• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

GRL

GRL

Citoyen en observation passionnée du comportement des masses sociales au travers de comportements individuels et de l’acte politique. Comment la masse s’approprie-t-elle une idée ? Peut on parler de physiologie de la societé lorsque la raison et le sens sont couverts par une poussée idéologique quasi "hormonale" qui occulte parfois le bon sens et bâtit ses murs et ses limites sur la désignation d’un " ennemi " ?

Activités : Musique / Afrique / Ecriture
 

Tableau de bord

  • Premier article le 10/11/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 332 9
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • GRL GRL 18 septembre 2008 18:03

    Et la boucle est bouclée Merci Paul Villach , avec vous on avance.

    Sauf que je n’ai strictement rien à vous vendre en parlant à vos pulsions. C’est une information que je vous donne , oui , c’est pas une stimulation émotionnelle et si la pub en faisait autant , elle serait bien plus saine pour l’individu et pour le groupe social entier ... mais çà ne vous parle pas vraiment. Tant pis , si vous ne voyez aucune difference entre ce dont vous parlez et ce dont je parle , restons en là , c’est stérile.

    Fatiguant ...



  • GRL GRL 18 septembre 2008 16:43

    Au premier degré au second degré , Paul , on ne passe que quelques secondes devant une pub. il est évident que celui qui la regarde ne se dit pas dans son fort interieur , " Mais d’où vient cette érection incontrôlée qui monte subitement alors que çà parle binouse ? " .... hahemmm ...... Oui , j’avais bien compris. Ce que vous appelez leurre pourrait même s’appeler de la flatterie masculine en quelque sorte, et n’est pas dépourvue d’humour non plus ...

    Mais le véritable leurre est ailleurs. Et le moteur se démonte , c’est une question de patience, d’observation et surtout d’ouverture. Seulement il est plus facile de comprendre cette mécanique à mon sens, en analysant une philosophie sans éthique qu’est celle de la publicité , plutot que de partir de la publicité elle même. L’important restera que le produit et l’objet sexuel sont mis en relation, non pas pour vendre du sexe évidemment , mais ici, de la biere. Du reste , parler aux pulsions primaires , et parler au porte monnaie du consommateur trouve au travers de la publicité , sa langue commune. Et çà c’est le seul leurre sérieux que je puis voir dans tout çà. Reveler et entretenir ( parce que la pub , c’est tous les jours et tout le temps ) l’etre compulsif, justifier ses soubresauts consuméristes en parlant de désir , plaisir , satisfaction légitime en tout lieu et toute situation ... c’est aussi , à cause de la répétition , à cause du débit ( la douche émotionnelle ) une culture qui nait ... car les arguments pour expliciter la légitimité des pulsions émanent des mêmes , de ceux qui veulent vendre .

    Mais l’etre en question , l’humain , subit des effets sur le long terme d’une telle école . Finalement , qu’on prenne le probleme par le leurre de l’appel sexuel pour stimuler l’oralité ou le leurre de l’agression physique de rue pour vendre des alarmes ou des assurances , la technique est la même et celle ci est un vrai leurre à mon avis. Saisissez vous ?



  • GRL GRL 18 septembre 2008 15:00

    Non Gecko, vous n’etes pas SM à mon sens, même si l’on ne s’arrete qu’au sexe reconnu dans la pub , le sujet n’est pas vraiment traité ici. Apres , la pub pour la pub n’est tout de même pas une fin en soi. Mr Villach, voit des seins sur les verres de bières , voit des culs dans les abricots ( l’autre article ) et jubile. comme les montages sont éloquents et qu’il voit certainement la patte du publiciste , il dit , vous avez vu ? Vous avez vu , c’est du sexe , ahaaahaaa , je vous le disais , ils utilisent du sexe ... tûtût qui c’est qu’a dit non ? Toi , ? ahaaah , t’es coincé d’la fesse , et toc ! ... parce que j’en suis sur j’vous dis , ils utilisent du sexe !

    bon ok , ... la biere et les abricots , cherchez encore Mr Villach il y en a d’autres et n’oubliez surtout pas de nous avertir des que vous en aurez repéré un de plus . ... Si si , Gecko , çà peut devenir une rubrique à part .



  • GRL GRL 18 septembre 2008 12:09

    C’est drôle que tu bloques là dessus en fait , parce que l’on sait tres bien tout çà , on l’a vu revu , on sait tres bien que la pub utilise ces paralleles . Ce serait tellemnt plus interessant si tu expliquait pourquoi , pourquoi elle le fait !

    La pub le fait pour mettre le spetateur en état de réceptivité pulsionnelle . Le miracle de la pub est celui , ci , je te l’avais mentionné d’ailleurs la derniere fois , en te disant que la pub avait compris que par exemple , lorsqu’on s’adresse à un téléspectateur comme à un enfant de douze ans , il y avait de fortes chances que sa réponse soit celle d’un enfant de douze ans .

    le produit à ingérer , par plaisir , pour son gout , et pas par besoin vital , est désirable que si l’on réveille une pulsion qui va stimuler l’oralité , qui va stimuler l’envie de sentir cette biere couler dans notre gosier pour la promesse d’un plaisir rafraichissant . Il faut alors d’une part , que le consommateur soit en état de réception , c’est à dire , que le message inscrive une trace émotionnelle durable qui se réactivera en passant devant la biere au supermarché , et pour çà , on utilise le second message , on sensualise le produit , voire on le sexualise. Pourquoi ? La cible destinée est masculine, et la mise en état de réceptivité d’un homme est tres efficace lorsqu’elle passe par là. C’est la trace, qui fait que l’oralité est provoqué par un stimulus à caractere sexuel , l’oralité est touchée " en mémoire " , c’est elle qui se réveillera au supermarché du coin . C’est en fait assez subtil , et surtout , comme çà fait appel aux chemins émotionnels , la cible mise en état de receptivité se trouve alors assez ... prévisible . C’est ce que veut la pub , c’est ce qu’elle a . mais peut etre que la marque passe d’ailleurs ici au second plan. En fait , regarde une de ces pubs et t’as juste envie de te prendre un bonne biere .... pas forcément une kinkin ... Mais par contre , lorsque deux jours plus tard, l’étui de la kinkin te reviens à la vue dans les rayons , là , tu es plus propice à avoir envie d’acheter de la biere, même deux jours apres la pub . C’est l’empreinte émotionnelle et c’est important de signaler qu’elle existe.

    Apres , qui te dis que c’est la kinkin que tu vas choisir , étant donné que toutes les marques se cotoient sur l’étal ? ... Mais bon c’est sur , à message pulsionnel , réponse pulsionnelle souhaitée.

    De la manipulation moderne , sans information . La réclame en ce sens était différente. Entre paranthèses , on utilise la même technique dans les JT en pressant l’émotionnel sur les themes de la peur ,et du danger. Juste derriere , les pubs arrivent et on y attends une réaction maximale. Acheter rassure surtout quand on te vend des assurances apres t’avoir montré des agressions ... C’est orchestré avec soin . J’apelle çà la douche émotionnelle . Cà empeche un individu de reflechir , çà le cantonne dans ses pulsions.

    Alors ce que tu remarques candidement là , en essayant de savoir si les gens y reconnaitrons leurs propres fantasmes ou se coinceront comme de roses puritains est une chose qui peut etre un jeu , oui. Mais sans en parler , tu évoques ici une des utilisations la plus sombre et la plus dévastatrice de la psychologie. Ce que tu cites là possede des tenants et des aboutissants. J’aurais aimé un peu plus de prise de parti voilà tout. En 2008 la plupart des gens sait qu’il existe une dimension humaine des fantasmes . Mais celle ci n’est pas autoalimentée dans le cas de la pub . Il y a des gens qui donnent la becquée derriere et ramassent le blé à l’arrivée. Mal nécessaire à une societé basée sur la consommation peut etre puisque faire survivre un économie équivaut à consommer, mais la " douche émotionnelle " reste un processus dont les effets secondaires commencent à avoir une énorme cinétique sociale sur un nombre croissant d’individus. D’où ma réaction.

    Merci de votre lecture.

    GRL



  • GRL GRL 16 septembre 2008 11:57

    Guerre de vérité , guerre d’influence en résultat peut etre , mais guerre autrement moins dévastatrice qu’elle ne le serait dans une autre époque . Un signe d’évolution majeur , essayez un peu de transposer ce phénomène dans une autre époque ? Des millions de gens voulant savoir , voulant dire , celà , çà a toujours existé ! Mais au bout de celà , il y avait souvent le bucher ... et çà aussi çà a existé . On notera alors en premier effet , un message mondial , une incitation mondiale à prendre la parole et dire , demander , un message irresistible qui se répand en une dimension incontrôlée qui se voudrait globale mais qui trouve ses limites dans l’équipement technologique ( par exemple , l’Afrique ne peut participer à cet engouement comme nous , manque de connexions ) , ou à cause de régimes ( le plus " populaire " étant le régime chinois qui on le sait , cloisonne l’information ) .

    Les régimes interdisant la libre parole sont ainsi directement attaqués par la volonté même des internautes qui comme nous , sont motivés par les mêmes questions que nous , sont désirant de la même volonté de dire ou de demander que nous , évidemment .

    Alors oui , cette guerre de la vérité comporte là une dimension qui , on le devine , la rendrait d’autant plus efficace si tout le monde pouvait la mener. Vous imaginez bien , les populations mondiales entierement équipées du net , l’organe de communication pourrait commencer à trouver son équilibre. Pourquoi ? Parce que l’information circulant globalement et librement dans les deux sens, l’on pourrait pour la premiere fois de l’histoire , connaitre , si l’on le désirait , une .... opinion mondiale . C’est une finalité non dite , mais c’est en ce sens que la vérité perdrait vite son poids devant l’opinion globale . Mais l’opinion dispose comme le dit l’article , de plusieurs sources et chacun peut croire aveuglément ou comparer , discerner , trier et choisir.
    Cette opinion est un résultat que personne ne contrôle , c’est hypotétiquement la réalité de ce que le monde croit ou veut à un instant donné.

    Alors individuellement , cette quête demande et demandera encore , de mener en nous même un autre guerre , de la transposer en nous plutôt que de la vomir sur l’autre dont l’opinion est différente , dont la vérité est différente . Une guerre de discernement et de tri .

    C’est ainsi que le net , par les milliards d’échanges qu’il héberge chaque jour , est aussi un lieu d’influence dans lequel le discernement est une véritable éducation ... que l’on acquiert , ... ou pas . L’absence d’information ayant laissé place à la redondance d’information , l’on demande alors au quidam , de choisir entre plusieurs vérités qu’il ne peut pas prouver, en quelque sorte . La pensée unilatérale laisse alors place à une pensée qui demande votre part active , qui demande à ce que chacun connaisse mieux l’humain , ses reflexes , ses peurs et leurs influences sur sa propre opinion. Et c’est ici que l’internaute " non éduqué " fera part belle à l’opinion directement en réponse avec ses émotions et plus classiquement ses peurs , et que celui qui s’éduque cherche un réalisme, un probable , un possible , dans les thèses et différents arguments d’un courant de pensée. Le 11 / 09 est un formaidable exemple de gens tous interessés par la question , mais dont une partie cherche à apaiser ses peurs exprime encore le traumatisme d’un choc ( c’en était un du reste ! ) , et une autre qui domine ses peurs et cherche à passer la barriere émotionnelle pour s’interesser aux raisons , aux causes dans une volonté de se rapprocher ( et je dis rapprocher car la réalité n’est toujours pas exprimer en tant que telle ) du REEL lorsque deux VERITES s’entrechoquent . Le réel pour départager , le réel pour pouvoir continuer à avancer , pour tirer des leçons , pour évoluer.

    Ainsi les forces à l’oeuvre incluent des propagandes actives , et nous savons tous aujourd’hui à quel point il est facile de faire prendre une nouvelle habitude branchée aux internautes , ou de lacher le nouveau courant de pensée qui fera boule de neige . Et comme toujours , il est plus facile de détourner une opinion que de la construire. En ce sens rien de nouveau pour les hommes , la politique est toujours présente. La seule chose qui change est que la pensée n’est plus unilatérale .

    C’est pour çà qu’au travers d’une volonté nouvellement exprimée de connaitre LA vérité , se dessine comme toujours des guerres d’opinions étant donnée la multitudes de vérités qui jalonnent la réalité. Le monde se voudra peut etre plus réaliste , mais peut etre pas . Le progres se situe certainement dans une globalisation possible ( mais non réalisée ) d’un moyen de délivrer son opinion ( avoir à un moment donné , l’avis de tout le monde assez rapidement ) mais la nature humaine profonde ne s’est jamais contentée de la réalité pour fabriquer les vérités , et celà est profondément ancré en chacun de nous mêmes car nous possédons des peurs . Toute l’éducation va alors dans ce sens , quelle philosophie , quelle idéologie , nous ferait progressivement rationnaliser nos peurs , accepter qu’elles existent sans les laisser gouverner en nous , lorsqu’elles fabriquent notre opinion . C’est la question interne à mon sens , à la guerre de verité dont parle l’article. 

    Dans un futur que l’on souhaite , peut etre la globalisation de l’opinion donnera alors des raisons de vouloir s’attacher au réel des choses pour ce qu’il est , afin de garantir un équilibre devenu alors nécessaire pour une espece telle que la notre. A ce moment là seulement , la guerre de la vérité aura trouvé son inutilité , montré que les peuples croient tout aussi fermement à des multitudes de vérités , qui ne sont que la vision d’un angle de vue confortable pour soi même , d’une réalité insaisissable.

    Merci de votre lecture , GRL.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Environnement Economie Société Ecologie

Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité