Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

TDK1

TDK1

Sexe ? Homme - Age ? 50 ans (un tout petit peu plus...) - Situation familiale ? Marié, un fils - Niveau d'études ? Sup (mais il y a bien longtemps...) - Race ? Celte (waouh, ça va faire jaser...) - Religion ? Catholique Pratiquant ? Oui Doctrino-langue de bois ? Ah ah ! NON - Devise ? "Ex nihilo nihil" et en français, ça donne quoi ? "rien n'est issu du néant", autrement dit "tout a une origine, pour comprendre il faut chercher cette ou ces origines" - Profession ? CGPI. (Conseiller en Gestion de Patrimoine) - Engagement politique ? Pas en ce moment Ça chauffe ? Non, en vieillissant j'ai de moins en moins envie de faire de concession et rien de l'éventail des partis ne me satisfait vraiment - Sujets de prédilection ? Économie (macro comme micro), Politique (au sens de Polis, la cité ; je me fous des querelles entre hommes ou femmes "politiques"), Religions, Histoire - Autre chose à ajouter ? Je ne sais pas, la couleur de mon....

Tableau de bord

  • Premier article le 18/08/2010
  • Modérateur depuis le 02/09/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 183 497 4675
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 1105 630 475
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires

  • TDK1 (---.---.---.196) 1er décembre 2015 18:28
    TDK1

    @tashrin
    Je comprends que vous ne voulez pas discuter. Vous n’avancez aucun argument, vous ne faites que répéter, de manière incantatoire, que c’est faux, que ce n’est pas vrai, mais qu’y a-t-il de faux ? 
    Vous contestez l’aménagement du poste de travail ? Vous parlez à ce sujet de « déduire de la paie de vos employés », preuve s’il en était besoin que vous n’avez pas compris le raisonnement économique qui prévaut au calcul du coût de création de poste. On déduit à priori TOUT de la « paie » d’un salarié... SI vous n’avez pas compris cela, vous pouvez répéter inlassablement que vous « maîtriser les statuts juridique, entrepreneuriat et l’AE », permettez moi de vous dire que vous ne maîtrisez rien du tout. L’entreprise n’a aucun autre revenu (à part les cessions d’actifs et les produits financiers mais ce n’est pas là, sauf exception son objet) que la plus value générée par ses employés. SI les frais variables générés par un employé ne sont pas imputés à la plus value par lui générée, vous l’imputez à quoi, par hasard ? 
    De toute manière, cet aspect de l’imputation des aménagements de poste de travail, sauf cas spécifique, ne sont pas propres à la France et donc non discordant en termes de concurrence. Par contre tous les autres éléments le sont. 

    Pour en revenir à votre exemple qui semble vous mettre en boule, croyez moi, ce n’est absolument pas impossible... SI vous ne prenez QUE les charges, et le coût administratif du poste (l’aide comptable qui va gérer les caisses, les déclarations, les fiches de paies et toutes les obligations légales inhérentes), vous êtes déjà à 3022€ !! , je n’ai pas inclus les dispositions spécifiques à la convention collective ni, justement, l’imputation d’investissement ni les frais variables liés au poste... Donc, sincèrement, ce qui vous été affirmé est tout à fait possible...
  • TDK1 (---.---.---.196) 1er décembre 2015 15:23
    TDK1

    @Rmanal
    « D’abord je ne comprends pas trop ce que viennent faire les socialistes la dedans » Ce sont eux, leur ministre Pinel, qui ont pris les dispositions qui ont dénaturé le statut d’auto-entrepreneur« je ne crois pas que Sarko, qui ne devrait pas vraiment être votre Dieu, n’a pas non plus simplifié les démarches administratives » Vous avez raison, Sarko n’était pas mon Dieu, mais c’est sous son mandat que le statut d’AE a été créé avec des modalités que je trouve pour ma part meilleurs que celles que nous ont pondus les socialos facistes qui nous dirigent actuellement.« je vous rappelle qu’aux USA il faut obligatoirement prendre un avocat pour créer sa société » Excusez moi, j’ai eu l’occasion de créer deux société pour moi même aux USA et quelques unes pour des clients, je ne suis jamais passé par un avocat. De toute manière, le statut d’avocat aux USA n’a strictement rien à voir avec celui de France. « Ah zut vous êtes jamais sorti de France, » Là, vous êtes plutôt mal tombé.....

    «  il vous a sans doute échappé que c’était les artisans et les commerçants qui ont demandé la fin de l’auto entreprise » L’ai-je jamais nié ? J’en ai même fait un article en son temps qui, si je me souviens bien a été repris aussi sur AgoraVox. Bien sûr que la culture du protectionnisme est vivace en France, on l’a vu aussi récemment avec les taxis. Il y a une part de raison et une part de culture là dedans. Qu’importe, ce n’est pas parce que certains réclament que le pouvoir politique doit accorder. Si il accorde, en France, c’est qu’il est idéologiquement d’accord. Quelque soit l’importance de la réclamation, en France, si le pouvoir politique n’est pas idéologiquement ok, il n’en a rien à faire. Donc le responsable est bien celui qui prend la décision.

    Quant au reste, je ne réponds jamais aux attaques personnelles qui ne qualifient que ceux qui les profèrent.

    Bonsoir,

  • TDK1 (---.---.---.196) 1er décembre 2015 14:59
    TDK1

    @tashrin
    Je ne sais pas à quoi vous faites allusion lorsque vous faites appel (en bon « démocrate » ?) à la censure pour faire taire quelqu’un qui vous a dit que ll20€ de salaire net coûtait 3200 à l’entreprise, mais je peux vous démontrer quand vous voulez que cela est parfaitement possible. C’est d’ailleurs l’objet de mon prochain livre.

    Et, au lieu de proférer des insultes et de traiter de mytho votre interlocuteur, vous feriez bien de comprendre (ou d’essayer de comprendre) comment cela se calcule.


    Lorsque l’on parle de « coût » du travail, il s’agit d’une terminologie simplificatrice sur laquelle les idéologues cherchent à s’appuyer pour nier la réalité.

    Le mécanisme qui est à l’origine du chômage de masse en France (seul pays d’Europe où le chômage continue d’augmenter...) est tout un ensemble qui rend impossible pour un salarié de produire la plus value horaire nécessaire à rendre son emploi non déficitaire. Un peu compliqué, n’est ce pas ? Je vous détaille simplement :

    1) Tout ce que coûte en frais directs et frais induits un salarié doit être couvert par la plus value que ce même salarié génère, sinon, il coûte de l’argent à l’entreprise. Vous êtes d’accord ? 
    Bien, vous additionnez donc le salaire net, plus l’intégralité des charges (la différenciation patronale/salariale n’était que politique et sans réalité économique), plus les obligations légales quant au transport, à la mutuelle, au repas, à la médecine du travail, à l’équipement du salarié pour son poste, la participation, l’épargne d’entreprise, le compte formation, le 1% logement etc... vous ajoutez aussi les moyens nécessaires pour gérer l’administratif induit par toute cette lourdeur administrative (env 250€/mois par poste en dessous de 10 salariés, un petit peu moins au delà...) . La liste n’est pas exhaustive, puisqu’elle dépend des conventions collectives... En bonne gestion, vous devriez aussi provisionner ce qu’une rupture de contrat de travail peut vous coûter...
    Une fois que vous avez déterminé ce « coût brut » (le plus élevé du monde...), vous le multipliez par 12 pour l’amener à un coût brut annuel. 

    2) Vous déterminez le nombre d’heures travaillées dans l’année. Vous prenez donc les 365 jours dont vous otez les week end, les 5 semaines de congés payés, les 14 jours fériés, le taux d’absentéisme moyen de votre branche, vous obtenez un certain nombre de jours de travail. Vous multipliez ce nombre de jours par 7 et vous obtenez le nombre d’heures travaillées dans l’année. (le plus faible du monde)

    3) vous divisez le « coût brut » obtenu en 1) par le nombre d’heures travaillées obtenu en 2), vous avez la plus value que doit réaliser un salarié pour ne rien coûter à l’entreprise. C’est la plus importante du monde !! 

    Si, à ce stade, quelqu’un vous a dit qu’il fallait qu’un salarié fasse 3200€ de plus value par mois travaillé pour qu’il puisse toucher 1120€, je vous assure que vous pouvez le croire...

    D’autant que le calcul ne s’arrête pas là. Il y a dans une entreprise tout un tas de charges fixes, de salariés « improductifs » (cela va de la femme de ménage qui ne produit rien mais qui est nécessaire aux chercheurs en passant par certains membres d’encadrement) dont les « coûts bruts » (qui se calculent selon les mêmes méthodes que précédemment) se répartissent sur la plus value de l’ensemble des salariés productifs, augmentant d’autant la part de plus value que chacun doit produire. 

    Tout un tas d’activités économiques ne sont plus possibles avec ce type de « coût » (mais il ne s’agit pas « que » de coût) du travail. SI Renault fait fabriquer ses Twingos en Slovaquie, ce n’est pas par haine de la France, c’est parce que si elle avait continué à la fabriquer aux Mureaux, personne n’en achèterait car leur prix de vente serait astronomique par rapport aux concurrents. 

    Ce système économique a été mis en place dès les années 70, mais surtout dans les années 80, par des gens qui nous affirmaient alors que la France pouvait laisser partir les entreprises de main d’ouvre à faible valeur ajoutée et concerner les activités de création, de recherche et de production à forte valeur ajoutée. Cette politique de merde a engendré le chômage de masse qui a engendré et est en train d’engendrer la paupérisation de masse. Quant aux activités de pointe, nous les voyons chaque jours partir et resurgir dans des pays dont on nous assurerait qu’ils se contenteraient d’être nos « petites mains ».

    Oui, nous avons le « coût » du travail le plus élevé du monde. Oui, cela est LA et l’unique cause de notre chômage de masse dont j’ose dire qu’il est aussi le plus élevé du monde puisque 54% des productifs ont un emploi public, donc non soumis au risque du chômage et que donc le nombre des chômeurs est à rapporter à la population risquant le chômage, c’est à dire seulement 46% de la population active. Oui, le coût du travail que nous avons en France engendre une paupérisation de masse car les chômeurs français gagnent moins que les travailleurs des pays qui n’ont pas ou moins de chômage, car les salaires nets français sont minables par rapport à ceux des pays comparables dès que vous décollez du SMIC. 

    Et croyez moi, pour avoir potassé le sujet pendant des années, je suis prêt à toutes les controverses que vous jugerez bon d’engager sur ce sujet.

    La politique de fiscalisation de charge à outrance du travail est criminelle.

  • TDK1 (---.---.---.102) 8 novembre 2015 17:21
    TDK1

    @eric
    On peut l’écrire comme on veut, avec tous les mots du monde, passé à la moulinette de la novlangue, nous sommes bel et bien devant un délit d’opinion et une atteinte à la liberté d’expression


Agoravox.tv