• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

docdory

docdory

Je suis né en 1957 , j’exerce la profession de médecin généraliste , je suis un passioné de sciences et d’arts , en particulier de musique . Je suis rationnaliste et défenseur acharné de la laïcité . Je déteste le " politiquement correct " et ne manque aucune occasion de le faire savoir .

Tableau de bord

  • Premier article le 27/09/2006
  • Modérateur depuis le 09/11/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 50 6885 7449
1 mois 0 4 0
5 jours 0 1 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 254 171 83
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • docdory docdory 18 janvier 19:34

    @Sylvain Rakotoarison

    Désolé, mais je ne partage pas votre enthousiasme vis-à-vis de Basquiat.

    Si l’on considère l’ensemble des tableaux qui illustrent votre article, le seul qui soit regardable est le premier d’entre eux, mais il est d’un style tellement différent des autres que je ne suis pas du tout sûr qu’il ait été peint par Basquiat ! Disons que ce portrait est le seul tableau de la série qui démontre une certaine maîtrise de la peinture.

    Peut-être s’agit-il du portrait de Basquiat par quelqu’un d’autre ? 

    S’il s’agit bien d’un autoportrait de Basquiat, pourquoi fait-il exprès de peindre n’importe comment ses autres tableaux ? A quoi bon peindre mal quand on sait bien peindre ?

    Pour ce qui est du reste des tableaux qui servent d’illustration à votre article, ils n’ont guère plus de valeur artistique que les innombrables petits dessins rageurs que font les enfants et adolescents en marge de leurs cahiers lorsqu’ils s’ennuient en classe, ou que les innombrables tags qui illustrent les murs de nos villes ( honnêtement, il y a dans ma ville à Rouen quelques tags qui sont à mon avis de bien meilleure qualité artistique que les tableaux de Basquiat ! ).

    Quant à la peinture de Tyrannosaurus rex, n’importe quel enfant de 6 ou 7 ans en dessine des aussi bien !

    Seul le snobisme du marché de l’art fait que les tableaux de Basquiat atteignent des sommes extravagantes, sans aucun rapport avec leur valeur intrinsèque.

    Bon nombre de dessinateurs de bandes-dessinées ou d’ artistes concepteurs de jeux-vidéos sont bien plus talentueux artistiquement que Basquiat, et pourtant sont payés des clopinettes ! Allez comprendre....



  • docdory docdory 14 janvier 14:16

    @Mylène

    Vous prétendez que « cela n’a rien à voir avec la religion ». Je soutiens la thèse inverse selon laquelle cela a tout à voir avec la religion. En effet, les Houtis sont des adeptes du zaïdisme, une des trois variantes du chiisme, alors que les autres yéménites sont des sunnites.
    Ceci explique que les Houtis soit soutenus militairement par l’Iran chiite et les autres Yéménites par l’Arabie Saoudite sunnite.

    Il s’agit donc d’une guerre de religion entre l’islam sunnite et l’islam chiite, qui reste limitée parce que l’Iran et l’Arabie Saoudite n’osent pour l’instant pas se lancer dans une guerre directe, et préfèrent se faire la guerre aux marges de leurs zones d’hégémonie idéologique. ( Yemen, Syrie Irak )

    Une guerre directe entre l’Iran et l’Arabie Saoudite se traduirait par des destructions respectives massives, des millions de victimes, un collapsus économique des deux belligérants et un effondrement durable de l’expansionnisme mahométan, faute de financement, car l’argent est le nerf de la guerre et vient en général rapidement à manquer...



  • docdory docdory 14 janvier 13:21

    @ Dr Salem Aketbi

    Si l’on en croit les idéologues mahométans, l’islam serait une religion d’amour de tolérance et de paix ( d’où son surnom de religion RATP ). Selon eux, lorsque l’ensemble des terriens aura adopté la religion mahométane, la paix régnera sur cette planète.

    Or, l’ensemble des faits que l’on peut constater quotidiennement démontrent précisément l’inverse.

    Le cas du Yémen est particulièrement caricatural : voici un pays dont la population est à 100 % musulmane ( il doit bien y avoir quelques athées, mais s’ils se déclarent tels, leur espérance du vie n’excède pas quelques jours ! ). Et malgré cette hégémonie mahométane totale, force est de constater que les habitants de ce pays s’étripent entre eux parce qu’ils appartiennent à des factions de l’islam divergeant sur d’obscurs points de doctrine. 

    Donc, au mensonge officiel selon lequel « l’islam c’est la paix », il faut opposer la constatation empirique issue de l’observation minutieuse des faits : « l’islam, c’est la guerre » !

    En conséquence de quoi, le peuple yéménite, s’il veut un jour vivre en paix, doit tout d’abord et avant toutes choses se débarrasser de l’islam. Hélas, ce n’est pas demain la veille !...

    Le seul avantage de la situation, c’est que tant que les musulmans s’entretuent, ils en oublient ( un peu seulement ) de commettre des attentats dans le monde libre ( c’est-à-dire dans le monde non-musulman ).



  • docdory docdory 10 janvier 13:21

    Certes, c’est une scène de fin géniale, mais bon, il y a quand même d’autres scènes de fin grandioses, voire mythiques dans l’histoire du cinéma :

    -La scène de fin de « 2001 Odyssée de l’espace »,

    -la scène de fin de « l’armée des 12 singes » ,

    -la scène de fin glaçante des « Oiseaux » de Hitchcock

    -la quasi-scène de fin de « la mort aux trousses » de Hitchcock

    -la scène de fin profondément pessimiste de « Terminator 3 » qui conclut à la perfection la trilogie « Terminator 1,2 et 3 »,

    -la scène de fin de « Alien, le huitième passager » ,

    -la scène de fin de « freaks » de Tod Browning.

    J’en trouverais probablement d’autres si je cherchais bien !



  • docdory docdory 21 décembre 2018 12:02

    @Fergus

    Il faut quand même constater que la peine de mort est rétablie de facto pour les terroristes, dont l’immense majorité se fait liquider avant d’avoir l’occasion de passer devant les tribunaux. Seul Salah Abdeslam et un ou deux autres ont échappé à cette liquidation !
    Sachant que le coût annuel d’une incarcération est de 36 500 euros, ce qui fait plus de un million d’euros pour une peine de sécurité de 30 ans, et ce pour des criminels qui seront strictement non ré-insérables dans la société, le contribuable ne peut que se réjouir de ces exécutions qui ne disent pas leur nom ...

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès