Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Elle est trop sensible — les ondes ont bon dos

Elle est trop sensible — les ondes ont bon dos

L’électrosensibilité est cette nouvelle maladie, qui peut devenir très handicapante, provoquée selon les personnes qui disent en souffrir par les ondes qui nous entourent : téléphone portable, borne WiFi, four micro-ondes, antennes-relais, écran de télévision, etc. Parce que certaines personnes disaient souffrir à proximité des bornes et antennes, des associations citoyennes ont pris leur bâton de pèlerin pour faire baisser les seuils d’émissions des ondes radioélectriques.


Pour ce faire, elles se sont fondées sur des rapports scientifiques qu’elles considèrent comme définitifs, abandonnant pour les besoins de la cause le sens critique et la méthode scientifique qui devraient prévaloir en pareille circonstance. Voyons un peu de quoi il retourne et si les effets pervers d’une générosité précipitée n’ont pas débordé la philanthropie initiale.
La justice française
 
Dernièrement, trois procès ont condamné les opérateurs à démonter certaines de leurs infrastructures, leur présence créant un trouble généré par la peur qu’elles inspirent. La cour d’appel de Versailles, dans son arrêt du 4 février 2009, écrit ainsi que la réalisation du risque reste hypothétique. Elle fonde son jugement non pas sur une nuisance avérée, mais sur le manque de garantie d’une absence de risque, provoquant une crainte légitime constitutive d’un trouble. Elle en déduit un préjudice moral résultant de l’angoisse créée par la seule présence de l’antenne-relais.
 
C’est-à-dire que la justice reconnaît que les gens qui se plaignent de la présence des antennes sont en droit de le faire, non parce que les ondes radio produites par ces antennes leur causeraient effectivement des dommages physiques, mais parce qu’elles ont peur des dommages que les antennes pourraient être susceptibles de causer. Les riverains ayant porté plainte l’ont fait parce qu’ils souffraient de maux de tête, de palpitations cardiaques et de nausées, mais la cour d’appel n’en a pas tenu compte. Pourquoi ?
 
 
L’Organisation mondiale de la santé
 
L’Organisation mondiale de la santé donne une explication :
Certaines personnes qui se plaignent d’un ensemble diffus de symptômes les attribuent à une légère exposition aux champs électromagnétiques produits sur leur lieu de résidence. Il s’agit notamment d’anxiété, de céphalées, de tendances dépressives voire suicidaires, de fatigue et d’une réduction de la libido. Jusqu’à présent, les données scientifiques ne confirment pas l’existence d’un lien entre cette symptomatologie et l’exposition à des champs électromagnétiques.
 
Rappelons ici le contexte dans lequel l’OMS s’autorise à faire pareille déclaration :
Au cours des 30 dernières années, environ 25 000 articles scientifiques ont été publiés sur les effets biologiques et les applications médicales des rayonnements non ionisants. […] S’appuyant sur un examen approfondi de la littérature scientifique, l’OMS a conclu que les données actuelles ne confirment en aucun cas l’existence d’effets sanitaires résultant d’une exposition à des champs électromagnétiques de faible intensité.
 
Pourtant, des personnes souffrent de troubles réels (rougeurs, picotements, sensations de brûlure, fatigue, difficultés de concentration, étourdissements, troubles du sommeil, nausées, palpitations, troubles digestifs, etc.). Certaines de ces pathologies, particulièrement invalidantes, réclament une prise en charge médicale, psychologique et sociale, qui doit être faite par les organismes de santé publique. Certains pays considèrent même l’électrosensibilité comme un handicap. Des associations de défense des personnes se disant électrosensibles se fondent sur le rapport BioInitiative pour invalider la position de l’OMS et prouver l’incidence physiologique des ondes radio sur certains organismes particulièrement réceptifs.
 
 
Le rapport BioInitiative
 
Pour les associations de défense des personnes électrosensibles, le rapport BioInitiative dresse un complet état des connaissances de l’effet sur l’homme ou les organismes vivants des rayonnements non ionisants des lignes électriques et de la téléphonie mobile. […] Ce rapport récapitulatif passe en revue plus de 1500 travaux publiés. […] Sur le plan scientifique, il n’y a plus de débat. La toxicité de la téléphonie mobile est un fait établi.
 
Ite missa est ? Pas tout à fait.
 
Les études produites par le rapport sont des expériences publiées dans des revues scientifiques à comité de lecture. Jusqu’ici, tout va bien. Mais, contrairement à ce que dit le texte promotionnel et militant ci-dessus, l’état des connaissances présenté par le rapport est incomplet. C’est-à-dire que les contributeurs de BioInitiative ont omis de rapporter les études qui, sur des sujets semblables, donnaient des résultats différents. Partant, les conclusions données ne peuvent être objectives.
 
 
Méthode scientifique ou Canada Dry ?
 
Les critiques du rapport BioInitiative, faites par plusieurs comités scientifiques, ne portent pas sur les études qui y sont reprises, mais sur la façon dont celles-ci sont sélectionnées et présentées.
 
Les critiques portent sur :
• Une sélection d’études scientifiques en fonction de critères arbitraires,
• L’élimination tout aussi arbitraire d’études scientifiques similaires pouvant avoir des conclusions différentes à celles des études retenues,
• La déclaration erronée en ce qui concerne la vue d’ensemble (overview) de la connaissance scientifique que le rapport prétend avoir,
• Des erreurs méthodologiques importantes : on ne peut, par exemple, établir une analyse scientifique objective à partir d’une sélection arbitraire,
• On ne saurait par conséquent obtenir une synthèse scientifique objective de ces analyses,
• Les confusions graves entre « effet biologique » et « dommage biologique »,
• Le mélange des incidences sur la santé des champs basses fréquences et hautes fréquences,
• L’absence de données scientifiques nouvelles,
• L’absence de relation entre les affirmation des conclusions (concernant les maladies notamment) et les études des effets des champs électromagnétiques (CEM) sur la santé.
 
Aucun des comités ne doute que les CEM ont des effets biologiques. Mais ils ne parviennent pas à comprendre comment la somme de ces études permettrait de déduire que les expositions de la vie quotidienne, avec les normes actuelles, présentent un danger avéré pour la santé humaine. Pour eux, l’absence de méthodologie scientifique interdit d’en tirer des conclusions quant aux modifications des normes actuelles, revendication faite par les auteurs du rapport dès ses premières pages.
 
Ils disent d’autre part que plusieurs études récentes (dont certaines sont publiées par la BioElectromagnetics Society) permettraient de tirer des conclusions différentes de celles des sections du rapport.
 
Il est par conséquent impropre d’affirmer que le rapport BioInitiative est une preuve scientifique définitive.
 
Les comités scientifiques ayant émis ces critiques sont les suivants :
Conseil de la santé des Pays-Bas
Direction de la santé du Danemark
Office de la protection contre les radiations allemand
Centre australien de recherche sur les effets des fréquences radio
 
JFC, contributeur d’AgoraVox, rapporte que le nº 285 de la revue Science et Pseudo-Sciences d’avril-juin 2009 vient de paraître. Dans son dossier intitulé « Ondes électromagnétiques : mythes, peurs et réalités » on trouve entre autre une analyse critique du rapport BioInitiative par Jean-Paul Krivine : « Le Rapport BioInitiative ou l’apparence du sérieux scientifique ».
 
 
Et les électrosensibles dans tout ça ?
 
En 2005, une méta-étude a analysé les résultats de trente-et-une expériences qui vérifiaient si les champs électromagnétiques causaient l’électrosensibilité. Chacune d’entre elles exposait des personnes qui se déclaraient atteintes d’électrosensibilité à des champs électriques et/ou magnétiques, fictifs ou réels, à de multiples fréquences, dans des expérimentations en double aveugle (le sujet et l’agent expérimentateur à ses côtés ne savent pas si le champ est fictif ou réel). L’objectif pour le sujet est de déterminer s’il a été exposé (détection du champ) et rapporter d’éventuels symptômes.
 
Cette étude concluait que :
Les symptômes décrits par les personnes souffrant d’« électro-hypersensibilité » peuvent être sévères et parfois handicapants. Cependant, il s’est révélé difficile de montrer que, dans des études en aveugle, l’exposition à des champs magnétiques pouvaient être à l’origine de ces symptômes. Ceci suggère que l’électro-hypersensibilité n’est pas reliée à la présence de champs magnétiques, bien que des recherches supplémentaires sur ce phénomène soient nécessaires.
 
Rubin, Das Munshi, Wessely, « Electromagnetic Hypersensitivity : A Systematic Review of Provocation Studies » (Psychosomatic Medicine 67:224-232 — 2005)
 
Depuis lors, plusieurs études ont confirmé ces conclusions, dont certaines ont été réalisées par la société BioElectromagnetics, de laquelle sont issus certains contributeurs du rapport BioInitiative…
 
 
Oui, mais les vrais électrosensibles dans la vraie vie de tous les jours ?
 
Et bien parvenu à ce point de l’exposé, je suis partagé. Non pas entre la véracité de leurs propos et l’infirmation de ceux-ci par les études scientifiques, mais entre le parti d’en rire ou de m’offusquer de la situation. En effet, il existe peut-être un paradoxe : l’agitation médiatique autour des ondes (favorisée et amplifiée par les associations de défense des personnes électrosensibles) et la peur que cette agitation provoque dans le public, peuvent générer de véritables drames humains parmi les personnes les plus fragiles psychologiquement.
 
Ainsi, chez certains malades présentant des affections cliniques, la conviction qu’ils sont électrosensibles peut évoluer vers une chronicité pathologique. Toutes sortes de troubles et de désordres peuvent alors intervenir :
• Souffrances physiques et psychologiques (occupation des pensées, anxiété, état dépressif, stress…),
• Comportements d’évitement de l’exposition,
• Organisation de la vie du malade autour de ce problème,
• Absentéisme, incapacité de travail,
• Isolement social,
• Difficultés financières dues aux déménagements et aménagements électriques de la maison.
 
Comment certaines associations entretiennent-elles, sans doute involontairement, ces troubles et désordres du comportement ? En construisant tout un univers apparemment rationnel, qui renforcera le malade dans l’idée qu’il a de la réalité des causes de sa maladie. Ici, il est très important de distinguer deux types d’associations militantes, certaines d’entre elles (dont Robin des Toits) dénonçant publiquement les procédés détaillés ci-dessous.
 
 
Que faire si je suis électrosensible ?
 
Attention, c’est du brutal :
 
Nous conseillons aux personnes hypersensibles aux hautes fréquences d’acheter des rouleaux de feuilles d’aluminium destinées à l’emballage des denrées alimentaires. Il existe actuellement des rouleaux d’aluminium présentant une bonne résistance mécanique (Toppits® avec alvéoles de renforcement, largeur 44 cm, rouleaux de 10 mètres).
 
Lorsque la personne doit circuler dans des zones où des champs à hautes fréquences existent, elle glisse sous une casquette ou sous un chapeau (qui peut être élégant) une feuille de cet aluminium modelant le dessus du crâne en forme de casque. […]
 
Elle protège également sa cage thoracique (coeur) en se confectionnant au besoin un sous-vêtement tapissé de feuille d’aluminium ou réalisé avec une coupe de couverture de survie.
 
On pourra, si l’on préfère la confection au fait maison, s’adresser à la société ShieldWorks (Radiation Protection Technology). Ces premiers éléments et ce dernier conseil sont issus du site Teslabel Coordination.
 
On peut aussi trouver sur le site de NextUp comment tapisser sa chambre, sa maison, son lit, son bureau pour se protéger et se faire un chapeau en aluminium très élégant. S’il ne vous fallait cliquer que sur un lien pour vous faire une idée, le revoici.
 
Une fois que l’on est bien convaincu que la soupe électromagnétique peut nous faire mourir, on cherche à savoir si son chez-soi est contaminé. Coût d’une étude : de 200 à 500 €.
Voir ici ou .
 
On peut aussi faire son marché, ou partager de bonnes adresses entre électrosensibles.
 
Concernant les soins et pour finir en beauté dans une émission pipeule entre Raël et les frères Bogdanoff, on trouve : Soigner les ondes nocives grâce à la guérison spirituelle en tant que soin holistique et à la canalisation d’énergie christique (par téléphone).
 
Je vous avais prévenus.
 
On peut rire. Et s’inquiéter en même temps de la façon avec laquelle la science et la méthode scientifique sont triturées, de la façon dont l’information qui devrait rendre compte de la connaissance scientifique ne cherche même plus à distinguer la science de la pata-science, de la façon dont le quidam abandonne son sens critique au profit des opérateurs qui lissent toute aspérité ou de leurs détracteurs qui érigent l’exception en règle. 
 
Ou on peut encore chercher à s’informer raisonnablement en ne prenant rien pour acquis, en prenant quelques précautions d’usage et d’économie (éteindre sa borne WiFi la nuit, utiliser une oreillette, éteindre son mobile de temps en temps…) et en éteignant définitivement son tube cathodique — en un seul geste, tu protèges ta cervelle et ton intelligence.
 
 
Note :
Cet article a été rédigé avec une casquette du Stade Toulousain sur la tête, doublée d’une feuille d’aluminium ménager (on ne sait jamais).
 
__________
 
• Wikipédia : Risques sanitaires des télécommunications
• Organisation mondiale de la santé : Les Champs électromagnétiques — Récapitulatif des effets sanitaires 
• Robin des Toits : Le Rapport BioInitiative
• Charlatants.info : Les faux rayonnements peuvent aussi faire mal 
• Charlatans.info : Le portable et le cancer 
• Charlatans.info : Antennes-relais et rayonnement 
Le Cercle zététique 

Moyenne des avis sur cet article :  3.84/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

91 réactions à cet article    


  • Deneb Deneb 16 avril 2009 10:39

    Un océan de métal en fusion, où régnent la pression et la temperature infernales, on océan avec ses courants, ses tourbillons .... Un dynamo qui produit un enorme champ magnétique, capable d’orienter une aiguille de boussole à n’importe quel point du globe. Ni sur Terre, encore moins dans l’espace les electrosensibleries n’auront de paix...

    snip


    • Alpo47 Alpo47 16 avril 2009 17:47

      Tiens, voilà un article, tout à la gloire de nos industriels. Etonnant... il serait sans doute intéressant de connaitre les liens de l’auteur avec ce milieu...

      En attendant, voici les dernières news de milieux qui ont l’habitude d’anticiper :

      http://www.bakchich.info/Les-mauvaises-ondes-des-compagnies,07394.html


    • J.F. Clet 16 avril 2009 18:06

      Deneb à dit :
      Un océan de métal en fusion, où régnent la pression et la temperature infernales, on océan avec ses courants, ses tourbillons .... Un dynamo qui produit un enorme champ magnétique, capable d’orienter une aiguille de boussole à n’importe quel point du globe. Ni sur Terre, encore moins dans l’espace les electrosensibleries n’auront de paix...
      snip

      Fausse bonne réponse
      Le champ magnétique terrestre est un champ continu, il ne varie pas pendant des périodes humainement mesurables. Les champs E.M. générés par les appareils de télecommunication varient plusieurs millers (ou millions) de fois par seconde, c’est la variation du champ magnétique qui induit un champ électrique.

      Si les champs EM produisent des effets (échaufment, picotment..) un chan constan peu pa


    • Deneb Deneb 16 avril 2009 18:20

      C’est les ondes qui vous ont empéché de terminer la phrase ?


    • San Kukai San Kukai 16 avril 2009 18:39

      @ Alpo


      Vous écrivez :
      Tiens, voilà un article, tout à la gloire de nos industriels. Etonnant... il serait sans doute intéressant de connaitre les liens de l’auteur avec ce milieu…

      Où avez-vous vu dans l’article un seul argument en faveur des opérateurs ?
      Quand je parle dans l’article des opérateurs qui lissent toute aspérité, cela signifie que je chante leurs louanges ?
      Parce que je ne prends pas fait et cause a priori pour les associations de défense des électrosensibles, je ne peux être qu’à la solde des opérateurs ?

      Soyons sérieux, les opérateurs se prennent tout seules les pieds dans le tapis et ont tellement mauvaise presse qu’il est inutile d’en rajouter à leur sujet, les associations de chargent d’eux avec efficacité.

      Ma position n’est pas de dire que les opérateurs sont les méchants et les associations les gentils, ou l’inverse, mais d’essayer de comprendre si les uns et les autres ne sont pas en train de nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Je ne me place pas dans le débat politique, je tente simplement de remettre la situation dans le débat scientifique. Au milieu de tout ça, il y a de vraies personnes qui souffrent et qu’on ne peut pas aider en leur parlant d’omerta française sur les téléphones comme le fait l’article que vous mentionnez.

      La recherche scientifique n’est bien entendu pas limitée à la France s’agissant des études sur les effets des champs électromagnétiques. Vous pourrez vous en rendre compte par vous même en allant sur le site de l’OMS, qui recense l’intégralité des études à ce sujet. C’est sur cette base de données que se fondent les scientifiques qui tentent d’en tirer des conclusions pour la santé humaine.

    • Odal GOLD Odal GOLD 16 avril 2009 20:05

      Alpo47 a écrit : « Tiens, voilà un article, tout à la gloire de nos industriels. Etonnant... il serait sans doute intéressant de connaître les liens de l’auteur avec ce milieu... »

      Tout à fait d’accord !

      Je pense qu’il y a peu de problèmes aussi fondamentaux pour nous que la pollution. Pollution chimique. Pollution de l’ozone. Pollution électromagnétique.

      Dans le film de ARTE « Mâles » en péril », on peut constater qu’en 50 ans les hommes ont perdus la moitié de leurs spermatozoïdes. Les poissons se féminisent, les grenouilles sont atrophiées, etc., etc.

      Le film « Alerte à Babylone » parle de toutes ces pollutions (de l’industrie pétro chimique, de l’industrie pharmaceutique et de l’industrie des communications) qui déglinguent tout ce qui vit, ce que nous mangeons et nous-même.

      Le film « Un avenir sans soleil » nous parle de l’obscurcissement du ciel par la seule pollution, et le thème est impressionnant, même si l’on en parle peu.

      Je pense que pour une fois le « politiquement correct » a parfaitement raison en ce qui concerne la peur de la pollution. Pollution généralisée que nous infligeons à notre planète et à nous-même.

      Il est possible qu’un astéroïde ou qu’un super volcan nous détruise. Il est malheureusement encore plus probable que nous détruisions nous-même par un mode de vie où la pollution (la pollution électromagnétique aussi) emporte tout.

      La rage d’amasser de quelques-uns et le matérialisme de presque tous pourrait bien nous emporter, nous la vie sur terre. La pollution extrême qui nous recouvre progressivement (avec ses cancers, ses allergies, ses mutations génétiques et sexuelles, etc., etc.) n’a rien d’une plaisanterie.

      Finael a écrit dans un autre article : « Je ne sais pas ce que vous penseriez d’un monde sans radio, sans télévision, sans téléphone portable, sans radars pour les aéroports ... et sans électricité car votre maison est parcourue de fils qui émettent ces mêmes ondes. J’avoue en avoir assez des repreneurs de thèmes à la mode qui ignorent de quoi ils parlent… »

      E t’est bien notre mode vie et nous même, qu’il nous faudrait radicalement repenser et changer.

      (Même si je pense que cela ne se fera pas)

       




    • J.F. Clet 16 avril 2009 22:47

      Si les champs EM produisent des effets (échauffement, picotement ?) un champ magnétique constant ne peut pas induire de champ électrique, donc d’éffetséventuellement nocifs.

      D’un autre côté, a-t-on fait des essais pour voir si certains animaus soupçonnés de percevoir les champs magnétiques (oiseaux migrateurs ?) sont sensibles aux effets dees chapms EM ?



    • J.F. Clet 16 avril 2009 22:47

      non, mais des travaux de jardinage.


    • San Kukai San Kukai 17 avril 2009 02:16

      @ Odal GOLD


      Vous semblez être d’accord avec le commentateur précédent pour dire que mon article est tout à la gloire des industriels. Pourriez-vous donner un seul exemple de cette affirmation ?

      Quant à mes liens avec ce milieu, il est bien entendu que je suis le fils de Monsieur Essefaire et de Madame Orange et que j’ai épousé une des filles Bouygues. Nos enfants s’appellent Antena et Mobilo et notre chien, Lobe frontal.

      Dites donc, les extralucides à deux balles, entre le blanc et le noir, il y a toute la palette chromatique. On peut être politiquement contre les industriels de la téléphonie — leurs ententes illicites, leurs tarifs excessifs, leur candeur virginale et leur mémoire sélective dès qu’on leur parle de la nuisance supposée des ondes — et on peut en même temps réagir quand les opposants des industriels tentent de faire passer un point de vue militant pour de la science. Quand mes copains disent des conneries, je leur donne mon avis.

      Ici, d’un point de vue humain, je suis du côté de ceux qui souffrent. Et je pense que le buzz fabriqué par ceux qui disent vouloir les défendre n’est pas étranger à cette souffrance. Et je vois que ceux qui prétendent présenter une vue complète et objective de la recherche scientifique n’en montrent qu’une sélection arbitraire. Et je déplore que des magouilleurs du dimanche montent des business autour de la peur.

      Ma conviction est que la connaissance et le développement de l’esprit critique permettent à l’homme de se libérer de ses peurs et de ses dépendances. Et par expérience, que ce que l’on apprend par la télévision est la moins bonne des façons pour s’instruire et se forger une opinion raisonnable. Regardez moins de films apocalyptiques, Odal, ouvrez des bouquins en commençant par Condorcet, puis parcourez Jacquard, Hugo, Kant, Descartes, etc. Gageons que la fin du monde s’éloignera au fur et à mesure de vos lectures.

    • Deneb Deneb 17 avril 2009 09:07

      Si les ondes sont si puissantes, pourquoi personne n’a pensé à produire de l’energie (renouvellable) à partir de cette force ? Par exemple, un téléphone portable sans pile qui « parasite » ses voisins pour fonctionner...


    • appoline appoline 19 avril 2009 20:08

      Les ondes : ça explique le comportement et les parôles du pimpin de Charly hebdo ; Vals, c’est ça ? La durée d’exposition a été mal calculée, les séquelles sont flagrantes, je ne pensais pas que ça pouvait faire autant de dégâts.


    • San Kukai San Kukai 19 avril 2009 20:12

      J’ai pas capté, Appoline… 

      Ça doit être parce que je passe sous un tunnel… Vous pouvez développer un peu le contexte, svp, parce que là… Ô.Ô

    • appoline appoline 20 avril 2009 15:14

      @ San Kukay,
      N’y voyez pas mâlice, très cher, chez Val peut-être y a t-il eu une overdose de p’tites ondes pour le perturber ainsi. C’est peut-être la raison pour laquelle il ne peut blairer internet. Quel triste sire.


    • Alain Jules 16 avril 2009 10:52

      excellent article.

      Puis je faire condamner les constructeurs automobiles à cause de la peur que j’ai des bagnoles ?peur justifiée puisque y’a 6000 morts par an en France,sans compter ceux dû à la pollution des gaz d’échappements ? l’angoisse crée par le seul fait de la vente et mise en circulation des bagnoles est réelle ! ce serait comique

      l’électrosensibilité est un business, vous faites bien de le rappeler


      • San Kukai San Kukai 20 avril 2009 02:03

        Tiens, en parlant de business, le spray anti-ondes électromagnétiques, vous connaissiez ?



      • Gasty Gasty 16 avril 2009 13:27

        Lorsque j’étais jeune, les téléviseurs n’étaient pas très bien protégés contre les parasites extérieur. Il y avait deux chaines, la une en 819 lignes puis l’arrivée de la deux en 625 lignes. La une devait diffuser sur une fréquence de 300 à 400 MHZ et la deux entre 600 et 800 MHZ.

        Le passage sur la deux, provoquait pour moi un sifflement dans les oreilles très désagréable. Lorsque je demandais aux autres si ce sifflement ne les dérangeait pas , on me répondait « Quel sifflement ? ».

        Voilà mon témoignage, si quelqu’un peut me dire avoir entendu ces sifflements, j’en serais ravi.
        Aujourd’hui ce sont des acouphènes...enfin je crois, on s’y fait !


        • Zalka Zalka 16 avril 2009 14:06

          Ce sifflement n’est entendu que par les jeunes.

          Avec l’âge, l’ouïe perd de sa sensibilité. En général, vers 25-30 ans on n’entend plus ce sifflement.

          C’est d’ailleurs sur ce principe qu’ont été créé les sonneries de portables indétectables par les profs ainsi que les éloigne jeune.

          Bien sûr la limite d’âge pour entendre ces fréquences est extrèmement variable d’une personne à une autre.


        • foufouille foufouille 16 avril 2009 17:21

          @ gasty
          quand une vieille tele marche, on entend aussi un sifflement
          la frequence est, je crois, 17.6 khz
          en plus le son est faible, il faut donc des oreilles d’animal


        • Jordan Jordan 16 avril 2009 17:52

          @ Zalka
          Les acouphènes ne sont pas une maladie, mais un symptôme très souvent relié à une perte d’audition. Selon l’une des hypothèses avancées par les spécialistes, ce serait un « signal fantôme » généré par le cerveau en réponse à un endommagement des cellules de l’oreille interne (voir la section Facteurs de risque, pour plus de détails). Une autre hypothèse repose sur une dysfonction du système auditif central. Une cause génétique est aussi envisagée. Rien a voir avec les ultras son


        • Gasty Gasty 16 avril 2009 18:47

          @ Zalka

          Merci. Je n’avais pas fait le rapprochement avec les sonneries « ultrasonnerie » et les appareils pour éloigner les jeunes. Des ultrasons émis probablement sur la fréquence qu’annonce foufouille , appareils de l’époque pas très blindés aux émissions parasites.

          @ Jordan

          Mes acouphènes me font penser à ce sifflement.


        • foufouille foufouille 16 avril 2009 20:02

          @ gasty
          rien a voir avec le blindage
          c’est le tube ou les composant qui emette cette frequence

          les acouphenes sont en fait a la limite de l’audition. c’est pourquoi ca siffle. tous les bruits au dessus de la limite siffle
          avec le temps ca passe si on ecoute les sons tout bas en essayant de « tendre » ses oreilles


        • jacques jacques 17 avril 2009 10:59

          ce sifflement produit par les anciens téléviseurs étaient du au transfo THT qui faisait vibrer ses tôles de protection.Aujourd’hui la technologie a changé et on utilise des tripleurs de tension qui n’ont plus besoin de cette protection(pour les dernier tv à tube cathodique).
          Pour info ,il y a quelque années les parents d’enfants autistes étaient considérés comme à l’origine du problèmes avant d’autres progrès scientifiques fassent un lien avec la maladie ,et je laisse l’auteur de cette article rire avec ceux qui riaient quand certain ont prétendu que la terre était sphérique et qu’ils imaginaient ceux d’en dessous se ternir à la terre pour ne pas tomber vers le ciel.
          Les gens malades le sont réellement la cause ,ils l’attribuent aux ondes ,c’est potentiellement possible et ça mérite notre respect.


        • San Kukai San Kukai 17 avril 2009 11:46

          @ Jacques

          Dans l’article, je n’ai ri ni de la recherche scientifique, ni des malades. En revanche, les charlatans qui vendent des slips en résille métallique et des patches annulant les ondes nocives (mais pas les autres) des téléphones portables me font marrer.


          Vous dites que les gens malades (les électrosensibles) sont réellement malades ; je n’ai pas dit autre chose. Leurs pathologies sont avérées.

          Vous dites qu’ils attribuent la cause de leur maladie aux ondes ; pas mieux. À la nuance près (et elle est de taille) que les études tendent à montrer que c’est la peur des ondes (et non les effets biologiques des ondes) qui généreraient ces symptômes. 

          De nombreux cas ont été rapportés de personnes se disant électrosensibles et présentant des symptômes variés, attribuant leurs maux aux antennes qui venaient d’être installées près de chez elles, alors même que celles-ci n’étaient pas encore branchées — mais comme ces témoignages peuvent être sujets à caution et ne sont pas scientifiques, je ne les ai pas retenus dans l’article.

          Vous dites enfin que c’est potentiellement possible et c’est tout l’objet du débat scientifique actuel. La communauté scientifique est en train de plancher sur ce potentiellement possible pour tenter de parvenir à une quasi certitude concernant l’innocuité ou la dangerosité des ondes radio dans un usage quotidien. Aujourd’hui, les méta-études concernant l’électrosensibilité concluent généralement à une absence de corrélation entre les émissions d’ondes radio des antennes-relais et les pathologies dont souffrent les personnes se disant électrosensibles. Elles demandent pourtant que des recherches complémentaires soient entreprises pour lever des ambiguïtés, notamment en ce qui concerne la reproductibilité de certaines expériences.

          Il n’en va pas de même pour les utilisateurs intensifs de téléphones portables. Pour ces derniers, des études récentes (qui sont mises en parallèle et étudiées par la communauté scientifique) tendraient à indiquer qu’il existe une piste potentielle s’agissant de certains cancers. Mais là, on n’est plus dans l’expérimentation sur les causes de l’électrosensibilité, on est dans la recherche et l’analyse statistique en cancérologie.


          À ce sujet, l’Institut national du cancer conclut dans son dernier communiqué à ce sujet :
          Aucune preuve scientifique ne permet aujourd’hui de démontrer que l’utilisation des téléphones mobiles présente un risque notable pour la santé, que ce soit pour les adultes ou pour les enfants.
          Il parle bien d’absence de preuve d’un risque, non de la certitude d’une innocuité. C’est la raison pour laquelle la recherche tente de faire le lien entre ce que l’on sait des incidences des ondes radio en laboratoire et la vie quotidienne de tout un chacun. Nombreux sont les scientifiques qui attendent à ce sujet les conclusions de l’étude Interphone.

        • Halman Halman 19 avril 2009 11:39

          Zalka c’est n’importe quoi, il faut arrêter de regarder les reportages débiles à la télé et d’y croire.

          Les jeunes ont une perception du spectre sonore beaucoup plus large que les vieux.

          Arrivé à un certain âge la sensibilité aux hautes fréquences diminue.

          Cela ne veut pas dire cette phrase débile « les jeunes entendent un sifflement... ».

          A 20 ans on entend aussi bien les 20 hertz que les 20 000 hertz.

          A 60 ans les 15 000 sont limite audibles.

          En gros, car il faut bien être conscient que cela varie considérablement d’une personne à l’autre.

          Moi à 47 piges j’ai la chance d’entendre encore les 20 000 hz. Parce que jeune je ne me suis pas explosé les tympans avec mon walkman et que je ne me suis jamais exposé à des métiers bruyants. Je n’ai jamais accepté de travaillé dans les forges des usines.


        • Halman Halman 19 avril 2009 12:05

          Jacques, il y différentes formes d’autismes, comme différentes formes de dépressions et d’acouphènes.

          Il y a les autismes et les dépressions physiologiques, dues à une malformation ou à un problème physiologique du cerveau. Trop ou pas assez de connexions neuronales à certains endroits, trop ou pas assez de neurotransmetteurs spécifiques, etc.

          Et il y a les autismes et les dépressions causées par des traumatismes, des épreuves insupportables, des épuisements nerveux et émotionnels, des trop grandes sensibilités émotionnelles qui font que le sujet se renferme plus ou moins profondément dans son monde pour se protéger. Jusqu’à ne plus supporter le moindre bruit où la moindre présence à une certaine distance par exemple.

          Ce n’est pas physiologique et cela peut parfaitement être dû à des parents insupportables et traumatisants.

          J’ai le cas dans ma famille. Un cousin qui était parfaitement normal jusqu’à ce qu’il ne supporte plus le comportement épouvantable de ses parents et développe des symptômes l’handicapant vers 20 ans. Des gens qui lui imposaient tous les jours des cours du soirs et des cours particuliers jusqu’à 23 heures, toute la journée le samedi et le dimanche matin. Activité à but éducatif le dimanche après midi. Résultat, même un cerveau d’enfant normal ne peut supporter cela sans dégats plus ou moins important. Déjà vous adulte le supporteriez vous ?


        • gommette 16 avril 2009 13:42

          Info : la revue « science et pseudo-science » n’est qu’une émanation du lobby nucléaro-chimico-industriel représenté par l’AFIS.


          • San Kukai San Kukai 16 avril 2009 14:39
            Merci pour cette information. Pourriez-vous donner vos sources à ce sujet ?

          • bright nantes michel naud 17 avril 2009 11:52

            Bonjour San Kukai,
            Rassure-toi, la réaction de cet internaute est malheureusement assez classique ; si tu démontes les croyances en des capacités paranormales tu es un affreux scientiste ; si en plus ce que tu dis se trouve gêner des prophètes de l’apocalypse (par exemple sur les ondes électromagnétiques) ton scientisme se double d’une allégeance aux lobbies industriels qui empêchent la vérité d’apparaître au grand jour en contrôlant les publications avec la complicité des institutions publiques ; et si en plus tu interviens sur des sujets touchant à la génétique ou aux biotechnologies ton scientisme chimico-industriel se double d’une accusation d’être le cheval de troie de l’eugénisme nazi.... Il est plus facile de tenter de disqualifier son contradicteur que de répondre par des arguments.

            Pour répondre maintenant quant au fond ; dans les débats publics (ondes électromagnétiques, biotechnologies, nucléaire, nanotechnologies, pratiques thérapeutiques, etc.) une règle s’impose progressivement parmi les ONG (dont l’AFIS) qui s’y investissent : cette règle c’est la transparence ; il y a même un baromètre de la transparence des ONG, à l’initiative de la fondation prometheus, pour celles qui interviennent dans le champ environnemental et participent à l’élaboration de la décision publique - par exemple en participant à un « Grenelle » de l’environnement - ; l’AFIS est une association 100 % constituée de bénévoles et qui ne participe à aucun de ces processus ; néanmoins elle intervient dans le débat public et s’est auto-imposée la transparence.

            Donc, si tu veux savoir ce que c’est que l’AFIS, qui est membre de ses instances décisionnelles avec un résumé biographique individuel, quel est le budget de l’association et l’origine des fonds, le bilan de ses activités, etc. Tu n’as qu’à te reporter à la page « gouvernance et transparence » du site qui a justement été construite pour que tout internaute trouve sans difficulté tout sur l’AFIS : http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article868 ; il est vrai que quand nous parlons de l’astrologie, des crop-circles, ou du créationnisme on nous cherche moins de poux dans la tête ; mais notre premier objectif, depuis 1968, année de la création de l’AFIS et de sa revue, reste d’éclairer l’interface entre l’avancement des sciences et des techniques et la société, et ce d’autant plus lorsque des innovations sont tout à la fois source d’amélioration des conditions matérielles d’existence des êtres humains mais aussi source d’inquiétude pour un certain nombre d’entre eux. Nous essayons de mettre un peu de raison dans des discussions, la preuve en est une fois de plus, où les charges émotionnelles sont importantes.

            (je ne te l’ai pas encore dit : je suis l’actuel président de l’AFIS, et donc le directeur de publication de la revue Science et pseudo-sciences, revue trimestrielle réalisée à 100 % par des bénévoles, disponible sur abonnement et chez les marchands de journaux, et donc le numéro actuellement en vente est justement consacré à « ondes électromagnétiques : mythes, peurs et réalités »)


          • San Kukai San Kukai 17 avril 2009 12:41

            Bonjour Michel et merci beaucoup pour ce commentaire.


            La réaction de cet interlocuteur ne me chiffonne pas plus que cela. J’ai juste fait une réponse aïkido : si tu affirmes un truc, je demande ta source et on en discute une fois que tu l’as produite. Sans éléments que l’on peut étudier ensemble, il n’y a pas de discussion possible. À partir de là, ça ne me dérange pas plus que ça de discuter avec des scientifiques, des gourous et des sorciers, voire avec des représentants des opérateurs ou des militants de Robin des Toits. Bien au contraire, c’est de la discussion que jaillit la lumière, tant que l’échange reste civilisé et argumenté de façon factuelle.

            J’ai eu droit à quelques réactions semblables à celle de gommette dans les commentaires de cet article, où l’un ou l’autre a susurré que je pouvais éventuellement avoir des intérêts secrets chez les opérateurs. Là encore, j’ai demandé ce qui dans l’article leur permettait de parvenir à de telles conclusions. Pour l’heure, je n’ai reçu aucune réponse.

            Je connais l’AFIS et j’avais lu attentivement la présentation de ton association et fait des recherches sur ses membres, leurs travaux, etc. Lecteur de longue date de Courrier international et par conséquent Mosanto-sensible (position avant tout politique), j’avais été assez circonspect sur votre position lors des débats sur les OGM. Pas tant s’agissant de votre approche scientifique et des débats que vous aviez mis en ligne et qui avaient particulièrement éclairé ma lanterne, que de la façon dont le départ de Marcel-Francis Kahn avait fini en jus de boudin, ce que je regrette beaucoup. C’est mon seul scrupule (petit caillou dans la galligae) s’agissant de l’AFIS, parce que je porte aux nues les positions de Kahn s’agissant de l’homéopathie comme patamédecine.

            Pour revenir à nos moutons, il y a un lien dans l’article qui dirige le lecteur vers Sciences et pseudo-sciences et le numéro en vente actuellement est mentionné, en particulier l’article de Krivine sur BioInitiative. J’avais prévu de l’acheter cet après-midi.

            En tant que pastafarien, je ne peux malheureusement pas adhérer au mouvement des brights (au sujet desquels tu pourrais pondre un article sur AV), mais je prie tous les jours pour que votre mouvement lumineux connaissent un succès au moins comparable à notre religion parfaite.

          • bright nantes michel naud 18 avril 2009 08:49

            Salut tatoi (bis du fait de l’incompatibilité démontrée du copier-coller de word...),

            Je te disais que les commentaires de ta contribution ne sont probablement pas le lieu le plus approprié pour parler de la monsanto-sensibilité de la fraction gauche de la sainte église du monstre en spaghetti volant smiley mais je suis évidemment ouvert à la discussion sur la base des arguments.

            Plus encore que la question des ondes électromagnétiques, la querelle des ogm en Europe comme celle sur le réchauffement climatique aux USA sont à mon sens l’illustration de l’absolue nécessité, pour la démocratie, de la restauration de l’intégrité scientifique dans l’élaboration des décisions politiques.

            Il faut en effet se garder de la confusion des ordres : le vrai et le faux (le champ scientifique) ne sont pas du même ordre que le souhaitable et le non souhaitable (le champ politique ou éthique).

            Le fait que telle variété végétale biotechnologique ait un impact sanitaire et environnemental moindre (caractérisation factuelle) que son équivalent conventionnel n’est pas suffisant pour délivrer l’autorisation de sa culture ; c’est bien sûr suffisant pour qu’une agence (telle que l’Afssa en l’occurrence pour mon expérience de pensée) remette un avis positif : on fait appel à son expertise pour l’évaluation scientifique des données factuelles ; mais cette expertise n’est pas suffisante pour déboucher sur une autorisation : l’autorité politique prend en compte, légitimement, d’autres facteurs ; l’acceptabilité par la population ou les rapports de force politiques sont de tels facteurs, variables dans le temps.

            La légitimité scientifique c’est le savoir, quand la légitimité politique, dans nos démocraties, c’est l’élection. Confondre ces légitimités est dangereux pour la démocratie.

            Une critique importante dans le dossier des ogm est que le comportement de nombre d’acteurs politiques témoigne d’un scientisme perverti.

            Le scientisme usuel est de croire, à tort, que parce que c’est scientifiquement inoffensif cela suffit pour établir que cela doit être politiquement validé : et bien non, cela suffit pour établir qu’il n’y a pas de fondement scientifique à une interdiction - et il peut y avoir d’autres fondements - , et tu verras que l’Afis n’a jamais dit autre chose, aujourd’hui comme lors du « grenelle », qu’il n’y a pas de fondement scientifique à la suspension du Mon810 - car nous ne parlons pas des ogm en général, dire que les ogm seraient inoffensifs ou dangereux n’a pas plus de sens que de dire que les champignons en général sont comestibles ou vénéneux -.

            Le scientisme perverti consiste à vouloir, contre toute évidence, chercher des appuis scientifiques qui n’existent pas, et donc promouvoir des données pseudoscientifiques ou inappropriées, pour donner du poids à une décision politique qui a été prise pour d’autres raisons. Le dernier cas en date pour les ogm est la décision du gouvernement allemand de suspendre la culture (homéopathique chez eux : 4000 hectares seulement) du maïs Mon810 en affirmant avec force que ce sont pour des raisons scientifiques et non des raisons politiques smiley...

            C’est d’ailleurs amusant que la critique de la science et de la technique, de la « technoscience », qui accompagne souvent les discours ogmophobes ou électricomagneticosceptiques est dans le même temps à la recherche désespérée d’un soutien scientifique à l’appui de sa critique...

            On peut parler aussi du réseau des brights (et non du « mouvement » : on n’adhère pas aux brights ; c’est une non-organisation ; il n’y en a aucune expression collective et il est prévu dans la charte qu’elle ne sera pas recherchée) et de la sainte église du spaghetti volant smiley mais je crains que l’on ne s’éloigne encore plus du sujet de ta contribution.

            Porte toi bien,

            Michel


          • San Kukai San Kukai 18 avril 2009 10:25

            Bonjour Michel,


            Merci beaucoup pour ce billet qui dépasse largement le simple cadre des OMG et peut parfaitement s’appliquer aux ondes des antennes-relais.

            Dans les arguments non-scientifiques utilisés par les détracteurs des antennes, il y a :
            • Les assureurs n’assurent pas les risques des antennes-relais, donc elles sont dangereuses pour la santé humaine.
            • Certains pays ont abaissé les seuils d’émission des antennes-relais, c’est bien parce qu’il y a un danger.
            • Les juges nous ont donné raison dans trois affaires, c’est la preuve que les ondes sont nocives.
            • La presse se fait largement l’écho de notre combat, c’est la preuve que nos arguments sont bons.
            • L’Académie de médecine s’est déjugée sur l’affaire de l’amiante, on ne saurait lui faire confiance par conséquent en ce qui concerne les ondes radio.
            • Il existe une incompatibilité entre certaines normes techniques, donc il y a un risque prouvé pour la santé humaine, etc.
            Ce sont de fausses déductions, qui d’un strict point de vue scientifique ne peuvent être reçues comme des preuves.

            Le militantisme (dont les intentions peuvent être tout à fait honorables par ailleurs) ne peut se satisfaire de la réponse et de la démarche scientifique ; il voit une urgence alors que la science réclame du temps pour parvenir à une certitude. Pour satisfaire sa notion d’urgence, il grappille çà et là les études scientifiques dont les résultats paraissent bénéfiques pour sa cause, amalgame des faits et des opinions, des déductions hasardeuses, des témoignages tronqués, et fait de tout cela une pelote inextricable dont le politique ne saurait se dépêtrer.

            Le politique a alors deux solutions :
            • Soit il fait appel à un comité d’experts (dont la légitimité sera systématiquement démontée, notamment par ceux qui n’en font pas partie) qui rendra un avis scientifique,
            • Soit il rend un avis politique allant dans le sens du courant médiatique (en pensant peut-être un peu à son siège et aux élections futures).

            J’abonde tout à fait dans ton sens s’agissant de la nécessité de bien faire la part des choses entre ce qui est de l’ordre de la connaissance scientifique et ce qui ressort de la responsabilité politique.

            Avec mes considérations les plus lumineuses.

          • quen_tin 19 avril 2009 23:20

            Le scientisme c’est surtout une sur-estimation de nos connaissances scientifiques, de leur complétude, une sous-estimation de l’imprévisibilité inhérente à un domaine d’étude (et bien connue de la science) et en particulier dans les domaines ou la complexité est de mise. Je dirais que le scientisme, c’est se croire objectif quand on ne l’est pas, et que c’est finalement une position (une « foi ») irrationnelle.

            Je pense sincèrement que la méthode scientifique est la seule qui puisse construire une véritable connaissance objective, mais ça ne signifie pas pour autant que nos connaissances soient à ce jour complètes et illimités.

            Dans le cas des OGM par exemple : il est notoire que les scientifiques étudiant les écosystèmes dans leur ensemble sont généralement moins optimistes quand aux risques potentiels de l’introduction de ces organismes sur l’environnement que les biologistes dont l’objet d’étude est l’organisme vivant en lui même. Pour être réellement objectif, il faut tenir compte des deux points de vue.

            Si on peut faire un reproche à l’AFIS, c’est d’être parfois à la limite du parti pris tout en se réclamant de l’objectivité scientifique. Par exemple je ne comprend pas bien pourquoi l’association publie un certain nombre de points de vues sceptiques par rapport au réchauffement climatique (en invoquant le doute scientifique) mais ne fait pas part du moindre « doute scientifique » concernant l’inocuïté du Mon810 ou d’autres OGMs. Je n’ai pas l’impression que cette position (doute pour le climat et certitude pour les OGMs) reflète particulièrement bien la position des scientifiques en général.

            Ceci dit la promotion de l’esprit scientifique reste une activité d’utilité pulique...


          • Cogno2 16 avril 2009 15:13

            @ Deneb

            Le champ magnétique terrestre n’a jamais fait grésiller mes enceintes au point que je doive les éteindre, ce qui se produit quand le téléphone portable de mes voisins sonne.
            La vie sur terre est née avec le magnétisme de l’environnement, mais pas avec les rayonnement micro onde et autres champs électriques d’origine humaine.

            @ l’auteur

            Pour ce faire, elles se sont fondées sur des rapports scientifiques qu’elles considèrent comme définitifs, abandonnant pour les besoins de la cause le sens critique et la méthode scientifique qui devraient prévaloir en pareille circonstance.

            La raillerie n’est pas un argument, le saviez vous ?

            Fut un temps ou l’on considérait les radiation comme un remède miracle, (préparation au radium), le tabac aussi était considéré comme bénéfique pour la santé, etc.


            • San Kukai San Kukai 16 avril 2009 16:13

              Merci pour cette réaction.

              Nulle raillerie dans mes propos, je n’ai fait que reprendre des arguments lus. Si le ton paraît sarcastique c’est involontaire, je le voulais simplement incisif (cependant, je ne trouve pas grand-chose de méprisant ou de railleur dans cette phrase). Je vous renvoie à la page de présentation du rapport BioInitiative par l’association Robin des Toits pour vous rendre compte par vous-même :

              Le verdict de la science libre, sans lien financier ou public, est définitif. 
              Sur le plan scientifique, il n’y a plus de débat.
              La toxicité de la téléphonie mobile est un fait établi
              .


              Donc, cette association qualifie bien le rapport de définitif, ce qui est totalement antinomique avec la méthode scientifique. Elle affirme qu’il n’y a plus de débat, ce qui ne permet plus le sens critique et provoque l’abandon de la démarche scientifique. Je n’ai dit que cela.

              Il s’agit donc de ma part d’un commentaire d’une prise de position d’un organisme qui affirme ne plus vouloir respecter la démarche scientifique. On entre alors dans la politique ou le militantisme (ce que j’appelle les besoins de la cause), parfaitement respectables par ailleurs, mais qui en l’occurrence ne peuvent plus se recommander de l’approche et de la légitimité scientifiques.

              Nous sommes ici sur un sujet de santé publique. Des personnes se disant « électrosensibles » souffrent d’affections réelles. Sur la foi de leurs témoignages, de nombreux organismes publics et privés de recherche scientifique font des études et des expériences pour comprendre si oui ou non leurs troubles sont causés par des appareils émetteurs d’ondes radio, utilisés dans un cadre quotidien. Chaque étude est passée au crible de comités de lecture, critiquée par la communauté scientifique à la recherche de biais de processus ou d’interprétation. Ainsi, les membres du groupe BioInitiative publient-ils régulièrement des critiques sur des études qui leur semblent incomplètes. Ces critiques ont toute légitimité dans un contexte de recherche scientifique, où la confrontation des données, le sens critique et la reproduction des processus sont les éléments principaux pour parvenir à des consensus largement partagés.

              En matière de nuisances des ondes produites par les antennes-relais, nous sommes loin d’en être au consensus. Il est justement indispensable de conduire des études complémentaires afin de confirmer ou d’infirmer les résultats actuels, que ceux-ci proviennent des membres de BioInitiative ou d’autres organismes publics, para-publics et privés. Il est par conséquent infondé et non-scientifique de déclarer que ce rapport est définitif, indépendamment par ailleurs de la qualité des études qu’il collationne.

              Pour rappel, quand il est écrit que le rapport est bâti sans lien financier ou public, c’est bien évidemment faux. Parmi les 1 500 études reprises par le rapport, on trouve des expériences financées par le public comme par le privé. On ne bâtit pas une expérience qui engage un groupe de chercheurs, du matériel, des locaux, des participants, ex nihilo, sans soutien financier.

            • Faith 16 avril 2009 19:34

              @Cogno2 : "Fut un temps ou l’on considérait les radiation comme un remède miracle, (préparation au radium), le tabac aussi était considéré comme bénéfique pour la santé, etc."
              Certes... il fut également un temps où on considérait que la Terre était ronde, que les mammifères sont issus de la rencontre entre deux gamètes ou que le cuivre est un bon conducteur d’électricité... Faut-il continuer l’énumération ?

              Bref, ça ne saurait être un argument.


            • Deneb Deneb 16 avril 2009 16:02

              Cogno2 : Le champ magnétique terrestre n’a jamais fait grésiller MES enceintes.
              Vous avez raison, le portable bousille les enceintes (pas plus que du death metal, cependant). Vous devriez poursuivre Orange pour vandalisme.


              • foufouille foufouille 16 avril 2009 17:23

                le grindcore ca fait plus de bruit


              • non666 non666 16 avril 2009 16:08

                Il reste quand meme un certain nombre de faits certains :
                Les cancers des testicules et du cerveau ont connus de brusques accelerations les années qui ont suivies la montée en puissance du developpement de la telephonie mobile dans les pays ciblés.
                Cela a commencé au Japon, et se poursuit partout ailleurs dans le monde.

                Les militaires, les techniciens de laboratoire travaillants dans les milieux des recherches radar , faisceau hertziens et antennes se protegent depuis des années.
                Les naissances de filles y sont observées plus nombreuses dans ces milieux qu’ailleurs.
                les types de cancer indiqués y sont egalement plus nombreux.

                Alors apres, on peut rigoler....
                Mais les lois europeennes prennent en compte depuis des années la polution electromagnetique, en imposant, par exemple, des surfaces « blindées » aux PC.
                Ces surfaces doivent etre otées quand on rajoute un nouvel element (disque dur , par exemple)
                Concretement, les pc ont desormais construit comme des cages de faraday pour enfermer les ondes qu’ils emettent...
                Vous riez toujours ?
                Et oui, les gars, ceux qui s’amusent a demonter les caches de leurs pc pour se donner un air geek-bidouilleur s’exposent sans se rendre compte au rayonnement de leur PC.

                Malgrès les informations, la société a attendu des decennies avant d’interdire l’amiante, puis de traiter le probleme posé.
                Dans certains pays, on utilise meme de faux attentats pour s’eviter de gerer le desamiantage de tours jumelles geantes....

                Pour la polution electro-magnetique, le probleme a juste quelques decennies de retard encore. Sachant que les grands noms qui controlent la telephonie mobile sont aussi derriere les noms des groupes qui controlent les medias, on ne peut pa dire que l’information soit très objective. Les enquetes menées ont pour l’instant presque toute été financées par les operateurs eux memes (juges et parties....). L’OMS n’est qu’un des innombrables lobbies de cette guerre qui par le passé s’est aussi illustrée pour servir les interets de certains grands groupes pharmaceutiques.

                Mais je suis pret a mettre mes couilles sur la table.
                On en reparle dans quelques mois ?
                Il y a des VRAIES enquetes independantes qui sont en train d’etre menées en Suede et en Allemagne. On verra bien si elle sont diffusée sur TV-Sarkozy (heu TF1 ou TF Bouyghes ça s’appelle en vrai...)





                • San Kukai San Kukai 16 avril 2009 16:47

                  Merci pour ces éléments.


                  Vous écrivez :
                  Les cancers des testicules et du cerveau ont connus de brusques accelerations les années qui ont suivies la montée en puissance du developpement de la telephonie mobile dans les pays ciblés.

                  Dans ma religion, le Pastafarisme, on prouve scientifiquement que l’augmentation des températures est liée à la diminution du nombre de pirates. C’est scientifiquement prouvable : sur une feuille de papier, dessinez une courbe qui descend (le nombre de pirates dans le monde) et une autre courbe qui monte (c’est l’élévation de la température). Sur le plan de la foi, ça se tient, mais scientifiquement, c’est ce que l’on appelle une fausse corrélation.


                  Les militaires, les techniciens de laboratoire travaillants dans les milieux des recherches radar

                  Oui, les ondes radio ont une incidence sur les organismes vivants. Personne ne le niera (sans doute même pas les installateurs d’antennes). C’est justement la raison pour laquelle il est fixé des normes d’utilisation à des seuils très inférieurs à ce qui a été constaté comme limite mini expérimentalement. Sommes-nous encore à des seuils trop élevés ? C’est tout l’enjeu du débat d’un point de vue scientifique. (D’un point de vue politique, on peut faire appel au « principe de précaution » en abaissant les seuils dès maintenant, mais ce n’est pas de la science, c’est politique — ce qui ne veut pas dire que c’est mal pour autant.)

                  Mais ici se pose un problème. Les associations qui protègent les personnes électrosensibles demandent un abaissement des normes actuelles à 0,61 V/m. Or, certaines personnes qui se disent électrosensibles affirment souffrir de la présence des champs électromagnétiques à des seuils encore inférieurs. Quand s’arrête-t-on ?


                  Alors apres, on peut rigoler…

                  Je ne ris ni des personnes dites « électrosensibles », ni des incidences possibles des ondes radio sur la santé. Ce qui me fait en revanche totalement gondoler, c’est la cohorte de chupópteros et autres vampires de la peur, avec leurs casquettes blindées et leurs culottes en résille métallique.

                  Vous parlez du danger des ordinateurs désossés et vous avez raison. Un appareil est testé dans des conditions d’utilisation courante, doté d’équipements et de protections qui permettent de garantir la sécurité de son utilisateur. Après, c’est comme tout appareil on peut retirer les protections et voir comment ça fait. Y’en a qui ont essayé, ils ont eu des problèmes.

                  Sur le scandale de l’amiante, lire l’article de Wikipédia. Une des façons d’éviter qu’il se répète est la mise en commun de toute la littérature scientifique de la recherche sur les nuisances des ondes radio ; ce que fait l’OMS qui met à disposition de tous une base de donnée exhaustive sur la recherche concernant les champs électromagnétiques.

                  Concernant vos autres arguments, il s’agit de points de vue politiques que je ne commenterai pas.

                • Halman Halman 19 avril 2009 12:33

                  Tout à fait non666.

                  Depuis toujours les boitiers des ordinateurs sont de véritables cages de Faraday, du moins pour les constructeurs sérieux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès