• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

André Bouny

André Bouny

Père adoptif d'enfants vietnamiens, préside le "Comité International de Soutien aux victimes vietnamiennes de l'Agent Orange et au procès de New York" (CIS), auteur du livre "Agent Orange, Apocalypse Viêt Nam", préfacé par Howard Zinn, avant-propos de Me William Bourdon, éditions Demi-Lune, 2010, Paris. http://www.editionsdemilune.com/agent-orange-apocalypse-viet-nam-p-33.html
et de l'ouvrage "Cent ans au Viêt Nam", éditions Sulliver, 2014 : http://www.sulliver.com/livre/livre.php?ref_article=9782351221501
puis de "Viêt Nam, voyages d'après-guerres / avec 40 dessins de l'auteur ", Editions du Canoë (renaissance des Editions de La Différence) 3 mai 2018, Paris : https://www.editionsducanoe.fr/tirages-de-tete/viet-nam-voyages-d-apres-guerres-tirages-de-tete
 
 
 

Tableau de bord

  • Premier article le 13/03/2007
  • Modérateur depuis le 07/06/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 22 47 428
1 mois 1 0 6
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 4 4 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • André Bouny André Bouny 3 mai 16:49

    @André Bouny
    P.-S. Le terme « écocide » est souvent attribué à Arthur W. Galston, botaniste qui participa au développement de l’Agent Orange (l’AO s’écrit avec des majuscules car non seulement il s’agit de cet agent chimique-là et pas d’un autre (Pourpre, Bleu, Rose, Vert, Blanc), et la couleur désignée n’est pas un adjectif qui se rapporte de cet agent d’autant que le produit n’est pas de couleur orange... mais un nom de code militaire de ce produit chimique permettant de le différencier des autres sans toutefois définir sa composition). Galston, à l’instar d’Einstein dans un autre domaine, devint « bioéthicien ». En effet, durant la seconde guerre mondiale, le professeur Ezra Kraus de l’Université de Chicago découvrit le 2,4-D, un des deux composés de l’Agent Orange, et s’empressa de le livrer au laboratoire de recherches de Fort Detrick pensant qu’il pouvait avoir des applications militaires. En 1943, le Dr Arthur Galston, père involontaire d’un prototype du redoutable composé contaminant de l’Agent Orange, remarqua que la présence d’acide 2,3,5-triiodobenzoique (TIBA) accélérait la croissance du soja et, qu’à forte dose, il le tuait. Le centre de recherches sur les armes biologiques de l’armée américaine à Fort Detrick (USAMRIID) s’empara de ces découvertes et s’en servit pour élaborer l’Agent Orange, officiellement comme défoliant, dans les faits comme une arme chimique. Par la suite, Galston et bien d’autres, s’opposeront donc à son utilisation au Viêt Nam. Alors, le terme « écocide » ?... Et bien il est attribué à Galston, utilisé par la suite par Olof Palme, et bien d’autres auparavant. En réalité, le premier qui eut recours à ce terme est un zoologiste vietnamien, Vo Quy, plus particulièrement ornithologue, ayant fait ses études en Chine, un des fondateurs de l’Université d’Hanoi. Il parlait et écrivait parfaitement le français, je l’ai connu. Il est mort il y a peu de temps, en 2017. « Naturellement », l’information occidentale supplanta celle du Viêt Nam, aussi ce n’est pas son nom qui reste accolé au terme « écocide », et pourtant... Il était sur le terrain et étudiait les effets de l’Agent Orange pendant la Guerre américaine au Viêt Nam. Bien sûr il partagea avec ses pairs états-uniens et autres, quels qu’ils soient, et ne revendiqua la paternité de rien du tout... Il en fut ainsi.    



  • André Bouny André Bouny 3 mai 15:03

    @Et hop !
    Bonjour Et hop !,
    Exemples, marrées noires, dégazages en mer, épandages de molécules cancérogènes au travers des herbicides et pesticides agricoles, ou bien utilisés par les collectivités territoriales, voire entreprises relevant de l’aménagement du territoire à forte participation de l’Etat... (tandis que dans le cas de la vaccination bien que relevant elle aussi en amont de la chimie de synthèse , la ministre de la Santé n’est qu’une actrice située en aval qui pense prendre des décisions appartenant à la prophylaxie vous me direz, qu’en est-il des groupes d’influences et autres lobbystes des laboratoires, etc.. Cela posé, il est difficile aujourd’hui de définir là où commence la transgression de la réglementation de protection de l’environnement et, davantage encore, là où elle s’arrête. C’est au cas par cas, en fonction du rapport des forces locales lésées et plus largement des intérêts économiques. Le plus souvent, jusqu’à ce jour, dans les « grandes affaires » portant atteinte à l’environnement dont dépend la vie des populations concernées, que ce soit en temps de guerre ou de paix, généralement, les arguments des parties plaignantes font l’objet d’une interprétation restreinte, tandis que ceux des sociétés défenderesses font l’objet d’une interprétation élargie. En quelque sorte, la douleur de la chair contre la douceur de l’argent. Aussi, la législation nationale de l’un des pays membres d’un traité international (qu’il a signé et ratifié) peut peser en matière de jurisprudence et créer un précédent, comme disent les anglo-saxon. 
          



  • André Bouny André Bouny 15 août 2018 21:17

    @Aristide

    Vous avez parfaitement raison : l’adoption n’est pas un acte humanitaire. Et ne doit surtout pas l’être. Père se suffit. Il s’agit simplement d’une commodité évitant d’avoir à ressasser un chemin de vie, prévenant la sempiternelle question : pourquoi cet engagement constant envers le Viêt Nam ?... engagement très antérieur à l’arrivée de mes enfants. Ceci comprend effectivement le risque d’entretenir la confusion à laquelle vous faites référence, tandis qu’il s’agit de deux choses complètement différentes. Faisons confiance à l’intelligence des gens.


  • André Bouny André Bouny 15 août 2018 18:45

    @Oceane

    J’en suis heureux.
    C’est la raison première d’un livre smiley


  • André Bouny André Bouny 14 août 2018 20:22

    @Dom66

    Merci.
    Oui, c’est ça.
    Cependant, des gens comme Howard Zinn, Noam Chomsky, et pas qu’eux.... bousculent toute cette bien-pensance conformiste de cette pensée enfouie : « le monde est à nous ». Tout ce qui est aux autres est à nous, tout ce qui est à nous n’est qu’à nous.
    Bien à vous
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès