• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

docdory

docdory

Je suis né en 1957 , j’exerce la profession de médecin généraliste , je suis un passioné de sciences et d’arts , en particulier de musique . Je suis rationnaliste et défenseur acharné de la laïcité . Je déteste le " politiquement correct " et ne manque aucune occasion de le faire savoir .

Tableau de bord

  • Premier article le 27/09/2006
  • Modérateur depuis le 09/11/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 50 6872 7440
1 mois 0 7 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 254 171 83
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • docdory docdory 4 juillet 18:49
    Il faudrait adapter aux non-binaires les aphorismes misogynes concernant les femmes, ça pourrait être amusant ! 

    Un petit exemple :« Celui qui cherche une femme belle, bonne et intelligente, n’en cherche pas une mais trois. »
    Oscar Wilde (1856-1900) 
    Traduction non-binaire : « celui qui cherche un.e non-binaire beau.elle, bon.ne et intelligent.e n’en cherche pas un.e mais trois (mais il peut chercher très, très longtemps ! ) » 

     Un aphorisme encore plus de circonstance :
    « Les femmes sont comme les miroirs, elles reflechissent mais ne pensent pas. »
    Henri Beraud (1885-1958)
    « Les non binaires sont comme les miroirs, ils-elles réfléchissent, mais ne pensent pas » Voilà qui s’applique parfaitement à ce pauvre porte-parole du mouvement LGBT !

    Enfin, ce brave non-binaire pourra peut-être se consoler dans l’au delà si l’on en croit la maxime chrétienne bien-connue :« Beati pauperes spiritu, quoniam ipsorum est regnum caelorum. »


  • docdory docdory 4 juillet 18:38

    @Massada

    Excellent !



  • docdory docdory 29 juin 19:09

    @ Daniel Martin


    Effectivement, la suppression du mot « race », concept totalement absurde du point de vue scientifique, était une nécessité pour la cohérence intellectuelle de la constitution.

    En général, les textes constitutionnels les plus courts sont les meilleurs. Il aurait donc fallu réduire la phrase : « Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion » par la phrase « Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens ». En effet à quoi bon tenter d’inventorier dans le texte de la constitution un catalogue d’exceptions farfelues à l’égalité entre les citoyens, exceptions que la créativité humaine, si féconde dans ce domaine, ne manquera pas d’imaginer dans l’avenir. 

    C’est pour cela qu’il est contre-productif d’ajouter le mot « sexe » dans la liste alors que l’on a supprimé le mot « race ». Restons simples et supprimons purement et simplement du texte constitutionnel cette liste ( non limitative ou trop limitative ) d’exceptions !



  • docdory docdory 27 juin 12:10

    @ Real Scandinavie


    1°) Le terme « islamophobie » sous-entend l’existence d’une maladie mentale « une phobie », laquelle consiste à craindre de façon irrationnelle des dangers imaginaires ( phobie des souris, des araignées, etc ... ). 

    Or l’islam n’est nullement un danger imaginaire puisque cette religion à été responsable depuis 2015 d’environ 250 morts et plus de 950 blessés en France, au cours d’attentats musulmans qui ont été commis en son nom par certains de ses adeptes. 
    Donc, craindre l’islam n’est nullement une « phobie », mais relève simplement du réalisme et de l’instinct de conservation élémentaire.

    2°) L’extrême-droite en Scandinavie n’a rien à voir avec le parti des démocrates suédois et autres partis analogues. Les idées d’extrême-droite ( croyance en l’infériorité de la femme, totalitarisme, volonté d’anéantir les homosexuels, les athées et autres, soumission à un ordre moral implacable ) ont par contre une très forte ressemblance avec ce qui se prêche dans nombre de mosquées....en Scandinavie et ailleurs !



  • docdory docdory 26 juin 17:52

    @ Vera Michaïlichenko


    Excellent article. La question qui se pose est « pourquoi certaines idées sont considérées comme si dangereuses que l’on veut empêcher par n’importe quel moyen, même les plus liberticides, leur expression, et par qui sont elles considérées comme dangereuses ».
    D’une certaine façon, c’est considérer les usagers des médias en général et d’internet en particulier comme des enfants dépourvus d’esprit critique qu’il faudrait protéger contre les « mauvaises pensées » et les « fausses nouvelles » dont ils seraient dans l’incapacité intellectuelle de reconnaître le caractère éventuellement nocif ou fallacieux.

    Il faut remarquer qu’il y a eu grosso modo deux époques dans l’histoire contemporaine de la censure.

    La première époque, avant les années 70, au cours de laquelle les films étaient soumis à une commission de censure très stricte, les actualités télévisées, qui étaient exclusivement publiques ne devaient pas déplaire au gouvernement et étaient étroitement contrôlées par lui, et les idées subversives pourchassées. La fin de cette époque a été marquée le 13 décembre 1971 par la fameuse sortie de Maurice Clavel « messieurs les censeurs bonsoir ! » 
    On peut dire qu’avant cette date, la censure était gouvernementale et « de droite » et la liberté d’expression défendue par « la gauche » ( son expression emblématique était alors le fameux slogan de mai 68 « il est interdit d’interdire » )

    La deuxième époque a commencé avec l’apparition de l’idéologie « politiquement correcte » qui est d’une certaine façon une sorte de condensé des « valeurs soixante-huitardes » . Cette époque a commencé le premier juillet 1972 avec le vote de la loi Pleven ( qui fut suivie de quelques autres telles que la loi Gayssot ), loi limitant drastiquement la liberté d’expression telle qu’elle était définie par la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse. Cette loi partait de bonnes intentions : son but était de lutter contre le racisme et la discrimination. Mais on peut dire qu’à partir de cette loi, la censure fut l’apanage de la gauche et ses victimes furent pour la plupart de droite ( exemple : Eric Zemmour ).

    L’application de cette loi est à l’origine de critiques pertinentes et ne fait que transférer le pouvoir de censure auparavant l’apanage du pouvoir exécutif, vers le pouvoir judiciaire. Son application instaure une sorte de gouvernement des juges en ce qui concerne l’expression des idées, tout aussi arbitraire que le contrôle des idées par le pouvoir exécutif. Beaucoup plus grave, cette loi est de plus en plus utilisée pour tenter de rétablir subrepticement le délit de blasphème en France. L’exemple le plus démonstratif est le procès contre Charlie hebdo suite à la publication des caricatures de Mahomet le 8 février 2006. Ce procès fut intenté en vertu de cette loi par l’UOIF, la grande mosquée de Paris et la ligue islamique mondiale. D’une certaine façon, ce procès, bien qu’il ait été perdu par ceux qui l’avaient intenté, fut en réalité une sorte de répétition générale de l’attentat contre Charlie Hebdo de 2015. Si les moyens employés furent différents, l’idéologie (l’islam ) qui a attaqué Charlie hebdo était la même dans les deux cas (procès et attentat ), et le but politique exactement identique : limiter la liberté d’expression et punir le blasphème contre l’islam !

    Ces deux actions contre Charlie hebdo ont marqué le début d’un recul massif de l’idéologie politiquement correcte dans l’opinion publique, qui ne la supporte plus dans de nombreux pays. Cette idéologie, qui tenait sous sa domination et sa poigne de fer la quasi totalité des médias, les écoles de journalisme, l’essentiel des partis politiques, et l’immense majorité du monde universitaire en ce qui concerne les lettres et sciences humaines, vient de subir un certains nombre de défaites électorales majeures et cuisantes dans tout le monde occidental ( Pays du groupe de Visegrad, Autriche, Italie, USA , Danemark, Pays-Bas, Grande Bretagne ) et elle est très fortement menacée dans la plupart des autres pays de l’UE ( Allemagne, France ).

    Cette défaite idéologique n’a été rendue possible que parce que le net était jusqu’ici un espace de non-censure, seul espace ou l’idéologie politiquement correcte post soixante-huitarde a pu être combattue en toute liberté. Malheureusement , l’idéologie politiquement correcte semble régner au sein des directions des grandes entreprises du net ( google facebook youtube etc...) , qui ne supportent manifestement pas les bouleversements politiques issus de sa remise en cause. Ces entreprises ont donc commencé à privatiser la censure, du fait de l’inefficacité et du caractère contre-productif des politiques publiques de limitation de la liberté d’expression, qui ont été incapables de s’opposer à l’effondrement généralisé de l’idéologie post soixante-huitarde ....



Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès