Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Najat Belkacem sa haine du latin et... des mathématiques

Najat Belkacem sa haine du latin et... des mathématiques

Si vous voulez je suis élitiste, un pseudo intellectuel et un passéiste mais je vous em...

 Aujourd’hui avec la réforme des collèges annoncée par Mme Najat Belkacem, l’heure est grave, les professeurs de mathématiques en collège sont au bord d’un grand découragement. L’enseignement des mathématiques au collège est en passe d’être anéanti en même temps que les classes bilangues et que l’enseignement du latin mais dans un silence absolu sans qu’aucune voix ne s’élève pour le défendre. Bref c’est l’école de l’exigence et de la transmission des savoirs qui vacille au profit d’un centre de loisir low cost.

 De quel massacre s’agit-il ?
 Depuis que j’enseigne, nous (professeurs de mathématiques) déployons dans les collèges tous nos efforts pour rendre les mathématiques plus ludiques, plus concrètes, plus en interaction avec les autres disciplines et nous intégrons de plus en plus l’histoire des mathématiques dans nos cours ainsi que les nouvelles technologies. Ceci est utile, nécessaire, important mais ce n’est pas non plus l’alpha et l’oméga de l’enseignement des mathématiques. Tout comme pour la grammaire, il convient pour faire des mathématiques d’avoir des connaissances, de connaître des techniques, d’apprendre et de s’entrainer à raisonner. Bref un temps disciplinaire et un temps d’exercices n’hésitons pas à le dire répétitifs sont nécessaires (je sais aujourd’hui on appelle cela de la barbarie). N’en déplaise à notre ministre, pour progresser en mathématiques il est nécessaire d’apprendre, de travailler et de fournir des efforts ! Comment maîtriser le calcul sans s’entrainer à en faire ? Comment savoir résoudre une équation sans s’entrainer à en résoudre ? Comment faire de la géométrie sans connaître les éléments de base, les principaux théorèmes ? Les exemples sont innombrables.

 Madame la ministre entend diviser par deux les horaires disciplinaires de mathématiques au collège en rendant obligatoire d’effectuer durant le temps d’enseignement de l’aide individualisé et des projets interdisciplinaires. Sans polémiqué sur l’intérêt de l’aide individualisé qui sur le terrain ne convainc pas grand monde, il est interdit durant ce temps de faire du disciplinaire et donc de faire des mathématiques (voilà une heure en moins en 6ème, et une demi-heure en moins pour les autres niveaux). En ce qui concerne les Enseignements pratiques interdisciplinaires(EPI), c’est une vieille recette qui s’appelait autrefois IDD (itinéraires de découverte) et qui a valu à l’époque une baisse des horaires en mathématiques au collège. Madame la ministre entend imposer cette interdisciplinarité comme le vœu du prince, comment réussir un projet pluridisciplinaire si l’enseignant n’est pas volontaire pour se lancer dans ce projet ? Les enseignants forcés seront-ils motivés et pertinents ? Imaginons qu’ils le soient et bien ces heures ne remplaceront pas les heures disciplinaires en efficacité.
Et c’est surtout en mathématiques que ces EPI seront les plus néfastes. Tout simplement parce que dans de tels projets les mathématiques n’interviennent que de façons sporadiques, ponctuelles et pire parfois même de façon artificielle. Prenons les exemples du ministère : « un magazine consacré à la machine à vapeur ». Sur cet exemple comme sur tous les autres les élèves vont passer beaucoup de temps à taper leur page du magazine, à embellir le magazine et à relier les pages du magazine tout ça sur le temps disciplinaire qui sera réduit. Pour la partie mathématique je cite : « leur professeur de mathématiques leur a demandé de prouver qu’il s’agissait réellement d’une révolution en calculant, à partir de la vitesse d’un cheval et la vitesse des premiers trains, le temps gagné pour rejoindre les villes de Lyon, Marseille, Orléans et Nantes depuis Paris. ». Un petit problème concret et 2 calculs intéressants certes mais qui prenne la place du travail réalisé au cours de 15 à 20 heures de mathématiques. On peut prendre tous les exemples et faire le même constat, j’ai longuement travaillé sur les IDD, je pense savoir de quoi je parle !
Donc avec les EPI c’est entre une demi-heure à une heure en moins pour l’enseignement des mathématiques en 5ème, en 4ème et en 3ème. Que reste-t-il ? 3,5h/semaine en 6ème  et 2h/semaine en 5ème, 4ème et 3ème. Avec des élèves habitués à ne pas travailler pendant 4h par semaine lors des EPI, donc moins efficaces durant le peu de temps d’enseignement qu’il restera. Ok ce n’est pas encore divisé par deux, il suffit maintenant de rajouter le numérique dans l’enseignement des mathématiques et maintenant on a CQFD. Le numérique et lui aussi un plus d’entre notre enseignement mais vouloir apprendre le codage à des élèves qui en grande partie ne maitrisent pas le calcul mental, ne maitrisent pas la géométrie de base et ne maitrisent pas les bases de la langue française est-ce bien raisonnable ? Utiliser un logiciel et cliquer sur une souris c’est utile dans la vie j’en conviens mais qu’on dégage du temps pour cela et qu’on ne vienne pas sans cesse rogner sur les fondamentaux que sont les mathématiques. 
 

La grille horaire n’est pas le seul grave problème, il y en a un autre de taille : les programmes. Non pas le contenu des programmes mais leur faisabilité et leur adaptation laissée au « local ». Les programmes sont donnés volontairement peu clairs et peu détaillés pour soi-disant permettre une liberté pédagogique. Le pire c’est qu’ils ne sont pas donnés par niveau mais par cycle, en clair pas par année mais sur trois ans. Chaque collège pourra étaler sa progression sur trois ans comme il le souhaite. Plus personne ne pourra s’assurer que les programmes sont bouclés, un élève qui change de collègue sera complétement perdu surtout dans une discipline comme la nôtre où les notions sont liés les unes aux autres. Et pire encore, il sera impossible pour les éditeurs de concevoir des manuels, de belles économies pour le ministère mais une nouvelle catastrophe pour les mathématiques et les élèves. Comment donner du travail à faire en classe et à la maison sans livre ? Jamais nous n’obtiendrons des photocopies en nombre suffisant pour pallier à ce problème (ils nous en manquent déjà cruellement) ! Les manuels scolaires sont aussi un moyen de mieux connaître les programmes surtout pour les jeunes débutants.
 

Pour noircir encore un peu plus le tableau, je pourrais parler des hiérarchies intermédiaires souhaitées par le ministère pour mettre au pas les enseignants récalcitrants et la concurrence que souhaite lancer le ministère entre les différentes disciplines et entre les enseignants. De quoi encore remonter sans doute le moral des professeurs de mathématiques et celui des autres enseignants ! On pourrait aussi ajouter le tableau décrit par notre ministre sur le travail effectué jusqu’à présent dans nos collèges, chacun appréciera ses écrits et ses propos à leur juste valeur. Ce ne sont pas les mensonges proférés par les plus hauts représentants de l’état pour défendre cette réforme qui améliorent la situation bien au contraire.
 

Si vous voulez je suis élitiste, un pseudo intellectuel et un passéiste mais je vous em...


Moyenne des avis sur cet article :  3.71/5   (70 votes)




Réagissez à l'article

111 réactions à cet article    


  • colere48 colere48 16 mai 2015 11:04

    A quoi bon s’améliorer et viser l’excellence désormais alors que de toute façon la prestation sera cantonnée à la « validation de la médiocrité ».
    Dans le même temps, pourquoi le dernier(e) de la classe déciderait de travailler d’avantage alors que maintenant, il est accompagné dans sa médiocrité par ses autres camarades.

    Le nivellement par le bas conçu comme un aboutissement !


    • Sarah Sarah 16 mai 2015 13:28

      @colere48

      « Le nivellement par le bas conçu comme un aboutissement ! » 


      Il ne s’agit pas d’un nivellement par le bas, puisqu’il n’y a pas de nivellement pour tous.

      Najat Belkacem a affirmé dans Le Point : « il y a une différence essentielle entre les progressistes et les conservateurs. Les premiers combattent les inégalités quand les seconds en théorisent la nécessité ». La réforme qu’elle promeut est-elle selon vous conservatrice ou progressiste ? »

       

      Belle inversion de sa part.

       

      Selon cette « réforme », supprimer les enseignements et les méthodes qui permettent aux élèves de s’améliorer justement - latin, grec, allemand, classes bilingues, mathématiques - permettraient de combattre les inégalités alors que c’est exactement l’inverse ; c’est une politique en réalité conservatrice, au sens de conserver la distance entre l’oligarchie régnante - dont la progéniture aura droit aux meilleures écoles - et le peuple, à qui on apprendra juste ce qui est nécessaire pour obéir et consommer (je simplifie, bien sûr).


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 17 mai 2015 12:46

      @Sarah

      N’importe quoi. J’ai fait du latin et je peux dire que cette option ne permet en aucune façon d’améliorer ses résultats dans les autres matières.

      Ce qui importe, c’est d’avoir une méthode qui soit en phase avec sa personnalité, ce qui n’est pas toujours évident à trouver et à appliquer.

      Il faut voir la réalité en face : le latin et le grec ancien ne sont plus d’aucune utilité, si ce n’est donner du travail à des professeurs incapables de se recycler dans d’autres matières . Mieux vaut faire disparaitre ces scories du XIXè siècle et laisser la place à ce qui servira vraiment aux enfants. Une seconde langue vivante, de l’informatique ou du soutien scolaire pour les plus faibles.

    • mmbbb 17 mai 2015 13:13

      @Mmarvinbear Surtout les langues Les francais sont nuls Quand nos presidents speakent english c’est a honte nationale Je suis alle en Norvege J’ai rencontree une famille charmante, elle parlait trois langues la langue vernaculaire evidemment le norvegien, l’anglais en seconde langue ’ et cette famille parlait tres correctement le francais J avais un peu honte Nous en sommes au debat desuet de l’apprentissage du latin et du grec ancien a l ere de la mondialisaton J’apprécie d ormesson mais son argumentation de l apprentissage des auteurs grecs de cette civilisation hellenistique absolument indispensable est quelque peu exagere Que nous ayons des racines culturelles plongeant dans ce passe lointain c’est l’evidence moi qui suis francais de souche mais comme la France est devenu une mosaique culturelle il est evident que beaucoup de personnes ne reconnaissent pas dans ces racines qui ne sont pas les leurs


    • mac 17 mai 2015 16:41

      @Mmarvinbear
      Avant de faire une seconde langue vivante, il serait mieux que les élèves en apprennent une première correctement ce qui est loin d’être la cas pour la plupart.

      Et puis on mise tout sur les langues en négligeant pas mal les maths et les sciences mais à quoi sert de bien parler une langue étrangère si on n’a rien à dire dans sa propre langue ?
      Faire de l’informatique ça peut être bien mais commençons par faire un peu de maths avant.
      La France qui était la meilleure dans le domaine est en train de devenir un cancre.
      Merci la pédagogie moderne et le nivellement par le bas...

    • mac 17 mai 2015 16:53

      @mmbbb
      Vous parlez des pays scandinaves qui n’ont pas trop le choix mais l’anglais moyen ou l’américain moyen ne fait pas trop d’effort pour parler d’autres langues en bon dominateurs qu’ils se croient peut-être. Savez-vous qu’au Canada où vivent un quart de francophones, un bon nombre de canadiens anglais ne jugent pas bon d’apprendre correctement le français en seconde langue ?

      Le français devrait figurer dans les 2 ou 3 langues les plus parlées dans le monde en 2050, il faut aussi que nous l’exploitions en le maîtrisant et en ne faisant pas de l’anglais le plus grand critère de sélection au lycée avec les classe européennes ou encore plus avec les bacs OIB qui semblent devenus le summum de l’élitisme.





    • Sarah Sarah 18 mai 2015 14:00

      @Mmarvinbear

       
      Le français dérivant du latin et du grec, j’ai toujours pensé qu’il faudrait un minimum d’apprentissage obligatoire de ces deux langues (entre 6e et la 4e ?), par exemple 1 an de latin, 6 mois de grec, orienté vers l’étymologie justement.
      En médecine, biologie, pharmacie, zoologie, il est indispensable

      Le latin n’est pas une langue morte et il était encore utilisé comme langue commune en Europe jusque vers 1850.

      C’est ainsi, que grâce au latin, un professeur de Londres pouvait enseigner à Montpellier, un professeur de Milan à Paris, un professeur de Berlin à Madrid.

      C’est bien dommage qu’il n’en soit plus ainsi.

    • Sarah Sarah 18 mai 2015 14:10

      @colere48


      « A quoi bon s’améliorer et viser l’excellence ».

      
 

      Malheureusement, le débat n’en est plus là.


      Pour l’instruction publique, voici une analyse toute récente montrant que ce n’est pas tellement du « nivellement par le bas » ou une nouvelle « erreur », mais une stratégie :


      Nouveaux programmes scolaires : détruire l’identité nationale


    • Ouallonsnous ? 20 mai 2015 15:36

      @colere48

      Tout à fait vérifié, « le nivellement par le bas conçu comme un aboutissement ! » y compris sur Agoravox qui incrémente, dans sa nouvelle formule, à « pas intéressant du tout » lorsqu’on ajoute un vote à « très interréssant ».

      Avez vous si peur de la vérité exprimée par les agoravoxiens à la modération ?


    • Ouallonsnous ? 20 mai 2015 15:46

      @Sarah

      "Le français dérivant du latin et du grec, j’ai toujours pensé qu’il faudrait un minimum d’apprentissage obligatoire de ces deux langues (entre 6e et la 4e ?), par exemple 1 an de latin, 6 mois de grec, orienté vers l’étymologie justement."

      Mieux que cela, il faut remplacer l’enseignement de l’anglais ou d’une autre langue européenne (rarrisime) en primaire à partir du CE2, par les notions de latin où de grecs apparaissant dans le français actuel, débarassé du franglais et du globisch !

      Ce sera autrement plus utile que de forcer les élèves à ingurgiter des rudiments d’anglo-yankee, alors qu’il n’ont pas encore assimilé leur langue maternelle, et dont ils ne se serviront probablement pas !

      Voilà une véritable et pérenne réforme à mener dans l’Education Nationale, au contraire du sabotage continu concocté par la succession d’incapables et incompétents qui se succédent à sa tête !


    • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 16 mai 2015 11:09

      "leur professeur de mathématiques leur a demandé de prouver qu’il s’agissait réellement d’une révolution en calculant, à partir de la vitesse d’un cheval et la vitesse des premiers trains, le temps gagné pour rejoindre les villes de Lyon, Marseille, Orléans et Nantes depuis Paris."... sachant qu’un bateau à vapeur quitte Marseille au même moment à la vitesse de 12 Km, calculez l’endroit où il croisera le cheval et la locomotive.
      Mme la ministre et ses fabuleuses équipes pédagogiques se crèvent le ciboulot pour réinventer l’eau tiède tout en ne le disant pas, en évitant que les élèves ne se brûlent avec l’eau chaude, ne se mouillent avec l’eau froide et ne renverse la casserole. Extraôôôrdinaire progrès de la Scieeeence Educatiiiiiiive, n’est-ce paaaas ? Et avec ça, vous reprendrez un peu de caviar ?


      • Garance 16 mai 2015 11:11

        Vous les profs z’êtes jamais contents (1)


        Bon d’accord ; ils vont vous sucrer des heures de cours

        Oui mais : ce temps de gagné va l’être à faire d’autres choses ; des choses dans l’air du temps


        L’improvisation est un art ou excellent nos socialistes

        Cet art qui leur réussit si bien : ils veulent que nos chères petites têtes blondes l’apprennent à leur tour pour faire socialiste plus tard quand ils seront grands

        Bientôt de nouvelles options ludiques sont à venir : Najat y tient





        Alors Mr l’Auteur vous comprendrez aisément que de vos heures de cours de maths comment Najat s’en tamponne le coquillard

        Elle veut laisser son empreinte en bonne ministre de l’Education Nationale qu’elle est

        (1) Encore que l’on ne vous voient plus guère battre le pavé ces derniers temps smiley 



        • Layly Victor Layly Victor 19 mai 2015 11:07

          @Garance

          Vous ne savez pas si bien dire
          Je fréquentais des gens socialistes, moyenne bourgeoisie, confortable, dont le fils était un copain de classe de mon fils.
          En je ne sais quelle année, il y a eu la grève contre la réforme des retraites. Les socialos ont appelé les « militants » lycéens à bloquer l’entrée des lycées « pour sauver leur avenir ». Le fils a passé la semaine à écumer les rues d’Avignon en portant des pancartes anti-Sarko.Quand j’ai demandé à la mère « qu’est ce qu’il fout à manifester sur les retraites ? » , elle m’a répondu « il se forme » (authentique).
          Cette mère soucieuse de l’avenir de son fils caressait l’espoir d’une carrière à la Mélenchon : bloqueur de lycée, puis glandeur professionnel dès le plus jeune âge, chargé de mission dans les hauts de Seine (chargé de surveiller le chantier de l’opéra de Massy, il n’y a jamais mis les pieds), et sénateur à 35 ans. Ah, l’amour d’une mère, amour que nul n’oublie !

          Autrefois, les enfants des classes populaires qui avaient un don et de la motivation pour les études, et qui savaient qu’ils n’auraient jamais l’aisance pour nager dans les eaux troubles de la politique, se tournaient vers les mathématiques ou le latin. J’en ai connu, et qui sont devenus des grands (un d’eux académicien et professeur à Polytechnique et au Collège de France).
          Aujourd’hui, la bourgeoisie ne veut plus de ce genre de dérapage. Elle veut dominer. Elle veut que les gosses de pauvres se contentent de regarder leur smartphone.


        • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 16 mai 2015 11:28

          Révolution : GÉOM. Mouvement effectué autour d’un axe de rotation immobile par une ligne, un plan, une figure mathématique.

          Bêtement, en première lecture, je me demandais comment un trajet Paris-Marseille pouvait représenter une révolution au sens géométrique. Incroyable confusion du sens des mots ! Il fallait faire une lecture politique, et non mathématique, de cet exercice.
          Ne cherchez pas ailleurs le sens de cette réforme : il faut former des petits soldats de notre nouvelle idéologie mortifère et surtout les empêcher d’approfondir leurs connaissance ni de développer leurs propres capacités de réflexion. La conclusion - obligatoire - est clairement exprimée dans les prémisses : « montrer que c’est une révolution » et non « que penser de l’introduction de la vapeur dans les transports ? »
          Le formatage politique des esprits s’introduit jusque dans les matières scientifiques. Tout enseignement doit conduire à une obéissance exclusive aux mots d’ordre, de façon pavlovienne. Nous revenons vers les méthodes des jeunesses hitlériennes, à marche forcée, et cet incroyable confusion du sens en est la démonstration.


          • Hermes Hermes 18 mai 2015 14:33

            @Renaud Delaporte

            Formatage dans tous les domaines. Lisez les livres d’histoire de vos enfants, il y a des passges stupéfiants.
            A titre d’illustration facile (il y a tant d’autres exemples) : 2eme guerre mondiale, DeGaulle n’est même pas cité une seule fois. Je ne suis pas fanatique du bonhomme, mais c’est assez fort.

            Amicalement.


          • Layly Victor Layly Victor 19 mai 2015 11:13

            @Renaud Delaporte

            Comme dans le roman 1984, tous les mots doivent devenir des vecteurs de l’idéologie.
            Or, les langues anciennes et le langage des mathématiques sont très difficiles à faire entrer dans le moule de la Novlangue.


          • Le chien qui danse 16 mai 2015 11:34

            « Si vous voulez je suis élitiste, un pseudo intellectuel et un passéiste mais je vous em... »

            Très élégant, mais bon je suis pas élitiste et je vous em.... aussi.

            Remettez vous en question, à l’instar des militaires qui font la guerre vous êtes un prof qui enseigne et donc non responsable des résultats qui, eux, reviennent à l’institution, confortable...
            Mais vous faites le boulot, où est donc votre responsabilité devant l’échec scolaire ?


            • Fiorello 16 mai 2015 15:42

              @Le chien qui danse

              Je vois que j’ai à faire à un anti-prof, qui parle de sujet qu’il ne connaît pas et en plus au vous êtes un pédagogo défenseur de réforme laxiste, vous cumulez les tares !

              Avez-vous compris la subtilité du « si vous-voulez » ?
              Si vous voulez je suis aussi responsable de l’échec scolaire !

              Ce qui est très élégant c’est de traiter d’élitiste, de pseudo intellectuel et de passéiste les gens qui n’ont pas la même opinion que vous et qui trouvent cette réforme des collèges stupide et dangereuse ! Donc en matière d’élégance je n’ai pas à recevoir de leçon ni de vous ni du ministère !

              Les militaires sur le front en Indochine étaient responsable de leur mort ?
              Les officiers et dirigeants français les ont envoyé au casse pipe oui !! Pourtant ils étaient courageux et de vaillants soldats ! Ils doivent se retourner dans leur tombe si ils vous entendent(comme bien d’autres soldats morts à cause d’officiers incompétents, l’histoire en regorge) !
              Ne vous en déplaise, avec des armes obsolètes, une stratégie et un état major délirant, il est difficile voire impossible de gagner une guerre.
              De plus, une guerre aujourd’hui ce gagne grâce à la technologie, aux services de renseignement, à des armes ultra sophistiquées... Les soldats sur le terrain ne sont pas responsables des défaites.

              Votre métaphore sur l’armée vous dessert ! D’ailleurs votre haine du prof prouve que sans nul doute vous êtes un raté et que malheureusement pour vous vous ne seriez pas capable de remplir ma fonction.

              Prenez votre plume(ou plutôt votre clavier), écrivez un article anti-prof et allez déverser votre fiel sur un autre article et une autre personne.

              Quelques pistes pour votre article :
              Si vous voulez « 800 000 abrutis à bac +5, ils passent tous le concours car ils sont cons et fainéants et le concours et fait pour être réussi par des cons et des fainéants. Et moi M.  »Le chien qui danse" , je suis un gros géni plus intelligent qu’un prof agrégé de maths mais c’est cons de profs ne veulent pas me donner le concours car je suis trop fort, c’est un concours truqué...


            • Le chien qui danse 17 mai 2015 10:55

              @Fiorello

              Houla, c’est qu’il est remonté le prof pas aimé...

              Vous avez même décalé l’interprétation de mon post...

              Il y a des soldats qui ont dénoncé la guerre...

              Vous n’êtes qu’un prof de maths, un professionnel qui peut remettre en question l’institution. Mais en fait l’idée de servir la future élite de la nation vous fait kiffer, ça donne de la valeur à votre vie qui en fait est aussi banale que la mienne mais vous ne l’acceptez pas.
              Le fait que vous ayez les enfants trente heures par semaine et qui ressortent sans savoir lire et écrire est forcément la faute des réformes.
              Je veux bien que le cadre institutionnel ne soit pas conforme à l’idée que chaque prof se fait de sa « mission » mais de là à en faire le bouc émissaire de l’échec est un peu poussé, chacun sa part.

              Et vous êtes bien dans l’orgueil, on vous critique ou rappelle à votre condition et vous me traitez d’« antiprofs », facile mais petit.

              J’ai essayé de mettre un peu de relief après votre com, vous, vous vous répandez en insultes à mon égard.

              Feriez mieux d’être éboueur (comme je l’ai été), pour un élitiste ça peut être un moyen de passer par le chat de l’aiguille.


            • Fiorello 17 mai 2015 12:29

              @Le chien qui danse

              Où avait vous déniché que j’étais élitiste !
              Dans une poubelle peut-être(dans votre tête mais c’est pareil) ?

              Je vous le répète pour la dernière fois, écrivez votre propre article contre les profs si ça vous excite !

              Vous n’avez pas le monopole des anciens travaux difficiles, vous n’avez pas le monopole des travaux difficiles, vous n’êtes pas le seul à avoir connu des situations difficiles dans votre vie. Vous ignorez celle des autres en particulier la mienne mais vous jugez !

              Ayez du courage, écrivez votre article au lieu de vous contentez de juger et de critiquer les autres ! Pas un seul, vous n’écrivez aucun article, vous êtes dans l’insulte personnel et idéologique ! Pauvre homme !

              Vous n’aimez pas les profs car vous êtes rempli de jalousie, vous êtes un looser, je vous plains !

              Pour le mal aimé, c’est vous qui le dites, ce n’est que votre interprétation dans votre tête(votre poubelle) comme votre haine ! Aussi con que les gens qui n’aiment pas les étrangers...

              PS : Ce sera ma dernière réponse je vous laisse dans vos délires


            • Layly Victor Layly Victor 19 mai 2015 11:45

              @Le chien qui danse

              Monsieur Le chien qui danse, vous me dégoûtez. Vous n’avez aucun respect. Si, comme tout bon gaucho-socialo, qui se croit anarchiste, vous respectez votre nombril. Pour le reste, vous êtes dans le dénigrement anti-profs des abominables parents d’élèves des APEM (associations de parents d’élèves médiocres)
              Personnellement, je n’ai oublié aucun de mes professeurs, depuis l’école primaire, et je sais tout ce que je leur dois. Un ami me disait un jour « je refuse d’oublier tout ce que mes professeurs m’ont enseigné ». Je suis comme lui. A mon âge, je fais encore des maths et de la physique tout les jours, et souvent, pendant que je réalise un calcul, je ressens un lien avec leur mémoire.

              Le souvenir d’une relation professeur-élève qui est un acte sacré entre tous, la transmission du savoir. Comme dans le merveilleux livre oublié de Maurice Genevoix « vaincre à olympie » où un ancien champion olympique transmet sa science à un jeune élève.

              Tout le contraire de votre vision socialo-haineuse de l’enseignement : « servir la future élite, etc »

              Quand à l’échec scolaire, il est voulu et organisé par le système et les franc-maçons, avec l’aide des APEM. Tous les économistes le disent, du moins ceux qui ne parlent pas la langue de bois :
              l’objectif unique du système est de faire baisser les salaires et de développer les emplois low cost. Point final. Objectif réalisé en Allemagne, aux US et en Grande Bretagne. En France, à cause des équilibres électoraux, pour atteindre cet objectif des emplois low cost, il faut commencer par briser dans l’enseignement tout ce qui pourrait porter les jeunes vers le haut. Déjà, écraser ceux qui pourraient les entraîner vers le haut, leurs profs.

              Et en excitant la haine sociale des abrutis au nom de la soit disant « lutte contre les inégalités ».
              La Najat, avec son petit air innocent, sait très bien le faire.


            • mac 16 mai 2015 11:57

              Le néolibéralisme d’état est probablement en train de renoncer à l’instruction pour tous.

              Les programmes deviennent de plus en plus incohérents en effleurant beaucoup de choses mais en approfondissant rien dans la plupart des disciplines et comme la culture est ce qu’il reste quand on a tout oublié, on peut être certain que l’on va en former des générations d’incultes.

              Je ne parlerais pas de l’histoire qui subit depuis longtemps le jeu de massacre(dans le but peut-être de nous faire perdre notre identité et nous plonger dans la mondialisation ?) mais venons en maths qui étaient encore, il y a un peu plus de 20 ans , l’excellence de la France.

              Dans cette matière les ambitions semblent de plus en plus restreintes et les démonstrations en géométrie sont de plus en plus sommaires en classe de 4ème et 3ème.

              Mon fils étant actuellement en classe de seconde, je peux constater l’ampleur du massacre au lycée.  Voici quelques exemples de disparitions qui constituaient pourtant des parties substantielles du programme de seconde dans les années 80 :

              - Les équations du second degré ne sont plus abordées des façon systématique. Cela sert pourtant à la résolution de nombreux problèmes physiques et économiques.

              - Les paraboles et les hyperboles le ne sont plus étudiées de manière approfondie, encore moins les changements de repères. C’est pourtant grâce aux paraboles que l’on concentre l’ énergie lumineuse et les ondes électromagnétiques. C’est aussi une trajectoire parabolique que suit un ballon ou tout autre objet que l’on lance en l’air.

              - Les suites géométriques ne sont plus abordées non plus. Peut-être qu’on ne souhaite pas que les jeunes comprennent trop vite comment fonctionnent les intérêts bancaires ?

              - Les barycentres ne sont plus abordées non plus. C’est pourtant la base pour le calcul des centres de gravité et la mécanique en physique.

              Une partie du programme de seconde s’attache à aborder des notions que l’on voyait au collège comme les vecteurs. Evidemment le produit scalaire ne figure plus au programme comme il y était jadis...

              J’en ai sans doute oublié mais nos spécialistes des sciences de l’ éducation nous soutiendront mordicus que le niveau ne baisse pas !


              • simir simir 18 mai 2015 15:49

                @mac
                Début des années 70 les matrices étaient même au programme de Terminale D qui pourtant était « sciences ex » Je ne parle même pas du programme de C de l’époque.


              • Layly Victor Layly Victor 19 mai 2015 12:21

                @simir
                et mac
                l’initiation au calcul intégral en terminale S a été supprimée
                c’est une catastrophe nationale
                des enseignants en physique à l’université disent que les étudiants n’ont plus les bases mathématiques minimales pour faire de la physique (mais les idéologues de l’EN ont décidé qu’on peut faire de la physique sans les maths)
                Dans les grandes écoles d’ingénieurs, il n’y a plus d’enseignement des maths, sauf en option.
                Autrefois, dans les grandes écoles d’ingénieurs ou dans le premier cycle universitaire, l y avait un cours formidable, sur un an, qui s’appelait Méthodes Mathématiques de la Physique.
                Tout ceci est du domaine des souvenirs


              • tf1Groupie 16 mai 2015 13:42

                « Madame la ministre entend diviser par deux les horaires disciplinaires de mathématiques au collège »

                Cette affirmation est totalement fausse !

                Quel est votre objectif quand vous balancez ce genre de désinformation ??


                • gibi 16 mai 2015 14:17

                  @tf1Groupie

                  Cas d’étude une heure de mathématiques est prise pour faire de l’EPI en sixième plus une heure pour faire de l’Aide (je ne la nommerai pas individualisée elle ne l’est pas) de quatre heures hebdomadaires, on passe à deux c’est bien une division par deux.

                  ça n’arrivera pas partout mais ça arrivera c’est aussi cela le renvoi au local

                • mac 16 mai 2015 14:31

                  @tf1Groupie
                  C’est vrai les élèves sont meilleurs en math qu’il y a 30 ans au même âge, regardez mon commentaire et surtout dormez tranquille !


                • Fiorello 16 mai 2015 15:54

                  @tf1Groupie

                  Vous délirez complétement, j’ai été obligé de me pincer avant de vous répondre !
                  Tout est expliqué dans mon article ! L’avez-vous lu ? Ou bien êtes vous un jeune victime de la méthode de lecture globale ?

                  Je n’ai aucun objectif, je dis juste la vérité et je donne dans cet article les explications qui vont avec !
                  J’ajoute même que je suis prof en collège dans une région pauvre depuis 16ans, que je suis fils d’ouvrier et de mère au foyer et que mes 2 grand-pères étaient mineurs de fond tous les deux.

                  Je préférerais vous mentir mais non désolé c’est la vérité vrai sur ce sujet. Si je vous parle de l’ensemble des choses qui ne vont pas sur l’enseignement des maths, je crois que vous allez faire un malaise. Etiez vous en hibernation, congelé ou dans le comas et venez-vous de vous réveiller ?


                • Fiorello 16 mai 2015 16:51

                  @gibi
                  Ca n’arrivera pas partout, c’est une blague, vu le nombre d’heures d’AP et d’EPI à caser...
                  Les heures ont toujours étaient prises sur les maths et le français ! Pourquoi voulez-vous que cela change cette fois ? 


                • Garance 17 mai 2015 07:57

                  @Fiorello


                  Excellente réponse au lobotomisé TF1 ( groupie de Hollande)

                  Votre post m’ayant ému ; je vous dédicace ceci :

                  .

                • tf1Groupie 17 mai 2015 11:50

                  @Fiorello
                  Bien déjà comme le prouve le commentaire de Gibi juste au-dessus, vous semez la confusion dans les esprits : car il n’y a pas d’EPI en 6eme.
                  Au final pour les 6eme on passe de 4h à 3,5h, à supposer que l’on ne fasse pas du tout de maths en AP, et je ne sais pas où vous auriez vu qu’il est interdit de faire des maths pendant l’AP ?
                  Donc on est loin de diviser par 2 en 6eme.

                  Pour les autres niveaux vous considérez que l’on prend 1,5h des cours de maths pour en faire de l’EPI/AP sur la totalité des 4h d’EPI prévues pour une classe. (Si on proratise selon les matières on prendra moins d’une heure en mathématiques).
                  Donc vous dites que les maths contribuent beaucoup plus que les autres disciplines aux EPI, pour n’en rien retirer.
                  Je ne vois pas non plus d’où vous sortez cela si ce n’est pour arriver, à gros coups de louches, à votre division par 2.

                  Et les heures d’EPI prisent sur les maths doivent bien servir à faire des maths ; c’est aux enseignants de s’en assurer, non ?

                  Bref c’est loin d’être convaincant dans les quantités et surtout vous faites une interprétation très personnelle des textes.


                • Fiorello 17 mai 2015 13:46

                  @tf1Groupie
                  Vous faites une interprétation personnel de mon article vous voulez dire !

                  Visiblement vous êtes carté PS et vous vous êtes entrainé à réciter par coeur les arguments fallacieux dictés par votre partie.

                  Ecrivez votre propre article dans lequel vous irez raconter aux français et aux profs de maths que demain avec cette réforme il y aura autant de maths même plus de maths qu’avant si vous voulez.
                  Si vous souhaitez vous ridiculiser c’est votre problème !
                  En 6ème vous partez sur 4,5 heures alors qu’une demie-heure est volée au 3ème déjà, mais bon vous êtes un bon politicien... Vous oubliez tous les petits séjours en salle informatique pour faire autre chose que des maths...

                  Là où vous êtes très rigolo, c’est lorsque vous me demandez de ne pas obéir au Partie socialiste et à sa réforme(excellente selon vous) mais de faire des maths pendant l’AP et pendant l’EPI. Vous me demandez d’accepter cette réforme et en même temps de ne pas l’appliquer et de faire des maths consistantes en AP et en EPI. Que madame la ministre nous dise la même chose que vous à la télé que je rigole !

                  Une chose est certaine cette réforme n’est pas acceptée par les profs, elle se fait contre les profs et les élèves. J’ai pas besoin de vous pour savoir comment l’appliquer de façon la plus édulcorée possible. Le problème c’est l’entassement des réformes débiles à devoir édulcorée est voilà où nous en somme :
                  http://www.20minutes.fr/societe/1609667-20150517-selon-etude-niveau-collegiens-francais-recule-mathematiques
                  C’est tout frai, ça viens de sortir et ça confirme les excellents résultats de vos copains pédagogos !

                  PS : J’arrête de vous réponde les politiciens sont obtus inutile de perdre son temps


                • tf1Groupie 17 mai 2015 13:59

                  @Fiorello
                  Aucune réponse concrète à mes arguments, des attaques personnelles et des digressions politiques, ça résume bien votre démarche ?

                  Procès d’intention : où ai-je dit que cette réforme est excellente ?
                  Où est-ce que je parle du PS ? Nulle part, mais vous en parlez à foison.
                  Bref votre démarche est politique, est-ce là le rôle des enseignants ?

                  Et puis donc vous ne me répondrez plus ... c’est donc votre vision du débat.


                • tf1Groupie 17 mai 2015 14:13

                  Et Garance qui ne sait pas insérer un lien qui marche.

                  Fiorello, vos propos émoustillent un supporter du FN, tout un symbole.


                • Fiorello 17 mai 2015 14:33

                  @tf1Groupie
                  C’est l’ hôpital qui se moque de la charité !
                  Tout est expliqué dans l’article votre mauvais foi indique que vous faites de la politique et pas l’inverse ! C’est peut-être un raisonnement stupide de ma part mais il me semble logique...

                  Prenez votre carnet de contact, appelez un autre prof de math en collège et demandez lui si je divague...

                  Avant les IDD on avait 4h semaine en 4ème et en 5ème + des heures de soutien et des heures de préparation au brevet en 3ème ! On est passé à 3,5h(Gouvernement Jospin, c’est pas ma faute si c’est pas l’UMP). Aujourd’hui le PS supprime le soutien et l’accompagnement éducatif(désolé c’est pas l’UMP, c’est pas de ma faute non plus)

                  Les IDD ont été une catastrophe pour les maths car il est impossible de faire quelque chose de consistent en math dans un tel cadre  ! Oui d’après vous on(les profs de math) est nul c’est pour ça, OK c’est votre argumentaire simpliste, je vous le laisse  ! Les EPI c’est du grand n’importe quoi en math, dans d’autres matières beaucoup moins(peut-être) voilà ce que je dis.
                  Soutien supprimé, accompagnement éducatif supprimé, il faudra le faire demain en AP !
                  Vous savez ce que sait l’AP, c’est pas une heure de cours traditionnelle ! On a des chefs je vous signale qui vont veiller à l’application des textes. Certaines classe auront peut-être de l’AP en math et d’autres en français !

                  L’EPI sera du temps de perdu et on nous demande par dessus le marché d’aller faire mumuse en salle informatique !
                  Franchement on va pas chipoter pour savoir si les heures sont diviser par 2 ou seulement réduitent de 30 ou de 40 pour cent ! Moi je dis c’est une réforme qui va décourager les profs de math et qui va tuer l’enseignement des maths qui va déjà très très mal !
                  Maintenant si vous vous en foutez, pas moi, j’ai un enfant au collège et l’autre qui n’y est pas encore passé !

                  Votre propagande proPédagos et proPS allez la faire ailleurs moi je suis ici pour défendre l’enseignement des maths et c’est pas vous ni personne d’autre qui allez m’empêcher d’écrire un article pour dire la vérité !! Je comprends que la vérité puisse vous déranger, je n’ai rien contre vous mais vos idées pédagogistes sont néfastes pour mes enfants et je ne peux les cautionner !

                  Excusez moi si je vous ai attaqué personnellement à travers certain(s) propo(s)


                • Fiorello 17 mai 2015 14:42

                  @tf1Groupie
                  Je vous laisse avec votre ami faire de la politique personnellement pour moi vous êtes à classer dans la même cour que le FN !


                • lloreen 16 mai 2015 14:13

                  Comme je ne fais pas partie du monde enseignant je ne connais pas son fonctionnement interne et je ne peux donc pas débattre du sujet en connaissance de cause.
                  J’ ai cependant du mal à comprendre comment il est possible que la profession se laisse à ce point malmener sans ruer dans les brancards.
                  Les fonctionnaires sont protégés par un statut. Comment serait-il possible d’ y déroger sans leur accord ?


                  • Fiorello 16 mai 2015 16:12

                    @lloreen
                    En fait c’est pas simple du tout !
                    Dans un collège de 650 élèves vous avez 5 profs de maths, 5 profs de français et 30 à 40 profs d’autre chose, avec une guerre entre les matières. Ensuite vous avez les moutons qui ne se révoltent jamais, les fayots qui veulent faire carrières, les dépressifs qui n’ont plus la force, et comme partout quelques incompétents et des je-m’en-foutistes. Vous avez également un matraquage médiatique et une politique de culpabilisation du corps enseignant. Vous avez également une asphyxie financière destiner à empêcher les grèves, une journée de grève coûte chère. Vous avez aussi une culture politique et médiatique de la haine du prof. Les profs sont d’anciens bons et dociles élèves habitués à obéir.
                    J’ai du oublié pas mal de choses mais ça vous donne déjà quelques pistes.
                    Je ferai grève mardi pour la première fois en plus de 10 ans, lors de mes premières années je faisais grève parfois plus le salaire(je gagnais réellement des clous). Maintenant j’ai compris qu’on ne sera jamais augmenter car 1 euro en plus par moi , c’est 800000 euros pour les caisse de l’état et avec les cotisations ces même peu-être le double.
                    Les raisons de ma grève sont au dessus dans l’article


                  • Fiorello 16 mai 2015 16:13

                    @lloreen

                    En fait c’est pas simple du tout !
                    Dans un collège de 650 élèves vous avez 5 profs de maths, 5 profs de français et 30 à 40 profs d’autre chose, avec une guerre entre les matières. Ensuite vous avez les moutons qui ne se révoltent jamais, les fayots qui veulent faire carrières, les dépressifs qui n’ont plus la force, et comme partout quelques incompétents et des je-m’en-foutistes. Vous avez également un matraquage médiatique et une politique de culpabilisation du corps enseignant. Vous avez également une asphyxie financière destiner à empêcher les grèves, une journée de grève coûte chère. Vous avez aussi une culture politique et médiatique de la haine du prof. Les profs sont d’anciens bons et dociles élèves habitués à obéir.
                    J’ai du oublié pas mal de choses mais ça vous donne déjà quelques pistes.
                    Je ferai grève mardi pour la première fois en plus de 10 ans, lors de mes premières années je faisais grève parfois plus le salaire(je gagnais réellement des clous). Maintenant j’ai compris qu’on ne sera jamais augmenter car 1 euro en plus par moi , c’est 800000 euros pour les caisse de l’état et avec les cotisations ces même peu-être le double.
                    Les raisons de ma grève sont au dessus dans l’article


                  • acetrip 17 mai 2015 07:51

                    @Fiorello
                    relisez vous, les fautes d’orthographe pour un prof , ça craint !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Fiorello


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès