Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > 2012 ; une solution pour éviter la peste ET le choléra

2012 ; une solution pour éviter la peste ET le choléra

Puisque, quel que soit le résultat de l’élection présidentielle, nous n’aurons aucune chance d’avoir un Président qui représente nos intérêts.... 

La constitution de la Vème République, construite pour le Général de Gaulle, a prouvé, depuis plus de 50 ans, avec les différents Présidents qui s'y sont succédés, qu'elle n'était pas un outil démocratique. 

Présidentialisation, bipartisme, tous les pouvoirs confiés à un seul parti (minoritaire), pas de représentativité de l'ensemble de l'éventail politique, aucun contre-pouvoir réel, pouvoir du peuple réduit à des élections fantoches tous les 5 ans, non-séparation de la justice et du pouvoir exécutif, le processus de personnalisation et de confiscation du pouvoir , en un mot d'autocratisation , est parvenu, sous l'ère sarkozyste, à son apogée. 

D'autant que ce pouvoir des partis dominants, dits "de gouvernement", est totalement inféodé au système global de mondialisation libérale, entièrement dominé par la dictature des mafias financières, comme le récente crise n'en a été qu'un exemple, parmi tant d'autres. 

Aggravation des inégalités, destruction du système social, privatisation progressive de l'ensemble des institutions, démolition du système de santé, de l'école, logement et matières premières entièrement livrées à la spéculation, transfert des richesses produites par les travailleurs, des salaires vers le capital ; les dégâts sont énormes, et de plus en plus irréversibles.

Tout ceci sans que le peuple, par définition détenteur du pouvoir dans une réelle démocratie, y ait son mot à dire. On n'a même pas besoin de rappeler à quel point celui-ci s'est fait voler son vote, lors du référendum de 2002 sur le Traité européen, pour comprendre à quel point cette dérive institutionnelle, a entraîné la République sur la voie de l'autocratie, et de l'inféodation aux puissances de l'argent. 

Certes, le problème n'est pas que français ; il est mondial. 

Mais, au moins, certains pays, grâce à un système réellement démocratique, parviennent-ils, sur ce plan, à limiter les dégâts. 

On évoquera juste les royautés démocratiques des pays du nord de l'Europe ; Danemark, Suède, Islande (où le peuple a refusé le renflouement, à son détriment, des institutions bancaires), plusieurs pays d'Amérique du Sud ; Argentine (avec la résolution, en 2002, après sa plus profonde crise, de refuser de rembourser la totalité de sa dette publique), Chili, Bolivie, Brésil, etc....

Sans parler de la Chine, qui, bien que participant au système de libre-échange, conserve un système global où le secteur financier et bancaire est entièrement sous contrôle de l'Etat. 

Bref, devant l'étendue des dégâts, particulièrement sensibles en Europe (cf la situation en Grèce, en Irlande, en Espagne, bientôt en Italie ou en France), où la Communauté Européenne, loin de constituer un rempart contre la globalisation, s'avère en être un des rouages, sous la présidence de l'ultra-libéral Barroso, et de son parlement, entièrement acquis aux puissances financières. 

Banque Européenne, Banque Mondiale, FMI, OMC, agences de "cotation" ; toutes ces institutions internationales ne sont que les bras armés de la dérégulation néolibérale visant à la privatisation de la planète et de sa mise en coupe réglée, au profit d'une poignée de banquiers, de financiers et de spéculateurs, dont la fortune augmente au rythme de la paupérisation de l'ensemble de la population mondiale. 

Mais revenons à la France, où se profile, pour 2012, donc, des élections dont l'issue, quelle qu'elle soit, ne fait qu'entraîner la désespérance et la résignation de l'ensemble des citoyens, tant, quel que soit le cas de figure, aucun des vainqueurs possibles ou/et probables de l'élection présidentielle, n'apparait en mesure de changer le cours des choses, si ce n'est en l'aggravant, pour la majorité des Français. 

Ce qui provoque, par inéluctable voie de conséquence, une montée des extrêmes, la plupart des citoyens n'accordant plus aucune confiance aux partis principaux, entièrement compromis dans une collusion avec le système global. 

Comme aucun des candidats qui prônent un réel changement (telle la vitale, nécessaire et urgente REFORME MONETAIRE), n'est en mesure de gravir le dernier échelon qui mène à la Magistrature suprême, les Français, résignés, se voient ainsi condamnés à choisir celui qui serait la moins pire des solutions

 

C'est à dire, vu les forces en présence, et le mode de scrutin ;

- soit reconduire le catastrophique petit Ubu, avec le chapelet à continuer des mesures de démolition sociales et sociétales, la progressive privatisation du pays, et sa livraison clef en mains aux puissances financières (malgré les rodomontades du provisoire "chef du G20", qui n'a même pas, depuis la crise, pris les mesures les plus ELEMENTAIRES, comme l'ont fait les Allemands, pour protéger notre système économique et financier des ravages de la spéculation), 

- soit voter pour le sinistre Directeur du FMI, ou tout autre soi-disant représentant d'un parti soi-disant "socialiste", définitivement compromis dans sa collusion avec "l'économie de marché", qui n'est autre que le pillage de l'économie et l'asservissement des états par les "marchés" (lisez mafias) financiers. 

 

De quoi, effectivement, pour le peuple français, être entièrement livré à la désespérance, à la résignation, à l'ecoeurement, d'assister, impuissant, à la dérive de ses institutions vers une autocratie ploutocratique, et une République de plus en plus bananière. 

On notera, à cet égard, comme le signalait hier à la télé, l'excellent Edwy Plenel, qu'en ce moment même, 130 députés UMP (dont l'ineffable motodidacte Estrosi), essaient de faire voter une loi qui instituerait un "secret des affaires" (comme il existe un "secret-défense"), destiné à poursuivre toute investigation, toute recherche, toute parution d'éléments d'information sur les magouilles, collusions, conflits d'intérêts, et prévarications diverses commis dans les milieux d'affaires, sous peine de poursuites et de punitions pouvant aller jusqu'aux peines de prison pour les journalistes qui l'auraient enfreint. Ceci venant après la volonté annoncée du petit kondukator de "dépénaliser le droit des affaires" laisse suffisamment entrevoir à quel point d'asservissement à la dictature des mafias de financiers et de spéculateurs, le pays en est rendu... 

Mais tout ceci est bien long (il y en aurait pourtant tant et tant encore à dire), pour en arriver à la solution annoncée dans le titre ; j'y viens, donc..

 

En 2012, il y aura bel et bien DEUX élections :

- la première ; celle du Président de la République, (on l'a vu, sans le moindre espoir de changement), mais sur laquelle, d'une même volonté, évidemment, tout le monde politico-médiatique exerce un focus volontaire, contribuant à la "présidentialisation" d'un système de plus en plus autocratique

- la seconde, sciemment passée sous silence, l'élection LEGISLATIVE des députés, représentant du peuple à l'Assemblée Nationale ; en fait, voix directe des citoyens dans l'expression du pouvoir

Or, il se trouve que, dans la Vème République, le Président, représentant d'une minorité de citoyens, ne peut, on l'a constaté au cours des divers épisodes de la "cohabitation", exercer la toute-puissance de son pouvoir, qu'à l'aide d'une Assemblée de députés-godillots monolithique, entièrement acquise à sa cause. 

Il suffit que l'Assemblée soit d'une autre composition, pluraliste, pour que son pouvoir de nuisance soit considérablement réduit, et que le processus démocratique y gagne en représentativité.

 

La solution me semble donc être celle-ci (j'abrège) : 

- au 1er tour, le vote pour le candidat qui vous semble être le plus à même, par son PROGRAMME, d'instaurer un véritable changement ; référendum sur le constitution d'une VIème République, plus démocratique ; Assemblée Constituante, élections à la proportionnelle, organismes de contrôle des citoyens sur les décisions qui les concernent, référendums d'initiative citoyenne facilement réalisables, non-cumul des mandats électifs, limités à 2, quel que soit le mandat, inéligibilité pour toute personne déjà condamnée, totale indépendance de la justice par rapport au pouvoir exécutif, organismes de contre-pouvoir, REFORME MONETAIRE, permettant la nationalisation des banques, séparant les banques de dépôts (nationalisées) des banques privées, interdites de battre monnaie, obligées de passer par des emprunts avec intérêts à une Banque Centrale entièrement contrôlée par l'Etat, que les états puissent, de nouveau emprunter à la Banque Centrale SANS INTERET, etc, etc......

Plusieurs partis possèdent dans leurs programmes des mesures de cet ordre : le NPA, le Front de Gauche, le FN (pour certaines d'entre elles), etc....

Donc, PAS DE PSEUDO "VOTE UTILE" ; donnez vos voix aux partis qui présentent ces mesures dans leurs programmes, même si ce candidat n'a aucune chance d'être élu au bout du compte 

- au 2ème tour de l'élection présidentielle, puisque, probablement, ce seront les représentants des partis dits "de gouvernement" qui auront toutes les chances d'être élus, CONSIGNE D'ABSTENTION MASSIVE ; 

Il faut que le président élu le soit avec moins de 50% des voix des INSCRITS ; ça ne l'empêchera pas d'être élu (puisque les voix blanches et abstentions ne sont pas comptabilisées), mais ça portera un énorme coup à sa légitimité ; il s'agira d'un Président "en sursis", et fortement minoritaire. 

 

En revanche, c'est au cours des ELECTIONS LEGISLATIVES, qu'il faudra aller voter, en masse pour les candidats des partis les plus "réformistes/révolutionnaires" à votre goût, , de façon à ce que l'Assemblée Nationale soit représentative d'une "coalition plurielle", avec des députés capables de s'allier, au coup par coup, sur des textes consensuels, respectueux des intérêts des citoyens et de la nation. 

Et pas d'agitation de spectre de la IVème République, ou de "République des partis" ; ce serait, de toutes façons, beaucoup moins grave que l'actuel bipartisme UMPS, et beaucoup plus démocratique. 

En cas d'absence de majorité pour des textes essentiels (budget annuel de l'état, lois de programmation, réforme monétaire et financière), retour vers le peuple, qui sera amené à voter par référendum, pour la décision finale. 

Il me semble que c'est de cette façon que nous pouvons limiter les dégâts de l'élection présidentielle à venir, et initier un véritable processus de re-démocratisation du pays, en permettant à l'ensemble des citoyens et leurs représentants de faire valoir leurs droits et leurs intérêts. 

Il est temps, que, à l'image des réelles démocraties subsistant en Europe et dans le monde, de même qu'à l'image des processus en cours en Afrique du nord et ailleurs, le "final cut" soit enfin redonné aux citoyens et aux peuples, dans une voie vers la reconquête de la démocratie et de la liberté. 

De même, il est plus que temps que soit mis fin au règne des dictatures des mafias financières et bancaires sur l'ensemble de l'économie mondiale ; comme ce ne sera jamais le cas avec des dirigeants et gouvernements totalement inféodés à ces puissances, c'est aux citoyens et aux peuples de commencer à reprendre la main sur leur propre destin, par le retour de la réelle démocratie, et sa victoire sur les forces d'oppression. 

Utopique ? 

La seule "utopie" serait de considérer qu'en ne changeant rien, la situation ; tant nationale qu'internationale, elle, pourrait s'améliorer..

A nous de jouer, et de nous souvenir, à l'instar d'évènements récents, que toutes les formes de pouvoir et d'oppression, ne sont que des tigres de papier, que la volonté des peuples unis et solidaires, peut faire s'envoler.... 


Moyenne des avis sur cet article :  4.34/5   (85 votes)




Réagissez à l'article

176 réactions à cet article    


  • sisyphe sisyphe 29 janvier 2011 10:39

    Rectificatif : 


    Quand je parle d’un président élu avec moins de 50% des inscrits, ce sera forcément le cas. 
    Je voulais dire un vote avec au moins 50% d’abstentions, pour que le président élu ne représente que 25% des inscrits. 

    En lieu et place de l’abstention, on peut également faire un appel à voter blanc ; pour obtenir le même résultat ; un président élu avec une petite minorité, donc en position de légitimité restreinte. 

    Mes excuses pour la forme de l’article, écrit spontanément, sans relecture ; le but est ici, le fond ; à savoir, attirer l’attention sur LES LÉGISLATIVES, où tout peut se jouer. 
    Je sais qu’avec le système du scrutin majoritaire à 2 tours, les candidats des partis de majorité sont avantagés, mais, justement, en votant pour les partis minoritaires, en multipliant les 2èmes tours, avec des triangulaires, on peut parfaitement élire nombre de députés des partis minoritaires. 

    Il me semble que c’est par là, dans ce système électoral très verrouillé, que peut se situer la faille à exploiter vers un processus plus respectueux de la démocratie. 

    • ddacoudre ddacoudre 29 janvier 2011 19:10

      BONJOUR SYSIPHE
      tu es un peu en avance mais le raisonnement tient, il représente un risque majeur j’y reviendrais.
      sinon cela demande qu’il y ai un relais, peut-être les fils sociaux car je voit mal la presse s’en emparer, il y a un « parti blanc » qui c’est constitué, se trouvera-t-il un relais c’est la question. toute fois cela exige une convergence d’intérêt que l’on pense retirer de l’abstention massive des régionale, avec les cantonales nous allons y voir un peu plus clair sur la répartition des forces politiques dans le premier tour.

      il m’arrivais souvent de dire aux salariés si vous n’avez pas les moyens de dire ce que vous voulez dites toujours ce que vous ne voulez pas et ce sera à ceux qui se chargent de vous représenter d’en faire l’équation. mais cela exige qu’il y ait des représentants de ce refus.
      or je te ferais observer jusqu’à prochaine analyse qu’ils ont marqué leur refus de toutes la classe politique et non donc personne susceptible de traduire leur refus, cela représente une difficulté pour donner un poids politique au front du refus.

      ensuite comme tu le dis nous pouvons laisser un président minoritaire se faire élire, mais le risque est celui d’une dérive totalitaire même avec une assemblé recomposé, je pense pour te lire qu’il ne t’as pas échappé la policiarisation de la société et le contrôle des oppositions, la bourde de MAM en est un aveu, alors la question restede savoir si dans cette confrontation qui serait inévitable, si la population aurait le courage d’un affrontement, car les oligarchies ne vont pas rester les bras croisés et elle en ont les moyens via les politiciens en place à leur service.

      au niveau de Bruxelles il y a un projet de définition du terrorisme économique pour empercher toutes manifestations du boycott, considére comme entravant le libre commerce, il y a fort à parier que si ceci voit le jour la grève deviendra un jour un acte de terrorisme.

      ddacoudre.over-blog.com .
      cordialement.


    • sisyphe sisyphe 29 janvier 2011 20:26

      @ ddacoudre 


      merci pour ton intervention, pertinente, qui demande une réponse ; je te la ferai plus tard ; désolé, étant pris actuellement...
      A plus tard. 
       smiley 

    • sisyphe sisyphe 30 janvier 2011 09:28

      @ ddacoudre 


      Par ddacoudre (xxx.xxx.xxx.108) 29 janvier 19:10

      BONJOUR SYSIPHE 
      tu es un peu en avance mais le raisonnement tient, il représente un risque majeur j’y reviendrais.
      sinon cela demande qu’il y ai un relais, peut-être les fils sociaux car je voit mal la presse s’en emparer, il y a un « parti blanc » qui c’est constitué, se trouvera-t-il un relais c’est la question. toute fois cela exige une convergence d’intérêt que l’on pense retirer de l’abstention massive des régionale, avec les cantonales nous allons y voir un peu plus clair sur la répartition des forces politiques dans le premier tour.

      Oui ; nécessité de relais, et d’un « contre-pouvoir médiatique » ; le net, comme on peut le voie avec ce qui se passe actuellement en Tunisie, surtout en Egypte, peut être un de ces relais, qui permette cette convergence d’intérêts. 

      il m’arrivais souvent de dire aux salariés si vous n’avez pas les moyens de dire ce que vous voulez dites toujours ce que vous ne voulez pas et ce sera à ceux qui se chargent de vous représenter d’en faire l’équation. mais cela exige qu’il y ait des représentants de ce refus.

      Les représentants de la voix des salariés sont, dans une démocratie, les syndicats. 
      Si ceux-ci ne remplissent pas leur rôle, ou ne sont pas représentatifs, pas assez puissants,(en France, il n’y a que 7% de travailleurs syndiqués) , celà crée un vide qui fait le jeu d’un pouvoir personnalisé et autocratique, surtout quand les citoyens n’ont aucun autre moyen de faire valoir leurs droits et défendre leurs intérêts. 


      or je te ferais observer jusqu’à prochaine analyse qu’ils ont marqué leur refus de toutes la classe politique et non donc personne susceptible de traduire leur refus, cela représente une difficulté pour donner un poids politique au front du refus.

      Parce que nous restons sur un modèle de « personnalisation » du pouvoir ; qui provient de la dérive instituée par le bonapartisme de la Vème République, et sa présidentialisation. 

      ensuite comme tu le dis nous pouvons laisser un président minoritaire se faire élire, mais le risque est celui d’une dérive totalitaire même avec une assemblé recomposé, je pense pour te lire qu’il ne t’as pas échappé la policiarisation de la société et le contrôle des oppositions, la bourde de MAM en est un aveu, alors la question restede savoir si dans cette confrontation qui serait inévitable, si la population aurait le courage d’un affrontement, car les oligarchies ne vont pas rester les bras croisés et elle en ont les moyens via les politiciens en place à leur service.

      Nous sommes quand même au coeur de l’Europe, et, même si ce régime devient de plus en plus policier, en cas d’affrontement, le pouvoir ne pourrait pas, comme en Chine, par exemple, user d’une répression pour faire taire un peuple dans la rue. 

      Je ne crois donc pas à la menace d’une réelle dérive totalitaire ; une policiarisation rampante, oui, et elle est déjà largement en route, permise par une constitution donnant tous les pouvoirs à un kondukator et sa clique...

      De plus, pour moi, dans l’état actuel des choses, le peuple français, n’est pas à la veille d’une insurrection populaire. 


      Il me semble donc qu’il faille user de tous les « instruments » que laisse à notre disposition cette démocratie bancale. 

      A cet égard, les élections législatives seront déterminantes, pour empêcher la confiscation d’un pouvoir absolu et arbitraire par un camp, et neutraliser le pouvoir de nuisance d’un potentat et de son clan, jouissant d’une totale impunité. 

      Une chambre multicolore, représentant les différentes tendances politiques, avec des alliances au cas par cas, et permettant aux partis minoritaires de faire valoir au moins une partie de leur programme, de même qu’une consultation directe des citoyens par l’intermédiaire de référendums, me semble le premier pas vers la reconquête d’un processus démocratique, à venir avec une VIème République, qui mette fin à la dérive autocratique, et rende aux citoyens et à leurs représentants un pouvoir d’action sur les décisions qui les concernent. 

      au niveau de Bruxelles il y a un projet de définition du terrorisme économique pour empercher toutes manifestations du boycott, considére comme entravant le libre commerce, il y a fort à parier que si ceci voit le jour la grève deviendra un jour un acte de terrorisme.

      Oui ; cette dérive est, également inacceptable ; c’est donc aux citoyens, comme le montrent les peuples tunisien, égyptien, de manifester solidairement et d’imposer au pouvoir leur désir de liberté et de démocratie, contre des décisions liberticides, fussent-elles au niveau européen, et/ou national. 

      Tous les moyens doivent servir à cette reconquête démocratique ; manifestations, pétitions, mais, surtout, servons nous de ces futures législatives, pour essayer de changer la donne ; là, rien n’est joué, et les citoyens peuvent encore influer sur leur destin... 


    • ddacoudre ddacoudre 30 janvier 2011 11:48

      bonjour sisyphe

      merci de ta réponse circonstancié.
      je lis que tu as une claire vision de la situation, même si tu sous estime un peu l’audace qu’on les oligarchies pour maintenir leur pouvoir. je te mets un lienTélévision : de l’info sans infos.
      quand j’ai quitté lePS devenu social démocrate c’est à dire gestionnaire du capitalisme, je ne me suis pas dirigé vers un autres parti, car je trouvaient que certain n’avaient qu’une vision gestionnaire de la société, ce que l’on peu classer dans les tenant de la loi du marché peu ou prou social, les autres je les trouvé toujours tourné vers un passé qui est mort écrasé parle murde berlin dont ils constituent les restes. ceci ne signifiant pas que leur analyse fut fausse que leur vue généreuse et que le marxisme ne soient pas toujours d’actualité plus que jamais, mais personne n’en voulait plus.
      alors nous pouvons attribuer cela à la pensé unique, à la manipulation de l’information,à la sous culture développé. ou a la peur, je ne nierais pas leur impact pour arriver à former un tout, mais le front du refus démontre que malgré tout ceci qui les muselle, ils attendent quelque chose.
      j’avoue que je nourrissais quelques espérances quand Mélenchon à quitté le PS. j’ai trouvé son idée généreuse de réunir en un front les restes du mur de Berlin. je ne m’illusionne pas que cela puisse se faire en un jour, et que les autres partis vont renoncer à leurs histoires de but en blanc.
      mais je pense qu’eux aussi sont dans la difficultés, ils n’ont pas la capacité d’émettre de nouvelles propositions que notre évolution suscite du fait de la recomposition des oligarchies, des pertes de repères et espérances de la population qui ne trouvent pas en eux une voie et une voix, et qui se prononceront certainement par défaut aux prochaines élections ce qui est ou serait dramatique (c’est ton schéma).
      je pensais et je pense toujours que Mélenchon a entre les mains cette possibilité, mais il faut qu’il rompe avec les images du passé, et transformer le socialisme réformateur et révolutionnaire en un parti qui puisse offrir une vision à long terme de la société en redistribuant les pouvoirs oppressants entre les mains du peuple qui ne peut se passer de ses élites dans la perspective d’un monde que les usa et la chine sont entrain de se partager et qui exige que l’Europe n’en soit pas pour un le vassal pour l’autre un marché a conquérir.
      pour cela il faut créer une dynamique, mais pas sur les base de nos archaïsmes même s’ils sont justes, mêmes s’ils sont nécessaires pour plus de justice sociale.
      Mélenchon poursuit son bonhomme de chemin et surfe sur les vagues porteuses du moment, je ne sais pas s’il dispose d’un staff suffisant pour cerner la mesure de nos difficultés à se faire une place pour casser les monopoles oligarchiques qui sont entrés en religion et réclament une gouvernance mondiale avec un PAPE.
      la tâche et rude et le morcellement des rescapés du mur leur facilite le travail, tous ancrés dans leurs souvenirs d’une gloire passé qu’ils ne retrouveront pas mais sont assurés de favoriser le chemin vers une dictature totalitaires des oligarchies.

      je suis donc attentivement le parcours de Mélenchon car il me semble capable de relever ce défit, alors autour de lui viendront se rassembler tous les fragments de dissidence qui se manifestent çà et là, je suis même certain que ceci scissionnerait le PS et rendrait en définitive plus claire son positionnement qui reste toujours assis sur une confusion de tendance, et même les verts, car notre avenir n’est pas seulement arriver au pouvoir mais faire émerger une nouvelle civilisation post capitaliste avant que ce ne soit la guerre qui le fasse.
      http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=87951

      merci pour cet échange.

      cordialement et bon dimanche.


    • sisyphe sisyphe 30 janvier 2011 13:05

      ddacoudre bonjour 


      oui, Mélenchon peut être un des relais vers cette nouvelle démocratie ; je suis aussi son parcours avec attention, et il n’est pas impossible que je vote pour lui au 1er tour ; mais cela dépendra, avant tout, de son PROGRAMME ; parce que je pense, que, dans un processus démocratique, il ne saurait y avoir d’homme providentiel, mais une communauté d’intérêts envers un programme de gouvernement, appuyé et soutenu par des démocrates décidés à reconquérir le terrain avalé par la globalisation néolibérale... 

      Programme qui, évidemment, doit prévoir une redistribution des cartes, avec, en toute première urgence, la réforme monétaire, destinée à mettre les citoyens et les états à l’abri de la prédation des groupes financiers de des spéculateurs. 

      Nous allons suivre tout ça de près, et, j’insiste, c’est aux législatives que tout peut se jouer.
      Vigilance, mobilisation, et solidarité. 

      Cordialement ; bon dimanche à toi. 

    • sisyphe sisyphe 29 janvier 2011 10:43

      ... quant à la loi actuellement déposée par les 130 députés de la majorité, pour organiser une omerta sur l’économie et le monde des affaires, détails ici, dans Mediapart..


      • Xtf17 xtf17 29 janvier 2011 10:44

        J’en pense la même chose, et j’en étais arrivé à la même conclusion : pour ma part pas de vote utile au 1er tour de 2012 mais pour le parti et le programme qui me conviendra le plus ; abstention au 2e tour si l’UMPS nous sert encore la soupe tiède ; vote cohérent aux législatives.
        D’ici là nous avons aussi les cantonales en mars 2011.
        Informons-nous, indignons-nous, et votons !


        • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 29 janvier 2011 10:45

          Bien cher Sisyphe,

          Je suis au regret de vous dire que la stratégie que vous proposez pour 2012 n’a rien de nouveau. Elle fut déjà mise en oeuvre en 2002 sous le nom de « Jospinade ».

          Rappelez-vous !

          Après avoir été éliminé au premier tour, Jospin, au lieu d’abandonner le navire en pleine tempête, en bon démocrate, appela le peuple de gauche à voter pour Chirac afin d’éliminer Le Pen.
          Simultanément, il mobilisa le peuple de gauche afin de gagner les élections législatives et imposer une nouvelle cohabitation à Chirac.

          N’est-ce pas exact ? Me goure-je ? Aurais-je rêvé ? ? ? ...
           smiley


          • sisyphe sisyphe 29 janvier 2011 11:08

            @ jean pierre Llabres 


            Nous ne parlons pas de la même chose. 

            J’insiste, ici, sur l’élection législative qui va suivre la présidentielle et où, uel que soit le président élu, tout peut se jouer. 

            Je sais que, traditionnellement, les électeurs donnent, lors des élections législatives suivant une présidentielle, une majorité au parti du président élu ; il s’agit, justement, de bousculer cette « tradition », et, pour une fois, d’élire des députés en fonction du programme de leur parti, de partis minoritaires, quitte à ne pas constituer une majorité homogène, mais plurielle, pour empêcher la concentration du pouvoir entre les mains d’un homme et d’un parti, forcément minoritaires. 

          • sisyphe sisyphe 29 janvier 2011 11:14

            D’ailleurs, vous vous trompez en disant (je cite) : 


            Après avoir été éliminé au premier tour, Jospin, au lieu d’abandonner le navire en pleine tempête, en bon démocrate, appela le peuple de gauche à voter pour Chirac afin d’éliminer Le Pen.
            Simultanément, il mobilisa le peuple de gauche afin de gagner les élections législatives et imposer une nouvelle cohabitation à Chirac.


            Ce qui est faux, puisque, justement, après avoir été éliminé au Ier tour, Jospin a déclaré abandonner la politique, et n’a pas joué le rôle de leader de la « mobilisation du peuple de gauche » ; ça lui a été suffisamment reproché à l’époque. 

          • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 29 janvier 2011 11:31

            J’avais mis ceci pour indiquer qu’il s’agissait d’humour de ma part ...


          • sisyphe sisyphe 29 janvier 2011 11:35

            Ah, ok ; pas perçu le second degré ; mes excuses...


          • ali8 29 janvier 2011 15:25

            Jospin n’a pas été présent au 2ème tour uniquement parce-que Chevénement et Taubira ne se sont pas désistés

            normalement, Jospin devait être Président

            quant à mon vote, je regrette de vous le dire, mais il ira à Sarkosy s’il fait face à Straus K, et sans état d’âme ; idem si il s’agit de la dinde qui pense déjà à son 1er ministre DSK
            quand on a un revenu annuel de 350 000 Euros, que l’on étrangle les pays en portant l’étendard du FMI avec ttes les conséquences néfastes que nous connaîssons (ainsi que celles que nous ne connaîssons pas), on ne peut pas savoir ce qu’est le Socialisme, ni se mettre à la portée des petites gens,donc on ne peut pas représenter le peuple laborieux

            honte à ceux qui pousse le Pion DSk


          • sisyphe sisyphe 29 janvier 2011 16:01

            @ ali8 


            A l’élection présidentielle, vous voterez pour qui vous voulez, mais le propos n’est pas là. 

            (Ceci dit, pour voter pour Sarkozy, il faut quand même être sacrément obtus, mais bon, ça vous regarde..)
            Ni Sarko, ni DSK ; mon propos est clair...

            Le sujet concerne ici l’élection législative, c’est à dire l’élection des députés qui représenteront le peuple à l’Assemblée Nationale, où il me parait important que l’ensemble des forces politiques soient représentées, et, notamment, celles qui prônent un véritable changement, pour garantir un processus plus démocratique que celui d’un kondukator avec parti unique-godillot.. 

          • jullien 29 janvier 2011 11:29

            Mais, au moins, certains pays, grâce à un système réellement démocratique, parviennent-ils, sur ce plan, à limiter les dégâts. (...) Sans parler de la Chine, qui, bien que participant au système de libre-échange, conserve un système global où le secteur financier et bancaire est entièrement sous contrôle de l’Etat
            Ouille !!! La RPC est un État à parti unique qui combine le pire du communisme et le pire du capitalisme. Nous parlons d’un pays où les ouvriers sont exploités comme ils l’étaient chez nous au XIXème siècle, où l’environnement est tellement pollué que l’eau de certaines rivières est toxique au simple contact avec la peau et où un important réseau de camps de travaux forcés accueille les opposants politiques...


            • sisyphe sisyphe 29 janvier 2011 11:37

              J’ai évoqué la Chine, non pas dans la référence à un processus démocratique, bien sûr, mais pour signaler, chez elle, la contrôle de l’état sur le secteur bancaire et financier. 


              Désolé si le texte était, à cet égard, un peu confus..


            • Yvance77 29 janvier 2011 11:30

              Salut nissarte,

              Tu sais je flippe un peu. Fut un temps je pensais que même une chèvre avait ses chances face à Pipole 1er en 2012.

              C’est dire que j’étais confiant dans un changement de politique et in fine d’arriver à faire quelque chose de potable à gauche. Les cons, ils nous ont bien eu ! Que néni donc. en 2012 ils vont réussir l’exploit unique de nous faire la doublette infernale à savoir un mélange de 2002 & 2005.

              A ce niveau de performance c’est presque de l’art.

              Même Marine Le Pen à un programme plus cohérent qu’eux. Remarque si quelqu’un trouve le programme de la gauche qu’il me fasse signe.

              Et le pire c’est que du côté gauche des idées (et bonnes) il y en a. Mais ces imbéciles sont inaptes à s’entendre, alors quid du gouverner ensemble.

              Je voterais Mélenchon ou Joly au premier tour c’est certain. Mais ma crainte est sur le second, ce qui est logique.

              Un Pipole - MLP là ce serait la cruauté hymalayenne, mais je ne pourrais pas me tourner vers le premier cité. Pas plus que DSK du reste.

              C’est dire à quel point de dégout j’en suis arrivé.

              A peluche.


              • sisyphe sisyphe 29 janvier 2011 11:39

                salut, amiqué 


                C’est justement par rapport à cette hypothèse du choix du « moins pire », pour l’élection présidentielle, que j’évoque l’importance des élections législatives, pour arriver à « neutraliser » le rôle du préisdent élu, quel qu’il soit... 

              • ELCHETORIX 29 janvier 2011 12:06

                Bonjour l’auteur .
                J’adhère totalement avec votre analyse pertinente sur le futur proche concernant notre destin de citoyen dans une nation enfin libéré du totalitarisme économique et financier actuel !
                C’est ainsi que , pour ma part je voterai au premier tour pour le candidat le plus proche de mes intérêts et ceux du plus grand nombre et au deuxième tour je m’abstiendrais si nous avons des représentants de l’oligarchie actuelle
                Bien entendu , pour les élections législatives , il faudra renouveler totalement ou en grande majorité le personnel de l’assemblée afin d’instaurer la VIème République .
                Merci pour ce texte , qui nous donne un peu d’espoir pour vraiment changer notre modèle de société ou d’améliorer nos institutions donc notre système économique .
                RA .


                • sisyphe sisyphe 29 janvier 2011 20:27

                  @ Elchetorix 


                  Merci de votre intervention et de votre soutien ; nous sommes en phase...

                • sisyphe sisyphe 29 janvier 2011 12:09

                  calmos 


                  Merci beaucoup de votre très intéressante contribution. 

                  Suivant..

                • ZEN ZEN 29 janvier 2011 12:22

                  Il est vrai que Calmos fait beaucoup progresser le débat smiley


                • rocla (haddock) rocla (haddock) 29 janvier 2011 12:29

                  Calmos en dix phrases il dit moins de conneries que d’ autres en un seul mot ....


                  De plus lui ne se prend pas pour ce qu’ il n’ est pas .... smiley

                • ZEN ZEN 29 janvier 2011 12:39

                  Ce rocla est un sage, qui représente le bon sens boulanger
                  Mon boulanger aussi est toujours d’accord avec le dernier client...surtout quand on parle du termps, sujet très sensible smiley
                  Il tient à ses baguettes !


                • sisyphe sisyphe 29 janvier 2011 12:43

                  un boulanger, « comme dit mon vieil ami africain » ( smiley ), c’est quelqu’un qui roule tout le monde dans la farine, non ? 

                   smiley 

                • ZEN ZEN 29 janvier 2011 12:45

                  Oui, mais il se retrouve souvent...dans le pétrin !


                • Amelia Amelia 29 janvier 2011 12:57

                  Quand on écrit ce genre d’appel (au meurtre ?) visible par tous, on a un grand risque de se retrouver dans le pétrin, effectivement : « un bon fonctionnaire est un fonctionnaire mort » par rocla (haddock). 
                   

                • Yvance77 29 janvier 2011 13:16

                  Par Calmos (xxx.xxx.xxx.165)

                  C’est vrai que des « IDEES » y en a ......inapplicables....mais elles sont là

                  -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

                  Bon c’est week-end et je me sens d’humeur badine. Je vais même tâcher d’être bon envers toi. Profites en bien c’est pas tout le temps comme cela. On se connait un peu maintenant et tu as déjà vu mon côté sanguin.

                  Don c’est quoi pour toi, qui est inapplicable en terme d’idées à gauche ?

                  Tu as lu (moi si) certains bouquins ou certaines sont exposées, ou c’est par pure bêtise que tu nous sors ces énormités (je trouve pas de synonymes à bêtise désole, mais je me contrôle)

                  Au sujet des retraites, puisque tu sembles être pointu sur la question dois-moi :

                  — quelle corrélation fais-tu entre : productivité, richesse produite, et répartition ?

                  Mets cela en relation entre les années 70 et maintenant, et tu verras que partir à 60 ans ce n’est pas si idiot.

                  Tu vois je suis même secourable à ton endroit, je te file des indices. Que veut tu c’est par pure bonté.

                  Donc, fais-nous profiter de ta science au lieu de proférer des sottises de la sorte.


                • JL JL 29 janvier 2011 12:07

                  Cet article est en fait deux articles : un constat, et l’autre que j’éviterai de qualifier pour éviter de sombrer dans une querelle inutile.

                  Sur le constat, rien à ajouter sinon qu’il y manque les considérations écologiques.

                  Par ailleurs, quand l’auteur écrit : « ... une loi qui instituerait un »secret des affaires« ... destiné à poursuivre toute investigation », je suppose qu’il veut dire une « loi destinée à criminaliser toutes poursuites d’investigations ... » ?

                  Pour la "deuxième partie, je suis assez choqué de voir un citoyen lambda donner des consignes de vote !


                  • sisyphe sisyphe 29 janvier 2011 12:13

                    Par JL (xxx.xxx.xxx.22) 29 janvier 12:07



                    Pour la "deuxième partie, je suis assez choqué de voir un citoyen lambda donner des consignes de vote !

                    Ah bon !?!? 

                    C’est réservé à la jet-set ? Aux ploutocrates ? Aux hommes politiques (corrompus ou non) ? Aux chefs des partis, même totalement discrédités ? 

                    Curieuse conception de la démocratie...où un citoyen devrait se taire et attendre des consignes venues d’en haut... 

                     smiley


                  • Defrance Defrance 29 janvier 2011 12:16

                    Et pourquoi pas ?

                     Pourquoi Lagardere, arnault , Karsfeld......... pourraient donner leur avis et pas moi, ou un autre ?


                  • JL JL 29 janvier 2011 12:37

                    Bof ! Sur le principe, je trouve ça réducteur et sur la forme, je trouve ça prétentieux, et un peu ridicule !

                    N’en parlons plus.


                  • JL JL 29 janvier 2011 12:38

                    Répondez donc plutôt à la question que j’ai posée. Sauf si ça vous donne de l’urticaire, bien sûr.


                  • sisyphe sisyphe 29 janvier 2011 12:41

                    Pour la loi sur « l’omerta économique », j’ai donné le lien sur Mediapart. 

                    Si vous n’y êtes pas abonné, je vais essayer de vous trouver le texte intégral.... si un abonné peut nous le fournir, merci d’avance. 

                  • JL JL 29 janvier 2011 13:06

                    Sisyphe, ne jouez pas avec les mots, et évitez de répondre « à coté » ! Si je demande un lien, je sais poser la question avec les mots qui conviennent !

                     smiley


                  • JL JL 30 janvier 2011 13:17

                    l’auteur écrit : « ... une loi qui instituerait un »secret des affaires« ... destiné à poursuivre toute investigation », je suppose qu’il veut dire une « loi destinée à criminaliser toutes poursuites d’investigations ... ».

                    Sur ce sujet, je voudrais dire que l’affaire d’espionnage de Renault pourrait bien être à cette loi destinée à interdire toute investigation sur les « affaires » des entreprises ce que l’affaire d’Outreau a été au orojet de loi sur la suppression du juge d’instruction.

                    Il faut noter qu’une telle loi est déjà en vigueur aux US, le pays de Monsanto.

                    Il faut dire aussi que cette affaire est tout bénéfice pour Renault qui bénéficie avec ça d’une publicité mondiale gratuite en tant que leader de la voiture électrique !


                  • sisyphe sisyphe 30 janvier 2011 13:55

                    oui, je parlais de « poursuite » dans le sens de poursuite pénale.


                    Si cette loi passait, ce serait un nouveau coup porté à la liberté de presse et d’information (rappelons, en passant, que la France se retrouve, au 44ème niveau mondial dans cette « discipline », derrière la Papouasie, la Corée du sud, et la Tanzanie !! ), et un nouveau gage donné aux magouilleurs, spéculateurs, et privatiseurs du pays. 


                    Le 13 janvier, Bernard Carayon a décidé d’aller plus loin. Avec le soutien de 130 députés dont certains ténors de la majorité comme Christian Estrosi, ancien ministre de l’industrie, Yves Jégo, ex-secrétaire d’Etat à l’outre-mer, ou Alain Marleix, ancien secrétaire d’Etat à l’intérieur, il a déposé une proposition de loi dont l’objet est de « construire une protection juridique efficace et globale de l’ensemble des informations et des connaissances de l’entreprise, afin de résoudre le problème de l’inadaptation du droit commun quant aux atteintes aux secrets d’affaires dans le cadre d’une action d’ingérence économique ».

                    Sarko fait le job pour ceux qui l’ont fait élire...

                    On va le laisser faire jusqu’où, jusqu’à quand ? 

                  • JL JL 30 janvier 2011 14:16

                    C’est probablement une loi de ce genre qui permet à Berlusconi de déclarer que les poursuites engagées contre lui sont illégales (au regard de cette loi !).

                    Un tel outil digne de la panoplie du parfait fascite fait cruellement défaut en France. Mais tout arrive, hélas ! Et ces gens-là sont bien trop malins et trop puissants pour qu’un simple mot d’ordre suffise à les abattre, c’est ce que j’ai voulu dire dans mon premier post : si la morale des commerçants c’est d’être toujours d’accords avec le dernier client, la morale du spectateur c’est d’être toujours d’accord avec le bareleur qui fait le plus attrayant spectacle. Et il semble qu’à ce jour, ce soient les émissions de TV-réalité calquées sur ce qui se fait en Italie, qui aient la faveur des spectateurs. La frontière entre la star-ac, les guignols et la vraie vie n’existe plus quand on visionne tout ça dans la même lucarne.

                    nb. Je dis spectateurs et non pas téléspectateurs, en référence à Debord.

                    Je persiste et signe, un mot d’ordre ne touchera jamais qu’un epsilonesque pourcentage de votants. Seules des analyses pertinentes et des vérités révélées peuvent se frayer un chemin dans le brouhaha médiatique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès