• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

TDK1

TDK1

Sexe ? Homme - Age ? 50 ans (un tout petit peu plus...) - Situation familiale ? Marié, un fils - Niveau d'études ? Sup (mais il y a bien longtemps...) - Race ? Celte (waouh, ça va faire jaser...) - Religion ? Catholique Pratiquant ? Oui Doctrino-langue de bois ? Ah ah ! NON - Devise ? "Ex nihilo nihil" et en français, ça donne quoi ? "rien n'est issu du néant", autrement dit "tout a une origine, pour comprendre il faut chercher cette ou ces origines" - Profession ? CGPI. (Conseiller en Gestion de Patrimoine) - Engagement politique ? Pas en ce moment Ça chauffe ? Non, en vieillissant j'ai de moins en moins envie de faire de concession et rien de l'éventail des partis ne me satisfait vraiment - Sujets de prédilection ? Économie (macro comme micro), Politique (au sens de Polis, la cité ; je me fous des querelles entre hommes ou femmes "politiques"), Religions, Histoire - Autre chose à ajouter ? Je ne sais pas, la couleur de mon....

Tableau de bord

  • Premier article le 18/08/2010
  • Modérateur depuis le 02/09/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 227 560 5460
1 mois 7 21 165
5 jours 0 1 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 1223 699 524
1 mois 23 17 6
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • TDK1 TDK1 19 mai 17:19

    @Pere Plexe
    C’est marrant comme aussitôt que vous dites quelques chose de censé, il faut que vous le démolissiez derrière.

    Oui, effectivement, un actionnaire attend que le cours de l’action monte et en général prend ses bénéfices à la revente. C’est pour cela que bien des entreprises ’lesGAFA sontles plus emblématiques) ne distribuent que très peu. Sachant jouer l’optimisation fiscale, n’ayant pas ou peu à subir le racket fiscal et social français, elles réalisent des bénéfices qui suffisent à valoriser le cours de leurs actions. Et les actionnaires n’ont pas besoin de dividendes pour se bousculer au portillon.

    Sauf que les entreprises françaises ne réalisent pas les mêmes bénéfices et pour conserver les actionnaires sont obliger de leur accorder en dividendes ce qu’ils n’auront pas sur la valo.

    Il ne s’agit pas d’être crypto marxiste ou de faire son coming out marxiste, il s’agit de comprendre et d’analyser, pas d’utiliser des rapports (dans le sens %) pour essayer de démontrer ce que sa propre idéologie dicte.



  • TDK1 TDK1 16 mai 12:01

    @René Bellérophon
    Si Alternatives Economiques était une revue d’économie sérieuse, cela se saurait !

    A part les établissements scolaires qui sont obligatoirement abonnés et les médias de gauche, personne en lit ce canard. Je vous mets au défi d’un trouvé un exemplaire dans une entreprise !


    C’est un journal militant, à ce titre respectable, mais il est clair que son contenu doit être pris pour ce qu’il est, c’est à dire pour un contenu militant, en aucun cas pour une « référence ».


  • TDK1 TDK1 16 mai 11:57

    @babadjinew
    sauf que vois tu, camarade, le système qui consiste à rendre « obligatoire » les cotisations coûte plus cher que celui qui consiste à les rendre optionnelles. Il n’y a PAS UN PAYS AU MONDE où le coût d’une assurance santé s’élève au tiers des revenus !!!!! Et ne viens pas me dire que nous avons le meilleur service de santé du monde, parce que si cela fut vrai, il y a belle lurette que ce n’est plus le cas et même plus le cas du tout. 


    Sauf que, vois tu camarade, en faisant porter le coût de la protection sur le travail, tu condamnes 10 millions de Français au chômage. D’une part parce que tu places la plus value marginale (regarde plus bas dans une réponse que j’ai faite à un autre commentaire) tellement haut qu’il est quasiment impossible de produire des biens industriels (les seuls qui sont susceptibles de créer des millions d’emplois) en France et d’autre part parce que tu fais peser sur LES SEULS PRODUITS FRANCAIS le poids de la protection sociale, rendant les produits étrangers, qui en sont exonérés, moins chers. 

    Alors ta « super » protection sociale étatique, si tu veux la maintenir, n’a qu’un seul avenir... la fiscalité indirecte ! Tu supprimes les charges sur le travail, tu diminues le coût de production en France et tu crées des millions d’emplois. Tu augmentes la TVA, tu reportes le coût de ta protection sociale sur l’ensemble des produits, y compris les importés (petit aménagement, il faut augmenter les salaires net d’environ 10%, mais l’économie sur la Valeur ajoutée marginale reste suffisamment conséquente pour créer les emplois). 


    Vois tu, l’alternative est celle là et crois moi, c’est la seule. Si vous, les gauchos, n’emboîtez le pas des « libéraux conservateurs », comme c’est que vous nous qualifiez, votre protection sociale est morte. S’arque-bouter sur le système actuel qui est juste irréaliste, c’est laisser les neo appliquer leurs solutions, c’est à dire effectivement la destruction du système actuel en se gardant bien d’en construire un nouveau.


  • TDK1 TDK1 16 mai 11:31

    @izarn
    Il est vrai que certaines entreprises versent des dividendes pompées sur les réserves. C’est quand même rare et toujours exceptionnel. Tout un chacun peut comprendre que cela ne dure qu’un temps. C’est d eplus une pratique qui est très encadrée par les règles comptables internationales depuis l’affaire Enron. 

    Quand à bénéficier de la manne d’argent papier du camarade Draghi, cela ne concerne que quelques grosses sociétés qui ont créé leur propre banque (renault, par exemple). 

    Quant à « diminuer les salaires », c’est un raisonnement qui est faux. Les entreprises n’ont que faire des salaires, qu’ils soient élevés ou non. Leur mode de fonctionnement est la prise en compte de ce que j’ai baptisé la « valeur ajoutée marginale ». Cette valeur ajoutée marginale est calculée en prenant le coût marginal annuel d’un emploi (salaire, plus charges, plus participations, plus gratifications obligatoires, plus coût de gestion administrative, plus équipements marginaux...) divisé par le nombre d’heures annuelles travaillées (365 jours moins les week end, les congés payés, les jours fériés, le taux moyen d’absentéisme par branche, le tout multiplié par 7 pour la France) et cela vous donne la plus value que le salarié doit effectuer à chaque heure de travail pour ne rien coûter ni ne rien rapporter à l’entreprise qui l’emploie. Si vous avez compris ce calcul, vous avez compris pourquoi les emplois industriels ont disparu de France, vous avez compris nous le taux de chômage structurel le plus élevé des pays industrialisés, pourquoi les emplois se sont barrés à l’étranger. Ce que demandent les entreprises (petites ou grandes, d’ailleurs) ce n’est pas la « baisse des salaires », c’est la baisse de valeur ajoutée marginale. Que ce soit en baissant les charges, allégeant les coûts administratifs, augmentant le temps de travail, qu’importe !


  • TDK1 TDK1 16 mai 11:12

    @Laulau
    En tous cas, vous, vous n’avez pas fait éco, même en maternelle.....


    Une part de l’excédent brut d’exploitation va à l’investissement. Une part qui est moins importante dans les sociétés françaises que dans les autres, ce qui, effectivement les amène à recourir aux actionnaires soit sous forme d’apport en compte courant soit sous forme d’augmentation de capital. Ou à faire appel aux banques.

    Donc, pour schématiser parce que vous n’avez pas l’air de bien saisir les arcanes de l’éco, sur un excédent brut d’exploitation, on paie des investissements, on retire des provisions. Puis, sur le solde, on paie des impôts. Puis sur le solde, on verse la participation et les dividendes. mais, comme « on doit », pour des raisons d’internationalisation et de modification de la nature des actionnaires, verser en valeur absolue quelque chose qui ressemble à l’identique que les concurrents aux actionnaires, comme la redistribution a des règles définies, comme la fiscalité est ce qu’elle est, c’est la composante « investissements » qui morfle. D’où le recours aux banques, aux actionnaires et le coût d’investissement qui devient plus élevé en France qu’ailleurs, d’où le sous investissement régulièrement dénoncé dans les entreprises françaises.... capire ?

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès