• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Décrypteur

Un citoyen parmi ses semblables, attentif au monde dans lequel il vit, et souhaitant exprimer son point de vue.

Tableau de bord

  • Premier article le 25/04/2020
  • Modérateur depuis le 05/05/2020
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 5 27 238
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique








Derniers commentaires



  • Décrypteur 18 mai 2020 16:08

    Il ne me semblait pas nécessaire détendre ce discours à l’ensemble du monde occidental tellement c’était évident. Et bien voilà, c’est fait.

    Quant à la disqualification complotiste, elle est usée jusqu’à la corde et ne convainc plus que les naïfs (pour rester correct).

    Et non, l’on n’est pas mentalement dérangé du seul fait de ne pas bêler avec le troupeau.

    Pensez par soi-même est bien plus salutaire que toute autre médecine. Vous devriez essayer cher Dimitrius, c’est absolument indolore.



  • Décrypteur 15 mai 2020 14:18

    Il est impossible de définir un taux fiable en l’état actuel de nos connaissances. On sait seulement que :

    1. Il existe un nombre de cas asymptomatiques important (voire très important selon une étude chinoise, et une autre allemande). On avance sur la base de ces études des chiffres jusqu’à 80% d’asymptomatiques. Comment définir un taux dans ces conditions ? C’est peut-être (sans doute, ou pas) exagéré, mais ça démontre que tout n’est que spéculation, avec des marges d’erreurs immenses.
    2. La fiabilité des tests est largement mise en cause. Il existe une abondante littérature sur ce sujet.
    3. Les chiffres émanent uniquement de sources officielles, c’est à dire étatiques. Peut-on vraiment faire confiance aux états, pour qui le mensonge est un mode de gouvernement ordinaire. Ces chiffres ne font l’objet d’aucune vérification contradictoire. Bref, ils n’ont pas grande valeur.
    4.  L’histoire nous montre que l’on ne parvient jamais à connaître les chiffres exacts d’une épidémie, même de nombreuses années plus tard. Les chiffres concernant la récente grippe de Hong Kong et celle plus ancienne dite Espagnole font toujours débat, avec des marges de plusieurs centaine de milliers à plusieurs millions.

    Donc tenter d’établir un classement de la mortalité liée au Covid alors même que l’épidémie est encore en cours me semble relever davantage de l’incantation divinatoire que de l’observation scientifique. Quoiqu’il en soit, nous sommes tous tentés d’expliquer par les chiffres ce que l’on entend (une catastrophe sanitaire) mais que l’on ne voit pas (en réalité, il ne se passe pas grand chose). C’est humain. Mais c’est un piège. Prenons y garde. 



  • Décrypteur 15 mai 2020 12:49

    Merci pour cet article à consommer sans modération.

    Juste une remarque concernant la polémique sur les chiffres. Ils ont un point commun : ils sont tous faux. Ils sont partiels, partiaux et non vérifiés. La seule certitude que l’on a c’est que les gens ne tombent pas comme des mouches autour de nous. De là à penser que l’histoire est surjouée, il n’y a qu’un pas que je franchis allègrement.

    La peur est mauvaise conseillère, c’est bien connu. Donc bas les masques et en avant les trompe le mort. Attention quand même en traversant la rue, les bagnoles sont plus dangereuses que les virus...



  • Décrypteur 14 mai 2020 12:22

    La question posée par ce texte est fondamentale. C’est celle du réel. Elle ne date pas du coronavirus, mais elle a pris un relief particulier depuis son arrivée. Ce dernier cristallise en effet les fake news de tout bord, et faute de connaissances sérieuses sur son origine et sa nature, il alimente toutes les spéculations.

    Malheureusement, le réel est devenu ce que ce que l’on désire qu’il soit, et non ce qu’il est. Le réel existe pourtant, mais ici, il nous est inconnu

    Le confinement tel qu’il a été ordonné a-t-il été efficace ? Personne ne peut le prouver sur la base de faits réels et avérés. Peut-être aurait-il été plus efficace s’il avait été déclenché plus tôt en ne ciblant que les personnes à risques ? Peut-être que ses conséquences économiques vont entraîner des conséquences meurtrières au niveau planétaire pires que le celles du virus ? Nous n’en savons rien. Il est bien trop tôt pour le dire. Mais ces hypothèses sont sur la table.

    En dehors des chiffres bruts et sujets à caution qui nous sont livrés par les sources officielles, et non vérifiés contradictoirement (ce qui serait le minimum), nous ne savons rien des effets réels de ce virus. 60 000 vies épargnées dites-vous ? Mais d’où sort cette évaluation ? Personne ne connaît la seule donnée qui pourrait servir à élaborer le début du commencement d’une théorie, à savoir le nombre de personnes contaminées (une étude chinoise parle de 80% de cas asymptomatiques !). Dès lors, seules des hypothèses sont formulées. Or dans un raisonnement scientifique, une hypothèse nue n’a aucune valeur.

    A ce stade de nos connaissances, contentons nous d’observer et de ne pas tirer de conclusions hâtives. Si les chiffres donnés par l’OMS sont exacts (ce dont on peut douter), le virus aurait tué environ 300 000 personnes à ce jour. Objectivement, ce chiffre est ridiculement faible si l’on considère les bouleversements et les catastrophes durables qui vont résulter des mesures prises. Mais nous n’avons pas la moindre idée de la manière dont la situation va évoluer et quelles seront les conséquences réelles, à moyen et à long terme, de la diffusion de ce virus. 

    Nous devrions seulement être vigilants et prendre garde à ce qu’il ne dévore pas complètement ce qu’il nous reste de nos libertés.



  • Décrypteur 11 mai 2020 18:48

    J’ai publié il y a 2 semaines un article tentant de sensibiliser sur l’irrationnalité de cette peur (https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/n-ayez-pas-peur-du-covid-19-223619). Néanmoins, avec 4500 vues, je ne m’attendais pas à être invité par BFM...

    Les couards sont majoritaires et imposent à tous les conséquences de leur panique. Mais n’oublions pas que ce sont les minorités agissantes qui font basculer le cours de l’histoire. Ceux qui se sont résignés à se soumettre à la peur se résigneront aussi bien à se soumettre à la raison. Il faut seulement leur montrer la voie de cette raison. Pas gagné quand establishment et médias réunis hurlent au loup d’une même voix, mais il faut garder espoir, de petites voix dissidentes commencent à se faire entendre ici et là (vous citez Comte Sponville, mais il y en a d’autres), et brouillent à bas bruit la propagande d’Etat. Ce travail de fond doit se poursuivre, il finira par produire quelque chose. 

    Mais il faut rester vigilant, car l’agitation sociale qui naîtra immanquablement de cette crise pourra engendrer le meilleur comme le pire. Merci de nous rappeler à ce sujet les conséquences funestes de la crise de 1929. Le contexte est certes bien différend, mais les réflexes n’ont probablement pas changés.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre Covid-19 Chine Surveillance

Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité