Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Un président vraiment normal

Un président vraiment normal

Il est le président d’un des plus pauvres pays de la planète, et a passé des années en prison lors du règne du dictateur du pays dont il est maintenant l’heureux élu.

Il s’appelle Jose Mujica, et a été élu président de l’Uruguay, et lui peut vraiment revendiquer le fait d’être un président normal, un exemple pour tous les présidents du monde.

L’Uruguay, est un petit pays de 3,3 millions d’habitants, avec un PIB (produit intérieur brut) de 49 milliards de dollars.

Loin de ceux qui sont fiers de leur yachts, de leurs champagnes millésimés, Mujica vit dans une ferme modeste dans la banlieue de Montevideo, protégé seulement par deux policiers en civil qui se trouvent à proximité, et s’est récemment illustré en vendant la luxueuse résidence présidentielle, la qualifiant « d’inutile ».

Il a 78 ans, et en a passé près de 15 dans les geôles uruguayennes, après avoir été torturé, enfermé 2 ans dans un profond trou, avec comme seuls compagnons une grenouille et un rat, avec qui il partageait son pain.

Il y a eu, d’après des sources bien informées, jusqu’à 6000 prisonniers politiques, du temps de la dictature, ce qui, rapporté au nombre d'habitants du pays est considérable, et ferait à l’échelle de la France quasi 130 000 prisonniers politiques. lien

Il avait commencé son parcours politique en tant qu’anarchiste, puis a été l’un des responsables des redoutables Tupamaros, ces résistants qui pratiquaient la rébellion à coup d’enlèvements, de vols armés, dans les rues de Montevideo.

Amnistié en 1984, il crée le MPP (mouvement de participation populaire), puis adhère au Front Elargi en 1989, avant de devenir député en 1995, sénateur en 1999, ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche en 2004, et le 29 novembre 2009, il est finalement élu président de l’Uruguay, avec 52% des voix.

Lors de son élection de député, il a surpris tout le monde arrivant au volant d’une vespa, et il a refusé la luxueuse résidence qui lui était attribuée, préférant rester dans sa modeste ferme, continuant d’y travailler, notamment à la culture des fleurs.

Déclarant : « je peux sembler être un vieil homme excentrique…mais c’est mon choix », il conclut : « j’ai vécu comme ça la plupart de ma vie, je peux bien vivre avec ce que j’ai ».

Il accuse la plupart des dirigeants du monde d’avoir « une obsession aveugle pour atteindre une croissance de la consommation, comme si le contraire signifierait la fin du monde ». lien

Récemment, il a attiré l’attention des médias en décidant la légalisation du chanvre, voulant en faire un monopole d’état, (lien) décision encore contestée par les Uruguayens, ceux-ci n’ayant pas réalisé que ça priverait les mafias de leurs juteux revenus.

Mais il a aussi dépénalisé l’avortement, accordé le droit de vote aux femmes, légalisant le divorce, et le mariage homosexuel.

Il a invité l’écologie dans son programme, et a lancé un ambitieux programme de production de méthane, n’oubliant pas l’énergie éolienne.

Il ne porte pas de cravate, reverse les 90% de son salaire afin de financer le programme d’expansion des logements pour pauvres, et sa seule richesse est une vieille coccinelle Volkswagen bleue qu’il avait acheté en 1987.

Ces discours lyriques et citoyens sont de petites merveilles, comme lorsqu’il déclare par exemple que « si l’humanité entière aspirait à vivre comme un américain moyen, nous aurions besoin de 3 planètes  ».

Il n’hésite pas à citer Epicure, ou Sénèque, qui définissaient le pauvre « non pas comme celui qui a peu, mais comme celui qui a une infinité de besoins et désire toujours plus que ce qu’il a ».

Question économie, son petit pays ne s’en sort dans le fond pas si mal, avec une croissance de 3,6%. lien

Dénonçant une civilisation « contre la simplicité, contre la sobriété, contre tous les cycles naturels, et ce qui est pire, une civilisation contre la liberté de disposer du temps de vivre des relations humaines, l’amour, l’amitié, l’aventure, la solidarité, la famille  », il vit lui tous les jours en harmonie avec ses convictions, ce qui par les temps qui courent est plutôt rare. lien

Mais si ce président devrait être un exemple pour tous les autres, il existe quand même d’autres pays ou l’élu ne s’accorde pas les privilèges exorbitants pratiqués un peu partout.

Un autre pays pourrait aussi servir d’exemple, c’est l’Islande, pays qui a vu la réélection d’Olafur Ragnar Grimsson, lequel peut se flatter d’avoir tenu en échec les banksters, d’autant que la Cour de l’AELE (association européenne de libre échange) a donné raison à l’Etat Islandais lorsqu’il a refusé de rembourser les épargnants étrangers qui avaient placé leur argent dans ses banques privées.

L’Islande a refusé les politiques qui se sont imposées depuis 30 ans en Europe, et a laissé les banques faire faillite sans les renflouer, instaurant le contrôle des changes, renforçant l’état providence, protégeant les ménages les plus modestes, et refusant d’appliquer l’austérité brutale.

Affirmant qu’il est plus important de préserver la démocratie, les droits de l’homme, et l’état de droit, refusant le dictat des marchés financiers, le président islandais se félicite d’avoir écouté la voix du peuple. lien

Quittons l’Islande pour la Suède.

Dans ce pays « les ministres mènent une vie normale  » comme le rappelle Lena Hjelm-Wallen, ancien patron de la diplomatie suédoise, ajoutant, « bien sur au ministère des affaires étrangères il y a un cuisinier et des salons pour recevoir nos hôtes, mais au quotidien, pourquoi ne pas déjeuner à la cantine ? ».

En effet, à Stockholm, les ministres déjeunent à la cantine, tout comme les hauts fonctionnaires et leurs secrétaires.

Pas d’alcool, pas de fromage, pas de dessert, seulement des carafes d’eau et du lait froid, et quand ils ont fini de déjeuner, ils débarrassent leur plateau.

Transmis à la Chambre des Députés française, et au Sénat, dont on sait la richesse des caves gouvernementales, et le faste des cuisines.

En effet, dans les caves de l’Elysée, on dénombre environ 15 000 bouteilles, et les Pétrus ont comme voisins célèbres des Mouton, des Lafite, des Margaux et des champagnes rares… et cher…mais le Quai d’Orsay possède aussi la sienne, tout comme Matignon, le Sénat, et l’Hôtel de Lassay. lien

Tous les ans, selon le pointilleux René Dosière, l’Elysée dépense 250 000 € en vins rares et chers…Charles de Gaulle, pour lequel on cherche en vain des fonds afin de restaurer sa croix de Lorraine, aimait surtout le Champagne, mais il le payait de ses propres deniers. lien

Transmis au gouvernement, aux députés, et aux sénateurs, qui, par ses temps de disette, seraient bien inspirés d’en tirer quelques conclusions.

Seul le premier ministre suédois dispose d’un logement officiel, de 175 m², dont il paye le loyer, et d’une voiture de fonction. lien

Les autres utilisent leurs propres véhicules.

Transmis au premier ministre « normal » français, et aux autres ministres, dont 23 occupent des logements de fonction, même si 15 d’entre eux l’ont refusé.

Jean-Marc Ayrault a donc le privilège d’une voiture de fonction dont le coût est estimé à 120 000 €, blindée au Kevlar, tout comme celles du ministre de l’intérieur, et de celui de la défense.

Détails de avantages de ces privilégies sur ce lien.

Encore mieux, les anciens dirigeants peuvent bénéficier encore aujourd’hui d’un véhicule de fonction avec un chauffeur, d’un secrétaire particulier, et d’un garde du corps, et si les avantages consentis au premier ministre sortant sont encadrés par une loi, ceux qui sont attribués aux anciens présidents de la République sont seulement justifiés par un courrier signé par un certain Laurent Fabius, le 8 janvier 1985. lien

Transmis au président « normal » qui pourrait, par un nouveau courrier, annuler ce genre de décisions, inconcevables dans un pays couvert d’impôts, et accumulant la misère et le chômage.

Alors si, comme promis, le nouveau président a baissé de 30% son salaire et celui de ses ministres, ces derniers perçoivent tout de même 10 000 € mensuels, et le premier ministre reçoit 14 000 €, outre les autres avantages que l’on peut découvrir sur ce lien.

Il est inconcevable en Suède d’imaginer des voyages en jet privé, des suites dans des palaces, et il n’est pas rare de croiser un ministre dans une gare, ou en train de faire ses courses dans une grande surface.

On se souvient de Mona Sahlin, ex numéro 2 du gouvernement d’Ingvar Carlsson, qui avait du présenter sa démission pour avoir osé acheter des barres chocolatées avec sa carte de crédit de fonction. lien

Transmis aux élus français d’aujourd’hui et d’hier, dont les frasques financières défrayent régulièrement la chronique. lien

Plus grave, les politiques pris la main dans le sac, et condamnés, sont systématiquement réélus s’ils se représentent aux électeurs.

Alors comment ne pas s’étonner de l’impopularité de François Hollande ?

Il est probable que le jour où il prendra conscience de la détresse du peuple qu’il est censé gouverner, sa situation pourrait s’améliorer, mais il ne semble pas en prendre le chemin.

Comme dit mon vieil ami africain : «  le monde flatte l’éléphant et piétine la fourmi ».

L’image illustrant l’article vient de segundoasegundo.com

Merci aux internautes de leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

Le changement immobile

Leur monde est devenu trop petit

Dans chaque niche, il y a un chien qui mord

Hollande, un pays au plus bas

Monsieur « plan plan »

Faire sauter la banque

Peugeot peut donc peu ?

On a marché sur la thune

J’aime pas les riches

L’énergie en partage

Pour mémoire :

Le discours du Bourget- partie 1-2

Blog de René Dosière

L’observatoire du nucléaire


Moyenne des avis sur cet article :  4.83/5   (92 votes)




Réagissez à l'article

100 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 12 novembre 2013 10:36

    Bonjour, Olivier.

    Mujica est un exemple qui devrait être largement repris sur la planète par les dirigeants qui se réclament de la « gauche » humaniste et sociale.

    Mais cet exemple, à la limite du sacerdoce laïc largement dépouillé des biens terrestres, n’est évidemment pas transposable partout, et surtout pas en France où le peuple, vent debout contre les excès des gouvernants et contre les gabegies du pouvoir, continue pourtant de plébisciter la garde républicaine à cheval et à s’émerveiller de l’or des palais nationaux où s’exerce ce pouvoir.

    Même dans un république laïque comme la nôtre, les Français restent très largement monarchistes et attachés aux pompes d’un système finalement très bâtard. En cela, ils ne sont pas réellement adultes. S’ils l’étaient, c’est vers un système à la scandinave que l’on devrait tendre, un système où un gouvernant est un individu normal appelé durant la durée d’un mandat à exercer une fonction particulière au service de la collectivité.

    Cela dit, il faut garder les pieds sur terre : on ne peut comparer ce qui se passe dans des pays de 3 ou 4 millions d’habitants avec la 5e puissance économique mondiale, forte de ses 65 millions d’habitants. Mais il y a incontestablement la place pour des avancées en direction des pays du nord qui montrent la voie que l’on devrait suivre.

    Un mot sur l’Islande : au risque de me répéter, ce qui a été possible dans un pays de 350 000 habitants (la taille de l’agglomération nantaise) n’a évidemment pas l’ombre d’une chance d’être transposé ailleurs. C’est un peu comme à l’école : ce que l’on tolère d’un gamin indiscipliné en cours préparatoire ne peut l’être d’un élève de CM2.


    • OmegaDG OmegaDG 12 novembre 2013 11:38

      5e puissance économique mondiale... vous voulez rire j’espère ?

      Bon dieu regardez vous Français, la risée actuelle du monde entier, les franfreluches de votre glorieux passé (lointain) se trainent dans la boue de votre aplaventrisme altantiste.

      Dites plutôt cinquième économie européenne sur le bord de la faillite. Un à un tous vos acquis sociaux vont aux caniveaux, même avec un gouvernement dit socialiste. Quelle misère !
      Vous attendez quoi pour vous rebeller ? Que le Système contourne votre ligne Maginot de prétention encore une fois ? Et qu’ensuite on aille se pèter la tronche pour vous dans une guerre pour protéger vos riches exploteurs, encore une fois ? Deux fois suffisent pour nous. Crevez donc puisque vous manquez de courage.

      Et au risque de me répéter (pour vous paraphraser), le 13 avril 1945, un seul Canadien Français a suffit pour libérer une ville de 45000 habitants, Zwolle aux Pays-Bas, un seul : Léo Major. Mais on en parle pas, on cause plutôt de votre Pétain ou de vos 650 fusillés pour l’exemple essayant de les réhabiliter.

      « Jules César a dit que les Français, au prime abord, étaient plus que des hommes, mais pour finir, moins que des femmes. » Machiavel


    • Piotrek Piotrek 12 novembre 2013 11:54

      Cela dit, il faut garder les pieds sur terre : on ne peut comparer ce qui se passe dans des pays de 3 ou 4 millions d’habitants avec la 5e puissance économique mondiale, forte de ses 65 millions d’habitants.

      Oui, il faut garder les pieds sur terre, mais si tous les pays qui ont une poignée de milion y arrivent mieux, sont plus réalistes, plus représentatifs, c’est peut être dû au fait que la démocratie ne marche que pour une population limitée. Reduire la distance entre gouvernants et gouvernés responsabilise en même temps les deux parties. Sinon à partir d’un certain seuil on assiste à ce qui arrive aujourd’hui.

      Menée uniquement pour des raisons budgétaires aujourd’hui, la décentralisation est à mon avis une idée fantastique.

      Oui à la République de Savoie
      Oui à la Corse Unie
      Oui au Pays Basque
      Oui aux autres...

      Comment peut-on croire en la démocratie sans penser que celà est légitime ?
      Comment peut-on croire en la démocratie en ayant peur de la liberté ?

      L’UE, par exemple, servirait un cadre constitutionnel simplifié (droits de l’homme) et proposerait les programmes facultatifs que les états seuls ne peuvent s’offrir (comme le CERN,) et d’autres assurant la trensparence en toute indépendance (une cour des comptes par exemple)

      Mais bon j’essaie de garder les pieds sur terre


    • Fergus Fergus 12 novembre 2013 13:27

      Bonjour, Piotrek.

      « Oui à la République de Savoie
      Oui à la Corse Unie
      Oui au Pays Basque
      Oui aux autres
      ... »

      Et mort à la nation française, écrasée entre le marteau européen et les enclumes régionales !

      Si notre démocratie ne fonctionne plus convenablement, c’est qu’elle a été faite sur mesure pour un homme, De gaulle, et qu’elle est devenue totalement inadaptée, notamment dans le cadre du quinquennat qui donne à l’Elysée quasiment les pleins pouvoirs. Allons vers une démocratie parlementaire primo-ministérielle véritable sur le modèle scandinave, et l’on constatera que cela peut fonctionner. Ou alors vers un système fédéral calqué sur le modèle suisse.


    • olivier cabanel olivier cabanel 12 novembre 2013 16:23

      Fergus

      globalement d’accord, sauf pour le modèle Islandais, 
      pourquoi ce qui est valable pour 350 000 habitants ne le serait pas pour 65 millions ?
      on pourrait l’appliquer canton par canton, 
      mettre en place « l’élection par hasard » de ceux qui vont ré-écrire une constitution
      puis faire la synthèse au niveau national, 
      il est probable que d’un canton à l’autre, les propositions seront dans le même moule,
      et la réaction du peuple islandais, se refusant à l’austérité, se refusant à amnistier les banksters, pourrait bien être identique à celle des français... non ?

    • Piotrek Piotrek 12 novembre 2013 17:40

      Bon on parle de plusieurs choses en même temps :

      Sur la démocratie :

      1) Première chose : apparemement, la démocratie ne marche que dans de le cadre de populations réduites (vous citez la Suisse, la Suède, l’Islande come modèles) A mon avis c’est parce que d’une part les problèmes deviennent plus simples et lisibles et d’autres part les élus ne peuvent exiler leur responsabilité face au peuple.

      Donc à l’inverse de la démocratie sur une population trop grande, ce serait :
      Un entrelacement kafkaïen de problèmes,
      Auxquels tente de répondre une administration pléthorique,
      Qui par la force de la crise :
      Réduit le voilage en supprimant services publiques (postes, hopitaux, police)
      Fait appel à grand frais aux cabinets d’audit privés pour masquer son incompétance
      Défend les marges et les erreurs des banques plutôt que la valeur des retraites.
      Pendant ceux qui sont élus nous jurent que c’est pour notre bien
      Dans un brouhahah illisible

      Ca ne vous rapelle rien ?

      2) Seconde chose :
      Il est impossible de bâtir durable sur une contradiction fondamentale, sinon tôt ou tard des problèmes surviennent : Comment construire une démocratie
      - Si d’un coté on défend les valeurs démocratiques
      - Si de l’autre on nie ou l’on étouffe des revendications d’autonomie légitimes
      Réduire la taille de la démocratie à un ensemble homogène est donc fondamental pour la démocratie ait un sens.

      Allons vers une démocratie parlementaire primo-ministérielle véritable sur le modèle scandinave
      Non, C’est pour ces raisons que je pense que ca ne changera pas le fond du problème

      Sur la France d’hier et d’aujourd’hui :

      1) Vous dites « Enclumes régionales » Pour l’instant les régions sont des organes sans pouvoirs sur lesquelles l’état décharge ce qu’il peut, tout ceci pour :
      - Faire des économies sans l’avouer
      - Encore plus diluer les responsabilités dans l’océan administratif de l’état
      J’espère que la combine aura pour effet de promouvoir une démocratie à l’échelle locale malgré tout. En cas de déliquésence de l’Etat ou de l’Economie, on repasserait de fait au « local » de toute façon.

      2) Vous dites Et mort à la nation française, écrasée entre le marteau européen et les enclumes régionales !
      Vous défendez la nation française, moi ça fait un moment que je ne la défend plus, au contraire je l’attaque, car la démocratie n’existe plus que dans une hallucination collective .
      Et ma preuve est simple elle se mesure dans la distance entre les promesses et les réalisations des hommes politiques qu’on a élu. Tout l’inverse de ce qu’est la démocratie

      Beaucoup d’autres défendront cette image carte postale de la France, en insistant sur le fait que « je n’aime pas la France »
      Moi je leur montrerai les chateaux forts je leur rappellerai que ce sont des dynasties de souverains qui reignaient sans la moindre consideration pour le peuple, et que depuis, malgré les transformations, même avec la révolution, pas tellement de choses ont changé. Pas besoin d’aller jusqu’a Bruxelles pour chercher les coupables. La France change et a changé. La France n’est ce que l’on en fait, et moi j’aimerai la changer p’tetre parce que j’y tiens.


    • gogoRat gogoRat 12 novembre 2013 21:04

      Bizarre cette idée récurrente d’une  « l’élection par hasard » de ceux qui vont ré-écrire une constitution

        Cela part certes d’une bonne intention ... mais j’y soupçonne une inquiétante confusion sur les avantages théoriques du tirage au sort dont la plus grande vertu serait de permettre une bonne représentativité du peuple - mais pour peu que les tirages au sort puissent être suffisamment multipliés ! Or on ne réécrit pas la constitution toutes les semaines !!

       Pourquoi ne pas chercher à exploiter les potentiels de l’informatique pour faire participer tous les Français à un immense brainstroming suivi d’une rédaction collaborative ? 
       Aurait-il été démontré par A plus B que c’est impossible ou qu’on ne peut pas faire preuve d’un peu d’inventivité pour aller dans ce sens ?

       Une piste :
         chaque Français disposerait de 10 000 points de décision ( à ajuster , c’est juste pour marquer les esprits). 
        Tous ceux qui le veulent proposeraient, contre x points, un article de constitution . 
        Tout ceux qui le veulent, pourraient cautionner, contre un pourecentage à leur convenance de leurs 10 000 points, chacun des articles proposés qui les intéressent. 
       Durant tout le temps imparti pour finaliser la rédaction, chacun pourrait réajuster les curseurs qu’il aura ainsi positionnés.
        Les articles retenus seraient ceux qui ont totalisé le plus de points !

       Bon c’est juste pour débrider un peu l’imagination ...



    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 novembre 2013 09:52

      Fergus,

      Ces pays sont indépendants et souverains, ils peuvent décider ce qui est bon pour l’intérêt général, cela n’a rien à voir avec la taille du pays.

      Il faut deux conditions pour qu’un pays décide en faveur de l’intérêt général, qu’il soit souverain et que ses dirigeants le décident.

      C’est ce qu’a fait l’ Argentine en 2002 : «  Nous avons sauvé les gens plutôt que les banques »

      Le fait que les Traités européens aient transféré les pouvoirs des Etats à Bruxelles sur la monnaie, la dette, le budget, le contrôle des capitaux, les frontières, les lois etc, fait que nos gouvernements ne peuvent plus décider de rien dans le sens de l’intérêt général.

      Tous les Partis européistes sont d’accord avec ces transferts de souveraineté.

      Viviane Reding, Vice Présidente de la Commission européenne est venue le rappeler aux députés français :

       « IL N Y A PLUS DE POLITIQUES NATIONALES , mais des politiques européennes, dans une souveraineté partagée. »

      La souveraineté ne se partage pas, on a les pouvoirs de décider, ou on ne les a pas.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 novembre 2013 09:59

      Piotrek,

      La démocratie en étant dirigé par Bruxelles ?
      Vous avez déjà oublié le referendum de 2005, et tous les Etats qui ont du revoter ?

      Les euro régions servent à détruire les Nations, diviser pour mieux régner.

      Livre de Pierre Hillard : « La décomposition des Nations européennes »
      et la vidéo d’ Asselineau : « Les euro-régions, allons nous laisser détruire les Nations ? »

      Il ne peut y avoir de démocratie que dans un pays souverain, pas dans un pays sous tutelle de l’ Empire, où les gouvernements rendent des comptes à la Troïka et pas au peuple.

      Bruxelles négocie les accords transatlantiques , les Parlements ne seront pas consultés.


    • marc 13 novembre 2013 15:12

      « au risque de me répéter, ce qui a été possible dans un pays de 350 000 habitants (la taille de l’agglomération nantaise) n’a évidemment pas l’ombre d’une chance d’être transposé ailleurs ».


      Affirmation tendancieuse et pas étayée ! qu’est-ce qui pourrait bien empêcher n’importe quel pays soucieux des intérêts de son peuple de refuser de prendre à la charge de ses contribuables les dettes privées de gangsters financiers ?

    • Piotrek Piotrek 13 novembre 2013 18:50

      @fifi

      J’ai bien du écouter 2h d’Asselineau sur l’audio du lien qui en fait 4h26, en plus des 2h écoutés au précédent lien que vous m’aviez donné. Je vous prie la prochaine fois au moins de donner à quel(s) point(s) du document audio le(s) arguement(s) auxquels vous faites allusion.

      Globalement, les faits pris séparément par Asselineau sont justes. Oui l’UE est un jouet pour les multinationales. Cependant c’est la causalité qui me dérange

      - Vous pensez que la régionalistion est non seulement un voeux mais aussi une volonté active de l’UE pour noyer les poissons.
      - Je pense que l’UE n’a pas du tout ce pouvoir, ni politiquement ni constitutionellement, et je crois qu’au contraire la régionalisation, est, pour le cas de la France, une décision purement française pour cacher des coupes dans le budget en délestant aux régions les responsabilités sans en donner vraiement les moyens

      L’épisode de la catalogne est éloquent dans la vidéo d’Asselineau :
      - Il accuse les Etats-Unis de vouloir saboter l’UE en poussant les régions à s’emanciper, la Catalogne disposerait donc d’une ambassade indépendante aux états unis.
      - Avec un minimum de recherche on se rend compte qu’il existe qu’il existe une dizaine d’ambassades catalanes dont celle de Paris qui a pour but de trouver un moyen de faire rentrer la catalagne dans l’UNESCO indépendament de l’Espagne. Le tout est financé par les catalan et par personne d’autre
      D’accord sur les mêmes faits, conclusions totalement opposées, et c’est la même chose pour la vidéo que vous m’avez donné l’autre jour.

      Donc : complot USA-UE ou volonté d’un peuple de s’emanciper d’un pouvoir central incapable ? Mon choix et vite fait !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 novembre 2013 07:06

      Piotrek,

      Le principe de base des économistes de l’ Ecole de Chicago, qui inspire toutes les politiques de libre échange, c’est de supprimer toutes les régulations mises en place précédemment par les Etats. Ce que souhaitent les tenants du libre échange :

      * Pas de contrôle de la monnaie, ni sur le taux de change externe.
      * Ne plus emprunter à la Banque de France à taux 0%, mais aux marché et aux banques privées.
      * Fin du contrôle des capitaux, pour faciliter les délocalisations.
      * Pas de salaire minimum et si possible baisse des salaires.
      * Pas de protection sociale, chacun se démerde..
      * Plus de droit du travail.
      * Plus de sécu, et le moins possible d’indemnités chômage
      * Le moins d’impôts possible
      * La fin des services publics etc etc...

      Supprimer les Etats est chez eux une obsession, car les Etats peuvent servir à légiférer pour contrer la finance et la répartition de plus en plus inégalitaire de la richesse.

      Je ne comprends d’ailleurs pas de quoi vous vous plaignez, sur tout le territoire français, vous avez accès aux avantages de la répartition des richesses que constituent les règles sociales, le droit du travail et les services publics...

      Appeler cela de la « colonisation », relève du déni ou de la paranoïa.

      D’ailleurs vous remarquerez que les Français, dès qu’ils ont un problème, se tournent vers l’ Etat et le Chef de l’ Etat, pour demander l’aide de la solidarité nationale.

      Si vous n’êtes pas convaincu par les explications d’ Asselineau, lisez le livre de Pierre Hillard, il donne tous les documents européens déjà votés, qui doivent transformer l’Europe en puzzle, diviser pour mieux régner. « La décomposition des Nations européennes » .


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 novembre 2013 07:08

      J’ai oublié dans la liste, la fin des frontières, et les normes de qualité les plus basses possibles, de façon à nous fourguer encore plus de malbouffe...


    • Piotrek Piotrek 14 novembre 2013 09:57

      @fifi

      Le principe de base des économistes de l’ Ecole de Chicago...

      Oui je connais et je comprend.

      Supprimer les Etats est chez eux une obsession, car les Etats peuvent servir à légiférer pour contrer la finance et la répartition de plus en plus inégalitaire de la richesse.

      Je parle pas de supression de l’Etat, juste d’un transfert de souvraineté vers les régions qui aurait pour principe d’améliorer la qualité de la démocratie.

      Je ne comprends d’ailleurs pas de quoi vous vous plaignez

      « la distance entre les promesses et les réalisations des hommes politiques qu’on a élu. Tout l’inverse de ce qu’est la démocratie. » Comme dit précédemment.
      L’idée est de trouver une idée qui verouille au niveau systémique ce genre de dérives : une démocratie à échelle humaine pour les raisons pré-citées. Bien évidemment il s’agit d’un souhait.

      D’ailleurs vous remarquerez que les Français, dès qu’ils ont un problème, se tournent vers l’ Etat et le Chef de l’ Etat, pour demander l’aide de la solidarité nationale.
      [...]D’ailleurs vous remarquerez que les Français, dès qu’ils ont un problème, se tournent vers l’ Etat et le Chef de l’ Etat, pour demander l’aide de la solidarité nationale.

      Pas moi, je refuse de toucher le RSA bien que j’y ai droit, pas parce que je suis riche mais parce que je me débrouille. Ensuite c’est par conviction. Je ne suis pas seul dans ce cas.

      Si vous n’êtes pas convaincu par les explications d’ Asselineau

      Si mais c’est la causalité qui me dérange, l’UE n’est qu’un outil, il n’a été utilise pour faciliter la vie des multinationales et des banques : c’est un fait, je suis plus que d’accord. Mais comme c’est qu’un outil : on peut le changer. Avec la généralisation de la crise c’est plus simple qu’il n’y paraît, les grecs étaient et sont prets je le sais, les espagnols et les italiens sûrement aussi.
      Et ce qui me surprend, vous qui semblez êtes de gauche, c’est que vous avez complètement rayé de vos idéaux et la volonté internationale socialiste/communiste qui était la votre.


    • Piotrek Piotrek 14 novembre 2013 10:47

      lisez le livre de Pierre Hillard

      Dans son interview ca commence très mal : il est question de « Mohammed Richard » résultat du mondialisme, d’un homme sans culture et sans patrie.
      Moi je suis français, d’origine polonaise ayant passé une décénie en Grèce, je serai donc sans culture, sans patrie ? Franchement j’ai pas la gueule d’un mondialiste, et supposer celà c’est fantasmer dans son petit fauteuil sur le monde sans avoir pris la peine d’avoir eu la moindre experience à l’étranger.

      Mondialisation oui. Mais mondialisme ? Imaginez vous la scène de l’ONU, ensuite imaginez une volonté de gouvernement mondial. Vous riez ? C’est bon signe. Maintenant pensez Coca-Cola, Véolia... Vous riez moins ? C’est bon signe. Mais eux ce qu’ils veulent c’est de la facilitation, pas du gouvernement mondial.

      Ce mondialisme, ce complot, c’est un produit des nostalgiques du droit du sang et de la France carte-postale (radio courtoisie, égalité et réconciliation). Ils accepetent tant bien que mal le fait de la mondialisation mais ne peuvent accepter dans leur coeurs que la France change. C’est le genre de types fiers du TGV et de l’Airbus « français » sans en tirer la moindre conséquence. Oui le monde change et il a toujours changé.

      Schizophrénie intellectuelle, rien de plus.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 novembre 2013 09:12

      Piotrek,
      Je vous parle de son livre « La décomposition des Nations européennes », pas de ses interviews.

      Il a compilé tous les textes européens qui permettent tout à fait légalement désormais, de faire éclater les pays européens, comme un puzzle.

      Et donne toutes les cartes qui montrent la France redécoupée, avec des régions à cheval sur les frontières, tout autour, de la Picardie à la Ligurie, et de chaque côté des Pyrénées.


    • Patrick Samba Patrick Samba 12 novembre 2013 10:46

      Bonjour Olivier,

      José Mujica, président de l’Uruguay, un homme étonnant sur lequel 15 ans de prison, au cours desquels la torture n’a pas été absente, ont imprimé une certaine forme de sagesse que l’on a également observé chez Mandela, sous une autre expression.

      Malheureusement il semblerait qu’il ait pris le risque de ternir dramatiquement son image en acceptant d’être filmé par Emir Kusturica en vue d’un documentaire (URUGUAY • Le président Mujica vu par Kusturica | Courrier international). Les premiers entretiens devraient être tournés en décembre prochain.
      Pour Kusturica, qui cherche à tout prix à se faire une nouvelle virginité après ses fourvoiements graves lors du génocide bosniaque, l’occasion est une aubaine. Espérons que José Mujica reviendra sur sa décision, abusé qu’il a sans doute été par les honneurs récoltés par ce sinistre individu et notamment en France.
      Festival du Chant de marin à Paimpol. Emir Kusturica est comme chez lui à Paimpol. Sorties - Guingamp.maville.com  : Kusturica n’hésitant pas encore aujourd’hui à saluer avec le salut des génocidaires serbes
      Polémique sur le racisme d’Emir Kusturica | Zaman France
      Les Inrocks - Incident diplomatique autour de Kusturica en Turquie
      etc...


      • olivier cabanel olivier cabanel 12 novembre 2013 16:26

        Patrick

        espérons aussi que, si le film se réalise malgré tout, le président Uruguayen gardera la possibilité d’en empêcher la diffusion, si le contenu était de nature a manipuler la réalité...


      • Lecrabe 14 novembre 2013 19:01

        Comment ? Un cinéaste yougoslave pro-serbe ? Mais comment a-t-il pu résister à la propagande de guerre de l’OTAN ? Qu’attends donc tonton Sam pour lui envoyer un drone de courtoisie ?

        Une honte que cet homme peu sensible à la doxa libérale-occidentale s’intéresse à un président tout aussi peu sensible aux mêmes trompettes...

        Finkie et BHL nous ont pourtant bien dit qu’Emir était un gredin.
        Moi la guerre je suis pour, surtout quand c’est nous qu’on la fait et qu’on la gagne, peu importe pourquoi et où d’ailleurs.
        Tant que nos doctes médiacrates m’indiquent qui est un gentil et qui est un méchant, je ne risque pas de me tromper !

        A mort les cinéastes non otanisés !


      • gaijin gaijin 12 novembre 2013 10:57

        « enfermé 2 ans dans un profond trou, avec comme seuls compagnons une grenouille et un rat, avec qui il partageait son pain. »
        il y en a quelques uns a qui on réserverait volontier le même traitement mais sans doute que la SPA y trouverait a redire. 
        ( pauvres rats : enfermés 2 ans avec un politique français ......et puis on n’imagine pas qu’un homme politique partage son pain .....il boufferait plutôt le rat et la grenouille .....)
         smiley


        • olivier cabanel olivier cabanel 12 novembre 2013 16:31

          gaijin

          c’est vrai que quand on voit le culot qu’ont eu les balkany, et autres cahuzac a avoir menti si effrontément, on imagine qu’ils ont l’estomac robuste....et que l’ingestion d’un rat, ou d’une grenouille ne leur aurait pas posé de problème.

        • gaijin gaijin 12 novembre 2013 17:57

          ceci dit les électeurs ne sont pas en reste
          mais eux c’est plus des couleuvres qu’ils avalent ......


        • Pepe de Bienvenida (alternatif) 12 novembre 2013 19:02

          couleuvres ou anacondas ?


        • gaijin gaijin 13 novembre 2013 08:38

          les anacondas c’est en suppos smiley


        • Croa Croa 12 novembre 2013 11:02

          Relativison, une vieille coccinelle Volkswagen ça consomme le double d’une vieille 2 CV !

          Quoique... Pour oser rouler en 2 CV il faut être curé, au maximum ! smiley


          • oncle archibald 12 novembre 2013 11:25

            Croa il devient ultra snob de rouler dans une dedeuche, de préférence « charleston », restaurée nickel-chrome flambant neuve encore davantage que si elle sortait des usines du quai de Javel. Il n’y a pas si longtemps l’épouse de notre ministre des affaires étrangères s’adonnait à ce sport. 

            Et puis autre erreur, une dedeuche consomme certes moins qu’une coccinelle, mais au moins le double que les petites voitures d’aujourd’hui. Parole d’un homme qui a eu quatre dedeuches dans sa vie et qui a une petite larme de nostalgie quand il y repense.

          • olivier cabanel olivier cabanel 12 novembre 2013 12:48

            Croa

            surtout ne pas critiquer la deudeuch
            j’en ai eu une, et c’est un tendre souvenir.
            surtout lorsque, me rendant en vendée, j’ai croisée la route d’un poids lourd
            le déplacement d’air a fait voler en éclat le toit en toile
            et comme il s’est mis a pleuvoir quelques minutes après, 
            ce qui a fait les affaires d’un hotel du coin.
             smiley

          • oncle archibald 12 novembre 2013 14:57

            Olivier : sur mes quatre dedeuches il y en a une que ma mère avait achetée neuve et que je suis allé chercher « livraison à l’usine » au quai de Javel. Je l’ai redescendue dans le midi, en rodage. Je ne sais pas si vous visualisez les interminables lignes droites du coté de Chateauroux. 

            A l’époque il y avait encore une base américaine sur l’aérodrome de Chateauroux (guerre froide, des bombardiers chargés de bombes nucléaires se relayaient nuit et jour dans le ciel de France). Ils avaient des camions monstrueux « jamais vu en France ». Des semi remorques tirées par un truck énorme, interminables, et roulant à 100/110. Quand ils me doublaient j’avais l’impression que la dedeuche allait décoller et s’envoler dans les airs derrière eux. 

            Heureusement la capote toute neuve claquait au déplacement d’air mais elle résistait et est arrivée entière dans le Languedoc. 

          • olivier cabanel olivier cabanel 12 novembre 2013 16:33

            cher oncle

            oui, je connais bien ces interminables lignes droites,
            j’aimais bien aussi prendre de l’élan dans les descentes pour remonter plus facilement de l’autre coté.
             smiley

          • rocla+ rocla+ 12 novembre 2013 11:02

            Bonjour , 


            Les murs de Berlin tombent , pourquoi tomberait pas ce mur de la 
            honte consistant  à , pour les hommes au pouvoir , vivre dans des palais de
            Mille et Une Nuits , boire les plus fins nectar , promener des Valéries à 
            l’ autre bout du petit Loulou des paumées transies ,  unissant choux et chèvres 
            pour de gais mariages alors que pendant que plein d’ usines ferment ils nous 
            installent des taxes dont l’ écho de la lointaine Bretagne répond ferme ta gueule , 
            nous installent radars , taxes qu’ ils détaxent  et retaxent sous d’ autres formes .

            Sont ils si cons ce pouvoireux qu’ ils ne s’ aperçoivent pas que le peuple sait tout 
            aujourd’ hui , leurs magouilles leurs gabegies ainsi que leur morgue à l’ égard 
            de ceux qui les ont placés là . 

            Assis confortablement sur le bord du nuage leur servant d’ observatoire 
            aveugle , ils ne vient rien , n’ entendent rien et font comme si de rien n’ était . 

            Le minimum pour ces ânes bâtés serait de prendre la sortie et que l’ on tire 
            au sort n’ importe quel idiot passant par là pour  enfin sortir de l’ univers 
            énarchie  de ceux qui croient savoir en ignorant qu’ ils ne savent rien .

            Dire moi je aura été son seul exploit .

            • olivier cabanel olivier cabanel 12 novembre 2013 12:51

              capitaine, mon capitaine

              je vous propose un bonnet rouge pour mener la fronde qui pourrait enfin mettre à la tête du pays un élu qui ne s’en tienne qu’a appliquer le programme pour lequel il a été élu.
               smiley

            • unandeja 12 novembre 2013 11:14

              ....hé oui.....comment nos dirigeant pourraient gouverner un peuple alors qu’ils sont à des années lumières de connaitre la vraie vie.

              ....le président uruguayen la connait lui au moins....même si je trouve qu’un chef d’état mérite tout de même + d’avantages qu’il n’en a :)


              • olivier cabanel olivier cabanel 12 novembre 2013 12:54

                unandeja

                raison de plus pour recadrer les limites de la fonction présidentielle.
                il faudra peut etre en venir au « vote par hasard », afin de bien faire comprendre à l’élu qu’il n’est là que pour appliquer le programme qui l’a mis au pouvoir, et non pas pour décider n’importe quoi lorsqu’il a la place qu’il espérait.
                merci de ton commentaire.

              • oncle archibald 12 novembre 2013 11:17

                « Plus grave, les politiques pris la main dans le sac, et condamnés, sont systématiquement réélus s’ils se représentent aux électeurs. »

                Pourquoi le reprocher à François Hollande alors que ce sont des citoyens Français qui contre toute attente considèrent que finalement piquer dans les caisses de l’état qu’ils alimentent eux même n’est pas bien grave ! C’est cela surtout qu’il faudrait méditer. 

                Ces électeurs là sont-ils des cons ? Ou bien leur politisation est tellement binaire qu’ils préfèrent voter pour un voyou de gauche juste pour ne pas voir élu un candidat de droite. Ou l’inverse, il y a des sectaires et des bornés des deux cotés. Je dis souvent que dans mon coin de Languedoc ou les socialistes règnent sans alternance depuis plus d’un siècle, un singe habillé en rose serait facilement élu contre n’importe quel candidat de droite. 

                Mais qu’est-ce donc qui empêche les électeurs de réfléchir. Ils votent comme le chien de Pavlov ! C’est la grandeur et la faiblesse de la démocratie  : la voix du prix nobel qui aura beaucoup réfléchi avant de voter ne vaut rien de plus ni rien de moins que celle du clodo aviné qui traine sur les bancs publics et qui va coller dans l’urne le bulletin de celui qui lui a payé un coup à boire. C’est géant de réfléchir à cela.

                La déception et les difficultés aidant les électeurs vont-ils se mettre à réfléchir ? Je crains hélas que par effet de « retour de balancier » ils n’aillent se mettre à voter pour un parti qui ressemble étrangement au poujadisme, un ramasse tout sans le moindre programme crédible, quitte à nous envoyer carrément dans le mur. Personne n’a oublié qu’un certain Jean Marie Le Pen a été élu en 1956 plus jeune député de France en sur les listes de Pierre Poujade, qui prétendait faire l’union des commerçants et des artisans contre les grands partis en place qui magouillaient depuis trop longtemps. 

                Je rappelle au passage que JM LP avait été élu avec avec 37 748 voix sur 470 266 suffrages exprimés, soit 8, 02% des voix, grâce au système de la proportionnelle dont on voit ici tous les risques. Raison pour laquelle un certain Charles de Gaulle créa la constitution de la cinquième république avec un principe d’élection au suffrage majoritaire à deux tours, éliminant de toute possibilité d’accession au pouvoir des extrêmes dont les scores étaient faibles et obligeant tous les partis à faire alliance avant les élections et non pas après.


                • olivier cabanel olivier cabanel 12 novembre 2013 13:17

                  cher oncle

                  en fin de compte, on devrait se moquer de qui sera en charge d’appliquer le programme du plus grand nombre, 
                  quel que soit l’élu, il ne doit etre là que pour appliquer ce programme
                  s’il n’en est pas capable, il peut renoncer,
                  l’exemple islandais est a regarder de plus près.

                • oncle archibald 12 novembre 2013 14:16

                  Je suis assez d’accord avec vous. On devrait procéder comme pour les embauches avec CV anonyme et ne voter que pour des programmes, précis, chiffrés dans les deux sens, dépenses et recettes. Ensuite finalement pourquoi pas un « très haut fonctionnaire » pour appliquer les décisions du peuple. Au moins on pourrait le virer sans revoter et le remplacer par un autre s’il ne remplissait pas son contrat.


                • Pepe de Bienvenida (alternatif) 12 novembre 2013 19:05

                  Pas étonnant que les politichiens soient vent debout contre le
                  http://fr.wikipedia.org/wiki/Mandat_imp%C3%A9ratif mandat impératif


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 novembre 2013 10:05

                  olivier cabanel,

                  France, les trois réformes exigées par Bruxelles

                  Il serait peut-être temps de sortir de vos illusions, avec les Traités européens, le peuple ne décide plus de rien, les gouvernements non plus.

                  Si vous voulez à nouveau que les gouvernements rendent des comptes au peuple et non plus aux banksters, il faut demander la sortie de l’ UE et de l’euro, et redevenir un pays souverain.


                • eric 12 novembre 2013 11:20

                  C’est trop long.

                  78 ans pour transformer un adepte de la lutte armée révolutionnaire en grand père horticulteur démocrate qui paye lui même sa Vespa.

                  Cela nous met Hollande normal dans quoi ? 20 ans ? Et encore, il ne part pas d’aussi loin. Il faudrait aussi qu’il passe par l’expérience fondatrice du crapaud et de la souris. Les conditions objectives ne semblent pas remplies.

                  Nous ne pouvons pas perdre autant de temps a des rites initiatiques transformant nos leader de gauche en êtres humains ( normaux).

                  Oui ! De Gaulle payait ses boissons ! Couve de Murville délaissait sa voiture de fonction le Weekend pour utiliser sa vieille Dauphine pourrie pour ne pas utiliser l’argent de l’État a des fins personnelles, etc...
                  Sarko. enfin, le premier officialisa les dépenses de l’Élysée en suivant les recommandations de Dosiere.
                  Il vaut mieux compter sur des milieux ou l’honnêteté est une tradition, que sur ceux ou elle est une sorte de rédemption. Les miracles ne courent pas les rues. De toutes façon, avec Ayrault et ses aéroport, il parait que l’on risque de manquer de crapauds. Comme disent nos ados, « Un hasard ? Je ne le pense pas... »


                  • olivier cabanel olivier cabanel 12 novembre 2013 13:19

                    eric,

                    oui, c vrai, attendre l’age de 78 ans, c’est long, je suis d’accord
                    mais je crois que les citoyens ne veulent pas avoir un guignol qui promet monts et merveilles, qui fait des beaux discours, 
                    ils veulent seulement que la volonté du peuple soit appliquée.
                    alors, il faudrait élire un sage, un philosophe, et écarter les « politiques »
                    ils ont trop fait de mal a la nation.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès