd instantanément trente pour cent de sa valeur dès qu’elle n’est plus vierge...Le rève n’est pas d’apprendre qu’elle est devenue vieillotte et obsolète dans les trois ans qui suivent lorsque vous la garez à coté de celle de votre voisin...Le rève n’est pas que la suivante mesure cinq centimètres de plus raccourcissant d’autant la taille de votre porte de garage et augmentant d’autant le risque de la rayer gravement...Le rève n’est pas de la savoir plus lourde de trois cent kilos que sa petite soeur, ceci ne constituant en rien cette impression de sécurité garantie en cas de choc avec un poids lourd de quarente quatre tonnes lancé à pleine vitesse...

                        Le rève est bien de pouvoir changer un moteur dans la roue en trois minutes dans n’importe quel endroit du territoire, de savoir que l’on peut faire son plein d’électricité en trois ou dix minutes devant un café dans un lieu convivial pour deux euros, que celle-ci continue de se charger sur le parking du supermarché pendant vos courses... http://www.ecolo-trader.fr/Le-solaire-photovolta%C3%AFque-passe-en-mode-peinture-vtptc-75.php .

                        Le rève est bien une deux chevaux deux fois plus solide et deux fois plus puissante mais tout aussi légère sur un réseau où sont absents les gros tank militaires surpuissants et les camions pressés par la politique du flux tendu...

                        Merci pour cet article salutaire et les perspectives qu’il fait naitre. Bien à vous. L.S.


                        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 2 décembre 2008 14:35

                          Un bel exemple tout à fait éloquent...dès que les roues ne touchent plus le sol, soulevées par un mince tapis d’eau comprimée, si vous tournez le volant pour rattrapper votre courbe, quand elles se reposent sur la route, l’effet est immédiat.

                          http://www.dailymotion.com/relevance/search/aquaplaning%2Bautoroute/video/xh9go_les-dangers-de-laquaplaning_auto


                        • Hakim I. 2 décembre 2008 14:50

                          Bonjour à tous,

                          Il suffit de voyager un peu par exemple dans les pays émergeants pour voir que la durée de vie d’une voiture dépend des mentalités.
                          Comme le dit vincent plus haut, les populations des pays industrialisés ont été conditionnées au fait qu’on devait revendre une voiture avant qu’elle ne coute trop cher en entretien.
                          Les constructeurs asiatiques (honda, dahiatsu, etc) ont comppris que le besoin dans les pays en développement était de garder sa voiture le plus longtemps possible, avec un entretien bon marché.
                          Fiat par exemplela Palio, et Dacia fait de même avec la logan, qui n’était pas destinnée à l’origine aux pays comme la France.

                          Il en est de même pour les tracteurs (semi-remorques, etc). J’ai quelques routiers dans ma famille au Maroc qui m’ont dit que les supers camions Renault outre méditerrannée ne pourraient jamais tenir les cotes ou les routes abimées d’Afrique. C’est pourquoi les remorques sont détachées aux frontières pour être rattachées à des tracteurs Volvo, MAN, Mitsubishi qui datent facilement de 15 à 20 ans dépassant le million de kilomètres.

                          Les voitures ont été concue en europe et dans les pays industrialisées avec des matériaux et des technologies fragiles (electronique, plastiques, etc.) dans le but de raccourcir leur durées de vie et ainsi favoriser un turn-over pour faire plus de profit.
                          C’est simplement mon avis, mais moi qui touche un peu de mécanique, je n’ai jamais compris pourquoi par exemple un élément aussi important que la chaine de transmission (entretien quasi nul) a été remplacée par une courroie crantée en caoutchouc. Sachant que la rupture de celle-ci entraine fatalement la mort du moteur.

                          La recherche, surtout par les temps qui courent, devrait se concentrer plutot vers des voitures moins couteuses d’abord, Puis moins polluantes ensuite.


                          • Yohan Yohan 2 décembre 2008 19:40

                            Cette histoire de courroie de distribution est une aubaine pour les constructeurs qui en profitent pour pousser de plus en plus tôt à l’achat d’un véhicule neuf. On en me fera pas croire qu’il n’y a pas de solution à la chose.


                          • Hakim I. 2 décembre 2008 20:53

                            Paraît-il que c’est pour réduire le bruit du moteur et facilite la mignaturisation... connerie...


                          • HELIOS HELIOS 2 décembre 2008 21:38

                            La rupture de la courroie ne casse pas obligatoirement le moteur. cela ne se produit que sur les moteurs dont les soupapes ont une levée qui leur permet de toucher le piston au PMH. ce n’est pas le cas de certains moteurs a essence et cela pourrait etre réglé dans la quasi totalité des moteurs.ficiles

                            L’interet de la courroie par rapport a la chaine est multiple... cout de la chaine et des pignons superieurs, bruits et reglages plus difficiles mais surtout, disposition de l’arbre a came vis a vis du vilbrequn. la disatnce est telle qu’une chaine est quaiment impossible a mettre en place.
                            L’autre solution est la cascade de pignons utilisée sur des anciens V4, et V6 de chez ford. C’est d’une certaine elegance et cela resolvait la quasi totalité des difficultés générées par la chaine... mais bon, c’estait inusable, donc anti economique (pour l’entretien).


                          • Yannick Yannick 2 décembre 2008 14:54

                            La voiture est une sacre m.r.d. !
                            Pendant 10 ans, j’ai fait l’aller et retour du travail a la maison. 65 km aller. 65 km retour. entre 1.5 heure et 3 heures par jour dans la voiture selon les bouchons.
                            Cet ete, j’ai eu la chance de demenager pres de mon travail. 9 minutes par voiture, 25 minutes par velo et 30 minutes par le tram. 5 Km.
                            La voiture est, depuis mon demenagement, au garage du boulot. Elle pourit ! :) Le parking en face de chez moi est trop cher.
                            Moi, je fais du velo presque tous les jours. Ma sante s’ameliore, mon humeur aussi.. Des perites douleurs de dos dues a la voiture ont presque disparues. Le soir, j’ai du temps pour faire autre chose. Je n’ecoute plus les betises de la radio... France info, Europe 1 etc...
                            Le sens de la vie n’est certainement pas d’avoir une grosse voiture.

                            Un bon velo, du temps pour faire ce qu’on aime. Une vie simple ! Je le recommende...


                            • laurent 2 décembre 2008 16:01

                              Je n’ai pas de solution tout au plus des questions !
                              Voitures et 4X4 made in USA pollueurs et gouffres petrolier, la mode actuelle nous impose cela et nous la suivons..... Que faire des Porshe Cayenne, VW Touareg, BMW X 3 et 5, de la production de 4X4 japonnais tout aussi importante que celle des USA ? Sans compter nos grosses berlines européennes !
                              Comparer Lexus et cadillac, à l’heure ou Lexus ne produit que des clones de Mercedes, Cadillac c’est aligné sur les standards européens et les americains produisent depuis des années des vehicules peu polluants mais les idées reçues sont tenaces.
                              Nous parlons de lutte contre la pollution, en 1996 General motors à lancé la premiere voiture 100% electrique sur le marché, l’EV1. Je ne pense pas que la planete ne risquait rien à cette periode ! Pourtant la presse n’en a pas parlé et les pression de differents lobby se sont fait afin de garder de grand profits petrolier et elle disparait en 2001 avec 1000 models en location.
                              Les produits que nous utilisons tous les jours sont acheminés par camions, combien sont-ils sur nos routes ? Connaissez vous le taux de pollution d’un camion ?
                              Les transports ferroviere, maritimes sont moin polluants, qu’en fait-on ?
                              Monsieur "tout le monde parle de sa voiture grosse ou petite" mais il n’y a pas qu’elle qui est un probleme pour notre bonne vielle terre, l’usine qui produit des velos pollue enormement et qui s’en soucie, la societé qui produits du bio ne se soucie pas de la pollution liées a la livraison.
                              Le probleme est général, usines, camions, avions..... nos voitures seraient-elles le seul probleme ?
                              Ou est la solution ?


                              • Ardant 2 décembre 2008 16:52

                                j’attends la voiture flexible, celle qui s’allonge ou rétrécit, celle qui prends la forme d’un tournant serré, celle qui ne fait pas de bruit, légère, pliable et sourtout qui ne consomme que de l’eau ou prends son énérgie du soleil. Et moi, je serais un robot.


                                • elder 2 décembre 2008 17:15

                                  @laurent
                                  Les transports ferroviaires pourrisent moins l’environnement mais ne rapportent pas de pognon a l’etat via les taxes sur le carburant. D’ou les faveurs accordées au transport routier et, à l’inverse, les plan sociaux coté fret à la SNCF.
                                  Néanmoins les constructeurs américains sont réellement (j’ai été voir sur place) en décallage avec les attentes d’une grande partie de leurs clients. La voiture la plus vendue au US ces dernières années et la Toy’ Prius à moteur hybride (délais de commande de plusieurs mois).
                                  Pour info l’EV1 n’a jamais été mise en vente aux particuliers, location de longue durée uniquement. Du coup difficile de se faire une idée sur la viabilité du concept à l’époque mais d’après wikipedia "Cependant, chaque EV1 offerte à la location trouva preneur." En effet les lobbys pétroliers (qui ont fait élire Bush) semblent bien être à l’origine de l’abandon du projet.


                                  • morice morice 2 décembre 2008 18:40

                                     des goûts artificiellement créés à partir de publicités débiles....


                                    • foufouille foufouille 2 décembre 2008 18:52

                                      le velo carene a assistance electrique est bien aussi
                                      mais aussi cher qu’une voiture et tres rare


                                      • Absurde Absurde 2 décembre 2008 19:09

                                        Et les voitures sans permis ? De plus en plus elles ressemblent à des vraies, ça veut dire que de plus en plus elles ressemblent à une solution, mais vu le prix où ils les fourguent, et vu ce que te demande ensuite l’assureur pour avoir le droit de rouler avec, ça reste paradoxalement un joujou de riche retraité.

                                        Une remarque au passage : le développement exponentiel du triporteur Piaggio en Italie, qui fait déjà partie de la culture locale et qui est maintenant utilisé comme second véhicule ou à la place d’une voiture sans permis. Certains modèles ont quatre roues et sont même déclinés en mini-camions, mini-monospaces, et tu peux les conduire avec un permis basique. La différence réside dans le fait qu’en Italie, on passe son permis de conduire en une semaine sans forcément passer par une auto-école, ça ne coûte que quelques euros, et la réglementation italienne au niveau de ce qui a le droit de se déplacer sur les routes, ne s’encombre pas des contraintes, restrictions, interdictions et complications en vigueur chez nous, et dont je dirais qu’elles son typiquement franchouillardes. 


                                      • SDM 94 SDM 94 2 décembre 2008 18:56

                                        Qui pourrai répondre à cette petite question : pourquoi faut-il 1500 kg de métal et de plastique pour transporter 180 kg de chair ??  smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès