• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Alison

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 06/02/2015
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 219 2
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • Alison 7 novembre 2011 15:23

    Et pour arranger le tout ici en Grece on parle de Lucas Papademos pour remplacer Papandreou afin de former un nouveau gouvernement.
    Lucas Papademos Lucas Papademos a été le numéro deux de la BCE de 2002 à 2010. En tant qu’ancien gouverneur de la Banque de Grèce, il a supervisé les efforts déployés par Athènes pour entrer dans la zone euro...



  • Alison 7 novembre 2011 13:59

    le vrai danger dont on ne parle pas beaucoup n`est pas la Grece et ses fraudes c’est à nouveau les banques. Banques européennes et institutions américaines.
    Pendant que ces banques achetaient avec la main gauche des obligations grecques, portugaises ou espagnoles parce qu’elles rapportaient plus que les allemandes, elles vendaient avec la main droite des CDS, instruments financiers qui permettent de se protéger contre la faillite d’un État. Autrement dit, vous payez une prime pour vous assurer contre le défaut de paiement de la Grèce, par exemple.

     
    Or, si la Grèce fait faillite et sort de l’euro, toutes ces assurances, ces fameux CDS, seront activées par ceux qui ont payé ces primes. Les banques qui ont vendu ces produits, avec le calcul qu’un État ne fera jamais faillite, devront passer à la caisse et rembourser les investisseurs.
     
    Problème : ce marché des CDS est un marché opaque. Personne ne sait combien il y a de CDS sur un pays comme la Grèce. Les uns parlent de 5 milliards d’euros, les autres de 50 milliards d’euros. Je rappelle que le trader fou Jérôme Kerviel a failli faire chavirer une banque française à cause d’une perte frauduleuse de 5 milliards d’euros… On parle de 10 Kerviels !
     
    CDS. Retenez bien ces 3 lettres.


  • Alison 7 novembre 2011 13:47

    La crise économique a démarrée bien avant 2008, l`une des principales raison qui fait qu`aujourd`hui le monde est dans cette situation est liée a la guerre en Irak.

    Le coût de cette invasion a été estimé à 3.000 milliards de dollars, ce chiffre est gigantesque, il n’est qu’une estimation de basse ampleur...

    En effet, il faut encore ajouter les 3.000 autres milliards de dollars supportés par le reste du monde. C’est donc nettement plus que ce que l’équipe de George W. Bush avait anticipé. Je rappelle que la Maison-Blanche avait estimé le coût de cette invasion à 50 milliards de dollars. On en est loin évidemment... Ce montant ne représente plus que trois mois d’occupation en Irak !

    Les dépenses américaines consacrées à la guerre en Irak s’élèvent à plus de 12,5 milliards par mois en 2008. Avec l’Afghanistan, ce total atteint 16 milliards mensuels, soit le budget annuel de l’ONU.

    Le problème c’est que ce montant a été financé par l’emprunt. Or, c’est la première fois que les Etats-Unis ne financent pas une guerre par l’impôt sur les citoyens. Les générations futures paieront donc pour une invasion décidée par leurs aînés.

    Le fardeau sera d’autant plus lourd à porter que les Etats-Unis devront fournir des pensions d’invalidité à environ 40 % des 1,65 million de soldats déjà déployés. Comme dans toute guerre, le nombre de blessés et donc d’invalides est supérieur au nombre de morts. En l’occurrence, la guerre en Irak aura provoqué 15 fois plus de blessés que de morts... uniquement du côté américain !

    Avec tout cet argent, les Etats-Unis auraient pu résoudre une grosse partie de leurs problèmes de sécurité sociale. Un sixième de cette somme aurait même suffi.

    La Maison-Blanche se retrouve en mauvaise posture pour affronter l’actuelle crise financière. Une crise qui n’en finit pas de provoquer des remous à Wall Street, au point que des banques prestigieuses ont perdu 80 % de leur valeur en quelques jours. Or, lorsque Wall Street éternue, ce sont les Bourses européennes qui se mouchent...

     



  • Alison 6 novembre 2011 14:27

    Bonjour,

    ma réaction a l`article va sans doute surprendre, je n`ai rien contre l`auteur ni les dizaines d`autres qui paraissent chaque jour ici ou la sur le constat de notre MONDE !
    Grèce, France, Europe, Libye etc... Merci internet l`arme américaine.

    Tout le monde juge tout le monde... Faut il être humble soit même et ce n`est nullement le cas actuellement.
    Confucius disait : « Le sage attend tout de lui même, le vulgaire attend tout des autres ».

    La Grèce fait le buzz expression a la mode alors que ce pays vit dans un total silence médiatique depuis 30 ou 40 ans, a part l`ile de Santorin sur la vitrine des agences de voyages. Source de toutes les spéculation actuellement, financière mais aussi de propagande politique et surtout de jugement individuelle. Chacun a son scenario souvent très noir en se positionnant a la place de l`autre, le peuple s`imagine banquier, politique, révolutionnaire... mais virtuel ne voulant risquer de perdre son confort personnel.

    Avez vous les solutions a tous les problèmes que nous vivons ?

    Le seul problème c`est l`homme ! Les peuples occidentaux versent inéluctablement dans les idées nationalistes, dans le repli sur soi et mettent le « pouvoir d’achat » au centre de leurs préoccupations… Quant aux citoyens des pays dits pauvres ou en voie de développement, qui eux aussi peuvent exprimer leurs choix grâce bulletin de vote, ils portent au pouvoir des religieux, des despotes ou des affairistes, le communautarisme ethnique, religieux ou sexuel devenant la règle dans ces sociétés estampillées « nouvelles démocraties »…

    C`est un fosse entre ces deux modèles ou le responsable n`est pas un homme mais des milliers. un peuple rêve simplement d`être libre alors que l`autre s`enferme dans des constats négatifs de leur situation souvent fruit de leur évolution.

    Ce n`est la finance, la politique, la religion qu`il faut changer mais plutôt d`arrêter de « juger » . Agir oui mais forcement de manière fracassante".

    Commençons par changer nous même de philosophie, ça ne va pas faire plaisir au site... Couper internet quelques jours, tv idem. découvrez l`autre, allez a sa rencontre y compris chez lui. redécouvrez le plaisir de vivre vous allez voir la vie n`est pas si noire et vaut le cout d`être vécue.

    Ma réaction va sembler très décalée, pas grave j`en avait besoin...

    Cordialement



  • Alison 4 novembre 2011 15:14

    Je viens de mettre ce message plus haut, ne sachant si vous le lirez je le replace comme une des réponses.

    Cordialement

    L`annonce du referendum a été perçu comme une bombe en Europe et notamment en France et en Allemagne mais pas en Grèce. Les Grecs ont vu plus le bébé qu`ont leur refilait se demandant pourquoi auparavant on ne les avaient jamais consulté « démocratiquement » comme vous dites, soit 1974.
    Depuis l`année dernière c`est « sauve qui peut ici ! », Les plus fortunés ont déplacé leur magot et quitte le pays, c`est le tour de la petite bourgeoisie tout comme ceux plus modestes revenus au pays constatant pas de boulot, pas d`argent...
    Tous constatent que le pays est toujours bercé par la politique grecque qui n`a pas changé avec en plus l`Europe grâce a qui la Grèce a vécu ces 25 dernières années.

    Maintenant vous occidentaux, vous voyez une revolte, "un signe de la démocratie" Parce que la plupart des gens connaissent la Grèce qu`a travers quelques exemples de la Mythologie, les iles , la mer mais combien d`entre vous avait entendu parler de la vie sociale, de l`importance du signe de l`argent, de la vie politique ?
    Peu j`imagine comme eux la France est un colorado, vous la Grece c`est la peste ou l`espoir.

    Dire que l`on est 27.... Je ne suis pas sur que même si on enlevait l`argent comme principal interet les peuples s`entendraient.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Europe Grèce

Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité